Aller au contenu | Aller à la navigation

Accueil » .: Nos projets

Offrir des pistes de solution

« La maladie étant l'effort que fait la nature pour guérir l'homme » C.G. Yung

Un RÉPERTOIRE
qui s'apprécie de jour en jour, pour vous aider à choisir ce qui vous convient le mieux. Puisque, quand il s'agit de notre santé, nous avons le dernier mot. Gardons d'abord la maîtrise de :
  1. nos choix alimentaires
  2. notre condition physique et morale
  3. notre sommeil bienfaisant
  4. nos humeurs
même si... le stress fait rage

Médecines alternatives et complémentaires :
Acupuncture

Qui n'a pas entendu parlé ou même reçu un traitement en acupuncture. De notre côté, nous avons connaissance que plusieurs personnes au prise avec la dépendance à la cigarette vont vers un traitement en acupuncture avec succès.
Nous en parlons maintenant parce que vient de paraître un article qui s'adressent aux scientifiques qui traitent des nouvelles observations faites par les chercheurs qui veulent détecter des preuves que les points d'acupuncture diffèrent d'autres parties du corps.

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62238.htm


Classification :
les problématiques de santé puis les organes affectés :
(Aussi, le Corps humain, ses fonctions, ses ressources - pour en apprendre plus et ainsi agir sur notre santé)

Problématiques de santé :  Organes affectés :

L'allergie ou l'état d'une personne qui, sensibilisée à une substance, y réagit ultérieurement d'une façon exagérée. Les allergies les plus communes :
  • l'asthme, une respiration difficile, une affection caractérisée par des accès de dyspnée, de suffocation. Les substances chimiques ou organiques irritantes qui affectent les muqueuses sont variées : les poussières, le pollen des plantes, le poil des animaux, certains aliments ou médicaments spécifiques...
  • l'urticaire ou irruption cutanée qui est souvent une réaction à certains aliments (fraises, oeufs, crustacés, etc.) ou encore une perturbation due à un parasite.
  • le rhume des foins ou irritation de la muqueuse des yeux et du nez, d'origine allergique essentiellement causé par le pollen des graminacées qui circule dans l'air.
  • Au sens figuré, l'allergie nous parle d'une incompatibilité, tentons de la découvrir !
  • Notre part dans le traitement des allergies : 1. Éviter le contact avec la substance agressive  2. Vivifier ou renforcer les tissus affectés  3. Réviser votre hygiène de vie de manière à faciliter l'élimination des déchets de l'organisme et à ne pas surcharger les organes émonctoires que sont le foie, l'intestin et les reins.
L'arthrite, l'arthrose
  • arthrite - inflammation ou gonflement autour d'une articulation qui cause des douleurs articulaires et des raideurs sur plusieurs jointures.
  • les traitements pour éviter la déformation des mains et des doigts - pour l'arthrite rhumatoïde, les acides gras essentiels de type oméga-3 diminuent  l'inflammation et réduisent les douleurs inhérentes à cette forme d'arthrite. Une réduction des acides arachidoniques pensent les chercheurs. Les huiles de poissons (thon, flétan et saumon) ou encore l'huile de graines de lin représentent de bonnes sources.
  • arthrose - affection chronique dégénérative ou destruction du cartilage présent à la jointure des articulations : hanches, genoux, gros orteil.
  • les efforts à faire : la PERTE DE POIDS puisqu'il semble évident qu'une réduction de poids, 5 kilos par exemple enlèvent 20 kilos de pression sur les articulations des genoux qui jouent directement sur votre mobilité. Les EXERCICES puisqu'en étant actif et proactif des muscles se développent autour du genou qui viennent faciliter le mouvement. La bonne NUTRITION et l'apport d'omégas-3 présents dans les poissons gras et de tous les antioxydants qui favorisent la formation de nouvelles cellules.
  • les traitements ; si vous êtes déjà dans l'immobilisme et atteints dans votre intégrité physique, l'espoir réside dans les exercices en piscine et les interventions médicamenteuses, une injection de cortico stéroïdes 3 fois l'an.
  • l'autre regard à porter...
Le cancer
Le diabète
Le vieillissement prématuré ou la dégénérescence - des lueurs d'espoir !
  • les polyphénols contenus dans les bleuets et dans le thé vert nous protégeraient des méfaits du vieillissement. 
  • les troubles cognitifs et habiletés motrices : un déclin dans notre capacité de connaître et dans la largesse de nos mouvements, que nous pouvons ralentir ! En plus d'être dans l'action pour conserver au maximum votre souplesse, à nouveau, on nous dit que : les bleuets ont la cote ! Il semble que ce sont leurs pigments de couleur bleue violacée, les anthocyanines, qui seraient susceptibles de venir à la rescousse et de favoriser la communication entre les cellules du cerveau.                                                                                                          
Le coeur - un muscle >>>
Le foie (ses fonctions et ses ressources)
  • le foie, cet organe qui secrète la bile et qui fabrique le cholestérol essentiel à la vie tout en répliquant aux substances toxiques. Diverses affections du foie perturbent une ou plusieurs de ces fonctions, réalisant l'insuffisance hépatique.
  • rapport d'études
  • l'autre regard à porter sur la maladie
Les intestins et la flore intestinale
  • « Un traitement antibiotique peut faire en sorte que la flore intestinale sera quelque peu lessivée », nous dit le docteur Jean-Louis Brazier.
L'ostéoporose
  • Une maladie caractérisée par une faible masse osseuse et une détérioration du tissu osseux. Cette condition entraîne une plus grande fragilité osseuse et des risques de fractures, particulièrement de la hanche, de la colonne vertébrale et du poignet. C'est la définition trouvée sur le site de Ostéoporose Canada, une bonne référence en la matière. 
Des aliments sont à éviter : alcool, boisson gazeuse, café et sel

La sclérose en plaques.
On dénombre 13 000 à 18 000 personnes atteintes de SP au Québec, cette maladie neurologique la plus répandue chez les jeunes adultes au Canada. Elle frappe principalement les personnes âgées entre 15 et 40 ans. Chaque jour, trois Canadiens apprennent qu'ils ont la SP, dans un ratio de trois femmes pour un homme. D'entre eux, chaque année, une cinquantaine d'enfants reçoivent ce diagnostic.  Le site de la Société Canadienne de la Sclérose en plaques ici >>>

La tête
-
le cerveau : centre de contrôle du système nerveux
- les yeux
La coquetterie pourrait avoir de fâcheuses conséquences...  
Les paupières tombantes seraient conséquentes au port de lentilles dures ou souples...
On dit que la paupière peut recouvrir partiellement la pupille et causer une restriction du champ visuel. Voyez le résultat d'étude en ophtalmologie http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62497.htm

La NUTRI-THÉRAPIE - lueur d'espoir dans le traitement et/ou la prévention du cancer.

Depuis peu, le docteur Richard Béliveau, titulaire de la chaire en prévention pour le traitement du cancer à l'UQAM et directeur du laboratoire de médecine moléculaire du centre de cancérologie de l'Hôpital Sainte Justine, nous vante les effets bénéfiques de la NUTRI-THÉRAPIE.

Le docteur Béliveau expérimente avec succès cette approche et suggère à ses patients des combinaisons d'aliments et vitamine. L'idée est d'utiliser ces aliments comme source de chimiothérapie préventive ou de chimiothérapie thérapeutique complémentaire dit-il, alors que j'élabore une cure pour des patients du centre de cancérologie. Parmi les plus puissants, on retrouve : le chou, le soya, la tomate et le brocoli. Figurent également aux menus : du raisin, des bleuets, du chocolat noir, du thé vert, des graines de lin, du poivre noir et du curcuma.  

Le brocoli semble un super aliment. Le docteur Béliveau dit qu'on y retrouve plusieurs molécules actives dont certaines d'une classe qu'on appèle les sulforaphanes, qui sont très actives. Elles ont une action cytotoxique directe et attaquent les cellules cancéreuses. Il ajoute que ces molécules sont aussi efficaces que les médicaments de chimiothérapie. Avec les recherches qui se poursuivent, l'équipe souhaite établir le profil d'absorption de ces molécules par l'intestin, leur demi-vie dans le sang et leur efficacité il-vivo.  

D'autres molécules aux activités pharmacologiques anticancéreuses clairement identifiées, les millions de molécules différentes, que contient la pomme. Vous avez sûrement entendu dire de ce fruit, qu'il éloigne le médecin, le docteur Béliveau affirme que certaines de ces molécules sont très importantes pour le maintien de la santé.

On nous dit que les tumeurs peuvent être d'origines génétiques, environnementales et alimentaires. Modifiant nos habitudes nutritionnelles et exerçant un contrôle relatif sur l'environnement y compris une maîtrise de nos conditionnements mentaux, nous pouvons être confiants de mener à bien nos démarches pour retrouver ou se maintenir en santé.
Le diabète selon Larousse sélection
Nom des maladies se manifestant par une abondante élimination d'urine.
Le diabète sucré est un trouble du métabolisme des glucides avec augmentation du sucre sanguin et présence de sucre dans les urines; il peut être simple ou consomptif. L'insuline (*), un régime bien équilibré et une vie réglée permettent de donner aux diabétiques une existence normale et d'éviter les complications infectieuses ou le coma.
Le diabète insipide est un trouble du métabolisme de l'eau, lié à une lésion de l'hypophyse.
Le diabète rénal est dû à un abaissement du seuil d'excrétion rénale du glucose.

(*) L'insuline fût découverte en 1921 par Banting et Best, deux Canadiens; depuis lors, le diabète a pu être soigné.

Il existe deux formes de diabète : le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Dans le premier cas, le pancréas ne fabrique plus d'insuline alors que dans le diabète de type 2, le pancréas ne remplit pas sa fonction adéquatement. Dans le premier cas le médecin prescrit de l'insuline, l'hormone de remplacement alors que dans le deuxième cas, le médecin prescrit un médicament qui stimule la production de cette hormone par le pancréas.

Le Réseau canadien de santé suggère de mesurer le taux de glucose sanguin afin de dépister tout signe de diabète.

Perspective nouvelle.
Demandez à recevoir une vidéo concernant les résultats obtenus par le Dr Wintraub aux États-Unis alors qu'il a étudié les effets du magnétisme sur le diabète. Contactez Nicole Goulet 450.682.0228 ou sur skype : club.prosante

Solution

Contribution de Anick Charbonneau, Kinésiologue
Diabète type 2 et activité physique
Souffrez-vous de diabète de type 2 ?
Que pourriez-vous faire pour aider à contrôler votre diabète?
Est-ce que les médicaments contrôlent tout ou pouvez-vous améliorer votre situation davantage?

Faits et chiffres
Le diabète de type 2 est très présent dans notre société.
Selon Diabète Québec, 550 000 Québécois souffrent de diabète dont 225 000 qui n’ont pas encore reçu le diagnostic. Les diabétiques ont de deux à six fois plus de risque de souffrir d’un problème cardiaque (1) et 80 % des diabétiques de type 2 meurent d’une maladie cardiovasculaire. Les personnes souffrant de cette maladie ont une espérance de vie moins longue de 5 à 10 ans (2).
Jadis, on nommait le diabète de type 2, le diabète de l’âge mûr. Cependant, au fil des ans, cette terminologie a été délaissée, car de nos jours, des personnes de plus en plus jeunes sont atteintes de la maladie. Au Texas, le département en charge de la santé des habitants estime que 45 % des nouveaux cas diagnostiqués de diabète de type 2 concernent des enfants de moins de 16 ans (3). La situation devient donc de plus en plus alarmante. Le facteur commun de cette maladie est l’obésité.
Le diabète peut engendrer plusieurs problèmes. En autre, la diminution de la vue, des problèmes de reins, la diminution de la sensibilité aux extrémités (pieds et mains), la mauvaise circulation, etc.  Ces différents problèmes peuvent même engendrer l’amputation des mains et des pieds.
Voici une brève explication afin de mieux comprendre la maladie du diabète. Le diabète de type 1 est la cause d’un déficit de production de l’insuline par le pancréas. Ceci entraîne des problèmes de glycémie (quantité de sucre dans le sang). Le diabète de type 2, est plutôt une résistance à l’insuline qui cause une hyperglycémie. C’est-à-dire que le pancréas doit sécréter davantage d’insuline pour que les sucres entrent dans les cellules. À un certain point, le pancréas se fatigue et ainsi le taux de sucre dans le sang augmente (3). Bref, le diabète de type 1 est un problème de production d’insuline tandis que le diabète de type 2 est un problème d’assimilation de l’insuline.
Des études ont démontré que la pratique d’activité physique de façon régulière diminue le taux de maladies cardiovasculaires et de mortalité d’environ 45 à 70 % chez les diabétiques de type 2 (4).
L’augmentation de la capacité cardiovasculaire, l’amélioration du contrôle de la glycémie, l’augmentation de la sensibilité à l’insuline, l’amélioration du profil lipidique et le contrôle du poids sont également d’autres bénéfices de la pratique régulière et intensive de l’activité physique chez les diabétiques (5). L’activité physique est très bénéfique pour les diabétiques de type 2. Bref, l’une des premières habitudes de vie à changer lorsqu’on est atteint de diabète de type 2 est d’augmenter le niveau d’activité physique (1). Les personnes atteintes de diabète de type 2 devraient consacrer un minimum de 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée par semaine réparti sur 3 jours (5).
Attention! Il est cependant très important de consulter un professionnel de la santé avant d’entreprendre un programme d’activité physique lorsque vous souffrez de diabète.
Anick Charbonneau, B.Sc
Kinésiologue

Sources :
1. Association canadienne du diabète
2. Agence de la santé publique du Canada
3. REYMOND, William, TOXIC ─ Obésité, malbouffe, maladies : Enquête sur les vrais coupables, Éditions Flammarion, 2007
4. Clinical practice guidelines, Physical Activity and Diabetes, Canadian diabetes association, Clinical practice guidelines expert committee, 2003; S24-SS26,
http://www.diabetes.ca/cpg2003/downloads/physicalactivity.pdf
5. Canadian journal of diabetes, Physical activity in the management of diabetes : population-based perspectives and strategies,; 2006, 30(1) :p. 52-62
http://www.diabetes.ca/files/Plotnikoff--FINAL.pdf

Le cœur, un muscle creux et puissant qui se contracte et se détend avec l'appui du système nerveux autonome et qui agit tel une pompe pour faire circuler de 5 à 7 litres de sang par minute tout au long de la vie.

Le cœur est irrigué par des artères principales : coronaire droite, coronaire gauche et circonflexe et par de nombreuses artères accessoires. 

Le cœur est le principal organe de la circulation du sang. Il est lui-même irrigué et nourrit par les artères coronaires nommées ainsi, car elles l’encerclent à la manière d’une couronne.

La santé des coronaires et des vaisseaux qui forment l’appareil circulatoire, il semble que nous devions nous en préoccuper, être vigilant, intervenant sur les facteurs de risque de la maladie coronarienne et acquérant une certaine souplesse dans nos façons d'appréhender la vie !
La maladie coronarienne se produit lorsque le calibre des artères est diminué suffisamment pour empêcher l’apport d’oxygène et d’éléments nutritifs au cœur. Les manifestations de la maladie coronarienne sont l’angine et l’infarctus.

L’athérosclérose est le rétrécissement des artères créé par le dépôt de cholestérol, de cellules et de calcium qui se collent à la paroi des artères. Les études en cours sont à démontrer que la paroi des artères, soit l’endothélium, déjà très mince pourrait être rendu fragile par certains facteurs nouveaux comme une bactérie. Elle peut causer des problèmes au niveau des artères cérébrales, rénales ou des jambes.

L’angine se produit quand l’artère est particulièrement obstruée. Elle se manifeste souvent à l’effort, au froid, à l’émotion ou après un repas copieux. L’angine est temporaire et sans dommage permanent pour le cœur.

Des symptômes de la crise d’angine :
  • Sensation d’oppression ou de serrement dans la poitrine ; on parle aussi de douleur sous-sternale ou rétro-sternale ressentie dans tout le thorax. Peut irradier vers la face interne des bras et au cou
  • Malaise ressenti jusqu’à l’épaule et le bras gauche
  • Douleur à la mâchoire ou encore dans le dos
  • Lourdeur dans les mains
  • Essoufflement.
Vous pourriez en éprouver un ou plusieurs et il semble que les symptômes soient particuliers à chacun. Ils se manifestent plus ou moins intensément de façon semblable à chaque événement, vous indiquant que le coeur est en souffrance. Alors soyez à l'écoute de votre cœur et de ses signaux ! 

L’angine instable représente une progression de la maladie. La fréquence, l’intensité et la durée des crises augmentent et représentent un danger croissant d’infarctus dans les mois qui vont suivre. L’angine stable chronique est prévisible et se produit rarement au repos. L’angor nocturne se produit durant le sommeil et peut s’atténuer en position assise. Elle cause de l’insuffisance ventriculaire gauche.
L’infarctus est un dommage permanent du muscle cardiaque. La cause est l’obstruction complète d’une artère coronaire par un caillot sur une lésion de la plaque athéromateuse. L’insuffisance cardiaque a persisté et entraîné un manque d’oxygène au cœur. Des tissus du muscle cardiaque sont détruits et ont perdu leur capacité de se contracter.

Les symptômes de l’infarctus se manifestent sur une période plus longue mais ne sont pas toujours de plus forte intensité que ceux de la crise d’angine.
  • Douleur sous-sternale ou précordiale importante irradiant au thorax et/ou se propageant aux épaules, aux bras et mains
  • Dyspnée causée par la surcharge des poumons
  • Diaphorèse, sueur
  • Faiblesse, perte de connaissance
  • Pâleur, teint grisâtre
  • Nausée, vomissement et gêne abdominale.
L’évaluation physique doit se faire rapidement lors de ces épisodes.
Les cardiologues disent : le temps c'est du muscle, alors n'hésitez pas, composez le 911 si vos douleurs sont persistantes, au-delà de 20 minutes  par exemple, en prenant de la nitroglycérine aux 5 minutes et faites-vous conduire à l'établissement de santé le plus prêt de chez vous.
 
On procédera à un questionnement systématique concernant :

La circulation : type de douleur, description, localisation, intensité (de 1 à 10), déjà connue, depuis combien de temps, la prise de la tension artérielle et de la pulsation.

La respiration : observation du rythme et de la coloration (lèvres, bouts de doigt et oreilles), essoufflement, depuis combien de temps, qu’est-ce qui la rend plus difficile ?

L'élimination : Selon l’état des mains et des pieds, on vous posera les questions : Urinez-vous souvent ? Prenez-vous des diurétiques ?

L’anxiété : Vos craintes et vos peurs liés à la douleur, à la peur de mourir ou d’être hospitalisé seront évaluées.

Il est important de le répéter, l’intervention rapide lors d’un infarctus peut éviter les dommages permanents au cœur quand un médicament thrombolytique qui dissout le caillot, est administré moins de 4 heures après le début de la crise. L’indice important est la douleur qui persiste intensément après la prise de nitrolingual trois fois à cinq minutes d’intervalle.
Suivra la batterie de tests qui seront jugés nécessaires, un diagnostic sera posé et un traitement vous sera proposé.

Les facteurs de risque de la maladie coronarienne :

Non modifiables :
  • L'âge et le sexe. Autant pour l'homme que pour la femme, l'âge augmente le risque de survenue d'accidents cardiovasculaires. L'âge est considéré comme facteur de risque à partir de 45 ans chez l'homme et 55 ans chez la femme ou encore jusqu'à la ménopause.
  • L'hérédité ou les antécédents familiaux. Génétiquement, certaines familles sont plus à risque que d'autres. C'est pourquoi, si l'un de vos proches parents (père, mère, frère, soeur) a souffert ou souffre de problèmes cardiovasculaires (infarctus du myocarde avant 55 ans) vous êtes plus exposé à ce risque.
  • Les antécédents "personnels". Si vous avez eu un infarctus du myocarde ou si vous souffrez déjà d'angine de poitrine ou d'artériopathie, vous êtes considéré à risque. Voyez dans ce risque, un avertissement pour vos descendants - le conseil : vigilance et suivi avec un médecin de famille à l'âge adulte.
Modifiables :
* Le stress n'est pas un réel facteur de risque selon les experts, mais il joue l'effet d'une loupe sur tous les autres facteurs identifiés. Il fait parti de la vie. Il est composé de l'événement et de la perception que l'on en a. C'est donc sur cette dernière, qu'une interaction est possible.
La durée prolongée du stress et la répression des émotions ont un effet néfaste. Le stress agit sur nos habitudes de vie telles que le tabagisme, le sommeil, les habitudes alimentaires. La personnalité de type A pour qui, tout est urgent est plus prédisposée.

Les facteurs modifiables - c'est dès maintenant qu'on s'y attarde !

Le tabac, un risque important dans la survenue des accidents cardiaques chez l'adulte jeune et en particulier chez la femme, surtout si elle prend une pilule contraceptive. Il est donc important d'arrêter de fumer lorsqu'un hypercholestérolémie est détectée.

L'hypercholestérolémie. Par une saine alimentation, vous pouvez contribuer à modifier les paramètres qui font de vous, une personne à risque.
Alors que vous êtes bien décidés à participer à votre traitement, demandez à votre médecin quelles sont les valeurs apparaissant à votre bilan lipidique et consultez une diététiste qui saura bien vous conseiller et vous accompagner dans votre démarche.
  • Les valeurs LDL (mauvais cholestérol) élevées favorisent le développement de la plaque d'athérome sur les artères (athérosclérose). Les artères, des canaux qui conduisent le sang à partir du coeur vers les organes, d'où l'importance de conserver un flot sanguin, une lumière dans les artères. Une valeur plus basse que 2,0 mmol/l sera tout à votre avantage.
  • Les HDL (bon cholestérol - une valeur plus haute que 1,6), de bons transporteurs qui escortent les LDL (mauvais) vers le foie où ils sont éliminés.
  • La valeur idéale (un ratio CT/C-HDL moins de 4,0 mmol/l) qui se vérifie en divisant la valeur totale (LDL + HDL) par le taux de bon cholestérol (HDL); le résultat doit être de 4,0 mmol/l.
On dit qu' un taux de cholestérol HDL (le bon) trop bas est un facteur de risque supplémentaire et alors qu'il est en hausse, il devient un facteur de protection (en haut de 1,6).

Les principales mesures non médicamenteuses qui favorisent la hausse des HDL (bons) sont le contrôle du diabète, la diminution des triglycérides (un autre type de gras issu des sucres concentrés), l'exercice aérobic régulier, la perte de poids et l'arrêt du tabac.

Voyez par là l'importance de demander à votre médecin de vérifier le taux de cholestérol dans votre sang. Vous serez rassuré-e ou alors vous devrez passer à l'action pour le ramener à des limites acceptables. Le Réseau canadien de santé vous en convaincra.

L'hypertension artérielle prédispose aux accidents cardiaques en limitant la possibilité de dilatation des artères du coeur lors de l'effort. L'exercice physique ainsi que la diminution de consommation d'alcool contribuent à réduire la tension. Si la tension est trop élevée, le médecin traitant pourra prescrire un traitement anti-hypertenseur.

La sédentarité et l'obésité
Des facteurs de risque de la maladie cardiaque qui engendrent nombre d'autres maladies. Passez à l'action...  
  1. Identifiez dès maintenant la problématique qui vous empêche d'adhérer à une pratique régulière de l'activité physique
  2. Modifiez ce comportement  et
  3. Persévérez - un facteur, on ne peut plus déterminant !
Le mouvement vous permettra de jouir d'une meilleure santé et conservera :
  • la souplesse de vos muscles et articulations
  • les capacités digestives, d'assimilation et d'élimination
  • une oxygénation optimale, voire idéale
  • et que dire du moral ! 
Il n'en tient qu'à vous d'apprécier tous ces bienfaits ! et de profiter d'une vie active !
L'obésité

L'obésité est caractérisée par un dépôt excessif de tissu adipeux, qu'il soit général ou localisé !

Un surplus de poids résulte d'un grand nombre de facteurs : des facteurs génétiques, environnementaux (une alimentation trop riche en matières grasses et en sucres concentrées, manque d'activité physique), métaboliques et psychologiques. 

Silhouette en forme de pomme ou de poire !  On a observé qu'une obésité plus importante au niveau de l'abdomen (forme de pomme) est plus à risque qu'une obésité au niveau des hanches (forme de poire).

Surveillez votre tour de taille !  Reconnaître vos sensations physiques de « vraie faim », respectez les signaux de satiété, modifiez au besoin, vos comportements face à l'alimentation et faire le poids, c'est-à-dire l'équilibre entre consommation et dépense d'énergie par l'activité physique.

Des efforts sont faits... Aux États-Unis, une campagne de prévention est lancée par la première Dame, Michelle Obama ...  « Au-delà de l'encouragement à l'activité physique, de nouvelles voies de communication sont avancées, comme la lutte contre « les desserts nutritionnels » ou le lancement de jeux éducatifs et de réseaux sociaux sur Internet pour éduquer et motiver à une alimentation équilibrée. » 

http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=1992


Le diabète, caractérisé par un excès de sucre dans le sang, est responsable à la longue d'un rétrécissement et d'un durcissement de toutes les artères ainsi que d'une accélération des mécanismes de dépôt du cholestérol. Les mesures diététiques (notamment la limitation de consommation de sucres et de lipides) ainsi que l'activité physique participent à la régulation de la glycémie.
Si la glycémie est trop importante, le médecin pourra prescrire un médicament antidiabétique. 

Les traitements de la maladie coronarienne :

Les objectifs :
  • Diminuer les symptômes
  • Augmenter la qualité de vie
  • Diminuer la mortalité et la morbidité
Le choix du ou des traitements / selon chaque personne - chaque cas / par le médecin en fonction de l'atteinte des vaisseaux, du muscle cardiaque, de la pulsation et de la tension artérielle. Il sera adapté selon l'évolution de la maladie.

La protection contre l'angine nécessite la possession de la nitrolingual et son utilisation dès que les symptômes se manifestent - vous en aurez parlé avec votre médecin et ensemble vous aurez bien identifié vos symptômes particuliers.

La médication. Chaque personne étant unique, la posologie et l'application doivent être déterminées avec votre médecin. Aussi, on a identifié une interraction non souhaitable qui se produit alors que nous buvons du jus de pamplemousse ou encore du jus de pomme grenade avec une certaine classe de médicaments. Prenez avis auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.
  • Les nitrates : Ils dilatent les veines et les artères donc diminuent la tension artérielle. Ils peuvent causer des maux de tête ou des étourdissements. Il est nécessaire de laisser un délai de douze heures environ entre les timbres cutanés pour éviter la tolérance au médicament. Les timbres peuvent causer une irritation de la peau causée par la colle.
  • Les bêta-bloqueurs : Ils ralentissent la fréquence et diminuent la force de contraction du coeur. Ils diminuent beaucoup la tension artérielle. Ils améliorent la performance à l'exercice. Ils peuvent causer de la fatigue au début. La froideur des extrémités est un des effets secondaires. Parfois une baisse de la libido ou de l'impuissance peut nécessiter la modification de la médication. 
  • Les bloqueurs de canal calcique : Ils dilatent les veines et les artères avec ou sans diminution de la fréquence et de la force de contraction cardiaque. Ils diminuent beaucoup la tension artérielle. Ils peuvent causer de la constipation, des enflures aux mollets et aux chevilles.
  •  Les anti-plaquettaires : Ils diminuent l'activité des plaquettes et préviennent la formation des caillots dans les artères, diminuant ainsi le risque d'infarctus.
  • Les anticoagulants : Ils sont utilisés dans certains cas où l'aspirine ne suffit pas. Ils rendent le sang plus clair. Tout saignement devant être éviter, l'utilisation de rasoir à lame est proscrite et la prudence accrue est recommandée lors de l'utilisation de couteau. De nouveaux médicaments sont à l'étude qui viendront intervenir dans les cas de dilatation coronarienne pour éviter la re-sténose.  
  • Les hypocholestérolémiants : Ils diminuent la production du cholestérol et/ou des triglycérides. Ils peuvent ainsi diminuer la progression de la maladie coronarienne.
D'autres médicaments pour le coeur et la pression :
  • Les diurétiques : Ils aident à diminuer le travail du coeur en favorisant l'élimination du surplus d'eau et de sel accumulé dans le système. Une diète pauvre en sel améliore l'efficacité des diurétiques. Une information adéquate sur les aliments et condiments qui contiennent du sel est essentielle. Un supplément de potassium est nécessaire pour corriger la perte et maintenir une bonne qualité de contraction musculaire.
La surveillance du poids représente une façon efficace de surveiller la rétention d'eau. Un gain de 3 à 5 lbs en 24 ou 48 heures indique une détérioration de l'état et nécessite une consultation; l'augmentation de l'essoufflement ou des nausées et vomissements.
  •  Les inhibiteurs d'enzyme de conversion de l'angiotensine : Ils dilatent les artères et les veines pour abaisser la tension artérielle ce qui diminue le travail du coeur. Ils augmentent la quantité de sang propulsée par le coeur et diminuent la congestion pulmonaire. On les dit capables de ralentir l'évolution de la maladie.       
La dilatation coronarienne : L’élargissement du calibre de l’artère coronarienne bloquée, par l’introduction d’un ballonnet gonflé quelques secondes pour écraser la plaque et rétablir la circulation sanguine. Cependant le risque que la plaque se referme est de 30% pour les six mois suivants, d’où l’importance de continuer la médication et d’avoir de la nitro à la portée de la main.
 
L’endoprothèse coronarienne (stent) ou tuteur est un petit cylindre métallique extensible qui s’installe à l’aide du ballonnet de la dilatation pour empêcher la plaque de se refermer. Il diminue de 15% environ les re-sténoses. Durant le mois qui suit l’installation, il est nécessaire de prendre un médicament anti-plaquettaire, votre spécialiste vous le prescrira.

Lire les propos rapportés dans le journal LE DEVOIR, à la fine pointe de la cardiologie - le ballon préféré au pontage.
 
Le pontage aorto-coronarien :
l’intervention chirurgicale consiste à rétablir la circulation en contournant le blocage à l’aide d’une artère tel que l’artère mammaire ou d’une veine prélevé au niveau de la jambe. L’artère mammaire a une qualité particulière de ne pas développer de maladie coronarienne et de prochaines études porteront sur ses qualités au niveau de l’endothélium (couche interne des artères).

Source d'informations

Le programme d'enseignement de l'HSCM destiné à la clientèle ayant subi un événement coronarien.  Sa mise en place reflète l'intérêt accordé à la santé du patient et à sa protection contre les facteurs de risque et la possibilité de récidive.

L'équipe de santé cardiovasculaire de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal vous invite, suite aux événements engendrés par la maladie coronarienne, à poursuivre votre démarche vers la réadaptation. Un plan d'action vous est suggéré afin d'acquérir de saines habitudes de vie. Peut-être même que le programme confirmera que vous êtes sur la bonne voie et que vos nouvelles manières de vivre, adoptées suite à l'incident cardiaque, sont adéquates.

À l'issue du programme, nous souhaitons :
  • que vous repreniez confiance en vous;
  • que vous continuiez d'être l'artisan de votre santé;
  • que vous preniez des habitudes pour améliorer votre qualité de vie, donc ;
  • que vous participiez activement au processus de votre traitement et de votre réadaptation.
Programme "À vous de jouer",  les mercredis de 14H00 à 16H00, au local G 4130 de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. L'ensemble de l'information est dispensé en 4 rencontres.

Grâce au travail acharné des Équipes de professionnels en santé du coeur et à la Fondation des Maladies du Coeur, l'allié par excellence, d'autres centres de services sociaux au Québec offrent des programmes similaires. Nous sommes à compléter ce répertoire qui vous sera fourni d'ici peu.

Les actions à prendre pour contrer les facteurs de risque de la maladie coronarienne. 
  • Adopter une saine alimentation, riche en fibres solubles, réduite en gras animal et la moins transformée possible. Cultiver le plaisir de manger tout en étant à l'écoute de votre faim et de votre satiété
  • Faire de l'activité physique régulièrement (l'idéal cible : 5 heures par semaine) utilisant l'échelle de perception de l'effort - un outil développé par l'Hôpital Laval - Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie
  • Cesser de fumer  - se joindre à un groupe d'entraide - malgré les rechutes, maintenir la volonté d'arrêter
  • Maintenir un poids santé
  • Contrôler son diabète et sa tension artérielle
  • Prendre sa médication régulièrement et telle que recommandée
  • Éviter les excès d'alcool
  • PASSEZ À L'ACTION selon vos préoccupations du moment !

Le stress - Docteure Lupien nous dit qu'il y a quatre déterminants pour qu'une situation soit ressentie comme étant stressante :

  • une situation nouvelle;

  • une situation imprévue ou imprévisible;

  • une situation menaçante; ex. rapport à votre intégrité, on remet en question votre capacité à bien travailler.

  • avoir l'impression que vous n'avez pas le contrôle sur la situation.

Ces quatre situations ou caractéristiques sont additives, elles agiront indépendamment de qui vous êtes, où vous êtes, de l'âge que vous avez et de l'heure qu'il est; vous allez déjà être un peu stressé, si l'une d'elle vous atteint.

Nous rapportons les propos du Dre Lupien et nous espérons, qu'ils vous aideront à entamer une réflexion sur ce qui vous met vous, dans tous vos états ! Également à décortiquer les situations ou événements stressants de votre vie.

Depuis que nous avons rencontré Dre Lupien, elle a produit cette vidéo :
http://www.youtube.com/watch?v=IfmO55WxCQA&feature=related

Madame Sonia Lupien est docteure en neurosciences et chercheure à l'Hôpital Douglas, établissement du Réseau Mc Gill. Au moment où nous l'avons rencontrée, elle poursuivait un post-doctorat en neuroendocrinologie.
Sonia Lupien est maintenant directrice du Laboratoire de Psychoneuroendocrinologie humaine du Centre de recherche de l'hôpital Douglas, affilié à l'Université McGill. Elle détient un baccalauréat ès sciences avec spécialisation en psychologie, une maîtrise en neuropsychologie et un Ph.D. en neurosciences de l'Université de Montréal.

« La recherche a permis de découvrir les quatre déterminants mentionnés, pour qu'une situation soit stressante.

Ce qui est énervant pour l'un, peut ne pas l'être pour l'autre. Une équipe de chercheurs a pour sa part, nommé « situation menaçante » : « High stress - no exit », ce qui veut dire que la personne, dans le scénario qu'elle élabore ne voit pas d'issu, pour se sortir de ce mauvais pas.

Si vous retournez en arrière et que vous analysez toutes les situations qui vous stressent, vous allez trouver l'un ou l'autre de ces déterminants.
Si nous pouvons nous dire : ok, cela m'énerve parce que.... la source de stress est passée en revue et le problème alors mieux défini, est déjà à moitié résolu.

La plupart du temps, on est tous pareils, on sait que l'on est stressé, on le sent mais on ne sait pas pourquoi. C'est une espèce de sentiment global, tout nous énerve et on ne sait pas trop comment, ni par rapport à quoi, cela se produit. On appelle cela des sentiments non spécifiques.

La pression du temps, voilà une définition populaire. On se sent stressé quand on n'a pas le temps de tout faire dans une période donnée. Pour la recherche, c'est une des plus mauvaises définitions, parce qu'elle ne nous permet pas de bien travailler avec les gens qui en souffrent - parce que nous ne pouvons rien y faire.

La manière de gérer le stress, peut être différente d'une personne à l'autre. Si vous prenez des personnes hyperactives et que vous leurs demandez de pratiquer le yoga, il se peut que leurs hormones de stress augmentent. Nous l'avons observé lors de nos recherches. C'est dire que le yoga n'est pas un bon choix pour tous.

Par ailleurs ce qui nous est apparus,  une solution qui convient pour tous, c'est la MARCHE.

Une heure que vous allez vous accorder - SEUL-E avec vos pensées et sans interférence : 2 fois 30 minutes ou à la limite 4 fois 15 minutes.

Vous pouvez sortir marcher en promenant votre chien par exemple. On entend par sans interférence,
  1. que vous n'allez pas socialiser et converser avec un voisin en cours de route.
  2. Si vous faites cet exercice quotidien avec la conjointe ou le conjoint, convenez que vous n'allez pas échanger pendant l'heure où vous sortez marcher.
  3. Un dernier point, si vous choisissez de marcher avec des écouteurs sur les oreilles, assurez-vous que vous n'écouterez que de la musique, les paroles sont interdites d'entrée !
Cette pratique journalière contribue à maintenir votre capacité d'apprendre de nouvelles choses et facilite la gestion des irritants. En d'autre terme, votre esprit sera plus clair et plus vigilant, ce qui vous permettra de vous garder en équilibre.
Stress et mémoire
 La mémoire est sélective
La mémoire est très sensible à l'interférence
La mémoire nous permet d'encoder, ce qui est pertinent pour nous
  Un stress diminue votre mémoire et l'anticipation est aussi néfaste que le stress lui-même; cela crée beaucoup d'anxiété. Une émotion augmente votre mémoire et y fixe une information ou un événement

Quand vous êtes ému-e, vous êtes passive, passif devant cette information reçue ou cette situation donnée. Au contraire, quand vous êtes stressé-e, vous êtes active, actif.»

SPIN ton stress, une idée de Sonia Lupien - Docteure Lupien a mis sur pied un programme appliqué: DéSTRESSe et Progresse
http://www.youtube.com/watch?v=68XnpEbz … embedded#!

S : sens du contrôle diminué

P : personnalité menacée

I : imprévisibilité

N : nouveauté  

Exposé à des situations de stress (absolu ou relatif), il vous est suggéré de développer un plan B ; également de vous pratiquer à déconstruire ce qui s'est passé...

L'antistress, c'est la résilience ou la capacité de formuler un plan B; dans 85% des cas, il ne sera pas mis en action mais il augmentera votre capacité à apaiser les effets du stress donc à produire moins d'hormones de stress.


Qu'est-ce que la mémoire ? Existe-t-il plusieurs types de mémoire ? Quelles sont les zones du cerveau impliquées dans la mémorisation ?

http://video.vulgaris-medical.com/index.php/2008/10/12/84-la-memoire  Vidéo – la mémoire déclarative et non déclarative. Mémoire procédurale non accessible ; ex. faire de la bicyclette.

Consolidation de la mémoire (définition) : http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/consolidation-de-la-memoire-definition-9187.html On appelle consolidation le transfert continuel d'informations entre la mémoire de travail et la mémoire à long terme (voir mémoire immédiate, mémoire de travail et mémoire à long terme). http://www.vulgaris-medical.com/dossiers/la-memoire-31/memoire-immediate-memoire-de-travail-et-memoire-a-long-terme-226.html

La mémoire de travail constitue une catégorie de mémoire correspondant à la capacité de garder des informations à l'esprit pendant des périodes allant de quelques secondes à quelques minutes au-delà du moment présent. Pour tester la mémoire de travail on énonce une suite de chiffres dans le désordre et on demande au patient de les répéter. L'empan numérique est de sept à neuf chiffres. Habituellement l'empan est la mesure de longueur à peu près égale à l’intervalle entre l’extrémité du pouce et celle du petit doigt d’une main étendue. En ce qui concerne la neuropsychologie de la mémoire, l'empan est la quantité limitée d'informations (mots, chiffres, etc.) qui peut être stockée dans la mémoire à court terme.

La mémoire à long terme est la rétention d'informations sous une forme de stockage durable c'est-à-dire des jours, des semaines voire toute la vie. On utilise le terme d'engramme http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/engramme-1711.html pour désigner le substrat physique de la mémoire dans les circuits neuronaux. L'engramme est directement dépendant des changements à long terme de l'efficacité des synapses qui existent déjà ou même des formations effectives du réarrangement des connexions synaptiques.

On appelle amorçage, en anglais priming, un phénomène qui est mis en évidence en mettant des sujets en présence d'un ensemble d'items (propositions) qui leur sont présentés sous un prétexte fantaisiste.

La mémoire de travail correspond à la fonction de traitement des informations à l'intérieur de la mémoire à court terme et de faire la liaison avec la mémoire à long terme. http://tecfa.unige.ch/~lydia/staf_11/memoire_de_travail.html


S'aider soi-même : Si vous êtes souvent tendu-es, crispé-es, il est probablement temps de chercher un moyen de vous assouplir. Les tensions que vous ressentez souvent du fait que vous ne considérez pas vos limites, non plus vos besoins réels, doivent être relâchées pour permettre une meilleure circulation énergétique - donc circulation sanguine et lymphatique.

La pratique d'exercices réguliers et de longue durée permet, avec un régime équilibré, une diminution significative de la cholestérolémie et une augmentation de la proportion de "bon cholestérol" HDL.

Et savoir choisir... l'essentiel ! ou savoir se choisir ! privilégiant par exemple un temps d'arrêt, un week-end où je prends contact avec la nature. Ce qui me permet de réduire la cadence pour mieux différencier les troubles anxieux ou encore le stress à l'origine de mes malaises.
Une réflexion et la reconnaissance des efforts que je demande à mon corps, jour après jour s'avèrent souvent utiles et salutaires. Je dois apprendre à mettre mes limites et à reconsidérer les nécessités de la vie, ça c'est officiel !

Rapport d'études :

Il ressort d'une étude faite par Sonia Najjar de l'Université de l'Ohio que : "Grignoter entre les repas est une bien mauvaise habitude. Ce qui semble irréfutable c'est que l'insuline secrétée par le pancréas joue un rôle dans la production et l'accumulation de lipides et de glucides dans le foie. Ce mécanisme permet notamment de contrôler le taux de sucre dans le sang. Sonia Najjar, au terme de son étude, nous révèle que : le foie gère plus efficacement l'insuline lorsqu'il n'est pas stimulé de façon continue. C'est dire que grignoter constamment ou manger abondamment réduit l'efficacité du foie. Mieux vaut ne rien manger entre les repas et se limiter à une consommation modérée des aliments.

Le foie est un organe qui assure plusieurs rôles essentiels dans l'organisme : ses cellules sont capables de synthétiser, de décomposer ou encore de stocker un grand nombre de substances. Par ailleurs, il a pour particularité d'être le seul organe interne humain à posséder une capacité de régénération étendue : un foie est capable de se régénérer en totalité après une amputation de plus de 2/3 de sa masse. http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/63603.htm  

 Les intestins et la flore intestinale

Règle générale, on a dit que si vous avez le souci d'une alimentation équilibrée et d'une vie saine, la formation endogène de la vitamine K, par l'action de bactéries dans l'intestin, sera au service de votre santé dans le sens de l'équilibre.

Dans tel cas où une diminution de la formation des protéines nécessaires à la coagulation attribuable à une carence en vitamine K vous est signalée par votre médecin, il vous faudra penser à régénérer la flore intestinale, la revitaliser. Ce peut être après un traitement aux antibiotiques reçu pour circonscrire et faire échec à un foyer bactérien.

Le cerveau, le centre de contrôle du système nerveux

Le cerveau est divisé en deux parties appelées hémisphère droit et hémisphère gauche. Ils sont reliés l'un à l'autre, mais chacun contrôle la moitié du corps qui se trouve du côté opposé, en plus d'être associé à différentes capacités. Par exemple, l'hémisphère gauche excelle dans l'organisation, la résolution de problèmes, les mathématiques, tandis que l'hémisphère droit est plutôt à l'origine des comportements artistiques et créateurs, comme la peinture.

En outre, différentes parties du cerveau effectuent différentes tâches. Une partie est réservée aux sensations, une autre à la vision, une autre au mouvement et ainsi qu'on le verra au fil de nos découvertes !

Le cerveau est constitué de trois parties, soit le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. Le cerveau gouverne les pensées et les sensations; le cervelet, juste en-dessous s'occupe de coordonner les muscles afin que les mouvements soient réguliers et équilibrés. Quant au tronc cérébral, il contrôle les fonctions involontaires comme le rythme cardiaque et la respiration.

S'aider soi-même :

  • Être conscient-e du stress et rechercher un temps de calme au courant de chaque journée pour assurer l'équilibre;
  • Accepter les émotions et créer l'espace pour les exprimer.

AVC ou accident vasculaire cérébral.

Un accident qui nécessite annuellement, une hospitalisation pour 40 000 à 50 000 Canadiens. Voyez le site de Santé Canada  
La réadaptation, un point central - voyez-y !

De cet article, nous aimons faire ressortir l'énoncé suivant : « Même si un AVC laisse habituellement des séquelles, dans bien des cas, le cerveau peut apprendre à compenser.»

Encore une fois, le corps humain gagne a ce qu'on le découvre !

L'Alzheimer une terrible maladie qui nous amène dans notre dernier retranchement !

Deux causes principales selon lui, la première étant une diminution de la production de neurotransmetteurs, dont l'acétylcholine, celle-ci étant le principal convoyeur de la mémoire. Le second ennemi du cerveau qui vieillit, c'est l'hormone du stress, le cortisol, qui lui, cause des dommages de trois façons :
  • Il perturbe le stockage du glucose, unique source d'énergie du cerveau;
  • Il gêne l'action des neurotransmetteurs;
  • Enfin, il peut causer la mort de neurones en provoquant l'apparition de molécules à radicaux libres.
Donc, si nous sommes stressés - qui ne l'est pas de nos jours - nos besoins nutritionnels seront décuplés, car nous brûlerons beaucoup plus de nutriments.

Il en existe d'autres que ceux énumérés ici, tels que la lécithine, le sélénium et le zinc, mais leur rôle n'est cependant pas aussi capital.

Des lueurs d'espoir, fonction de la recherche !

10 décembre 2015. Alzheimer : un chercheur abitibien contribue à développer un outil révolutionnaire http://ici.radio-canada.ca/regions/abit … enie.shtml
 

Administration


Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php:452) in /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php on line 416
MODx Content Manager »

« MODx Parse Error »

MODx encountered the following error while attempting to parse the requested resource:
« PHP Parse Error »
 
PHP error debug
  Error: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php:452) 
  Error type/ Nr.: Warning - 2 
  File: /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php 
  Line: 416 
  Line 416 source: header($header);  
 
Parser timing
  MySQL: 0.0185 s s(8 Requests)
  PHP: 0.0535 s s 
  Total: 0.0720 s s