Aller au contenu | Aller à la navigation

Accueil » .: Conseils santé

La nutrition, l'eau, l'air

Les aliments, l'eau et l'air sont porteurs de vie et notre santé en dépend  !

Les temps changent et les aliments prennent une forme et un contenu, qui contribuent à satisfaire nos cinq sens. La dimension « santé physique » ou, se nourrir puisqu'il le faut, n'est plus notre seule préoccupation; nous recherchons équilibre et diversité.


Dans le domaine de recherche qu'est la nutrition, qui n'a pas fini de susciter de l'intérêt et de nous en apprendre, on retrouve une banque de données bien documentée. Cliquez...
Le DÉFI pour nous, à différentes périodes de notre vie, semble être de recréer des habitudes de consommation correspondantes au rendement que nous demandons à notre corps de fournir. Un bon repère pour choisir la bonne mesure !

Il nous reste à connaître quels sont nos besoins ou l'apport alimentaire journalier idéal, soit en nombre de calories, puis à consommer une variété d'aliments choisis pour leurs valeurs énergétiques et leur capacité à vous rassasier. Quand nous avons besoin de modifier notre recette journalière, le réflexe devrait être de contacter une nutritionniste.

Nous avons connaissance que dans le système de santé, les nutritionnistes et/ou les diététistes font partis des équipes multidisciplinaires, c'est donc dire que vous pouvez - alors que vous êtes pris en charge dans un hôpital - consulter en individuel et recevoir les conseils adaptés à votre condition de santé. Une bonne chose évidemment ! En profitez-vous ?
Une nouveauté...L'équipe d'Extenso, le portail d'informations en nutrition de l'Université de Montréal, donne maintenant accès à un site dédié à l'alimentation durant la petite enfance : www.nospetitsmangeurs.org

Nous souhaitons que ces conseils et ces fiches nutritionnelles personnalisées soient davantage accessibles. Nous avons le projet de mettre sur pied, des ateliers de nutrition qui s'adresseront à un plus large public, histoire de faire de la prévention. Reste à voir si le Ministère de la santé par le biais des Agences de santé et services sociaux sur les différents territoires voudra subventionner cette initiative.

Quelques points d'intérêt :
  • La NUTRITION - « que ton aliment soit ton premier remède » - c'est de la sorte qu'Hippocrate, le père de la médecine...
  • Les fonctions de l'appareil digestif - le trajet de l'aliment depuis la mise en bouche.
  • L'alimentation - une industrie bien sûr, davantage une discipline personnelle qui suggère une saine gestion des besoins nutritionnels.  
  • Les fibres et l'eau. Ajoutez à vos menus des fibres solubles selon votre tolérance : avoine, orge, psyllium, légumineuses, soya. Alors que vous lisez les étiquettes, considérez les valeurs de base suivantes : 2 g = source de fibres - 4 g = bonne source de fibres - 6 g = excellente source de fibres. Pour le pain quotidien, voyez à choisir un produit qui vous donnera plus de 2 g pour une tranche.
  • Ajout de fibres dans votre alimentation journalière et pouvoir sucrant ; par exemple la purée de dattes a un pouvoir sucrant exceptionnel et vous ajoutez des fibres ; le miel pur un autre choix pour votre besoin de sucrer.
  • Les gras visibles et ceux que l'on dit cachés.  Les portions de viande : réduire à trois onces (90 grammes) environ, soit  la taille d'un jeu de cartes et limiter la consommation à deux repas de viande, volaille ou poisson par jour.
  • Les valeurs à considérer 5 - 10 - 15 alors que vous choisissez les produits dits d'accompagnement ou pour la collation, que vous allez vous mettre sous la dent. : 5 pour le pourcentage de lipides - 10 pour le total des gras saturés et transes - 15 pour le sel ou sodium. C'est dire que si les lipides d'un produit donné comptent pour 12 g et 18% de la valeur journalière recommandée, vous êtes loin du chiffre 5 qui est la cible.
  • Les méthodes de cuisson à faible teneur en gras sont à privilégier, telles que : griller; cuire à la vapeur; cuire au four; pocher. Il est conseillé d'enlever tout le gras visible des viandes également la peau des poissons, avant la cuisson.
Et cet autre point d'intérêt :  ces flavonoïdes qui nous protègent contre les radicaux libres qui sont très envahissants et nous assaillent tous les jours via la nourriture pas toujours saine et le stress que l'on dit oxydatif. Les flavonoïdes sont des composés ou des pigments qui possèdent de fortes propriétés anti-oxydantes. Elles donnent la couleur aux aliments. Les flavonoïdes améliorent la fonction de la vitamine C et protègent de l'oxydation. On les retrouve dans une grande variété de fruits et de légumes et ils ont des effets bénéfiques pour le coeur, les artères, le foie, le système immunitaire, les tissus musculaires et le système nerveux.
Différentes approches, modèles ou programmes nutritionnels s'offrent à celles et ceux qui doivent réviser leurs apports, fonction d'un problème particulier que suggère votre tour de taille ou encore un contrôle médical.

Et que dire de la faim conditionnée ! et ce qui éveille votre goût de manger en dehors des heures des repas.
  • les alcools - une étude britannique récente nous apprend que ces solvants sont cancérigènes et que lorsqu'elles sont liées à l'habitude de fumer, cette synergie multiplie les risques par 100. Dès 1997, le Fonds mondial de recherche contre le cancer alertait les populations avisant que les Français reconnus pour leur habitude de consommation de vin ont un taux plus élevé de cancer parmi leurs populations. 
  • les aliments à fort potentiel ! Les petits fruits tels les bleuets, l'herbe d'orge ou barley green, le miel...
  • les aliments qui vous aideront à diminuer votre consommation de sel
  • Les ateliers de nutrition - apprendre, s'informer
  • Le bilan lipidique, une référence utile quand il nous faut effectuer des changements à notre alimentation.
  • Les changements nutritionnels - par où commencer ? Muffin maison ou muffin du commerce ? Un exemple qui fait image !
  • Comment lire les étiquettes !
  • Les désirs alimentaires selon le Dr Olivier Soulier
  • Les protéines, les lipides et les glucides qui avec l'eau constituent les macronutriments dont le rôle principal est de fournir les calories, donc l'énergie.
  • Les vitamines - notre usine les fabrique nous dit le Dr Jean Louis Brazier, professeur titulaire à la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal sauf une, la vitamine K. Mangez sainement, les bienfaits d'une alimentation équilibrée sont reconnus. Pour vous permettre de mieux choisir et de composer des repas qui conviennent à votre style de vie, recherchez les indications tel l'apport quotidien recommandé et autres généralités ainsi que les propriétés des aliments que vous choisissez pour vos besoins journaliers.  Subtilité : le licopène dans la tomate est plus actif alors que vous la chauffez.  
  • Les minéraux : calcium - chrome - cuivre - fer - manganèse - sélénium - zinc
  • Les acides gras y compris les omégas-3 et les acides aminés.
L'alimentation, un domaine de consommation où les commerciaux et autres publicités abondent - il nous faut voir clair et lire entre les lignes, tout autant que les étiquettes !

L'alimentation, une grande industrie où on ne se prive pas d'utiliser des termes comme sain, nutritif, complet, riche en vitamines etc. Comment s'y retrouver, alors que littérature scientifique et psychologie de masse utilisée par les publicitaires se font compétition ?

Pour leur part, les fabricants de céréales nous dirons que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. Qu'en est-il vraiment ?

Nous sommes d'avis qu'il est important de :
  •  prendre trois repas équilibrés chaque jour, incluant produits céréaliers (4 portions de céréales entières), produits laitiers (2 portions dont du lait faible en gras, yogourt et fromages maigres), les fruits et les légumes (5 portions) ainsi que les viandes et les substituts riches en protéines (un minimum de 2 portions). La variété semble être une clé en matière de saine alimentation.
Notre suggestion : dans la même journée et le jour suivant si possible, consommez différents aliments. Par exemple, si vous avez du poulet au menu aujourd'hui, refaites ce choix, deux jours plus tard.
  • Qu’un petit déjeuner comportant des aliments de chaque groupe (voir le guide alimentaire canadien) dont des céréales complètes, nous permet de bien commencer la journée; autrement nous partons avec un déficit et le corps s’en ressentira tout au long de la journée.
  • mettre au menu du poisson trois fois par semaine ou plus.
  • éviter le sel et les matières grasses tels le beurre, les huiles, les mayonnaises ou encore les utiliser avec modération.
  • croquer une pomme lorsque vous avez un petit creux entre les repas ou encore la branche de céleri, les radis et les carottes en remplacement d'une friandise sucrée.
  • éviter les formules buffets à volonté, alors que vous sortez manger à l'extérieur.
  • prendre le temps de manger, de saliver, de bien mastiquer, de prendre un réel contact avec les saveurs et goûter les aliments en bouche, des moyens de se sentir rassasié.
  • suivre d'un moment de calme pour favoriser la digestion.
Une saine gestion des besoins nutritionnels, pour se maintenir en bonne santé, nécessite une certaine discipline également le sens des portions ! Et qui plus est, le guide alimentaire canadien suggère plus ou moins de portions, selon l'âge et le sexe !
Cette merveilleuse machine, qu'est le corps humain, doit s'approvisionner et s'abreuver du matin au soir pour fournir le rendement que vous en exigez !

L'eau, les minéraux, les enzymes, les fibres solubles, les glucides, les lipides, les protéines, les acides aminés, les oligoéléments, les bons gras... et de nouvelles règles d'hygiène de vie qui incluent une activité physique soutenue et régulière... harmonisés à un environnement où l'air est respirable, dans les deux sens du terme, où on prendra plaisir à manger, serait une combinaison gagnante !

Connaître et consommer les aliments à fort potentiel, un atout !  Entre autre l'orge verte qui a fait l'objet d'une étude qui s'est prolongée la vie de ce chercheur, le docteur Hagiwara, lequel en a découvert plusieurs applications.

Sur quoi repose le nouveau Guide alimentaire canadien ?
Depuis la dernière parution du Guide en 1992, plusieurs changements importaints imposaient une révision de cet outil national :
  • Établissement de nouvelles normes nutritionnelles (les Apports nutritionnels de référence);
  • Évolution du contexte environnemental tant du point de vue des profils socio-démographiques culturel des canadiens que des tendances de consommation;
  • Accumulation de données probantes (données reposant sur des faits scientifiques) entourant la relation entre les aliments et les maladies chroniques.
La révision a débuté en 2004... Lire la suite

Les recommandations pour les gras visibles et cachés :

À titre d'exemple, 1 cuillère à thé = 5 gr de matières grasses.
Par jour : 15 à 20 c. à thé, ce qui veut dire 5 à 7 c. à thé par repas.

Des exemples et des équivalences :

Gras visibles

Huile, margarine ou beurre, mayonnaise, vinaigrette, avocat (compte pour 6 portions de gras), noix (1/4 de tasse équivaut à 16 carrés de gras) .
Par jour : 3 à 6 c. à thé (jusqu'à 8 c. à thé pour les tailles plus fortes)

Gras cachés
Dans les produits transformés, gras saturé, transe ou hydrogéné (référence à la liste d'ingrédients).
      Muffin maison = 1 c. à thé
      Croissant = 3 c. à thé
      Muffin du commerce = 4 c. à thé
      Beigne glacé = 4 c. à thé
      Pâtisserie danoise = 4 c. à thé
      Salade césar / repas = 40 frites ou 5 c. à thé de gras.
      Boeuf de type surlonge, grillé - une portion de 3 onces (100 g) = 1 once (30 g) de fromage cheddar.
Et que dire de la faim conditionnée ! QUAND LES PAPILLES GUSTATIVES S'ÉLÈVENT, DIFFICILE DE RÉSISTER !

Dans les super-marchés, on cuisine sur place pour éveiller le goût et alors, les étalages se vident ! Ne vous pointez pas pour faire l'épicerie alors que vous avez une faim de loup ! Vous n'allez pas pouvoir résister à la section des pâtisseries, puisque c'est humain de tendre à se satisfaire !

Et voilà que votre système d'évaluation suivant le goût, vous conduira vers des choix d'aliments caloriques !  Pour cette raison, vous comprenez qu'il vous faut diminuer la quantité de ceux-ci pour faire place aux éléments nutritifs de base qui eux servent à maintenir les services essentiels !

Si vous voulez que votre corps, votre véhicule, vous donne une bonne performance et qu'il tienne la route malgré les tournants difficiles il est plus approprié de choisir un système d'évaluation basé sur le volume ou la sensation de satiété; une distinction que votre estomac peut faire.

JE TIENS COMPTE DE MES SIGNAUX DE FAIM ET DE SATIÉTÉ ! JE PRENDS LE TEMPS DE GOÛTER LES ALIMENTS !  J'Y TROUVE UNE SATISFACTION ! Signal de faim : ça gargouille, on peut même avoir des étourdissements ... Signal de satiété : je ressens que j'ai assez mangé, sensation physique : confortable, rassasié, plein ...

Le choix des aliments est à faire, partant de la connaissance de ce qui nous rassasie (les protéines contenues dans la viande ou le poisson par exemple) et par l'évitement de ce qui conduit à la dépendance (les excès de sucre et de gras).

Les portions !  Nul doute que nous pourrions commander des demi-portions ou encore partager un plat, alors que nous allons au restaurant. 

Selon Santé Canada, un aliment fonctionnel fait partie d'une alimentation normale. Il procurera des bienfaits physiologiques dépassant les fonctions nutritionnelles de base et on croit qu'il réduit le risque de maladies chroniques. Beaucoup d'aliments entrent dans cette catégorie car l'on y a découvert de nouveaux composés bénéfiques pour la santé : les antioxydants, les acides gras oméga-3, les phytoestrogènes et les fibres.

Les aliments renfermant naturellement ces nutriments sont qualifiés « d'aliments fonctionnels par nature » : l'huile d'olive, les poissons gras, le brocoli, les canneberges.

Les « aliments fonctionnels par ajout», eux sont des aliments auxquels l'on a adjoint un composé procurant un avantage pour la santé - oeuf enrichi en oméga-3, jus d'orange enrichi en calcium, gomme à mâcher contenant du xylitol.

Les nutraceutiques sont des substances extraites d'un aliment, celles-ci ayant un effet physiologique bénéfique. Elles sont vendues sous forme de supplément (suppléments de lycopène, d'isoflavones et d'oméga-3). Pour connaître les derniers développements, visitez le site Web de l'INAF (Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels) de l'Université Laval

Mieux vivre et bien vieillir. Consommation et dépense énergétique - les deux font la paire ! La communauté scientifique soutient qu'une alimentation appropriée pourrait aider la population à mieux vieillir. Des exemples d'études en cours à l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels de l'Université Laval :
  • Développement de produits à base de phytostérols pour favoriser de meilleurs niveaux sanguins de lipides.
  • Supplément de graines de lin broyées chez la femme ménopausée.
  • Étude prospective sur les facteurs de risque non traditionnels des maladies cardiovasculaires.
L'alimentation pour se nourrir, se faire plaisir, se consoler et maintenant des études sont en cours qui viendront confirmer que les aliments peuvent aussi nous soigner. C'est dire que pour vivre en santé ou pour guérir, le secours par la nature représente la situation idéale. Nous ne pouvons nous permettre d'être carencés !

Atteindre et maintenir un poids santé et garder la forme pour prévenir les effets du vieillissement - engagez-vous y dès maintenant !

Nous poursuivons l'écriture des contenus et nous souhaitons qu'ils influencent vos démarches ou qu'ils serviront à une prise de conscience utile alors que vous faites de nouveaux choix pour votre santé.

Approches nutritionnelles

L'aspect nutritionnel du programme Ornish. Pour cette diète riche en fibres, des suppléments d'acides gras essentiels sont conseillés et le modèle propose une alimentation faible en matières grasses (moins de 10%).

À la base de la pyramide de la diète du Dr Dean Ornish MD, on retrouve :
  • en abondance : Les céréales à grains entiers; les légumes et les fruits (non-transformés) ainsi que les légumineuses (soya inclus).
  • en utilisation restreinte : Les noix, avocats & huiles végétales faibles en gras saturés et riches en oméga-3
  • 0-2 portions / jour : Blanc d'oeufs; poisson (ex: saumon, maquereau)
  • 1-2 portions / jour : Produits laitiers non-gras ou suppléments de calcium
  • occasionnellement : Sucre raffiné, alcool
  • 0-1 portion / jour : Volaille maigre
  • À éviter : viande rouge, beurre, gras transe.
....des éléments nutritifs sélectionnés et deux versions de la diète - la réversible et la préventive -, qui combinés avec le style de vie préconisé , vous aideront à prévenir et ralentir la progression de la maladie coronarienne.

Recherchez davantage d'informations en allant sur le site PMRI (Preventive Medicine Research Institute)

L'impact de la diète méditerranéenne dans le contexte nord-américain - une étude est en cours à l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels de l'Université Laval.

L'alimentation végétarienne - les végétaux sont à l'honneur - aucune viande n'est consommée et pour certains, des produits laitiers et des oeufs sont au menu. De quel type êtes-vous ? végétalien, lacto-végétarien, lacto-ovo-végétarien ou semi végétarien.
  • Végétalien - Produits céréaliers, légumineuses, noix, graines, fruits et légumes sont parmi ses choix pour les bons gras, les vitamines, les minéraux et les fibres qu'ils contiennent. Il lui est conseillé, pour éviter les carences, de compléter son menu avec des aliments riches en fer, en calcium, en vitamine D, en vitamine B12 (presque exclusive au règne animal) et en oméga-3. Gardez contact avec un professionnel de la santé et une nutritionniste qui sauront vous suggérer des alternatives ou encore la supplémentation.
  • Lacto-végétarien - Les végétaux et toute la gamme des produits laitiers pour l'apport en calcium, vitamine D et vitamine B12 qu'ils procurent. 
  • Lacto-ovo-végétarien - Les végétaux, les oeufs et la gamme des produits laitiers. Les oeufs pourraient bien minimiser les risques de carence nutritionnelle.
  • Semi-végétarien - La volaille et le poisson d'élevage complètent le menu.
Une référence utile - La nutrition des végétariens, sur le site de Extenso >>>

Les aliments à fort potentiel !

L'ail - un des végétaux à action préventive ! L'utilisation généreuse de l'ail dans la cuisine méditerranéenne expliquerait en partie la faible incidence de l'athérosclérose (durcissement des artères) dans des pays comme l'Espagne et l'Italie.

Plusieurs études montrent que l'ail contribue, de différentes manières, à prévenir les maladies cardiovasculaires. Il freine notamment l'agrégation des plaquettes (les cellules impliquées dans la coagulation du sang) et leur dépôt sur les parois des artères, réduisant ainsi le risque de formation de caillots. De plus, il est établi que l'ail dissout les protéines associées à la formation de caillots et qui interviennent dans le développement de la plaque d'athérome. L'ail contribue aussi à faire légèrement baisser la tension artérielle, principalement grâce à ses facultés de dilatation des vaisseaux sanguins.

Les composés actifs de l'ail sont surtout concentrés dans le bulbe. Il s'agit pour l'essentiel de composés soufrés dont le plus important, l'alliine, se transforme rapidement en allicine lorsque l'on coupe ou écrase le bulbe. L'allicine se transforme à son tour en d'autres substances telles que l'ajoène et l'allylcystéine, auxquelles on doit la plupart des propriétés pharmacologiques de l'ail.

Que des effets bénéfiques : L'ail réduirait la formation des nitrites responsables du cancer de l'estomac et stimulerait le système immunitaire. Il possède en outre des propriétés antioxydantes et sait neutraliser les radicaux libres.


L'ail semble aussi être efficace contre les agents infectieux tels que virus ou bactéries, car l'allicine bloque la production des enzymes permettant à ces micro-organismes d'envahir et de léser les tissus. Cette plante, enfin, inhibe l'action des champignons responsables du pied d'athlète et de l'otite des piscines.

***L'ail, l'oignon en grande quantité, le thé vert, les jus de canneberges et de pamplemousse semblent contre indiqués si votre médecin vous a prescrit un anticoagulant, le coumadin par exemple.

Les amandes aideraient au contrôle du taux de glycémie dans le sang. C'est le docteur Cyril Kendall de l'Université de Toronto et son équipe de chercheurs, qui au terme du protocole qu'ils avaient établi, ont émis cette hypothèse. Les auteurs de l'étude, qui ont publié dans The Journal of Nutrition, croient que les amandes diminuent la variation glycémique grâce à leur apport en antioxydants. La quantité d'amandes sous observation était de 60 grammes.

Barley green ou orge verte, une richesse tout à fait exceptionnelle en minéraux comme le fer, le magnésium, le zinc, le cuivre, le manganèse et le potassium ainsi qu'en vitamines et en enzymes (C, E, B6, B12, acide folique, bêta-carotène, S.O.D.). Nous pouvons le considérer comme un complexe vitamino-minéral, bio disponible et 100% naturel. Aucun danger de créer un déséquilibre avec un excès d'un ou l'autre des minéraux, vitamines et nutriments que l'on retrouve dans cet aliment unique, ce qui pourrait arriver avec des suppléments du commerce. Ce sont les médecins Yoshihide Hagiwara et Mary Ruth Swope qui ont découvert les utilisations médicinales de l'herbe d'orge.

Le docteur Hagiwara nous rappelle que les bienfaits de l'herbe d'orge seront décuplés par l'adoption conjointe d'un régime crétois d'exercice physique, de relaxation et d'exposition modérée mais quotidienne au soleil et, naturellement, par l'abstention de tous les comportements à risques, alcoolisme, tabagisme, toxicomanie, surmenages divers.

Pour vous en convaincre, voici une suggestion de lecture : « Le jus d'herbe d'orge, la boisson naturelle complète » de Barbara Simonsojn, Éd. Chariot d'or, 2003.

Propriétés antioxydantes + propriétés antiinflammatoires + processus d'activation de l'énergie permettront de retrouver et de maintenir le niveau d'endurance que vous recherchez.  Chlorophylle, agents alcalinisant, antioxydant, antiinflammatoire - le docteur Hagiwara dit que c'est l'aliment parfait que la nature a créé !

Nous sommes en mesure de vous fournir le Jade Greenzymes , un produit dont la formule exclusive a été inspirée de ce scientifique qu'était le docteur, professeur Hagiwara. Ce dernier a consacré son travail de toute une vie à trouver une substance naturelle qui défendrait la santé, avec des ingrédients qui supporteraient les besoins nutritionnels du corps. Communiquez avec Nicole Goulet au 450 682-0228.

La betterave -
Wikipédia nous donne cette information : les racines de Beta vulgaris contiennent une quantité significative de vitamine C et les  feuilles sont une source de vitamine A. Elles sont également sources de fibres, d'acide folique et d'antioxydants.
Une tasse (225.8 grammes) de betteraves émincées contient :  31 kCal (130 kJ); 8.5 g d'hydrates de carbone; 1.5 g de fibres alimentaires; 53.2 µg de vitamine B9;   32 mg de phosphore; 259 mg de potassium et 1.5 g de protéines. Les racines sont également riches en bétaïne (N,N,N-trimethylglycine). Ce nutriment agit en régulateur de la pression artérielle; ses minéraux, oligo-éléments et micro-nutriments donnent vie à nos cellules, aident à contrer la fatigue, la perte d'appétit et l'anémie et sont indispensables au bon fonctionnement du système nerveux. 

Les bleuets
- voir le vieillissement prématuré ou la dégénérescence 
(problématiques de santé et pistes de solution). Les chercheurs pensent que ce sont les anthocyanines, les pigments qui donnent la couleur, qui ralentissent certains déclins cognitifs et habiletés motrices liés au vieillissement. Il s'agit là du résultat de leurs observations chez les animaux.
Que l'on nomme aussi myrtille (Vaccinium myrtillus). Comme antioxydant, les bleuets arrivent bon premier sur 39 fruits et légumes de consommation courante. Elle en possèderait 50% plus que les fraises, 125% plus que l'orange et 250% plus que les épinards, ce, grâce aux anthocyanosides qui lui donnent sa couleur bleu foncé. Certains scientifiques américains sont si impressionnés par ses caractéristiques qu'ils recommandent d'en manger 125 millilitres par jour.
Les avantages qu'on attribue à la consommation de bleuets : Contribue à prévenir le cancer et les maladies dégénératives, notamment celles qui sont associées au vieillissement, à contrer la diarrhée et, en usage topique, traite les inflammations des muqueuses de la bouche et de la gorge et abaisse les taux de glucose sanguin.
Ce n'est pas tout ! La consommation des fruits ou d'extrait des fruits de la myrtille ou du bleuet aiderait à prévenir le glaucome, la cataracte et la rétinopathie diabétique, améliorerait la vision nocturne, réduirait les effets de l'éblouissement, traiterait les troubles de la circulation veineuse tels que l'insuffisance veineuse et l'angiopathie diabétique.
Et plus encore... Il semble que les bleuets aident à renverser la perte de mémoire à court terme, qui affecte les gens vieillissants. C'est ce qu'a révélé une expérience effectuée sur des rats par James Joseph, PhD, un chercheur du Département de l'agriculture des États-Unis, basé lui aussi à l'Université Tufts. Pendant deux mois, le chercheur a donné un extrait de bleuet à des rats âgés. À sa grande surprise, les rats ont retrouvé leur habileté à se souvenir du chemin pour sortir d'un labyrinthe et amélioré leur équilibre et leur vitesse.

Le rapport révèle que l'on savait déjà que le bleuet contient beaucoup de tannins, comme la canneberge (Vaccinium oxycoccos et V. macrocarpon), et que ces tannins sont d'excellents agents pour la prévention des infections du canal urinaire car ils empêchent les bactéries responsables de cette maladie de s'accrocher aux parois de la vessie.

Les travaux de recherche  d'experts européens ont quant à eux menés à la conclusion que la myrtille améliore la vision nocturne et l'ajustement à la lumière intense.

Le cresson, un des végétaux les plus riches en iode,
facilement assimilable et recommandé aux personnes souffrant d'hypertension puisque l'iode préviendrait le durcissement des artères.
Riche en fer pour combattre l'anémie, il favoriserait la fixation de l'oxygène dans le sang; ce qui conviendrait aux personnes fatiguées et anémiques.
Contient du soufre utile à la santé de la peau, des ongles et des cheveux.
Le cresson renferme de fortes quantités de vitamine C.
Déconseillé du fait de ses substances irritantes, aux personnes qui présentent des troubles digestifs ou du système urinaire.

La cannelle,  l'écorce parfumée a fait l'objet d'étude par les scientifiques, ces dernières dix années, ce qui fait que l'on connaît mieux ces bienfaits. Entre autres, il semble que l'absorption régulière de cannelle aura un impact sur votre glycémie, le cholestérol et certains cancers. Dans une étude réalisée au Pakistan, les participants ayant le diabète de type 2 qui consommaient moins d'une demi-cuillère à café de cannelle quotidiennement pendant 40 jours ont réduit leur taux de glycémie, de cholestérol et le niveau de triglycérides de 20 pour cent. La cannelle alors mangée avec des aliments riches en glucides peut atténuer la flambée subséquente de glycémie. Ce qui fait dire à l'étude que les épices peuvent repousser les déficiences du métabolisme du sucre qui sont des précurseurs de la maladie. Suivez ce lien... http://www.thefoodpaper.com/features/health/cinnamon.html pour évaluer tous les autres pouvoirs que l'on attribuent à la cannelle. L'épice inhiberait la croissance des bactéries d'origine alimentaire, un antimicrobien qui anéantie le H. Pylori, bactérie responsable des ulcères d'estomac et serait efficace contre le Candida.
L'une des huiles essentielles entrant dans l'écorce de la cannelle, la cinnamaldéhyde, est aussi un diluant naturel du sang et un anti-inflammatoire.
Attention à cette action sur la coagulation du sang, si on vous a prescrit des anticoagulants; des doses thérapeutiques ne sont pas indiquées. Parlez-en à votre médecin et à votre pharmacien.
Les propriétés anti-inflammatoires de l'épice sont d'autres avantages pour les personnes souffrant d'arthrite. Une étude menée à l'Université de Copenhague a montré que la consommation d'une demi-cuillère à café de cannelle avec une cuillerée à soupe de miel, chaque matin avant le petit-déjeuner soulage les douleurs arthritiques.

Le miel, une substance sirupeuse, sucrée et parfumée produite par les abeilles, à partir du nectar ou du pollen des fleurs. Le journal Le Devoir titrait dans son édition du 8 septembre 2006, sous la plume de Pauline Gravel : « Là où les antibiotiques échouent, le miel fait des miracles »

Les préparations de miel de Leptospermum
dont il s'agit ici, subissent une stérilisation particulière. C'est donc dire que le miel acheté dans le commerce n'est pas celui-là qui offre les effets curatifs cités plus bas et qui intéresse la communauté médicale.

«Le miel guérit en quelques semaines les plaies infectées et récalcitrantes, qu'il s'agisse de brûlures, d'ulcères variqueux, d'incisions chirurgicales ou de lésions consécutives à un diabète. »

« En plus de tuer les micro-organismes, le miel a divers autres effets intéressants. Il diminue l'oedème et l'inflammation des tissus. Il déloge et repousse les tissus morts...»

L'article du journal Le Devoir relate l'expérience québécoise. La journaliste Pauline Gravel a interrogé Lincoln D'Souza, infirmier clinicien au Centre universitaire de santé McGill. Elle rapporte « qu'il a dit avoir recours aux mixtures de miel comme Medihoney, pour quatre à cinq patients par année, le plus souvent à la demande de ceux-ci qui ont eux-mêmes réussi à se procurer la préparation à l'étranger. » Monsieur D'Souza ajoutait avoir obtenu d'excellents résultats : « Nous ne l'utilisons pas régulièrement car il n'est pas disponible. S'il le devient, il aura sa place dans notre pharmacopée, peut-être pas comme premier traitement à suivre mais en combinaison avec d'autres technologies de pointe.»

Le persil, une plante potagère qui se fait valoir comme condiment. C'est une plante gorgée de chlorophylle, riche en calcium et en phosphore. Elle recèle vitamines A et C plus une bonne teneur en fer et d'autres oligoéléments dont le manganèse.

Les poissons et l'huile de poisson, comme sources d'acides gras essentiels oméga-3.

La pomme, « un aliment qui éloigne le docteur ». On le dit toujours et les études permettent de donner des précisions sur les bénéfices que sa consommation procure.

Deux pommes par jour pourraient contribuer à atténuer les troubles reliés à la ménopause (bouffées de chaleur) et à l'ostéoporose. Le bore, cet oligoélément qu'elle contient entraîne une augmentation du taux d'oestrogène.

Le soya, ses réputés flavonoïdes qui agissent comme des anti-inflammatoires et protègent contre les carcinogènes. Consommez chaque semaine des aliments à base de soya, comme le tofu, les noix de soya ou le lait de soya et profitez de leurs bénéfices pour la santé.

Le thé, une boisson santé ! La boisson la plus consommée après l'eau. Le thé noir est le plus populaire auprès des Occidentaux tandis qu'en Asie on préfère le thé vert.
Si l'on se fie aux études en laboratoire, le thé possèderait un nombre incroyable de qualités nutritionnelles : il serait anti-cancérigène et bon pour le coeur, les dents et la ligne... Or, les observations faites en éprouvette peuvent parfois être bien loin de la réalité. Tour d'horizon des bénéfices, présumés ou réels, du thé... Lire la suite

Que la nature sait bien pourvoir à nos besoins !

Les aliments qui aideront à diminuer votre consommation de sel tout en vous faisant découvrir d'autres saveurs. 

  • Utilisez le jus de citron dans la préparation des aliments, en remplacement du sel également pour mariner les viandes;
  • Le jus d'orange, de mandarine ou d'ananas donnera du goût à vos plats de poulet;
  • Les poivrons rouges et verts, le persil et le paprika sont utilisés avantageusement dans la préparation de vos mets.
Les ateliers de nutrition. Apprendre, s'informer pour une saine alimentation ou encore pour une éducation diététique en rapport à un problème de santé particulier.

Le service de diététique de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal en collaboration avec A.C.T.I.F.S., l'Association des bénévoles en santé cardio-vasculaire offrent les ateliers sur la nutrition « Coeur Atout.»

Parlez-nous de votre intérêt, nous poursuivrons les trois sessions offertes annuellement, qui s'adressent à une population adulte à raison de 5 rencontres de 2 heures.


L'objectif général : Aider à choisir et à préparer des aliments réduits en matières grasses et en sel.
                                                                                
Les objectifs spécifiques :
  • Donner de l'information sur la façon de préparer des repas nutritifs;
  • Enseigner des notions d'alimentation saine;
  • Montrer à bien choisir les produits alimentaires;
  • Connaître les principes d'une alimentation à teneur contrôlée en matières grasses et en sel;
  • Allier plaisir de déguster et saine alimentation 
Si vous voulez en apprendre davantage sur le contenu, le coût et les autres sessions auxquelles vous pourriez participer : communiquez avec Nicole Goulet au 450 682.0228

Les changements nutritionnels, par où commencer ?

Suit, muffin maison ou muffin du commerce ? Un exemple qui fait vraiment image !
D'abord une citation qui nous parle d'adaptabilité : « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements »; énoncé de Charles DARWIN 1809-1882.

Les changements nutritionnels impliquent une réduction de l'apport alimentaire en cholestérol total, en gras saturés et en gras trans, le contrôle du poids ainsi qu'une diminution de l'obésité abdominale.
Par exemple, si votre objectif est de réduire les LDL (mauvais cholestérol), voici quelques suggestions:
  • Faire une meilleure sélection de matières grasses et diminuer la quantité, surtout les gras saturés et les gras trans; 1 c. à thé (5ml) d'huile contient près de 5 grammes de matières grasses alors qu' 1 c. à soupe (15ml) d'huile en contient 14 grammes;
  • Limiter la portion de viande - notre nutritionniste parle de la grosseur d'un jeu de cartes;
  • Choisir les bons gras, 1 à 2 c. à table de noix par exemple;
  • Augmenter la consommation de fibres solubles à 25 ou 30 g par jour et les protéines de soya à raison de 25 g ou plus par jour;
  • Alors que vous êtes en excès de poids, le réduire de 5 à 10% fera une différence. Réduire de 200 à 300 calories votre apport alimentaire ou dépenser l'équivalent de 200 à 300 calories par jour dans une activité physique que vous aimerez poursuivre quotidiennement - des suggestions efficaces.
Ces mesures pourraient réduire de 4 à 8% les LDL et d'environ 10% les TG (triglycérides) de nous dire Johanne BEAULIEU, nutritionniste d'expérience de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal.
Par la même occasion, si vous y voyez un intérêt d'augmenter le taux de bon cholestérol sanguin, les HDL :
  • Faites de l'activité physique régulièrement; oui, l'exercice est en tête de lisse !
  • Consommer du poisson, 2 à 3 fois par semaine - pour les oméga de la meilleur origine qui soit: les poissons gras;
  • Réduire les triglycérides en limitant l'absorption d'aliments sucrés, de gras saturés et d'alcool; des combinaisons style réglisse et boisson gazeuse sont à éviter bien entendu !
  • Bien répartir les sucres au courant de la journée; si vous souffrez de diabète, soyez vigilant-e, les taux de glycémie doivent être bien contrôler;
Arrêter de fumer ;
  • Maintenir un poids santé et passer des tests pour le cholestérol, les triglycérides et le sucre sanguin annuellement comme mesure préventive et pour suivre les résultats de vos efforts. Sortez votre ruban à mesurer ! Un point de référence, le tour de taille puisque la silhouette poire prend le dessus sur celle que l'on nomme pomme. C'est dire que si la graisse est logée aux fesses et aux hanches, elle est réputée être moins dommageable que si elle était à la taille. Voici des mesures trouvées acceptables: chez les femmes 88 cm ou 35 pouces alors que chez les hommes 102 cm ou 40 pouces. 
Muffin maison ou muffin du commerce ? Commençons par lire les étiquettes, elles sont, on ne peut plus révélatrices !
À l'occasion d'un atelier sur la nutrition, une participante nous a apporté l'emballage d'un muffin préparé par une maison reconnue et vendu dans un dépanneur.
Le sachet transparent met déjà l'eau à la bouche et semble répondre à un critère de choix. 4 sortes de fruits se proposent, joliment étalées: bleuets, pommes, framboises et mûres. 


 Valeur nutritive
 Pour 1 muffin (125 g)
 Teneur                                             % valeur quotidienne
 Calories : 640
 Lipides / Fat                           31 g                              47 %
 Saturés                                   0,6 g
 + trans                                       0 g                                0 %
 Cholestérol                            90 mg
 Sodium                                  110 mg                             4 %
 Glucides / Carbohydrate      82 g                              27 %
 Fibres                                       3 g                               12 %
 Sucres                                    39 g
 Protéines                                 9 g
 Vitamine A                                                                    4 %
 Vitamine C                                                                     8 %
 Calcium                                                                          2 %
 Fer                                                                                 15 %

Ingrédients: Sucre, farine enrichie, huile végétale, eau, oeufs entiers liquides, bleuets, pommes (acide ascorbique, sel, acide citrique), framboises, mûres, farine de blé entier, poudre à pâte, son de blé, amidon de maïs modifié, stearoyl-2-lactylate de sodium, essence naturelle et artificielle, bicarbonate de sodium, sulfate de calcium, sel, amylase, gomme xanthane, acide citrique, propianate de sodium. (Peut aussi contenir des traces de noix).

Quelques données qui sautent aux yeux !
640 calories, ce qui est énorme, vous en conviendrez, pour une simple fringale. Une boisson gazeuse avec ça !!! Près de 2 livres de graisse en plus qui risque de se loger aux fesses ou autour de la taille (1 lb = 350 calories)
640 calories sur une consommation journalière de 1800 à 2500 calories.
31 grammes de gras - 47% de l'apport journalier
82 grammes de glucides - 27% de l'apport journalier

Comment lire les étiquettes ? Quelques informations de basse: (que nous allons compléter...)
1 gramme de lipides ou gras contient 9 calories;
1 gramme de glucides équivaut à 4 calories;
1 gramme de protéines est l'équivalent de 4 calories.
1 c. à thé = 4 grammes
3,5 onces = 100 grammes


La teneur en gras des aliments du commerce.
Un moyen de s'y retrouver:
Assurez-vous que la teneur en gras des produits cuisinés que vous consommez ne représente pas plus de 30% de sa valeur calorique.

Alors qu'on vous indique qu'un muffin du commerce par exemple vous fournira 100 calories, il ne devrait pas contenir plus de 3 grammes de gras, soit 27 calories provenant des matières grasses.

Les coupes de viande ou parties de l'animal ou volaille:
Parties les plus maigres (c'est-à-dire moins de 10% de gras): l'épaule, la longe et le gigot.
Parties les plus grasses: les pilons, haut de la cuisse et les ailes de poulet.

Les viandes hachées que vous retrouvez pré-emballées. La règlementation en vigueur statut sur le pourcentage de gras que peut contenir les paquets de boeuf haché, alors qu'on dit qu'ils sont maigres ou mi-maigres. Pour ce qui est de la viande hachée, du veau ou du porc, seul notre oeil en est le juge puisqu'on ne retrouve pas d'indication sur le pourcentage de gras sur les emballages Dans ce dernier cas, il vaut mieux choisir une pièce de viande et la faire hacher par le boucher ou encore la passer nous-même, au moulin à viande.


Les protéines, les lipides et les glucides qui avec l'eau constituent les macronutriments dont le rôle principal est de fournir les calories, donc l'énergie.

Les protéines : On dit que, ce sont les matériaux de construction du corps. Elles renferment les acides aminés. Deux catégories :
  1. Les protéines animales dans les viandes, les poissons, les oeufs, les produits laitiers;
  2. Les protéines végétales dans les céréales et les légumineuses.

Les glucides : On les appèle aussi les hydrates de carbone. Ils sont d'apport calorique et de fibres. Alors qu'ils sont composés d'amidon, on dit que, ce sont des sucres complexes - les céréales, les pommes de terre, les légumineuses sont de ceux-là. Les sucres simples sont quant à eux, composés de fructose, de glucose, de lactose ou de saccharose - les fruits, les légumes, le lait sont nos principaux fournisseurs. La ration quotidienne est évaluée à 120 grammes par jour.

Les lipides : les gras, qu'il nous faut consommer avec modération, notamment les gras animaux saturés ou hydrogénés.

Les bons gras à favoriser :

Monoinsaturés : Olive, canola, noisettes, pistaches, amandes, graines de sésames, avocat

Polyinsaturés : huile de maïs, tournesol, carthame, de soya, poisson gras et autres omégas 3, noix de grenoble, pignons, graines de tournesol, vinaigrettes à partir de ces huiles.                                                                                                                                                                                            

Les vitamines - sources alimentaires et apport complémentaire.

Le mot vitamine vient de la contraction de deux mots : - vitale qui veut dire vie  et - amine pour molécule organique. Le mot « amine vitale » a été utilisé la première fois par les chercheurs Casimir Funk et Sir Frédéric G Hopkins  alors qu'ils avaient réussi à isoler de l'enveloppe du riz, une substance cristalline qui prévient et guérit le béribéri (maladie caractérisée par une insuffisance cardiaque compliquée d'oedèmes et de troubles neurologiques par déficience en vitamine B1). Le mot a par la suite évolué vers le terme vitamine.

Règle générale, elles doivent être fournies par l'alimentation, exceptée la vitamine D1 synthétisée par la peau, la biotine et la vitamine K, dont une partie est synthétisée par la flore bactérienne du gros intestin.

Les vitamines sont classées en deux groupes :

  1. Les vitamines hydrosolubles : thiamine (B1), riboflavine (B2), niacine (B3), pyridoxine (B6), biotine (B8), acide folique (B9), cobalamine (B12), acide ascorbique (C)
  2. Les vitamines liposolubles : vitamines A, D, E, K. Elles ne s'éliminent pas facilement. Elles sont stockées dans le foie et les graisses. En quantité trop abondante, elles peuvent nuire à l'organisme.
Il vous est suggéré de bien vous alimenter et de choisir les aliments pour leur goût, mais aussi pour leurs valeurs nutritives. Oui à supplémenter, quand le corps est carencé et qu'il a besoin d'un coup de pouce ou de fouet ! Le temps d'une saison !

Attention ! Si vous suivez un traitement médical ou si vous avez une condition de santé qui demande un suivi périodique, il vous est recommandé d'en parler avec votre médecin. 

Nous avons suivi les enseignements du docteur Jean-Louis Brazier, qui avaient pour but de sensibiliser la population sur les interactions médicamenteuses et produits « naturels ».

Vous retrouverez bientôt, sur le site, un résumé ou quelques notions apprises. Dans nos projets à court terme, un tableau regroupant différentes sources fiables, pour vous permettre de choisir ce qui vous convient le mieux, ce dont votre corps à besoin pour traverser le temps !

(Notre référence : La santé par les vitamines et les minéraux - publié
par Sélection du Reader's Digest)

Bon à savoir:

La vitamine C: On ne peut en métaboliser que 500 mg à la fois et la moitié des 500 mg suivants s'ils font partie de la même dose.
Des études nous permettent de croire que la vitamine C neutralise les radicaux libres et régénère le potentiel antioxydant de la vitamine E après sa réaction avec les radicaux libres.



Questions et réponses sur la vitamine C et votre santé... Une bonne source... Santé Canada http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodnatur/applications/licen-prod/monograph/mono_vitamin_c-fra.php

Sources alimentaires: Agrumes (*) (orange, pamplemousse, etc.), kiwis, fraises, brocoli, choux de Bruxelles, cantaloup, poivrons verts et rouges, légumes verts à feuilles, tomates, pommes de terre nouvelles. Une comparaison: 3,5 onces d'orange en fournissent 53 milligrammes alors qu'une même quantité de poivron rouge fournit 190 milligrammes.
(*) les agrumes contiennent plus de 170 substances phytochimiques utiles. 

Des précisions utiles lues dans la chronique de Jean-Marc Brunet du dimanche 11 juin 2006 du Journal de Montréal: « Bien que le calcium soit absorbé dans l'intestin, le calcium inorganique a besoin d'un milieu stomacal acide. Il a été également observé, que certaines formes de calcium inorganique, comme le carbonate de calcium et la dolomite, exigent un milieu stomacal acide pour être bien absorbées. Les personnes qui peuvent produire de bonnes quantités d'acide chlorhydrique n'ont aucun problème à absorber ces formes de calcium. Cependant, les personnes qui produisent moins d'acide chlorydrique (les personnes plus âgées généralement) devraient choisir une forme de calcium organique, comme le citrate de calcium, le lactate de calcium ou le gluconate de calcium. Le calcium organique ne requérant pas un milieu acide pour être assimilé.» 

Vitamine D ou vitamine soleil

Elle est fournie par l'alimentation et est fabriquée par l'organisme. Elle se forme dans l'épiderme sous l'action des rayons ultraviolets du soleil. Le Guide alimentaire canadien (révisé en 2007) suggère aux personnes de 50 ans et plus, de prendre un supplément quotidien de 400 UI durant l'automne et l'hiver.
Questions et réponses sur la vitamine D et votre santé... Une bonne source... Santé Canada  http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/vitamin/vita-d-fra.php

Sources alimentaires : La vitamine D est ajoutée au lait; 1 tasse en contient 50 UI. Certaines céréales sont enrichies de 40 à 100 UI de vitamine D par portion. Les poissons gras - hareng, saumon ou thon, par exemple - ainsi que le jaune d'oeuf et le foie sont de bonne sources naturelles de vitamine D.
La vitamine E aide à prévenir l'oxydation par les radicaux libres des acides gras polyinsaturés des membranes cellulaires. Plus vous consommez d'acides gras polyinsaturés, plus vous avez besoin de vitamine E pour les protéger de cette oxydation.

Questions et réponses sur la vitamine E et votre santé... Une bonne source... Santé Canada http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/food-aliment/vitam-fra.php

Sources alimentaires : Huiles végétales, margarine végétale, les noix (noisettes, amandes), les graines de tournesol, les céréales complètes, les légumes verts à feuilles, avocat, poissons gras. L'huile de germe de blé arrive en tête : 1 c. à soupe en apporte plus de 25 mg.

Vitamine K

La vitamine K est celle qui nous aide à fabriquer nos facteurs de coagulation. C'est elle qui maintient la fluidité du sang. Le savant docteur Brazier dont nous avons suivi les enseignements, nous dit que la vitamine K nous vient d'une source exogène, donc de l'extérieur et on la trouve dans notre alimentation. Les légumes verts, les choux, les choux de Bruxelles sont riches en cette vitamine.

Ce sont les bactéries présentes dans l'intestin qui passent à l'action pour fabriquer la vitamine K essentielle. Ayez donc le souci d'une alimentation équilibrée et d'une flore intestinale capable de se défendre et alors, vos petites bestioles qui y logent feront le reste, soit de fabriquer la vitamine K, l'agent de coagulation.

Une carence en vitamine K, un défaut attribuable parfois, au fait que l'action de celle-ci est entravée par des médicaments prescrits, des anticoagulants comme la warfarine, des salicylates ou certains anticoagulants de l'héparine. Les sels biliaires sont indispensables pour qu'elle puisse être extraite de l'intestin : son absorption peut donc être déficiente si le canal cholédoque empêche le passage des sels biliaires vers l'intestin.

Un traitement antibiotique reçu en cours d'hospitalisation peut aussi, être responsable du déficit de la formation endogène de la vitamine K; les bactéries logeant dans l'intestin ayant été lessivées (utilisant l'expression du docteur Brazier), l'action habituelle est réduite et il faut un certain temps à l'organisme, pour retrouver cet équilibre.

Oméga 3 - Acides gras essentiels de type ...

Autre information au sujet de leur consommation durant la grossesse.

Composantes indispensables du cerveau, ces acides gras forment le groupe le plus abondant de lipides dont ce dernier est constitué à 60 p. cent. Ils servent d'autre part d'isolant aux fibres nerveuses. Une cuillère à table d'huile de lin alimentaire pure, tous les jours ou 40 mg d'acide docosahexaénoique, une forme raffinée du même lipide.

Un déséquilibre entre les acides gras essentiels serait responsable d'un niveau élevé d'inflammation à l'intérieur du corps - un facteur de risque de la maladie cardiovasculaire. Nous avons assisté, au département de santé publique, à une conférence sur le sujet. Nous vous en ferons part d'ici peu.

Pour le coeur ou pour l'humeur, les oméga-3 ont la cote; sachez que les sources d'oméga-3 végétal n'ont pas la même biodisponibilité, seulement 10% se converti en un principe actif vraiment efficace.

Les huiles de poisson sont la source la plus riche. D'autres sources d'acides gras oméga-3 nous proviennent du gibier sauvage, des noix, des graines de citrouille et de soya.

Le poisson (oméga-3) : bon aussi pour vos yeux !
On attribue de nombreux bienfaits à la consommation de poisson et aux oméga-3 qu'ils renferment (EPA et DHA), notamment en ce qui concerne la santé du coeur. Les oméga-3 jouent leur rôle protecteur en atténuant plusieurs facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. En effet, ils diminuent les taux de triglycérides et de cholestérol sanguins et réduisent le risque de voir se former des caillots dans le sang. Lire la suite

Les acides gras : acide linoléique et acide alpha-linolénique.

L'acide alpha-lipoïque est un antioxydant protecteur des cellules qui renforce l'activité d'autres antioxydants. Il sert à traiter les lésions nerveuses qui accompagnent le diabète. Il aide le foie à éliminer les toxines en cas d'hépatite, d'alcoolisme ou d'empoisonnement alimentaire.
Note: Peut entaîner un changement de la médication d'insuline et d'autres antidiabétiques. Parlez-en à votre médecin.
Une autre information utile à son sujet :  On ne sait, si elle est plus efficace que d'autres antioxydants moins coûteux, comme la vitamine E.

Les acides aminés : histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine + cystéine, phénylalanine + tyrosine, thréonine, trytophane et valine.

Ginko biloba

Depuis toujours, cet arbre, au Japon et en Chine, est considéré comme médicinal. Outre sa valeur nutritive - surtout les noix - il semble faire des merveilles, notamment sur les facultés cognitives dont la mémoire. Il favorise la circulation sanguine dans le cerveau et dispose d'un immense pouvoir antioxydant.

Les minéraux dont certains sont antioxydants.

Les minéraux : calcium, chlore, chrome, cuivre, fer, fluor, iode, manganèse, magnésium, molybdène, phosphore, potassium, sélénium, sodium, soufre, zinc. Certains d'entre eux sont antioxydants.

Pour mieux comprendre leur rôle, nous avons recherché pour vous, chers internautes, une information vulgarisée concernant leur fonctionnement. Au Québec nous avons monsieur Jean-Marc Brunet, N.D. qui fait un excellent travail de ce côté.

Voici un article portant sa signature paru dans le Journal de Montréal du 17 juillet 2005.

« Dans l'organisme, les minéraux existent soit sous forme de composés, comme le phosphate de calcium dont sont faits les os, soit sous forme d'ions, c'est-à-dire de particules dissociées et chargées d'électricité. C'est sous cette forme d'ions que les minéraux circulent dans le corps.

Dit très simplement, la pression osmotique est une force qui fait que la sève des arbres monte des racines jusqu'aux branches les plus hautes. Or, une des fonctions premières des ions des minéraux est d'exercer cette dite pression osmotique. »

Cuivre - minéral classé antioxydant

Effets antioxydants. Il est présent dans beaucoup d'enzymes protégeant des dégradations dues aux radicaux libres; nécessaire à la croissance des os, à la formation du tissu conjonctif et à l'assimilation du fer.

Sources alimentaires : Foie, coquillages, crustacés, cacao, noix, graines, champignons et céréales complètes.

Apport nutritionnel recommandé : 900 μg.
Apport maximal tolérable (toutes provenances) : 10 000 μg

Fer

Le fer est indispensable à l'organisme, il est présent à raison de 4 g environ chez un homme adulte et 2,5 g chez la femme. On le trouve sous deux formes : le fer héminique (70% du total) dans l'hémoglobine du sang et dans la myoglobine - le pigment des muscles-, et le fer non héminique (30%) qui entre dans la constitution de certains enzymes.

Le fer joue un rôle essentiel dans de nombreuses fonctions métaboliques. Il assure le transport de l'oxygène dans le sang (en tant que composant de l'hémoglobine) et permet ainsi la respiration et le métabolisme énergétique cellulaire. Il intervient également dans le stockage de l'oxygène au sein des cellules musculaires (c'est le rôle de la myoglobine, dont il est un constituant majeur). Enfin, il participe au fonctionnement d'un grand nombre d'enzymes et d'éléments du système immunitaire.

L'organisme se constitue des réserves de fer dans le foie, la moelle et la rate, mais il ne les sollicite que lorsque l'apport alimentaire de fer est déficitaire.

Sources alimentaires : les viandes, poissons et fruits de mer - les oeufs et les végétaux (le tofu en contient plus que le foie pour une quantité égale).

Pour aider à l'absorption du fer, il vous faut manger un aliment, source de vitamine C.

Manganèse - minéral classé antioxydant

Sources alimentaires : Noix, riz complet, pain complet, légumineuses et céréales complètes; la richesse des plantes en manganèse dépend de la teneur en manganèse du sol où elles poussent.

Effets antioxydants. Il est présent dans de nombreuses enzymes permettant de lutter contre les dégradations dues aux excès de radicaux libres.

Apport nutritionnel recommandé : 2,3 mg pour les hommes et 1,8 mg pour les femmes.

Apport maximal tolérable (toutes provenances) : 11 mg

Sélénium - minéral classé antioxydant

Effets antioxydants. Il est présent dans l'enzyme qui protège l'ADN contre les dégradations dues aux radicaux libres. Sa déficience accroît les risques de cancer de la prostate.

Sources alimentaires :
noix du Brésil, viande et abats, algues, poisson et fruits de mer, champignons, ail; avocat, céréales complètes et légumineuses contiennent du sélénium, mais la teneur dépend de celle du sol où ils poussent.

Les légumes les plus riches en sélénium sont : les champignons, la tomate, le chou, le brocoli, l'oignon et l'ail.
 
Les produits laitiers et les eaux minérales en contiennent également, à plus faible teneur.

Apport nutritionnel recommandé : 55 μg
Apport maximal tolérable (toutes provenances) : 400 μg

Zinc - minéral classé antioxydant

Effets antioxydants. Il est présent dans de nombreuses enzymes permettant de lutter contre les dégradations dues aux excès de  radicaux libres.
(*) Essentiel à un bon fonctionnement du cerveau.

Sources alimentaires : Fruits de mer (en particulier les huîtres), viande, volaille, germes de blé, céréales complètes, noix, noisettes, oeufs et produits laitiers.

Apport nutritionnel recommandé : 11 mg pour les hommes et 8 mg pour les femmes.
Apport maximal tolérable (toutes provenances) : 40 mg.

(*) 2 études ont montré qu'il existe un lien entre la carence en zinc et certaines déficiences cérébrales. L'une de ces études impliquait des patients recevant un traitement médical n'ayant rien à voir avec les troubles mentaux, mais ce traitement provoquait des pertes de zinc. Plusieurs de ces patients ont alors connu des troubles de mémoire et d'orientation, deux conditions associées à la sénilité.
L'autre étude portait sur l'importance du zinc en général. On a voulu savoir si les personnes vivant dans des régions où le sol est pauvre en zinc présentaient certains troubles de santé. L'étude a révélé une incidence nettement plus élevée de perte des fonctions mentales reliée à la sénilité.
Ces deux études nous dit Dr Jean-Marc Brunet, n.d. (Journal de Montréal du 17 juin 2007) ont aussi permis de constater qu'en donnant du zinc à ces gens, il était possible de corriger la situation jusqu'à un certain point. On a effectivement noté une diminution d'intensité des symptômes observés. Ce qui fait dire à notre illustre docteur en naturopathie, que le zinc est essentiel à un bon fonctionnement du cerveau. Il n'en demeure pas moins qu'une bonne nutrition de base est importante aussi.

Une mine de renseignements utiles en matière de nutrition et d'alimentation. En provenance :

  1. des Réseaux de santé publique; 

  2. des Ordres professionnels et associations de diététistes;

  3. des Centres de références et de recherches sur la nutrition;

  4. et d'autres ressources offrant des informations sur l'alimentation, en rapport avec un problème particulier de santé.

Le Guide alimentaire canadien
« Le Programme National Nutrition Santé » qui a pour objectif d'améliorer l'état de santé de l'ensemble de la population.

Agence de santé publique du Canada
Le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec


Sur le même site, vous pouvez rechercher (sur la gauche, sous fruits et légumes en vedette, « coup d'oeil sur l'alimentation de la personne diabétique ».

Plusieurs sujets traités dont l'hypertension artérielle et le contrôle du poids, sous le thème principal : La nutrition et les personnes âgées. Allez-y voir !
  • Diminuer l'apport en sel (sodium). Remplacer le sel de table par des préparations de fines herbes et d'épices.
  • L'apport en calcium recommandé. La consommation d'aliments riches en calcium est préconisée lors d'hypertension artérielle. Il est recommandé de prendre de 2 à 4 portions de produits laitiers par jour afin d'atteindre nos besoins. Une portion équivaut à 250ml de lait (1 tasse), 175g de yogourt (175ml ou 3/4 tasse) ou 50g de fromage (la grosseur de 2 biscuits soda). Le calcium est aussi retrouvé dans les poissons avec arêtes, dans certains légumes vert foncé, les noix, les graines et les jus et boissons de soya enrichis. La meilleure source de calcium demeure les produits laitiers, qu'il faut privilégier !
  • Limiter l'ingestion d'alcool

Un autre dossier à voir absolument si vous souffrez de constipation et que vous comprenez l'importance de réactiver et de régulariser le mouvement de l'intestin pour une meilleure évacuation des déchêts. Les sujets traités :
  • Régime faible en fibres alimentaires
  • Consommation insuffisante d'aliments ou de liquides
  • Inactivité physique
  • Excès de laxatif
  • Médications

Les Ordres et Association professionnels :

Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ)
Téléphone : 514.393.3733
Sans frais : 1 888 393.8528
Les Diététistes du Canada 
Initiatives - Nutricommunauté
Association des diététistes au Québec
Téléphone : 514.954.0047

Les Centres de références et de recherches sur la nutrition

Centre de référence sur la nutrition humaine. Les responsables sont identifiés au département de nutrition de l’Université de Montréal.

Conseil canadien des aliments et de la nutrition

Téléphone :
905-625-5746 (Ontario)

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

Autres sites et sujets d'intérêt, y compris des critères de bonne santé « made in USA »

Agence de santé du Gouvernement américain et liens amenant vers des recommandations faites par des Instituts américains de recherche comme le National Institute of Health

American Dietetic Association. En anglais seulement.

Department of Health and Human Services  en anglais seulement.
Des informations, un guide alimentaire pour les enfants et de nouvelles lignes directrices en nutrition qui semblent se dégager.  

Centre de recherche et d'information nutritionnelles de France.

Diabète Québec - l'alimentation à l'honneur
Téléphone : 514.259.3422
Sans frais :  1 800 361.3504
Ligne Info diabète : 514.259.3422, poste 233


La NUTRITION -
« que ton aliment soit ton premier remède » - c'est de la sorte qu'Hippocrate, le père de la médecine, aurait pratiqué 400 ans avant notre Ère. Depuis peu, la NUTRI-THÉRAPIE expérimentale du docteur Richard Béliveau nous ramène à cet énoncé.

En notre temps, nous pouvons compter sur la vigilance et l'opinion éclairée de Laure Waridel, Équiterre. Laure nous parle du pouvoir politique de nos choix alimentaires dans un article paru dans le journal Le Devoir du 16 octobre 2003
 
« Chaque repas nous lie à l'environnement et à des milliers de personnes qui cultivent, récoltent, transforment, emballent et vendent notre nourriture. Quant à notre santé, elle est tributaire de la nourriture que l'on mange, de l'air que l'on respire et de l'eau que l'on boit. La planète est donc dans notre assiette, et nous en faisons tous partie, qu'on le veuille ou non.»


L'eau - l'hydratation, la déshydratation et les sujets âgées.
C'est le titre d'un article scientifique écrit par Monique Ferry que vous retrouverez sur le site du Centre de recherche et d'information nutritionnelles de France.

On y relate que : « L'eau est indispensable à l'organisme, dont c'est le constituant le plus abondant. Elle se répartit dans les compartiments intra et extra cellulaires. L'eau joue un rôle majeur dans la régulation du volume cellulaire, le transport des nutriments, l'élimination des déchets et la thermorégulation. »

La recommandation est : Donnez priorité à l'eau dans votre alimentation de tous les jours. 1 litre et demi par jour, bu tout au long du jour pour transporter les déchets métaboliques et alléger les reins qui doivent gérer et évacuer les toxines.

Le Docteur F. Batmanghelidj, spécialiste reconnu mondialement écrit dans son livre " Your Body's Many Cries for Water" (dans la traduction : « Votre corps réclame de l'eau »), que 5% de déshydratation suffisent à créer de multiples troubles physiques : fatigue, maux de dos, diabète,  troubles du sommeil et autres y sont mentionnés.

Tendance : tous, nous nous préoccupons davantage de notre santé et interpellons les autorités sanitaires pour qu'elles soient aux aguets et très alertes à corriger les problèmes de pollution qui atteignent les sources d'eau potable.
Quant à nos installations, à l'intérieur de nos maisons, il est important de s'assurer que nos conduites d'eau sont exemptes de rouille.
 
L'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) nous met en garde sur les possibilités d'infections virales d'origine alimentaire et hydrique qui sont des causes de maladies. 


Communications de l'Institut National de santé publique, du Gouvernement du Québec sur la « qualité de l'eau » :

Eau et maladies hydriques - Santé environnementale et toxicologie -
...
Le virus à l'origine des gastroentérites est parmi les virus véhiculés par les aliments et l'eau nous dit le réseau national de santé publique du Québec. L'ingestion ou le contact avec une eau contaminée par des micro-organismes pathogènes ou des substances chimiques sont susceptibles d'engendrer des problèmes de santé d'ordre aigus et chroniques. C'est pourquoi les Québécois restent très sensibles à la nécessité d'avoir accès à une eau de bonne qualité.

L’eau du robinet purifiée par l’ultrafiltration Vous avez un intérêt pour une eau plus propre, moins coûteuse et plus accessible, nous avons une technologie avancée à vous proposer ! 

L'eau du robinet purifiée par l'ultrafiltration... Les produits PiMag de Nikken retiennent chlore, sédiments, métaux lourds et pesticides que peuvent contenir l'eau du robinet.  En savoir plus...


Communiquez avec nous au 450.682.0228, par courriel proactivite.sante@videotron.ca (avec la mention : produits Nikken) ou encore sur skype : club.prosante


Un régime faible en fibres alimentaires est la cause la plus fréquente de constipation. Les fibres permettent d’augmenter le volume des selles et donc de favoriser leurs évacuations. L’augmentation des fibres alimentaires peut donc aider lors de constipation : il faut cependant augmenter leur consommation progressivement afin que l’intestin s’y acclimate.

Les fibres alimentaires se retrouvent principalement dans les produits céréaliers, les fruits et légumes et les noix, graines et légumineuses. Lors de constipation, il faut par contre privilégier les produits céréaliers à grains entiers (ex : pain de blé, céréales entières…) plutôt que les produits raffinés, les fruits frais au détriment des jus de fruits et aussi privilégier les légumes crus et cuits. Ces choix, riches en fibres, aideront vos intestins à mieux fonctionner.

Il est aussi possible d’augmenter votre consommation de fibres en ajoutant du son de blé ou d’avoine à vos yogourts, céréales, soupes, salades de fruits ou jus.

Si vous augmentez votre consommation de fibres, il faut aussi hausser la prise des liquides, sinon les fibres pourraient avoir l’effet contraire à celui escompté.

 

Administration


Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php:452) in /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php on line 416
MODx Content Manager »

« MODx Parse Error »

MODx encountered the following error while attempting to parse the requested resource:
« PHP Parse Error »
 
PHP error debug
  Error: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php:452) 
  Error type/ Nr.: Warning - 2 
  File: /var/alternc/html/a/admin/siteprincipal/manager/includes/document.parser.class.inc.php 
  Line: 416 
  Line 416 source: header($header);  
 
Parser timing
  MySQL: 0.0397 s s(8 Requests)
  PHP: 0.1160 s s 
  Total: 0.1557 s s