Proactivité

Bienvenue sur l'Auxiliaire virtuel. Le Forum, un instrument de communication qui se veut une source d'enrichissement !

Vous n'êtes pas identifié.

#1 30-11-2012 18:43:25

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

L'éducation

Votre intérêt se tourne vers ... les modes de transmission du savoir et les projets en éducation et besoins particuliers >>>
- Mode de transmission du savoir ... formation dynamique en ligne, les MOOC ... l’enseignement à distance http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2715#p2715
- Projets en éducation et besoins particuliers ... les besoins se transforment, les TIC en éducation ... http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2702#p2702

L'éducation ... après l'élection du 7 avril 2014. http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2943#p2943

Thierry Karsenti sur Twitter https://twitter.com/thierryUdM Il est prof à l'Université de Montréal et Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation
_______________________________________________________________________________________________________________
Cabinet du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie http://communiques.gouv.qc.ca/cgi-bin/s … key=787689
- Enseignement supérieur, recherche, science et technologie | l’après-sommet http://www.mesrst.gouv.qc.ca/

***** Prochain rendez-vous @ Montréal : Sommet des 25 et 26 février ***** http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2749#p2749 + Journées du Sommet http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2755#p2755 et l'épineux sujet de la gratuité des études universitaires http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2752#p2752

***  4e et dernière rencontre préparatoire au Sommet sur l'enseignement supérieur : Rimouski, les 31 janvier et 1er février. * Rencontre thématique sur la contribution des établissements et de la recherche au développement de l'ensemble du Québec http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c9890.html suivez les discussions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2739#p2739
*** 3e rencontre préparatoire au Sommet, sur le thème de "La gouvernance et le financement des universités" : Sherbrooke, les 17 et 18 janvier 2013  http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c6482.html suivez les discussions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2719#p2719 
*** 2e rencontre préparatoire au Sommet, sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures : Trois-Rivières, les 13 et 14 décembre http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c8506.html suivez les discussions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2712#p2712
*** 1ière rencontre préparatoire au Sommet, sur la qualité de l'enseignement supérieur | L'enseignement supérieur, pour tous ! : Québec, les 29 et 30 novembre 2012 http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c4424.html web diffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/579/fr/ retranscription ici http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2699#p2699

*** Les discussions "hors-sommet" http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2714#p2714

Autres sujets :
*** Règles budgétaires ... Financement de l'éducation ... http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2705#p2705
*** Ressources pour les étudiants... http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2704#p2704
*** Programmes de bourses et de subventions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2742#p2742
*** Organisme indépendant d'évaluation ... http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2708#p2708
______________________________________________________________________________
Transcription des interventions "participants et panelistes"  lors de la période de questions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2694#p2694
Présentation avec appui visuel "Power Point" des participants et transcription des échanges qui eurent lieu avant les ateliers thématiques http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2695#p2695
Transcription des résumés ou synthèse des discussions en atelier http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2699#p2699 par les deux grands témoins désignés

***Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie du Québec. https://twitter.com/MESRST Compte animé par la Direction des communications. Québec | leurs abonnés https://twitter.com/MESRST/following | leur site web avec l'onglet "Le sommet" http://www.mesrst.gouv.qc.ca/

*** Conseil supérieur de l'éducation | Modèles d’universités et conceptions de la qualité :
pour une université plurielle et capable d’en témoigner | la présentation de Monsieur Claude Lessard, Président http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
- Améliorer la qualité de la formation et la réussite des étudiants : La lorgnette du professeur (PDF) | Jean Nicolas, Professeur émérite de l’Université de Sherbrooke http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
- Apprentissage et recherche : comment deux mondes doivent se compléter et s'enrichir (PDF) | la présentation de Frédéric Gourdeau Département de mathématiques et de statistique
Université Laval http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
- Pour une amélioration continue de la qualité : l’expérience du réseau collégial (PDF) | la présentation de Michel Lauzière, président de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

*** Université de Montréal | http://www.umontreal.ca/ et son campus de Laval http://www.umontreal.ca/campus/laval/index.html
Université du Québec | Dix universités, écoles et institut en réseau http://www.uquebec.ca/reseau/ dont l'Université du Québec en Outaouais http://uqo.ca/
Université Laval | http://www2.ulaval.ca/accueil.html
Université de Sherbrooke | http://www.usherbrooke.ca/ et son campus de Longueuil http://www.usherbrooke.ca/longueuil/
Université McGill | 11 facultés et 11 écoles professionnelles offrent plus de 300 programmes à environ 38 000 étudiants de 1er cycle, de cycles supérieurs et d'éducation permanente. http://www.mcgill.ca//fr/

*** Fédération québécoise des professeures et professeurs l’université (FQPPU) http://www.fqppu.org/ | Compte Twitter https://twitter.com/FQPPU | Leurs abonnés sur Twitter https://twitter.com/FQPPU/following | Novembre 2012. Sus au déficit et report des enjeux universitaires au Sommet de février 2013. http://www.fqppu.org/assets/files/bibli … e_2012.pdf
- universites-avenir.ca | Les campus délocalisés: une réponse adaptée à une demande du milieu http://www.universites-avenir.ca/les-ca … du-milieu/ | Pour la création d’un Conseil des affaires universitaires du Québec http://www.universites-avenir.ca/pour-l … du-quebec/
- CREPUQ Contribution de la CREPUQ pour la première rencontre thématique portant sur la qualité de l’enseignement supérieur http://www.universites-avenir.ca/notre-contribution/ PDF http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf | La qualité de l’enseignement et de la recherche dans les universités québécoises http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf | L’évaluation des programmes et des enseignements universitaires (PDF) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf Proposition (PDF) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
_______________________________________________________________________________________________________________
Pour s'inscrire aux Forums citoyens http://www.inm.qc.ca/component/content/ … /1301.html
«École d’hiver Spécial Sommet» Pour les jeunes de15 à 35 ans | Inscription du 4 décembre 2012 au 15 janvier 2013 http://inm.qc.ca/2012/1299-qecole-dhive … mmetq.html
*** Janvier 2012. La hausse des droits de scolarité et ses impacts sur le coût de programme de l’Aide financière aux études http://www.irec.net/upload/File/educati … 282%29.pdf document de l'Institut de recherche en économie contemporaine
- Décembre 2011. Rapport du comité sur l’accessibilité financière aux études de l’Université du Québec à la Commission de planification de l’Université du Québec http://www.uquebec.ca/communications/do … t_CAFE.pdf
_______________________________________________________________________________________________________________
9 décembre 2012. Pétition pour le maintien intégral du budget du FRQ http://www.petitions24.net/petition_pou … t_du_frqnt | 17 décembre 2012. https://twitter.com/Steve_Labrie/status … 0181618688

8 décembre 2012. Les commissions scolaires dénoncent les compressions de Québec http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … quebec.php
- Les commissions scolaires dénoncent les compressions du gouvernement Marois http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … dget.shtml
- Compressions budgétaires | Les commissions scolaires en ont assez http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 54629.html
- Budget Marceau: les commissions scolaires dénoncent les compressions http://www.ledevoir.com/societe/educati … et-marceau
- Haro sur les universités! http://www.lapresse.ca/debats/chronique … rsites.php
- Brigitte Breton, Le Soleil | Le Sommet du surplace http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … rplace.php
- Les commissions scolaires dénoncent les compressions du budget Marceau http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … arceau.php

7 décembre 2012. Compressions de 13 M$ à l'UdeS: «On n'y arrivera pas!» dit la rectrice http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherb … ctrice.php
- Tout le monde... sauf les étudiants http://www.lapresse.ca/debats/chronique … diants.php | 10 décembre 2012. En réponse à Tout le monde… sauf les étudiants de Yves Boisvert  http://gratuitescolaire.blogspot.ca/201 … f-les.html

6 décembre 2012. Coupes dans l'enseignement: tous doivent faire leur part, dit Duchesne http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … chesne.php
- Compressions-surprises: les recteurs sur le pied de guerre www.lapresse.ca/actualites/quebec-canad … guerre.php

5 décembre 2012. Les actualités de la Fédération des comités de parents du Québec http://www.fcpq.qc.ca/fr/actualite/ 
Communiqué - Rapport du CSÉ sur l'état et les besoins de l'éducation 2010-2012: les parents adhèrent à ces conclusions  http://www.fcpq.qc.ca/data/userfiles/fi … fiante.pdf Extrait : La Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) est en parfait accord avec les conclusions dévoilées par le Conseil supérieur de l’éducation dans le Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2010-2012, intitulé Pour une formation qualifiante chez les jeunes de moins de 20 ans, lever les obstacles à la formation professionnelle au secondaire.
- Le PQ accusé de vouloir «casser» les universités et les cégeps http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … cegeps.php Extrait : Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, a exigé des universités des compressions de 140 millions de dollars pour l'année en cours. Et il a prévenu les cégeps qu'ils subiront eux aussi des coupes budgétaires. 
- 985fm.ca | @ 5 minutes 58 émission de Paul Archand http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=156234 Jean Lapierre commente la décision du Ministre de demander des compressions dans les budgets des universités :140 millions dans les 4 prochains mois (- 5.2% du budget en 4 mois) ; dont 24 millions à l'Université de Montréal et 21 millions à l'Université Laval.
- radio-canada.ca/emissions/24_heures_en_60_minutes | "Financement des Universités. Le gouvernement Marois a dû sortir aujourd'hui pour défendre les compressions de 140 millions $ qui seront imposées aux universités pour l'année en cours. Des recteurs d'université se disent choqués par ces compressions alors que l'opposition accuse le gouvernement de vouloir casser le réseau universitaire." http://www.radio-canada.ca/emissions/24 … 2_1200.asx "Anne-Marie Dussault recueille les points de vue de Martine Desjardins, présidente de la FEUQ et de Denis Brière, recteur de l'Université Laval.
Coupure rétroactive – pas réaliste dit Monsieur Brière. Pour optimiser les ressources des Universités on va le prendre où l’argent dit madame Desjardins. Au niveau des salaires des recteurs, des frais d’administration. La faute des recteurs dit Martine Desjardins."
- Les universités devront réduire de 5 % leur budget en cours http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … -cours.php
- Coupures annoncées dans les universités : la FEUQ demande des engagements clairs au Ministre Duchesne http://www.newswire.ca/fr/story/1084097 … lation=org

4 décembre 2012. Michelle Blanc s'adresse au Ministre de l'Éducation, monsieur Pierre Duchesne @duchp est-ce que les transformations qu'apportent le numérique à l'éducation seront discutés au Sommet sur l'éducation supérieur? #PlanQc https://twitter.com/MichelleBlanc/statu … 5087543296 | Réponse de @MarioBeauchemi1 Professeur d'histoire au Cégep de Sainte-Foy. Présentement président de la FEC-CSQ @MichelleBlanc @duchp On parle de méthodes d’enseignement innovatrices ou de modes de transmission du savoir différents les 13- 14 décembre.

3 décembre 2012. Le Sommet sur l'éducation doit être pour TOUS et non pour soi http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle … ur-soi.php
- Table ronde sur l'enseignement supérieur http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherb … erieur.php Extrait : Le regroupement étudiant des cycles supérieurs de l'UdeS (REMDUS) tiendra le 5 décembre prochain à 19 h la première d'une série de trois tables rondes ouvertes aux citoyens et à laquelle la direction de l'institution prendra part.
- universites-avenir.ca | Que retenir de la première rencontre thématique? http://www.universites-avenir.ca/que-re … hematique/

2 décembre 2012. Rassemblement étudiant à Trois-Rivières : les associations présentes veulent poursuivre la mobilisation http://www.radio-canada.ca/regions/maur … eres.shtml Extrait : l'ASSÉ croit que l'heure est au dialogue avec le Sommet sur l'éducation supérieure, mais qu'il faut aussi que les étudiants et la population en général s'impliquent dans le débat sur l'éducation.
- Compte-rendu par AFESPED-UQAM https://www.facebook.com/note.php?note_ … 4250220318
- 2 décembre 2012. L'ASSÉ dresse un bilan positif de la grève étudiante http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … diante.php

1er décembre 2012. Gilles Duceppe, blogeur http://blogues.journaldemontreal.com/gi … e-serieux/ extrait : Le porte-parole de l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante a déclaré jeudi dernier lors de la première rencontre thématique du Sommet sur l’enseignement supérieur que la recherche de consensus était une idée ridicule! - réponse de Vanessa Gauthier Vela étudiante à la maîtrise en science politique http://www.unionlibre.net/vol7_no2/lass … serieux_ou

30 novembre 2012. Le discours de clôture du ministre Pierre Duchesne @duchp est en ligne: http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … chesne.pdf #Sommet2013
- « Il faut remettre l'enseignement supérieur parmi les priorités collectives » Pierre Duchesne en clôture de la 1re rencontre du #Sommet2013. https://twitter.com/MESRST/status/274646134675349504
- radio-canada.ca/emissions/24_heures_en_60_minutes http://www.radio-canada.ca/emissions/24 … 2_1200.asx "C'est dans un climat apaisé que se termine la première rencontre sur l'enseignement supérieur. Il y en aura trois autres pour préparer le sommet qui se tiendra au mois de février. Hier et aujourd'hui, 150 personnes proches du milieu universitaire étaient rassemblées à l'Université Laval à Québec, pour parler de la qualité de l'enseignement supérieur. Sébastien Bovet fait un bilan de ce forum avec Martine Desjardins, présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, et Denis Brière, recteur de l'Université Laval."
Transcription : Monsieur Brière se réjouit de l’intérêt suscité : 16 500 personnes auraient suivis les discussions sur le Web
Martine Desjardins L’organisme indépendant proposé – il semble y avoir des divergences de point de vue sur les mandats, qui y siègerait et comment elle rendrait des comptes
Les recteurs sont aussi en faveur de la création d’un organisme indépendant mais ils ont des craintes : crainte de concurrence accrue entre les établissements ; programme en fonction des attentes économiques, de mode et non pas en fonction des critères académiques – est-ce que vous entendez ces préoccupations et qu’est-ce que vous pouvez faire pour faire en sorte que ces préoccupations là soient apaisées ? Tous les mécanismes pour contrôler les programmes sont en place ; à notre surprise, il y a eut divergence – certains pensent qu’on n’a pas besoin d’un autre organisme.  Si je résume les commentaires entendus ces deux jours, je crois qu’on va vers une culture de la qualité, pour se distinguer – pas qu’une série de règles, c’est aussi des relations interpersonnelles, des relations intergénérationnelles entre la communauté universitaire et ses étudiants | Question : on n’a pas cette culture actuellement ? Rép.  Dans la qualité, on se concentre beaucoup sur le savoir faire ; pour ça on a de très bons programmes ; c’est d’ailleurs reconnu de beaucoup d’étudiants étrangers et nos étudiants vont travailler à l’international – le savoir faire est là. Le savoir être est quelque chose qu’on peut travailler. Si on regarde les valeurs véhiculées – par exemple force à venir et les valeurs qu’on peut véhiculer à l’intérieur de nos programmes – valeur de respect, valeur de bien préparer l’engagement de la part de nos étudiants qui se présentent par la suite dans la société. Je pense qu’on peut faire du travail de ce côté-là. On a vu des dérapages parfois dans certaines compagnies, certaines organisations ; et bien je pense que pour nos étudiants, c’est bon de les sensibiliser à ces valeurs là dans notre concept de qualité et de former des jeunes de qualité pour la société.
Intervieweur : évidemment personne n’est contre la vertu, c’est dans les détails de l’application qu’il faudra voir si ça fonctionne. Madame Desjardins, on a l’impression de l’extérieur qu’on était peut-être  un peu à côté – c’est très important la qualité de l’enseignement tout le monde s’entend là-dessus mais ce n’est pas ce qui a retenu nécessairement beaucoup, le printemps dernier – c’est le financement – est-ce que vous avez l’impression qu’on était un peu en parallèle des enjeux pré-mondiaux au cœur du conflit du printemps dernier ? Réponse :  pas vraiment, comme monsieur Brière l’a souligné, il y a plusieurs éléments au sein des universités qu’il faut regarder et je pense qu’on en a fait état à maintes reprises – c'est-à-dire, ce n’est pas juste une question de financement, encore faut-il savoir quels sont les besoins, quels sont les buts des universités. On parle beaucoup de professionnalisation et j’entends encore monsieur Brière en parler longuement, il reste que les universités ont une mission fondamentale – c’est aussi de s’insérer au sein de la communauté, la collectivité, les régions. On peut penser au réseau des Universités du Québec qui ont plusieurs campus à travers la province et ils desservent la collectivité, ce n’est pas juste la formation, non plus, des étudiants. Il y a plusieurs éléments comme ça et une fois qu’on a identifié c’est quoi nos besoins, donc on vise une qualité et je pense qu’on s’entend pour dire qu’il y a une qualité universitaire. Et donc qu’est-ce qu’on va faire par la suite pour le financer. Est-ce qu’on a les ressources pour le faire. Nous croyons que oui, évidemment on aura ce débat-là dans le cadre du prochain thème ; il reste qu’à la base il faut définir où on s’en va et ce dont on a besoin.
Intervieweur : vous parliez de financer les universités , je prends la balle au bond monsieur Brière, parce que en 2010 vous avez fait une suggestion qui était de réorienter une partie des budgets de formation des entreprises qui font un assez bon chiffre d’affaires pour consacrer un pourcent de leur revenu à de la formation de leurs employés. Vous avez dit : on prend ce 1 % et on le met dans les collèges et les universités. Est-ce que vous allez revenir avec cette proposition-là. ? Réponse : Le vice-recteur exécutif  Éric Bauce.a écrit un article la semaine dernière là-dessus – une correction, ce n’était pas le 1 %, mais une partie – près de 100 millions de dollars dans les réserves pour ces programmes-là et nous on pense qu’une partie de ces fonds pourraient servir à financer les universités. En passant, ce sont les étudiants, notre association, la CANEUL qui avait préparé ce dossier.
Intervieweur : ça n’avait pas été bien accueilli en 2010, n’est-ce pas ; vous ne vous étiez pas fait taper sur les  doigts là-dessus ? Réponse : pas très bien accueilli du Conseil du Patronat, pas très bien accueilli par les entreprises. Je crois que nous avions été mal compris parce que nous les a rencontrés par la suite et ces gens-là ont compris qu’il y a peut-être des aménagements qui peuvent être faits dans ces programmes pour aider les universités. C’est sûr que ça reste une décision gouvernementale ; on l’a présenté au Gouvernement qui nous a dit que ce serait un processus très long parce qu’il faudrait changer la loi. On a lancé les chaires financées par le privé entre autres qui étaient une mesure transitoire.
Intervieweur : les chaires financées par le privé, madame Desjardins, ou encore la partie du 1% de la formation des employés envoyés vers les collèges et les universités – c’est prometteur ! Monsieur Brière : je m’excuse les chaires ne sont pas financées que par le privé. Ce sont des communautés religieuses, des fondations et même le ministère – nous avons une chaire à parlementarisme qui est financé par l’Assemblée nationale. Réponse :  malgré la nuance, c’est toujours la question à savoir quels sont les besoins, il faut les identifier, il faut aussi prévenir. Le prochain thème sera sur ce et il faut aussi prévenir et réduire l’endettement – on sait que c’est un grave problème. Quand on parle de financement et qu’on va chercher diverses sources de revenus, encore faut-il où on va les mettre et prévoir d’avance. Une des grandes préoccupations que l’on avait et que l’on a toujours – et même à la suite de la journée – on n’a toujours pas de réponse sur ces éléments-là mais je suis certaine qu’on va en avoir d’ici le prochain thème. On a jusqu’à janvier pour se préparer. Lorsqu’on va chercher de l’argent de certaines entreprises ou encore de certains groupes ou fondations ; il faut aussi s’assurer que ces entreprises-là vont pas – non plus – venir influencer la formation qui va par la suite être mise de l’avant. Il y a un risque quand même important – on n’est pas contre les partenariats entre l’entreprise et l’université, mais il faut les encadrer – on a vu plusieurs dérives au cours des derniers moments notamment ce qui s’est passé dernièrement à l’Université Polytechnique. On a eu un investissement et malheureusement une seule entreprise sur les sept ont été intéressées par la formation et donc évidemment, on voit les étudiants à la maîtrise et au doctorat qui n’ont pas plus de débouchés à la sortie.

- Sommet sur l'éducation http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 30504.html Déjà des dissensions aux rencontres préparatoires
- Sommet sur l'éducation supérieure: entre méfiance et optimisme  http://actualites.sympatico.ca/nouvelle … e/284a69dd
- Enseignement supérieur – Vers la création d’un organisme indépendant pour la qualité de la formation universitaire http://www.ledevoir.com/societe/educati … versitaire
- L'Université du Québec vient de mettre en ligne un site Internet dédié au Sommet sur l'enseignement supérieur. http://www.uquebec.ca/reseau/actualites … ewsid=9652
- Youri Chassin, Économiste, Institut économique de Montréal | Éducation et savoir ne sont pas synonymes  http://quebec.huffingtonpost.ca/youri-c … 11635.html "Je vous propose ma définition : l'éducation, notamment à l'université, est un processus d'apprentissage encadré, évalué et reconnu."
- #Sommet2013 FQPPU https://twitter.com/FQPPU/status/274600484734640129

Clément Laberge @remolino sur Twitter https://twitter.com/remolino | http://remolino.qc.ca/
Atelier « Quels mécanismes pourraient assurer la qualité de l’enseignement offert par les universités québécoises »
http://remolino.qc.ca/2012/11/30/partic … n-a-11h15/
http://remolino.qc.ca/2012/11/30/partic … n-a-17h30/


***Rencontre thématique Contribution de la Fédération des cégeps le 30 novembre 2012 à Québec | La qualité de l'enseignement supérieur au Québec http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Extrait : Premier palier de l’enseignement supérieur, les collèges participent à la construction de la société du savoir

***Ordres professionnels, collèges et universités | Améliorer la collaboration pour optimiser la qualité http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf Un des enjeux : garantir à la population l’accès à des services professionnels de qualité, par exemple en santé

***Avis de la FQPPU sur la qualité de l’enseignement universitaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

***Avis de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) sur la qualité de l’enseignement universitaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

***FEUQ.QC.Ca | Qualité de l’enseignement supérieur http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
- Mémoire de la FEUQ http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

***FECQ.org le premier mémoire de la FECQ au sujet de la qualité de l’enseignement au collégial. http://fecq.org/La-qualite-de-l-enseignement-192 Maintien du réseau collégial et Gouvernance et représentation étudiante

***ASSÉ La qualité de l’enseignement supérieur http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

***FTQ : La communauté universitaire face à la qualité de la formation
Présentation de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf


Question par Gabrielle L-D ‏@gabrielleld  https://twitter.com/gabrielleld/status/ … 3818758144   Le @conseilpatronat est-il un intervenant du milieu de l'éducation? Si oui, en quoi? Si non, quelle est sa pertinence au #Sommet2013 ?  Et une deuxième question : qu'est-ce que l'université "produit", selon vous? Du savoir, bien public, ou de simples diplômes?

Marc-André Pharand @ma_pharand https://twitter.com/ma_pharand "Candidat à la maîtrise à l'Institut Québécois des Hautes études internationales (IQHEI) de l'ULaval. Président des jeunes péquistes de la Capitale-Nationale."
____________________________
#Sommet2013 : 29 novembre 2012. Transcription des interventions "participants et panelistes"  lors de la période de questions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2694#p2694
La presse écrite ...
- Enseignement supérieur - Le piège de l’assurance qualité http://www.ledevoir.com/societe/educati … ce-qualite
- Pierre Duchesne lance un appel au compromis http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … promis.php

29 novembre 2012. Qualité de l'enseignement : le rôle des chargés de cours en question http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … lite.shtml

28 novembre 2012. La néo-gratuité universitaire | Ariane Krol La Presse http://www.lapresse.ca/debats/editoriau … itaire.php extrait : Les universités prestigieuses comme Harvard, Stanford ou le MIT se bousculent pour donner leurs cours gratuitement. Un phénomène qui pourrait avoir un profond impact sur les études supérieures.
- Première rencontre du Sommet sur l'éducation supérieure : http://lbr.ca/index.php?idA=19731&pageID=5 La FEUQ rend public son mémoire sur la qualité universitaire

27 novembre 2012. La gratuité universitaire, ça vous tente? (mise à jour) http://blogues.lapresse.ca/edito/2012/1 … ous-tente/

25 novembre 2012. Sommet sur l'Éducation http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 95757.html L'ASSÉ participera aux réunions préparatoires

24 novembre 2012. Sommet sur l'éducation: l'ASSÉ se garde des options http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ptions.php

22 novembre 2012. Variation du taux de taxation: surprise dans les commissions scolaires http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … laires.php

20 novembre 2012. Budget: le milieu de l'éducation craint des compressions http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ssions.php

17 novembre 2012. Sous-financement des universités: guerre de chiffres ou manoeuvre politique? www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/ed … itique.php

14 novembre 2012. Droit de grève pour les étudiants: Duchesne est ouvert www.lapresse.ca/actualites/dossiers/con … ouvert.php

11 novembre 2012. 10 questions + 1 à Pierre Duchesne http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … chesne.php

9 novembre 2012. Sommet sur l'éducation postsecondaire: rendez-vous à la mi-février www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/ed … evrier.php
- Québec nie le sous-financement des universités http://www.ledevoir.com/societe/educati … niversites Extrait : Les recteurs dénoncent «une manière de compter qui donne un reflet incomplet et faussé de la réalité»

8 novembre 2012  •  Actualités | Sommet sur l’éducation post-secondaire : l’ASSÉ réagit à l’annonce du ministre Duchesne http://www.asse-solidarite.qc.ca/spip.p … mp;lang=fr
- Le sommet sur l'éducation aura lieu en février http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … evrier.php

25 octobre 2012. Vers des États généraux | Programme du sommet sur l'université organisé par la FQPPU - Hôtel des Gouverneurs http://www.fqppu.org/assets/files/bibli … mmeSLT.pdf

10 octobre 2012. Sommet sur l'éducation supérieure: la FEUQ dépose ses demandes  http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … mandes.php

3 octobre 2012. Sommet sur l'éducation http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 03151.html Il pourrait ne pas avoir lieu cette année

30 août 2012. Vers des États généraux : L’université publique au XXIe siècle. Sommet de la FQPPU le 25 octobre 2012. http://www.fqppu.org/assets/files/bibli … 0_2012.pdf

28 août 2012. Résultats de l’enquête 2012 de l’ACE sur les attitudes à l’égard de l’éducation publique http://www.cea-ace.ca/fr/blog/max-cooke … en-%C3%A9d

9 mai 2012. Les universités sont dans une spirale inflationniste, selon un professeur de HEC Montréal http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … site.shtml Extrait : L'idée de créer un comité provisoire visant à déterminer où couper dans le budget des universités, incluse dans l'entente de principe entre Québec et les associations étudiantes annoncée samedi dernier, indispose les recteurs qui assurent qu'il n'y a pas de surplus dans leur établissement.

6 mai 2012. Différentes mesures atténueront la hausse des droits de scolarité http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … -plq.shtml

5 mai 2012. Texte de l'entente concernant le Conseil provisoire des universités entre le Gouvernement du Québec et les représentations étudiantes FEUQ, FECQ, TACEQ et ASSÉ http://fr.scribd.com/doc/92586044/Le-te … etudiantes

Janvier 2012. La hausse des droits de scolarité et ses impacts sur le coût de programme de l’Aide financière aux études http://www.irec.net/upload/File/educati … 282%29.pdf document de l'Institut de recherche en économie contemporaine

Décembre 2011. Rapport du comité sur l’accessibilité financière aux études de l’Université du Québec à la Commission de planification de l’Université du Québec http://www.uquebec.ca/communications/do … t_CAFE.pdf

2004. Commission parlementaire sur la qualité, l'accessibilité et le financement des universités http://www.mels.gouv.qc.ca/ens-sup/ens- … n-2004.asp

Hors ligne

 

#2 01-12-2012 02:20:28

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

#Sommet2013 : 29 novembre 2012.
Transcription des interventions "participants et panelistes"  lors de la période de questions http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/573/fr/

Animateur : Pierre Guillot-Hurtubise

104 min. Période de questions
***Q. Louis Philippe Véronneau, en sciences appliquées au Collège Maisonneuve délégué de l’ASSÉ.
On a beaucoup entendu parler d’assurance qualité – dans les termes qui ont été définis, que pensez-vous de l’assurance qualité ?
Réponse de M. Frédéric Gourdeau, Professeur titulaire, Département de mathématiques et de statistique, Université Laval "Je ne suis pas dans une situation où je suis proche des organisations institutionnelles,  pour observer la qualité de l’enseignement. Je suis beaucoup plus proche d’une évaluation personnelle avec les étudiants, des questionnaires ouverts où je vais essayer d’aller chercher le feed-back."

Réponse de M. Jean Nicolas, Professeur émérite, Université de Sherbrooke
"Même commentaire. La seule chose que l’on puisse dire est qu’on essaie d’assurer la meilleure qualité possible de notre enseignement ; au-delà, je dirais que ce n’est pas de notre juridiction."

***Q. Michel Gervais, représentant le Conseil du Patronat du Québec. Vous avez mentionné, professeur Nicolas : Le Québec peut s’enorgueillir d’avoir construit un système d’éducation qui a fait des progrès remarquables depuis un demi siècle. Si je vous posais une question à tous les 4. Combien il y avait d’étudiants dans cette université en 1954 ?  Il y en avait 1750 dit-il. En 1994, 37 000. Il y eut un progrès semblable à l’Université de Montréal et à l’Université McGill. Il y a eu la création de l’Université de Sherbrooke et la création de tout le réseau de l’Université du Québec. L’existence de ce réseau supérieur est une réussite magnifique de notre société et pour en arriver là, il a fallu développer l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire et les Cégeps. C’est une remarquable réussite et je pense que le sommet doit prendre appui sur cette réussite-là.  Je mentionne aussi qu’en 1982, on décernait au Québec francophone 1 doctorat pour 36 000 habitants. Dans l’ensemble Nord-Américain c’était 1 pour 7 000 habitants. Cette situation a été corrigée grâce au développement des études avancées au Québec. Cela aussi c’est un formidable acquis. Merci.

***L’animateur s’adresse aux conférenciers leurs demandant s’ils ont des interventions à faire par rapport aux présentations des autres. Est-ce que vous avez vu des liens par rapport à vos présentations ; des conclusions dont vous pourriez faire bénéficier l’assemblée ?

M. Claude Lessard, Président du Conseil supérieur de l'éducation
"Moi j’ai bien aimé dans la présentation de monsieur Nicolas, le doute soulevé sur le couplage entre évaluations, pour l’amélioration et l’innovation. Ça m’apparait important, si on est pour revoir des mécanismes d’évaluation, voire même les étendre, il faut s’assurer qu’effectivement ce ne soit pas des rituels bureaucratiques, sans effet, qu’ils soient au-dessus de ce qui se passe sur le terrain de l’enseignement et de la recherche et de la gestion. Je retiens ça, dans l’avis du Conseil c’est ce que nous appelons l’importance du suivi. C'est-à-dire qu’il ne suffi pas de faire des évaluations d’enseignement pour tous les cours et à tous les trimestres. Je peux témoigner comme prof, pendant 42 ans, que je ne sais toujours pas à quoi ça sert véritablement à l’échelle d’un département de la Faculté ou d’une Institution. Je puis vous dire ce que ça m’a apporté comme prof mais je suis incapable de vous dire ce que l’évaluation de l’enseignement au département, à la faculté et dans mon université. Je ne crois pas qu’aucun gestionnaire est capable de tenir un discours, un tant soit peu documenté, sur les effets. C’est ce que j’appelle coupler les choses. Je crois que c’est ce que vous vouliez dire. Ça m’apparaît essentiel dans l’ensemble des discussions que le sommet pourrait avoir."

***Marc-André Legault, président du Conseil National des … de la FEUQ 
Ma question s’adresse au professeur Nicolas; concernant les étudiants du cycle supérieur. On parle beaucoup de la qualité de l’enseignement mais aussi au niveau de la qualité de la formation de la relève scientifique. Les futurs chercheurs, les étudiants – est-ce que vous considérez que pour les professeurs, le travail au niveau de l’encadrement des étudiants du cycle supérieur est beaucoup moins valorisé par rapport, justement, à l’impératif de production des résultats de recherche de publication ?

Réponse de M. Jean Nicolas. "Bonne question. Je crois qu’effectivement le système fait que le livrable essentiel est la publication et donc, il a tendance à conditionner beaucoup de choses. Quand j’ai mentionné qu’il y avait un glissement, il est à différents degrés,  et ce n’est pas seulement moi qui le dit, dans la littérature, une relation de maître à apprenti qui était vraiment le compagnonnage de base ; à des situations où l’on cherche plus à gérer pour obtenir des résultats – donc publiables et retournées – et oui c’est un enjeu. C’est pour cela que j’ai proposé, et je ne suis pas le seul, que l’on en parle plus en détails ; il y a un gros enjeu là. Par exemple, il est utilisé dans d’autres institutions ils ont des comités conseils pour élargir cet encadrement, l’enrichir et éviter d’être juste tributaire d’une personne. Amener d’autres conseils, d’autres façons de voir. Ça existe, et ce sont des choses que l’on pourrait considérer. Je suis toujours dans la même dynamique ; je n’ai pas envie d’évaluer si ça se fait bien ou pas; je pense que cela peut se faire beaucoup mieux et qu’effectivement l’encadrement doit être enrichi, renforcé et revalorisé ; l’on va devoir travailler cela, effectivement."

***Q. Jean-François Thuot du Conseil interprofessionnel du Québec. 
Ma question s’adresse à monsieur Lessard. Vous avez évoqué les quatre modèles d’établissement universitaire ; vous avez insisté sur la pluralité de ces modèles, insistant sur le fait qu’il ne doit pas y avoir l’hégémonie de l’un sur les autres. comment cette pluralité peut-elle se refléter dans les mécanismes d’assurance qualité ?

Réponse de monsieur Claude Lessard. "Certainement dans les questions posées aux institutions, au secteur institutionnel. Je voudrais qu’il soit clair que j’ai parlé de 4 conceptions d’Université, je n’ai pas parlé de 4 types d’établissement distinct. À mon avis, dans chaque établissement, vous allez trouver des secteurs qui appartiennent à tout cela; dans chacune de ces conceptions-là. Quiconque à siéger sur une commission des études universitaires sait très bien que la dynamique que l’on retrouve dans les secteurs qu’on approuve les programmes – réfère à ces modèles-là. Je ne voudrais pas que vous pensiez que dans ma tête, je sais quelle université est entrepreneuriale au Québec … ce n’est pas cela; dans chaque institution, il y a la dynamique entre les quatre modèles.  À mon avis, dans toute tentative d’évaluation, le conseil a beaucoup insisté sur le respect des spécificités institutionnelles et disciplinaires. Cela veut dire que lorsqu’on pose des questions à un département ou à un secteur de l’Université sur ce qu’il fait, pour qu’il puisse en rendre compte, de la manière significative, il faut poser des questions qui sont pertinentes à ce qu’il est et à son modèle de référence. Sinon, ça n’a pas de sens, sinon, on impose des normes, on fait du benchmarking ou on entre dans des mécanismes de standardisation qui à mon avis, n’auront aucun effet; les secteurs y résisteront et probablement avec succès. Ils feront les rituels bureaucratiques, ils vont les remplir vos documents; on est bon pour ça, on sait comment faire. Mais ça n’aura aucun effet sur la dynamique, sur l’amélioration, et même sur l’innovation. Un certain nombre de personnes qui sont venues au Conseil lorsqu’on a fait la consultation sur l’assurance qualité et notamment le groupe des professionnels des universités ont beaucoup insisté là-dessus. Il faut faire du sur mesure, du spécifique; pas de l’universitaire, de l’abstrait ou du formel ; ça ne donne rien surtout si on se situe dans une perspective d’amélioration de l’expérience étudiante et de l’amélioration du fonctionnement. C’est du sur mesure !"

***Monsieur Gervais pose une question à monsieur Lauzière.
"Les universités se sont donnés, il y a quelques années, un processus d’audit de leurs politiques d’évaluation; quel lien faites-vous entre votre Commission et cette Commission de la Conférence des Recteurs ? Est-ce qu’il y a des similitudes ou de grandes différences ?"

Réponse de M. Michel Lauzière. Président de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial.
"En fait, je ne peux pas vous en parler, je ne connais pas tous les critères qui sont utilisés; je sais que cela existe mais je ne peux pas les comparer avec les nôtres. Je peux vous parler des nôtres."

***Q. Caroline Senneville, présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, affiliée à la CSN.
"D’abord merci Messieurs. Je vais citer monsieur Lessard parce qu’ici le masculin est de mise. Si j’ai un souhait pour la prochaine fois, et madame Maltais sera d’accord avec moi, j’aimerais bien que la moitié de l’humanité à laquelle j’appartiens soit légèrement représentée.  Ceci étant dit, ma question s’adresse à monsieur Lauzière. Je suis originellement enseignante au collégial et nous avons donc été soumis, et parfois avons-nous subi des évaluations de la Commission. Peut-être deux constats et je vais encore citer monsieur Lessard, effectivement d’un point de vue des enseignants, on avait l’impression de se soumettre à un rituel bureaucratique très lourd et si on avait posé la question aux enseignantes et aux enseignants, en leur demandant est-ce que la qualité de l’enseignement avait été améliorée; ils vous auraient répondu : mais certainement pas l’année où l’on a du pondre un rapport de 1000 pages avec très peu de ressources. Pendant qu’on était occupé à faire ça on était moins disponible pour rencontrer nos étudiants, pour améliorer le contenu de nos cours. Alors c’est à la fois un témoignage et aussi une réaction par rapport à ce témoignage."

Réponse de monsieur Lauzière.
"Merci de me poser une question à laquelle je pourrai répondre. En fait, le commentaire que vous faites ; lors de la consultation qu’on a fait en 2010, 2011; on a rencontré tous les partenaires et on a rencontré aussi les gens des organisations syndicales et professionnelles. On a reçu ce commentaire-là et notre analyse, bien sûr, de la situation puisqu’on était préoccupé et ce commentaire-là, dans les faits, on le recevait aussi des collèges qui avaient à mettre en œuvre les différentes opérations. Effectivement il y a eu un rythme très accéléré des opérations de la Commission et lors d’une tournée que la Commission avait faite dans les Collèges en 2005, ce premier constat avait été fait; c’est-à-dire le rythme des évaluations de la Commission était un peu accéléré. C’est une première chose donc dans la quantité du travail et dans la capacité de livrer, il y avait le nombre d’opérations. Maintenant la question précise que vous posez, le travail qui est à réaliser lors d’une évaluation en particulier, dans un Collège empêche ou ne mobilise pas les gens au changement; c’est ce que je comprends dans votre question.  Il faut rappeler et je l’ai dit dans ma présentation, que lors des premières évaluations, dans les dix premières années des opérations de la Commission, il y a eu des guides qui étaient relativement détaillés avec des prescriptions qui demandaient effectivement énormément de travail pour répondre à chacune des questions.  Pour vous donner un exemple, dans les premiers guides, il y avait l’équivalent de 75 questions dans lequel il y avait des questions à développement qui obligeait par exemple à faire l’adéquation des ressources des enseignantes avec évaluation des cours d’un programme. Comprenez qu’il y avait énormément de travail à faire. Tout cela fut fait dans l’objectif simple de permettre au Collège de développer une certaine mécanique locale, institutionnelle puisqu’en parallèle aux opérations de la Commission, chacun des collèges devait élaborer une politique institutionnelle d’évaluation des programmes, par exemple. Et à ce compte là, on avait mis sur la table un certain nombre de critères, très nombreux pour donner des pistes d’évaluation ou des pistes de critères d’évaluation qui pouvaient être choisies par le Collège à la suite de tout cela. On a, lentement vous me direz, mais sûrement; on s’est déplacé vers des politiques et des processus très institutionnels où le Collège, lui-même, lors des dernières opérations, faisait le choix de ses enjeux; des choix et des critères, bien sûr, de l’objet qui était analysé ; il faisait ses choix méthodologiques. Là on a eu effectivement des réponses des Collèges, des réponses très variables, en fonction … des choix que les Collèges ont faits mais qui étaient surtout adaptés à chacun des environnements ou des particularités des Institutions."

***Q. Nadia Lafrenière de l’ASSÉ.
"La question s’adresse également à monsieur Lauziere.  En regard de ce que monsieur Lessard a expliqué, quant à la nécessité d’avoir un processus avec des critères qui ne soient pas standardisés, et aussi par rapport à la mission initiale de la Commission d’évaluation qui était d’évaluer la qualité de l’enseignement,  pourquoi la Commission tente de viser un processus de standardisation via les Agences internationales d’Assurance qualité ?"

Réponse : "En fait, on ne vise pas un processus de standardisation; la comparaison qu’on a fait avec les Agences d’assurance qualité sont sur la rigueur des processus et la participation des partenaires; au départ le mode de l’utilisation de l’auto-évaluation; la capacité des établissements à réagir; la place qu’on fait à l’ensemble de la communauté. Donc, ce n’est pas sur les standards mais beaucoup plus sur la méthodologie qui est utilisée. Je vous rappellerai aussi que notre intention c’est de construire la prochaine opération  qu’on est à mettre en place et qui va être effective dans les prochaines années à partir des mécanismes qui sont mis en place par les Collèges qui dépassent largement les critères utilisés pour élaborer des politiques par exemple. Donc, dans la tournée que l’on a commencé auprès des Collèges, on leur demande d’élargir leur lecture des processus d’assurance qualité sur leurs propres processus d’assurance qualité, qui eux peuvent être adaptés à des situations particulières telles que mentionnées par monsieur Lessard."

***Eder McLachlan McGill, premièrement je veux dire merci à chacun de vous pour votre contribution et au Ministre pour l’opportunité d’être ici et d’avoir un échange sur ce sujet très important. J’ai entendu les quatre discours avec intérêt et vous avez, chacun, décrit les processus d’évaluation de la qualité de l’enseignement; possiblement les processus d’enseignement de la recherche mais pas les résultats. Quels sont vos images des résultats d’un système de haute qualité pour l’enseignement supérieur ?

L’animateur. Qui veut tenter de décrire les résultats attendus d’une évaluation fantastique d’un établissement ?

Monsieur Claude Lessard. Une difficile celle-là. C’est une bonne; elle serait certainement plurielle pour autant que le Conseil se situe dans un modèle de service public; il ne suffirait pas d’avoir des indicateurs quantitatifs sur le nombre de diplômés, ou comme nous avons par des opérations RELANCE pour l’insertion sur le marché du travail. Ça prendrait des indicateurs plus qualitatifs sur la participation citoyenne des diplômés d’Université ; leur engagement social ; leur capacité à faire du bénévolat ; leur participation aux débats sociaux ; leurs contributions générales telles que peuvent en témoigner un ensemble d’acteurs sociaux. Je ne me limiterais pas à ce qu’en diraient les universitaires – si objectifs et impartiaux soient-ils – mais je demanderais au représentant du Conseil du Patronat, au milieu syndical, au milieu communautaire, ce qu’ils pensent des Universités et de leurs diplômés. Je demanderais à la Fonction publique québécoise si les diplômés d’Université qu’elle embauche sont à la hauteur des attentes qu’une fonction publique exigeante a le droit d’avoir par rapport à des diplômés universitaires. Bref, en fonction des exigences de la société, je demanderais un certain nombre d’indications, de témoignages qui pourraient révéler exactement où nous en sommes. J’irais beaucoup plus loin que d’obtenir les indicateurs d’efficience, d’efficacité, de rendement etc. qu’il faut par ailleurs regarder aussi. On vit dans un monde de ressources limitées mais ça ne me suffit pas. Et je ne suis pas sûr que cela suffise à un recteur.  Qu’on soit prof, qu’on soit gestionnaire, on ne fait pas ce métier-là, simplement pour dire en fin de l’année, j’ai réussi à boucler mon budget ou j’ai réussi à les sortir en quatre ans ou en cinq ans. (rires) c’est important mais c’est un peu court.

***Animateur. Je me permettrais d’ajouter qu’il s’agit d’un des thèmes d’un des ateliers demain. Donc à la fois cette question et la réponse que monsieur Lessard vient de donner seront au cœur d’une discussion ; une piste qu’on vous demandera d’approfondir demain en atelier et en mise en commun à la fin de l’après-midi.

***Thiery Morel-Laforce des affaires universitaires de la FEUQ. En fait, pour relancer dans la même thématique; quelle devrait être la place de la communauté universitaire – des différents acteurs de la communauté – dans l’élaboration de ce genre d’indicateurs, qu’il soit qualitatif ou même quantitatif ?

Réponse de monsieur Lessard. Il y a dans le réseau universitaire une expertise sur l’évaluation de l’Université. C’est peut-être d’actualité, ces années-ci, mais ça ne s’appelait peut-être pas l’assurance qualité dans les années 80; ce n’est pas d’hier que les Universités ont des bureaux de recherche, qu’elles construisent des bases de données. Elles ont un regard sur elles-mêmes; ce n’est pas d’hier. Elle deal avec des corporations professionnelles qui viennent les étudier, les analyser et qui évaluent la pertinence de ce qu’elles font. Je le disais dans ma présentation, on ne part pas de rien. Il y a des expertises dans les Universités; c’est un premier argument pour dire que les acteurs de la communauté universitaire soient impliqués dans un processus comme celui-là; parce que l’expertise est là. L’autre argument que j’ai, il est politique; quelque soit l’organisation, que l’on soit dans une école primaire, dans un Cégep ou à l’Université, si vous voulez que les acteurs qui soient concernés par les évaluations, y adhèrent;  jouent le jeu ; l’intègrent dans leur pratique et s’en servent comme outil d’amélioration, il faut qu’ils soient dans le coup, dans la construction des instruments, des grilles, dans l’évaluation de l’évaluation même, sinon, je ne parierais pas fort là-dessus. Les deux arguments pour dire qu’il faut que l’ensemble de la communauté doit ; que ce soit, les étudiants, les profs, les chercheurs, les représentants de la société qui ont un intérêt majeur dans ce que fait l’Université; tout le monde, d’une certaine manière. En marche, dans une entreprise de co-construction.

***Animateur : je vois que chacun semblait d’accord mais puisque la question était adressée à tous.

***Monsieur Frédéric Gourdeau prof titulaire. Département de mathématiques et statistiques de l’Université Laval ajoute. Effectivement, comme enseignant on se préoccupe de la place que va occuper nos finissants dans la société. Dans ce sens-là, les préoccupations débordent largement la Communauté universitaire. C’est sûr qu’il faut être partie prenante des décisions si on veut, de manière pragmatique, que les choses se produisent. Il ne faut pas perdre cela de vue.

***Nicole Rouiller d.g. du Cégep Marie-Victorin. J’aimerais témoigner de 30 ans dans un réseau collégial et de 20 ans d’expérience dans l’évaluation parce que j’entends des choses qui me troublent un peu quand on parle de l’évaluation et de son impact bureaucratique. J’aimerais témoigner comme dirigeant d’un établissement de formation qui n’a pas subi d’évaluation pendant 20 ans mais qui a vu ça comme un processus d’amélioration continue de nos programmes, de nos pratiques académiques et qui en a fait un outil de gestion puisque ça nous a permis de nous remettre en question constamment. Et je peux assurer monsieur Lessard que nous avons impliqué tout le monde dans le Collège. Les enseignants, les cadres, les étudiants également qui ont eu leur mot à dire dans l’évaluation de nos programmes par le biais de commission des études et par le biais du conseil d’administration. Alors ça va nous faire plaisir, mes collègues et moi, de vous parler du bien-fondé de l’évaluation dans notre réseau. Je ne veux pas dire que ce modèle devrait être copié ou imité par le réseau universitaire mais je peux vous dire que ça été utile et que pour nous ça été une amélioration continue de notre réseau. Je voulais témoigner parce qu’il y a des choses que je n’aime pas entendre ce soir et j’aimerais ça qu’on regarde l’expérience collégial avec un esprit ouvert et en y voyant une façon de trouver des moyens concrets  d’améliorer la qualité de l’enseignement supérieur.

***Animateur. Il n’est peut-être pas trop tard pour terminer votre intervention par une question.

***Je n’avais pas de question, j’avais plus un cri du cœur et un témoignage en appui au travail qui s’est fait par la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial.

***Animateur : je vous pardonne. C’était ma façon de passer le message aux deux intervenants qui vous suivent.

***Q. Raymond Lalande, Vice-recteur aux études à l’Université de Montréal. D’abord merci à vous quatre d’avoir préparé ces présentations fort intéressantes et de nous mettre la table pour l’exercice qu’on va tenir demain. On nous a dit d’entrée de jeu et je pense que personne ne remet cela en question, le réseau d’enseignement supérieur au Québec, que ce soit au niveau collégial ou niveau universitaire, c’est un réseau de qualité. Monsieur Nicolas vous nous avez parlé tout à l’heure d’évaluation; vous avez dit évaluation oui, amélioration c’est encore mieux, j’aurais une seule question à poser, mais à chacun d’entre vous. Si on avait à se projeter dans cinq ans, Qu’est-ce que vous aimeriez voir améliorer dans nos institutions universitaires collégiales ? Un élément, chacun d’entre vous.

Animateur : alors votre priorité est l’amélioration

Réponses
*Monsieur Nicolas. Ma priorité d’amélioration en est une de celles que j’ai mentionné : c’est de travailler beaucoup plus collectivement; beaucoup plus en collaboration et de profiter – on a bâti chacun beaucoup de connaissances, d’expériences et de talents – de les mettre plus ensembles. Il y a dans la richesse collective, beaucoup à gagner. Moi c’est à cela que je crois.
*Monsieur Gourdeau. Qu’on ait les moyens de former les étudiants dans les conditions pour le faire et que les informations soient au cœur des priorités des universités comme des collèges. Que ce soit aussi un outil important dans les promotions dans la reconnaissance comme le sont les subventions de recherche etc.
*Monsieur Lauzière : que les processus institutionnels permettent d’améliorer la qualité d’une façon continue, deviennent des modèles collectifs et communautaires dans l’ensemble du réseau collégial.
*Monsieur Lessard. Je n’ai aucune inquiétude au niveau supérieur mais j’en ai pour l’enseignement à la formation initiale au premier cycle et ma priorité serait certainement l’enseignement au premier cycle, dans toutes ces dimensions : la taille des groupes; la disponibilité des profs; l’équilibre entre les chargés de cours et les professeurs de carrière, l’incorporation des nouvelles technologies etc. je crois que, si on ne fait pas attention, il y a un fossé profond entre les premiers cycles et le cycle supérieur qui risque d’être catastrophique à mon avis.

***Q. Paul-Émile Auger, secrétaire général de ... ???  je suis étudiant à l’Université Laval à la maîtrise en sociologie. Monsieur Lessard a en partie répondu à ma question, donc je la diviserai. Comment on peut améliorer la persévérance des étudiants à l’échelle du réseau ? Entre autres, au cycle supérieur – on sait que c’est un problème au doctorat et à la maîtrise et comment on peut favoriser leur encadrement ?

Animateur : comment améliorer la persévérance des étudiants particulièrement au cycle supérieur ?

Monsieur Jean Nicolas. C’est une grande question puisque les données montrent qu’effectivement la durée est moyenne et les taux de réussite restent plus ou moins stables, depuis une quinzaine d’années, selon les indicateurs  du Ministère. Il n’y a pas de recette magique mais j’ai parlé de compagnonnage, j’ai parlé qualité d’encadrement, de relation, de maître / apprenti etc. je crois qu’il faut revenir à cela. Par exemple, donner beaucoup d’ateliers à des doctorants, dans différentes institutions et dans différentes disciplines la première année. Seulement là je peux constater, je suis à même de témoigner – à la vitesse où ça n’avance pas dans la première année – ce n’est pas étonnant que ça puisse durer un certain temps. Le blues du doctorant ou les blues de l’étudiant à la maîtrise est quelque chose qui existe; est-ce qu’on est bien équipé pour faire face à cela. Est-ce que les étudiants ont suffisamment d’aide ; suffisamment de mentors, suffisamment de support ; je ne sais pas.  Je crois qu’on a des progrès à faire; on a fait beaucoup de progrès. Des nombres et des chiffres ont beaucoup augmentés et le nombre de profs n’a pas suivi. Donc, il va falloir y réfléchir ; il y a des possibilités, il y a des façons de faire – on ne va pas entrer dans le détail, là – mais il y a des possibilités, des façons de faire qui permettent effectivement d’améliorer ce compagnonnage et qui devrait permettre – si on s’y prend comme il le faut – d’améliorer la réussite et de réduire un petit peu – sans faire une opération contact, je suis d’accord avec vous (en pointant un collègue paneliste) et de réduire un peu la durée. Plus ça s’allonge, plus les gens se démotivent et effectivement moins la réussite est au rendez-vous !

***Monsieur Lessard. Il y a un certain nombre de choses, que nous savons, pourrait avoir un effet sur la persévérance et vous les connaissez parce que ça fait longtemps que c’est sur la place publique. S’il s’agit d’un étudiant qui est à temps plein ; une bonne bourse, un bureau ; le compagnonnage est plus facile si on a chacun un petit coin. Un assistant, un cours, même si le doctorant peut déjà dans son compagnonnage, non seulement apprendre la diversité des rôles d’un universitaire, tout en poursuivant sa recherche doctorale; mais s’il est capable aussi de subvenir à ses propres besoins. Comme on dit : ça aide.  La Commission de l’enseignement et de la recherche universitaire du Conseil prépare un avis sur les nouveaux étudiants – je mets nouveau entre guillemets – parce que il y a déjà longtemps que c’est comme ça. Il y a longtemps dans l’Université, que le prototype de l’étudiant que vous représentez, jeune, qui pour l’essentiel a fait primaire, secondaire, collégial et qui a l’Université est à temps plein – ce prototype est en perte de vitesse. Un bout de temps, nous avons utilisé l’expression des étudiants qui travaillent qui reviennent aux études; là on s’aperçoit qu’en fait ce sont des travailleurs qui viennent étudier ou alors ce sont des mères ou des pères de famille qui décident à 35, 40 ans que de faire une maîtrise ou un doctorat serait intéressant en terme d’élargissement de leur profil de carrière. On s’aperçoit que les populations étudiantes universitaires changent beaucoup et un certain nombre de nos modèles, y compris le modèle du compagnonnage – du temps plein, du sur place etc. n’est pas tout à fait approprié et que oui, des antennes sont parfois appropriées pour ceux-là. Oui, des activités de fin de semaine, bref, il faut diversifier l’offre de formation et d’encadrement.  Utiliser les nouvelles technologies y compris de l’encadrement à distance.  Bref, il y a un certain nombre de défis liés à l’évolution de certaines réalités qui, peut-être, ne paraissaient pas si importantes en termes de volume mais qui commence à l’être et qui nous obligent à innover; y compris dans des programmes traditionnellement, typiquement universitaires et presque immuables depuis le Moyen-âge, comme le doctorat !
J’ajouterais que d’après les chiffres, la majorité des diplômes de deuxième cycle sont maintenant de nature professionnels ; ce qui change la représentation que l’on peut s’en faire et de l’encadrement.

***Q. Éliane Laberge prés. de l’FECQ. Selon vous et peut-être particulièrement Monsieur Lauzière : dans quelle mesure est-ce que les processus d’évaluation et en bout de ligne la qualité de l’enseignement gagnerait à inclure davantage les étudiants – dans les différents processus ; pour qu’ils soient meilleurs – mais aussi pour qu’en bout de ligne, la qualité y gagne ?

Réponse : En principe, les étudiants sont impliqués dans l’ensemble des mesures liées à la qualité de leur formation. Ils sont présents, ils font des commentaires; on les entend lorsque nous faisons des visites lors de l’évaluation des programmes. On a rencontré, en grand nombre, des étudiants qui réagissaient en fonction des critères. On parlait tantôt qu’on se compare à d’autres agences d’assurance qualité mais les critères qui sont utilisés sont des critères qui sont convenus avec l’ensemble du réseau. Et un peu partout que ce soit établis à travers des critères de pertinence, de cohérence, d’efficacité, bien sûr; là on entre dans la question quantitative un peu, mais dans la qualité des évaluations etc.  cependant la question que vous posez, c’est l’implication des étudiants au niveau de l’évaluation – ils sont institutionnels, les mécanismes d’évaluation. Chaque collège peut, et doit, et fait – parce qu’on rencontre les étudiants impliqués dans l’autoévaluation des programmes ; que ce soient les étudiants qui sont déjà dans le programme ou encore les diplômés qui sont souvent consultés lors de l’évaluation des programmes. Je peux vous dire qu’à la Commission, c’est une réflexion qu’on a fait et pour la première fois, dans le comité consultatif, sur la prochaine opération, il y aura des étudiants qui feront partis de la consultation, comme membres de la commission consultative sur la définition de l’opération et toute la validation des étapes qui vont suivre.

Animateur : je soulignerais que c’est une des questions qui sera posée en atelier. Comment on peut bonifier ces mécanismes de l’évaluation actuelle. De là l’importance de la contribution de nos experts ce soir pour nous aider à mettre la table. Demain les différents organismes seront appelés comme contributeurs à la réflexion.

Hors ligne

 

#3 01-12-2012 03:32:51

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

#Sommet2013 : 30 novembre 2012. a.m. http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/575/fr/

Monsieur Léo Bureau Blouin Député de Laval-des-Rapides à 4m50 à 21m55 | présentation de la démarche web http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/575/fr/ Nous n’avons pas droit à l’échec dit-il !
Ce qui est recherché : l'apport de la communauté et l'apport du citoyen

•  Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ)
Luce Samoisette Présidente du conseil d'administration de la Conférence des Recteurs et des Principaux des Universités du Québec CREPUQ et Rectrice de l’Université de Sherbrooke jusqu’à 35m10
http://www.crepuq.qc.ca/spip.php?rubriq … mp;lang=en

•  Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) Madame Blandine Parchemal ; madame Nadia Lafrenière et monsieur Louis-Philippe Véronneau
Louis-Philippe Véronneau (jusqu’à 38m30) Le processus de Bologne : L'Assurance-qualité en question; La qualité en question; les trois constats
Les finalités de Bologne tentent de mettre en compétitivité les universités, les unes contre les autres à l’échelle mondiale et les forcent à rentrer dans un processus auto-disciplinaire et non pas normatif visant à détruire la spécificité propre de la formation.
Ce qu’on appelle à tort une main-d’œuvre qualifiée
Blandine Parchemal (jusqu’à 43m30) Quelles sont les applications … réputation basée économique ; selon une idéologie – valeur réputationnelle au détriment de la valeur académique et image de marque
Nadia Lafrenière (jusqu’à 46m30) l’ASSÉ est en faveur de l’autogestion des universités et en ce sens elle considère que seules les personnes issues du milieu universitaire peuvent poser un jugement qui soit valable sur l’enseignement dispensé.
Louis-Philippe Véronneau (jusqu’à 48m20) devenir maître de soi-même dans l’univers de la société de consommation. 3 constats : L’assurance-qualité peu importe sa forme engendrerait des dégâts importants au niveau de la qualité de l’éducation – valeur académique versus valeur réputationnelle ; il existe déjà des mécanismes d’évaluation qui fonctionnent ; seuls les membres de la communauté universitaire, gestionnaires mis à part peuvent évaluer les programmes 3. L’assurance qualité n’est pas neutre et oriente l’éducation

•  Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) – madame Martine Desjardins : sa présentation (jusqu’à 61m00) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf l’éducation vise le développement de la pensée critique, l’avancement des connaissances innovation sociale et formation continue | l’autonomie des universités c’est sacré !

•  Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) Carole Neil (jusqu’à 74m20) | les corps d’emploi sont oubliés – 30 000 employés dans le secteur universitaire – reconnaissance et valorisation recherchées – contre l’appel à l’entreprise privée | réserve sur l’assurance-qualité

•  Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université (FQPPU) Max Roy, Président (jusqu’à 89m00) besoin de 2052 professeurs d’ici 2015

•  Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) Monsieur Jean-François Thuot Directeur-général (jusqu’à 101m45)  – les pratiques professionnelles changent rapidement en raison des nouvelles technologies - professions règlementées – l’adéquation : formation et la pratique professionnelle | défi d’arrimage le milieu et le gouvernement – 380 programmes

•  Fédération des cégeps Carole Lavoie (jusqu’à 112m35)  la fluidité des parcours est à améliorer, François Dormier (jusqu’à 104m12)  et Sylvain Lambert (jusqu’à 119m00)  65,6% diplômation
http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/575/fr/

Reprise 155m50 – Débat
• Meilleure approche pour définir la qualité de l’enseignement
• Les devoirs et les responsabilités des établissements d’enseignement supérieur – le rôle des différents partenaires | Vous serez appeler à dire comment vous voyez des améliorations à votre rôle et au rôle de vos partenaires dans ces établissements
• Les mécanismes pour assurer la qualité de l’enseignement offert par les Universités québécoises.
Mettre l’accent sur la convergence
160m00 Marie Joëlle Brossard – partenariat de recherche | représente partie socio-économique. Toute l’adéquation aux besoins de la société me préoccupe particulièrement parce que l’autonomie de l’Université est très importante ; par contre, il faut faire attention que cette autonomie ne devienne pas un isolement dans le sens où l’autonomie ne doit pas être un rempart à l’expression de laisser entrer le changement au sein des universités pour s’assurer que ça répondent aux besoins à la fois aux entreprises et aux organisations de la société. Actuellement dans la société il y a évidemment l’État, les entreprises économiques et il y a tout le pan de l’économie coopérative qui distinguent le modèle québécois et malheureusement qui est complètement absent des cursus scolaire de telle sorte qu’on enseigne l’économie individuelle, privée, l’actionnariat ou encore l’économie publique – une troisième voix qui n’est pas partie prenante du monde universitaire. Et à mon avis ça reflète l’inadéquation très manifeste de l’absence d’ouverture au sein du monde universitaire à la formation sur les coopératives. Dans le partenariat de recherche qu’on opère, il a fallu partir de l’enseignement auprès des chercheurs à savoir ce que c’est qu’une coopérative parce que le développement des territoires y était. Personnellement j’ai une formation doctorale en coopérative des territoires et dans cette perspective-là je pouvais faire le pont. Il y a un nouveau métier, de nouveaux docteurs – un métier de passeur si on peut dire – entre le monde universitaire et le monde terrain. Je voudrais signifier que quand on parle d’économie au Québec ça ne veut pas dire que c’est absent d’éthique. L’économie là c’est des êtres humains qui essaient de gérer leur entreprise et créer la richesse économique mais la richesse sociale aussi et ils demandent à leurs travailleurs d’apporter des changements, de l’innovation, des réponses aux défis que nous vivons sur le terrain et par rapport à l’économie mondiale aussi. Donc on retrouve une éthique des personnes qui portent cette économie-là; quelles soient privée, individuelle, actionnariale ou coopérative. Les coopératives veulent répondre à un besoin, donc les réflexions se font sous la forme d’une gouvernance collective. La propriété locale des retombées sont assurées localement. Donc je pense qu’il faut aussi revoir le fait que l’université ne doit pas se servir de l’autonomie pour se protéger des changements que lui demande la société ; parce qu’on demande de l’Université, de nous aider à avancer dans la société.
163m53

Monsieur Gervais, Conseil du Patronat. Je pense qu’il y a un lien très étroit à faire entre l’exposé de madame la rectrice de l’Université de Sherbrooke et l’exposé du professeur Max Roy de la Fédération des professeurs d’Université. La première a fait remarqué que – depuis quelques années, le Québec va chercher plus que sa part en subventions dans les organismes de recherche fédéraux – et malheureusement depuis quelques années ces montants d’argent qu’on va chercher proportionnellement sont de moins en moins élevés – c’est-à-dire que la part du Québec diminue. Quand on cherche la raison de cette diminution, elle réside dans le déficit qu’on a dans l’engagement de professeurs à plein temps dans les Universités québécoises. Et ça c’est le principal effet pervers du sous-financement des Universités du Québec. Ne cherchons pas ailleurs, si ces ateliers n’auraient fait ressortir que ceci – que déjà se serait un grand pas en avant d’avoir constaté et d’essayer d’apporter les remèdes.
2e – il semble y avoir un consensus pour la remise en vigueur d’un organisme régulateur du type de l’ancien conseil des universités. On ne s’entend peut-être pas sur sa composition; on semble s’entendre cependant sur ce rôle conseil auprès du gouvernement. À l’époque, à la faveur je dirais des compressions budgétaires, on avait pensé que le conseil supérieur de l’éducation à travers sa commission de l’enseignement universitaire pourrait répondre à ce besoin; il semble que ça n’a pas été le cas. Est-ce que c’est une question de mandat, de ressources, je ne sais trop. Mais ce dont le gouvernement a besoin à mon avis ; ce sont des questions très complexes qui ne sont pas à la portée de tout le monde et qui demande réflexion. Le gouvernement aurait intérêt à recréer un organisme auquel il peut demander des avis – des avis qui permettraient de faire la synthèse des différents partenaires ou des gens qui ont intérêt dans l’avenir des universités pour prendre conseil et avis et ensuite prendre des décisions. Autrement l’enseignement supérieur devient trop, je dirais, victime des contraintes politiques à court terme. Là aussi, il y a une piste d’avenir pour le système d’enseignement supérieur. 
166m29

Animateur : effectivement il y a eu beaucoup de propositions et d’avis ce matin sur cet organisme, indépendant, sa composition, ses mandats, son niveau d’indépendance.

Madame Desjardins. Évidemment je vais souligner un consensus pour une commission indépendante mais on se rend compte que le diable reste dans les détails. Il semble quand même avoir une problématique quant à la composition et aussi au mandat puisque contrairement à ce que vient de mentionner le représentant du Conseil du Patronat, la réponse proposée, elle n’est pas seulement pour la question de recommander comme le fait la Commission supérieure de l’éducation, mais bien aussi d’avoir une situation de contrainte. Je pense que là, il va falloir avoir des débats sur cet élément-là mais ce n’est pas tellement le propos que je voulais apporter c’est la question de la compétition internationale – j’ai l’impression que cela a été apporté préalablement – il va falloir aussi revoir, avoir une nouvelle lunette, mettre une nouvelle vision en fait, quant à la compétition et le rôle que joue le réseau universitaire. On a beaucoup parlé de compétition inter universitaire mais peut-être que pour se démarquer dans le cadre des réseaux, peut-être favoriser davantage la collaboration entre les différentes universités pour avoir une meilleure représentation à l’International. Lorsqu’on travaille en collaboration, on est beaucoup plus fort et ça nous permet justement de nous démarquer en tant que Réseau et non pas nécessairement en tant qu’Institution. Et je crois que dans une cote de qualité – on parle beaucoup de la qualité de l’enseignement mais la recherche y est liée – on aurait tout à gagner justement à se resauter de la sorte et probablement qu’une commission indépendante nous permettrait d’assurer – là je le précise, la coordination d’un réseau. Je pense que là c’est un mot clé qu’il va falloir probablement débattre parce que la qualité de l’enseignement, ce n’est pas juste une évaluation, c’est aussi de mettre des moyens d’action et je pense que la communauté doit se poser des questions à savoir comment est-ce qu’on met en action – et ce n’est pas seulement par le biais de recommandation qu’on peut y parvenir mais par des recommandations d’action à poser et aussi une certaine contrainte à y avoir suite à cela. Je ne pense pas que l’idée de créer un Conseil supérieur de l’éducation ici mais vraiment d’avoir une commission indépendante, différente du Conseil supérieur de l’éducation.
168m50

Louise Dandurand représentante de l’ACFAS. Je voudrais juste apporter une précision à ce que madame Desjardins disait à l’instant, lorsqu’on parle de concurrence entre les universités dans le système québécois – je pense qu’il ne faut pas exagérer cette notion de concurrence. Et madame Desjardins faisait la distinction entre la recherche et la formation, l’enseignement. En matière de recherches, il y a, depuis plusieurs années au Québec, une volonté de faire travailler et avec beaucoup de succès, ensemble les universités. Les programmes subventionneurs québécois ont été des facilitateurs pour ces concertations interuniversitaires. Sur le terrain, entre les profs, entre les équipes de recherche ça se fait naturellement et les institutions collaborent de façon assez étroite et de façon très dynamique et positive au niveau de la recherche. Je pense qu’i ne faut pas apporter un miroir trop déformant sur la concurrence entre les universités et voir qu’il y a bel et bien des zones très importantes et très structurantes de collaboration.
170m26

Blandine Parchemal. Face à cette question d’un organisme indépendant, l’ASSÉ a raffermi sa position à l’autogestion. Un organisme indépendant de coordination pour justement coordonner cette autogestion serait possible mais un organisme d’évaluation qui imposerait des contraintes ; ça nous sommes tout à fait opposés et on tient à exprimer ici notre disensus là-dessus.
170m50

Éliane Laberge, présidente de la fédération étudiante collégiale du Québec. L’objectif un peu de la conversation présentement est d’en arriver à certains constats, si je ne me trompe pas ! Les 3 constats que j’aurais observé à travers les différentes présentations qu’on a eues, bien que on l’a souligné, le diable est dans les détails, il semble y avoir certaines grandes lignes reliant un ensemble, je ne dirais pas la totalité, mais cependant une grande majorité des personnes qui ont fait des présentations. Notons entre autres et ça été souligné précédemment, la volonté d’avoir une plus grande cohésion, un plus grand partage et une plus grande collaboration entre autre au niveau universitaire quant à notre vision, notre développement de la qualité de l’enseignement. Les différents critères qui pourraient y avoir tout en respectant, ça été souligné à plusieurs reprises, une certaine autonomie des universités. Le 2e constat que je ferais serait la volonté d’assurer une plus grande pluralité des intervenants qui participent aux différents processus d’évaluation. Évidemment de notre côté, on revendique, on demande en fait et on pense qu’une plus grande inclusion des étudiants entre autres dans ce processus d’évaluation permettrait un meilleur développement de la qualité de l’enseignement. Puisque la personne qui est directement touchée, et qui au quotidien vit cet enseignement-là qui va se voir grandir par celui-ci et va utiliser son acquisition de connaissances – c’est l’étudiant. Mais évidemment, on peut parler de tous les autres; une plus grande inclusion des enseignants, une plus grande inclusion de la communauté autour de l’université. Le 3e constat qui est souvent revenu, à travers les différentes présentations c’est la recherche d’un meilleur équilibre entre la recherche et l’enseignement. Il semble y avoir présentement une dichotomie entre les deux et une certaine bataille quant aux ressources qu’on retrouve au sein des universités. Et où l’argent doit aller, à qui elle doit servir; à ça revient dans plusieurs présentations, la solution suivante qui est la collaboration. Peut-être que c’est une nouvelle façon qui pourrait venir développer et assurer un meilleur développement de nos cégeps et de nos universités, sous les différents aspects que j’ai nommés.
173m10

Animateur : cet exercice d’essayer d’identifier des convergences, des consensus, bien qu’on n’ait pas encore faite toute cette discussion, de cet après-midi, est très utile alors je vous invite, si vous en avez identifié d’autres ou que vous voulez apporter des précisions sur ce qui a été dit, vous pouvez intervenir.

Madame Boucher (je crois) à vérifier - Présidente de l’AFEQ ?? CSN Je vais moi aussi apporter de l’eau au moulin à l’effet que plus de collaboration et moins de compétition – que ce soit à l’intérieur des établissements – par exemple nous représentons plusieurs chargés de cours – on croit que la collaboration entre les chargés de cours et les professeurs seraient gagnante pour les étudiants et les étudiantes et pour les universités. Plus les chargés de cours sont intégrés à la mission de l’université plus ils peuvent mieux jouer leur rôle complémentaire par rapport à l’enseignant, des professeurs. Il semble aussi se dégager un consensus sur une coordination interuniversitaire qui est elle aussi plus dans le sens de la collaboration que celle de la compétition. Et j’aimerais informer l’assemblée, d’une position commune dégagée par la table des partenaires universitaires. La table des partenaires universitaires c’est une dizaine d’organisations syndicales et étudiantes ; cette table s’est positionnée fermement contre des mécanismes d’assurance qualité. Issue du milieu des entreprises et elle réaffirme la nécessité d’assurer la liberté académique et l’autonomie des établissements ; et de continuer à défendre le caractère public des institutions.
174m46

Animateur : sur cette question de l’assurance qualité, il y aura aussi discussions cet après-midi en atelier mais on a vu qu’il y a des positions relativement divergentes qui ont été exprimées ce matin dans les présentations. Je vous invite à identifier peut-être des éléments de réflexion qui pourraient nous permettre de cheminer sur cet aspect-là.

Martin Gravel un des représentant de la table de concertation étudiante du Québec. Je crois qu’un des consensus auquel tout le monde a pu arriver ce matin est que la qualité de l’enseignement, dans nos institutions, était relativement bonne; qu’il n’y avait pas de problématique à ce niveau-là. On peut expliquer cela peut-être par un processus d’autorégulation qui est présentement en place dans les institutions, que la communauté universitaire a pu mettre de l’avant au travers des facultés, des départements, des programmes etc. par exemple, je crois que devant la volonté de créer un organisme indépendant, il faut quand même rappeler la nécessité de l’implication de la communauté universitaire au travers de ça. Que ces acteurs-là doivent être pleinement présents, prendre leur place, qu’ils doivent pouvoir s’exprimer et avoir un réel impact sur les décisions qui sont prises là. Disons plus sur les recommandations qui sont prises là. On parle plus d’une instance de collaboration, de cohésion, d’amélioration de la cohésion plutôt. Donc aussi le point portant là-dedans, à notre avis, c’est de préserver l’autonomie des universités au niveau académique par l’implication des différents acteurs.
176m20

Madame Luce Samoisette, présidente du conseil d’administration de la CREPUQ Je voudrais revenir sur un mot qu’on entend souvent depuis ce matin, et depuis les derniers mois sur la concurrence et ramener des faits. Les dix dernières années au Québec, il y a eut 30% de plus d’étudiants dans tout le système universitaire au Québec. Malgré cela, le taux de diplomation au Québec est encore moins élevé que dans le reste du Canada. Alors arrêtons de parler de concurrence – ça prend encore plus d’étudiants au cycle supérieur, collégial et universitaire compris. C’est à ça qu’il faut qu’on s’attaque. 30% de plus depuis 10 ans, ce n’est pas suffisant. Alors où est la concurrence alors qu’il faut en faire plus.
177m04

Madame Norma Kozaya du Conseil du Patronat du Québec. Donc j’aimerais également revenir sur les consensus qui ont été dégagés. La question de la qualité, je crois que tout le monde était d’accord. Hier on l’a entendu et ce matin également que nous avons des universités et des collèges de qualité et qu’il faudrait miser sur cette qualité. Cette qualité est menacée et donc c’est là où il faut travailler bien sûr. Parmi les autres constats, je crois, cette idée d’un organisme ; ça va être discuté sûrement beaucoup cet après-midi et au cours des prochaines semaines, menant au Sommet, le point que j’aimerais apporter par rapport à ce conseil, ou cette commission ou cet organisme ; c’est que bon, bien sûr la composition va être importante. Dans la présentation de la CRÉPUQ on a entendu parler de étudier – cet organisme pourrait étudier l’adéquation entre le rôle des universités ou l’enseignement et la recherche qui se fait et les besoins de la société. Bien sûr les universités sont au service de la société et donc, une des questions qui pourraient être étudiée c’est cette adéquation entre ce qui se fait dans les autres universités et les besoins de la société et là, bien sûr, comme je parle pour les employeurs – j’aimerais dire que les employeurs sont une partie prenante très importante. Ce serait aussi dans l’intérêt de tout le monde qu’il y ait une plus grande collaboration et ça je crois que plusieurs groupes sont d’accord – peut-être pas tous – et hier dans la présentation de monsieur Nicolas, on a parlé des employeurs comme groupe témoin et dans l’évaluation de la qualité, c’est sur que on peut parler aussi des résultats et un des résultats c’est une intégration dans le milieu socioprofessionnel et donc intégration à l’emploi ; la satisfaction des employeurs par rapport aux diplômés. La prise en considération des besoins et je crois que c’est dans l’intérêt de tout le monde – les étudiants sont les travailleurs du futur. Peut-être une dernière considération par rapport également à l’organisme, comme l’a rappelé monsieur Gervais, les considérations donc financière; est-ce que ça sera un budget de plusieurs millions de dollars ; est-ce que ça sera une bureaucratie; c’est également des considérations qui vont être importantes à traiter pour ce qui concerne cet organisme. Et qu’est-ce qu’on peut bâtir sur ce qui existe déjà ; également la représentativité de l’ensemble de la société puisque un des rôles sera de la correspondance avec les besoins de la société.
180m04

Animateur : on peut toujours compter sur le conseil du patronat pour nous ramener les considérations financières.

Raymond Lalande, vice-recteur aux études de l’Université de Montréal. Juste un mot pour d’abord, peut-être arrêter de démoniser la question de la compétition et de l’absence de collaboration entre les universités parce que ce n’est pas ce qu’on observe sur le terrain – l’absence de collaboration. La présidente de l’ACFAS l’a mentionné, au niveau de la recherche, et je pense qu’il faut un peu être ignorant de la situation de la recherche au Québec pour ne pas comprendre que la collaboration entre les universités est très présente à ce niveau-là. Maintenant je voudrais renchérir parce que même au niveau de la formation c’est possible – je vous donne un exemple : il y a au Québec, un programme de doctorat en travail social qui est offert conjointement UdeM et McGill et UQAM; ça existe. Quand l’université de Montréal a délocalisé son programme de médecine en Mauricie, elle l’a fait en collaboration avec l’UQTR qui est responsable de la formation complète de la première année de médecine des étudiants. Ça existe la collaboration entre les universités ; on n’est pas dans un contexte Canadiens – Nordiques ici; faudrait ce rappeler cela. À ce moment-là, vous vous rappelez qu’une saine compétition ce n’est pas mauvais, non plus.
Animateur : je me permets de vous interrompre, vous dites une saine compétition, poussez donc la réflexion, où cette compétition est-elle saine et où est-elle malsaine à votre avis ?
Je pense que la volonté de chaque université de vouloir se dépasser, de vouloir offrir les meilleurs programmes, d’être la meilleure, ce n’est pas quelque chose de malsain à la base.
J’ai un deuxième point on a beaucoup parlé depuis hier soir de liberté académique, d’autonomie des universités et on s’entend tous pour parler d’un organisme indépendant, d’affaires universitaires, c’est le modèle proposé par la CREPUQ ; on ne s’entend pas tous sur ce qu’il va représenter, qui vont en être les membres et quel va être le mandat exact. Je voudrais juste mettre en évidence que quand on parle de liberté académique; quand on parle de l’autonomie des universités; je pense que tout le monde reconnait l’importance de ça ; en parallèle, il ne faut pas s’en aller vers un organisme de contraintes parce que là on est à l’autre extrémité du spectre. Alors un organisme de réflexion, un organisme de concertation ou un organisme de développement, un organisme de représentation, peut-être, mais un organisme de contraintes – à ce moment-là on va à contresens de la liberté académique et de l’autonomie universitaire; qui nous ont servi jusqu’à maintenant.
183m05

Madame Lafrenière. Une de mes parties était dans le même sens que la dernière intervention au sujet de l’autonomie académique. C'est-à-dire que si effectivement il existait un comité qui visait à une plus grande collaboration entre les universités et qu’on voulait préserver cette autonomie universitaire, on n’avait pas à donner un pouvoir contraignant à cette commission ou ce comité. Même que ce pouvoir contraignant là déterminerait les critères pour nous; ce serait aller à l’encontre de l’autonomie universitaire.
Le principal de mon intervention était sur la collaboration dont tout le monde parle dans un éventuel comité. Toutefois, ce qu’on constate c’est que personne n’a défini quelle collaboration, avec quoi et dans quel but. Le conseil du Patronat a parlé d’une plus grande collaboration entre les universités mais pour nous, une plus grande collaboration entre les universités ce n’est pas nécessairement une plus grande collaboration entre l’Université et les employeurs et les entreprises et dans quel but. Pour nous ça doit se faire dans le but de faire avancer le savoir et non seulement de créer des formations qui, comme le dit le conseil interprofessionnel plus tôt ce matin, les formations sont rapidement désuètes parce que le marché évolue vite. Pour nous ce que ça prend, c’est justement des formations qui soient moins axées sur la job directement mais plus globalement, une formation sur les connaissances avant d’être axée sur les compétences.
On parle de saine collaboration pour faire augmenter le nombre absolu d’étudiants à temps plein – on ne parle pas nécessairement de collaboration ici – on ne veut pas avoir un plus grand taux de diplomation et un plus grand nombre de personnes qui ont des diplômes mais on veut une éducation qui soit de qualité et dans ce sens là on doit parler de coopération plutôt que de collaboration seulement ou de saine compétition.  Nous on pense plutôt que c’est sur la base de la coopération que ça doit s’axer.
185m01

Animateur : Une conception fondamentale un peu différente sur les besoins à remplir mais la question est de savoir si on est capable de trouver un équilibre entre ces différentes conceptions qui sont véhiculées par les intervenants au micro.

Thierry Morel Laforce vp aux affaires universitaires de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ)
Dans la thématique de la coopération, coopérativité, compétition ; je relancerais en disant que, même si on est dans le thème de la qualité, c’est faux, je crois de dire que les universités ne sont pas en compétition puisque le modèle même de financement des universités met une course aux effectifs. Donc je crois qu’il faut plutôt encourager cette collaboration-là entre les universités pour assurer un enseignement de qualité. Maintenant pour continuer sur cette lancée, on a vu dans les différentes interventions que l’assurance qualité peut être perçue de différentes façons ; qu’il n’y a pas une seule et unique définition de l’assurance qualité. Alors pourquoi est-ce qu’on ne peut pas donner au Québec sa propre définition d’assurance qualité. Rassemblons la communauté universitaire autour d’une définition, avec laquelle tous seront d’accord et qui mènera au développement d’un réseau qui répond aux besoins de la société.
186m50

Animateur : c’est quand même assez différent de la proposition de ne pas embarquer du tout dans la notion d’assurance qualité. On a vu dans les présentations ce matin que, certains semblaient complètement réfractaires, d’autres réfractaires dans la mesure où c’était perçu comme quelque chose qui pourrait niveler nos approches. Mais sur cette question on pourrait la fouiller davantage, il reste une quinzaine de minutes avant le repas.
De l’assurance qualité par exemple plusieurs conceptions ont été évoquées ce matin, alors peut-être que parmi vous il y a des gens qui sont en mesure, comme monsieur Laforce vient de le faire, identifier des pistes de réflexion vers une définition qui nous conviendrait tous.
L’autre sujet la compétition, la collaboration est-elle si présente, si néfaste, malsaine, a-t’elle ces avantages, monsieur Lalande soulevait la question tout à l’heure. Peut-être quelqu’un voudra contribuer à notre réflexion à cet égard.
188m00

Atim Léon fédération des travailleurs et travailleuses du Québec
On représente toutes sortes de catégories de personnels dans les universités entre autres le personnel de recherche. Au sujet de la saine compétition, voilà un domaine où il y en a énormément de la compétition. On sait, ce n’est peut-être pas le cas de toutes les facultés mais de celles dans lesquelles il s’agit de science de la nature; la science en général, les sciences exactes. En fait, beaucoup de laboratoires sont en compétitions les uns envers les autres pour obtenir des contrats ou des subventions. Je pense qu’il y a un lien à faire avec la question de la qualité – notre représentante tout à l’heure Carole Neil ?  en a parlé mais c’était très rapide dans sa présentation. C’est évident que sur le personnel d’encadrement, le personnel de laboratoire, il y a un impact direct parce que ces gens-là en réalité, n’ont pas de sécurité d’emploi comme dans d’autres catégories d’employés – ces gens-là dépendent de l’obtention de ces contrats et de ces subventions. Or, dans les dernières décennies, le niveau de compétition a tellement augmenté que le renouvellement des subventions baisse proportionnellement en fait avec l’augmentation de la compétition entre les différents labos. Et donc, leur préoccupation première à eux, comme employés dans un labo n’est pas d’encadrer les étudiants qui viennent là et qui sont en réalité des étudiants de 2e et 3e cycle – qui sont à toute fin pratique des employés dans ces laboratoires – et donc, eux leur démarche n’est pas tant d’encadrer les étudiants que de s’assurer qu’ils vont atteindre les objectifs fixés dans les contrats de subvention. Ça a un impact direct sur l’encadrement et en particulier sur l’encadrement des étudiants premier cycle et début deuxième cycle.
190m20

Monsieur Tremblay président du conseil provincial du syndicat universitaire. Je renchéris un peu ce que monsieur Léon a mentionné,  je considère qu’elle a été un peu évacuée la question du 2e et 3e cycle dans les discussions. Entre autre, justement dans les laboratoires, souvent les gens qui font des maîtrises ou des doctorats restent seulement 2 ou 3 ans dans les laboratoires et souvent ils vont acquérir une certaine expérience, une certaine autonomie et lorsque ça part, parfois ça peu partir en groupe, parfois il y a une mauvaise transmission de l’information entre chacun des groupes qui part et qui arrive. Et souvent, l’étudiant à la recherche aide à faire ce pont avec la génération de nouveaux étudiants qui vient. Donc ça a une certaine importance. Il y a un grand besoin d’encadrement de tous ces acteurs-là. Donc c’est quelque chose qu’il faudrait continuer de renchérir et aider parce que souvent dans les questions de compétitivité on a tendance à laisser un peu les gens à eux-mêmes. Un meilleur encadrement et un meilleur soutien aident les gens à avoir une meilleure autonomie dans leur travail.
192m00

Monsieur Denis Sylvain de la Fédération des associations étudiantes universitaires en éducation permanente.  Les 75 000 étudiants qui étudient majoritairement le soir, à partir de 6h30 7h00 après leur journée de travail. Une chose que j’ai constaté, c’est que, tout au long, hier soir et ce matin, on a complètement passé sous silence toute la question des programmes de certificat, qui sont pour beaucoup, en lien aussi avec les besoins de la société, les besoins de l’entreprise. La qualité peut être à l’intérieur de ces programmes – on en a pas parlé et on n’a pas parlé non plus de l’enseignement à distance. On a parlé de l’utilisation des technologies mais tous les étudiants qui sont notamment à la télé université  ou sont à l’enseignement à distance – on en a pas parlé non plus.  J’inviterais les gens, peut-être cet après-midi à avoir une petite pensée pour ces étudiants-là. D’autre part, quand on parle de la qualité, et je vais peut-être me faire le diable des détails, quand on parle de la qualité et on dit que les universités au Québec sont tous de qualité. On a beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi un établissement, je ne les nommerai pas mais je pourrai le faire sur demande, mais pourquoi un établissement refuse de reconnaître une formation d’un autre établissement notamment dans des programmes de droit – aussi précis que ça – on refuse de donner par exemple pour le droit constitutionnel dans un établissement par un autre établissement. À ce que je sache, il y a une constitution canadienne, qui devrait être enseigné de la même façon. Alors j’ai beaucoup de difficulté quand on parle de qualité; faudrait peut-être aussi regarder comment on reconnait ce qui se fait par les autres établissements et de reconnaître que ça peut être aussi de qualité équivalente
194m20

Kevin Armstrong – président de la fédération des étudiants de l’institut de recherche scientifique
D’une part j’aimerais parler de la collaboration. Madame Samoisette vous avez parlé qu’on pouvait être excellent dans tous les créneaux. C’est là que je ne suis pas d’accord. J’arrive cette semaine d’une conférence scientifique du MRS material research socialty à Boston et puis il faut garder en tête que le Québec est en concurrence directe avec par exemple les chinois. Quand on parle de sciences naturelles, on a des groupes de recherches de 50, 60 personnes, au niveau des ressources matérielles, humaines, on ne peut pas nécessairement rivaliser dans tous les domaines. Donc quand on parle de collaboration, il faut se concentrer. Nos chercheurs doivent concerter leurs efforts. La cohérence est très importante. Le deuxième point – j’entends parler de recherche versus enseignement – on dit favoriser la recherche tout en favorisant l’enseignement. Je pense qu’il faut faire attention, nos énergies et nos efforts sont limités et en tant qu’étudiant en science, au niveau de la maîtrise, d’autre au doctorat aussi, plusieurs pourront confirmer – concilier recherche et enseignement – pour les professeurs, pour les étudiants, pour les gens du milieu c’est très difficile. Donc si on va réussir à concilier et augmenter le niveau d’excellence, nécessairement qu’il faut mettre plus d’énergie.
Je pense que ces deux aspects sont à considérer dans nos réflexions.
196m00

Animateur : j’aimerais mieux comprendre votre pensée, vous dites on ne peut pas être excellent dans tous les créneaux – est-ce que je dois comprendre que vous pensez qu’on devrait cibler des créneaux dans lesquels on investira plus, en abandonner d’autres ou …

Rép. Exactement. Je veux dire – il ne faut pas se mettre la tête dans le sable – je sais que je vais susciter la réflexion, on est 7 millions au Québec et on a des ressources qui sont limitées. Quand on arrive pour concurrencer sur la scène internationale – d’autres pays et d’autres grandes institutions – il faut garder en tête cette idée là. Il y a aussi nos besoins propres au Québec – on devrait les garder à l’esprit quand on fait de la recherche.
197m00

Line Boileau, présidente de l’Association des collèges privés.
Pour une définition de l’assurance qualité, j’aimerais simplement reprendre à mon compte quelques mots clés d’une présentation de ce matin. Je la définirais simplement comme étant la synergie entre la réflexion interne que chacune institution fait sur ses propres mécanismes d’assurance qualité; et un regard externe.
197m42

Dame de McGill. Je veux suivre le dernier commentaire de cet homme au sujet de la différenciation des missions des universités. C’est rattaché à la question où est-ce que nous voulons les cibles. Si on regarde la qualité de l’enseignement avec les critères internationaux – c’est évident que plusieurs institutions québécoises ont différentes collaborations à l’International. Ensemble ils sont un atout pour le Québec. Je pense qu’en même temps c’est possible de cibler quelques domaines pour collaborer ici au Québec et de relever ce domaine – à niveau du contexte de l’Amérique du Nord. Je pense que c’est normal que chaque institution a ses propres – avec leur conseil d’administration, avec leur conseil académique – choisi les domaines. En même temps c’est difficile de comprendre que le Québec et le Canada ont l’encadrement scientifique avec les thèmes overarching – de mon expérience, au Québec, en Ontario et aux États-Unis, en Europe, comme madame … mon expérience de collaboration ici, on a beaucoup plus. Peut-être il y a des opportunités d’intégrer plus la recherche et l’enseignement et d’entrer plus dans des collaborations ici et mondialement. Moyens de relever et d’enrichir nos programmes de recherches et d’enseignement.
Plusieurs autres documents à extraire du site http://pierreduchesne.org/

Hors ligne

 

#4 02-12-2012 03:53:04

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Dernière mise à jour |
16 décembre 2013. Québec et PISA: ce n'est pas vraiment vrai http://quebec.huffingtonpost.ca/adrien- … 33655.html

6 décembre 2013. Est-ce vraiment vrai? http://www.lapresse.ca/debats/chronique … t-vrai.php

#Sommet2013 : 30 novembre 2012. http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/579/fr/
Assurance qualité de l’enseignement supérieur | Accompagnés par la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial depuis 1995, les collèges ont mené 17 opérations d’évaluation http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf 
______________________________________________________________________________
11 février 2013. Amélioration de l'offre de formation professionnelle et technique - Les ministres Marie Malavoy et Pierre Duchesne confirment l'implantation du programme d'études Technologie de radiodiagnostic au Collège Édouard-Montpetit http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c4630.html

29 janvier 2013. La CAQ créerait deux classes d’université http://www.ledevoir.com/politique/quebe … universite Les établissements qui font de la recherche pourraient hausser les droits de scolarité pour être compétitifs
______________________________________________________________________________
Les témoins désignés pour présenter le résumé ou la synthèse des discussions en atelier

***Mme Binh An Vu Van, Journaliste scientifique indépendante et présidente de l’Association des communicateurs scientifiques
On m'a demandée de rapporter ce qui s'est passé dans ces salles-là. Je me suis promenée dans les trois ateliers, cet après-midi. Je n'ai pas assistée à l'intégralité des conversations ; on nous a fait un rapide résumé de ce qui s'est passé. On a abordé la qualité, les mécanismes d'évaluation et les rôles possibles de chacun. Comment intégrer tous les acteurs dans la discussion; est-ce qu'on devrait tous les intégrer ? Il y avait des thèmes que l'on disait chaud; on dit difficile à définir, comme par exemple, la qualité de l'enseignement supérieur. On ose pas trop se lancer dans une définition mais on se rend compte que lorsque qu'on pose les questions de différentes façons ; on arrive, tout de même à des mots clés, à des thèmes qui reviennent et je pense que, parce que ça n'a jamais été écrit quelque part, parce que l'Université a tellement changé depuis la dernière fois qu'on a défini la qualité de l'enseignement. Chacun a sa vision mais en mettant ensemble toutes les composantes de cette qualité, cet après-midi, on a pu arriver à certains grands termes. On parle de la capacité des diplômés par exemple, à intégrer et à faire face à notre nouvelle société, au marché tout autant qu'à la collectivité. Comment avoir des gens qui contribuent à la société, intellectuellement mais aussi par leur savoir-faire. Il y a déjà des pistes de réflexion; il faut dire qu'on en a pas de définition de qualité. En se parlant cet après-midi, on est arrivé à trouver une meilleure définition de la qualité.
De la même manière, quand on parle de mécanismes ; on décrit beaucoup de choses qu'on sait qu'on ne veut pas. Beaucoup de gens ont été heureux de dire qu'il y a en beaucoup de mécanismes de contrôle ou de suivis de la qualité des universités ; il faudrait mieux les faire connaître et peut-être travailler ensemble à les améliorer sans alourdir ce qui existe. Donc, on est arrivé, quand même, je pense qu'il y avait beaucoup de constats auxquels on est arrivé. Le mot assurance-qualité il faut peut-être pas l'utiliser ; ce n'est pas un mot qui convient à tout le monde. On parle de suivi de la qualité ou de l'observation de la qualité de l'enseignement.
Je croyais que ce matin, on avait un consensus sur un organisme qui chapeauterait, peut-être, l'évaluation de la qualité des universités. Il semblerait que ce qui s'est dégagé c'est qu'il n'y en a pas. Encore des gens se demandent s'il en faut un; et ceux qui sont convaincus qu'il en faut un, se demandent si c'est urgent ? Qui devrait y siéger ?  Dans quelle proportion le milieu universitaire devrait y être ? Qui sont les acteurs qui y seraient impliqués ? c'est d'ailleurs un des thèmes abordés. Est-ce qu'on impliquerait la société civile ; quelle proportion ; qui précisément ? Il y a encore matière à débat !

Maintenant je vais présenter le power point des principaux sujets discutés ; je vous ai vu vous mettre d'accord sur chaque mot ; on va donc prendre le temps de les présenter.
****Synthèse de l’atelier 1. Atelier sur la qualité : "Tenter de définir la qualité" ; on a dit que c'était difficile voire impossible de définir la qualité. Les "Approches pour parvenir à une définition de la qualité" et les "Composantes de la qualité"

Qu'entend-on par la qualité de l'enseignement ?
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - le système d'enseignement en est un de qualité ; - le système et sa qualité sont fragiles ;  - la qualité est en lien avec les ressources d'enseignement ; - pluralité : acteurs; missions; disciplines; étudiants etc. ; - le système change et évolue
2. Quels sont les éléments de divergence ?  - l'utilisation des indicateurs comme gages de qualité ; - l'évaluation réputationnelle.

Approches pour parvenir à la définition de la qualité
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - inclusion de tous les acteurs de la communauté universitaire (divergence sur cet énoncé, inclusion de tous les acteurs ça ne suffisait pas) ; - développement de l’individu ; - répondre aux besoins de la société ; - cohérence avec les missions institutionnelles et les programmes
2. Quels sont les éléments de divergence ? – utilisation de l’assurance-qualité ; - l’importance de la participation des acteurs externes à la communauté universitaire

Qu'entend-on par la qualité de l'enseignement ?
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - indicateurs quantitatifs mais aussi qualitatifs ; - en lien avec la mission universitaire ; - permet d’atteindre les objectifs ; - rapport pédagogique étudiants-enseignants (ratios et autres) ; - ressources disponibles ; - évaluation de la qualité à l’interne des institutions ; - attentes des étudiants et de la société ; - arrimage entre les niveaux d’études ; - collaboration et autonomie des universités.
2. Quels sont les éléments de divergence ?  - les besoins du marché du travail ; - les indicateurs de résultats.

****Synthèse de l’atelier 2.
Quels sont les devoirs et les responsabilités des acteurs des établissements d’enseignement supérieur et quels sont les défis qui se posent à eux et à leurs partenaires pour maintenir la qualité de l’enseignement et en assurer le développement harmonieux ?

Composantes de la qualité : L’état de la qualité ; Les acteurs ; Les devoirs et responsabilités ; Les défis

Composantes de la qualité : L’état de la qualité
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - La qualité de l’enseignement va bien mais elle est à risque ; - la qualité de l’enseignement peut être améliorée ; - la qualité est un concept qui varie selon la mission de l’établissement
2. Quels sont les éléments de discussion ? – Comment maintenir cette qualité ; - la définition de la qualité varie; son état de situation aussi ; - Comment assurer la qualité de l’enseignement sur les campus satellites ?

Les acteurs
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - Les étudiants devraient avoir un rôle dans l’évaluation de la qualité ; - les enseignants ont un rôle déterminant sur la qualité ; - l’ensemble du personnel des établissements d’enseignement supérieur ont un rôle déterminant sur la qualité
2. Quels sont les éléments de discussion ? – Quel type d’organisme indépendant pour évaluer la qualité ; - les partenaires de l’enseignement supérieur devraient-ils avoir un rôle dans l’évaluation de la qualité ;  - La situation à laquelle sont confrontés les chargés de cours est-elle nuisible à la qualité de l’enseignement ?

Les devoirs et responsabilités
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - Les établissements ont un devoir intrinsèque de qualité ; - il faut développer une culture de la qualité au sein de nos institutions ; - rendre cette qualité accessible à tous ; - que les outils soient disponibles aux étudiants pour favoriser leur réussite ; - former des citoyens responsables et des travailleurs qualifiés.
2. Quels sont les éléments de discussion ? – Les ressources notamment enseignantes sont elles suffisantes pour assurer la qualité de l’enseignement ? ; - tous les acteurs ont-ils un rôle à jouer dans l’évaluation de la qualité ? ;  - Les enseignants font-ils face à une trop grande charge de travail ?

Les défis
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - Les établissements d’enseignement supérieur font face à un manque de ressources qui est nuisible à la qualité de l’enseignement ; 
2. Quels sont les éléments de discussion ?  - comment bonifier la qualité sans alourdir les mécanismes d’évaluation ? - comment assurer l’accessibilité géographique à la qualité ? – comment tenir compte de la réalité intergénérationnelle ?


****Synthèse de l’atelier 3.
"Composantes de la qualité" Les mécanismes pour assurer la qualité

Beaucoup de mécanismes sont en place ; il ne faut pas tout jeter et tout réformer. Discussion autour de la création d’un organisme indépendant qui ne fait pas l’unanimité.

Retour sur la qualité
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - Les universités offrent déjà des programmes de qualité ;  - les mécanismes d’évaluation en place sont méconnus ;  - une reddition de comptes excessive limite la liberté académique et les efforts qui pourraient autrement être mis sur l’amélioration de la qualité ;  - la qualité repose en premier lieu sur la formation, l’ensemble du corps enseignant et les acteurs de la communauté universitaire ; - la qualité répond à de multiples besoins sociaux.
2. Quels sont les éléments de divergence ?  - la pertinence de la délocalisation des campus.
Les nouvelles idées à explorer donc les obstacles liés aux mécanismes portant sur la reconnaissance des diplômes entre établissements

Mécanismes d’évaluation
1. Quels sont les éléments de convergence ?  - plusieurs mécanismes sont déjà en place, et ils sont méconnus ; - ces mécanismes pourraient être optimisés, notamment pour la rétroaction de plusieurs acteurs, et un meilleur suivi devrait être assuré.  – l’évaluation du corps enseignant relève d’une dynamique interne des établissements d’enseignement
2. Quels sont les éléments de divergence ?  un organisme qui va être contraignant ou
Quelles sont les idées nouvelles à explorer ? – mise en place d’une révision des processus.

Faut-il créer un organisme indépendant ? 
1. Quels sont les éléments de convergence ? Ça permettrait un lieu d’échange, de coopération et de concertation. Ça apporterait (parmi les gens qui étaient d’accord) la visibilité et la transparence. – ça améliorerait la visibilité et la valorisation de l’enseignement supérieur ; ça permettrait une vision partagée de l’Université et il y aurait des chantiers qui naîtraient de ce sommet ; ça serait l’occasion d’en débattre
2. Quels sont les éléments de divergence ? -  la nature du mandat coordination versus évaluation ; - un mandat de coordination aurait une incidence négative sur l’autonomie des universités selon certains alors qu’il contribuerait à réguler le développement du réseau pour d’autres ; - l’évaluation externe est-elle pertinente ? ; - l’octroi d’un pouvoir de contrainte  ; - la pertinence et l’urgence de mettre en place un tel organisme maintenant alors que les mécanismes en place pourraient être bonifiés.

***Mme Diane Berthelette, Présidente directrice générale du CLIPP et vice-présidente du conseil d'administration du Fonds de Recherche Québec-Société et culture @ 14m20

Suite aux ateliers auxquels on a assistés à tour de rôle, on a retenu quelques pistes d’action, pistes de réflexion. Ce sont des questions que je soulève et que je vous renvoie. Est-ce qu’on pourrait se concentrer, ensemble, dans le cadre de cette démarche, sur le bien commun ; en décider collectivement ?
Compte tenu de la diversité dont on a entendu parler, des différents types d’approches qui sont mis de l’avant à la fois à l’intérieur des universités et entre les universités. Est-ce qu’on pourrait s’entendre sur l’importance de respecter la diversité tout en assurant la cohérence organisationnelle et la cohérence du système ?
Devant une pluralité de concepts et de définitions est-ce qu’on pourrait s’entendre sur l’idée de développer un langage commun ?
Est-ce qu’on est d’accord pour dire que la qualité doit être constamment redéfinie parce qu’elle est liée au contexte ? et donc, qu’on se reverra ou que les enfants de nos enfants se reverront sur la même question.
Étant donné que les indicateurs proposés pour évaluer sont à l’image de la conception qu’on a de la mission et des objectifs des établissements d’enseignement, est-ce qu’on peut discuter des objectifs des établissements ?
Et une question qui a été soulevée à plusieurs moments, lorsqu’on fait de l’évaluation et qu’on développe des indicateurs; comment développer des indicateurs de l’intangible ? du rayon de soleil dans l’œil de l’étudiant, qui vous dit que ça a changé sa vie ! ou que ça changé sa journée !
À quelles structures existantes ou à créer, devons-nous confier la coordination et l’évaluation du système d’enseignement supérieur ? Ce qui a été dit, ce que j’ai bien entendu c’était l’importance d’amorcer toutes ces questions avec empressement mais sans précipitation.
N’attendons pas, comme société, de ne plus avoir le temps d’en discuter. Puisque ce qu’on a entendu, c’est que nous voulons des pistes d’action d’un développement durable.

Animateur Pierre Guillot, Hurtubise : Pour lancer la discussion, la question très simple : comment réagissez-vous à cette synthèse, à ces propos qui vous ont été rapportés par madame Vu Van et madame Berthelette ?
17m17

Monsieur Auger. Ce que je retiens, c’est surtout la notion de se concerter. Dans ces deux jours on a découvert beaucoup sur la qualité des différents aspects de l’éducation et nos expériences mutuelles nous enrichissent. C’est pourquoi je pense c’est un devoir pour les partenaires en éducation au Québec, de faire siens, les objectifs d’améliorer la qualité de l’éducation, de participer activement dans … à nous porter plus loin et à élargir le débat dans le respect de l’institution qu’est l’Université.

Monsieur Nantel de la CSQ. Je vous dirais au départ que ce n’est pas évident de réagir si rapidement sur le contexte. Je pense que – peut-être pour placer notre réflexion au niveau de la centrale, dire que ce qu’on constate dans les discussions et le rapport comme tel – je pense qu’il y a un souci là de démystifier ce qu’est la compétitivité
dans les systèmes, dans les organisations. Hier, j’entendais quelqu’un dire c’est bon la compétitivité dans notre milieu ; je vous dirais que dans notre organisation quand on parle de compétitivité dans un organisme, dans une université – on parle surtout du dépassement de soi et non pas une compétition entre établissement.

On doit regarder notre organisation Université comme étant dans un contexte international et 7 millions d’individus doivent fonctionner ensemble au niveau universitaire, doivent avoir une cohésion – donc – les discussions le laissent entendre – avoir un organisme qui réussi à créer une cohésion entre les universités et éviter une compétition entre les différents milieux ; c’est quelque chose qu’on voit d’un bon œil. Étant donné que je suis représentant d’une centrale syndicale, je ne peux pas passer sous silence, qu’il y a une importance par rapport aux services qui sont donnés – rappeler l’importance d’avoir, au chapitre de la qualité, suffisamment de professeurs, d’éviter la précarité ; avoir suffisamment de services quand on parle de soutien de professionnels – je pense que pour assurer dans tous les établissements une qualité au niveau des jeunes et de l’enseignement – c’est une priorité.

Je voudrais juste vous rappeler qu’au niveau de l’enseignement, au niveau de la recherche que de l’offre de services à la collectivité – nous on pense que dans le rapport, que je ne le vois pas et je ne l’ai pas senti dans les discussions, dans l'atelier où j'étais, je n'ai pas senti le malaise que nous on éprouve au niveau des services à la collectivité. Je pense que pour nous, on voit cet élément manquant dans le débat actuellement.
Pour ce qui est des questionnements, le bien commun, le respect, le langage commun on en est. Je pense, comme je vous ai dit, dans le contexte international il y a une évaluation et il y a des critères à s'établir pour y aller mais – le but final et ultime – je l'ai répété à deux reprises à l'atelier, et je veux le répéter à tout le monde ici, l’importance est qu’on développe des individus complets. On doit faire une éducation qui ne fait pas que du formatage, qui ne fait pas que placer des jeunes au niveau de l'entreprise mais faire un développement complet de nos étudiants. Hors, donc dans ce sens là, je vous dirais que le rapport comme tel répond bien aux objectifs qu'on s'est donnés au niveau de notre organisation. On disait tout à l'heure, qu'on a réussi à établir un processus au niveau de la qualité ; je ne le sens pas - moi j'ai juste vu qu'on était capable d'établir des indicateurs ; qu'on était capable d'avoir des critères mais au bout de la ligne - aujourd'hui dans l'exercice - qu'est-ce qui est une atteinte à aller chercher la qualité ? Je pense qu'il y a beaucoup d'incertitude de ce côté-là. On a établi qu'il y avait des missions pour chacun des établissements; ça pourrait être la qualité par rapport à des missions; est-ce que c'est à géométrie variable, est-ce que ça dépend ... tout cela fait que au niveau de la qualité, on n'a pas défini ce que c'est. Mais pour nous, je vous le rappelle au niveau de la centrale, la qualité est simple au niveau de la définition c'est qu'on ait un individu qui est à la fois formé académiquement et aussi, à la fois formé à niveau d'un citoyen engagé.   
22m21.
Monsieur Renaud veut réagir. Je veux dire d'abord que j'ai beaucoup apprécié la journée, évidemment, je pense que c'est une journée qui a permis aux divers intervenants de se jauger je dirais et de mieux se connaître. On a signalé, tout à l'heure, à juste titre la bonne ambiance et le respect qui ont prévalu - c'est heureux et il faut le signaler. Ce que moi, j'ai apprécié par dessus tout c'est le fait qu'on ait pris soin d'éviter justement de sauter trop rapidement aux conclusions ; de plutôt se donner le temps de réfléchir comme on l'a rapporté dans le sommaire - afin d'éviter notamment, je pense entre autre à la suggestion qui a été faite ce matin de créer un organisme. Je pense que ça n'a pas été rejeté, au contraire ce fut salué par plusieurs personnes mais, on veut certainement s'éviter l'empilage des structures ; on s'inscrit dans un mode qui va plutôt repenser les façons de faire et la manière qu'on le fait. Dans la manière dont s'est structuré, une des questions qu'on a à l'esprit avec cette idée de projet qui a été lancée par la CRÉPUQ c'est en fait, de se demander : est-ce que cet organisme - là par exemple va permettre une meilleure collaboration en amont, donc sur le terrain ? C'est un type de questionnement, un parmi d'autres qu'il faudra se poser. Si éventuellement, on dit, il y a un nouvel organisme qui devrait prendre place.
24m21
Madame Blandine Parchemal de l'ASSÉ. C'est pour poursuivre sur le questionnement du représentant de la CSQ sur l'idée d'un consensus ou pas qu'on aurait établi sur la qualité. Nous aussi voulons exprimer notre dissensus là dessus. Par exemple dans la synthèse des témoins, il était question de la qualité comme capacité des diplômés à faire face au marché. Pour nous, la qualité ne peut évidemment pas se résumer à cela. La qualité, c'est beaucoup plus la qualité de l'enseignement, du contenu, du savoir et des connaissances. De la même manière, sur la question de l'organisme indépendant, au sujet d'un consensus au niveau de la création d'un organisme pour la qualité; on voudrait ici,  exprimer également notre dissensus. Tout ce qui est évaluation de la qualité, tout ce qui est organisme contraignant qui brime l'autonomie des acteurs et actrices de l'Université, nous nous opposons à cela. Voilà, tout ce qui est indicateur de la qualité ou autres, nous semblent aller contre notre mandat d'auto-gestion des universités et ne pas donner la possibilité aux acteurs et actrices de l'Université de définir eux-mêmes ce qu'ils considèrent comme la qualité.
25m36 

Madame Boucher de la confédération des syndicats nationaux.
Permettez-moi d'indiquer que nous avons trouvé que cela avait été une bonne journée. Je trouve que ça nous a permis d'avoir l'espace au dialogue même si, on a pas répondu à la question de la qualité. Parce que et si on voit les trois ou quatre prochains suivis qui sont à faire, je pense que, sans aucun doute, on va peut-être trouver des espaces de communication. Je pense que c'est cela, qu'il faut le plus trouver. Donc, j'ai beaucoup aimé d'ailleurs Madame Vu Van, votre synthèse à vous plus que celle des trois ateliers, malgré que c'est la base. Je pense que vous avez bien placé les choses. C'est vrai que la question de la qualité, c'est impossible à déterminer parce que c'est variable - indépendamment qui est -. Cependant, il est clair que dans l'atelier où j'étais et c'est ce qu'on croit à la confédération - la question de la qualité ne doit pas écarter les principaux acteurs soient les étudiants et les personnels. Cela pour nous, ça demeure un essentiel et quand je parle des personnels ça inclus les profs, les chargés de cours, les employés de soutien, les étudiants dans la façon dont ils voient l'enseignement, ce qu'ils s'attendent. Du même coup aussi, vous avez parlé de l'intangible ou le truc dans l'oeil, je vous dirais que ça appelle aussi à ne pas juste faire des statistiques sur le quantitatif mais aussi sur la qualité, sur le qualitatif : comment les étudiants sortent de là et qu'est-ce qui arrive avec eux. Pas juste de savoir qu'ils vont vers une telle entreprise xyz, je pense que ce n'est pas là-dessus qu'on doit aller. Je suis d'accord avec Blandine sur la qualité, le contenu, la question du savoir ; ce sont des éléments sur lesquels il faut vraiment miser. Mais si ça fait couvrir le dialogue, je pense qu'on a réussi ça.
27m50

Madame Norma Kozaya du Conseil du Patronat du Québec. J'ai apprécié la journée et les échanges. J'aimerais revenir sur un des consensus qui a été dégagé sur la qualité des universités et des établissements d'enseignement - c'est sûr qu'il y a une menace et qu'il y a toujours place à l'amélioration. Il y a eu aussi un consensus sur un enseignement de qualité - c'est un enseignement supérieur qui répond aux attentes de la société et des étudiants. Je crois que les employeurs font partis de la société et que ultimement, les diplômés cherchent leur diplôme dans le but d'occuper un emploi. Dans ce sens-là, un des indicateurs de la qualité ce sont les résultats; par exemple le placement et la satisfaction des employeurs ou bien l'attraction d'étudiants étrangers, les étudiants internationaux. Ce sont tous des exemples concrets des indicateurs de qualité, pour nous. Bien sûr, ce n'est pas juste ça; un enseignement de qualité c'est aussi un enseignement qui permet à la personne de pouvoir apprendre à apprendre donc au-delà des connaissances et des compétences, c'est aussi un cadre d'analyse et aussi la capacité d'être critique. C'est une tête bien faite comme on dit, et non pas bien pleine. Donc, ça aussi c'est bien important pour les employeurs. On le reconnaît, le marché du travail est un facteur important mais ce n'est pas le seul, bien sûr.
Pour ce qui est de l'organisme dont il a été question ce matin, bien sûr, il faudrait analyser pas juste imposer une nouvelle couche mais peut-être qu'il y a moyen d'ajouter un organisme qui permet une meilleure collaboration et cohésion au niveau des orientations générales de priorisation ; en ce sens-là ce pourrait être une bonne idée mais bien sûr il faut éviter une nouvelle bureaucratie, un plus grand contrôle. Finalement, c'est sûr que ces échanges ont permis vraiment de mettre davantage en relief les points sur lesquels on est davantage d'accord et les autres buts ultimes. Donc, visez aussi l'excellence, la réussite tout en reconnaissant les différences dans les missions. J'étais dans l'atelier 1; c'est donc vraiment que les universités ont des missions différentes, des réalités différentes ; les étudiants aussi sont différents donc on peut s'entendre sur des indicateurs de qualité, tout en reconnaissant ces différences-là.
30m30

Madame Éliane Laberge de la FECQ. Je pense que dans l'ensemble, l'exercice a été extrêmement constructif. J'ai surtout l'impression que ça fait tellement longtemps qu'on s'est pas assied ensemble pour discuter, qu'on a un rattrapage énorme à faire. Aujourd'hui on a, comme un peu les membres d'une famille qui se réunissent, à rattraper le temps perdu, si on veut. Ce qui est une bonne chose, espérons que ce sera encore plus constructif à la prochaine rencontre thématique. Ce que je retiens surtout, c'est la volonté d'inclusion, la volonté des différents acteurs d'inclure davantage les acteurs qui étaient moins inclus dans les années précédentes. Je suis contente de le voir et j'espère que ça va continuer à être présent dans les prochaines rencontres - que l'un des éléments principal c'est le cheminement académique de l'étudiant qui est au coeur du projet de l'enseignement. La raison pour laquelle on est ici. Sans étudiant, pas d'école, pas d'université, pas de cégep. Un cheminement académique qui devrait permettre de former des citoyens complets qui seront oui, des travailleurs qualifiés, mais des citoyens avec un sens critique et un capacité de participer à leur démocratie. Ce qui semblait faire un certain consensus quand même; cette espèce de mission double qu'ont les Universités et les Cégeps. Je pense que l'exercice a été difficile entre autre du fait que les Universités ont énormément évolué dans les dernières années mais qu'il n'y a pas de suivi qui a été fait de cette évolution. Je pense que pour les années à venir, on va devoir chercher davantage à faire un suivi de l'évolution de nos systèmes d'enseignement. Je terminerais peut-être en disant que le pus gros défi auquel on fait face présentement c'est la pluralité. Oui la pluralité de nos opinions mais aussi la pluralité des étudiants, la pluralité des mécanismes d'évaluation, la pluralité des missions - mais cette pluralité-là, je crois que l'on ne doit pas la voir comme un obstacle mais davantage comme une beauté - possiblement la beauté de notre système d'éducation, donc servons-nous en pour construire, pour s'améliorer.
33m00

Monsieur Vincent de la Fédération des entreprises indépendantes. Un retour sur l'espace de concertation, le dialogue, la volonté d'inclusion également sur le ton des échanges, la qualité des échanges et des interventions ; je trouve que la démarche commence bien. Je tiens aussi à souligner la présence de la Ministre du Travail, de l'Emploi et de la solidarité sociale dans le cadre d'un atelier où on traite de la qualité de l'enseignement; ça va rejoindre le propos que je vais tenir où certains éléments qui sont plus restés dans ma mémoire - les éléments des différents ateliers. Je pense que c'est important de s'assurer justement que cette qualité-là ; je fais une parenthèse - même si cette qualité est plurielle, je pense qu'il y a un consensus sur le fait que les universités sont de qualité et qu'il y a une volonté d'améliorer cette qualité. À savoir maintenant comment faire pour y arriver, c'est une autre question mais ce que j'ai entendu dans les ateliers - on a parlé dans l'atelier 1 de l'attente des étudiants et de la société - dans l'atelier 2 d'avoir des citoyens responsables et des travailleurs qualifiés - dans l'atelier 3 pour les mécanismes, trouver des rétroactions, faire des rétroactions avec les acteurs. Je pense que c'était important d'avoir cette discussion, ce dialogue et je tiens à remercier de nous avoir invité et que nos interventions aient été écoutées; bref qu'il y ait eu de bons échanges. Oui l'Université va former l'étudiant comme un citoyen à part entière mais encore faut-il qu'il y ait une insertion en emploi. On dit beaucoup que la meilleure façon d'intégrer un nouvel arrivant c'est de faire en sorte qu'il puisse trouver un emploi. Je pense que c'est la même chose pour les diplômés, qu'ils puissent trouver une vocation, qu'il puisse croître et qu'il puisse se réaliser. Ici, je parle au nom des chefs des petites et moyennes entreprises qui emploient la majorité des employés; je pense que c'est un élément important, la définition de qu'est-ce que la qualité; tout en respectant l'autonomie des Universités et la liberté académique. Donc, finalement s'il est possible de trouver le moyen d'aller chercher des rétroactions - c'est un élément qui est revenu dans le panel avec les experts qui ont parlé en faveur de la rétroaction pour que non seulement les diplômés puissent trouver des emplois et croître mais que ça puisse aussi faire en sorte que les établissements d'enseignement puissent grandir.
35m51

Monsieur Denis Sylvain de la Fédération des associations étudiantes universitaires en éducation permanente. On est très heureux de ces deux jours; on a senti que les gens veulent que notre système universitaire québécois soit, pour le futur, performant - qu'il soit aussi de calibre mondial. Je pense que et c'est ce que j'ai senti, les gens sont prêts à prendre le temps de discuter pour atteindre cet objectif et bien le faire. Je suis content aussi qu'on ait même considéré que la qualité dans les Universités québécoises n'est pas si mauvaise que ça. Bien qu'on peut se poser certaines questions quant à la transférabilité et la mobilité des étudiants d'un établissement à l'autre, mais ceci étant, il y a quand même quelque chose de très positif par rapport à maintenant et hier quand je suis monté à Québec et que j'entendais parler de la qualité - c'était comme - je pense qu'on a pu réussir à redorer en une journée et demie, un peu le blason de la qualité dans les établissements universitaires québécois et j'en suis très content. Je crois que c'est de bonne augure pour les trois futurs thèmes que nous allons aborder ensemble. Je pense que la question n'est pas terminée - est-ce que nous devons avoir cet organisme externe ? Quel serait le mandat à lui confier ? Beaucoup de questions; alors peut-être que cela fera l'objet d'un chantier, je ne sais pas mais ça a le mérite, à tout le moins, d'être approfondi et je pense que monsieur le Ministre vous avez autour de la table des gens, qui je le sens, veulent travailler dans ce sens-là.
38m20

Madame Sylvie Beauchamp de l'Université du Québec. Je pense que dans l'ensemble, il y a un certain nombre de consensus qui peuvent se dégager et s'il en est un, je pense qui nous rassemble tous c'est de dire à quel point l'Université est un bien commun pour l'ensemble de la société et sert aussi le bien commun de l'ensemble de la société. Je pense que c'est déterminant. L'autre chose sur laquelle je voudrais insister c'est la notion de mission universitaire. Il n'y a pas plusieurs missions universitaires - il n'y a qu'une seule mission universitaire - c'est celle de l'enseignement, recherche et création, services à la collectivité mais ces missions se déclinent de façon différente selon les établissements universitaires et selon leur contexte. Mais une université qui ne ferait pas de recherche ou une université qui négligerait l'enseignement ou qui ne serait pas implantée dans sa communauté ne répondrait pas pleinement à sa mission. L'autre élément sur lequel je voudrais insister - parce que je pense qu'on insiste pas suffisamment - sur la notion de concertation (j'ai appris dans l'atelier qu'il ne fallait plus dire collaboration et je n'ai pas encore tout à fait compris) en particulier dans le réseau de l'Université du Québec, les exemples de collaboration sont très nombreux et je ne les déclinerais pas ici parce qu'on aurait pas le temps et les exemples de concertation avec les autres universités, à l'extérieur du réseau de l'Université du Québec sont multiples aussi. Je pense que, on pourrait s'entendre aussi, sur le fait que - écoutez, moi je suis une étudiante de première génération comme on appelle maintenant, et l'expérience que j'ai acquise à travers de l'Université c'est une expérience de liberté et ce que j'espèrerais c'est que chacun qui passe par l'Université puisse expérimenter cette liberté d'apprendre, cette liberté de connaître, cette liberté de se développer, de se dépasser, la liberté de choisir ; d'avoir aussi une qualité de vie avantageuse quand c'est possible; la liberté de créer - je pense que finalement c'est l'idéal d'être un universitaire - dans mon cas c'est la raison pour laquelle je suis encore à l'Université.
40m55

Madame Lyne Boileau de la Fédération des Collèges privés
Je vais être brève et je vais répondre à deux questions. La première concerne la concertation, alors je vous dirais qu'en tant que représentante du réseau collégial privé - être un acteur dans l'enseignement supérieur c'est dans la concertation et dans le partage des expériences que ça prend tout son sens. À la deuxième question, sur la qualité - est-ce qu'elle doit être constamment questionnée ? Je répond oui, les pratiques pédagogiques, le soutien à l'enseignement, le soutien à la vie étudiante - tout ce qui constitue l'environnement éducatif - doivent être l'objet d'une réflexion continue. Pour conclure, les indicateurs de l'intangible ; j'aimerais bien être de la partie parce qu'au fond, ce qui compte c'est l'étincelle !
42m04

Et non pas la poutre et la paille dit l'animateur.

Monsieur Max Roy de la FQPPU. Aussi pour être bref, puisque le temps nous est compté, j'ai entendu que les étudiants étaient indispensables pour la réalité de l'Université; pour sa raison d'être je voudrais simplement rappeler que les professeurs également sont indispensables et que tous les personnels, tous les membres de la communauté universitaires contribuent à atteindre la qualité de l'enseignement, la qualité de la recherche et au fond, de toutes les activités qui se déroulent à l'Université. C'était un grand défi d'organiser cette rencontre, monsieur le Ministre nous vous en serons gré; c'était aussi plus qu'un défi c'était une occasion unique et nous l'avons saisie je pense avec beaucoup d'empressement, beaucoup de rigueur, beaucoup d'espoir. Et aujourd'hui, je suis très content que nous ayons eu l'occasion de discuter, notamment de la mission multiple des Universités qui comprend parfois des considérations avec lesquelles on est moins familier; notamment bien sûr les pressions du milieu du travail. La formation professionnel fait également partie de la mission de l'Université mais ce qui compte pour nous, bien sûr, c'est qu'on oubli jamais que sa formation de base est celle qui permettra à nos futurs diplômés d'évoluer tout au long de leur vie et de pouvoir même améliorer leur formation, au cours de leur carrière utiliser leurs ressources mais aussi leur sens critique.  C'est là le sens même de la formation critique et de la formation fondamentale que nous contribuons à leur dispenser. Aussi, une des choses importantes, je crois que l'on a souligné, c'est que si la qualité est à définir elle l'est continuellement. Elle sera différente dans un proche avenir et nous devons résister à cette tendance de fond qui est une professionnalisation des institutions. Je crois que nous y parviendrons parce que justement nous assumerons ce rôle de redéfinir au besoin, au fur et à mesure, ce que doit être la qualité de cette formation. De ce point de vue, les mécanismes d'assurance qualité qu'on nous propose de l'extérieur, seraient fondés pour l'essentiel sur des critères quantitatifs et ils nous paraissent inappropriés. C'est pourquoi, je crois que nous faisons bien de faire marche arrière de ce point de vue là mais d'adopter plutôt une autre posture. En terminant, je sais que toutes ces questions seront débattus également lorsque nous feront cette autre rencontre sur la gouvernance et sur le financement des Universités. Je sais qu'à cette occasion-là nous débattrons également de la possibilité d'un nouvel organisme, indépendant, d'une nouvelle instance - quelle que soit l'appellation que cette structure ou cet organisme aura, sa mission sera de veiller à ce que les universités continuent à se développer pour le bien collectif et c'est, je pense, l'essentiel du message de la rencontre d'aujourd'hui.
45m26

Martine Desjardins, présidente de la FEUQ. Évidemment je ne vais pas répéter ce qui a été dit puisque plusieurs éléments se retrouvaient dans mes notes mais il reste, tout de même, que certaines pistes de réflexion que j'aimerais apporter - peut-être pour la préparation de d'autres rencontres. On a beaucoup parlé d'évaluation des enseignements et j'ai trouvé quand même étrange aussi qu'on ne faisait pas appel à la recherche qui se fait sur l'évaluation des enseignements, lorsqu'on parle de qualité - il y a énormément de choses qui sont faites au sein des Universités. J'ai trouvé étrange que comme universitaire ou encore comme travailleur qui sont passés par le milieu universitaire, on ne nous rapportait pas ce qui était fait, à ce qu'on connaissait au sein de la recherche sur l'évaluation de l'enseignement. Permettez-moi simplement de souligner cet élément-là et peut-être de nous rappeler qu'on aille voir aussi dans nos structures, certains éléments de réponse qui nous permettraient d'apporter des pistes de solution intéressantes. Ceci étant dit, il reste tout de même que j'aimerais aussi souligner - oui, on a fait état d'un besoin de transparence en fait sur les processus, qu'on ait déjà établis - nombreux en fait la liste de reddition de comptes, les mécanismes d'évaluation. On sent qu'il y a un besoin de transparence et de visibilité important et il va falloir se poser énormément de questions sur cette capacité, non seulement de transparence mais aussi qui permet la rétroaction. La rétroaction autant sur les mécanismes qui sont utilisés mais aussi à la communauté universitaire et à la collectivité et donc, c'est une rétroaction multiple et ça devra s'articuler dans un contexte assez pluriel pour utiliser un mot qui finalement qu'on a pas mal tous en bouche. Je terminerais avec ceci - je pense que la raison pour laquelle on est là c'est pour essayer de voir est-ce qu'on peut arrimer toutes nos positions, objectifs, buts et amour de l'Université. Il reste, tout de même, qu'il ne faut pas non plus se contenter de pelleter en avant. Et j'espère enfin qu'on va arriver aussi à arriver dans un processus d'action. Laissez-moi dire, oui il y a un besoin de coordination pour atteindre les objectifs mais il n'est pas mal d'être aussi pragmatique dans les contextes de sommets et d'arriver avec des moyens d'action, arriver avec des moyens qui vont nous mettre en action. Parce que si on reste seulement à l'espace de débat et à l'espace de collaboration, on a à perdre énormément en fait de ce type d'échange qui normalement devrait nous mettre en action. Et j'espère en fait que dans les prochains, nous aurons cet élément-là en tête pour nous amener justement à des pistes de solution qui ne sont pas juste de l'idée du débat mais bien de vouloir définir la qualité mais une fois qu'on aura étendu toutes les possibilités de cette qualité - peut-être est-ce qu'on pourrait voir comment est-ce qu'on pourrait la mettre en pratique cette qualité universitaire et là est le défi à mon sens.
48m27

Maxime Léon de la FTQ. Je vais profiter de la présence donc des autorités gouvernementales pour les féliciter du choix qu'ils ont fait de tenir cette rencontre; d'organiser en fait un dialogue. Je crois qu'ils ont mis le doigt sur une des lignes de force de la culture québécoise, cette grande capacité de dialogue. Je pense que - ce que j'entends jusqu'à maintenant autour de la table - c'est exactement le reflet de ça. Cette capacité à dialoguer - moi j'ai entendu entre hier soir et aujourd'hui, des lignes bougées, des positions évoluées, une ouverture aux positions de tout un chacun ; je trouve ça extrêmement intéressant et prometteur. Pour nous c'était en soi un défi de participer à un dialogue comme celui-là et on est satisfait de la réception qu'on a entendu. Ma collègue de la CSN l'a dit tout à l'heure, le rôle de l'ensemble des corps d'emplois dans la qualité de l'expérience universitaire. Et donc qui n'est pas juste la qualité de l'enseignement mais bien la qualité de la formation, donc de façon plus général, a été reconnu et souligné par tout le monde - je trouve ça très intéressant.
Évidemment, souvent le corollaire de cette capacité qu'on a à bien s'entendre - c'est de se flatter un peu trop le dos - et de ne pas faire face à nos divergences. Nous espérons donc - on va voir la suite à une prochaine rencontre - mais que par exemple le débat qui doit avoir lieu sur cette idée de créer un organisme - peut importe son nom - un organisme publique. Vous avez été habiles à organiser ce démarrage et j'espère que vous serez aussi habiles à le faire atterrir ce processus de dialogue.
50m32

Animateur : vous avez dit que cet organisme devrait être publique; si j'ai bien compris. Ce qui exclu un autre concept, si je vous comprends bien.

Madame Carole Lavoie de la Fédération des cégeps. Alors on a parlé du fait qu'il y avait la qualité à redéfinir au fur et à mesure. Je veux témoigner que les cégeps sont un des maillons de l'enseignement supérieur et qu'on est ici au Sommet de l'enseignement supérieur. Je veux aussi témoigner du fait que matière de la qualité au cours des 17 dernières années, nous avons travaillé très fort en matière de réflexion sur la qualité, sur les démarches, les processus d'évaluation, de rétroaction et de suivi des évaluations. Aussi je veux simplement témoigner du fait que non seulement on est capable d'affirmer qu'on offre une formation de qualité - on est capable d'en témoigner à partir des opérations qu'on a menées, à partir des résultats qu'on est capable d'en tirer et à partir d'indicateurs qualitatifs et quantitatifs. Les universités déploraient le fait que les mécanismes n'étaient pas suffisamment connus que les résultats en rapport avec la qualité n'étaient pas suffisamment connus ; si on pouvait s'inspirer, en toute humilité, de l'expérience collégial, j'en serais fort heureuse.
52m00

Monsieur Armstrong
Merci beaucoup à tous les acteurs; ce fut un espace de discussion vraiment très enrichissant. Monsieur Léon vous avez parlé de divergence et j’aimerais faire du pouce sur votre intervention; je pense que le consensus sur la qualité de notre éducation ne fait pas de doute aujourd’hui. Maintenant, le défi est de la maintenir cette qualité dans un horizon moyen-long terme. Donc maintenir la qualité, développement harmonieux de l’éducation supérieur, j’identifie peut-être deux groupes de mesures : des mesures qu’on a proposées qui sont à coût raisonnable et coût modéré sur lequel l’espace de communication est peut-être plus simple. D’autre part, il y a des mesures, par exemple, quand on pense aux ressources professorales qui requièrent des coûts plus élevés donc des investissements plus massifs. À ce niveau là, je pense que de facto, ça soulève les sources de ce financement-là ; c’est le deuxième thème donc vous avez parlé de tappes dans le dos, c’est vrai il faut s’en donner, c’est une base incroyable de discussion et j’en ai une expérience mais il faut garder en tête que le choix de nos mesures implique nécessairement des coûts et que nos divergences vont venir des sources et des modes de financement. Madame Desjardins a parlé d’action, je pense que le nerf de la guerre est là et malheureusement – et on l’a vu dans le conflit étudiant aussi – c’est à garder en tête.
54min.09

Madame Laberge de la FECQ. Désolée de prendre un autre tour de parole mais je m’en voudrais de ne pas le dire. Je pense qu’on va devoir essayer davantage de fixer quelles sont nos priorités. Parce qu’on m’a dit plein d’affaires, c’est bien, on s’est exprimé – fixer les objectifs, les choses qu’on chercherait à améliorer ou qu’on voudrait améliorer spécifiquement. Peut-être qu’on arrivera jamais à s’entendre sur nos objectifs en tant que groupes et qu’on va continuer à avoir des objectifs en tant que particulier; c’est possible mais je pense qu’on devrait essayer davantage et sinon, pour ce qui est de la qualité comme telle, ça été beaucoup répété qu’on avait un réseau de l’enseignement supérieur qui était de qualité – mais j’ai du mal à croire que tout est parfait et puis ça aurait peut-être été intéressant et ce sera peut-être intéressant à avoir dans le futur, comme réflexion sur des points particuliers à améliorer. Bon il y a certains éléments qui ont été amenés : ratio professeur – étudiant ; chargés de cours, enseignants mais il doit y avoir d’autres éléments et ces éléments-là ce sont des éléments clés, qui vont nous permettre d’améliorer notre système sans nécessairement s’entendre sur les grands principes – si on réussi à le faire tant mieux, sinon au moins faudrait qu’on ait des objectifs à moyen et court terme, des choses que l’on veut améliorer.
55min34

Madame Beauchamp de l’Université du Québec. Effectivement il y a comme un besoin éventuellement d’atterrir mais il faut comprendre qu’on est dans le début d’un processus et que collectivement on a l’intérêt d’en faire un succès. À cet égard, on pourrait aussi se donner comme objectif, bien sûr de reconnaitre nos zones de force, de faiblesse mais aussi de développer une fierté collective face à nos universités. Valoriser le travail des communautés qui sont impliquées, les étudiants sont au cœur de l’admission universitaire. Je pense qu’il faut se le répéter; il faut reconnaître la contribution de chacun mais il faut aussi reconnaître la contribution de l’Université à la Société et pour arriver jusque là, valoriser l’ensemble de la démarche éducative au Québec.
56min.47

La synthèse par les deux grands témoins Mme Diane Berthelette et Mme Binh An Vu Van
57min.07
Diane Berthelette : Vous allez avoir une présentation des acétates que nous avons construites. Le défi pour Binh An et moi c’était de reprendre de façon synthétique vos propos
Rôles des établissements d’enseignement supérieur le plus fidèlement possible mais de façon parcimonieuse parce qu’on doit le faire en quinze minutes.
Le premier aspect abordé concerne le rôle des établissements d’enseignement supérieur. Le mot université est revenu très souvent et on nous l’a rappelé, il existe également un réseau collégial qui est inclus dans le réseau des établissements d’enseignement supérieur.
Alors quel est le rôle : - participer à la construction de la société du savoir; on a dit même qu’ils étaient la colonne vertébrale de cette société du savoir; - contribuer au progrès social; être les gardiens du bien commun; - avancer et transmettre des connaissances tout en construisant une réflexion critique; en favorisant l’acquisition de cette réflexion critique; - former des spécialistes mais, en même temps s’assurer qu’ils seront polyvalents pour être des citoyens à part entière.
-On a des améliorations importantes au Québec depuis des décennies ; d’abord du côté de l’obtention des diplômes post secondaires qui est supérieur à la moyenne au Canada. On observe une forte hausse des taux de scolarisation; bonne intégration des diplômés au marché de l’emploi. Une diversité intra et inter des modèles à l’intérieur d’une même université ou entre les universités. Des tensions traversent les établissements (elles sont créatrices parfois). Des exigences professionnelles versus l’avancement des connaissances à l’intérieur des programmes de formation.
Contexte socio économique, on observe une mondialisation des marchés, de plus en plus ; l’émergence de nouvelles technologies qui vont amener et qui ont commencé à amener des changements au niveau des pratiques professionnelles.
Plus grande accessibilité des informations et nous n’avons pas indiqué une accessibilité nécessairement des connaissances (un tri à faire)
(en bleu) les points de divergence
Lorsqu’on a parlé de l’assurance qualité que certains valorisent; d’autres indiquent qu’il doit y avoir des questions à soulever sur ces sujets de façon très importante qui sont issues de principe de rentabilité économique qui encouragerait la concurrence entre les établissements; qui menacerait le caractère humaniste de l’enseignement supérieur; qui pourrait altérer la qualité. Qui sont souvent reliés à ces classements internationaux, qui entraîne une compétition, et qui font en sorte que cette compétition est basée sur la réputation. L’effet pervers est qu’il y a une logique publicitaire qui fait en sorte que de l’argent …
60min.00
______________________________________________________________________________
[Enseignement et santé à la façon 2.0] http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2715#p2715

Hors ligne

 

#5 02-12-2012 19:35:30

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

*** Projets en éducation et besoins particuliers ... les besoins se transforment, les TIC en éducation ...

Dernière mise à jour |
18 août 2014. Bannir l’ordinateur des classes http://www.ledevoir.com/societe/actuali … es-classes
- En lien avec cette article de Fabien Deglise, Wallie (Professionnelle Psychiatrie Psychanalyse https://twitter.com/WallieDM) se dit : "Absolument d'accord" https://twitter.com/WallieDM/status/501322681950543873

16 août 2014. Plaidoyer pour un nouvel humanisme dans l’école http://www.ledevoir.com/societe/educati … ns-l-ecole


Vidéo. Sir Ken Robinson à l'étudiant : "L'éducation doit permettre de développer les talents naturels" http://www.letudiant.fr/educpros/actual … urels.html pour une éducation plus innovante

- La Révolution permanente http://www.ledevoir.com/societe/educati … permanente

Dossiers apparentés :
- MOOC http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2715#p2715
- Une recherche constante et des exemples qui démontrent bien que nous devons rester vigilant et centrer sur nos besoins et ceux de notre famille ! http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=118

*** Projets en éducation et besoins particuliers ...  les TIC en éducation ...
L’éducation : besoin d’un changement pédagogique | Il n’y a pas de recette unique pour créer une culture d’innovation dans nos écoles http://www.cea-ace.ca/fr/video/il-n%E2% … C3%A9coles "Faire avancer en partageant l'expertise ... en se donnant le droit à l'erreur."

Martin Gagnon, Orthopédagogue, conseiller pédagogique, formateur et étudiant EHDAA et TIC http://portailehdaa.com | Montréal · http://cybersavoir.csdm.qc.ca/adaptic/ sur Twitter https://twitter.com/gagnonmar
- "Prenez du temps pour découvrir les intérêts, les talents et les besoins de vos élèves #différenciation" https://twitter.com/gagnonmar/status/435373891524263936
- "Un colloque technopédagogique ouvert à toutes les écoles de la #CSDM! http://cybersavoir.csdm.qc.ca/rendez-vous/  Inscrivez-vous" https://twitter.com/gagnonmar/status/435252005955588096

*** 2014 : UdeM par @Thierry | Le modèle ASPID (adoption, substitution, progrès, innovation… détérioration) a pour objectif de modéliser le processus d’adoption et d’intégration pédagogique des technologies en contexte éducatif. http://karsenti.ca/aspid/

17 mai 2013. Conférence de Nancy Brousseau sur l'École de demain http://www.youtube.com/watch?v=Z-Y5D8G5itw

Université de Montréal | Microprogramme en intégration des TIC en éducation http://microtic.crifpe.ca/
Québec, France, Belgique, États-Unis : quatre expériences de classe inversée http://www.usherbrooke.ca/ssf/veille/bu … -inversee/
La chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation | Rapport iPad http://karsenti.ca/ipad/
- L'iPad à l'école : usages, avantages et défis http://karsenti.ca/ipad/pdf/rapport_iPa … vez_FR.pdf
Technos pédagogiques http://recit.qc.ca/article/wikimindmap- … euristique

Apprendre au 21e siècle http://www.innovationunit.org/knowledge … y-learning
Cours en ligne au secondaire | Jacques Cool - Récit de changement en éducation - ACE Calgary 2013 http://www.youtube.com/watch?v=WjkoZRQ15x8#
Un jeu | Murale interactive de tablettes tactiles iPad - Murmure de mots http://www.youtube.com/watch?v=lVHv5CoovOI
RIRE ! Réseau d'information pour la réussite éducative http://rire.ctreq.qc.ca/
- Comment limiter ou faire obstacle au plagiat? http://rire.ctreq.qc.ca/2013/12/plagiat/
Édulogia par Sébastien Wart | Comment utiliser le mot clé dans votre école ? http://edulogia.com/comment-utiliser-mot-cle-ecole/
Outils | 6 nouveautés dans les formulaires de Google http://www.infobourg.com/2013/12/09/6-n … de-google/
Institut de la statistique | Québec - Volume 7, Fascicule 4, Décembre 2013 Les facteurs liés à la réussite à l’épreuve obligatoire de mathématique en sixième année du primaire : un tour d’horizon http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques … imaire.pdf
CampTIC des CP | une occasion de se rencontrer, de s’informer et de se former autour des technologies de l’information et de la communication. http://campticdescp.wordpress.com/
@PierreWouters |  @zecool : Et pourquoi pas du "reverse mentoring" re: les tablettes, entre élèves et profs? http://pierrewouters.sharedby.co/Rrhc86

Scoop-it : Fidel NAVAMUEL | les outils du web 2.0 http://www.scoop.it/t/les-outils-du-web-2-0
NetPublic » 36 outils pour rechercher efficacement sur le Web http://www.netpublic.fr/2013/12/36-outi … ur-le-web/
Blog | Un site pour vérifier si son mot de passe a été volé - Le blog du Modérateur http://www.blogdumoderateur.com/mot-de-passe-compromis/
Numérique : ce n'est qu'un outil ? http://www.cafepedagogique.net/lexpress … 04095.aspx
Ressources pour les enseignants http://portail.moodle.decclic.qc.ca/ | Compresser facilement une vidéo http://portail.moodle.decclic.qc.ca/mod … php?id=172

Philippe Meirieu Professeur à l’université LUMIERE - LYON 2 | La pédagogie et le numérique : des outils pour trancher ? http://www.meirieu.com/ARTICLES/pedagogie_numerique.pdf
Philippe Meirieu (son compte Twitter) https://twitter.com/PhilippeMeirieu

FR | François Duport : Numérique et pédagogie http://www.scoop.it/t/formavia
Journées du e-learning : Légo et métaphore pédagogique par Moiraud Jean-Paul | http://fr.slideshare.net/moiraud/lgo-31240754 Les thèmes abordés : - apprentissage coopératif et intelligence collective
________________________________________________________________
1er et 2 mai 2014 | Colloque international sur les TIC en éducation : bilan, enjeux actuels et perspectives futures http://ticeducation.org/
- Les technologies : entre contexte socioculturel et contexte scolaire. http://ticeducation.org/pages/programme Programme disponible.

24 avril 2014. iPad en classe: les avantages éclipsent les inconvénients http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … nients.php

16 février 2014. Innovation pédagogique http://www.innovation-pedagogique.fr/ extrait : Cet article présente un dispositif de formation à l’animation de projets collaboratifs « Animacoop »
- 12 Barriers To Innovation In Education http://www.teachthought.com/learning/12 … education/
- Alibaba & others sink $100M into Asia's language-learning service TutorGroup (exclusive) http://venturebeat.com/2014/02/16/aliba … exclusive/

11 février 2014. Une expérience pédagogique mariant Twitter et littérature au 1er cycle du secondaire http://www.infobourg.com/2014/02/11/une … econdaire/

7 janvier 2014. Éducation : prêts pour l’iClasse ? http://www.lactualite.com/societe/educa … -liclasse/

18 décembre 2013. iPad en milieu scolaire · Plus d'avantages que de défis http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 45249.html

11 décembre 2013. École numérique | À Nancy, conférence de Bruno Devauchelle : Apprendre avec le numérique, quelle plus-value? http://www.cndp.fr/crdp-nancy-metz/index.php?id=3706 Documents et ressources
- Nous en recevons l'héritage du monde et de l'espèce humaine en naissant (Bernard Charlot) http://www.oboulo.com/societe-et-moeurs … 69623.html
- Université Laval | Faculté des sciences de l'éducation : Denis Simard http://www.fse.ulaval.ca/cv/Denis.Simard/ "j’ai mené des travaux de recherche sur le rapport à la culture des enseignants et le développement culturel des élèves à travers les objets de la discipline français au secondaire."
- "L'école comme camp de base pour l'enquête et la découverte. Quelle belle analogie!" Jacques Cool @zecool http://www.innovationunit.org/knowledge … y-learning

10 décembre 2013. L'iPad à l'école : résultats d'une enquête auprès de 6057 élèves et 302 enseignants http://www.nouvelles.umontreal.ca/reche … nants.html
- Nathalie Couzon ‏@nathcouz | L'approche culturelle, c'est mettre à distance le familier, le connu, la vie quotidienne (visée critique). Exemple : http://www1.mels.gouv.qc.ca/sections/cu … o_francais
- L'intégration de la dimension culturelle à l'école - page 9 | Un repère culturel, ça permet de se situer, de s'orienter, de se diriger, de discriminer, de juger. http://www1.mels.gouv.qc.ca/sections/cu … 487-02.pdf
- Nathalie Couzon ‏@nathcouz | La discipline est un paradigme organisateur et un ens. d'usages sociaux et de questions éthiques. Une discipline, c'est donc riche! https://twitter.com/nathcouz/status/410436659369750528
- Nathalie Couzon | son compte Twitter à suivre https://twitter.com/nathcouz
- La page du campTIC des CP de Québec http://campticdescp.wordpress.com/ et le mot clic #cpct0312 https://twitter.com/search?q=%23cpct0312&src=typd
-  Pour inciter aux appréciations littéraires par Twitter. Inscription des classes ici: https://docs.google.com/spreadsheet/lv? … UhkMmFSU3c

9 décembre 2013. Sommet des tablettistes 2013 http://www.tablettistes.com/
- Conférence sur l'utilisation des tablettes par les enfants à l'école et en dehors! http://www.youtube.com/watch?v=wU3s0p7QCKw#t=80
- Une école s’attaque aux devoirs et améliore ses résultats avec le carnet d’apprentissage http://ecolededemain.wordpress.com/2013 … entissage/
- se-unsa.org | Vers un nouveau collège unique ? Les orientations du ministre au CSE http://www.se-unsa.org/spip.php?article6358
- Sommet des tablettistes http://www.cmf-fmc.ca/fr/a-propos/calen … etLocale=1 fichier disponible
- #tablettistes | Échanges sur Twitter https://twitter.com/search?q=tablettistes&src=tyah

- Publiez vos vidéos sur iTunes U grâce au CCDMD et au site Le monde en images http://www.profweb.qc.ca/fr/actualites/ … index.html

6 décembre 2013. Le débat sur la protection des données sème la discorde en Europe http://techno.lapresse.ca/nouvelles/int … europe.php La proposition discutée par les États membres veut offrir une protection accrue des données personnelles des citoyens de l'UE contre leur utilisation aux États-Unis.

29 novembre 2013. Données personnelles : les Pays-Bas s'attaquent à Google http://www.clubic.com/internet/google/a … oogle.html

22 novembre 2013. Association Francophone des autorités de protection des données personnelles : 7e assemblée annuelle de l'AFAPDP - Résolution pour promouvoir une éducation au numérique pour tous http://www.afapdp.org/wp-content/upload … finale.pdf

29 octobre 2013. École de la Passerelle à Asbestos | L’équipe-école innove en matière de devoirs et leçons http://www.journallesactualites.ca/2012 … -et-lecons

23-26 septembre 2013. 35th International conference of data protection and privacy commissioners privacy : a compass in turbulent world | Résolution internationale de Varsovie sur une éducation permanente au numérique pour tous https://privacyconference2013.org/web/p … 20tous.pdf

16 septembre 2013. Premier Sommet international des tablettistes à Toronto http://www.infobourg.com/2013/09/16/pre … a-toronto/

15 septembre 2013. Web 2.0, nanolittérature et OuLiPo : un trio gagnant en classe de français ?! http://eclectico.effetdesurprise.qc.ca/?p=2736

3 août 2013. Libre opinion - Les tablettes, une révolution pour le monde de l’éducation (Le Devoir) http://www.ledevoir.com/societe/educati … -education
- Échange sur Twitter entre François Guité et @RonCanuel https://twitter.com/FrancoisGuite/statu … 8877314048

Philippe Meirieu et George Siemens ‏@gsiemens aux Journées du elearning à Lyon3 #jelyon
- @PhilippeMeirieu : Un texte qui évoque les questions du numérique et de la pédagogie : http://goo.gl/e2U6T
- @gsiemens : Reading @bonstewart http://theory.cribchronicles.com/tag/enclosure/  & @audreywatters http://www.hackeducation.com/2013/05/08/coursera-chegg/ … for talk on MOOCs and OERs:A battle for soul of education

14 au 18 mai 2013. Le 27e congrès de l’Association internationale de pédagogie universitaire avait lieu à l’Université de Québec à Trois-Rivières, Canada:  www.uqtr.ca/aipu2012/ Le thème de cette édition est : Quelle université pour demain ? http://ripes.revues.org/373

2 et 3 mai 2013. Colloque international en éducation http://colloque.crifpe.ca/ Thierry Karsenti, Directeur du CRIFPE | Le programme http://colloque.crifpe.ca/files/thematique.pdf Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante. | Thématique du colloque http://colloque.crifpe.ca/pages/thematique
Les conférenciers principaux  http://colloque.crifpe.ca/nouvelles/nou … ves/1%2319
La série des vidéos mises en ligne par CRIFPE | Colloque TICE http://www.youtube.com/user/ColloqueTICE?feature=watch

Hautes études internationales | en mai à l’Université Laval http://www.ledevoir.com/societe/educati … -passionne l’Institut québécois des hautes études internationales de l’Université Laval organise des ateliers intensifs sur des enjeux de l’heure. Sous la gouverne de chercheurs et d’experts de calibre international, les participants à ces « écoles d’été » approfondissent des enjeux touchant les terrorismes, l’Union européenne, les risques à l’échelle planétaire ainsi que la francophonie en Amérique.

25 avril 2013. Petits textes et grands espaces québécois http://www.planete-plus-intelligente.le … -2522.html | Très fiers de souligner ces efforts pour valoriser le travail sur la langue et l'ouverture au monde ; merci Nathalie Couzon https://twitter.com/nathcouz | https://twitter.com/nathcouz/status/327379723044933633

17 avril 2013. Le colloque sur les applications mobiles du Cégep Gérald-Godin | L’avenir de l’éducation à l’ère des technologies mobiles http://gappcgodin.org/
Conférence de clôture : Les futurs besoins de compétences en applications mobiles. Dévoilement d’une étude spéciale de TECHNOCompétences par Sylvie Gagnon, directrice générale de TECHNOCompétences
*** #gappcgodin https://twitter.com/search?q=%23gappcgodin&src=hash
Contributions de Gina Desjardins ‏@ginades :
- Les principaux besoins de formation selon les entreprises: surtout iOS et HTML5, suivi d'Android.
- Tendance et perspective: la convergence de 4 forces : médias sociaux, mobilité, infonuagique et information
- La chaîne d'approvisionnement plus intelligente de demain IBM - http://www.lesaffaires.com/images/ibm/c … nement.pdf

10 avril 2013. Ferroudja Cherief sera la présidente d'honneur du Colloque sur les applications mobiles du Cégep Gérald-Godin http://www.newswire.ca/fr/story/1143601 … rald-godin

17 mars 2013. Spiparena : veille sur le numérique en contexte pédagogique : outils, trucs et astuces, partage d’expériences… http://www.netpublic.fr/2013/03/spipare … numerique/

13 mars 2013. Apple et de nouveaux partenaires se joignent au Colloque sur les applications mobiles du Cégep Gérald-Godin pour soutenir la relève http://www.newswire.ca/fr/story/1128823 … -la-releve
- AtlanticLive : The economy summit http://events.theatlantic.com/economy-summit/2013/

11 mars 2013. Les TICE à l'université : ni une révolution, ni un désastre http://cursus.edu/article/19648/les-tic … -desastre/

7 mars 2013. Les cours intensifs d'anglais désormais facultatifs au primaire http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … imaire.php

5 mars 2013. La musique à l’école contre l’échec et l’exclusion sociale http://www.infobourg.com/2013/03/05/la- … n-sociale/

4 mars 2013. Quelles sont les pratiques numériques des jeunes (dossier FR) http://www.netpublic.fr/2013/03/pratiqu … es-jeunes/ Pratiques numériques médiatiques des jeunes, enjeux et perspectives, un dossier riche d’informations sur les publics jeunes et leur relation aux technologies.

2 mars 2013. Tous les billets de la catégorie Illustrer ses mind maps http://lewebpedagogique.com/litterae/ca … mind-maps/

25 février 2013. FR | Les TICE, c'est quoi ? http://www.tice-education.fr/index.php? … Itemid=242

22 février 2013. Le blues du secondaire: la motivation au plus bas http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … us-bas.php

20 février 2013. Tous les billets de la catégorie Trucs & Astuces MindManager http://lewebpedagogique.com/litterae/ca … ndmanager/

18 février 2013. Le Cégep de Sorel-Tracy offrira dès l’automne prochain une nouvelle formation avec le programme Techniques d’éducation à l’enfance. La première cohorte de 60 étudiants est très attendue en raison d’une pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans ce domaine partout au Québec depuis plusieurs années. http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … a-lenfance

17 février 2013. Métier : enseignante | En attendant sa permanence... http://www.lapresse.ca/la-tribune/opini … anence.php

16 février 2013. Zéro Préjugé | Un jeu spécialement conçu pour les jeunes filles http://fr.canoe.ca/techno/jeuxvideo/act … 80602.html « Au Québec, les femmes représentent seulement 30% des effectifs dans les filières scientifiques et technologiques (3% en génie mécanique, 6% en informatique). Une société lance un mini-jeu vidéo pour casser les préjugés. »

7 février 2013. La formation générale des adultes réseautée au sein de communautés de pratique virtuelles http://cdeacf.ca/actualite/2013/02/07/f … ommunautes extrait : une communauté de pratique regroupant 25 enseignants et conseillers pédagogiques concernant les élèves à besoins particuliers s’est mise en branle en janvier 2013.

31 janvier 2013. Les universités françaises pourraient-elles disparaitre ? http://lecercle.lesechos.fr/economie-so … isparaitre

24 janvier 2013. Modèle FR qui pourrait servir d'exemple !!! ... Le gouvernement entend refonder avec son projet de loi | Un article de l'ActuaLitté http://www.actualitte.com/scolarite/le- … -39817.htm Le document pdf - Une « École juste pour tous et exigeante pour chacun »  http://cache.media.education.gouv.fr/fi … 239355.pdf 

19 janvier 2013. Au sujet de la Visite du labo de réalité virtuelle de #UQO par le Ministre Duchesne | photo de @JeanBoileau le Directeur des communications et du recrutement de l'Université du Québec en Outaouais. https://twitter.com/JeanBoileau/status/ … 9058729984 espérant qu’une image forte restera gravée et qu’une feuille de route du Gouvernement pour le numérique en résultera | On le souhaite #UQO #Sommet2013 répond Jean Boileau | Il semble q l'UQO pourrait être le labo exemplaire désigné! Un regard ambitieux pr conserver aînés & démunis en jeu p-ê conclut notre pdg Nicole Goulet.

15 janvier 2013. Cours en ligne « L’art d’apprendre en ligne » http://cdeacf.ca/actualite/2013/01/15/c … ndre-ligne En Ontario, les possibilités d’apprentissage en ligne sont devenues plus accessibles grâce à des programmes de littératie comme Le service de formation à distance pour adultes de l'Ontario https://www.sefad.ca/

10 janvier 2013. Le blogue : pourquoi chaque classe (et chaque élève) devrait en avoir un http://www.infobourg.com/2013/01/10/le- … -avoir-un/

8 janvier 2013. L’année 2012 fut riche en événements pour la formation : nouvelles tendances d’apprentissage, innovations technologiques majeures et manifestations de professionnels un peu partout dans le monde. http://www.innovativelearningtechnologi … n-2012-220

28 décembre 2012. 7 habitudes des enseignants qui utilisent efficacement les TICE http://ticeduforum.akendewa.net/actuali … -les-tice/

27 décembre 2012. 1000 iPads dans les classes d’Angers : retour d’expérience après 4 mois http://education.tablette-tactile.net/1 … is-132665/
- Risegrid, un institut du smart grids qui mérite l'attention http://lecercle.lesechos.fr/economie-so … art-grids- Extrait : LE CERCLE.   En France, il est des initiatives qui sont annoncées discrètement, alors qu'elles méritent qu'on s'y attarde longuement.

21 décembre 2012. Vincent Berger : "Le cours magistral est devenu désuet" http://www.vousnousils.fr/2012/12/21/vi … uet-539404 Extraits : L'émergence des tech­no­lo­gies numé­riques change la donne. Le numé­rique, ce n'est pas seule­ment un outil, c'est aussi un bou­le­ver­se­ment de notre rap­port aux savoirs. Par quoi seraient alors rem­pla­cés ces cours magistraux ? Comment imaginez-vous cette uni­ver­sité en ligne ? C'est donc l'avenir de nos universités ? | Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche en France : http://www.assises-esr.fr/ | Regard sur l'actualité http://www.vousnousils.fr/categorie/reg … actualite/
- Le pro­jet de loi pour la refon­da­tion de l'école don­nait "des mis­sions ambi­tieuses" aux Espé, mais la mise en oeuvre "res­tait à construire". http://www.vousnousils.fr/2012/12/21/es … ufm-539424 Extrait : "Ce pro­jet per­met à la fois "d'assurer le conti­nuum de for­ma­tion (for­ma­tion ini­tiale et conti­nue, autres métiers) et de répondre aux besoins de la refon­da­tion de l'École de la République (inno­va­tion, recherche, péda­go­gie uni­ver­si­taire, coopé­ra­tion inter­na­tio­nale, numé­rique)"

20 décembre 2012. Une plateforme rejetée à l'unanimité par les directions d'établissement d'enseignement http://www.newswire.ca/fr/story/1092293 … seignement Extrait : Prendre parti pour l'éducation publique, prendre position en faveur du renouvellement et de la valorisation du système d'éducation publique suppose un minimum de consensus, des points d'ancrage et une vision commune.

13 décembre 2012. Faire entrer l'École dans l'ère du numérique http://www.education.gouv.fr/cid66449/f … rique.html [VIDEO] École numérique : quelle stratégie en France http://www.dailymotion.com/video/xvuzj6 … Mso7HeRv54

11 décembre 2012. L’enquête FR 2012 sur Facebook a été un grand succès (4 000 collégiens, 1500 lycéens) et nous a appris des informations très intéressantes. http://clemidijon.info/enquete-sur-les-reseaux-sociaux/ | à lire ici http://clemidijon.info/facebook-et-ses- … -et-lycee/

7 décembre 2012. Éducation | Tablettes tactiles et enseignement http://education.tablette-tactile.net/ Élèves et professeurs: deux générations autour d'une tablette http://education.tablette-tactile.net/e … te-132550/
6 décembre 2012. Les TIC dans la classe: ce que veulent les enseignants http://ticeduforum.akendewa.net/actuali … seignants/
5 décembre 2012. La « science lente » http://www.affairesuniversitaires.ca/la … lente.aspx Extrait : Le milieu de la recherche actuel est impatient, mais la science a besoin de temps pour la réflexion.
- Élèves et professeurs : deux générations autour d’une tablette http://education.tablette-tactile.net/e … te-132550/

Novembre 2012. Faire entrer l’école dans l’ère du numérique http://cache.media.education.gouv.fr/fi … 236947.pdf

20 novembre 2012. À la découverte de la classe immersive http://www.rslnmag.fr/post/2012/11/20/A … rsive.aspx

13 novembre 2012. Université de Sherbrooke: droit et politique dans la même classe http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … classe.php Extrait : Le nouveau cheminement allie le droit et la politique internationale. «Nous faisons du team teaching [coenseignement]. Cela signifie que deux professeurs, dont l'un formé en droit et l'autre en politique, enseignent en même temps dans la même classe», explique Geneviève Dufour, coresponsable de ce programme inédit.
- Polytechnique: au service de la santé, de l'environnement et de l'aérospatiale http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … atiale.php Extrait : S'inspirer de l'industrie pour améliorer la performance des hôpitaux? C'est l'idée derrière les programmes d'ingénierie des systèmes de santé.
- Université du Québec à Rimouski: enseignement 2.0 et laboratoire sous-marin http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … -marin.php Extrait :  l'institution a créé le premier programme de baccalauréat en enseignement totalement en ligne. Les cours sur le web avaient commencé à faire leur place dans le baccalauréat en enseignement professionnel depuis un moment. Mais ce dernier vient d'être reconnu comme programme totalement en ligne par le ministère de l'Éducation du Québec.
- Des cours outre-mer pour 3500 étudiants http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … diants.php Extrait : Depuis 1970, l'UQAC réalise des collaborations scientifiques avec des établissements situés un peu partout dans le monde.
- INRS: de nouveaux équipements à la fine pointe http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … pointe.php Extrait : L'Institut national de la recherche scientifique bénéficie depuis peu de deux nouveaux laboratoires et d'équipements à la fine pointe de la technologie. De nouvelles formations sont aussi en préparation pour les étudiants. En octobre, des subventions totalisant plus de 800 000$ ont servi à équiper deux laboratoires du centre EMT (Énergie Matériaux Télécommunications) de l'INRS. Le premier sera consacré à des travaux de recherche afin de créer des interfaces d'ordinateur intelligentes capables de s'adapter à l'état mental, à la santé mentale et à l'environnement de l'usager. Le second permet de faire des recherches sur les nanoparticules luminescentes. L'objectif est de concevoir des outils capables de diagnostiquer et de traiter plus rapidement et efficacement des maladies comme le cancer.
- École de technologie supérieure : répondre aux besoins du milieu http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … milieu.php extrait : Dès janvier, l'ETS offrira deux nouveaux programmes de maîtrise. Le premier est axé sur la gestion des infrastructures urbaines et le second, sur la sécurité au travail.
- Université du Québec en Outaouais: nouveau laboratoire lié à la santé des familles http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … milles.php
- Université du Québec à Montréal: Des maîtrises en génie électrique et en médias socionumériques http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … riques.php

2 novembre 2012. L’apprentissage inversé vite dépassé, où quand le flip se transforme en envolée http://cursus.edu/dossiers-articles/dos … uand-flip/ Extrait : Shelley Wright est une enseignante au secondaire à Moose Jaw en Saskatchewan. Il y a plus d’un an elle a décidé avec ses étudiants d’expérimenter l’apprentissage inversé (flipped learning). C’est à dire que les devoirs sont faits en classe et les «enseignements» sont fait par vidéo à l’extérieur de la classe.

29 septembre 2012. Numérique : « une nouvelle langue est en train de naître » http://www.educavox.fr/actualite/debats … langue-est " « A l’École du numérique, penser l’école et la société qui viennent »." "Si le professeur n’est pas un « distributeur » de savoirs il doit rester celui qui est « capable de donner l’esprit de la méthode »." "Or « une nouvelle langue est en train de naître ! » , qu’il nous faudra tous apprendre, certainement."

Présenté en mai 2012 | Projet : iClasse™, la classe où l'on raccroche ! http://www.youtube.com/watch?v=fkXU3YgtRC4 Pierre Poulin, enseignant de 6e année; étudiant au doctorat à l’Université de Montréal; chargé de cours à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec en Outaouais
Émancipation culturelle et progrès collectif : revaloriser le rôle de l’éducation populaire
iclasse : pour stimuler l’intérêt, la curiosité, l’imagination ; l’équipe croit à la créativité, à l’innovation, à la collaboration, au pouvoir de se faire entendre du monde …  http://www.iclasse.com/ ou sur youtube http://www.youtube.com/watch?v=EEM_YC29 … embedded#!
Site "Innovate" Pierre Poulin http://www.ppoulin.com/
D’autres vidéos mises en ligne par François Bourdon http://www.youtube.com/user/hyperclasse?feature=watch
Dont « elle me dit Mika … pourquoi tu gâches ta vie » http://www.youtube.com/watch?v=5MjFfJmlWWA

27 mars 2012. "Le projet postdoctoral sur l'Avenir de l'éducation médicale au Canada (AEMC EMPo) présente une vision de la formation médicale requise pour former le type de médecins dont a et aura besoin le Canada." (anglais, sous-titré en français)▸ http://www.youtube.com/watch?feature=pl … kyK4aEz50c | L’avenir de l’éducation médicale au Canada: Volet sur l’éducation médicale postdoctorale ▸ http://www.afmc.ca/future-of-medical-ed … NAL_FR.pdf Rapport à l’intention du public | toutes les vidéos ▸ http://www.youtube.com/user/afmcottawa

À l'Hôpital de Montréal pour enfants | Télésanté – Un don de Bell transforme les soins de santé au Children ▸ http://fondationduchildren.com/nos-prec … -children/ "Depuis  2004, le Children a accompli des progrès remarquables pour offrir des soins au moyen de  la téléconférence en temps réel pour les  patients qui ne peuvent pas se rendre à  l’Hôpital. En 2011-2012, un total de 1 144 séances de télésanté ont eu lieu au Children."

Des congressistes cherchent des solutions pour intéresser les garçons à l'école
Estrie, 8 mai 2011 — Près de 400 personnes de toutes les régions du Québec ont participé, vendredi, au premier congrès «Quand l'éducation s'arrime avec garçon» qui a lieu au Collège du Mont-Sainte-Anne de Sherbrooke.
Plusieurs spécialistes sont d'avis que les établissements d'enseignement doivent modifier leur approche afin de faire diminuer le taux de décrochage chez les garçons. En Estrie, près d'un garçon sur trois décroche avant d'obtenir son diplôme.
«Tenez compte du genre lorsque vous enseignez. Il y a une question d'intérêt qui va être différent, une manière de se comporter qui va être différente. *** Regardez aux États- Unis où les taux de réussite sont plus élevés. Toutes les technologies de l'information, la façon d'être connecté tout le temps à son prof par son ordinateur portable est quelque chose qui attire l'attention des gars», soutien le psychologue et professeur en adaptation scolaire à l'Université Laval, Égide Royer. ***
«Les garçons, ça ne fonctionne pas et ça n'apprend pas comme les filles. Il ne faut pas présumer que les deux sont pareils. C'est là qu'on doit rectifier le tir», croit la directrice des services pédagogique au Collège du Mont-Sainte-Anne et organisatrice du congrès, Nathalie Marceau.
L'absence de modèle masculin dans les classes est aussi montrée du doigt. «Il n'y a pas assez d'hommes en éducation présentement. Il faut trouver des incitatifs pour attirer les étudiants du collégial brillants, forts au métier d'enseignant, si on veut être capable de rétablir un peu les proportions», ajoute M. Royer.
L'école n'est pas la seule à avoir un rôle à jouer dans la réussite scolaire des garçons. Le milieu familial a aussi son importance selon plusieurs.
Un deuxième congrès du genre sera organisé en 2013. (RC) http://www.sante.qc.ca/listes/n-mai%2711.htm



*** L'école éloignée en réseau ...
Journée-conférence 2012 : Internet comme outil de développement professionnel et d'intervention en réseau | Julia Gaudreault-Perron du CÉFRIO http://www.youtube.com/watch?v=Dktsz9mx … ure=relmfu "Saines habitudes de vie à l'ère des technologies de l'information et de la communication"

22 mai 2012. AtlanticLive : Technologies in education forum http://events.theatlantic.com/technolog … tion/2012/ Forum de l'éducation | six sessions portant sur ​​les nouvelles politiques et technologies de pointe disponibles pour les éducateurs, en particulier ceux enseignant les sciences et les mathématiques.

Avril 2011. Salman Khan talk at TED 2011 (from ted.com) http://www.youtube.com/watch?feature=pl … M95HHI4gLk Toutes les vidéos mises en ligne par khanacademy

13 avril 2011. Twitter en classe : une pratique qui séduit professeurs et élèves http://www.vousnousils.fr/2011/04/13/tw … ves-504315

http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2702#p2702

Dernière modification par admin (08-12-2012 13:17:59)

Hors ligne

 

#6 04-12-2012 18:07:27

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Actualités pédagogiques ... apprendre à tous les niveaux

Dernière mise à jour |
29 septembre 2014. iPad obligatoire à l'école: flou juridique coûteux pour les parents http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … arents.php

Prêts pour la rentrée… soutenir et intégrer les enfants ayant des défis particuliers http://www.educatout.com/edu-conseils/e … uliers.htm

27 juin 2014. Conclusion des journées du E-Learning par le rapport de synthèse présenté par Gérald Delabre (son compte Twitter https://twitter.com/GeraldDelabre)
- "Pour se demander où va le E-learning il faut commencer par s'en servir" Bernard Stiegler
- "Google et Facebook sont des modèles contributifs hautement toxiques - il faut en inventer d'autres"
- "Personne en politique ne dira que l'emploi n'a pas d'avenir dans l'ère numérique."

*** Stéphane Vial PhD Philosophy : "Qu'est-ce qu'écouter ? Ontophanie et design de l'attention à l'ère numérique" | Sa présentation sur slideshare http://fr.slideshare.net/reduplikation/ … e-numrique Merci !!! https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 6771572736
- Phénoménologie de l'écoute (28/47)
- L'étiquette et le numérique (32/47) dont la présentation : Ted Flour City Evan Selinger Digital Age Etiquette - youtube http://www.youtube.com/watch?v=LR1TroBTlwA
- Les enseignants ? Premier obstacle au numérique à l'école ? (33/47)
- L'Université d'aujourd'hui | La spatialisation numérique (e-learning, MOOCs) (41/47) FUN : France Université Numérique http://www.france-universite-numerique.fr/
- L'école de demain ? Spatialisation collaborative : bouger / parler / agir (42/47) un exemple d'exercice d'intelligence collective.
- Pistes intéressantes ! L'enseignant, un maître ou un coach (Y.Bergheaud) ; les élèves comme apprentis chercheurs accompagnés (J-P Véran) (46/47)


#JELyon | https://twitter.com/hashtag/JELyon?src=hash
Journées du E-Learning les 26 et 27 juin 2014 https://twitter.com/JELearning
- Chaine TV Ludomag.com : Vidéos http://www.ludovia.com/plateaux-TV
- Journées TiceAlpes 2014 – le Live http://domus.grenet.fr/jticealpes/journ … 4-le-live/
- Journées du e.learning | préparation par @moiraud https://storify.com/moiraud/journees-du-e-learning

MOOCs | dossier apparenté http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2715#p2715

27 juin 2014. Présentant le "Journal public du MOOC collaboratif portant sur les Ressources éducatives libres (RÉL) - nov. 2013" http://mooc-rel.blogspot.fr/2013/11/eva … ments.html Michèle Drechsler ‏@mdrechsler sur Twitter : https://twitter.com/snowakowski/status/ … 4535822336 "Il est important de développer "un learning design" adapté et évaluer les MOOCS" | "Je travaille sur ces questions avec G.Conole pour le projet européen EMMA." http://e4innovation.com/?p=800 | "Animer en ligne.Travaux de Laurillard #ecolenumerique" http://www2.smumn.edu/deptpages/~instru … aurillard/
- Michèle Drechsler Bio sur Twitter : https://twitter.com/mdrechsler | Inspectrice.IEN Conseillère TICE Recteur Docteur sciences de l'information et de la communication, elearning, pédagogie numérique, OER, mondes virtuels, veille.
- Eric Sanchez Bio sur Twitter : https://twitter.com/australopitek

26 juin 2014. #JELyon "Développer la volonté singulière d'interprétation pour lutter contre big datas, produire de l'incalculable, proposer des alternatives" rapporté par Nathalie Couzon à Lyon #JELyon https://twitter.com/nathcouz/status/482083197820600320

9èmes Journées du E-Learning : La qualité au profit de l’apprentissage http://www.journees-elearning.com/index … ramme-2014
- Vidéos http://www.youtube.com/channel/UCT63sNURd61F0r0J-fxysJw
- Jean-Pierre Batailler, le numérique comme levier pour le continuum lycée-Université http://www.youtube.com/watch?v=hzGmWnIX … r0J-fxysJw
- Samuel Nowakoski, massification du e-learning, les besoins de structuration http://www.youtube.com/watch?v=Hp6AbKdI … r0J-fxysJw
- Emmanuel Battler, le numérique comme levier pour le continuum lycée-université ? http://www.youtube.com/watch?v=HO2QkMj0 … r0J-fxysJw
- Nathalie Deschryver, développement du numérique : persuader ou convaincre ? http://www.youtube.com/watch?v=RYskPZq_ … r0J-fxysJw
- Bernard Stiegler, philosophe http://www.youtube.com/watch?v=FSiwuEsD … ture=share L’introduction du numérique, dans le système académique, doit se faire par le haut. Il ne faut pas laisser le marché piloter ... mais bien la science ! Extrait : il est évident que les technologies numériques doivent aujourd’hui être mises en oeuvre massivement dans le champ académique mais que le champ académique doit s’en saisir, ce qui ne signifie pas acheter la dernière version de technologie de tel ou tel constructeur.

Jean-Pierre Veran | "le numérique peut ne rien changer : c'est une opportunité encore faut-il la saisir"

Gérald Delabre (son compte Twitter https://twitter.com/GeraldDelabre) Sa conférence sur le thème de la réussite : Les 4 saisons de la pédagogie numérique http://new.livestream.com/accounts/6035 … ts/3059087

20 juin 2014. Lutte contre le décrochage scolaire : une question d’ «alliances éducatives» ? http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pie … educatives

- "Qu'est-ce qu'écouter ? Ontophanie et design de l'attention à l'ère numérique" Stéphane Vial PhD Philosophy (www.stephane-vial.net) sur Twitter https://twitter.com/svial | sa présentation http://fr.slideshare.net/reduplikation/ … e-numrique
- "Classe inversée : un des intérêts est de pouvoir être seul et de se concentrer sur son cours selon @svial" sur Twitter https://twitter.com/Bergheaud/status/482173114613501952
- B. Stiegler : "l’emploi va massivement disparaître, tout le monde le sait"; "la technologie produit de la néguentropie et de l’entropie. L’avenir, c’est garantir l’existence de l’incalculable" ; "nous sommes responsables de l’avenir : nous devons critiquer le numérique, c’est-à-dire en faire l’épistémologie" ; "les techniques trans-forment le cerveau depuis toujours, et donc l’apprentissage" ; "les techniques ne sont pas un supplément au corps humain mais sont proprement des organes" ; "les techniques sont des « milieux vitaux » pour l’être humain, pas d’homme viable sans prothèse" | son profil sur Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Stiegler | "La crise comme opportunité d’innovation" [B. Stiegler] http://interactions.utc.fr/La-crise-comme-opportunite-d | dans le moulin à parole ... sur youtube "Pourquoi et Comment philosopher, aujourd'hui" http://www.youtube.com/watch?v=7PC-WDHxXU0

25 juin 2014. Le potentiel du blogue pour l’apprentissage de l’écriture http://rire.ctreq.qc.ca/2014/06/blogue_ecriture/
- Why It’s Imperative to Teach Empathy to Boys http://blogs.kqed.org/mindshift/2014/06 … y-to-boys/

12 juin 2014. iPad : Former les enseignants dans une approche réaliste, centrée sur l’intention pédagogique http://www.infobourg.com/2014/06/12/ipa … dagogique/

Marianne Poumay http://www.netvibes.com/mariannepoumay# … licious%22 | Six leviers pour améliorer l’apprentissage des étudiants du supérieur http://ripes.revues.org/778

Dessiner pour mieux penser http://www.heuristiquement.com/2013/08/ … enser.html

Dossier apparenté : L'éducation, défi de santé publique http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2943#p2943

Actualité pédagogique collégiale | Information hebdomadaire en provenance du réseau par Martin R. Bérubé http://www.scoop.it/t/actualite-pedagogique-collegiale
- Agenda de décembre 2013 http://www.profweb.qc.ca/fr/actualites/ … ml#2013-12

Modèle de réseaux ... RIRE | Réseau pour la réussite éducative http://rire.ctreq.qc.ca/
RIRE sur Twitter : https://twitter.com/RIRE_CTREQ

- Décrochage: Les recommandations de G. Balas http://www.cafepedagogique.net/lexpress … 67645.aspx

Lors du Sommet sur l'éducation ... Analyse des problématiques financières des étudiants par madame Valérie Vierstraete Professeure agrégée, Département d'économique, Université de Sherbrooke @ 49min.35 de la 2e rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/581/fr/ PDF à l’appui de sa présentation - p. 8 différents facteurs de risque d'abandon dont 18,18% au sujet de problèmes financiers http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
2e rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2712#p2712
________________________________________________________________________________________
Ressources pour les étudiants...

Appel de communication sur le thème OSER L'innovation au collégial | 34e colloque annuel de l'AQPC : 3, 4 et 5 juin 2014 au Collège Montmorency, Laval http://www.aqpc.qc.ca/appel-de-communication

Atelier pédagogiques - 26 et 27 mai 2014 | Ateliers pédagogiques de l'Association des collèges privés du Québec qui auront lieu au Manoir des Sables à Magog à Orford. http://acpq.net/index.php?option=com_co … p;Itemid=5

25 mai 2014. "Des start up sont en train d'inventer l'éducation numérique du futur" (E.Davidenkoff) http://www.franceinfo.fr/emission/les-n … du-futur-e

1 et 2 mai 2014. Colloque international sur les TIC en éducation | Les technologies : entre contexte socioculturel et contexte scolaire. http://ticeducation.org/pages/programme

1ier mars 2014. Ces mots qui sont des maux | Dyslexie, dysorthographie et dyscalculie doivent être repérées afin d’être corrigées http://www.ledevoir.com/societe/educati … t-des-maux

12 décembre 2013. Engagement du Sommet sur l’enseignement supérieur - Le ministre Duchesne annonce des investissements dans le réseau collégial pour renforcer le soutien aux étudiants et aux étudiantes ayant des besoins particuliers http://www.mesrst.gouv.qc.ca/actualites … icle/5988/
- Les Jeux olympiques de l'éducation http://www.lapresse.ca/debats/chronique … cation.php Le PISA, référence mondiale dans le domaine de l'éducation - le Québec http://www.lapresse.ca/debats/chronique … cation.php En maths : Les enseignants et leurs élèves dans le peloton de tête. En sciences : les Québécois se situent sous la moyenne canadienne. La compréhension de l'écrit serait à la baisse ...
- Décrochage: de grandes disparités régionales http://www.lapresse.ca/actualites/educa … onales.php
- Décrochage scolaire: une île, deux mondes http://www.lapresse.ca/actualites/educa … mondes.php

12 décembre 2013. Engagement du Sommet sur l’enseignement supérieur - Le ministre Duchesne annonce des investissements dans le réseau collégial pour renforcer le soutien aux étudiants et aux étudiantes ayant des besoins particuliers http://www.mesrst.gouv.qc.ca/actualites … icle/5988/

5 décembre 2013. Colloque : Quinze ans de recherche auprès des jeunes Bilan et perspectives | « La recherche, outil de choix pour bâtir une politique pour la jeunesse? » http://www.ucs.inrs.ca/evenements/collo … et-societe

30 novembre 2013. La démystification des idées reçues à l'école http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … lecole.php

25 avril 2013. Favoriser l’expression de la motivation chez les étudiants Soumis par Lucie Charbonneau http://pedagogie.uquebec.ca/le-tableau/ … -etudiants Portail du soutien à la pédagogie universitaire 

1er avril 2013. Édulogia | AQUOPS 2013: 2 inspirations ! http://edulogia.com/aquops-2013-inspirations/

Petit guide de survie des étudiants (160 pages) de Marie Lambert-Chan http://flipbook.cantook.net/?d=http://w … =&l=fr La vie étudiante : les Presses de l’Université de Montréal – Août 2012 | À télécharger
L’art d’être étudiant : préface de Paule Des Rivières
Quelle culture générale ont les étudiants ; Comment concilier travail, famille et études ; Comment apprivoiser l’anxiété et mieux réussir ses études ?  Comment vaincre la procrastination ?  Quand l’épuisement frappe ! Quelles sont les stratégies d’étude quand on souffre d’un TDAH ? et plusieurs autres titres …

Petit guide de survie des étudiants | d'autres titres http://www.nouvelles.umontreal.ca/campu … nte/2.html

L'Université Laval en mode recrutement http://www2.ulaval.ca/futurs-etudiants/ … uebec.html

En santé | Liste des milieux de stage et des personnes-ressources Option «Gestion» http://www.mdas.umontreal.ca/pdf/lieux_ … estion.pdf

uquebec.ca | Maximiser les effets des mesures de soutien à l’accessibilité aux études http://sommet.uquebec.ca/saviez_vous_qu … &id=24

*** iPad et iPhone en contexte pédagogique : 3 formations en ligne et un site de ressources (par l’UQAC) - Educavox  http://mobile.educavox.fr/formation/res … n-contexte

*** Le cybermentorat pour préparer sereinement son avenir professionnel http://www.academos.qc.ca/le-cybermentorat/

21 décembre 2012 par Yves Duchesne. Les nouveautés d’Open-Sankoré 2.0 http://www.planete-education.com/recit/ … e-2-0.html | David Hébert - Pareils.fr http://www.planete-education.com/recit/ … ls-fr.html

19 décembre 2012. Apprendre grâce aux technologies mobiles http://www.unesco.org/new/fr/education/ … hnologies/

14 décembre 2012. Université du Québec - Accessibilité et participation aux études supérieures http://www.youtube.com/watch?v=yjCsf0OY … e=youtu.be

11 décembre 2012. L’enquête 2012 sur Facebook a été un grand succès (FR 4 000 collégiens, 1500 lycéens) et nous a appris des informations très intéressantes. http://clemidijon.info/enquete-sur-les-reseaux-sociaux/ | à lire ici http://clemidijon.info/facebook-et-ses- … -et-lycee/

4 décembre 2012. Wikipédia comme outil de motivation scolaire http://www.abitibiexpress.ca/Societe/Ed … scolaire/1 Extrait : Le pari qu’a décidé de relever Martin Baron, enseignant au Département d’histoire et de géographie du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue.

27 février 2011. Sondage - Le décrochage au coeur des préoccupations des Québécois http://www.ledevoir.com/societe/educati … -quebecois

Décembre 2010. Étude sur les dépenses des étudiants universitaires http://www.cpq.qc.ca/assets/files/sonda … ge1210.pdf Sondage réalisé par le Conseil du patronat ‏

2009. Sources et modes de financement des étudiants de premier cycle http://feuq.qc.ca/IMG/pdf/1011_cau_sour … vai_fr.pdf document préparé par la FEUQ

*** Intéresser les garçons ...
Des congressistes cherchent des solutions pour intéresser les garçons à l'école
Estrie, 8 mai 2011 — Près de 400 personnes de toutes les régions du Québec ont participé, vendredi, au premier congrès «Quand l'éducation s'arrime avec garçon» qui a lieu au Collège du Mont-Sainte-Anne de Sherbrooke.
Plusieurs spécialistes sont d'avis que les établissements d'enseignement doivent modifier leur approche afin de faire diminuer le taux de décrochage chez les garçons. En Estrie, près d'un garçon sur trois décroche avant d'obtenir son diplôme.
«Tenez compte du genre lorsque vous enseignez. Il y a une question d'intérêt qui va être différent, une manière de se comporter qui va être différente. Regardez aux États- Unis où les taux de réussite sont plus élevés. Toutes les technologies de l'information, la façon d'être connecté tout le temps à son prof par son ordinateur portable est quelque chose qui attire l'attention des gars», soutien le psychologue et professeur en adaptation scolaire à l'Université Laval, Égide Royer.
«Les garçons, ça ne fonctionne pas et ça n'apprend pas comme les filles. Il ne faut pas présumer que les deux sont pareils. C'est là qu'on doit rectifier le tir», croit la directrice des services pédagogique au Collège du Mont-Sainte-Anne et organisatrice du congrès, Nathalie Marceau.
L'absence de modèle masculin dans les classes est aussi montrée du doigt. «Il n'y a pas assez d'hommes en éducation présentement. Il faut trouver des incitatifs pour attirer les étudiants du collégial brillants, forts au métier d'enseignant, si on veut être capable de rétablir un peu les proportions», ajoute M. Royer.
L'école n'est pas la seule à avoir un rôle à jouer dans la réussite scolaire des garçons. Le milieu familial a aussi son importance selon plusieurs.
Un deuxième congrès du genre sera organisé en 2013. (RC) http://www.sante.qc.ca/listes/n-mai%2711.htm



*** Ailleurs ...
Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur 30-1 (2014) http://ripes.revues.org/766

31 décembre 2012. Suffit-il de suivre des cours en ligne pour apprendre ? http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=1278

19 décembre 2012. Production littéraire pour la jeunesse http://uptv.univ-poitiers.fr/web/canal/ … index.html culture et formation | Conférence avec Antoine Guillopé Cet auteur-illustrateur reconnu, s'adresse aux étudiants préparant le concours de professeur des écoles dans le cadre de la formation à la littérature de jeunesse. Il présente son travail et sa vie d'auteur-illustrateur

12 décembre 2012. 30 000 collégiens vont bénéficier de soutien scolaire en ligne FR http://www.liberation.fr/societe/2012/1 … gne_866965

9 décembre 2012. Apprendre en MOOC (massive open on line course), questions préalables http://www.relation-transformation-part … realables/

Université libre de Bruxelles http://podcast.ulb.ac.be/index.html mène, dans le cadre de sa politique d’aide aux apprentissages, une recherche-action visant le développement d'une infrastructure de podcasting et l'évaluation de ses impacts sur l'enseignement et l'apprentissage.
Décembre 2012. Eduscol : actualités du numérique / accompagnement des utilisateurs http://eduscol.education.fr/numerique/a … universite Podcasting à l'université

L'utilisation professionnelle des réseaux sociaux, les questions d'empreinte numérique et d'e-réputation : Conférence organisé par le SPN et l'Université de Poitiers, dans le cadre du Forum des Métiers du Numérique http://uptv.univ-poitiers.fr/web/canal/ … index.html
Sur la chaîne internet de l’Université de Potiers http://uptv.univ-poitiers.fr/web/
Se former en regardant la télé http://uptv.univ-poitiers.fr/web/canal/44/index.html

Enseignement Primaire : les élèves à risque (de décrochage) - Étude de l'Institut français de l'éducation http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/80 … e-2012.pdf Extrait : Souvent associé à l’expression « sortie sans qualification », il concerne les élèves du collège, voire du lycée.

7 février 2013. L'école doit faire bouger les jeunes davantage, estime un comité d'experts http://www.lapresse.ca/vivre/sante/2013 … xperts.php

http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2704#p2704

Hors ligne

 

#7 04-12-2012 18:09:13

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Règles budgétaires ... Financement de l'éducation ...

Mise à jour | dernier article
Extrait : Le ministre croit que l’indexation des droits de scolarité est une voie plus réaliste et va être débattue lors de ce grand sommet à la fin du mois de février. + l'interview avec un économiste de l’UQÀM, le professeur Pierre Fortin qui lui préconise cette approche de l’indexation – pas n’importe laquelle indexation.
28 janvier 2013. Interview par Anne-Marie Dussault | 24 heures en 60 minutes
http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6570404

29min45. Le Ministre Pierre Duchesne. L’indexation, mais différentes formes. Même le parti libéral du Québec qui parlait de hausse de 82%, son comité jeunesse parle maintenant d’indexation à 3%, un changement. Avouez qu’on se rapproche de la position du Gouvernement. Ensuite qu’est-ce qu’on fait avec la modulation des droits de scolarité ? Un recteur dit qu’il faudrait peut-être moduler selon les disciplines; évaluons ça. D’autres disent maintenons les droits uniformes comme ça l’est actuellement et faisons payer quelques étudiants après. Vous voyez qu’il y a plusieurs sujets.
30min.22 Martine Desjardins. FEUQ Pour nous, un gel ça ne prend aucun réinvestissement ça considère la capacité de payer des étudiants mais aussi du gouvernement. On pense que c’est la solution la plus pragmatique, et surtout ça permet de faire l’évaluation des besoins entretemps.
30min.35 Pierre Duchesne ferme la porte à la gratuité scolaire et dans une allocution à l’Institut du Nouveau Monde à Montréal, il a affirmé qu’il s’agit d’un idéal à long terme et que la gratuité coûterait probablement plus d’un milliard de dollars par année. Le ministre croit que l’indexation des droits de scolarité est une voie plus réaliste et va être débattue lors de ce grand sommet à la fin du mois de février. L’un  de ceux qui préconise cette approche de l’indexation – pas n’importe laquelle indexation – un économiste de l’UQÀM, professeur Pierre Fortin.
AMD : Une option controversée dans certains milieux; on va voir votre proposition, on va la décortiquer. D’abord, d’entrée de jeu vous dites que la gratuité scolaire est une injustice flagrante.
PF : en fait, je suis contre pour deux raisons. La première c’est inéquitable. Je ne sais pas quelles sont vos valeurs mais les miennes, l’iniquité ça ne se négocie pas; ça ne se marchande pas. Deuxièmement c’est très coûteux comme le Ministre l’a mentionné. C’est inéquitable parce que – si vous regardez l’éducation universitaire, la conséquence financière de ça, en moyenne, ça enrichi le diplômé universitaire d’un million dans sa vie. Ça ne serait pas équitable, ça ne serait pas juste de ne pas lui chargé quoi que ce soit; qu’il n’y ait pas de contrepartie du fait que l’éducation l’enrichit considérablement dans l’ensemble de sa vie active. Évidemment il y a des domaines où c’est moins riche, comme les sciences humaines et d’autres plus riches comme les médecins.
AMD : Et l’impôt ne suffit pas ?
PF : L’impôt ne suffit pas, il faudrait augmenter l’impôt des riches de 40% pour équilibrer ce qu’ils reçoivent ces diplômés. C’est seulement 30% de la population; il ne faut pas oublier là que l’éducation universitaire; ce ne sont pas tous les jeunes qui sont là. 70% n’ont pas cette éducation universitaire.
AMD : Évidemment, ceux qui favorisent la gratuité disent que la gratuité favoriserait l’accessibilité donc amènerait à l’Université des étudiants et vous abordez cette question là à travers le prisme suivant – ce serait très coûteux, ça coûterait un milliard de dollars et cela amènerait 25 000 étudiants de plus par année.
PF : Le coût de la gratuité, c’est bien simple, c’est une addition; le gouvernement perd de l’argent, celle à verser aux universités
AMD : quelques centaines de millions
PF : donc il est obligé de la remplacer par des subventions. Et deuxièmement la chute des droits de scolarité – les recherches au Canada là-dessus indiquent qu’au Québec, l’ordre de grandeur serait 25 000 étudiants de plus à l’Université après même avoir ajusté l’aide financière et les crédits d’impôts. Et ça se rajouterait par-dessus le problème actuel, qui à mon avis est le plus grand scandale de l’Université. C'est-à-dire qu’il y a 45% de toutes générations des jeunes à l’heure actuelle qui commencent un bac universitaire et il y a seulement 30% qui atteignent
AMD gros décrochage
PF : il y a un gros décrochage et ça l’empirerait. Les suédois ont fait face à cela, ils ont donné la gratuité scolaire mais en contrepartie ils ont été obligés de rationner très durement l’entrée à l’Université.
AMD : pour suivre votre raisonnement, dans ce texte là, si on introduisait la gratuité scolaire avec les normes suédoises, contraintes de performance, d’exigence, de résultat. 25 000 étudiants en plus et moins de décrochage ça fait plus de monde enrichi à la fin qui pait plus d’impôt – non ! Cette idée de bien commun, exprimé par certains.
PF : s’ils ne finissent pas leur diplôme, ils ne paieront pas beaucoup plus d’impôt parce que leur niveau
AMD : le système suédois restreint la chose
PF : le système suédois restreint tellement l’entrée à l’Université; elle est tellement au mérite qu’ils ont même un taux de diplômation de leurs jeunes qui est inférieur au nôtre.
AMD : ça freine l’accessibilité. Donc c’est un autre frein à l’accessibilité.
PF : c’est ça.
AMD : maintenant vous proposez une indexation, non pas au coût de la vie, mais à l’évolution du revenu des familles. Une autre sorte d’indexation, qu’est ce que ça
PF : il faut mettre un peu d’intelligence là dedans. On indexe quelque chose pour un objectif qu’on poursuit. Comme par exemple, les syndicats vont vouloir indexer les salaires au coût de la vie mais plus un enrichissement collectif; donc c’est plus que le coût de la vie qu’ils recherchent. Les producteurs de lait vont rechercher l’indexation non pas à 2% du coût de la vie mais à 3,5% qui est l’augmentation. De manière à garder une rentabilité. Ce serait la même chose pour les droits de scolarité. Si on veut stabiliser la part des étudiants dans le coût total, ce que ça coûte l’Université par étudiant, là il faudrait les augmenter au même rythme que les coûts par étudiant des universités augmentent. Ça est peut-être un peu trop élevé, ça dépasse un peu les moyens de payer de nos gens, nos familles. Donc, moi je plafonnerais l’indexation à la capacité de payer des familles.
AMD : alors une médiane en fait. Entre l’indice des prix à la consommation et celle des universités.
PF : entre le coût de la vie et le coût de fonctionnement des universités qui augmente plus rapidement.
AMD : avec la situation des finances publiques, on a les moyens de s’offrir cette proposition.
PF : le ministre des finances a annoncé dans son dernier budget – nous avons l’intention d’indexer les droits de scolarité. Donc, c’est déjà une proposition gouvernementale; ce n’est pas une nouvelle que le ministre Duchesne ait dit qu’il n’y aura pas de gratuité scolaire. Ce qu’ils essaient de faire, ce que je comprends, le 1800$ d’augmentation de l’ancien gouvernement c’est trop mais on n’ira pas dans le sens contraire de baisser de 2200$. Ils cherchent une position mitoyenne.
AMD : on verra la suite. 36min.40

29 janvier 2013. Vers une hausse de 46$ à 83$ par année à l'université http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ersite.php
- La CAQ créerait deux classes d’université http://www.ledevoir.com/politique/quebe … universite Les établissements qui font de la recherche pourraient hausser les droits de scolarité pour être compétitifs
- L’UQAC | l’Université du Québec à Chicoutimi réagit à la position de la CAQ sur les universités québécoises http://uqactualite.uqac.ca/luqac-reagit … ebecoises/

28 janvier 2013. Financement des universités | Legault veut moduler les frais de scolarité http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … -scolarite
- La CAQ veut autoriser certaines universités à fixer leurs droits de scolarité http://www.ledevoir.com/societe/educati … -scolarite
- La CAQ veut des droits de scolarité modulés http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … odules.php
- La CAQ veut moduler les frais de scolarité http://fr.canoe.ca/archives/infos/quebe … 85259.html
- Propositions sur les universités québécoises: La CAQ propose l’accessibilité et l’excellence http://coalitionavenirquebec.org/commun … xcellence/
Des commentaires sur Twitter de Gabriel Cotnoir ‏@gcotnoir  https://twitter.com/gcotnoir
-Proposition de la #CAQ : laisser les universités décider des frais de scolarité selon les programmes! Ils sont cinglés? https://twitter.com/gcotnoir/status/295990460655214592
-Un système d'éducation à 2 vitesses.. nouvelle proposition de Legault! Le vrai visage de la #CAQ #sommet2013 #polqc https://twitter.com/gcotnoir/status/295992617605402624

- De la colère s'exprime aujourd'hui sur le fil de nouvelles Twitter | Stéphanie Demers ‏@DemersSt : [Comment saborder le projet d'un peuple autonome et émancipé] Universités- C’est non à la gratuité - référence à l'article du Devoir https://twitter.com/DemersSt/status/295926150277001217 alors que Catherine Fournier écrit sur sa page Facebook http://www.facebook.com/44catherine.fou … 8454646110 relayé par Jérémie Dunn ‏@JeremieDunn sur Twitter https://twitter.com/JeremieDunn/status/ … 1660776449
- Universités - C’est non à la gratuité | Le Devoir http://www.ledevoir.com/politique/quebe … a-gratuite
- L'ASSÉ se dit déçue de voir le ministre Duchesne écarter la gratuité http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01 … 64147.html
-  @gtherrien | Guy Therrien Coordonnateur, communications stratégiques. Gestionnaire du compte Twitter de la Coalition Avenir Québec. https://twitter.com/gtherrien/status/295880882412212224 "#sommet2013 RT @francoislegault: Caucus présessionnel des 19 députés de la #CAQ et dévoilement de notre position sur les universités."
27 janvier 2013. Pierre Duchesne écarte la gratuité http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … atuite.php
- Éducation supérieure | « La gratuité n’est qu’un rêve » http://www.journaldequebec.com/2013/01/ … quun-reve-
- Le sous-financement divise les acteurs du milieu universitaire http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … itaire.php

***Les besoins ... 
L'enseignement universitaire | Le Québec compte neuf établissements universitaires, dont l’Université du Québec, elle-même organisée en un réseau de dix constituantes. http://www.gouv.qc.ca/portail/quebec/pg … e/?lang=fr

Budget 2011-2012 | Un plan de financement des universités équitable et équilibré http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/B … cation.pdf

Les Fonds de recherche et la Politique nationale de la recherche et de l’innovation http://www.frq.gouv.qc.ca/messages/les- … nnovation/

***Financement des universités ...
18 janvier 2013. Extraits de la 2e journée de la 3e rencontre préparatoire au Sommet http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2726#p2726

*** Prise de parole de M. Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat du Québec.
@ la 40e min.40 http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/588/fr/ 
Le contexte, c’est très important de comprendre le contexte. Regardez dans le tableau, la dette nette en pourcentage du PIB; ce n’est pas la dette brute après avoir fait le ménage ! Regardez combien elle a augmenté depuis 1988 à 2012. Quand on est rendu à presque 50% du PIB pour la dette nette, on ne peut pas aller plus loin ! La limite des capacités financières des payeurs de taxes et de l’État, elle est là. On ne peut pas aller plus loin que ça. À Trois-Rivières, j’entendais parler du Rapport Parent et de la gratuité mais regardez le contexte du rapport Parent en 1964. Elle était où la dette en 1964 ? Elle était en bas de 10% et aujourd’hui on est prêt de 50% du PIB. On n’est plus dans le même contexte. On a rêvé beaucoup et c’est très bien parce qu’on a amélioré tout le Québec mais en même temps, aujourd’hui on n’est pas dans le même contexte financier qu’en 1964. Il faut revenir sur terre par rapport à la capacité des citoyens de pouvoir financer tout ça. Poursuivre avec les acétates …

*** Prise de parole de Mme Denise Boucher, vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux
@ 53min45 Au fil des ans, le mode de financement des universités et la proportion des sources de financement ont évolué. Voir le tableau.
La diversification des sources de financement s’est donc soldée davantage par un retrait  de la participation de l’État et une politique de substitution des fonds publics par des fonds privés et individuels. Ce qui n’a pas conduit à une consolidation du financement des universités.
J’ajoute ici que quand on parle d’enseignement supérieur, c’est vrai que le débat se fait peut-être aujourd’hui sur la question des universités, mais il ne faudrait pas aussi oublier la question des collèges, qui eux aussi subissent des compressions importantes et qui sont souvent très mal menés à chaque dépôt de budget. Je réitère que l’enseignement supérieur au Québec, est un amalgame des collèges et aussi des universités.
@ 54min45 Cinq principaux impacts du mode de financement actuel qui fragilise d’ailleurs le volet de l’enseignement de la mission universitaire. Un des premiers impacts : ça vient attaquer la valorisation des activités de recherche; pas attaquer mais ça valorise les activités de recherche au détriment de l’enseignement au premier cycle. Ça porte atteinte aussi au principe de l’accessibilité – d’ailleurs ça été un thème, celui de Trois-Rivières – ça a des impacts négatifs sur les droits de scolarité et l’augmentation de l’endettement des étudiants et des étudiantes et l’accessibilité et aussi sur la poursuite et la durée des études. Ça porte atteinte aussi à l’autonomie et à la liberté académique. La possibilité pour les organismes subventionnaires d’influencer les choix de recherche et les cursus.
Tout à l’heure, Yves Thomas parlait de la contribution des entreprises à la recherche, qui augmentait. D’ailleurs cela nous inquiète énormément; est-ce qu’ils ne sont pas aussi à vouloir influencer les volets de recherche quand ils financent ? C’est une inquiétude que nous avons et d’ailleurs ce qui nous inquiète énormément.


5 décembre 2012. L'éducation, un outil de développement http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/v … pement.php Extrait : «L'apport de la fondation est fondamental. L'argent public qu'on reçoit est pour faire l'entretien de nos installations. On a peu de marge de manoeuvre pour faire du développement. La fondation joue un rôle primordial.

14 novembre 2011. IRIS - Institut de recherche et d'informations socio-économiques | Le gel et la gratuité scolaire sont possibles et souhaitables par Simon Tremblay-Pepin http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/ … ouhaitable

Novembre 2011. Règles budgétaires et calcul des subventions de fonctionnement aux universités du Québec | Année universitaire 2011-2012 http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/pub … 1-2012.pdf

Juin 2011. CSN Service de relations de travail | Le financement des universités : aide-mémoire http://www.fneeq.qc.ca/fr/fneeq/instanc … RSITES.pdf
Fiche 1 : Évolution des sources de financement des universités québécoises
Fiche 2 : Évolution des revenus et des dépenses des universités
Fiche 3 : Comparaison avec le reste du Canada
Fiche 4 : Comparaison internationale (OCDE)
Fiche 5 : Sous-financement et mal-financement
Fiche 6 : Le plan gouvernemental 2012-2017

Février 2011. Règles budgétaires et calcul des subventions de fonctionnement aux universités du Québec pour l’année universitaire 2010-2011 http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/pub … 0-2011.pdf

12 janvier 2011. Propositions pour le budget du Québec 2011-2012 http://www.feuq.qc.ca/IMG/pdf/1011_casp … vpi_fr.pdf Mémoire de la FEUQ présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec

6 décembre 2010. Financement des universités - La solution unique http://www.ledevoir.com/societe/educati … ion-unique

17 novembre 2010. CRÉPUQ | Le financement des Universités québécoises comparé à celui des Universités des autres provinces canadiennes de 2000-2001 À 2007-2008 http://www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/Finance … -17_2_.pdf

Mars 2007. CIRANO et l'Université de Montréal | Le sous-financement des universités québécoises et une proposition de réinvestissement http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/2007DT-01.pdf

Octobre 2006. CADEUL Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval | Le financement des universités au Québec: histoire, enjeux et défis http://www.cadeul.ulaval.ca/cadeul/doc/ … _defis.pdf

Suivre les nouvelles en provenance des Universités
http://www4.fsa.ulaval.ca/cms/site/fsa/page6254.html
_______________________________________________________________________________________________________________

Les alliances possibles valorisant l'éducation ...

17 janvier 2013. BN et Campus Montréal http://www.ledevoir.com/societe/education/368569/titre Don de 10 millions de dollars à la campagne de financement des unités liées pour l’occasion Université de Montréal, HEC Montréal et Polytechnique - réunies sous l’appellation Campus Montréal. « une organisation dédiée à l’entrepreneuriat, au repreneuriat, et aux familles en affaires ».

19 décembre 2012. Nouvelle unité de médecine de famille à Drummondville http://www.usherbrooke.ca/medecine/accu … cle/20422/  L’UMF est un milieu de stages pour des médecins résidents en médecine de famille. Le développement de l’UMF s’est articulé avec la collaboration et le soutien de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke.
_______________________________________________________________________________________________________________

Les besoins ...
19 janvier 2013. Universités - La masse salariale de la direction a augmenté de 150 % en 10 ans http://www.ledevoir.com/societe/educati … -en-10-ans

17 janvier 2013. Universités : des transferts de fonds inquiétants http://www.ledevoir.com/societe/educati … nquietants Extrait : Les fonds destinés aux projets immobiliers grèvent les budgets de fonctionnement

4 décembre 2012. Employeurs et candidats ne se comprennent plus http://www.lesaffaires.com/strategie-d- … lus/551982 Extrait : Au Canada, le tiers des dirigeants d'entreprise envisage de procéder à des embauches l'an prochain. Le hic? La plupart d'entre eux ne croient pas pouvoir trouver chaussure à leur pied, d'après un sondage d'Environics Research Group mené pour le compte du site Web Workopolis. L'ennui, c'est que ceux qui souhaitent recruter de nouveaux talents sont pessimistes sur la qualité de la relève :
> 67% d'entre eux pensent que les candidats actuels n'ont pas les compétences générales requises pour occuper les postes qui vont s'ouvrir l'an prochain;
> 37% considèrent que les candidats actuels n'ont pas une attitude positive;
> 27%, qu'ils n'ont pas la capacité de bien communiquer;
> 26%, qu'ils n'ont pas une solide éthique de travail.
S'ajoutent à cela, dans une moindre mesure, des préoccupations concernant l'amabilité et le sens du service à la clientèle, ainsi que la faculté à travailler en équipe, de la génération montante.

21 novembre 2012. Lettre - Budget Marceau: l’éducation à la diète http://www.ledevoir.com/societe/educati … a-la-diete

Rapport sur l'état et les besoins de l'éducation 2010-2012 http://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/docu … 0-0195.pdf

Le CRIFPE - Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante : plus important centre de recherche en éducation au Canada http://www.crifpe.ca/
Les colloques en éducation http://www.crifpe.ca/colloques
•  Dossier d'actualité Veille et Analyses n° 79, novembre 2012 : Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0 http://www.crifpe.ca/lettres/view/55 
•  Dossier d'actualité Veille et Analyses n° 78, octobre 2012 : Les technologies numériques dans l'enseignement supérieur, entre défis et opportunités http://www.crifpe.ca/lettres/view/54  pdf http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/78 … e-2012.pdf
•  Dossier d'actualité Veille et Analyses n°77, septembre 2012 : Vers une École saine : éducation à la santé volet 2 http://www.crifpe.ca/lettres/view/53 renvoi à http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDo … mp;lang=fr
•  Dossier d'actualité Veille et Analyses n°76, juin 2012 : Le défi de l'évaluation des compétences http://www.crifpe.ca/lettres/view/52 pdf http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/76-juin-2012.pdf
Autres informations sur le thème de la santé http://www.crifpe.ca/main/search?cx=003 … 6j318604j5 Dont les travaux de Sylvain Turcotte http://www.crifpe.ca/members/view/1571 | http://www.usherbrooke.ca/feps/personnel/  et plusieurs autres titres La santé et la détresse psychologique chez le personnel enseignant …

L’Avenir de l’éducation médicale au Canada http://www.afmc.ca/future-of-medical-ed … ndex-f.php
Une vision collective pour les études médicales postdoctorales au Canada ▸ http://www.youtube.com/watch?v=GkyK4aEz … r_embedded
L’avenir de l’éducation médicale au Canada, volet sur l’éducation médicale postdoctorale – Rapport à l’intention du public http://www.afmc.ca/future-of-medical-ed … NAL_FR.pdf

2006. Ken Robinson nous dit en quoi l'école tue la créativité. http://www.ted.com/talks/lang/fr/ken_ro … ivity.html
RSA Animate - Changing Education Paradigms https://www.youtube.com/watch?v=zDZFcDG … r_embedded

***FINANCEMENT DES ÉTUDES - ressources pour les étudiants ...  aussi modèle chilien
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada | Liste des bourses - Candidats des universités canadiennes - 2012 http://www.nserc-crsng.gc.ca/NSERC-CRSN … ;Year=2012

5 février 2013. Pendant leurs études, les étudiants québécois se démarquent de leurs pairs canadiens sur le marché du travail http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c2626.html
- Les étudiants québécois travaillent plus que la moyenne canadienne http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 23147.html En 2011, 42,3% des étudiants de 15 à 24 ans

7 décembre 2012. Publication des crédits des Fonds de recherche du Québec pour l’année 2013-2014 http://www.frq.gouv.qc.ca/nouvelles/pub … 2013-2014/

5 décembre 2012. Archives de données de la Fondation canadienne des bourses d'études du millénaire http://cdeacf.ca/actualite/2012/12/05/a … witterfeed Les données http://www.cirst.uqam.ca/fr-ca/archives … esfbm.aspx

Fondation Bonenfant http://www.fondationbonenfant.qc.ca/ qui a pour mission d'augmenter, d'améliorer et de diffuser les connaissances sur les institutions politiques et parlementaires et de promouvoir l'étude et la recherche sur la démocratie. Re: Parlement étudiant du Québec

Fondation Desjardins http://www.desjardins.com/fr/coopmoi/di … ardins.jsp

Fondation Pro Études http://fondationproetudes.com/

9 octobre 2012. Un prêt étudiant remboursable en fonction des futurs salaires du bénéficiaire, sans caution et sans rien à payer s'il se retrouve au chômage. http://www.youtube.com/watch?v=PKhjNGXa … p;index=10  un Fond d’investissement au Chili

*** Les projets de construction ...
10 décembre 2012. L'UQTR à Drummond: «Le temps de passer aux actes» http://www.lapresse.ca/la-tribune/estri … -actes.php

Hors ligne

 

#8 08-12-2012 09:19:44

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Organisme indépendant d'évaluation ...  modèle FR à la toute fin.

Dernière mise à jour |
28 juin 2013. Place au Conseil national des universités | Claude Corbo a rendu au ministre le rapport commandé dans la foulée du Sommet sur l’enseignement supérieur http://www.ledevoir.com/politique/quebe … niversites
- Les universités auront un chien de garde http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/a … 43339.html

21 février 2013. Sommet sur l'enseignement: Québec ouvre un peu son jeu http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … on-jeu.php
- Université: les C.A. craignent l'ajout d'un organe de surveillance http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … llance.php

18 février 2013. Pour un conseil des universités: «Le ministère a perdu le contrôle» http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ntrole.php

*** Extraits de la 2e journée de la 3e rencontre préparatoire au Sommet  http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2726#p2726

Mme Luce SAMOISETTE, Présidente du conseil d’administration de la CREPUQ et rectrice de l’Université de Sherbrooke | alors qu'elle a pris la parole le 18 janvier 2013. http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/588/fr/
@ 27min.49 Les chefs d'établissements universitaires proposent la création d'un conseil des affaires universitaires du Québec qui serait un lieu indépendant d'études, d'analyses et de conseils. Évidemment, cet organisme ne saurait être décisionnel. Le gouvernement ne doit - ni déléguer sa responsabilité envers le développement du réseau universitaire, un groupe restreint d'experts, si compétent soit-il, - ni enlever au conseil d'administration des universités leurs responsabilités.

M. Yves-Thomas DORVAL, président du Conseil du patronat du Québec
@ 38 min.20 Nouvel organisme de coordination. Avant d’aller plus loin, moi ce que je pense – avant d’en discuter, il faut d’abord s’assurer que les mécanismes qui existent actuellement, les organisations qui existent, que ce soit les conseils ou le ministère, qu’ils fassent leur job de façon efficace et optimale ! Quand on se pose la question, si on doit aller plus loin ? on a une série de questions qu’on s’est posée. Ce ne sont pas des réponses, mais des questions. Mais, il faut d’abord passer par l’optimisation. Je pense que le plus important, ce sont les questions qui répondent à l’amélioration continue de la qualité du réseau. S’il y a, pour moi, un besoin particulier, c’est dans le domaine de l’évaluation. Je pense que c’est là un endroit où cela pourrait être particulièrement rentable d’avoir quelque chose de plus indépendant. C’est difficile de s’auto évaluer; ça prend une organisation mais en même temps, il ne faut pas enlever des universités, leurs conseils ou leurs directions et du Ministère, leur responsabilité en matière de coordination et de gestion. Donc, une organisation qui viserait davantage l’évaluation d’une façon indépendante, mais pas de duplication parce qu’il y en a; il y a des organismes d’accréditation, des organismes qui font de l’évaluation mais de s’assurer qu’il y ait de l’évaluation correcte dans tous les secteurs, sans en oublier !

Mme Denise BOUCHER, vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux
@ 53min. La création d’une instance de coordination des universités pourrait être envisageable si les conditions suivantes sont respectées. L’objectif est de partager une vision commune du développement des universités et d’améliorer la coordination et la cohérence entre les établissements tout en respectant leur autonomie.
Cette nouvelle instance est créée dans l’esprit de l’ancien conseil des universités. Il ne s’agit pas d’un organisme d’assurance-qualité. La collégialité est au cœur de son fonctionnement. La composition de cette instance est représentative de la communauté universitaire, incluant tous les personnels et les étudiants.

Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Mme Martine DESJARDINS, présidente Fédération étudiante universitaire du Québec
@ 61min.53 Au niveau de la gouvernance universitaire, il faut comprendre que la FEUQ propose une commission d’évaluation des Universités du Québec qui auraient plusieurs objectifs. Dans les premiers c’est d’étudier, en fait, les budgets de fonctionnement et d’investissement des universités. On en a beaucoup parlé hier, de la part des experts, il y a énormément de questions qui ont été posées. Il faut établir des objectifs, des objectifs qui sont coordonnés à travers le réseau. Ce n’est pas pour se substituer au niveau des conseils d’administration, bien au-delà de ça. Les conseils d’administration sont des instances locales. C’est pour avoir une vision globale de l’ensemble et d’évaluer, d’étudier les objectifs; peut-être même en lien avec une politique nationale de l’éducation; qui sait ! Étudiez les besoins aussi en enseignement universitaire, en tenant compte des besoins, à la fois culturels, économiques, sociaux et scientifiques du Québec. Et ça se distribue aussi selon les régions du Québec, on le sait et on le répète encore. La région d’Abitibi Témiscamingue ce n’est pas du tout la même réalité que l’Université de Montréal. Proposer aussi des objectifs qui doivent être poursuivis à cours et à long termes. La FEUQ croit qu’il faut arrêter d’avoir une vision à court terme du réseau universitaire et surtout de l’éducation supérieure au Québec. Et proposer des objectifs pour les dix, voire les quinze prochaines années. Elle aurait aussi pour mission de conseiller le Ministre de l’Éducation supérieure, évidemment, et de recommander les mesures qui sont propres, permettant d’assurer la coordination et la collaboration des universités. ***Ça été répété à maintes reprises, il y a une problématique à ce niveau-ci.*** Donc, nous l’avons répété lors de la première rencontre mais nous allons vous démontrer encore une fois ici, quelle est la différence entre ce qui est fait ici actuellement, sous la conférence des recteurs, et pourquoi ce n’est pas une conférence supplémentaire. On fait seulement retirer certains éléments, notamment la commission d’évaluation des projets de programmes et la commission de vérification d’évaluation de programmes et on le met au sein de la CEUQ. Les différences entre les deux éléments, la Commission des affaires académiques au sein de la CREPUQ nomme les membres des comités d’évaluation. Au niveau de la CEUQ, on aimerait que ça soit 2/3 des intervenants de la communauté universitaire qui sont recommandés par les organismes; donc, à la fois chargé de cours, professeur qui recommande au Ministre qui nomme par la suite, les intervenants au sein de la Commission d’évaluation. Un autre élément, un processus de reddition transparent au sein de la CEUQ, au sein des délibérations qu’il y a dans les deux commissions. Les délibérations sont confidentielles et réservées aux membres. Donc, le processus de transparence aiderait peut-être à rendre l’information, non seulement pour la communauté universitaire mais aussi pour le public, de façon plus facile. Et donc, on voit que c’est simplement de prendre les deux Commissions et de les amener au sein de la CEUQ tout simplement.
Les mécanismes en place sont quand même assez nombreux au niveau des processus de reddition de comptes, notamment
- les audiences de la loi 95; des audiences qui ont lieu aux 3 ans. Souvent on a un manque de préparation de la part de nos élus; on note aussi une difficulté d’avoir toutes les données et les dossiers qui sont montés par toutes les Universités, à temps et donc on a un problème quand à la reddition de compte; problème au niveau de la transparence. Et aux 3 ans, nous jugeons que c’est beaucoup trop peu et donc on devrait avoir un processus rigoureux, suivi régulièrement, annuel évidemment.
- le Conseil supérieur de l’éducation ; à ce niveau on fait la vérification de l’ensemble du réseau. Est-ce qu’on pourrait demander au Conseil supérieur de l’éducation de se pencher exclusivement sur le réseau de l’éducation supérieure ? La réponse est non. Donc il ne pourrait pas faire ce suivi de coordination et de cohésion du réseau. C’est la raison pour laquelle on demande d’avoir une Commission indépendante, puisque le Conseil supérieur de l’éducation ne peut pas se substituer et laisser tomber cette révision qu’il fait de la maternelle jusqu’à l’université.
– au niveau des Conseils d’administration, nous l’avons dit plus tôt, ce sont des instances locales. Elles font un bon travail; est-ce qu’il y a des éléments à améliorer ? Certes, nous croyons d’ailleurs que la composition devrait être revue pour inclure davantage, au niveau de la communauté universitaire, sur tous les ordres, à la fois des étudiants, des employés de soutien, des chargés de cours. Nous sommes d’accord, souvent dans plusieurs conseils d’administration, ils sont absents des conseils d’administration et c’est inacceptable.
Et nous croyons aussi que le Vérificateur Général du Québec devrait avoir dans ses mandats, la possibilité d’aller vérifier, au sein des universités, les différents éléments des processus de reddition de comptes. Nous ne comprenons pas, et nous nous expliquons mal pourquoi est-ce que son mandat a été élargi à un grand ensemble des organismes publics et que les universités restent toujours à l’extérieur des mandats du Vérificateur Général. Est-ce que ça veut dire qu’il y irait tout le temps; je ne crois pas mais du moins qu’il ait la possibilité, lui-même, d’aller se pencher sur les Universités. Ce serait une bonne chose.

@ 67min.05 La position de la CÉUQ dans le système. Vous voyez que la CÉUQ réfère au Ministère de l’éducation; vous voyez la Commission de la culture et de l’éducation qui réfèrent à l’Assemblée nationale; qui réfère au Conseil supérieur de l’éducation; aux établissements universitaires, au Vérificateur Général. (voir acétate) 
Tout ce beau monde est déjà en lien et le Vérificateur général sur mandat du Ministère de l’éducation va parfois au niveau des établissements universitaires – dans le cas de l’ilôt voyageur et l’année dernière au niveau de l’Université Concordia lorsqu’elle a eut une pénalité suite à plusieurs problématiques liées à des bonis.

Au niveau de la CÉUQ, ce qu’on dit c’est mettons-la pour faire un lien avec le Réseau universitaire, elle réfère toujours au niveau du Ministère de l’éducation pour redonner des objectifs aux établissements mais du moins elle aurait une certaine autonomie pour conseiller finalement sur les objectifs à atteindre. Elle pourrait aussi être en lien directement avec le Vérificateur général et mandater le Vérificateur lorsqu’on constate qu’il y a effectivement des éléments qui devraient être approfondis au sein des différents établissements universitaires. Évidemment on conserverait la Commission de la culture et de l’éducation. D’ailleurs le Conseil supérieur de l’éducation avait remis plusieurs recommandations pour améliorer ce processus de consultation. Le dépôt de ce document-là avait été fait en février dernier. On vous invite d’ailleurs à aller consulter les recommandations avec lesquelles nous sommes en accord. Cela recommandait notamment de mieux informer les élus sur le processus de reddition de comptes. Nous croyons qu’effectivement c’est un des éléments à faire.

_____________
Modèle ailleurs ...
Éducation : La FNEGE, un organisme indépendant FR | Présentation du [BSIS], Business School Impact Score. http://www.youtube.com/watch?v=xaq7YruS … ature=plcp  Un instrument qui permet une évaluation externe de l’impact d’une école de commerce ou d’une institution d’enseignement de la gestion. La plupart des systèmes d’accréditation sont tournés vers l’interne … tout un aspect de l’impact qui n’est pas mesuré …  Autre volet à mesurer :  le rôle joué dans l’environnement. En matière de communication ; du point de vue de l’évolution de la société … la partie économique, la partie financière, la partie innovation, la partie image et la partie sociétale…

_____________
Modèle de Conseil d'administration dans le secteur de la santé et des services sociaux
24 janvier 2013. MODÈLE de Conseil d’administration dans le domaine de la santé ; notion de « personne indépendante » https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 7603474432  AQESSS http://www.aqesss.qc.ca/1757/Recherche. … nistration

28 août 2012. Les attitudes des Canadiennes et des Canadiens au sujet du changement en éducation http://www.cea-ace.ca/fr/blog/max-cooke … en-%C3%A9d

Hors ligne

 

#9 13-12-2012 14:25:29

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Dernière mise à jour |
Politique gouvernementale d'éducation des adultes et de formation continue http://cdeacf.ca/pea

13, 14 décembre 2012. 2e rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures | @ 33min.25  http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/581/fr/ Mme Elena Laroche Professeure à l'École des sciences de l'administration et directrice des études à la TÉLUQ | @ 45min.15 La formation à distance aujourd’hui; elle est au Québec ce qu’elle est chez nous à la TÉLUQ mais dans plusieurs autres universités. On a vu aux HEC récemment aussi les MOOC massive on line et open on line courses qui sont apparus.

2e rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures
**** 14 décembre 2012. Web diffusion dès 8h15 http://webcast.pqm.net/client/mesrst/event/584/fr/

14 décembre 2012. Monsieur le ministre Pierre Duchesne est interviewé par Jacques Beauchamp en direct http://www.radio-canada.ca/emissions/de … 2012-2013/ (voir la 5e partie)
Q : Qu’est-ce que vous retenez ? Est-ce que des propositions, qui pour vous, sont devenues des révélations; vous dites – il y a quelque chose d’intéressant là ! Avez-vous été séduit par certaines choses ?
Réponse : moi je trouve que le milieu de l’enseignement est très responsable, les québécois les regardent et il faut passer à autre chose qu’une crise; alors, sur la question sensible des droits de scolarité, il y a des gens qui parlent encore de gratuité; ça reste un élément pour plusieurs acteurs, alors ce que je leur ai dit, ce que j’ai dit aux gens de mon ministère « on va évaluer ce que ça coûte » parce que selon l’une des associations, l’ASSÉ ce serait plus de 600 millions par année, bon on va voir ce que c’est et on présentera les coûts de la gratuité aux gens au sommet; ça va permettre d’aider à arbitrer et à prendre une décision là-dessus.
Autre chose sur l’indexation des droits de scolarité, on a eu une présentation très intéressante de l’économiste bien connu Pierre Fortin qui nous a présenté, détaillé les scénarios ; il y a plusieurs façons d’indexer les droits de scolarité – ça peut être selon le coût de la vie, ça peut être selon le revenu familial, 2, 3 ou 5% selon les scénarios, c’est plus raisonnable – parce que là il y a un consensus vous savez sur quoi, sur le fait qu’il ne faut pas en tout cas qu’il y ait une hausse brutale et radicale comme l’ancien gouvernement l’a fait parce qu’on l’a vu, c’est une recette parfaite pour une crise sociale et de 1 et pour une baisse d’efficacité

Intervieweur : même les recteurs sont avec vous là-dessus !
Monsieur le Ministre : écoutez, j’ai même entendu le représentant du Conseil du Patronat qui dit que des hausses brutales, on a vu où ça nous a mené, on se garde une petite gêne. On voit bien, c’est simple les gens du milieu veulent qu’on passe à autre chose et qu’on soit surtout, qu’on retourne sur… les campus et sur l’essentiel, le savoir.

Intervieweur : vous parliez de Pierre Fortin, ce qu’il disait aussi, c’est intéressant et on va quitter les droits de scolarité, parce que l’accessibilité n’est pas que ça, il disait : il y a une bonne accessibilité au Québec, à l’Université; là où il y a un problème – au BAC par exemple, le tiers des étudiants ne terminent pas leur diplôme.
Monsieur le Ministre : Alors pourquoi, il faut se poser la question. Il faut les suivre de plus près dans leur parcours. Enfin, on s’est aperçu qu’il n’y a pas juste les questions financières qui peuvent limiter l’accès non plus, souvent il y a des raisons familiales, des problèmes personnels, de désintérêt du programme et l’accès sur le territoire et là, on s’aperçoit que le réseau d’Université du Québec qui a un peu partout déployé sur le territoire a une conséquence évidente qui est intéressante, c'est-à-dire qu’elle va chercher un pourcentage important de diplômés de première génération. Ça c’est la fille, le garçon, le jeune homme qui revient à la maison avec son diplôme universitaire qui est le premier de sa génération et de sa famille et ça a un effet incroyable pour gravir des échelons sociaux, pour avoir un bon salaire, sur la fierté familiale, sur ...

Intervieweur : ça c’est fondamental, comment on améliore ça
Monsieur le Ministre : Premièrement il faut s’assurer qu’il y ait un déploiement là où il y a une demande; on a parlé beaucoup de formation à distance parce que vous savez avec les ordinateurs, avec les moyens techniques, il y a peut-être une façon de développer tout ça et il faut s’assurer qu’il y ait un suivi, et un encadrement – alors il y a peut-être un chantier à explorer ; bref, les universités en région c’est prouvé que ça a un effet et là, il faut éviter une concurrence; pas de déploiement de 2 ou 3 universités sur un même territoire ; c’est pas toujours néfaste attention mais dans certains cas peut-être, il faut peut-être  … les directions un petit peu moins désordonné.

Intervieweur : je sais que la FEUQ, sur la qualité de l’éducation dans les satellites, avait de sérieuses interrogations. Juste avant Trois-Rivières, c’est ce qui tintait beaucoup les discussions, le financement en fait et cette fameuse question de compression cette année rétroactive et une réserve, vous avez sorti ça de votre chapeau, une réserve de presque 700 millions, il semblerait que vous avez un peu rajusté le tir, vous disiez un peu plus tôt cette semaine, si il y avait entente, vous aurez cet argent là.
Monsieur le Ministre : c'est-à-dire que premièrement, on est à l’intérieur d’un périmètre budgétaire et d’une loi qui dit : vous devez atteindre l’équilibre budgétaire en 2013- 2014; ça nous oblige à faire un exercice financier. Écoutez, j’aurais préféré que le budget on le dépose, normalement au printemps après le sommet et compte tenu de l’héritage de l’ancien régime, ce gouvernement là irresponsable … il faut agir tout de suite pour respecter l’équilibre budgétaire. Une fois qu’on sort de la zone de la loi qui nous force à l’équilibre budgétaire, on est dans d’autres années et il y a un réinvestissement qui est prévu, il n’y a pas un gouvernement qui va couper les fonds à l’Université.

Intervieweur : Ce 700 millions là il est déployé sur combien d’années justement.
Monsieur le Ministre : 6m15 Vous avez un réinvestissement de prévu d’un milliard, plus un peu plus de 600 millions qui est une réserve et on va – quand – et ce n’est pas conditionnel au sommet, en fait ça peut-être été dit comme ça – je ne sais pas – le sommet sert ensuite avec les discussions à déterminer de quelle façon on réaffecte ou on affecte des sommes. Par exemple, si on va vers l’indexation des droits de scolarité, ça amène de l’argent et là il faut voir où on le fait. Si on modifie le régime de prêt et bourse, moins généreux, ça amène de l’argent. Si on enlève les crédits d’impôt on amène de l’argent, on va le mettre où, c’est ça. Ce sont ces sommes là qui doivent être discutées et on préfère le faire avec l’ensemble des gens du milieu pour éviter de retomber dans un conflit que tout le monde n’a pas souhaité.

Intervieweur : on le fera en février, on le fera même avant parce qu’il y a une rencontre sur le financement qui est prévue, je pense que c’est la prochaine


Le ministre de l'éducation, monsieur Pierre Duchesne : discours de clôture http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … chesne.pdf
- "Tous peuvent déposer un mémoire. Il sera diffusé sur le site, lu par le #MESRST et accessible à tous." https://twitter.com/duchp/status/279628236865032192 | le fil des nouvelles du ministre https://twitter.com/duchp
- « J'ai veillé à ce que les dés ne soient pas pipés. » rapporté par i0livier https://twitter.com/i0livier/status/279539055170039808

@FECQ : Pour une accessibilité grandissante à l'enseignement supérieur | leur présentation http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf | 29e congrès extraordinaire, 8 décembre 2012 : accessibilité aux études http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
@FEUQ https://twitter.com/FEUQ/status/279664083098284032 " La priorité de la @FECQ et @FEUQ est de maintenir le gel http://bit.ly/XmZms5  http://bit.ly/UGpHkR  http://bit.ly/SWEmZK  #Sommet2013"
@FEUQ Il n'y a pas de consensus sur les frais de scolarité selon Martine Desjardins. Il y a seulement un compromis possible, le gel. https://twitter.com/FEUQ/status/279700581285773312
*** 14 décembre 2012. Deuxième rencontre thématique du Sommet: la FECQ et la FEUQ proposent des initiatives pragmatiques et réalistes pour accroître l'accessibilité http://www.newswire.ca/fr/story/1089941 … essibilite
@ASSEsolidarite : L'accessibilité et la participation aux études supérieures http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
FAEUQEP Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente | Les adultes et l'accessibilité aux études supérieures – Mémoire présenté dans le cadre de la phase 2 préparatoire au sommet sur les universités : L'accessibilité et la participation aux études supérieures http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

CREPUQ ‏@CREPUQsommet | Contribution de la CREPUQ pour le deuxième thème du Sommet http://www.universites-avenir.ca/access … ux-etudes/
universites-avenir.ca | Favoriser l’accessibilité à l’université http://www.universites-avenir.ca/favori … niversite/
UQAT http://uqat.ca/ | https://twitter.com/UQAT | Son programme en santé http://www.uqat.ca/programmes/sante/
_______________________________________________________________________________________________________________

http://webcast.pqm.net/client/mesrst/event/584/fr/ 
M. Pierre Guillot-Hurtubise, animateur | rappel du déroulement de la journée
8 présentations d’organisations contributrices au débat qui ont été sollicitées dans le cadre de l’appel de contribution lancé par le Ministre Duchesne à la fin du mois de novembre. 

• Confédération des syndicats nationaux (CSN) https://twitter.com/laCSN | Caroline Senneville, prés. de la Fédération des enseignantes et enseignants et Pierre Patry trésorier de la CSN
Après avoir donné les détails sur leurs représentations, monsieur Patry dit que la CSN se réjouit que la discussion sur l'accessibilité précède celle sur le financement; il est important de convenir de l'importance de préserver le principe de l'accessibilité universelle aux études supérieures et des moyens pour y parvenir. Lorsqu'il sera question ultérieurement de financement, nous devrons en tenir compte.
Caroline Senneville : Le gel de droit de scolarité qui a prévalu pendant la majorité de la période depuis la fin des années 60 a été un acquis précieux pour le Québec et sa dernière mise en cause a provoqué un vaste mouvement social de contestation dont la grève étudiante la plus longue de l'histoire du Québec. L’atteinte à l’accessibilité aux études universitaires a été le facteur déclencheur de l’une des plus importantes mobilisations de la jeunesse québécoise. Et cette mobilisation a également reçu l’appui de plusieurs autres groupes de la société. C’est un conflit qui aura permis de lancer un large débat public sur l’éducation et non seulement sur les droits de scolarité et c’est bien sûr ce qui nous amène ici ce matin. Tout le monde y va de sa citation du Rapport Parent; nous en avons une dont je vous laisse prendre connaissance; mais pour nous l’accessibilité est un principe à préserver et défendre l’éducation et son accessibilité c’est défendre le progrès social d’une société juste et démocratique ainsi que l’émancipation personnelle. Depuis le Rapport Parent le Québec a effectué un important rattrapage quant à la diplomation en études supérieures et je pense que toutes les présentations d’hier ont été des exemples flagrants de cela. Des efforts importants restent cependant à faire. S’il y a lieu de se féliciter de cette importante amélioration de l’accessibilité, il n’en demeure pas moins que la démocratisation de l’enseignement supérieur n’est pas encore atteinte. En effet, les jeunes issus de milieux plus défavorisés sont encore proportionnellement moins présents dans les universités et les collèges que ceux issus de familles nanties. Les jeunes en régions, les autochtones sont également moins présents dans les établissements d’études supérieures. Il ne suffit plus de se demander combien de jeunes fréquentent les études supérieures mais quels jeunes fréquentent les études supérieures.
Les principaux moyens pour accroître l’accessibilité passent selon nous par un Réseau collégial tel qu’il existe – (selon acétate) par sa gratuité, par sa présence dans les différentes régions du Québec et par la qualité de son enseignement, le réseau collégial permet – un accès large à l’enseignement supérieur (quand on combine les enseignements publics et privés, il y a plus d’une centaine de points de services collégiaux au Québec dont une grande partie sont situés dans des villes où il n’y a pas d’université); - une hausse du taux de scolarisation (monsieur Fortin a été éloquent hier là-dessus, les statistiques démontrent que le Québec se hisse au premier rang au Canada quant à la fréquentation des études post secondaires); - une diversification et une multiplication des perspectives d'avenir pour les étudiantes et les étudiants par la formation pré-universitaire et par la formation technique, qui ne l'oublions pas mène bien sûr à un travail mais aussi à l'université; beaucoup de techniciens et de techniciennes s'en prévalent. Il reste bien sûr des défis qui se posent : il faut maintenir une offre variée de programmes en régions. La part des cégeps dans le développement régional est majeure. Dans le cas de ceux qui sont au prise avec des baisses importantes d'effectifs, des mesures structurantes et durables assurant leur pérennité doivent être mises en place rapidement. Il y a aussi un manque de ressources pour encadrer les étudiantes et les étudiants ayant des besoins particuliers (en 2007, ils étaient moins de 300, en 2011, plus de 3000). Malgré le succès du réseau collégial et malgré la qualité de son enseignement, les cégeps sont périodiquement remis en question, particulièrement dans un contexte de mondialisation. L'originalité d'une formule qui a pourtant fait ses preuves est perçue souvent, malheureusement comme un obstacle à l'uniformisation de l'enseignement supérieur.
8min.12
Pierre Patry : (acétate) Pour ce qui est du réseau universitaire, les étudiantes et les étudiants universitaires québécois peuvent compter sur des professeurs, des chargés de cours, des chercheurs et d’autres professionnels compétents et sur un personnel de soutien qualifié.
-les cycles universitaires forment un continuum, ces cycles ne devraient pas se développer au détriment les uns des autres (on est particulièrement préoccupé du fait qu’on observe une certaine désertion ; les professeurs dans l’enseignement au premier cycle, vers le 2e et 3e cycle ; il semble que la recherche création soit devenue l’activité la plus reconnue et la plus valorisée, sans vouloir minimiser cette activité-là, il faut consacrer des ressources aussi pour l’enseignement)
-les universités doivent poursuivre leurs efforts pour favoriser la persévérance aux études en offrant, entre autres, un meilleur encadrement et un meilleur soutien aux étudiantes et aux étudiants. (là-dessus, on est particulièrement inquiets du fait que le ratio étudiants – enseignants (que ce soit des profs ou des chargés de cours) est en hausse constante et particulièrement au cycle supérieur.)
Le développement du réseau collégial et de l’Université du Québec est indéniable ou a indéniablement permis une accessibilité géographique. 9min. L’enseignement à distance, on en a entendu parler hier soir, présente des avantages mais ne saurait constituer une panacée ; c’est une tendance à observer de plus près, à questionner et à encadrer en faisant appel à des spécialistes comme TÉLUQ par exemple. Là-dessus, la formation à distance élimine les barrières géographiques et permet de respecter le rythme d’apprentissage des individus, mais des questions se posent : ce type d’enseignement profite t’il à l’ensemble des étudiantes et des étudiants ? ou convient-il aux étudiantes et aux étudiants plus autonomes ? Est-ce que c’est un mode pédagogique qui est vraiment plus abordable en comparaison de l’enseignement plus classique ?
Nous avons une autre citation du Rapport Parent : « Lorsqu’un service public est reconnu d’intérêt général, il appartient à la collectivité qui en bénéficie dans son ensemble à en assumer tous les frais. Chacun de ses membres étant appelé à faire sa part, au moyen de l’impôt, selon sa capacité de payer et sans égard aux préalables immédiats qu’il peut ou non en retirer. » Donc, on considère que cette citation-là, presque 50 ans plus tard, est toujours d’actualité et pour nous c’était le débat du printemps dernier.
Le gel des droits de scolarité a eu un impact déterminant sur l’accessibilité aux études supérieures. Les raisons invoquées pour hausser les droits de scolarité universitaires contreviennent selon nous à l’esprit du rapport Parent.
La gratuité scolaire devrait être établie à tous les ordres d’enseignement. (et ça veux dire, minimalement un gel)
L’augmentation des droits de scolarité affecte non seulement le nombre d’étudiantes et d’étudiants inscrit mais aussi la composition des cohortes, du fait qu’elle diminue le taux de participation des moins nantis. (D’ailleurs il y a des études au Canada, où les hausses tarifaires sont la norme des années 90 qui démontrent qu’entre 95 et 2001, suite à des hausses importantes de frais de scolarité, que les jeunes issus de familles de moins de 25 000$ qui représente 30% des étudiantes et des étudiants universitaires sont passés à 20%, donc ça diminue mais c’est surtout chez les moins nantis que ça diminue. Et une autre étude canadienne sur l’impact des facteurs économiques – dont les droits de scolarité sur la participation aux études supérieures – des auteurs Johnson et Raman – une étude de 2005 donc qui est assez contemporaine, démontre que pour chaque hausse de 1000 dollars des droits de scolarité, la fréquentation universitaire baisse de 1 à 3%.
(acétate) L’aide financière aux études
-la majorité des étudiantes et des étudiants universitaires cumulent des dettes dont l’ampleur est considérable;
-l’endettement est un empêchement majeur au projet d’entreprendre des études universitaires et est la principale raison d’abandon des études;
-l’argument de certains à l’effet que « l’endettement se justifie par les salaires élevés dont bénéficieront les diplômé-es » doit être inversé; ce n’est pas l’éducation qu’il faut taxer, mais bien les salaires élevés qu’il permet d’atteindre par la suite.
L’accès aux études supérieures ça se prépare dès le jeune âge donc il faut agir sur les déterminants socioéconomiques, il faut s’assurer que les services de garde éducatifs de qualité soient accessibles à tous les enfants entre 0 et 12 ans; et en ce sens, il faut reconnaitre que les services de garde – notamment en milieu scolaire, ça constitue un service éducatif complémentaire à l’enseignement. Il faut poursuivre la lutte au décrochage scolaire bien sûr et remédier à la ségrégation scolaire en vigueur dans le réseau privé qui s’installe de plus en plus ainsi que dans le secteur public.
13min.14
Carole Senneville. L’accès aux études supérieures, donc, se prépare dès l’enfance mais il doit aussi se poursuivre à l’âge adulte. Le Québec a besoin d’un rattrapage urgent en matière de formation continue; en 2008, le taux de participation des personnes âgées de 25 à 64 ans, à des activités éducatives liées à l’emploi était le plus faible au Canada, soit 28 %. Pour en faciliter l’accès, il faut diversifier les lieux et les modes d’apprentissage ; il faut permettre la formation pendant les heures de travail et prévoir des mesures d’aide aux individus ; il faut aussi privilégier la fluidité des parcours scolaire et les mesures facilitant le raccrochage scolaire.
-Les études collégiales et universitaires doivent s’ouvrir à toute la population ; il ne faut pas voir la formation continue comme une simple réinsertion à l’emploi. Il est à l’heure actuelle difficile voire impossible de faire un DEC pour les soirs par exemple; il est difficile de s’inscrire dans un cégep pour perfectionner son français écrit ou pour suivre un cours de comptabilité; on doit s’inscrire dans des formations d’emploi Québec
-assurer une cohérence dans l’ordre de programmes – il est incohérent de voir que l’offre de formation continue est totalement ouverte à l’université et strictement fermée dans les collèges
-un plan de financement favorisant les études à temps partiel, tant au collégial qu’à l’Université, s’impose (de plus en plus de travailleurs étudient et les étudiants travaillent et c’est particulièrement important pour les femmes qui doivent encore faire face au triple défi de concilier le travail, la famille et les études.)
Alors quelles sont pour nous les menaces à l’accessibilité : la première est la vision marchande de l’éducation; qui cherche à y fixer un prix – l’approche de l’utilisateur payeur (encore une fois qui fixe un prix à l’éducation) – le désengagement de l’État que cela amène et le retour à la philanthropie, aux fondations parce que les institutions sont très inégales face à la philanthropie et aux fondations. Ce n’est pas du tout le règne égalitaire. La recherche de rendement et la tendance à la standardisation qui passe souvent par l’assurance qualité – pour nous une menace. Monsieur Lessard l’a dit il y a deux semaines quand on s’est vu, la qualité elle est plurielle.
La hausse des droits de scolarité dans les universités; pour nous, c’est une menace et l’indexation c’est une hausse. Une hausse qui est plus petite mais une hausse qui est continue et ça nous place avec une menace pour l’accessibilité.
Le manque de ressources financières et humaines pour soutenir les élèves, les étudiantes et les étudiants qui ont des besoins spécifiques – du primaire au collégial – les voies de contournement au diplôme régulier et à la formation générale et citoyenne et la compétition entre les établissements et entre les ordres d’enseignement. Pour nous, ce n’est vraiment pas une bonne utilisation des deniers publics que de voir que des sommes sont versées par les gouvernements aux établissements servent à se concurrencer les uns envers les autres plutôt que d’assurer un service à la population
16min.09
Pierre Patry : En conclusion, nos trois constats sont les suivants:
Donc les moyens mis de l'avant par le modèle québécois d'enseignement supérieur pour favoriser l'accessibilité ont porté leurs fruits, même si des efforts restent à faire;
- ce modèle fondé sur la responsabilité sociale et l'engagement de l'État est garant d'un système d'éducation démocratique qui favorise l'égalité des chances; il doit être préservé
- le gouvernement doit faire du système d'éducation publique, considéré comme un continuum, une priorité nationale et prendre tous les moyens pour le valoriser
- enfin nous voulons citer le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels : « L'enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l'instauration progressive de la gratuité. » Ce pacte a été conclue en 1966 à l'ONU; le Canada y a adhéré en 1976; le Québec s'est déclaré être lié par le pacte la même année. Donc en annonçant son intention d'indexer les droits de scolarité, le gouvernement du Québec renonce à son engagement d'instaurer progressivement la gratuité, comme moyen de contribuer à rendre plus accessible l'enseignement supérieur.
17min.24

•  Centrale des syndicats du Québec (CSQ) https://twitter.com/CSQ_Centrale | L’accessibilité et la participation aux études supérieures : un chantier inachevé http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Avis de la Centrale des syndicats du Québec http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf et résumé http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Mario Beauchemin, le président de la Fédération des enseignants et des enseignantes de Cégeps fait la présentation : 
En ce qui concerne l’accessibilité et la participation aux études supérieures, à la FEC-CSQ on considère que c’est un chantier inachevé et pour le démonter nous avons divisé cette présentation en quatre points. On va d’abord s’attarder au contexte actuel, ensuite aux obstacles qu’il faut lever, autant sur le plan scolaire, financier, géographique. On va aussi se pencher sur certains éléments qui permettraient de favoriser la participation et la réussite aux études supérieures pour finalement, comme nous l’a demandé, on va terminer sur trois constats.
En ce qui concerne le contexte actuel, le Québec part de loin, on le sait, mais fait de mieux en mieux, on le voit ici, le taux d’accès aux études universitaires est en hausse, il est passé de 34% en 1997 à 43,7 en 2008; alors qu’il est en baisse ailleurs au Canada.
On pense qu’une hausse, que ce soit une indexation ou une hausse drastique pourrait freiner cet élan de scolarisation aux études supérieures.
On pense aussi qu’il est un peu difficile de comparer avec le reste du Canada en raison de la présence unique du réseau collégial au Québec et aussi en raison de certaines manipulations statistiques qu’on peut voir dans certaines études entre autre quand on s’attarde au contre-exemple faussé de la Nouvelle-Écosse. Le graphique démontre bien le taux de participation aux études post- secondaires au Canada, et là par études post- secondaires on parle évidemment des cégeps et des universités. On voit que le Québec fait très très bonne figure et d’ailleurs dans une étude rédigée par monsieur Pierre Fortin, en 2004, à la demande de la Fédération des cégeps, dans le cadre de ce qu’on a appelé le Forum sur l’avenir de l’enseignement supérieur – monsieur Fortin et les auteurs de l’étude en question précisaient que les collèges sont un accélérateur de scolarisation; qu’ils permettent de réduire les inégalités en venant gonfler la classe moyenne; d’où toute son importance.
En ce qui concerne les obstacles scolaires; l’origine socioéconomique et le profil scolaire sont les principaux déterminants, selon nous, de l’accessibilité aux études supérieures. L’origine socioéconomique, on l’a étudié beaucoup dans les années 60 et 70 et début des années 80 à l’université. Dans la mouvance, ce qu’on appelle toujours l’approche Marxiste. Aujourd’hui, très peu d’études s’attardent sur l’origine socioéconomique et le manque d’égalité des chances devant les études supérieures en raison de ce facteur-là. Donc, peut-être un appel qui est lancé aux chercheurs pour s’y pencher davantage. À cet égard, on pense qu’il faut promouvoir les politiques sociales et familiales et refaire de l’éducation, comme on le répète à la CSQ depuis plusieurs années, une priorité nationale. Il faut aussi accorder une attention particulière aux populations étudiantes vulnérables et ce, dès la petite enfance et tout au long des parcours scolaires. On parle ici des jeunes des milieux défavorisés, des élèves handicapés ou en déficit d’attention et d’apprentissage et au Collégial on les nomme les étudiants ayant des besoins particuliers. Ils ont augmenté beaucoup ces dernières années en raison des mesures qu’on a prises dans le réseau scolaire.
Enfin, il faut s’attarder aussi et favoriser les étudiants et les étudiantes à temps partiel et les étudiants monoparentaux. Donc, en même temps, une fois qu’on a dit ça il faut aussi améliorer et assurer de meilleures conditions d’apprentissage et ça passe par une amélioration des services professionnels et de soutien qui sont nécessaires à la réussite; par l’élimination de la concurrence entre les établissements d’enseignement et par l’élimination de la sélection scolaire.
Les obstacles financiers : pour nous, il est clair qu’il y a un lien étroit entre droits de scolarité et participation aux études supérieures. Le conseil des ministres de l’éducation du Canada a fait une revue de la littérature sur la question en 2007; son principal constat – il existe une relation significative entre les droits de scolarité et la participation aux études post- secondaires. Madame Vierstraete hier nous a parlé d’un autre sujet mais ici, dans une étude commandée par le MELS en 2008, on estimait à 22 120 étudiants et étudiantes comme perte à l’Université à la suite de scénarios de rattrapage des droits de scolarité par la société québécoise, à la moyenne canadienne. Toujours en ce qui concerne les obstacles financiers ; il faut voir que les universités en région sont les premières touchées ; elles occupent une place particulière pour les raisons suivantes : - 70% des étudiants de première générations – 45% à temps partiel (30% ailleurs) – 40% proviennent de milieux à faibles revenus  - 70% bénéficient de l’aide financière aux études | donc toute hausse des droits de scolarité pourrait avoir un effet néfaste pour les universités en régions.
Une hausse importante des droits de scolarité aurait des effets néfastes importants ; on le voit ici, sous le gouvernement libéral de monsieur Robert Bourassa, à la fin des années 80 et au début des années 90, on a assisté à une augmentation assez importante des frais de scolarité; le taux de participation a diminué pour par la suite se stabiliser. Corrélation étroite entre les deux éléments. Au cours du printemps dernier, on a parlé beaucoup aussi d’équité intergénérationnelle – on voit ici qu’à partir de 1968 et de la mobilisation étudiante importante des années 60, on a assisté à deux ou trois grandes mobilisations et où on a décidé de geler les droits de scolarité à partir de 1968, qu’on atteignait graduellement la gratuité scolaire. Donc les personnes qui ont étudié au cours des années 70, on le voit, ont joui de frais de scolarité beaucoup plus minimes que les étudiants et les étudiantes des années 2000 à 2010, 2012. Alors lorsqu’on parle d’équité intergénérationnelle c’est peut-être important de se référer à ce graphique-là.
On croit que les étudiants et les étudiantes ont fait leur part. il y a eu une hausse de 500$ des frais de scolarité entre 2007 et 2012, pour une hausse de 31%. Comme on l’a déjà précisé, l’endettement est très important chez les étudiants et les étudiantes. Ce qu’on propose c’est un gel des droits de scolarité dans une perspective de gratuité scolaire et une bonification de l’aide financière malgré les modifications apportées au cours du printemps dernier. Bonification de l’aide financière qui s’attarderait à l’indexation des dépenses admises; à une révision, encore une fois, de la contribution parentale et en portant une attention particulière, là, aux étudiants – parents. On peut se poser aussi la question – c’est peut-être une table de travail importante qu’il faudrait mettre en place après le sommet – pourquoi le gouvernement ne serait pas le prêteur ? au lieu de faire profiter les banques et les caisses. Je crois qu’il y a un chantier de travail là qu’il faudrait ouvrir et sur lequel il faudrait réfléchir grandement. Il faudrait aussi encadrer vigoureusement les frais afférents et implanter au collégial une formation continue à temps partiel et gratuite. Sur le plan géographique, on ne peut pas passer à côté des difficultés que vivent les cégeps en régions. Selon les statistiques du Ministère de l’éducation, dans le contexte de baisse démographique et de réduction des effectifs étudiants – plusieurs régions risquent d’être fortement touchées au cours des prochaines années. Il s’agit de préciser les précisions, mais ça donne une assez bonne idée de ce qui attend les cégeps en région. Vous voyez, on prévoit en 2019, une baisse de presque 40% des effectifs étudiants dans les régions de la Gaspésie et des Iles de la Madeleine et en Estrie, une baisse de 8%
27min.32
à suivre ...
•  Université du Québec (UQ) https://twitter.com/ReseauUQ | contribution présentée à la rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Un résumé de la contribution http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Vidéo présentée à la fin de l'intervention http://www.youtube.com/watch?v=yjCsf0OY … e=youtu.be

•  Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente (FAEUQEP)
L'accessibilité et la participation aux études supérieures des étudiants à la formation continue http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

•  Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ)
L'accessibilité et la participation aux études supérieures http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

•  Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)
Pour une accessibilité grandissante ... http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Document complémentaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

•  Association des collèges privés du Québec (ACPQ)
Même thème http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique1.pdf
Textes de la présentation http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique2.pdf
Résumé de l'intervention http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

•  Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI)
Agir pour la réussite http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf


3 ateliers en après-midi
à suivre ...
_______________________________________________________________________________________________________________

14 décembre 2012. @MESRST : COMMUNIQUÉ - La deuxième étape vers le Sommet sur l’enseignement supérieur : l’accessibilité au cœur des débats http://www.mesrst.gouv.qc.ca/contenus/c … es-debats/
- ‏@MESRST Point de presse du ministre Pierre Duchesne @duchp à 14h45. Il sera webdiffusé en direct http://webcast.pqm.net/sommet
- Pas de consensus sur les droits de scolarité http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … larite.php Extrait : Alors que le gouvernement Marois préconise l'indexation, les associations étudiantes ont plaidé pour le gel, voire la gratuité scolaire, appuyées par les syndicats. Le patronat réclame une hausse et les universités laissent entendre qu'elles sont favorables à l'indexation, au minimum.
- Compressions: une rectrice lance un cri d'alarme http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … alarme.php Extrait : La rectrice de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Johanne Jean, a profité de sa tribune à la rencontre de consultation sur l'enseignement supérieur, vendredi, pour lancer un cri d'alarme au sujet des compressions de 124 millions imposées par le gouvernement Marois. 
- L’UQAM pourrait replonger dans une crise financière http://www.ledevoir.com/societe/educati … financiere Extrait : Le recteur sortant, Claude Corbo, craint l’impact des compressions imposées par Québec aux universités
- Universités - L’argent sera-t-il au rendez-vous? http://www.ledevoir.com/societe/educati … endez-vous
- Annuler les compressions au lieu de réinvestir plus tard, dit un recteur www.lapresse.ca/actualites/quebec-canad … ecteur.php Le ministre Duchesne rejette la proposition du recteur Brière www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/ed … briere.php
- Université Laval | message du recteur http://www2.ulaval.ca/nouvelles/communi … ciale.html
- Sans qualité, pas d'accessibilité http://www.lapresse.ca/debats/votre-opi … bilite.php
- Sommet sur l'éducation : 600 millions $ en échange d'une entente http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ente.shtml Extrait : Le ministre Pierre Duchesne a réitéré jeudi que la conclusion d'une entente lors du Sommet sur l'enseignement supérieur de février prochain serait récompensée par une somme de 600 millions de dollars à injecter dans les coffres des universités.
- Rencontres sur l'Enseignement supérieur, jour 2 http://www.lhebdojournal.com/Societe/Ed … C-jour-2/1 Extrait : le ministre Pierre Duchesne a laissé tomber une bombe en affirmant posséder «une réserve de 600 millions $» qui, dit-il, pourrait être réinvesti dans les universités.
- Droits de scolarité | La recette parfaite pour une crise http://www.journaldemontreal.com/2012/1 … -une-crise Extrait : La FECQ et la FEUQ, persistent à réclamer le gel des droits de scolarité. «Il faut maintenir le gel des droits de scolarité dans une perspective de gratuité et améliorer l’aide financière aux études», a réclamé la présidente de la FECQ Éliane Laberge.
- CSQ.qc.net | Miser sur nos forces pour l’accessibilité aux études supérieures http://www.csq.qc.net/actualites/tous/n … eures.html


**** 13 décembre 2012. Web diffusion dès 19h00 http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/581/fr/ L'accessibilité et la participation aux études supérieures. Quelques acteurs de ce débat, les conférenciers ...
- La webdiffusion http://www.mesrst.gouv.qc.ca/contenus/s … diffusion/
- Lettre du Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie http://www.mesrst.gouv.qc.ca/contenus/s … -ministre/ et son discours d'ouverture http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … chesne.pdf

1. Mme Elena Laroche, Professeure à l'École des sciences de l'administration et directrice des études à la TÉLUQ http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
- L'éducation à distance peut être une des solutions à l'accessibilité - Elena Laroche, TELUQ (rapporté et commenté https://twitter.com/leobblouin/status/2 … 0254528512 - https://twitter.com/s_thellen/status/279416668793483265)

@ 33min.25  http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/581/fr/ Mme Elena Laroche
Professeure à l'École des sciences de l'administration et directrice des études à la TÉLUQ
@ 45min.15 La formation à distance aujourd’hui; elle est au Québec ce qu’elle est chez nous à la TÉLUQ mais dans plusieurs autres universités. On a vu aux HEC récemment aussi les MOOC massive on line et open on line courses qui sont apparus. Donc elle existe au Québec et elle existe ailleurs notamment à Arthabaska University et Open University qui sont des universités de l’Alberta et du Royaume Uni – Arthabaska University 38 000 étudiants et 900 cours et 250 000 étudiants par année pour l’Open University du Royaume-Uni. On pourrait parler aussi de l’Asie et de la Chine qui sont de grands distributeurs de formation à distance à travers plusieurs millions d’étudiants et plusieurs Campus virtuels. En Europe, plusieurs formations en ligne dans plusieurs pays notamment en Belgique, avec l’Université de Namur et la Commission européenne qui a fait plusieurs initiatives pour favoriser l’enseignement à distance. Plus près de chez nous, en Ontario, 18 000 cours collégial et universitaires sont faits à distance donc l’Université est engagée et le gouvernement encourage également la création de formations à distance. Au sujet des Massive on line courses qui sont des cours en ligne, ouvert à tous, où il n’y a pas nécessairement de crédits qui sont octroyés et qui ne mènent pas nécessairement à une diplomation mais parfois à une attestation et qui sont offerts gratuitement. Trois principaux acteurs : deux udersity et courseK qui sont des fournisseurs de plateformes issues de professeurs de Stanford university aux USA. La première qui dispense 16 cours actuellement et la deuxième qui dispense 120 cours gratuits. Et plus récemment Eddix une initiative de Harvard University qui dispense 7 cours à distance et qui est aussi très impliquée au niveau de la recherche, au niveau de stratégies d’apprentissage de la formation à distance. Seul l’avenir pourra nous dire où ces massive open online courses nous mèneront mais pour l’instant il y a quand même plusieurs acteurs qui ont déjà identifié quelques problèmes liés à ces cours notamment avec un taux d’abandon et avec un taux de plagia qui est très élevé dans ces cours. Aussi le fait qu’ils ne mènent pas nécessairement à une accréditation. Plusieurs questionnent aussi si l’acquisition des connaissances; à savoir si réellement par ces cours les gens s’approprient des connaissances qui sont diffusées. 48min.08 Nous entendons parler de façon plus importante de la formation à distance et en ligne depuis déjà plusieurs années et ce n’est pas demain la veille que cesseront les discussions à ce propos-là. Je pense que nous devons faire présentement et le sommet en est une belle occasion une réflexion importante pour s’assurer que la formation à distance et en ligne soit bien arrimée. Bien arrimée dans le réseau universitaire québécois et également pour qu’elle puisse contribuer à sa juste valeur, à l’accessibilité aux études supérieures. 48min.42

2. Mme Valérie Vierstraete, Professeure agrégée, Département d'économique, Université de Sherbrooke http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
MESRST ‏@MESRST « Le programme de remise de dettes serait à bonifier et à mieux faire connaître » - Valérie Vierstraete #Sommet2013
- FEUQ ‏@FEUQ Valérie Vierstraete, prof. à l'UdeS analyse les problématiques financières des étudiants au #Sommet2013 https://twitter.com/FEUQ/status/279393131458359298

3. M. Pierre Fortin, Professeur émérite, Département des sciences économiques, Université du Québec à Montréal
Accessibilité et indexation : les enjeux http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf | http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
- « Les jeunes adultes du Québec sont parmi les plus nombreux au monde à détenir un diplôme postsecondaire » - Pierre Fortin
- Pierre Duchesne ‏@duchp | Pierre Fortin:"L'indexation des droits de scolarité est un mécanisme de protection contre les crises sociales." #sommet2013 #assnat https://twitter.com/duchp/status/279401357058912257 | Max Roy:"A quoi sert l'université? Voilà la vraie question. Ce n'est pas d'indexer ls droits de scolarité pr résoudre ls crises" https://twitter.com/duchp/status/279407068056784896
- MESRST ‏@MESRST | « Les jeunes adultes du Québec sont parmi les plus nombreux au monde à détenir un diplôme postsecondaire » - Pierre Fortin https://twitter.com/MESRST/status/279395546735734784
- zigong ‏@zigong | Indexer les frais de scolarité ? Est-ce que la situation actuelle est équitable et est-ce qu'elle assure la paix sociale ? https://twitter.com/zigong/status/279410369468973056


13 décembre 2012. 1,7 milliard $, à condition d'une entente http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/a … 24046.html
- Universités: des millions... s'il y a entente http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ntente.php Extrait : Cette condition tombe alors que les perspectives d'un consensus sont minces entre tous les acteurs du milieu universitaire. «Si on s'entend, l'argent sera au rendez-vous. (...) S'il n'y a pas d'entente, l'argent sera alloué à d'autres fins», a affirmé la sous-ministre de M. Duchesne, Christine Tremblay, jeudi, en marge de la deuxième rencontre de consultation en prévision du Sommet, à Trois-Rivières. | intervention sur Twitter jeremy v. trudel ‏@JVTrudel "Le PQ fait de chantage!? C'est complètement ignoble et contre-productif! https://twitter.com/JVTrudel/status/279419767671095296
- Proposition de l'Université Laval au ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche http://www.newswire.ca/fr/story/1089675 … echnologie
- Deuxième rencontre avant le Sommet sur l'éducation http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … tion.shtml
- L'accessibilité aux études supérieures, une responsabilité sociale ! http://www.newswire.ca/fr/story/1088895 … te-sociale Extrait : À quelques heures de l'ouverture de la deuxième consultation sur l'enseignement supérieur, la CSN réitère que l'accessibilité aux études supérieures est une responsabilité sociale et que tout doit être mis en œuvre pour favoriser l'égalité des chances.
- Financement des universités: une bonne question http://www.lapresse.ca/debats/chronique … estion.php
- Compressions dans les universités: Québec ne reculera pas www.lapresse.ca/actualites/quebec-canad … ra-pas.php
- UQAM | Trop de paperasse pour pouvoir couper http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 71747.html
- En marge de l'ouverture des rencontres préparatoires du Sommet sur l'Éducation à l'UQTR, le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'Enseignement supérieur, Gerry Sklavounos, en a profité pour critiquer le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne. http://www.lhebdojournal.com/Societe/Ed … Duchesne/1
- Lancement du mémoire sur la gratuité scolaire de l'ASSÉ http://www.newswire.ca/fr/story/1088939 … -de-l-asse
- Accessibilité aux études supérieures: la FECQ rend public son mémoire en vue de la deuxième rencontre thématique du Sommet http://www.newswire.ca/fr/story/1088847 … -du-sommet
- La position du @conseilpatronat sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures http://www.cpq.qc.ca/page/1190-L-access … uperieures
- CSQ.qc.net | Les cégeps, une porte d’entrée incomparable à l’enseignement supérieur http://www.csq.qc.net/actualites/tous/n … rieur.html

12 décembre 2012. L'Université Laval réclame l'aide des diplômés http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … plomes.php
-  Droits de scolarité au Québec : un débat de société | Accessibilité à l'éducation : des questions et des faits http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … vues.shtml |  Vidéo -  Étudier en région http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6519249 un boum depuis l'an 2000 ; facilité d'accès et coût de la vie. Un argument de taille pour le recrutement.
- Compressions dans le réseau universitaire: Marois hausse le ton http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … le-ton.php
- Pénurie de professionnels dans les écoles : un casse-tête sur la Rive-Nord http://blogues.radio-canada.ca/rive-nor … ls-ecoles/

11 décembre 2012. Route difficile vers le Sommet http://www.radio-canada.ca/emissions/24 … 1_1200.asx Extrait : Après un départ prometteur des forums préparatoires en vue du Sommet sur l'enseignement supérieur, l'annonce des coupes dans le budget des universités québécoises a provoqué un tollé de réactions adverses. La CREPUQ ainsi que les fédérations étudiantes déplorent ces coupes, pendant que d'autres demandent au ministre Pierre Duchesne le maintien du financement du Fonds de recherche du Québec. L'ASSÉ lance un appel à boycotter le sommet. Anne-Marie Dussault en discute avec Sébastien Bovet, puis s'entretient avec le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne.
- Portrait d'un casse-tête http://www.radio-canada.ca/emissions/te … 1_1200.asx Extrait : Il manque des professionnels dans les écoles du Québec. Les orthopédagogues, orthophonistes et psychologues scolaires entre autres, doivent mettre les bouchées doubles pour arriver à offrir des services aux élèves qui en ont besoin. Et lorsqu'ils n'y arrivent pas, ce sont les parents qui doivent payer la note. Portrait d'un casse-tête.

10 décembre 2012. Le DG de Polytechnique: “Le gouvernement met les universités dans une situation intenable” http://blogues.lapresse.ca/boisvert/201 … intenable/
_______________________________________________________________________________
19 novembre 2008. La prospérité future passe inévitablement par les universités. Par la diffusion et la création des connaissances, les universités jouent un rôle essentiel dans l’augmentation de la productivité http://www.desjardins.com/fr/a_propos/e … e81119.pdf

La première rencontre http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=2153
Les TIC : Projets et besoins particuliers ... ou besoins qui se transforment http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2702#p2702

Hors ligne

 

#10 16-12-2012 08:29:57

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Séance plénière en table ronde ... au retour des ateliers http://webcast.pqm.net/client/mesrst/event/586/fr/ "Commençant par un bref survol de ce qui a été discuté dans les ateliers fait par les animateurs. Après les grands témoins viendront livrer leur appréciation de l’exercice …" - Pierre Guillot-Hurtubise, animateur

Transcription des interventions ... (celles avec support visuel ne sont pas complètes ; le lien vers le document sera fourni lorsque disponible en ligne)

Martin Massé | synthèse de l’atelier (PowerPoint) 1. Quels ajustements devraient être apportés au modèle québécois d’accessibilité et de participation aux études supérieures. Essentiellement c’était sous l’angle de l’accessibilité à la fois financière mais surtout organisationnel. 1. L’accès à la formation continue : quels sont les éléments de convergence ? … 2. Développement de l’offre de formation  3. La contribution des étudiants : les éléments de convergence : l’étudiant contribue en se consacrant à ses études;  mais la société doit aussi contribuer dans une plus large mesure que les étudiants.  Les éléments de discussion : pas de consensus sur l’augmentation, le gel ou l’absence de contribution financière des étudiants  2. Les différents moyens de palier à d’éventuels efforts financiers demandés aux étudiants; notamment par l’aide financière et les mesures fiscales. 3. L’importance de l’endettement ou de la perception de celui-ci dans l’accès aux études et la persévérance scolaire et enfin, le remboursement des dettes proportionnel aux revenus de l’étudiant ou autre modalité suite aux études (pas de convergence mais ça été discuté). Des idées nouvelles, par contre, à explorer : 1. La création d’un régime d’épargne étude universel pour tous les enfants québécois en fonction du revenu des familles; 2. Évaluer la possibilité que des prêts étudiants proviennent directement de l’État plutôt que des institutions financières en portant une attention particulière à la réforme dans le même sens, au fédéral de l’an 2000 et enfin de déterminer la capacité de payer des étudiants avant que cela ne devienne un frein à l’accessibilité ou à la persévérance plutôt que d’y aller d’un pourcentage.

4m49
Leslie Molco, animatrice du 2e atelier. Sur les 4 thèmes, un de ceux qu’on a couvert dans cet atelier était particulièrement concentré sur les aspects sociaux économiques et culturels. De ce point de vue, il y a des éléments de convergences; d’abord tous les participants se sont entendus qu’il y a un accord sur le principe de la loi actuelle sur l’enseignement supérieur : l’enseignement doit être accessible. On doit se fixer des objectifs concernant l’accessibilité mais aussi la réussite et la persévérance.  Également mettre en place des outils qui permettront d’atteindre ces objectifs. Tenir compte des besoins spécifiques des différents profils d’étudiants; on a parlé d’accessibilité universelle; des droits des étudiants et pas seulement des droits en terme financier. Également avoir des objectifs qui tiennent compte des 4 dimensions qui ont été abordées : Objectifs d’accessibilité – aspect socioéconomique et culturel. Les éléments de convergence (voir diapo)  Les éléments de discussion :  Contrer l’abandon à tous les niveaux d’étude particulièrement dans  les années de transition ; soutenir l’accessibilité au 2e et 3e cycle ; tenir compte de l’accès mais aussi de la rétention et de la diplomation ; souligner que la recherche est … points à nette divergence : sur l’endettement, certains points ont été mentionné : la nécessité de valorisation de l’enseignement supérieur ; dont que l’endettement ne serait pas un obstacle en soit ; l’endettement est plus qu’un phénomène psychologique ; il faudrait l’éviter. Également, d’autres voulaient ancrer que l’endettement est néfaste. Sur les sources de financement pour améliorer l’accessibilité; oui les droits de scolarité mais aussi les subventions, la philanthropie ; dans ce contexte, on a parlé de gratuité, de hausse, d’indexation, de gel et de différents scénarios.
La question s’est posée à savoir qui est le principal bénéficiaire de l’enseignement supérieur. Est-ce que c’est l’étudiant, est-ce que c’est la société, ou est-ce que ce sont les employeurs. Enfin, on a discuté du lien entre un droit de scolarité et l’accessibilité. D’autres éléments de discussion : - mettre l’accent sur toutes les formes de soutien (financier et autres) – analyser la possibilité de confier au gouvernement la gestion des prêts (au lieu des institutions financières) – limiter l’endettement (limitation de l’accès à d’autres formes de crédit) – revoir l’aide financière aux études – admissibilité et rétention des étudiants – services aux étudiants mais aussi aux enseignants donc bonifier l’encadrement des étudiants entre autres en améliorant le soutien aux enseignants – cibles différentes en fonction des différents profils d’étudiants.

10 minutes
Animateur de l’atelier 3 : Pierre Guillot, Hurtubise. On a beaucoup parlé de l’accessibilité géographique (diapo) Les universités devraient en région utiliser les infrastructures des collèges. Les divergences : on ne s’entendait pas sur ce que certains appelaient la dérive immobilière des universités ; sur la compétition des universités en région a été beaucoup discutée ; certains voient positivement d’autres pas.  Sur l’organisme indépendant qui devrait être créé pour évaluer les projets de délocalisation universitaire ; divergence. On dit qu’une très nette majorité était d’accord mais ça ne faisait pas l’unanimité.  On a abordé le dossier de l’aide financière et des études. Éléments de convergence : l’aide financière est désuète ; la révision des critères, notamment pour les repas,  le critère de la contribution des parents – un assez large consensus à l’effet qu’il faut faire du ménage là-dedans. Des éléments de discussions : pas tous ont la même évaluation des conséquences de l’endettement; de la même façon ce n’est pas la même évaluation de l’importance de la contribution des parents – la revoir pour certains, pour d’autres éviter de la considérer.  Sur l’endettement étudiant, ça variait entre – tant que c’est raisonnable, c’est acceptable ; d’autres disent il ne faut pas qu’il y ait d’endettement. Il n’y a pas de consensus sur le niveau d’endettement raisonnable. Des éléments de divergence aussi, particulièrement entre les associations étudiantes sur l’évaluation de l’impact des crédits d’impôt et sur le fait de maintenir ou de ne pas maintenir ces mesures, dans le contexte actuel. Aussi des pistes amenées par certains, telles remplacer la contribution des parents par contribution par bourse.
On a abordé un peu l’accessibilité organisationnelle, sous l’angle de l’accessibilité géographique. On nous disait que des mécanismes de reconnaissance des acquis  …

14minutes
L'animateur introduit la Table ronde et invite à lancer la discussion ; faire des nuances ...
Monsieur Patry. La chose qui me frappe dans les échanges que nous avons eu aujourd’hui; il y a une grande convergence sur la mission universitaire et cette mission comprend l’admissibilité. Tous les échanges que j’ai eu avec mes collègues de la CREPUQ ; ce que j’ai entendu aujourd’hui renforce cela. Évidemment il y a des éléments de divergence sur les moyens, les mécanismes précis ou les rythmes auxquels on doit évoluer. C’est très clair que là-dessus, il n’y aura pas de dispute autour de la table. Les universités, non seulement le voit comme une valeur fondamentale mais elles ont posé beaucoup d’actions et sur le plan régional, organisationnel et sur le plan de l’aide financière. 15min. Les universités investissent chaque année à peu près un demi milliard de dollars en rémunération et en bourses chez les étudiants – un autre demi-milliard qui vient du système des prêts/bourses - qu’on a bonifié par des mesures récentes. Les universités sont très en lien avec ça; cette mission, nous on la voit comme accompagner par le devoir de produire des formations de qualité mais je voulais juste faire remarquer que dans le milieu universitaire ; ce message est ressorti aujourd’hui, très clair. Évidemment sur les moyens, la délocalisation ou l’importance des droits de scolarité il y a des écarts d’avis mais au Québec on a un très large consensus et on devrait s’en réjouir.
Monsieur Nantel de la Centrale des syndicats du Québec. Nous pensons que nous devrions garder le principe qu’on parle de démocratisation de l’éducation. Toutes les couches sociales doivent pouvoir participer ; il y a des freins. Le premier  frein, pour nous c’est clair; une augmentation ou une indexation des frais de scolarité, c’est un frein – on est sur un gel, chez nous pour atteindre une gratuité. On a à atteindre la mission que tout le monde peut aller au niveau des cégeps et des universités.  Dans la présentation, il y a quelque chose qui nous touche beaucoup – le problème de dévitalisation dans certaines régions – la crainte au niveau de la centrale est que certains cégeps, certaines universités, certains pavillons – dans des régions où la population est en train de décroître, où il n’y a pas de travail, les gens quittent le milieu – s’il y avait un souci du gouvernement pour essayer de rationaliser et de retirer certains pavillons – c’est une inquiétude chez nous. Je pense que ce serait une erreur; on doit continuer le développement au niveau cégep, au niveau des universités dans les régions; c’est une question à la fois de persévérance – parce que les gens qui suivent des cours dans leur région – restent dans leur région donc une rétention des jeunes et des moins jeunes qui suivent des cours. C’est quelque chose qu’on doit développer; on doit investir – considérer cela comme une dépense. On devrait aussi revérifier et travailler tout ce qui est au niveau de la formation continue; on l’a souligné comme quelque chose qui était convergent ; la formation continue a subi finalement en 1990 une fermeture de son budget ; ce qui fait qu’au bout de la ligne, on voit qu’on est passé d’autour de 60 milles à 20 milles personnes qui suivent des formations continues. Je vous dirais que pour les régions c’est un élément important pour pouvoir suivre et pouvoir se perfectionner; et d’avoir la possibilité d’avoir une formation continue. C’est notre troisième point qu’on a souligné. Il y en a un qu’on n’a pas beaucoup traité et j’aimerais quand même le rappeler. C’est que là on parle de mesures pour demain mais on ne parle pas de mesures au niveau de l’accessibilité pour les années à venir, pour les générations à venir. On devra faire une attention particulière au niveau de la formation, au niveau de la petite enfance, au niveau du primaire, du secondaire pour essayer de maximiser le taux de rétention, le taux de participation au niveau des cours ; ce qu’on note au niveau des milieux défavorisés – c’est une des choses qui empêchent l’accessibilité. On doit investir là pour le long terme mais pas seulement au niveau primaire – secondaire – petite enfance mais au niveau des cégeps et au niveau des universités. N’oubliez pas que quand on entre au cégep dans un cour normal, on rentre à 16 ans; on doit les accompagner, leur donner du support parce qu’on ne veut pas les perdre. Si on regarde les statistiques – elles sont parlantes et c’est souvent dû au fait qu’ils ne sont pas intégrés; ajoutons des services, de l’aide et du soutien et à ce moment-là, on va augmenter le taux de participation et de rétention des jeunes.

19m46
Madame Carole Neil de la FTQ; je crois que je vais commencer par une confession. Je vais vous dire que la délégation de la FTQ avait des attentes par rapport à cette rencontre thématique sur l’accessibilité et on avait deux attentes particulières; c’était la formation aux adultes dont on a beaucoup parlé et l’égalité des chances.  Je crois que nous pouvons dire que le processus de démocratisation de l’enseignement implanté depuis plusieurs décennies – c’est un succès au Québec – mais qu’on ait atteint un seuil de maturité (je vais le dire comme ça) et on est plutôt heureux de constater que la notion d’accessibilité qui nous a été présentée (je vais reprendre un terme qu’on a entendu beaucoup depuis la première rencontre thématique – la pluralité ou pluriel – on lui a donné plusieurs dimensions et ça c’est un signe de maturité selon nous. On s’est arrêté beaucoup à la formation aux adultes, je n’y reviendrai pas, mais c’est fort important parce que c’est aussi notre avenir la formation aux adultes et l’égalité des chances. Mais on a aussi beaucoup traité des premières générations, des autochtones, des personnes en situation de handicaps ; dans notre atelier on a particulièrement traité de la persévérance et de la réussite. Il faut voir que, les attentes, quand on a différents profils, les attentes sont forcément différentes donc – pour les adultes par exemple, le degré d’employabilité du diplôme qu’on va chercher c’est fort important. Pour les étudiants qui viennent de familles à revenus modestes c’est aussi fort important. Pour les étudiants de première génération, ce n’est peut-être pas nécessairement, dépendamment des profils, la même chose. Cette pluralité nous réjouis beaucoup et c’est fort important de continuer de traiter de cette pluralité.
L’animateur : j’ajouterais que dans l’atelier que j’ai animé et on l’a vu dans le rapport des autres, il y a beaucoup d’emphase qui a été mise sur les quatre dimensions de l’accessibilité et on n’a vraiment débordé de la seule accessibilité financière dont on n’a entendu, en général, plus parlé.

22m24
Madame Parchemal : on a dit qu’une des missions de l’Université devait être l’accessibilité ; ma question serait comment défendre l’accessibilité tout en défendant une indexation, ou un gel, ou même une hausse. En ce sens, comment défendre l’accessibilité tout en attachant un prix à l’éducation ? Selon nous l’éducation doit être un droit, en ce sens elle doit être accessible pour tous et seule la gratuité permet une réelle accessibilité; seule l’absence de barrière tarifaire permet réellement que l’éducation serait accessible à tous.

22m56
Animateur : ça nous ramène peut-être un peu à l’intervention qu’avait faite ce matin un représentant de la FTQ qui disait que bon : peut-être qu’il faudrait discuter des grands principes. Par exemple est-ce qu’une contribution des étudiants ou des étudiantes – une contribution financière – est un principe sur lequel il y a un consensus ou non avant de discuter du niveau ou des modalités d’aide. Est-ce qu’on dégage à cet égard-là un élément de consensus.

23m25
M. Pierre Patry, Trésorier de la CSN. Je dirais quatre éléments de remarques. D’abord sur la question du collégial – pour ce qui est de l’accessibilité géographique – on est particulièrement inquiet de la situation qui prévaut dans un certain nombre de régions et nous, on pense que ça demande des mesures musclées pour qu’on puisse financer correctement l’ensemble des programmes collégiaux sur l’ensemble du territoire pour s’assurer qu’on ait une offre diversifiée, des programmes au collégial, sur tout le territoire québécois. Parce que, si on ne fait pas ça, et bien la porte d’entrée de l’enseignement supérieur, on va avoir les contrecoups à l’Université dans quelques temps.
Deuxième élément toujours sur la question du collégial, j’insiste, d’autres l’on fait avant moi, sur l’importance de la formation continue. Il est clair que les mécanismes de financement – qui font en sorte qu’on se retrouve avec des enveloppes fermées au Collégial – contrairement aux Universités qui ont des enveloppes ouvertes – et c’est bien ainsi – ça a comme effet qu’on maintient un retard dans l’éducation des adultes au Québec et on pense que c’est néfaste pour la population du Québec mais c’est aussi néfaste pour l’économie du Québec.
3e élément. Il faut aussi agir sur les déterminants sociaux économiques. Parce que s’il est vrai qu’on a accru beaucoup l’accessibilité aux études supérieures dans les 40, 45, 50 dernières années, il n’en reste pas moins que, quand on y va par tranches de revenus des familles, dans les milieux moins bien nantis, il y a encore un retard en terme d’accessibilité aux études. Donc, là-dessus ça prend une stratégie qui est globale; d’abord de lutte à la pauvreté. De notre avis, il faut aussi agir dès la petite enfance; notamment dans les services de garde, en particulier dans les milieux défavorisés. Parce qu’il est prouvé que les enfants qui fréquentent les services de garde, dans les milieux défavorisés, ont plus de chances de réussir. On veut susciter le succès mais il faut aussi susciter le désir chez les jeunes et ça se cultive dès le bas âge.
Si j’ai une surprise par rapport aux conclusions qui ont été tracées là, c’est sur la question de l’endettement. Je suis extrêmement étonné qu’au moment où il y a des débats importants, depuis 4, 5 ans, au tournant de la crise financière, qui a engendré la crise économique, sur le niveau d’endettement des ménages – au Canada, aux États-Unis, c’est un peu ce qui a provoqué en partie la crise financière, qu’on accorde pas plus d’importance à cette question et je tiens à signaler que si l’endettement au Québec est moins élevé pour les ménages que dans le reste du Canada, c’est en partie parce qu’on a des programmes sociaux et des services publics de qualité y compris des coûts dans l’enseignement supérieur qui sont moindres de ce à quoi on assiste dans le reste du Canada. En ce sens-là, on doit tendre vers la gratuité scolaire et ça mérite minimalement un gel des droits de scolarité.

26m35
Madame Beauchamp, Université du Québec. À la question que vous posiez tantôt – est-ce qu’on doit avoir ou non une contribution financière ? Je pense qu’il faut se remettre dans la perspective ou non d’une gratuité scolaire. On l’a dit, je pense que pour les Universités la gratuité scolaire et pour la société québécoise – il y a un coût à la gratuité scolaire en ce sens que, dans les exemples qu’on peut observer à travers le monde, la gratuité scolaire conduit à un contingentement par le gouvernement ou alors, dans certains cas, à un système d’éducation à deux vitesses où il y a des universités qui sont plus accessibles, gratuites et d’autres qui facturent des droits de scolarité prohibitifs et donc qui admettent seulement une élite. Il y a un danger de ce côté-là. Il faut aussi réaliser, un peu comme le disait monsieur Patry, qu’il y a une forme de reproduction sociale qui est exercée par les universités dans le sens – ceux, qui en majorité fréquentent l’Université proviennent en général – sauf dans le réseau de l’Université du Québec – de parents qui ont déjà fréquenté l’Université. Donc en maintenant des droits de scolarité très bas, on permet aussi de subventionner des gens qui auraient les moyens de payer un peu plus pour leurs enfants. L’autre chose, quand on parle d’accessibilité, on est dans un système démocratique; le législateur a très clairement confié au Ministre d’élaborer et de proposer des politiques en vue de favoriser l’accès aux formes les plus élevées du savoir et de la culture à toute personne qui en a la volonté et l’aptitude. Ce sont donc des bases sur lesquelles il faut construire et par rapport auxquelles il faut décliner aussi les différents aspects de l’accessibilité ; un peu ce qu’on a fait collectivement. Je souligne encore une fois, comme d’autres l’ont dit, que c’est malgré tout excessivement intéressant de se retrouver, de s’écouter et d’avoir dans certains cas du plaisir à échanger sur des enjeux qui sont aussi stratégiques pour l’ensemble de la société québécoise.

29m33
Animateur : dans tous les cas, du plaisir.
Madame Denise Pelletier de l’ACFAS. Comme je représente une association qui réunit des chercheurs et des étudiants chercheurs de deuxième et troisième cycle, je voulais porter à votre attention que lorsqu’on parle de l’accessibilité, on parle et c’est très important de l’accès au Cégep, de l’accès au premier cycle universitaire mais depuis la grande démocratisation de l’enseignement supérieur au Québec, nous avons atteint des niveaux de formation de premier cycle très importants et je pense qu’un de nos nouveaux et très important défi de l’accessibilité c’est le passage du premier cycle au deuxième et au troisième cycle et la considération fermement établie que la recherche qui est une composante essentielle de l’Université est aussi un élément majeur pour fournir un encadrement de très haut niveau à nos diplômés de 2e et 3e cycle et aussi, en grande partie, une des conditions de leur succès puisqu’ils sont appelés à œuvrer dans des communautés où les échanges scientifiques sont nourris, vigoureux et toujours à la recherche de l’information, la plus à jour. Alors je voulais tout simplement qu’on n’oublie pas cette dimension de l’accessibilité qui me paraît, dans l’étape historique où nous arrivons, être un très grand défi pour nous et un très beau défi aussi.

31m13
Madame Laberge de la FECQ : j’aimerais me rappeler un peu à moi-même et un peu à nous tous que ces rencontres-ci sont des rencontres préparatoires. Elles cherchent à mettre la table à une démarche qui, j’espère, sera plus longue mais qui éventuellement deviendra plus concrète aussi. Dans l’ensemble, les discussions se sont bien passées.
*** On a réussi à avancer en plusieurs points. On s’était fixé comme objectif et on vous avait suggéré lors de notre présentation, certains objectifs à se fixer en tant que partenaire du milieu de l’enseignement supérieur. Entre autres l’objectif d’améliorer l’accessibilité aux études supérieures. Sur certains points on a réussi à venir éclairer, à venir décrire de nouvelles réalités et à venir cibler certains endroits qu’on devait analyser et chercher à encadrer mieux. *** On peut penser à la formation continue, à la formation à distance, à la pluralité des différentes formations mais aussi des différents types d’étudiants.*** On a aussi soulevé certaines problématiques et on est extrêmement contents de voir que ça fait consensus autour de la table. De la problématique, entre autres, des cégeps en région; comme ça été souligné, la difficulté de recrutement et la place que doit occuper nos cégeps et nos universités dans le développement tant économique que culturel et social de nos régions. À mon sens, on n’a pas suffisamment parlé de l’accessibilité socio-économique aux études et on s’est plus ou moins entendu sur l’accessibilité financière aux études. On est content de voir que la majorité des acteurs s’entendent sur le fait que notre système d’aide financière aux études est un système qui est déficient et qu’il y a de nombreuses bonifications à y faire. Cependant, un aspect qui moi m’inquiète, c’est qu’on oubli quelle est la réalité des étudiants, comment vivent les étudiants qui sont assieds présentement dans les classes de nos universités. Parce que oui, on veut qu’il y ait plus de gens qui rentrent à l’Université, plus de jeunes québécois qui entament des études universitaires mais est-ce qu’on veut que ces étudiants continuent à travailler 20 heures semaine et plus. Est-ce qu’on veut que ces étudiants continuent à voir leur endettement augmenté; je ne pense pas. Et c’est aussi un aspect auquel, on va devoir réfléchir. J’ai l’impression que certains ont tenté d’évacuer la question; on ne peut pas le faire. On ne peut pas se permettre d’augmenter le taux de diplomation; ça c’est certain mais on ne peut pas non plus se permettre de laisser ce stress financier-là sur le poids de tellement d’étudiants québécois. Donc, j’espère que la réflexion va se poursuivre chez certains; on n’aura l’occasion d’en rediscuter. Évidemment que pour nous, on l’a souligné, l’amélioration de l’accessibilité aux études supérieures passe par le gel des droits de scolarité pour préserver au minimum l’accessibilité qu’on a présentement mais il y a des efforts qu’on doit faire et on ne peut pas se permettre, comme j’ai dit, de perdre un diplômé au Québec tant pour des raisons sociales que pour des raisons économiques

34m34
Animateur : les questions que vous posez sont très directes et précises; j’invite les intervenants autour de la table à y répondre. Je pense que personne ne souhaite occulter certains débats. On n’en aura peut-être la preuve dans les prochaines minutes.
Madame Desjardins : on va se lancer la balle. En fait, peut-être plusieurs points. Effectivement, il n’y a pas de consensus sur la hauteur de la contribution étudiante – passant de la gratuité jusqu’à l’indexation, jusqu’à une augmentation très importante des droits de scolarité. On pense enfin qu’il existe un compromis dans ce contexte-là qui est probablement un gel des droits de scolarité; une évaluation claire du financement des universités; évaluer les besoins des universités avant même de dire qui devrait contribuer ? à quelle hauteur ? et comment ? 
Et quand on parle de faire sa juste part, ou encore que tout le monde devrait contribuer; il faut se rappeler qu’il existe des faits – et là nous avons entendu au cours des ateliers – en fait, beaucoup de perceptions. Parfois, un endettement peut être considéré comme un bienfait, un investissement pour un étudiant. À la FEUQ, on ne fonctionnement pas seulement par perception, on fonctionne par fait ! On a fait une étude parmi 12 600 répondants, on leur a demandé quelles étaient les incidents de l’endettement pour eux ? Ces étudiants nous ont répondu clairement : 43% vont reporter la création d’une entreprise. Est-ce que le Québec peut se priver d’étudiants qui vont créer des entreprises notamment en régions ? La réponse est non. Est-ce que le Québec peut se priver d’étudiants qui vont sortir des bancs d’études et qui vont reporter la fondation d’une famille ? La réponse est non et ça c’est 63% d’entre eux qui vont le faire. Il va falloir se rappeler des faits et si je lance un appel, parce que, puisque monsieur Fortin l’a souligné hier, l’étude qu’a fait la FEUQ aux niveaux de sources et modes de financement des étudiants – sur les conditions de vie des étudiants; elle a été évaluée méthodologiquement ; elle est excellente et je vous invite à venir consulter les différents éléments, les différents faits qui concernent non seulement l’endettement étudiant mais aussi le travail étudiant et aussi leurs conditions financières. Quand on parle de financement étudiant de 13 000 dollars on parle aussi d’un endettement qui est inclus dans ce financement-là et il faut en tenir compte. Au niveau des modifications à l’aide financière aux études; c’est une chose que de juger qu’elle est déficiente, il va falloir aussi s’entendre sur ce qui est à améliorer; quelles sont les priorités à améliorer ? On semble s’entendre sur la question de la contribution parentale; les dépenses admises semblent aussi faire l’unanimité mais il va falloir mettre des éléments de l’avant et savoir comment on va arriver à financer ces modifications et ces bonifications-là qui sont cruciales pour le programme. Encore une fois, il va falloir aussi se rappeler qu’aucun programme, ou nouvelle structure va pallier à une prévention qui est de s’assurer d’avoir des frais de scolarité qui sont accessibles. Toutes nouvelles structures ou nouvelle mise en place d’éléments qui va nous coûter extrêmement chères et souvent, lorsque l’on constate notamment l’indexation des frais de scolarité; on a souvent dit : mais oui, il va y avoir l’indexation de l’aide financière aux études; je tiens à rappeler que si en fait, on propose cette possibilité-là, le coût de l’aide financière aux études va être plus élevé que l’investissement que cela va rapporter au niveau des universités, dans le cadre du financement des universités. Est-ce que c’est vraiment comme ça qu’on gère des biens publics. La réponse est probablement non. En terme d’accessibilité géographique, je pense que la situation est claire – on veut permettre l’accessibilité géographique au plus grand nombre – pas juste une accessibilité socio-économique mais géographique la plus importante possible. Mais encore une fois, on note – autant au niveau collégial qu’universitaire, une nécessité pour une plus grande cohésion, une plus grande collaboration. Je tiens à vous rappeler qu’au niveau de la FEUQ, ce qui est sur la table, c’est toujours évidemment, une commission d’évaluation des Universités du Québec qui assurerait une certaine coordination du Réseau sans enlever l’autonomie cruciale de chaque établissement universitaire. Et donc, je pense qu’il va falloir aussi se ramener à certains éléments, dans le cadre du financement de la gouvernance, prochainement, je pense que cela va apporter plusieurs débats et probablement plusieurs chantiers liés aux différents éléments sur l’accessibilité aux études. Va falloir se rappeler qu’on ne fonctionne pas en terme de perception. On a une obligation de résultat actuellement et cette obligation de résultat doit se baser sur des faits. Et donc, je vous invite, si vous êtes intéressés, à venir consulter les faits, dans notre étude auprès de 12 600 répondants; ça va nous faire plaisir de vous les donner, et entre temps, on croit vraiment qu’un compromis c’est un gel des droits de scolarité.

39m03
Animateur : étude jugée excellente par monsieur Fortin
Yves Thomas Dorval C.P.Q. : Quelques commentaires suite à cette journée et demi de discussions et d’informations. Première chose parmi les bonnes nouvelles; moi j’ai senti dans les discussions, en particulier dans les ateliers, parce qu’on en a pas nécessairement autant entendu parler ailleurs, de l’appui important de plusieurs parties prenantes concernant les cégeps; concernant l’importance pour les cégeps de pouvoir améliorer l’offre dans l’organisation, dans la contribution versus la formation continue ou la formation des adultes ou la formation des travailleurs. Je crois même qu’il y a eu un vrai consensus pour l’importance ou en fait l’opportunité, l’extraordinaire potentiel qui existe dans les cégeps pour aider à contribuer à des sessions de formation, notamment des travailleurs. Également beaucoup de convergence sur des questions qui ont trait à des synergies – physiques (espaces, géographie, matériel, équipement, lieux etc.), entre les Ordres. Même l’importance d’établir des synergies au niveau des programmes DEC & BAC, au niveau des programmes qui font un cheminement entre le secondaire jusqu’à l’Université mais d’une façon – avec des passerelles etc. ; c’est une bonne nouvelle, je pense que c’est important de le souligner.
Autre chose, dans les études dont on a parlé hier, qui ont été rendues publiques – c’est l’état du système actuel en terme de résultats. On peut parle de l’état en terme de futur ; je parle en terme de résultat. C’est intéressant de remarquer que, si dans les années 60 – au niveau de l’enseignement supérieur – il y avait un gros rattrapage, on pourrait considérer qu’aujourd’hui, le rattrapage a été en grande partie fait. En fait on est rendu, dans certains endroits, on est meilleur que d’autres, dans d’autres – où on est équivalent à d’autres – évidemment on devrait toujours rechercher à être les meilleurs et ça c’est vrai partout y compris sur la croissance économique, pas seulement dans le domaine social. Et donc, c’est important je pense de soulever le fait qu’on est rendu quand même dans une situation où le nombre de diplômés post secondaire nous place en bonne position et universitaire nous place dans une position dans la moyenne. Donc, le système livre des résultats. La question c’est le futur. Est-ce que le système va pouvoir continuer à livrer des résultats dans le futur ? Et c’est probablement une grande partie des discussions du prochain rendez-vous. J’y vois un lien entre ça et les discussions que l’on a aujourd’hui; c'est-à-dire qu’aujourd’hui on parle d’accès et automatiquement quand on parle d’accès on parle d’une panoplie de choses mais on parle aussi de l’accès financier. Mais l’accès financier, ultimement, c’est de s’assurer que le système puisse produire ce qu’on a discuté dans la première session qui est la qualité. Donc, tout ça est lié et on ne pourra pas répondre à cette question-là aujourd’hui. Il y a quand même des choses intéressantes dans ce qui s’est discuté.
*** 43min. Nous, on considère qu’il y a quand même des menaces à l’horizon sur l’efficacité du système à pouvoir offrir la qualité désirée dans le futur. Quand on aborde des questions très claires de contribution ou d’accès ; parce que dans notre atelier, on nous a même posé la question directe : pensez-vous que l’étudiant doit contribuer ou non ? Et là, monsieur le ministre, je m’excuse mais, à quelque part, vous allez avoir à faire, à un arbitrage. Parce que si vous pensez qu’arriveront des compromis sur une question aussi précise que celle-là, on n’est pas là. Vous le voyez sur toutes les acétates, sur tous les ateliers, vous avez l’ensemble. La seule chose que vous avez moins entendu parler, finalement, c’est d'une augmentation brusque. Ça c’est comme, avec tout ce qui s’est passé le printemps dernier on est plus gêné ou timide mais la réalité est qu’il y aura toujours un écart – un écart de perception, il y a des questions et je ne le dis pas de façon péjorative, idéologique, culturelle, les façons de voir les choses et ainsi de suite… mais en même temps, le ministre est dépositaire de l’intérêt ou de la capacité réelle – la réalité dans un monde, aujourd’hui où est-ce que les contribuables ont aussi une préoccupation et en passant, les employeurs font aussi partis des contribuables, chaque individu fait parti des contribuables, mais on n’a pas ici de contribuables qui en parlent et pourtant ce sont eux à la fin qui assument, et là je ne veux pas dire le chiffre exact, parce que je ne le connais pas, mais en tous les cas plus de 70% du financement, notamment des universités et plus de 90% du financement des cégeps – sont très importants. C’est votre rôle à vous, monsieur le ministre de vous assurer que cette partie prenante, fort importante, soit considérée.

45m05
Animateur : ça tombe bien que vous l’interpelliez parce qu’il avait justement demandé la parole mais si vous permettez avant de la lui donner, je veux vous dire que j’ai douze intervenants sur ma liste et qu’on me demande de respecter un temps qui nous ferait terminer cette table ronde dans les quinze prochaines minutes.

Monsieur le Ministre : je serai court. Oui, monsieur Yves-Thomas Dorval, il y aura probablement des arbitrages à faire mais enfin on pousse la discussion le plus loin qu’on peut. Pour Martine Desjardins, votre étude d’ailleurs, vous pouvez la déposer sur notre site pour qu’elle soit diffusée encore de façon plus large; on n’a pas de problème et tout le monde peut le faire, je le rappelle. Il y a eu deux groupes qui ont déposé des documents cette fois-ci, qui ne devaient pas aller faire la présentation devant; tout cela est permis bien sûr. C’est lu par le ministère et c’est lu par l’ensemble des acteurs et même de la population en général. Je veux juste vous dire, autrement, que j’ai bien entendu madame Johanne Jean, rectrice de l’UQAM qui rappelait et je pense que c’est important de le dire dans les objectifs qu’on a, qui rappelait que lorsque l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue s’est installée en 1983 dans cette région, le taux de scolarisation était à 3.6% ; 25 ans plus tard, il était passé à 12.6%. Bien sûr a t’elle dit la moyenne québécoise est à 20% mais il y eut une croissance notable et elle a dit qu’elle veut continuer bien sûr à aller dans ce sens là. C’est évidemment des choses qu’on aime entendre : l’occupation du territoire mais aussi la présence du savoir sur l’ensemble du territoire.

47m00
Yvon Boudreau de la Fédération des chambres de commerce du Québec. Il y a un élément qui a été discuté à plusieurs endroits; la bonification à apporter au régime de l’aide financière aux étudiants ; c’est de préciser avec le maximum d’éléments concrets les modalités de remboursement du prêt étudiant en fonction notamment, des gains futurs réels. Certains ont évoqués hier soir que – en particulier, dans les milieux défavorisés – on avait une crainte excessive, presque une hantise à l’égard de la dette. Donc si les modalités de remboursement étaient plus précises, plus flexibles, ça ne coûterait pas de sommes importantes au gouvernement mais ça rassurerait les étudiants qui ont cette crainte excessive et qui, effectivement pourrait être malchanceux au début de leur carrière. De notre point de vue, à la Fédération des chambres de commerce du Québec, on ne pense pas que ce soit un drame que de sortir de l’Université avec une dette de 15 000$. Ceux qui ont de la farine dans les cheveux, comme moi, savent qu’en sortant de l’Université avec une dette d’étudiant qui correspondait à peu près au salaire qu’on pouvait gagner la première année. C’était proportionnellement moins élevé qu’aujourd’hui.
*** On pense que s’il y avait un moyen de préciser ces modalités de remboursement, on améliorerait beaucoup la perception à l’égard de l’endettement étudiant – sans faire de consensus autour de la table, ne nous illusionnons pas.

48m51
Animateur : effectivement on l’a remarqué, il n’y a pas eu de mouvement dans les positions des organismes sur ces enjeux, tels qu’ils ont été exprimés ce matin et ça appellera à des arbitrages comme on l’a dit.
Monsieur Auger de la Table de concertation étudiante du Québec. Oui vous faites bien de le mentionner qu’on a un excellent système au Québec. Entre autres, je pense à monsieur Dorval qui l’a souligné. Ce levier collectif qu’on s’est donné au Québec fait parti d’une grande réalisation historique, que nous nos sommes offert. À ce titre là il y a plusieurs indices qui nous indiquent le succès concret qu’on a relevé au niveau de l’accès aux études; notamment en maintenant des frais de scolarité bas, en ayant un régime d’aide financière aux études généreux; en ayant répartition sur le territoire et en favorisant l’accès justement à des populations éloignées. Ce sont tous des éléments qui ont contribué au succès. Si l’on vise l’excellence et si l’on vise à faire perdurer ce modèle, il me semble que ce sont des éléments qui sont toujours à améliorer et en ce sens, on peut trouver un juste milieu. Un juste milieu dans les réussites du modèle québécois et les différentes visions que les gens ont de son avenir. À ce titre-là c’est de notre avis qu’il faut éviter d’augmenter les frais de scolarité; il faut au contraire se baser sur la capacité de payer des étudiants – se baser sur leur capacité à survivre année après année,  avec des salaires peu élevés, avec des heures de travail qui s’accumulent, avec des heures de cours qui augmentent. Il faut véritablement viser un juste milieu dans ces éléments-là et faire perdurer notre modèle; et viser l’excellence. À ce titre là, je ne pense pas qu’on ait besoin d’avoir de l’arbitrage pour tout. On peut viser un juste milieu sur toutes sortes de petits éléments. C’est de cela que le milieu universitaire a besoin c’est de la cohérence, davantage de cohérence dans son développement, dans sa vision, dans les moyens qui sont entrepris pour favoriser l’accès aux études, d’un plus grand nombre, y compris pour la mission d’enseignement et de recherche. À ce titre là, je pense que nous pourrons arriver à des résultats concrets dans les prochaines rencontres. Puisque nous pouvons voir que des éléments ont contribué concrètement à la réussite d’un modèle qui est aujourd’hui notre fierté.

51m58
Monsieur Roch Tremblay de la Fédération des Cégeps.
Nous sommes en effet enchantés de constater le large consensus autour de notre demande de libéraliser l’accès à la formation continue pour les adultes. Actuellement, le réseau collégial est le seul réseau où le financement est limité et si on se comparait à l’Ontario – toutes proportions gardées – seulement 10% des adultes qui le souhaitent ont accès à une formation collégiale adaptée à leur besoin et aux besoins du marché du travail.
*** Il est urgent que nous puissions offrir des formations qui répondent aux évolutions technologiques et aux mutations du marché du travail. Nos formations sont adaptées aux besoins ; que ce soient des attestations d’études collégiales, la reconnaissance des acquis et des compétences est très développée dans les collèges. Nous sommes en mesure de reconnaitre les connaissances et les compétences développées dans le milieu du travail par les travailleurs eux-mêmes et bien entendu, la formation en entreprise.
*** Il est important aussi de développer la formation en ligne; je n’ai pas réussi à convaincre mon atelier de la pertinence de cet élément-là ; probablement parce que les gens ont encore une vision assez figée de ce que c’était la formation en ligne, même d’il y a 5 ans. Aujourd’hui c’est extrêmement dynamique, on est en mesure de reproduire des classes virtuelles; d’avoir de la formation hybride en présence et à distance; d’utiliser également des modes synchrones et asynchrones de communication de telle sorte que les gens sont extrêmement satisfaits. Encore une fois, si on se compare à l’Ontario, nous avons un très grand retard dans ce domaine et c’est extrêmement important de développer – non seulement par des moyens qu’on a déjà – c'est-à-dire la TÉLUQ et CÉGEP à distance mais chacun des établissements; au collégial nous sommes une trentaine de collèges et plusieurs collèges privés également qui ont développé de la formation en ligne; selon ces modes plus avancés et c’est extrêmement appréciés et l’accessibilité augmente grandement – surtout dans les régions éloignées pour ces formations.
2e élément que j’aimerais souligner c’est l’importance d’accentuer beaucoup la collaboration entre les collèges et les universités; de multiplier les DEC/BAC avec un objectif en tête, c’est d’éviter que les étudiants aient à refaire, en arrivant à l’université, des cours qu’ils ont déjà faits au collégial. Oui je sais, il y a plusieurs universités et collèges qui ont réussi cet exploit d’arrimer leurs formations mais c’est loin d’être parfait. Il y a encore beaucoup de travail à faire en ce sens, autant pour les programmes techniques que pour les programmes pré-universitaires; à tel point que l’on voit des cours qui sont redonnés dans les mêmes termes avec les mêmes manuels au début du bac et à la formation collégiale – c’est décourageant pour les étudiants qui arrivent lorsque l’effort n’a pas été fait par les établissements d’arrimer les formations.
*** 55min24 | 3e élément : les collèges souhaitent avoir beaucoup plus de latitude et de souplesse dans la gestion de la formation technique. Actuellement, le ministère est incapable de suivre le rythme des évolutions technologiques et des évolutions des marchés du travail. Réviser un programme prend trois ans à cinq ans. Créer un programme prend cinq à sept ans. Lorsque le nouveau programme est sur le marché, il est trop tard parce que les choses ont déjà évolué depuis. Les collèges réclament donc une plus grande souplesse; qu’on leur fasse confiance et qu’on les laisse développer une partie des formations. Le ministère gardant bien entendu la main haute sur la qualité de la formation par les différents mécanismes d’évaluation qui existent déjà.


à suivre ...

Hors ligne

 

#11 16-12-2012 08:30:56

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

#Sommet2013 | Éducation ; scolarisation : l'actualité ... hors les grands rendez-vous : toute l'information http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=2153

Dernière mise à jour | l'après-sommet
9 juin 2013. La FECQ délaisse la lutte contre la hausse des droits de scolarité http://www.radio-canada.ca/regions/queb … ites.shtml

Avril 2013. Rapport de la Ligue des droits et libertés, de l’Association des juristes progressistes et de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante http://liguedesdroits.ca/wp-content/fic … diante.pdf

25 mars 2013. Un plan d’action pour l’ASSE http://www.ledevoir.com/societe/educati … our-l-asse
- Manifestations : l'obligation de dévoiler un itinéraire contestée http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … aire.shtml
- Itinéraire des manifestations: la pression monte sur Québec http://www.ledevoir.com/societe/justice … sur-quebec extrait : Selon Mme Ataogul, depuis le 15 mars, les policiers montréalais ne tolèrent plus les manifestations sans itinéraire connu, alors que c'était le cas l'an dernier.

Norma Kozhaya, Directrice de la recherche et économiste en chef au Conseil du patronat du Québec http://www.cpq.qc.ca/page/897-Norma-Kozhaya
2 min. 35 @ 9min. 26 | Interview http://vimeo.com/61836195 "le sommet de l’éducation supérieure. L’intervieweur demande quel bilan faites-vous ? Je partage cette impression « mis figue, mis raisin » certaines décisions ont été prises qu’on a saluées, on était d’accord. À notre sens le sommet n’a pas réglé la question, n’a pas réglé le problème. Bien sûr il y a plusieurs chantiers qui ont été mis en place suite à ce sommet; on espère que ça va aboutir à des positions plus claires, à des recommandations plus claires, à des solutions plus adaptées aux besoins de nos universités."

23 mars 2013. Ce qu'il reste du printemps étudiant http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-etudiant Douze traces laissées par le conflit
- Réforme scolaire: échec collectif http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … lectif.php

14 mars 2013. Des étudiants contestent leurs constats d'infraction http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … infraction

12 mars 2013. Mouvement étudiant : pas de printemps érable 2013 en vue http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ment.shtml

11 mars 2013. Les communautés Google plus : une chance pour les universités http://www.webmarketing-com.com/2013/03 … niversites
- Pas de quorum « moral » à l’AFESPED http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … a-lafesped

10 mars 2013. Transparence, c'est mal parti http://quebec.huffingtonpost.ca/donald- … 49771.html Extrait : Immédiatement après le Sommet sur l'enseignement supérieur, nous apprenions qu'une entente était déjà intervenue entre les recteurs et le gouvernement pour atténuer l'impact des compressions de 250 millions$. On aurait retardé l'annonce de cette bonne nouvelle pour ne pas nuire au bon déroulement du Sommet et éviter la grogne de certains participants!
- Université Concordia | Les professeurs votent en faveur de la grève http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 01937.html
- Concordia profs issue strike mandate http://www.montrealgazette.com/news/mon … story.html

8 mars 2013. Étudiants | associations : Un vote crucial http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … te-crucial "Une association étudiante pourrait éliminer le quorum lors de ses assemblées"


#U9MTL Université INRS ‏@U_INRS https://twitter.com/U_INRS/status/301805654279086081 L'émission sur le forum Montréal, métropole universitaire du 4 février dernier http://www.canalsavoir.tv/videos_sur_demande/29
#EHsommet Communiqué de l'Institut du Nouveau Monde http://www.inm.qc.ca/enseignement-super … /resultats

#SOMMET2013 Appel à contributions sur la page Facebook https://www.facebook.com/sommet.gouv.qc.ca et annonce des forums citoyens qui se dérouleront entre le 12 janvier et le 2 février 2013

inm.qc.ca / mobilisateur http://www.inm.qc.ca/ Déroulement des forums citoyens http://archives.inm.qc.ca/component/con … /1301.html
En marge de la démarche préparatoire au Sommet de l’enseignement supérieur, l’INM: Institut du Nouveau Monde tient quatre forums citoyens. http://www.inm.qc.ca/evenements | Résultats http://www.inm.qc.ca/enseignement-super … /resultats
• Rouyn-Noranda, le 12 janvier 2013, à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) : Les forums de Rouyn-Noranda et de Saguenay http://www.inm.qc.ca/evenements/2013-01 … t-saguenay
• Saguenay, le 12 janvier 2013, à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)
- Université du Québec à Chicoutimi  | MAtv_SAG MAtv Saguenay https://twitter.com/MAtv_SAG/status/290 … 05/photo/1 présente #forumcitoyen de @inm_nouvelles @UQAC Émission spéciale en préparation.
- L'enseignement supérieur au coeur des débats http://www.radio-canada.ca/regions/sagu … -inm.shtml | Vidéo http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6553508
• Gatineau, le 19 janvier 2013, à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) : Le forum de Gatineau http://www.inm.qc.ca/evenements/2013-01 … a-gatineau
Vidéo http://www.youtube.com/watch?v=t2y-ICtZouA
Échanges sur Twitter avec @JeanBoileau Directeur des communications et du recrutement de l'Université du Québec en Outaouais. https://twitter.com/JeanBoileau/status/ … 9058729984
Rencontres encourageantes avec Pierre Duchesne http://www.info07.com/Soci%C3%A9t%C3%A9 … Duchesne/1
- Beaucoup d’enthousiasme au forum citoyen http://www.info07.com/Soci%C3%A9t%C3%A9 … -citoyen/1
- Le MESRQ refuse une demande de programme au Cégep http://www.info07.com/Soci%C3%A9t%C3%A9 … au-Cegep/1
• Montréal, le 2 février 2013, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), des ateliers se dérouleront en français et en anglais : Le forum de Montréal http://www.inm.qc.ca/evenements/2013-02 … a-montreal
inm.qc.ca a également publiée des vidéos mettant en valeur certains acteurs http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2719#p2719
______________________________________________________________________________
Les acteurs ...  Vidéos publiées le 7 janvier 2013 par l’Institut du Nouveau-Monde http://vimeo.com/56933901#at=3 | Quels enjeux plus importants ... https://twitter.com/inm_nouvelles/statu … 3103469568
Se préparer à participer … http://www.inm.qc.ca/enseignement-super … participer

Claude Lessard, président du Conseil supérieur de l’éducation http://vimeo.com/56890273

Heather Munroe-Blum, principale et vice-chancelière de l’Université McGill http://vimeo.com/56898363
Jean Vaillancourt, recteur de l’Université du Québec en Outaouais http://vimeo.com/56898362
Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal et premier vice-président de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ) http://vimeo.com/56898361

Jean Beauchesne, président de la Fédération des cégeps http://vimeo.com/56898364
- 8 janvier 2013. Sommet : Les cégeps montent aux barricades par Julien Poirier-Malo http://www.cibl1015.com/nouvelles/-/pub … redirect=/ arguments d'Éliane Laberge, présidente, (FECQ)

Max Roy, président de la Fédération québécoise des professeures et des professeurs d’université (FQPPU) http://vimeo.com/56933898
Caroline Senneville, présidente de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) http://vimeo.com/56890272
- FNEEQ-CSN | Gouvernance et financement http://fneeq.qc.ca/fr/accueil/Sommet-en … cement.pdf document proposé par la FNEEQ sur Twitter https://twitter.com/FneeqCSN/status/290880984038129664

Denis Sylvain, président de la Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente http://vimeo.com/56890278
Paul-Émile Auger, Président de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) http://vimeo.com/56933901# l’équilibre entre la recherche et l’enseignement, la mission universitaire …
Martine Desjardins, présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) http://vimeo.com/56910158
Éliane Laberge, présidente, Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) http://vimeo.com/56890275
- @FECQ | Selon vous quelles seraient les conséquences de l'abolition des Cégeps? #fecq #Sommet2013 https://twitter.com/FECQ/status/290882470428151808

Nancy Neamtan, présidente-directrice générale du Chantier de l’économie sociale
http://vimeo.com/56933899

François Renauld et Jean-François Thuot, respectivement président et directeur général, Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) http://vimeo.com/56905135
Pierre Patry, trésorier de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) http://vimeo.com/56933906
Marc Nantel, vice-président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) http://vimeo.com/56905137 | Dossier enseignement supérieur http://www.csq.qc.net/dossiers/enseigne … rieur.html | Twitter :@CSQ_Centrale https://twitter.com/CSQ_Centrale Centrale au service des personnes, en mouvement avec son temps. Suivez le blogue de notre présidente au http://www.louisechabot.ca
Atim Léon, conseiller à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) http://vimeo.com/56890270

Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat du Québec http://vimeo.com/56933908
______________________________________________________________________________
6 mars 2013. Gabriel Nadeau-Dubois http://lesfrancstireurs.telequebec.tv/o … spx?id=344 vidéo http://video.telequebec.tv/video/14765/ … eau-dubois

23 février 2013. La Base proteste contre le Sommet http://blogocram.wordpress.com/
- Une large Coalition de groupes sociaux en faveur de la gratuité scolaire – du primaire à l’université ! http://profscontrelahausse.org/wp-conte … niversite/
- "La Fédération étudiante universitaire du Québec et les jeunes péquistes feront une sortie commune, demain, pour mettre de l'avant leurs demandes." http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … parent.php

22 février 2013. Profs contre la hausse | Communiqué de presse - Face au Sommet, la Base reprend la ruehttps://www.facebook.com/profscontrelahausse/posts/456965461043085
- Sommet sur l'enseignement : les policiers se disent prêts http://www.radio-canada.ca/regions/Mont … rant.shtml

21 février 2013. Groupe de réflexion mandaté par la CREPUQ - Des idées pour redorer le blason universitaire http://www.ledevoir.com/societe/educati … versitaire
- La CSDM est invitée à ouvrir ses écoles aux enfants sans-papiers http://www.ledevoir.com/societe/educati … ns-papiers

20 février 2013. Avis de consultation sur les modifications réglementaires relatives au Programme des étudiants étrangers http://www.micc.gouv.qc.ca/fr/informati … index.html
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Les médias ont-ils failli à la tâche? http://www.ledevoir.com/politique/quebe … a-la-tache Malgré la kyrielle de reportages, plusieurs citoyens disent toujours ne pas comprendre les «enjeux de fond»
- Les deux visages de l'ASSÉ http://www.radio-canada.ca/emissions/te … Doc=275410 L’affrontement ou rien.
- Des étudiants de l'Université Laval en grève pendant le Sommet http://www.radio-canada.ca/regions/Queb … aval.shtml
- Échange sur Twitter https://twitter.com/VaniaWL/status/3043 … 082902013.
- Le point sur la grève http://www.ledevoir.com/societe/educati … r-la-greve
- Des étudiants de l'Université Laval en grève pendant le Sommet http://www.radio-canada.ca/regions/Queb … aval.shtml
- Coup dur pour l'ASSÉ: cinq cégeps disent non à la grève http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -greve.php
- Le coporte-parole de l'ASSÉ ne croit pas en la concertation http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … tion.shtml
- «Qu’attend le ministre pour s’emparer de la rondelle et la mettre dans le filet?» http://www.journalexpress.ca/Actualit%2 … le-filet/1 Extrait : «Mme Marois s’était elle-même commise en promettant de réaliser le campus de l’UQTR sur le domaine des Pères Montfortains si le PQ formait le gouvernement.
- Groupe DeVimy, le Journal http://paper.li/groupedevimy#!tag-sommet2013

19 février 2013. Le droit de grève sera discuté http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 62150.html

18 février 2013. Le refus légal... http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … efus-legal extrait : Les étudiants auront le droit de grève, faites-en votre deuil. C’est une question de temps. Le refus d’étudier sera enchâssé dans une loi, comme le droit de vote ou le droit de manifester. Cela dit, ne vous imaginez pas que les étudiants seront contents. Ils le sont rarement.
- La lutte des classes à l'envers http://www.lapresse.ca/debats/chronique … envers.php
- Frais engendrés par le conflit étudiant – Québec et les cégeps s’entendent http://www.ledevoir.com/societe/educati … -entendent
- Fini les moyens de pression au Cégep http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherb … -cegep.php

17 février 2013. Sommes-nous encore des héritiers? L’école est une question politique. http://blogues.journaldemontreal.com/bo … politique/ Quelques réactions sur Twitter https://twitter.com/mbockcote/status/303367720060219392
- FECQ: Une image coûteuse http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … e-couteuse L’association a dépensé plus de 150 000 $ pour ses relations publiques
- Martine Desjardins ne sera pas candidate http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … date-du-pq
- Martine Desjardins serait une députée «extraordinaire», selon Marois http://www.ledevoir.com/societe/educati … lon-marois La leader de la Fédération étudiante universitaire du Québec «nie catégoriquement» avoir été pressentie par le PQ

14 février 2013. L’UQAT se mobilise et écrit à Pauline Marois http://www.lafrontiere.ca/2013/02/14/lu … ine-marois « Je pense sincèrement que l’action de mobilisation d’aujourd’hui vient dire à tout le monde et à notre gouvernement que le mur-à-mur qui se présente actuellement n’est vraiment pas opérationnel. C’est une pensée qui ne répond pas du tout à nos façons de faire, c’est une pensée qui ne nous rejoint d’aucune façon »

12 février 2013. Rentrée à Québec : d'abord le Sommet sur l'éducation http://actualites.ca.msn.com/national/r … ducation-1
- L’enseignement supérieur et la recherche à l’heure de l’austérité http://www.acfas.ca/publications/decouv … -austerite «Ces compressions en recherche apparaissent dramatiques pour les acteurs du milieu universitaire, notamment parce que les Fonds de recherche québécois soutiennent prioritairement la relève scientifique»

11 février 2013. Joseph Facal | Lettre ouverte aux recteurs http://blogues.journaldemontreal.com/fa … -recteurs/

9 février 2013. La perte du statut de métropole universitaire | Le Journal de Montréal http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … versitaire
- Montréal perdra-t-elle son statut de métropole universitaire? http://www.ledevoir.com/societe/educati … versitaire
- Martine Desjardins: les leçons de la crise étudiante http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … diante.php

8 février 2013. Cégeps - Les enseignantes et les enseignants toujours aussi en colère ! http://www.newswire.ca/fr/story/1112021 … -en-colere
- Droits de scolarité: Marois prête à débattre du gel avec les jeunes péquistes. Conseil national ce w-e à Drummondville http://www.ledevoir.com/politique/quebe … -pequistes

7 février 2013. Les enseignants «très en colère» à Montmorency http://www.courrierlaval.com/Actualites … tmorency/1
- François Legault ‏@francoislegault | Universités: il ne faut pas jouer le présent contre l'avenir. http://coalitionavenirquebec.org/commun … s-legault/
- Enseignement supérieur: pas de consensus sans gel, dit la CSN http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … la-csn.php
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Ping-pong ministériel http://www.ledevoir.com/politique/quebe … inisteriel
- L’ASSE et la FEUQ rejettent l’appel de Khadir http://www.ledevoir.com/societe/educati … -de-khadir Pierre Duchesne réitère que la gratuité n’est pas envisageable à court terme

6 février 2013. Duchesne tranche: la gratuité ne sera pas à l'ordre du jour du Sommet http://www.ledevoir.com/societe/educati … -du-sommet
- Québec invite les étudiants à discuter de gratuité, tout en l'écartant http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … uite.shtml
- Compressions-surprises: les recteurs sur le pied de guerre http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … guerre.php
- Les recteurs menacent de boycotter le Sommet sur l'enseignement http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … nement.php
- Impasse entre le Ministre et l'ASSÉ | Le compte rendu de Catherine Gauthier http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6582270
-  L'ASSÉ au sommet ? http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6581997
- Sommet sur l’enseignement supérieur - «C’est une farce», dit la rectrice de McGill http://www.ledevoir.com/societe/educati … -de-mcgill

5 février 2013. Des chercheurs déguisés en squeegees et prostitués pour financer leurs travaux http://blogues.radio-canada.ca/surleweb … s-travaux/
- Les universités se disent financièrement affaiblies http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … iblies.php
- Sommet de l'éducation - Le Réseau Liberté-Québec dévoilera son mémoire le 6 février 2013 http://www.newswire.ca/fr/story/1109251 … vrier-2013
- Pendant leurs études, les étudiants québécois se démarquent de leurs pairs canadiens sur le marché du travail http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c2626.html
- Les étudiants québécois travaillent plus que la moyenne canadienne http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 23147.html En 2011, 42,3% des étudiants de 15 à 24 ans
- Financement des universités - Les entreprises rejettent l’idée d’une taxe http://www.ledevoir.com/societe/educati … d-une-taxe
- Le financement des universités par l’impôt des entreprises http://www.ledevoir.com/societe/educati … ntreprises Les taux d’imposition sont si avantageux au Québec et au Canada qu’ils concurrencent pratiquement les paradis fiscaux. À quand la «juste part»?
- « Propos sur la crise de l'université bourgeoise », par Richard Miron https://www.facebook.com/notes/sommet-s … 1233380805
- Sommet sur l’enseignement supérieur - L’ASSE lance un ultimatum à Duchesne http://www.ledevoir.com/societe/educati … a-duchesne Des milliers d’étudiants pourraient déclencher une grève le 26 février
- L’ASSE sera du Sommet sur l'enseignement supérieur, mais lance une «perche finale» au gouvernement http://www.ledevoir.com/societe/educati … uvernement | et un ultimatum http://www.ledevoir.com/societe/educati … -ultimatum
-  Ronan Caillo Consul and Trade Commissioner @ Consulate General of #Canada in #LA - Intl | RT @mcgillu: #Montréal : ranked 10th best #university city in the world, 2nd in North America and 1st in Canada #U9MTL https://twitter.com/caillor/status/298818434119110656
- La gratuité devrait figurer à l'ordre du jour du Sommet, dit la CAQ http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … la-caq.php
- Une idée de l'université. http://www.editionsboreal.qc.ca/catalog … -2276.html Ce qu’elle est et ce qu’elle devrait être : Michel Seymour présente son livre. http://www.youtube.com/watch?feature=pl … PgnTuV7w#! Juste égalité des chances et permettre à tous de développer leurs talents! 
-  Marie-Claude B. @Hortensia68 Prof de littérature au collégial https://twitter.com/Hortensia68/status/ … 2566109184 Extrait : Gratuité scolaire: la Caq n'en est pas à une contradiction près. Elle a une faculté inouïe de dire une chose et son contraire.
- Montréal, métropole universitaire http://recteur.umontreal.ca/carnet-du-r … ersitaire/

4 février 2013.  Droits de scolarité au Québec : un débat de société http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … voir.shtml Forum universitaire en faveur de l'économie du savoir vidéo http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6579908
- L'ASSÉ sera du Sommet, mais lance un ultimatum http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … imatum.php
- Montréal, métropole universitaire : la communauté montréalaise démontre sa solidarité et son inquiétude http://www.newswire.ca/fr/story/1109069 … inquietude
- Le ministre Duchesne s’est autopeluredebananisé. http://blogues.journaldemontreal.com/li … e-societe/
- Éducation | Bachand réclame le départ de Duchesne http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … e-duchesne
- Chers étudiants, j'ai une solution http://affaires.lapresse.ca/opinions/ch … lution.php
- L'ASSÉ refuse de participer au sommet sans gratuité http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … atuite.php
- François Landry ‏@attachepo https://twitter.com/attachepo/status/298788129354158080 Environ 162 000 étudiantes et étudiants ne seront pas représentés au #Sommet2013
- Lancement de Michel Seymour : Une idée de l'université. Propositions d'un professeur militant http://murmitoyen.com/178028
- Point chaud - «Le gel serait une grande victoire» http://www.ledevoir.com/societe/educati … e-victoire Le philosophe Michel Seymour en appelle à une «utopie réaliste» dans le débat sur les droits de scolarité - surtout s’il est décidé pour les bonnes raisons.
- Au sujet du forum #U9MTL pour enrichir le débat en vue du #sommet2013 https://twitter.com/M_Desjardins/status … 0712121345
- #U9MTL McGill University ‏@McGillU | "Les universités jonglent périodiquement avec 2 problèmes de fond: le financement et l’accès des étudiants" P-A Comeau https://twitter.com/McGillU/status/298420425380216833
- #U9MTL https://twitter.com/search?q=%23U9MTL&src=hash
- Les associations d'étudiantes et d'étudiants et leurs leaders sur Twitter
FECQ https://twitter.com/FECQ
@ElianeLaberge https://twitter.com/ElianeLaberge
FEUQ https://twitter.com/FEUQ
@M_Desjardins https://twitter.com/M_Desjardins
TaCEQ https://twitter.com/TaCEQ
@MARTGRAVEL HTTPS://TWITTER.COM/MARTGRAVEL
@ASSEsolidarite https://twitter.com/ASSEsolidarite | Mandats de grève http://www.asse-solidarite.qc.ca/actualite/greve/
Jérémie Bédard-Wien @belgiumonepoint https://twitter.com/belgiumonepoint | https://twitter.com/belgiumonepoint/sta … 9700960258

3 février 2013. Dimanche magazine - L'#Université: un moteur pour le développement des régions http://www.radio-canada.ca/emissions/di … que=271800
- Éducation: le sommet des menaces | Le blogue d'Alec Castonguay http://www2.lactualite.com/alec-castong … s-menaces/

2 février 2013. Dernier Forum citoyen sur l’enseignement supérieur à l'UQAM http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 54407.html
- La FEUQ prête à donner du lest, mais veut obtenir le gel http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … le-gel.php
- La question des droits de scolarité sera réglée au Sommet http://www.ledevoir.com/societe/educati … -au-sommet Les Québécois attendent des décisions de l’événement, affirme le ministre de l’Éducation supérieure
- L'ASSÉ réfléchit à sa participation au sommet sur l'enseignement http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 06352.html
- L'ASSÉ réfléchit à sa participation au sommet sur l'enseignement http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … cien.shtml

1er février 2013. Sommet sur l'enseignement : des profs de cégep se joignent à la grogne http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … grogne.php
- Sommet, panda et randonnée urbaine http://voir.ca/julien-day/2013/02/01/so … e-urbaine/ Extrait : le Sommet de l’Éducation ne soit autre chose qu’un exercice de relations publiques.
- Frais de scolarité | La FEUQ menace le PQ de représailles politiques http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 93156.html

31 janvier 2013. L'ASSÉ à Saint-Félicien http://www.lapresse.ca/le-quotidien/act … licien.php
- Les 26 et 27 octobre derniers eurent lieu à l’UQAM des Journées de l’éducation, sous le titre «L’éducation pour faire société» http://profscontrelahausse.org/communiq … e-societe/

29 janvier 2013. Droits de scolarité: il faut définir le concept de gel, croit le ministre Duchesne http://www.ledevoir.com/societe/educati … e-duchesne
- Pénuries de diplômés | La formation continue comme solution http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … e-solution
- Marché du travail | Les diplômés sont de plus en plus recherchés http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … recherches

28 janvier 2013. La CAQ plaide pour des frais de scolarité modulables http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … lables.php

26 janvier 2013. Défis de l'enseignement supérieur: des jeunes se prononcent devant l'INM http://www.ledevoir.com/societe/educati … vant-l-inm

25 janvier 2013. Des rencontres parallèles s'organisent en vue du Sommet sur l'enseignement http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … nement.php

23 janvier 2013. Le recteur de l'UdeM plaide pour des droits de scolarité modulés http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … odules.php Voir l'échange sur Twitter @leobblouin et  Urgentoblogue @EmergencyBlog https://twitter.com/EmergencyBlog/statu … 5330201600 "Et ainsi rembourser son prêt étudiant en un ou deux ans? Je vois pas le problème (tant que l'AFE aide les plus démunis)" 

22 janvier 2013. Universités: Marois refuse de garantir le réinvestissement de 1,7 milliard http://www.ledevoir.com/politique/quebe … 7-milliard

21 janvier 2013. Course lecturers’ union walks out of meeting with administration http://www.mcgilldaily.com/2013/01/cour … istration/
- Les délégué-es de l’ASSÉ présents ont publié leur rapport de ces journées de la 3e rencontre sur leur page Facebook https://www.facebook.com/note.php?note_ … 8304610318

19 janvier 2013. Universités - La masse salariale de la direction a augmenté de 150 % en 10 ans http://www.ledevoir.com/societe/educati … -en-10-ans
- Universités - À corriger! http://www.ledevoir.com/societe/educati … a-corriger
- Éducation supérieure | Le ministre Duchesne promet un vent de changement http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 83702.html
- William Levasseur | Rencontre sur l'enseignement : la question de l'argent semble toujours insurmontable http://www.estrieplus.com/contenu-04040 … 23844.html

18 janvier 2013. Les réactions en lien avec la présentation de M. Jacques l'Écuyer ...
La triple vérification de l'information financière dans le réseau de l'Université du Québec http://sommet.uquebec.ca/saviez_vous_qu … &id=62
- Financement universitaire: les visions divergentes s'affrontent à Sherbrooke http://www.ledevoir.com/politique/quebe … sherbrooke La CREPUQ veut un réinvestissement immédiat, la FEUQ s'inquiète d'un «chèque en blanc»
- Selon Pierre Fortin, la CRÉPUQ aurait estimé au triple de sa valeur réelle le sous-financement.
- Consensus sur la nécessité de réinvestir dans les universités et sur la création d’un nouvel organisme http://www.universites-avenir.ca/consen … ganisme-2/
-  L'Association des étudiants de Polytechnique présente @MESRST son mémoire sur le financement du génie http://aep.polymtl.ca/wp-content/upload … %A9nie.pdf
- Universités : des compressions supérieures à 250 millions en deux ans http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ux-ans.php
- Manifestants poivrés à la rencontre sur le sommet de l'éducation http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherb … cation.php
- vidéo publiée par William Levasseur sur youtube https://www.youtube.com/watch?feature=p … MbRMubFhdA

17 janvier 2013. Montréal sera l'hôte du Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … ooke.shtml
- Vidéo - Sur le sujet explosif du financement : des tensions très vives et une guerre ouverte entre les recteurs et les étudiants http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6558565
-  Vidéo -  Anne-Marie Dussault en parle avec le ministre Pierre Duchesne, l'économiste Youri Chassin et le chercheur Simon Tremblay-Pépin http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6558729
- L'ASSÉ peut faire partie de la solution, dit Pauline Marois http://www.ledevoir.com/politique/quebe … ine-marois
- L’Outaouais est au bout du rouleau en éducation! http://uqo.ca/nouvelles/4617
- Conférence de presse des acteurs de l'enseignement supérieur UQO https://twitter.com/UQO/status/291923007373459456
- Les établissements postsecondaires de l'Outaouais dénoncent leur sous-financement http://www.radio-canada.ca/regions/otta … tion.shtml  Audio -  Michel Picard s'entretient avec le directeur général par intérim du Cégep de l'Outaouais, Frédéric Poulin http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 134353.asx 70 millions de dollars par année

16 janvier 2013. Sommet sur l'enseignement supérieur à Sherbrooke - La CSQ soutient que les conditions pour un débat éclairé ne sont pas réunies http://www.csq.qc.net/actualites/la-une … unies.html

15 janvier 2013. Les recteurs estiment le sous-financement des universités à plus de 800 M$ http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … -800-m.php
- Montréal, métropole universitaire : la communauté montréalaise se mobilise pour soutenir ses universités http://www.newswire.ca/fr/story/1099417 … niversites
- Le système universitaire scandinave, un modèle exportable au Québec ? http://quartierlibre.ca/le-systeme-univ … au-quebec/
- Abolir les cégeps ? Une idée coûteuse et inefficace dit la Fédération du personnel professionnel des collèges (CSQ) http://fppc.qc.ca/abolir-les-cegeps-une … nefficace/


14 janvier 2013. En vue de la troisième rencontre thématique, le ministre Pierre Duchesne demande ... https://www.facebook.com/sommet.gouv.qc … 3177866944 | un geste à poser ... inviter d'autres à émettre leur opinion https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 5893648385
- Sommet sur l'enseignement supérieur à Sherbrooke - Le mode de financement et la reddition de comptes remis en cause par les employés des universités québécoises http://www.newswire.ca/fr/story/1098365 … rsites-que
- Myriam Denis, Diplômée de l'École de politique appliquée de l'#UdeS sur Twitter (https://twitter.com/myriam_denis) invite madame Luce Samoisette "à corriger les fausses accusations de @M_Desjardins." https://twitter.com/myriam_denis/status … 1910813698
- Hausse des droits de scolarité aux études universitaires | Chronique radio avec l'invité: Hugo Asselin professeur @UQAT http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 140822.asx
- Aux universités d’assumer leur dérive administrative, dit Martine Desjardins http://www.ledevoir.com/societe/educati … desjardins
- Les coupes font mal aux écoles http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ecoles.php
- Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ) | Sommet sur l'enseignement supérieur à Sherbrooke - Le mode de financement et la reddition de comptes remis en cause par les employés des universités québécoises http://www.newswire.ca/fr/story/1098365 … rsites-que
- Les propos de Pierre Moreau sur la pertinence des cégeps ne passent pas http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … ques.shtml
- Les coupes font mal aux écoles http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ecoles.php

13 janvier 2013. Connaissez-vous l’Université de Sherbrooke à Longueuil ? Ou encore l’Université de Montréal à Laval ? http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 1106_1.asx Michel Labrecque examine la délocalisation des universités. "Depuis quelques années les Universités québécoises multiplient la création de campus en dehors de leur territoire ..."
- Direction du PLQ: Moreau veut un débat sur l'avenir des cégeps http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … cegeps.php
- Éducation : le sujet est discuté à l'occasion du premier débat des candidats à la chefferie du PLQ @ 5min.10 jusqu'à la 36e min. http://new.livestream.com/accounts/2125 … ts/1789528 accès à l’Université - bénéfice à la communauté et bénéfice à l’étudiant; % de contribution des coûts par famille ou de disciplines
Radio-Canade | Parti libéral du Québec: 1er débat des candidats à la direction http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … AutoPlay=1

12 janvier 2013. «Pierre Duchesne, l'ASSÉ et le Sommet sur les universités». Sur le blogue  de Mathieu Bock-Côtédu JdM. http://blogues.journaldemontreal.com/bo … iversites/
- Financement de l'enseignement supérieur - La question à 3 milliards http://www.ledevoir.com/societe/educati … -milliards

11 janvier 2013. ‘La moitié des étudiants universitaires n’ont pas d’affaires là.’ http://blogues.journaldemontreal.com/li … faires-la/ Extrait : Depuis 1976, le Québec est devenu une table de concertation d’un million cinq cent mille kilomètres carrés. Ça permet d’éviter de prendre des décisions difficiles tout en donnant l’impression d’avoir travaillé pour le bien commun. Après, on se demande pourquoi les choses n’avancent pas vite au Québec....
- Johanne Jean rectrice de l'UQAT à 24 heures en 60 minutes sur RDI http://www.uqat.ca/universite/evenement … amp;id=116
- L'Université Laval propose une autre solution pour éviter les compressions http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … ssions.php
- UniversitéSherbrooke ‏@USherbrooke | L’Université de Sherbrooke invite la FEUQ à un débat plus constructif http://www.usherbrooke.ca/medias/nouvel … cle/20578/ Sur Twitter https://twitter.com/USherbrooke/status/ … 4899564544
- L'ASSÉ veut boycotter le sommet sur l'éducation http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … cation.php
- Mauvaise gouvernance des universités : la FEUQ persiste et signe http://www.newswire.ca/fr/story/1098037 … e-et-signe

10 janvier 2013. Universités | Faux déficits? http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … x-deficits La déclaration de madame Desjardins suscite des commentaires la concernant, sur Twitter https://twitter.com/Antagoniste_net/sta … 5225179136
- Martine Desjardins ‏@M_Desjardins | RT "Comme la @FEUQ, le gvt remet en question de sous-fin. décrié et créé de toute pièce par les recteurs!" #Sommet2013 https://twitter.com/M_Desjardins/status … 6918664192
- "En préparation de la troisième rencontre thématique, le ministre Pierre Duchesne demande : ... " http://www.facebook.com/sommet.gouv.qc. … 9431352652 sur la page Facebook : Sommet sur l'Enseignement supérieur
- Sommet sur l'éducation supérieure | Le Parti libéral s'attend au pire http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 03513.html

9 janvier 2013. Déficits avancés par les universités | La thèse des recteurs mise en doute http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … e-en-doute "La situation financière du réseau universitaire québécois n’est pas aussi critique que le prétendent les recteurs, soutient le ministère de l’Enseignement supérieur dans un document préparatoire au Sommet sur le financement des universités."
- Le Ministre, monsieur Pierre Duchesne ‏@duchp interpellé sur Twitter par l'@ASSEsolidarite https://twitter.com/duchp/status/289119237992239105 En prévision du #sommet2013, il est malheureux que l' @ASSEsolidarite tente de créer ds divisions entre nous : https://twitter.com/vanessametivier/sta … 04/photo/1 #assnat
Ce qui a suscité plusieurs commentaires dont :
• Jeanne Reynolds ‏@JeanneClasse | @duchp Après des compressions budg. à huis clos dans les uni. et CÉGEPs, le #sommet2013 n'appartient plus à ses acteurs #assnat #polqc #ggi
• Lise Ravary ‏@liseravary | "@duchp @ASSEsolidarite C'était à prévoir. Jamais rien eu de raisonnable à l'ASSÉ. Et plus possible de l'ignorer. Mes sympathies."
• Luc Lefebvre ‏@luclefebvre candidat d'ON | "@CyrJonathan @duchp @ASSEsolidarite C'est surtout honteux de voir un parti politique tenter de lier "manifester"et "diviser", en démocratie."
• Julie Gervais ‏@Ju1ieGervais | "@duchp @assesolidarite Qu'on soit en accord ou pas, en quoi une manifestation pour exprimer/défendre des opinions crée des divisions? #polqc"
- ASSÉ ‏@ASSEsolidarite | Pour ceux et celles qui se demandent pourquoi il y aura une manif' en marge du #sommet2013 http://www.gratuitescolaire.info/sommet #ggi #polqc #assnat https://twitter.com/ASSEsolidarite/stat … 4053646336

8 janvier 2013. Sommet : Les cégeps montent aux barricades par Julien Poirier-Malo http://www.cibl1015.com/nouvelles/-/pub … redirect=/ arguments d'Éliane Laberge, présidente, (FECQ)
- @vanessametivier Vanessa Metivier « L'affiche de mobilisation de @ASSEsolidarite en vue du #Sommet2013 frappe fort! Qu'en pensez-vous @duchp ? » https://twitter.com/vanessametivier/sta … 04/photo/1 "Manifestons lors du sommet sur l'Éducation !"  & "Le sommet appartient au gouvernement, la rue est à nous !"
- Le gouvernement doit respecter ses engagements ! dit la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec http://www.fneeq.qc.ca/fr/accueil/commu … m-018.html

7 janvier 2013. Jeunes de Laval, c'est le moment de vous inscrire au spécial #Sommet2013 de @inm_nouvelles http://www.forumjeunesselaval.qc.ca/pag … envue.aspx
- Vidéo publiée par l’Institut du Nouveau-Monde | Paul-Émile Auger, Président de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) http://vimeo.com/56933901# l’équilibre entre la recherche et l’enseignement, la mission universitaire …
- Élection en avril à la FEUQ https://twitter.com/M_Desjardins/status … 8704625664 (on y apprend que Maxime Clément ‏@mclement10 : Martine Desjardins ‏dit Merci Max, une grande partie de ce travail a été fait grâce à toi! Merci encore.)

4 janvier 2013. Les activités en marge du Sommet sur l'enseignement supérieur sont annoncées par le MESRST https://twitter.com/MESRST/status/287279160395722752

3 janvier 2013. 21e législature du Forum étudiant - Des étudiants se prononcent sur l'autosuffisance alimentaire, la gratuité scolaire et le mode de scrutin http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c3881.html
- Universités | Grève : Des milliers d’abandons http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … -dabandons Pris de panique, des centaines d’étudiants ont annulé leurs cours lors de la session d’hiver 2012

2 janvier 2013. Le 27e Parlement étudiant du Québec : assermentation du gouvernement rouge http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c9670.html
- Retour en classe hâtif dans 14 cégeps http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ebec.shtml

31 décembre 2012. Vers 2013 - Dépasser l’exaltation http://www.ledevoir.com/politique/quebe … exaltation Extrait : Espérons que le mouvement étudiant saura éviter cette voie sans issue en 2013 afin que le Sommet sur l’enseignement supérieur débouche sur un compromis honorable. Une indexation des droits, évoquée par le gouvernement, ne doit certainement pas être rejetée d’emblée.

29 décembre 2012. Quel est le salaire des enseignants au collégial? http://blogues.lapresse.ca/lapresseaffa … collegial/
- Revue de l'actualité québécoise en 27 points marquants (Photo reportage) http://actualites.sympatico.ca/Nouvelle … alite_2012
- Contribution de @LaurentMarcoux sur Twitter http://www.twitlonger.com/show/kh8f6q

28 décembre 2012. Résultats de l’enquête de l’ACE sur les attitudes à l’égard de l’éducation | Diffusion de l'information https://twitter.com/Vent_changement/sta … 6855517184 

27 décembre 2012. Nouvelle association étudiante entre carré rouge et carré vert http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … e-vert.php
- René Homier-Roy fait un retour sur la grève étudiante avec Gabriel Nadeau-Dubois http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 0710_2.asx

21 décembre 2012. Vider un fonds de formation au profit des universités ? http://argent.canoe.ca/lca/affaires/que … sites.html
- Financement des universités: Laval lance une solution à 90 millions $ http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … lions-.php

20 décembre 2012. La leçon de morale de Blandine Parchemal http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … chemal.php | Répliques : Vos réactions à la chronique La leçon de morale de Blandine Parchemal de Gilbert Lavoie (1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … voie-1.php (2) http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … voie-2.php
- Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l'Université du Québec en Outaouais dénonce les coupes http://www.fneeq.qc.ca/fr/accueil/commu … m-010.html

19 décembre 2012.
Selon la FEUQ | Encore du gras à couper dans les universités http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 03206.html
- L'enseignement universitaire au Québec en cinq questions http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … stions.php

18 décembre 2012. Les jeunes libéraux souhaitent être invités à la table des partenaires du Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.newswire.ca/fr/story/1091579 … -superieur
- Montréal, métropole universitaire : un forum de réflexion sur l'importance des universités dans la grande région de Montréal http://www.newswire.ca/fr/story/1090947 … e-montreal
- L’inclusion scolaire, c’est pas pour demain ! | The autist - L'Express http://blogs.lexpress.fr/the-autist/201 … ur-demain/
- Signature d'une entente entre l'UQAM et le CHUM http://www.nouvelles.uqam.ca/2012/2434- … -uqam-chum

17 décembre 2012. La marchandisation de l’éducation http://blogues.lapresse.ca/boisvert/201 … education/ "Le manque de ressources des universités entraîne..."
- Les universités sont très inquiètes de l’impact des compressions budgétaires http://ht.ly/gbGMk
- Sommet sur l'enseignement: un exercice périlleux pour Québec http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … quebec.php Extrait : Des étudiants qui menacent de reprendre la rue, des recteurs en furie, un ministre qui doute du sous-financement des universités, la table est mise pour le sommet de tous les dangers en février à Montréal.
- Québec : La condamnation d’un dirigeant de la grève étudiante prépare le terrain pour de plus vastes attaques sur les droits des étudiants http://www.mondialisation.ca/quebec-la- … ts/5316024
- Billet de la La Fédération des Associations pour une Solidarité Syndicale Étudiante FASSÉ http://fasse1.tumblr.com/post/381818004 … met-a-pete
- ASSÉ L'indexation des frais de scolarité, c'est une hausse perpétuelle. https://twitter.com/ASSEsolidarite/stat … 5701953536  ASSÉ http://www.gratuitescolaire.info/affiche/sommet

16 décembre 2012. Humanities degree provides excellent investment returns http://www.theglobeandmail.com/news/nat … le6385595/ Sur la valeur du diplôme universitaire

15 décembre 2012. Silence, clarté et souvenirs http://blogues.journaldemontreal.com/fa … souvenirs/
- Coupures en enseignement supérieur et en recherche: quel impact pour le Québec? http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … quebec.php
- Réinvestissement dans les universités: Duchesne corrige le tir http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … le-tir.php

14 décembre 2012. Deuxième rencontre thématique du Sommet: la FECQ et la FEUQ proposent des initiatives pragmatiques et réalistes pour accroître l'accessibilité http://www.newswire.ca/fr/story/1089941 … essibilite
- La formation en médecine au CHRTR menacée http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/u … enacee.php

13 décembre 2012. Côte-Nord | Les études supérieures sont plus coûteuses http://www.journaldequebec.com/2012/12/ … -couteuses
- Deuxième rencontre avant le Sommet sur l'éducation http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … tion.shtml

12 décembre 2012. Duchesne dispose d'une «réserve» de 600 millions $ http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 95022.html
- Accessibilité à l'éducation : des questions et des faits http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … vues.shtml
- Étudier en région | reportage de Maude Montambeault http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6519249

11 décembre 2012. Québec : le Sommet sur l'éducation supérieure s'annonce houleux http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … ment.shtml L'ASSÉ : « Il est nécessaire de souligner que le PQ, par son budget mettant de l'avant l'austérité, se fait l'apôtre du néolibéralisme au même titre que le gouvernement précédent. » — Association pour une solidarité syndicale étudiante
-  Vidéo -  Les explications de Sébastien Bovet et l'entrevue avec le ministre Pierre Duchesne http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6517975

1er décembre 2012. Comment annotent les étudiants ? Une étude menée dans une université canadienne http://www.sobookonline.fr/annotation/e … anadienne/

26 novembre 2012. L'ASSÉ au sommet sur l'éducation, mais sous conditions http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … tion.shtml Extrait : « Nous restons méfiants de cette consultation, et nous rappelons que seule la construction d'un mouvement de masse combatif pourra mener au changement social. » — Jérémie Bédard-Wien

12 octobre 2012. Sommet sur l'enseignement supérieur - Lancement d'une plateforme Web pour favoriser les échanges http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c6614.html | ici http://www.mesrst.gouv.qc.ca/

21 septembre 2012. Les lendemains de la «victoire» étudiante http://www.lapresse.ca/debats/chronique … diante.php

22 juin 2012. Crise sociale : Les enjeux sociopolitiques de la crise étudiante au Québec – Courrier des lecteurs – Société – Voir.ca http://voir.ca/jepenseque/2012/06/22/le … au-quebec/
________________________________________________________________________________________
Loi sur l'Université du Québec - Éditeur officiel du Québec http://www2.publicationsduquebec.gouv.q … _1/U1.html

Rapports ...
2 février 2012. Rapport du Comité sur l'accessibilité financière aux études de l'Université du Québec http://www.uquebec.ca/communications/ar … ewsid=9324 | La participation aux études universitaires dans un contexte de hausse des droits de scolarité - Université du Québec www.uquebec.ca/communications/documents … t_CAFE.pdf
- Autres publications par l'Université du Québec http://www.uquebec.ca/communications/publications.htm

*** 1ière rencontre : 29 et 30 novembre 2012 http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=2153
*** 2e rencontre : 13 et 14 décembre http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2712#p2712
*** 3e rencontre : 17 et 18 janvier 2013 à Sherbrooke http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2719#p2719
*** Enseigner avec le numérique ... à distance http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2715#p2715

Hors ligne

 

#12 16-12-2012 12:39:14

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

*** Modes de transmission du savoir ... formation dynamique en ligne ... l’enseignement à distance

Dernière mise à jour |
#JELyon : Journées du E-Learning les 26 et 27 juin 2014
Actualités pédagogiques | http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2704#p2704


#MOOCAZ | Comprendre le monde au quotidien  http://www.youtube.com/watch?v=1yNAIA1aPzY#t=76
https://twitter.com/search?q=%23MOOCAZ&src=hash
#MOOC | plusieurs liens http://eduscol.education.fr/numerique/t … matique-03
#MOOC | de Pascal Bernardon http://pearltrees.com/p/cBFqX

Les ressources éducatives libres en 2014 http://www.education-et-numerique.org/r … clom-mooc/
______________________________________________________________
Dossiers apparentés http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2704#p2704 | http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2702#p2702 

Deux universités canadiennes rejoignent le consortium universitaire de cours en ligne edX http://www.bulletins-electroniques.com/ … /72443.htm (Mars 2013)
Dans LaPresse, opinion de Pierre Simard professeur à l’ENAP | Enjeux d'un autre temps
http://www.lapresse.ca/debats/votre-opi … -temps.php (Février 2013)

L'annuaire MOOC francophone http://mooc-francophone.com/
Top 5 online colleges http://top5onlinecolleges.org/mooc/
Scoop-it - tag MOOC http://www.scoop.it/t/revolution-in-education/?tag=Mooc

10 janvier 2014. Scénarisation pédagogique, 1ère partie : définir l'objectif  http://cursus.edu/dossiers-articles/art … -objectif/

La différenciation | youtube http://www.youtube.com/watch?v=ed5YsuxgvOc "Approche pour faire face à la diversité et prévenir les difficultés scolaires"

Octobre 2013. L'innovation pédagogique et l'apprentissage à l'ère du numérique: une perspective nord-américaine http://www.canal-u.tv/video/universite_ … aine.13030 Jacques Raynauld – HEC Montréal, MATI Montréal
- Enseignement universitaire: les cours en ligne ouverts & massifs | Quel avenir pour les CLOMs ? http://www.bulletins-electroniques.com/ … /74085.htm

Septembre 2013. Résolution internationale de Varsovie sur une éducation permanente au numérique pour tous https://privacyconference2013.org/web/p … 20tous.pdf via @PierrotPeladeau https://twitter.com/PierrotPeladeau/sta … 0976179200

13 et 14 décembre 2012. #Sommet2013 | 2e rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures | @ 33min.25  http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/581/fr/ Mme Elena Laroche Professeure à l'École des sciences de l'administration et directrice des études à la TÉLUQ | @ 45min.15 La formation à distance aujourd’hui; elle est au Québec ce qu’elle est chez nous à la TÉLUQ mais dans plusieurs autres universités. On a vu aux HEC récemment aussi les MOOC massive on line et open on line courses qui sont apparus.

Open culture | 700 Free Online Courses from Top Universities http://www.openculture.com/freeonlinecourses Free Online Certificate Courses & MOOCs from Great Universities: A Complete List  http://www.openculture.com/free_certificate_courses
Sur Twitter : MOOC | https://twitter.com/search?q=MOOC&src=typd

UQAC : Comité de pédagogie universitaire | Les MOOC: mode d’apprentissage révolutionnaire ou poudre aux yeux? http://wordpress.uqac.ca/~cpu/2013/les- … -aux-yeux/
L’atelier en visioconférence 26 avril 2013, 11h30. Pour participer à distance: http://adobe.uqac.ca/PatrickGiroux Mots clic pour Twitter: #c_utile #MOOC

Nouveau standard du ELearning http://fr.slideshare.net/nicoconut1/360 … s-20532067

Jacques Cool's List: REFAD2013 https://www.diigo.com/list/zecool/refad2013

MOOC | The silver bullet of education? http://www.scienceguide.nl/201305/the-s … ation.aspx
MOOCs: A quick reality check http://chrisbourg.files.wordpress.com/2 … for-hw.pdf
Take the world's best courses, online, for free https://www.coursera.org/
Autour des MOOC http://www.intercoop.info/index.php/Autour_des_MOOC

Éducation : l’université ne voit pas venir le MOOC http://www.educavox.fr/actualite/debats … s-venir-le

Autres ressources sur Twitter : https://twitter.com/fdebailleul + la boite à outils MOOC http://www.scoop.it/t/formation-2-0
Éducation https://twitter.com/RochaneK

MOOC : source d'inspiration pour les organismes de formation ? http://www.formaguide.com/s-informer/mo … ichel-diaz
http://www.scoop.it/t/gestion-des-connaissances

Les réseaux sociaux comme outils pédagogiques http://resop.be/

Éducation : le blogue de Mario Asselin : http://blogue.marioasselin.com/2013/03/ … entissage/
_________________________________________________________________

8 mai 2014. Premier cours en ligne libre d'accès à l'Université Laval http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … -laval.php Le premier cours qui sera offert d'ici quelques mois portera sur le développement durable.

28 avril 2014. latribune.fr | Inventez le MOOC de demain http://www.latribune.fr/blogs/mooc-and- … emain.html "...soulevant d'innombrables questions sur l'avenir de nos systèmes de formation."

12 avril 2014. Étudier gratuitement dans les meilleures universités, c’est possible! http://www.humanosphere.info/2014/04/et … -possible/ Vidéo | Ouverture de la plateforme FUN - France Université http://www.dailymotion.com/video/x169t0 … mbediframe

21 mars 2014. NTIC | Le succès des MOOCs espagnols http://www.bulletins-electroniques.com/ … /75476.htm
- Les MOOC révolutionnent la formation http://www.contenus-en-ligne.com/zoom-s … rentissage

20 mars 2014. Cadre descriptif des MOOCs et échelles pour mesurer les perceptions https://www.youtube.com/watch?v=bfQnjR-Wftc Vidéo 1heure 50

14 mars 2014. Les MOOC au carrefour de l’innovation pédagogique http://www.e-learning-letter.com/info_a … gique.html

21 février 2014. Harvard, MIT Launch MOOC Student Visualization Tools - Inside Higher Ed http://continuingedupdate.blogspot.ca/2 … udent.html
- Ligne tendue à @PierrotPeladeau sur Twitter : https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 5593274368

20 février 2014. Harvard University | estimated worldwide regristration - 1,055,562 registrants in 193 countries http://chronicle.com/blogs/wiredcampus/ … .21-PM.png
- Harvard and MIT Release Visualization Tools for Trove of MOOC Data http://chronicle.com/blogs/wiredcampus/ … data/50631
- Interactive visualization tools bring transparency to Harvard and MIT MOOCs http://news.harvard.edu/gazette/story/n … mit-moocs/
- Les 7 meilleurs MOOC pour les créateurs d'entreprise http://lentreprise.lexpress.fr/etapes-c … by3Ic0x.99

19 février 2014. L'effet MOOC sur la formation professionnelle | demos.fr http://www.demos.fr/fr/chaines-thematiq … NewsId=125

12 février 2014. Le modèle économique des MOOC 2/2 http://www.cellie.fr/2014/02/12/le-mode … s-mooc-22/
5 février 2014. Le modèle économique des MOOC 1/2 http://www.cellie.fr/2014/02/05/le-mode … urs-ligne/

10 février 2014. Des MOOC organiques pour le sens et le goût des maths au collège | lecercle.lesechos.fr http://lecercle.lesechos.fr/economie-so … hs-college

16 janvier 2014. FR | MOOC : cap sur la formation continue à l’université http://www.manpowergroup.fr/mooc-format … niversite/

15 janvier 2014. Les Moocs entre compétition internationale et démocratisation des savoirs http://www.cafepedagogique.net/lexpress … 84921.aspx

14 janvier 2014. Un MOOC à la doc http://cursus.edu/dossiers-articles/art … /mooc-doc/

5 janvier 2014. La réalisation de nos premiers MOOC http://isabellegonon.wordpress.com/2014 … iers-mooc/ | http://isabellegonon.wordpress.com/category/moocs/

20 décembre 2013. Communautez #3 : MOOCs : demain, 7 milliards de diplômés ? http://storify.com/LaNetscouade/communa … e-diplomes

12 décembre 2013. Les MOOCS, facteur de rupture pour l’entreprise http://pro.01net.com/editorial/610064/l … ntreprise/ Est-ce le début d'une mutation de l'Entreprise Apprenante ?

5 décembre 2013. Lancement du Mooc « La fabrication numérique » : Passez d’une idée à un prototype en utilisant les nouveaux outils de la fabrication numérique ! http://www.telecom-bretagne.eu/lexians/ … numerique/
- Formation : de qui se MOOC t-on ? http://www.rhinfo.com/actualites/articl … -mooc-t-on
- MOOCs - Conférence sur les chances et les risques des cours en ligne http://www.bulletins-electroniques.com/ … /74482.htm

4 décembre 2013. MOOCs as Neocolonialism: Who Controls Knowledge? http://chronicle.com/blogs/worldwise/mo … edge/33431

2 décembre 2013. Enseigner les lettres avec le numérique en 2013 http://www.cafepedagogique.net/lexpress … 03866.aspx

30 novembre 2013. MOOC - Learn Online http://amir-raouf.blogspot.ca/2013/11/m … nline.html

25 septembre 2013. First Finance lance un MOOC gratuit en analyse financière http://www.journaldunet.com/ebusiness/l … 0913.shtml

10 septembre 2013. MOOC "Économie du web" - Rencontre avec Jean-Michel Salaün http://cursus.edu/article/20571/mooc-ec … avec-jean/

Infographie | The MoneyMaking Schemes of MOOCs http://www.onlineschools.org/visual-academy/mooc-money/

FR | 1er MOOC certifiant et gratuit http://www.enaco.fr/mooc/?gclid=CLXSj_a … tAodTGEAPQ vidéo http://www.youtube.com/watch?v=OLxcdJ1YCeM (un cours sur l'Europe). Des cours diffusés gratuitement http://www.youtube.com/watch?v=SrzxXraQI7g

27 août 2013. (Vidéo) Téléenseignement à Sainte-Anne-des-Monts : Québec débloque 388 000 $  http://www.lavantage.qc.ca/actualite/27 … ue-388-000
- Le ministre Pierre Duchesne annonce une subvention de 388 000 $ pour le téléenseignement au Cégep de Matane http://www.mesrst.gouv.qc.ca/actualites … icle/5245/

19 août 2013. MOOC: quelles données récoltons-nous et pourquoi? http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/ … -pourquoi/
- MOOC Mania Meets the Sober Reality of Education http://www.huffingtonpost.com/dr-keith- … 41625.html

13 août 2013. MOOC: comment aider les enseignants qui se lancent? http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/ … e-lancent/

8 août 2013. MOOC : comment concevoir une évaluation par les pairs ? http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/ … les-pairs/

31 juillet 2013. Comment favoriser l'engagement des apprenants en numérique ? #elearning #MOOC http://www.e-learning-letter.com/info_a … nants.html

Juillet 2013. L'offensive MOOC de l'été http://carnets.parisdescartes.fr/blog/v … oc-de-lete

29 juillet 2013. JooMooc: MOOC a través de Joomla http://ojulearning.es/2013/07/joomooc-m … de-joomla/
- Creatividad e innovación en el conectivismo http://www.mooc.es/creatividad-e-innova … ectivismo/
(Utilisez le traducteur en ligne et bénéficiez de toutes ces parutions) http://www.scoop.it/t/aprendiendo-sobre-mooc

28 juin 2013. edutopia ‏@edutopia "Great #teachers put #students in the driver's seat and then get out of the way." http://www.edutopia.org/blog/great-teac … en-johnson

- @PhilippeMeirieu : Un texte qui évoque les questions du numérique et de la pédagogie : http://goo.gl/e2U6T
Philippe Meirieu ‏@PhilippeMeirieu Vice-président du Conseil régional RA. Président du Conseil fédéral d’EELV. Universitaire à Lyon II - meirieu.com
"Imaginer qu'Internet ouvre la porte du savoir, c'est ignorer ce qu'est le savoir" #QuestionDeLaTransmission
"Avertissement de @PhilippeMeirieu de ne pas laisser le elearning au secteur privé marchand"
- La télécommande et l'infantile - Meirieu.com http://www.meirieu.com/ARTICLES/MEDIUM.pdf
- "Le numérique repose sur l'immédiateté. La pensée impose cependant un apprivoisement de la temporalité." - Meirieu
- "Ce n'est pas le savoir qui devient accessible, mais l'information." - Meirieu

Sophie Touzé @sophie2ze https://twitter.com/sophie2ze Ingénieur de Recherche Elearning dans l'Enseignement Supérieur, engagée aux côtés du MIT pour l'Open Education, expert auprès des Ministères, Speaker, Coach France · https://www.vizify.com/sophie2ze/twitter-video

There's a band called 1023MB. They haven't had any gigs yet. http://www.reddit.com/r/AskReddit/comme … _you_know/ Similaires http://www.reddit.com/r/AskReddit/relat … _you_know/
- George Siemens @gsiemens Algorithmically maximized for pleasantness | Edmonton · elearnspace.org/blog

- FR | ateliers annoncés "MOOCs et tutorat: l'impossible équation?" Jacques Rodet http://www.journees-elearning.com/index … ;Itemid=76

27 juin 2013. "A Guide to Quality in Online Learning" présenté par Sir John Daniel et Stamenka Uvalic-Trumbic http://www.contactnorth.ca/sites/defaul … arning.pdf via Jean Bernatchez
- Contributions en direct ... fil de nouvelles de Twitter : https://twitter.com/search?q=%23JELyon&src=hash
- @cru_49 "Journées du elearning à Lyon3 #jelyon : fortes résistances du corps professoral français au danger des cursus universitaires en ligne"
- @JELearning "Comment peut-on rivaliser en France pour les Mooc avec les Collèges américains et construire un modèle éco fiable ?"
- @UniversiteCergy "L’enseign. sup. français marque des points, selon l'OCDE http://20min.fr/a/1179953  #JELyon pourtant y a pas de MOOCS ?"
- @Bergheaud: #jelyon Les Mooc ne serait qu'une étape dans l'évolution de l'enseignement avec le numérique.”
- @CTiEduc: Gilles Babinet : les systèmes hiérarchises ne sont pas les plus efficaces #JELyon pic.twitter.com/pFGkcmJs9Y”
- A Francophone MOOCs platform will be launched by the end of the year http://elearningpapers.eu/en/news/franc … d-end-year
- Jean Bernatchez (contribution ‏sur Twitter): "Présent aux #JELyon. Principalement intéressé aux #MOOC en prévision de la rédaction d'un article scientifique sur la question." https://twitter.com/jbernatchez/status/ … 0420457472
- Jean Bernatchez : "Je vais expérimenter cela! MT @JELearning Des framapad ont été crées pour des prises de notes collaboratives http://bit.ly/14bC2Dy #JELyon"
- Christian Le Stanc sur le droit d'auteur et le numérique.
- Josiane Basque présente l'ingénierie pédagogique en illustrant son propos avec des exemples de cours de la #TELUQ.
- Les journées E-learning Live http://www.journees-elearning.com/index … Itemid=122
- bergheaud @Bergheaud elearning social learning lyon3 university blog.educpros.fr/yannbergheaud/ "développer l'elearning : aider l'enseignant techniquement ou acquérir de nouvelles compétences ?"
- Décrochage: Les recommandations de G. Balas http://www.cafepedagogique.net/lexpress … 67645.aspx

26 juin 2013. MOOCs, MIT and Magic http://www.tonybates.ca/2013/06/26/moocs-mit-and-magic/ "Can you imagine anyone trying to develop a new form of transportation while...ignoring Newtonian mechanics?"
- "Why is MIT ignoring 25 years of research into online learning and 100 years research into how students learn?"
- Reading @terguy's post on MOOCs and distance education institutions: http://terrya.edublogs.org/2013/06/24/m … titutions/

11 juin 2013. Flipped classroom: 60-second elevator pitch http://learnerscloudblog.blogspot.co.uk … pitch.html

8 juin 2013. MOOC : rendez-vous à la rentrée prochaine http://www.lesechos.fr/economie-politiq … 573500.php

4 juin 2013. On MOOCs; and Some Possible Futures for Higher Ed http://www.hannaharendtcenter.org/?p=10779
- Keynote sur les modèles économiques des MOOCs (LeMOOC2013) http://lancelot.pecquet.org/business/ke … emooc2013/
- MOOC ou le retour du prof http://blog.educpros.fr/christine-vaufr … r-du-prof/

3 juin 2013. Les MOOCs vont-ils tuer la formation à distance ? http://cursus.edu/dossiers-articles/art … formation/
- We're All to Blame for MOOCs http://chronicle.com/article/Were-All-t … Cs/139519/

1er juin 2013. MOOC: ce que les taux d’abandon signifient http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/ … ignifient/

30 mai 2013. You can stop worrying about MOOCs now http://nogoodreason.typepad.co.uk/no_go … s-now.html

29 mai 2013. Tous diplômés d'Harvard, le fantasme des MOOC http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

28 mai 2013. Technologies de l'information et de la communication | MOOCS : premiers retours sur expérience d'une université britannique http://www.bulletins-electroniques.com/ … /73110.htm
- MOOC : se fédérer pour exister http://www.letudiant.fr/educpros/actual … ister.html

Futurelearn reveals big plans to deliver Moocs on the move http://www.timeshighereducation.co.uk/t … 068.shared

À partir du 27 mai : France TV Education lance un MOOC philo pour soutenir les révisions de l'épreuve de philosophie des bacheliers généraux. http://www.letudiant.fr/bac/un-mooc-phi … sions.html
- Réviser le bac avec le MOOC Philo http://www.netpublic.fr/2013/05/reviser … ooc-philo/

26 mai 2013. VTC annonce le lancement du premier MOOC francophone en informatique sur WordPress http://www.univ-vtc.fr/vtc-annonce-le-l … wordpress/

25 mai 2013. Overview discussing open educational resources (OERs) and massive open online courses (MOOCs) as they relate to the future. Issues considered include varieties of openness, licensing and combining http://fr.slideshare.net/Downes/2013-05 … course2013

23 mai 2013. Thierry Curiale (Orange) : "Nous souhaitons lancer une plate-forme de MOOC francophone d’ici fin 2013" http://www.letudiant.fr/educpros/entret … -2013.html

22 mai 2013. MOOC: comment toucher le jackpot? http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/ … e-jackpot/
- MOOC: quelles entreprises sont possibles? http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/ … -business/

16 mai 2013. De qui se MOOCS t'on ? http://affordance.typepad.com//mon_webl … s-ton.html

13 mai 2013. L’apprenant rêvé des MOOCs http://www.formation-professionnelle.fr … des-moocs/

1er mai 2013. Premier sommet francophone sur l’iPad en éducation à Montréal http://sommetipad.ca/ le hashtag #sommetipad RT par @sylvain compte https://twitter.com/sommetipad
Nouveaux horizons de la formation à distance : le dossier est en ligne ! http://cursus.edu/dossiers-articles/dos … izons-fad/

29 avril 2013. MOOC's History and Context http://www.insidehighered.com/views/201 … -education

24 avril 2013.  Perdre le Prof pour mieux le retrouver | Le principe des «MOOC» http://www.avenir-suisse.ch/fr/25888/pe … retrouver/

13 avril 2013.  The Great Rebranding http://halfanhour.blogspot.fr/2013/04/t … nding.html Responding to Michael Feldstein, who on summarizing the recent EDUCAUSE MOOC conference (see my summaries from this blog) represents MOOCs as yet another form of artifact in support of traditional instruction, diagrammed as follows

16 mars 2013. MOOC | Le suivi de l'émergence de ce mode de formation http://bundlr.com/b/mooc5 Dont : pédagogie universitaire http://cursus.edu/dossiers-articles/ identité numérique http://cursus.edu/dossiers-articles/dos … numerique/ et les outils collaboratifs http://outilscollaboratifs.com/

5 mars 2013. L'incroyable productivité des cMOOCs http://cursus.edu/dossiers-articles/art … es-cmoocs/
- Les TIC et le marché de l'éducation en Côte d'Ivoire http://www.ludovia.com/technologies_edu … voire.html

4 mars 2013. Deux universités canadiennes, dont l'université McGill rejoignent le consortium universitaire de cours en ligne edX http://www.bulletins-electroniques.com/ … /72443.htm Extrait : Le edX s'inscrit dans le système MOOC (Massive Open Online Course) qui permet à plusieurs universités réputées mondialement de mettre leurs cours en commun sur une plateforme en ligne pour un libre accès au public du monde entier.
- https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 3953965056
- #Éducation Modes de transmission du savoir ... si peu discutés au #Sommet2013 | dossier https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 8723887104

1er mars 2013. Cours en ligne massifs et ouverts : la standardisation ou l’innovation ? http://internetactu.blog.lemonde.fr/201 … nnovation/

26 février 2013. The possible business impact of MOOCs http://de.slideshare.net/timokos/the-bu … l-of-moocs

21 février 2013. Un site montréalais, la future université de demain? http://lesnews.ca/technologie/38679-cls … niversite/

18 décembre 2012. Sciences et technologies de l'information et de la communication
Une start-up américaine rend les MOOCs à la portée de toutes les universités http://www.bulletins-electroniques.com/ … /71762.htm
- Cap sur la francophonie (Setting the course for French speakers) http://blog.coursera.org/post/431711598 … for-french On February 18, EPFL will officially launch Analyse Numérique (Numerical Analysis), followed later by four computer science courses.  These will bring tears to the eyes not only of math-lovers, but also of the culturally and linguistically-minded: they will be taught in French. 

13 février 2013. Michelle Blanc @MichelleBlanc | Le Sommet sur l’enseignement supérieur et son absence de vision http://www.michelleblanc.com/2013/02/13 … de-vision/ Sur Twitter https://twitter.com/MichelleBlanc/statu … 2097261568
- FR nouvelobs.com | Enseignement à distance : l'incroyable fiasco du Cned (Centre national d'enseignement à distance) http://tempsreel.nouvelobs.com/educatio … -cned.html

13 et 14 décembre 2012. #Sommet2013 | Mode de transmission du savoir ... formation dynamique en ligne ... identification d'un porteur de ballon ! @ 51min.58 de la séance plénière
- Soumis à l'attention de Michelle Blanc qui avait interpellé monsieur le Ministre https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 3518324736
- En enseignement médical, la formation en ligne s'accentue ; nous sommes à même de l'observer à l'HSCM
- Projets en éducation et besoins particuliers ... et / ou besoins qui se transforment http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2702#p2702

2e rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2712#p2712 @ 33min.25  http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/581/fr/ Mme Elena Laroche Professeure à l'École des sciences de l'administration et directrice des études à la TÉLUQ | @ 45min.15 La formation à distance aujourd’hui; elle est au Québec ce qu’elle est chez nous à la TÉLUQ mais dans plusieurs autres universités. On a vu aux HEC récemment aussi les MOOC massive on line et open on line courses qui sont apparus. Donc elle existe au Québec et elle existe ailleurs notamment à Arthabaska University et Open University qui sont des universités de l’Alberta et du Royaume Uni – Arthabaska University 38 000 étudiants et 900 cours et 250 000 étudiants par année pour l’Open University du Royaume-Uni. On pourrait parler aussi de l’Asie et de la Chine qui sont de grands distributeurs de formation à distance à travers plusieurs millions d’étudiants et plusieurs Campus virtuels. En Europe, plusieurs formations en ligne dans plusieurs pays notamment en Belgique, avec l’Université de Namur et la Commission européenne qui a fait plusieurs initiatives pour favoriser l’enseignement à distance. Plus près de chez nous, en Ontario, 18 000 cours au collégial et universitaires sont faits à distance donc l’Université est engagée et le gouvernement encourage également la création de formations à distance. Au sujet des Massive on line courses qui sont des cours en ligne, ouvert à tous, où il n’y a pas nécessairement de crédits qui sont octroyés et qui ne mènent pas nécessairement à une diplomation mais parfois à une attestation et qui sont offerts gratuitement. Trois principaux acteurs : deux udersity et courseK qui sont des fournisseurs de plateformes issues de professeurs de Stanford university aux USA. La première qui dispense 16 cours actuellement et la deuxième qui dispense 120 cours gratuits. Et plus récemment Eddix une initiative de Harvard University qui dispense 7 cours à distance et qui est aussi très impliquée au niveau de la recherche, au niveau de stratégies d’apprentissage de la formation à distance. Seul l’avenir pourra nous dire où ces massive open online courses nous mèneront mais pour l’instant il y a quand même plusieurs acteurs qui ont déjà identifié quelques problèmes liés à ces cours notamment avec un taux d’abandon et avec un taux de plagia qui est très élevé dans ces cours. Aussi le fait qu’ils ne mènent pas nécessairement à une accréditation. Plusieurs questionnent aussi si l’acquisition des connaissances; à savoir si réellement par ces cours les gens s’approprient des connaissances qui sont diffusées. 48min.08 Nous entendons parler de façon plus importante de la formation à distance et en ligne depuis déjà plusieurs années et ce n’est pas demain la veille que cesseront les discussions à ce propos-là. Je pense que nous devons faire présentement et le sommet en est une belle occasion une réflexion importante pour s’assurer que la formation à distance et en ligne soit bien arrimée. Bien arrimée dans le réseau universitaire québécois et également pour qu’elle puisse contribuer à sa juste valeur, à l’accessibilité aux études supérieures. 48min.42

Extrait de la séance plénière en table ronde http://webcast.pqm.net/client/mesrst/event/586/fr/
51min.58 Monsieur Roch Tremblay de la Fédération des Cégeps. Nous sommes en effet enchantés de constater le large consensus autour de notre demande de libéraliser l’accès à la formation continue pour les adultes. Actuellement, le réseau collégial est le seul réseau où le financement est limité et si on se comparait à l’Ontario – toutes proportions gardées – seulement 10% des adultes qui le souhaitent ont accès à une formation collégiale adaptée à leur besoin et aux besoins du marché du travail.
*** Il est urgent que nous puissions offrir des formations qui répondent aux évolutions technologiques et aux mutations du marché du travail. Nos formations sont adaptées aux besoins ; que ce soient des attestations d’études collégiales, la reconnaissance des acquis et des compétences est très développée dans les collèges. Nous sommes en mesure de reconnaitre les connaissances et les compétences développées dans le milieu du travail par les travailleurs eux-mêmes et bien entendu, la formation en entreprise.
*** Il est important aussi de développer la formation en ligne; je n’ai pas réussi à convaincre mon atelier de la pertinence de cet élément-là ; probablement parce que les gens ont encore une vision assez figée de ce que c’était la formation en ligne, même d’il y a 5 ans. Aujourd’hui c’est extrêmement dynamique, on est en mesure de reproduire des classes virtuelles; d’avoir de la formation hybride en présence et à distance; d’utiliser également des modes synchrones et asynchrones de communication de telle sorte que les gens sont extrêmement satisfaits. Encore une fois, si on se compare à l’Ontario, nous avons un très grand retard dans ce domaine et c’est extrêmement important de développer – non seulement par des moyens qu’on a déjà – c'est-à-dire la TÉLUQ et CÉGEP à distance mais chacun des établissements; au collégial nous sommes une trentaine de collèges et plusieurs collèges privés également qui ont développé de la formation en ligne; selon ces modes plus avancés et c’est extrêmement appréciés et l’accessibilité augmente grandement – surtout dans les régions éloignées pour ces formations.
2e élément que j’aimerais souligner c’est l’importance d’accentuer beaucoup la collaboration entre les collèges et les universités; de multiplier les DEC/BAC avec un objectif en tête, c’est d’éviter que les étudiants aient à refaire, en arrivant à l’université, des cours qu’ils ont déjà faits au collégial. Oui je sais, il y a plusieurs universités et collèges qui ont réussi cet exploit d’arrimer leurs formations mais c’est loin d’être parfait. Il y a encore beaucoup de travail à faire en ce sens, autant pour les programmes techniques que pour les programmes pré-universitaires; à tel point que l’on voit des cours qui sont redonnés dans les mêmes termes avec les mêmes manuels au début du bac et à la formation collégiale – c’est décourageant pour les étudiants qui arrivent lorsque l’effort n’a pas été fait par les établissements d’arrimer les formations.
*** 55min24 | 3e élément : les collèges souhaitent avoir beaucoup plus de latitude et de souplesse dans la gestion de la formation technique. Actuellement, le ministère est incapable de suivre le rythme des évolutions technologiques et des évolutions des marchés du travail. Réviser un programme prend trois ans à cinq ans. Créer un programme prend cinq à sept ans. Lorsque le nouveau programme est sur le marché, il est trop tard parce que les choses ont déjà évolué depuis. Les collèges réclament donc une plus grande souplesse; qu’on leur fasse confiance et qu’on les laisse développer une partie des formations. Le ministère gardant bien entendu la main haute sur la qualité de la formation par les différents mécanismes d’évaluation qui existent déjà.

9min. http://webcast.pqm.net/client/mesrst/event/584/fr/ Pierre Patry trésorier de la CSN http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2712#p2712 « L’enseignement à distance, on en a entendu parler hier soir, présente des avantages mais ne saurait constituer une panacée ; c’est une tendance à observer de plus près, à questionner et à encadrer en faisant appel à des spécialistes comme TÉLUQ par exemple. Là-dessus, la formation à distance élimine les barrières géographiques et permet de respecter le rythme d’apprentissage des individus, mais des questions se posent : ce type d’enseignement profite t’il à l’ensemble des étudiantes et des étudiants ? ou convient-il aux étudiantes et aux étudiants plus autonomes ? Est-ce que c’est un mode pédagogique qui est vraiment plus abordable en comparaison de l’enseignement plus classique ? »
_______________________________________________________________________________
13 février 2013. Michelle Blanc @MichelleBlanc | Le Sommet sur l’enseignement supérieur et son absence de vision http://www.michelleblanc.com/2013/02/13 … de-vision/
- FR nouvelobs.com | Enseignement à distance : l'incroyable fiasco du Cned (Centre national d'enseignement à distance) http://tempsreel.nouvelobs.com/educatio … -cned.html

12 février 2013. Pierre Simard de l'ENAP « Enjeux d'un autre temps » http://www.lapresse.ca/debats/votre-opi … -temps.php MOOC (Massive open online course); des cours en ligne «massivement» ouverts. "Alors que le Québec n'en finit plus de débattre de gratuité, de gel ou d'indexation de ses droits de scolarité, les grandes universités du monde regardent vers l'avenir."

8 février 2013. À quand des MOOC en français? Par Martin Lessard http://blogues.radio-canada.ca/triplex/ … -francais/

Modes de transmission du savoir ... dossier apparenté http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2702#p2702
- Enseigner avec la technologie (anglais) http://www.educatorstechnology.com/2012 … every.html
- Enseigner avec le numérique http://eduscol.education.fr/cdi/actuali … it-portdoc 
19 décembre 2012. Slideshare http://fr.slideshare.net/mbattisti/port … s-dec-2012
20 décembre 2012. Quels droits pour un portail documentaire ? Boîte à outils  http://paralipomenes.net/wordpress/archives/9148 
- Technologie et éducation | L'UQAR s'est dotée d'un nouveau laboratoire pour expérimenter l'utilisation des nouveaux outils d'apprentissage interactifs et pour offrir une formation aux enseignants http://www.myvirtualpaper.com/doc/lavan … 112701/#42

[Enseignement et santé à la façon 2.0]
18 décembre 2012. Sciences et technologies de l'information et de la communication
Une start-up américaine rend les MOOCs à la portée de toutes les universités http://www.bulletins-electroniques.com/ … /71762.htm
12 novembre 2012. HEC Montréal lance de nouveaux cours gratuits en ligne http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -ligne.php
22 octobre 2012. Lancement d’EDUlib | HEC Montréal innove en offrant des cours universitaires gratuits, disponibles en ligne http://www.hec.ca/nouvelles/2012/nouv_2 … dulib.html
MITOPENCOURSEWARE Massachusetts Institute of technology http://ocw.mit.edu/courses/ cours en ligne gratuits
15 juin 2012. L'avenir des grandes universités est-il sur Internet?  http://www.bulletins-electroniques.com/ … /70292.htm site d'enseignement en ligne créé par Harvard et MIT
_______________________________________________________________________________
L'enseignement à distance ...
TÉLUQ Express | Formation à distance http://benhur.teluq.uquebec.ca/~journal … 01212.html Nicole Racette, professeure-chercheure à l'École des sciences de l'administration, a présenté une communication au colloque TICE 2012, qui s’est tenu à Lyon du 11 au 13 décembre dernier

*** 24 janvier 2013. rslnmag.fr | L'e-learning est-t-il donc l'avenir de l'éducation ?  http://www.rslnmag.fr/post/2013/01/24/L … tion-.aspx
- 16 janvier 2013. rslnmag.fr | L'e-learning est-t-il donc l'avenir de l'éducation ? http://www.rslnmag.fr/post/2013/01/16/L … tion-.aspx
15 janvier 2013. Des cours en ligne gratuits - et qui le resteront http://cursus.edu/dossiers-articles/art … resteront/
14 janvier 2013. France : vers un service national de l'enseignement supérieur en ligne http://cursus.edu/dossiers-articles/art … superieur/ dont ... Quatre propositions pour donner une place au numérique dans l'enseignement supérieur https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 3230213121
- Thot Cursus Formation et culture numérique | Quelle plateforme de formation open source ?
3 avril 2012. cursus.edu | Le MOOC, mode d'emploi http://cursus.edu/article/18180/mooc-mode-emploi
*** 7 janvier 2013. A Moncton, une institutrice a décidé de donner ses cours sur YouTube et de consacrer le temps de classe à faire les devoirs. Une méthode destinée à aider les élèves les plus en difficulté. http://tempsreel.nouvelobs.com/educatio … leves.html
*** 14 décembre 2012.  Patrick Prévôt (INSA Lyon) : "Il faut aider les enseignants à apprivoiser les serious games" http://www.letudiant.fr/educpros/entret … gogie.html Extrait : Le serious game doit au contraire être un « planteur de germes » que l'enseignant va aider à faire pousser chez les apprenants.
*** 11 avril 2012. Filière FR Quelle école pour demain ? http://www.rslnmag.fr/post/2012/04/11/Q … main-.aspx
*** Filière FR des TICE http://blogs.univ-poitiers.fr/tice/2012 … vier-2013/ | Une réforme de la formation des enseignants pour redonner à ce métier toute son attractivité http://blog.univ-provence.fr/blog/coord … ttractivit
*** « J'y vais ... j'y vais pas ?» Impact du podcasting sur le taux de présence au cours http://fr.slideshare.net/niroland/tice2012-nr TICE2012
_____________________________________________________________________________
the-american-interest | The End of the University as We Know It http://www.the-american-interest.com/ar … piece=1352

11 mars 2013. Les MOOC : la mise en ligne gratuite de cours universitaires http://blog.educpros.fr/blog/2013/03/11 … on-mirage/

20 février 2013. Mooc : la standardisation ou l’innovation ? http://www.internetactu.net/2013/02/20/ … nnovation/

28 décembre 2012. FR | Le gouvernement veut développer les cours en ligne à l'université http://www.01net.com/editorial/583203/l … niversite/ Extrait : Geneviève Fioraso veut, avec le numérique, combler le retard de l'université française dans la pédagogie à distance en développant les cours en ligne.

18 décembre 2012. Sciences et technologies de l'information et de la communication | Une start-up américaine rend les MOOCs à la portée de toutes les universités http://www.bulletins-electroniques.com/ … /71762.htm
- Big Data and MOOC, les deux mamelles de l'e-formation et de l'e-apprentissage 2013? http://code-formation.overblog.com/big- … ssage-2013

14 décembre 2012. La formation à distance au service des régions http://www.bas-saint-laurent.org/texte.asp?id=19866 Extrait : Le Cégep@distance du Collège de Rosemont, le Cégep de la Gaspésie et des Îles ainsi que le Cégep de Matane ont signé aujourd’hui une entente de cinq ans qui permettra d’accroitre l’offre de formation à distance (FAD) d’ordre collégial et de favoriser davantage l’accès aux études collégiales de la population de toutes les régions du Québec.

13 décembre 2012. TiceAlpes 2012- Questions à Marcel Lebrun et Philippe Meirieu
http://domus.grenet.fr/jticealpes/ticea … e-meirieu/
- Supports des intervenants http://jticealpes.grenet.fr/
- L'éducation au numérique : Un chantier prioritaire pour la CNIL http://www.cnil.fr/la-cnil/actualite/ar … r-la-cnil/
- Le CNED (Centre national d'enseignement à distance) http://www.mediaetudiant.fr/etablisseme … -13044.php
- L'usage de Twitter dans la formation à distance http://fr.slideshare.net/rexavi/twitter … ce#btnNext
- Formation à distance: Trois institutions collégiales forment un partenariat http://www.directioninformatique.com/fo … riat/16561

10 décembre 2012. Le boom du ludique dans la formation à distance : entre e-learning et serious games http://fr.slideshare.net/credit_agricol … ious-games

9 décembre 2012. Apprendre en MOOC (massive open on line course), questions préalables http://www.relation-transformation-part … realables/

4 décembre 2012. Bill Gates : « construire un système hybride entre cours en classe et cours en ligne » http://www.rslnmag.fr/post/2012/12/04/B … ligne.aspx

4 décembre 2012. «Un portable par élève» Dix ans plus tard, les résultats positifs sont incontestables http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 02206.html

Décembre 2012. Quels impacts ont les technologies sur l’enseignement, l’apprentissage et le développement de compétences au primaire et au secondaire http://etsb.crifpe.ca/pages/rapport Avantages et défis inhérents à l’usage des ordinateurs portables.

13 novembre 2012. - Université du Québec à Rimouski: enseignement 2.0 et laboratoire sous-marin http://affaires.lapresse.ca/portfolio/p … -marin.php Extrait : l'institution a créé le premier programme de baccalauréat en enseignement totalement en ligne. Les cours sur le web avaient commencé à faire leur place dans le baccalauréat en enseignement professionnel depuis un moment. Mais ce dernier vient d'être reconnu comme programme totalement en ligne par le ministère de l'Éducation du Québec.

19 octobre 2012. Le top des sites d'apprentissage en ligne ! http://www.sfr.com/nos-engagements/fais … -des-sites

9 août 2012. La salle de classe planétaire ▸ http://www.lemonde.fr/education/article … 73685.html | L'éducation dite formatée ... cela pourrait-il être autrement avec "La salle de classe planétaire" ?  https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 2832572417
______________________________________________________________________________
USA :  Massachusetts Institte of technology | MitOpenCourseware http://ocw.mit.edu/index.htm Meet our instructors. Unlocking, knowledge, empowering minds. Free, online interactive courses

8 décembre 2010. What is a MOOC? http://www.youtube.com/watch?v=eW3gMGqc … r_embedded

Ted.com http://www.ted.com/
Mars 2011. Utiliser la vidéo pour réinventer l’éducation – Salman Khan http://on.ted.com/SalKhan
Juillet 2010. Conrad Wolfram: Teaching kids real math with computers http://www.ted.com/talks/conrad_wolfram … uters.html 
Juillet 2010. Les nouvelles expériences de Sugata Mitra dans l’auto-apprentissage http://www.ted.com/talks/lang/fr/sugata … ation.html
Avril 2010. Charles Leadbeater : l’innovation dans l’éducation dans les bidonvilles http://www.ted.com/talks/lang/fr/charle … ation.html
Mars 2010. Cameron Herold: Elevons nos enfants pour être des entrepreneurs  http://www.ted.com/talks/lang/fr/camero … neurs.html
Février 2006. Ken Robinson nous dit en quoi l’école tue la créativité. http://www.ted.com/talks/lang/fr/ken_ro … ivity.html
_________________________________________________________________
Les vidéos mises en ligne par WiseQatar http://www.youtube.com/user/WISEQatar?feature=watch
10 décembre 2012. Learning World - Season 3 - Episode 9 part 1: Education and Media  http://www.youtube.com/watch?feature=pl … MBrEpBnU#!
15 novembre 2012. "Stop Teaching Calculating, Start Learning Maths" by Conrad Wolfram http://www.wise-qatar.org/content/stop- … -wolfram-0
1ière saison - http://www.youtube.com/playlist?list=PLCF518DD465D68954 dont Learning World, Episode 31: Adult Literacy- the right to read http://www.youtube.com/watch?v=KDn6bR5- … mp;index=4
2e saison http://www.youtube.com/playlist?list=PLABA1FEF0832E9679

http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2715#p2715

Hors ligne

 

#13 27-12-2012 09:10:54

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Les maisons d'enseignement ...
Université Concordia | l’offre aux étudiants http://www.concordia.ca/fr/renseignemen … etudiants/

Les profs ...
26 décembre 2012. Enseigner au Québec lorsqu’on a été formé à l’étranger http://blogues.lapresse.ca/lapresseaffa … letranger/

Compétences pour aujourd'hui et demain ... http://cursus.edu/dossiers-articles/dos … ui-demain/

27 novembre 2012. Construire les compétences essentielles http://cursus.edu/dossiers-articles/dos … entielles/ Extrait : Le Canada a identifié 9 compétences essentielles pour apprendre, travailler et vivre. Cet outil multimédia et multi-utilisateurs en accès libre et gratuit servira aussi bien aux adultes en apprentissage qu'à leurs encadrants et accompagnants à comprendre ces compétences et à les acquérir.
- Formation des adultes : l'apprenant n'est pas la cible, mais le point de départ http://cursus.edu/article/19125/formati … t-est-pas/

Évaluer les compétences avec des cartes mentales. C’est possible ! http://www.17marsconseil.fr/evaluer-les … ssible-12/ Extrait : Utiliser les cartes mentales pour évaluer les compétences est une idée assez peu répandue mais qui commence à faire son chemin à mesure que l’usage des cartes mentales se diffuse. La percée est encore timide dans les formations paramédicales.

Emplois d'avenir ...
En France, emplois d'avenir sur le site de travail-emploi.gouv.fr http://travail-emploi.gouv.fr/emplois-d-avenir,2189/

L'économie sociale et solidaire dans l'enseignement supérieur http://www.cncres.org/accueil_cncres/ob … th_matique


Les étudiants ...
26 décembre 2012. Les étudiants qui ont souffert de la grève sont aussi les plus assidus http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … idus.shtml
- Trop de pression pour la relève! http://www.letudiantoutaouais.ca/Opinio … -releve!/1

Hors ligne

 

#14 03-01-2013 08:50:26

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

*** 3e rencontre préparatoire au Sommet, sur le thème de "La gouvernance et le financement des universités" : Sherbrooke, les 17 et 18 janvier 2013 | Dossiers apparentés http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=2153

Dernière mise à jour | Dans l'actualité ... (à la fin de ce doc. d'autres articles de la presse écrite)
14 août 2014. Financement universitaire | Le milieu de l’éducation attend des réponses http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-reponses

13 août 2014.  Programmes universitaires | Bolduc prône un financement variable http://www.ledevoir.com/societe/educati … t-variable


26 mars 2014. Université de Montréal - Carnet du Recteur | Sous-financement universitaire : les preuves http://recteur.umontreal.ca/carnet-du-r … s-preuves/

25 mars 2014. Financement universitaire: Couillard n'endosse pas l'évaluation des recteurs http://www.lapresse.ca/actualites/elect … cteurs.php

24 mars 2014. Committee on Science, Engineering, and Public Policy http://www.mesrs.gouv.qc.ca/actualites/ … icle/6431/

17 mars 2014. Les recteurs plaident pour une hausse du financement universitaire http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … itaire.php

9 décembre 2013. Le gouvernement du Québec s’engage pour l’avenir en investissant massivement en enseignement supérieur et en recherche http://www.mesrst.gouv.qc.ca/actualites … icle/5945/

8 décembre 2013. Le gouvernement fédéral à l'origine du mal-financement universitaire http://www.lavantage.qc.ca/Actualites/2 … re%0D%0A/1

7 décembre 2013. Universités: fin des compressions, dit le cabinet du ministre Duchesne http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … chesne.php

6 décembre 2013. Transferts fédéraux et mal-financement universitaire http://www.iris-recherche.qc.ca/publica … -education
- Le gouvernement fédéral est-il responsable du mal-financement des universités? http://blogues.journaldemontreal.com/ir … iversites/
- Financement des universités :le recteur de l'Université Laval inquiet http://www.radio-canada.ca/regions/queb … esne.shtml
- Universités: l'effort financier est terminé, dit Duchesne http://www.lapresse.ca/actualites/educa … chesne.php

5 décembre 2013. Marie Malavoy songe à un sommet consacré aux enseignants http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … gnants.php

14 septembre 2013. Retour sur le printemps érable http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … erable.php Le financement des universités était au coeur de la crise sur les droits de scolarité.

10 juillet 2013. Politique de financement des universités : Chambre de commerce du Montréal métropolitain http://www.ccmm.qc.ca/fr/nouvelles/fina … iversites/

6 juin 2013. Les établissements universitaires sortent unis de leurs échanges http://www.crepuq.qc.ca/

3 juin 2013. Point chaud - La fin de la CREPUQ, «un désastre» http://www.ledevoir.com/societe/educati … n-desastre Si l’organisme disparaît, il faudra le reconstruire, estime l’ancien recteur de l’Université Laval, Michel Gervais.

15 avril 2013. L'Université Laval se retire de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) http://www.newswire.ca/fr/story/1146329 … bec-crepuq
- L'Université Laval confirme qu'elle quitte la CREPUQ http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … crepuq.php
- Denis Brière veut quitter la Conférence des recteurs du Québec http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … quebec.php

18 mars 2013. Une autre démission à l'UQTR http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/u … -luqtr.php

11 mars 2013. Université de Montréal - L’entente avec les partenaires suisse et belge se concrétise http://www.ledevoir.com/societe/actuali … concretise L’objectif du trio est de devenir une référence francophone dans le monde universitaire.

9 mars 2013. Université Laval - L’idée révolutionnaire de Georges-Henri Lévesque http://www.ledevoir.com/societe/actuali … i-levesque Le français est depuis 75 ans la langue des sciences sociales

8 mars 2013. Compressions universitaires: Brière a une solution qui limitera les dégâts http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … degats.php

6 mars 2013. LeDevoir | McGill nomme une première rectrice francophone http://www.ledevoir.com/societe/educati … rancophone
- Enseignement de l’histoire - Bisbille autour d’un comité ministériel http://www.ledevoir.com/societe/educati … inisteriel

5 mars 2013. Université McGill | Suzanne Fortier nommée rectrice http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 11152.html
- Suzanne Fortier sera la nouvelle rectrice de l'Université McGill http://www.ledevoir.com/societe/educati … ite-mcgill

1er mars 2013. Entente avec les recteurs : l'Université Laval prudente http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … udente.php

28 février 2013. Bilan du Sommet sur l'enseignement: les universités gardent espoir http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … espoir.php

25 février 2013. Compressions dans les universités: pas d'entente avec les recteurs http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … cteurs.php

23 février 2013. Sommet sur l’enseignement supérieur - Pour une gouvernance «efficace» http://www.ledevoir.com/societe/educati … e-efficace

22 février 2013. Compressions : les recteurs finalisent une solution commune http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 45306.html
- Vers un financement conditionnel http://www.ledevoir.com/societe/educati … nditionnel Le gouvernement Marois met au jeu l’idée de soumettre le réinvestissement des universités «à l’atteinte de certains objectifs»
- Sylvie Beauchamp au Devoir - Le financement à deux vitesses divise aussi les recteurs http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-recteurs
- Le PLQ et la CAQ réclament plus d'argent pour les universités http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … -caq.shtml

21 février 2013. Pourquoi évacuer du Sommet le déséquilibre linguistique du financement de l’enseignement supérieur? http://www.ledevoir.com/societe/educati … -superieur
- La réplique › Universités anglophones - Une méconnaissance de la réalité d’une université comme McGill http://www.ledevoir.com/societe/educati … mme-mcgill Laurie Devine ‏@DevineOne https://twitter.com/DevineOne/status/304554537300135936
-  Le problème McGill Par : Louis Lapointe http://www.droit-inc.com/article9534-Le-probleme-McGill

20 février 2013. «Il n’y a pas de gaspillage» dans les universités http://www.ledevoir.com/societe/educati … niversites Le scandale de l’îlot Voyageur a créé une fausse impression, estiment les présidents des conseils d’administration des universités

19 février 2013. Option nationale souligne le sous-financement des institutions universitaires francophones http://www.optionnationale.org/presse/c … ancophones

16 février 2013. Sommet sur l'éducation supérieure - Les recteurs entendent renflouer leurs coffres http://www.ledevoir.com/societe/educati … rs-coffres
- Les compressions à l'Université Laval auront plusieurs conséquences http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … uences.php

15 février 2013. "Pauline Marois veut allouer plus d'argent aux universités ; il y aura bel et bien un réinvestissement de 8.5 % dans les universités à compter de 2014, 2015 http://tvanouvelles.ca/video/2168198891001/ Je prends un engagement, devant vous, aujourd’hui. Je m’y engage, en 2018, nos universités disposeront de 800 millions de dollars de plus par année. C’est 200 millions de plus que ce qui était prévu par l’ancien gouvernement.
Mme Samoisette demande au gouvernement de remettre 124 millions en avril 2014 pour sauver 1400 emplois menacés par les coupures."
- La mission des universités est en péril, affirment les recteurs http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ites.shtml
- Financement des universités: les professeurs veulent du renfort http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … enfort.php
- Un effort des entreprises pour soulager les universités http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … rsites.php
- Il manquerait plus de 800 professeurs dans les universités http://www.ledevoir.com/societe/educati … niversites La Fédération des professeurs dévoile une étude sur les fonds de fonctionnement des établissements


14 février 2013. Michel G. Auger @ 8 min20 s'entretient avec Monsieur Max Roy | Dépôt d’une 2e étude sur le fond des opérations des universités. Est-ce que les universités québécoises reçoivent suffisamment d’argent ou est-ce qu’elles sont sous financées ? http://tinyurl.com/a4mjjb6 Suffisamment d’argent !!! Est-ce qu’elles le dépensent bien ?
- Les professeurs universitaires réclament plus de ressources http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ites.shtml
- Financement universitaire - Quand Amir Khadir applaudit François Legault http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c5818.html
- Libre opinion - L’excellence pour tous, partout au Québec http://www.lavantage.qc.ca/libre-opinio … -au-quebec

13 février 2013. Financement des universités | Confusion au gouvernement http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 91854.html
- Parizeau, l'université et les droits http://affaires.lapresse.ca/opinions/ch … droits.php

12 février 2013. Le PQ vote contre ses propres compressions http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ssions.php Extrait : Notons que l'adoption de cette motion n'a pour effet d'annuler les compressions de 124 millions pour cette année. Au gouvernement, on estime que la motion est un « souhait » de la Chambre qui « n'engage en rien le gouvernement ».
- Les compressions replongent les universités dans le rouge http://argent.canoe.ca/lca/affaires/que … rouge.html

5 février 2013. Financement des universités - Les entreprises rejettent l’idée d’une taxe http://www.ledevoir.com/societe/educati … d-une-taxe
- Le financement des universités par l’impôt des entreprises http://www.ledevoir.com/societe/educati … ntreprises Les taux d’imposition sont si avantageux au Québec et au Canada qu’ils concurrencent pratiquement les paradis fiscaux. À quand la «juste part»?

25 janvier 2013. Sommet sur l’enseignement supérieur du Gouvernement du Québec - Résolution du Conseil syndical http://sgpum.com/sommet-sur-lenseigneme … -syndical/ 11 propositions du SGPUM sur la gouvernance et le financement des universités.

17 et 18 janvier 2013 à Sherbrooke : 3e rencontre préparatoire au Sommet, sur le thème de "La gouvernance et le financement des universités" http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet/les … iversites/
- L'horaire de la rencontre http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … cement.pdf

17 janvier 2013. L'annonce est faite | Montréal sera l'hôte du Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … ooke.shtml
- Vidéo - Sur le sujet explosif du financement : des tensions très vives et une guerre ouverte entre les recteurs et les étudiants http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6558565
-  Vidéo -  Anne-Marie Dussault en parle avec le ministre Pierre Duchesne, l'économiste Youri Chassin et le chercheur Simon Tremblay-Pépin http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6558729

Retranscription des interviews par madame Dussault ... suit la retranscription de la présentation de M. Jacques l'Écuyer et de Mme Hélène P. Tremblay les deux experts s’exprimant sur "La gouvernance et le financement des universités"
Madame Anne-Marie Dussault : Est-ce que ce soir n’est pas la plus importante dans la mesure où l’on parle de financement, de gouvernance et que c’était le nerf de la guerre lors de cette crise sociale du printemps dernier ? Comment vous allez y arrriver ? Entre la CREPUQ et les étudiants qui tiennent plus que jamais des discours tellement opposés ?
Monsieur le Ministre Duchesne : Ils tiennent des discours opposés mais ils sont en train de participer pleinement à l’exercice. Deux études ont été déposées : une du syndicat des profs et une de la CREPUQ. Oui une association étudiante a réagi disant que l’étude de la CREPUQ avait une méthodologie que l’on pouvait contester mais ces personnes participent activement à la démarche. …. Oui, les positions sont éloignées à certains points de vue mais maintenant c’est par des études qu’on exprime des points de vue et ça va être autour d’une même table …
A-MD : Comment vous allez trancher sur la fiabilité des études ? Du côté des recteurs, ils disent que leur méthodologie pour arriver à un sous-financement de 800 millions est la bonne ; c’est contesté par d’autres. Vous avez d’autres études qui vous disent autre chose. Et vous aviez vous déjà déclaré ; vous aviez pris parti pour les étudiants ; vous étiez critique face aux recteurs ; alors vous changez votre regard là-dessus !
PD : Quand il y a une crise et que tout est noué ; le moindre propos que vous dites est interprété de façon à s’opposer ou en appuyant un groupe ! …. Le nombre d’inscrits dans les universités augmente chaque année, d’une façon incroyable. … Ce qu’il faut faire pour éviter la crise de l’année dernière c’est d’évaluer les besoins financiers et de voir comment on peut y répondre. Est-ce que c’est par une hausse des droits de scolarité de 75 à 80% ? Vous avez la réponse. Ça nous a donné une crise sociale l’année passée; cela a mis une partie de la population en colère, l’autre qui était inspiré par un mouvement mais personne ne s’entendait. Il faut répondre à cette question des besoins financiers d’une façon plus équilibrée et la seule façon d’y arriver, il faut que tout le monde soit autour de la table.
A-MD : En même temps, plus que ça ! Pour répondre à la crise, quelle que soit l’option que l’on retienne, sous-financement ou pas, s’il y a sous-financement ça vous prend de l’argent et les sources d’argent ce sont les droits de scolarité ; le gouvernement a fait son nid, au maximum l’indexation ; il y aura toujours bien des trous de quelques millions !
PD : Bien oui, il va falloir trouver des réponses et tout; il va falloir déterminer comment on peut réinvestir et à quelle vitesse et où on ira chercher certaines sommes mais il y a une chose qui – en tout cas, que nous on va essayer de vraiment résoudre – et moi je vais mettre toute mon énergie là-dessus avec mon équipe et le gouvernement. On ne peut pas se payer, Anne-Marie Dussault, à chaque cinq ans ou à chaque dix ans, une crise sur les droits de scolarité; des grèves qui ébranlent le Québec. Il faut stabiliser l’effort que les étudiants, l’effort qu’ils doivent donner aux universités. On ne peut pas avoir une longue période de gel, on dégèle, et on fait une pause et ça crée des tensions. Il faut commencer à penser un modèle de stabilisation; et ça, on est là-dedans actuellement.

A-MD : je veux bien comprendre, je pense que dans le texte préparatoire à la réunion de ce soir, si j’ai bien lu, c’est là que vous dites qu’il y a sous-financement, ce sont de bonnes nouvelles pour les universités et en tout cas pour les recteurs et en même temps vous leur demandez des compressions qu’elles jugent dramatiques. Le fameux 124 millions, ça va être récurrant d’année en année ? Elles vont écoper d’ici la fin de l’année financière.

PD : Notre gouvernement est arrivé en septembre, un gouvernement minoritaire, il doit être très responsable, il y a un déficit deux fois ce qui était annoncé; on a des projets d’infrastructure qui sont sur multipliés qui ont été annoncés par le précédent gouvernement. Écoutez, il y a une étude indépendante : il y a 20 grands projets d’infrastructure, les dépassements sont à 80%. C’est de l’argent du public et on ne peut pas fermer ces chantiers-là. Qu’est-ce qu’on fait comme gouvernement ? On dit, il faut quand même aller chercher; être à l’équilibre zéro en 2014; là on est obligé d’avoir, sur une base annuelle, sur une base d’un exercice budgétaire, faire des efforts. Et moi, on me dit, … il faut que tu fasses ton effort, comme les autres ministères. Alors on le fait. Ça c’est un exercice budgétaire annuel et le sommet c’est un exercice où l’on développe une vision sur plusieurs années; c’est pour ça qu’on est capable de commencer à parler de réinvestissement sur sept ans et qu’on va essayer de voir comment prévoir les chiffres. Et comment avec les réformes, les ententes qu’on aura – parce qu’il va y en avoir des ententes, vous allez le voir, il va y avoir une nouvelle annonce des programmes, on va être capable, avec les gens du milieu, d’avoir des décisions. Moi, je dis aux gens de nous faire confiance et en plus, les québécois veulent qu’on mette fin à cette crise; il y a une volonté commune ! Je l’entends le souffle !
A-MD : J’entends que vous êtes très optimiste, mais je n’ai pas compris si le 124 millions
PD : Non je ne suis pas optimiste, je travaille à tous les jours là-dessus, je suis confiant !
A-MD : Ce que j’aurais dû dire tantôt c’est – en citant le document thématique – que les universités sont bien gérées. Est-ce que vous seriez prêt, comme le demande la FEUQ, à dire : on va envoyer le vérificateur général, on va les suivre de prêt ; parce qu’il y a beaucoup de gens qui contestent; même les profs disent que les budgets qui étaient dédiés à l’enseignement s’en vont vers les immobilisations; donc, elles sont vraiment bien gérées les universités présentement ? 
PD : Les universités sont bien gérées, il y a eu des cas, on le sait, l’ilôt voyageur a cristalisé une espèce de crainte mais vous savez là, on fait face, pas juste à l’endroit des universités, il y a une crise de confiance envers nos institutions ; il faut rebâtir cette confiance-là !!!

7min. 25 : Anne-Marie Dussault Vous avez entendu, le ministre Duchesne est confiant qu’il y aura des décisions prises mais comment faire la part des choses : est-il un optimiste réaliste ? J’en parle avec Simon Tremblay Pépin, chercheur à l’IRIS et Youri Chassin économiste à l’Institut économique de Montréal. Nous les réunissions il y a presque un an, parce que commençait les 12 ou 13 février, cette crise sociale, qui commençait par une crise étudiante, notamment sur ces questions-là.

Je vous demande une petite réaction à cette explosion de confiance du Ministre et sa certitude qu’il y aura des ententes, qu’il y aura une sortie de crise ?

Rappel de qui sont ces deux invités ... via des publications trouvées sur le web ( Simon Tremblay-Pépin : http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/ … lay-pepin/ | http://www.pressegauche.org/spip.php?auteur52 et les bonnes questions http://www.pressegauche.org/spip.php?article12808 | Janvier 2011. Les bonis dans le secteur public québécois: coûts et conséquences http://www.ledevoir.com/documents/pdf/bonis-web.pdf | Mythe #7 La hausse n'influencera pas la fréquentation http://www.youtube.com/watch?v=RbtOSexa1yg | l’ensemble des vidéos publiées par l’IRIS http://www.youtube.com/user/IRISrecherche?feature=watch )
(Youri Chassin, économiste à l'Institut économique de Montréal. 12 décembre 2012. Accessibilité à l'éducation : des questions et des faits | Grands ... http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … vues.shtml Des causes complexes et multifactorielles, selon Youri Chassin. | 11 avril 2012. Enjeux et analyse | Droits de scolarité au Québec : un débat de ... http://www.radio-canada.ca/sujet/Droits … yse-.shtml | Une publication  datant du 18 octobre 2011 sur le financement et la transparence des syndicats http://www.iedm.org/fr/36451-le-finance … -syndicats Cahier de recherche proposant des règles de transparence plus strictes pour les syndicats bénéficiant d'un financement obligatoire.)

Simon Tremblay Pépin, chercheur à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques. Ce n’est pas difficile d’être optimiste considérant que de toute façon, le gouvernement précédent avait prévu des réinvestissements  dans les universités faits par l’État. Le gouvernement n’a jamais dit qu’il ne le ferait pas, alors oui, il y aura réinvestissement et les universités vont être contentes de cela, de toute façon. Elles le savent assez bien, tout le monde joue, un peu, une comédie dans cette histoire pour essayer d’aller chercher un peu d’argent ; (Ah oui dit A-MD) il y a 400 millions de prévu dans le budget pour donner aux universités, à la fin de tous les exercices. Donc, après cinq ans, le programme de ré-investissement universitaire qui était prévu (En même temps, on leurs demande des compressions dit A-MD, que les universités disent inacceptables et dramatiques) Oui mais c’est cette année, comme le dit monsieur Duchesne, ils auront bien le temps de trouver d’autres moyens de se financer. De très petites sommes par rapport à ce qu’il leur promet.

8min. 50
Youri Chassin, économiste à l'Institut économique de Montréal.  Cet optimisme débordant, il est basé sur le fait que dans le fond, on sent qu’ils y a beaucoup de directions qui sont déjà prises. Tant pour la décision par exemple sur les frais de scolarité, donc est-ce qu’on va les indexer ou est-ce qu’on va les geler; la marge de manœuvre n’est pas énorme. Pour les réinvestissements, on a entendu aussi le ministre des finances dire : nous on a un budget, autant et sur cinq ans, ça va être ça et pas plus. On sent qu’il y a beaucoup de choses qui sont coulées dans le  béton; est-ce qu’il va y avoir des ententes; peut-être un peu plus symboliques, c’est possible ! Maintenant, clairement tout le monde a l’air décidé à vouloir participer au Sommet, jusqu’à présent, donc il peut être optimiste !

A-MD : Mais c’est une comédie, c’est une mise en scène tout ça !

ST-P : Les universités sont en train de faire une déclaration sur le sous-financement des universités, aujourd’hui donc, de l’ordre de 850 millions à les entendre, Pierre Fortin économiste parle plutôt de 200 millions; on a entendu la FQPP ; tout le monde sort ses chiffres. Les professeurs de l’Université du Québec nous disent en fait qu’il y a des transferts vers les immobilisations parce que ça été largement sous-financées. Il y a tout un débat sur la question des chiffres mais, au final, effectivement, il y a pas mal de décisions qui sont prises. Et dans les décisions, il y a allez chercher plus d’argent ! Et probablement indexer les frais de scolarité !

A-MD : Donc c’est réglé ! On est sorti de crise pour vous Youri Chassin ?!

YC : À tout le moins, on dirait que la solution est assez claire qu’il va être proposé par le gouvernement ; et clairement, c’est là qu’on voit, que ça devient un débat plus politique. On a eu peut-être un débat de chiffres, en quelque sorte, dans l’espace public, mais le débat est devenu beaucoup plus politique.

A-MD : Mais y a-t-il pour le citoyen qui nous écoute, il y a-t-il oui ou non sous-financement ?  À cette même date ou à peu près l’année dernière, on le qualifiait de 620 millions, la CREPUQ disait on ne peut pas survivre sans ces 620 millions, il nous manque ça ! Les étudiants, à la FEUQ disaient, ce n’est pas vrai, ça est un calcul, c’est une méthode qui est inacceptable parce qu’on se compare aux universités canadiennes ; on prend la différence des revenus pour les droits de scolarité et on multiplie par le nombre d’étudiants. Enfin, vous connaissez cela mieux que moi; ce n’est pas fiable ! Qu’est-ce qui est fiable ?

YC : En fait c’est parce que les associations étudiantes disaient l’an passé. C’est-à-dire, il y a quelques mois, il y eut renversement de tendances mais effectivement il y a eu longtemps un consensus très fort dans la société québécoise sur le sous-financement des Universités.  Et dans le fond pendant des années, la CREPUQ a effectivement fait paraître plusieurs études – d’abord avec le Ministère de l’éducation et ensuite valider la méthodologie par CIRANO un centre de recherche à l’expertise reconnue ; puis finalement on s’est rendu compte et c’est là que la politique embarque – dans le fond, de la part de l’électeur l’on constatait le sous-financement et l’on souhaitait régler la question du sous-financement – donc c’était l’objectif – notamment, et possiblement par une hausse des droits de scolarité, c’était le moyen. On s’est rendu compte que les associations étudiantes se sont dites : notre objectif à nous est de maintenir les droits de scolarité bas, quitte à nier le sous-financement; c’était leur moyen. C’est devenu plus politisé donc, chacun, regardait le bout de sa lorgnette, propre, pour cela que c’est difficile de s’entendre.

12min.
ST-P : On est d’accord là dedans ! L’histoire est un peu différente  (A-MD : de votre point de vue) Mais oui, il y a un an, nous disions que le sous-financement n’existait pas ; l’IRIS disait sans problème – ça dépend desquelles – mais si on regarde ce qui s’est passé – c’est que du côté de la CRÉPUQ ce qu’on nous dit c’est que nos fonds de fonctionnnement, donc l’argent qui sert à payer les professeurs, à payer l’enseignement, ont moins d’argent que dans le reste du Canada. Personne nie qu’ils aient raison, les chiffres qu’ils prennent  (A-MD : parce que les droits de scolarité sont inférieurs) là ils ajoutent ça ! Leur première affirmation, le sous-financement c’est celui-là.  Ce que nous disions à l’époque et ce que nous disons encore aujourd’hui, c’est qu’ils ne tiennent pas compte de l’ensemble des fonds qui sont dévolus aux universités. Ils disent ces fonds-là, on ne peut rien faire dedans, par contre ils font des transferts, du fond de fonctionnement dans le fond d’immobilisation, mais ils ne peuvent rien faire avec les fonds. Passons sur ce détail. Mais il y a là-dedans donc, une situation; c’est celle que les universités recoivent au Québec, plus d’argent que dans le reste du Canada. (A-MD : par étudiant) Oui par étudiant mais il est mal réparti par étudiant, même au total, même au pourcentage du PIB, il y a plus d’argent pour les universités. Nous disons que les universités sont mal financées ; qu’il y a un mauvais répartissement de l’argent.  À partir de ce moment-là pourquoi (A-MD : elles ne sont pas sous-financées, elles sont mal financées) exactement !

YC : et cette répartition-là, et en fait Simon connait bien la question aussi, c’est qu’effectivement il y a plusieurs fonds – il y a trois grands fonds. Le fond de l’immobilisation ou le fond de la recherche subventionnée ce sont des fonds qui sont dédiés. C’est un peu cela la difficulté, alors est-ce qu’on requalibre tout ça ? (A-MD : c’est comptable) c’est un peu difficile évidemment parce que c’est attaché à des projets et que même, pour les immobilisations, il y a eu – et c’est la fédération des professeurs des universités qui le dit – il y a eu un sous-financement pendant longtemps; donc ça crée un trou.

ST-P : C’est pour cela qu’on dit aux universités : faites vos propres projets d’immobilisation; trouvez les moyens de les financer et cela à amener les universités à faire une série de campus satellite qui leur coûte très cher.  Et ce n’est pas tant qu’ils ont de nouveaux effectifs – parce que quand Sherbrooke (A-MD : ils se font concurrence entre eux) construit un pavillon à Longueuil ça n’a pas beaucoup de sens. C’est évidemment pour aller chercher de nouvelles clientèles parce qu’on leur a dit c’est comme ça qu’on va vous financer.

A-MD : Est-ce qu’on peut se fier à un côté ou à l’autre ? Là-dessus la FEUQ, des étudiants, arrive avec une proposition et je veux savoir si elle vous parait intéressante ? De confier l’examen, l’évaluation de tous ces chiffres et le suivi, tant sur la qualité de l’enseignement, et les chiffres et les budgets, tout cela, et la gestion à une Commission d’évaluation de l’Université ? À quelque chose d’indépendant, pour éviter les scandales, les ilôts voyageurs, les recteurs qui se paient de gros salaires ou des primes, celles des universités anglophones entre autres, des prêts sans intérêt, on en a vu des scandales quand même. Vous trouvez cela intéressant ?!

ST-P : Non, malheureusement ce n’est pas intéressant. (A-MD : Qui peut regarder cela de plus près ?) En fait, il faudrait réussir à faire que les universités arrêtent de se compétitionner entre elles. C’est cela qui tend à ce qu’elles fassent d’aussi mauvais choix ! Et ce n’est pas en mettant quelqu’un de l’extérieur, qu’on va changer quoi que ce soit. Il faudrait plutôt obtenir de la coopération !

A-MD : même pas le vérificateur général !

YC : En fait, je pense que quelque part – et c’est cela mon analyse – la question est tellement politique qu’il faut au moins s’entendre sur un certain nombre de principes. Et à la base de l’exercice électeur – c’est de se comparer avec la moyenne canadienne et déjà là, on voit que la FEUQ dit non, il faudrait définir des objectifs et on financera en fonction de ces objectifs et de ces besoins. Maintenant il faut comprendre que la réalité universitaire – comme dans bien autre chose – on est en compétition; la concurrence se fait entre université, pour attirer de bons professeurs. Les étudiants aussi sont mobiles, alors il faut tenir compte de cette réalité entre les universités.

A-MD : En même temps, faire le ménage dans une certaine bureaucratie, avec l’option de certains abus, de certains scandales, parce que la FEUQ dans son communiqué évoque encore ces questions. Il ne faut que ça se fasse ?!

ST-P : Ce n’est pas mauvais de dire : quand il y a scandale, on fait une enquête (A-MD : si le vérificateur général était là tout le temps !) (YD : ce n’est pas mauvais) je pense qu’on a tort d’obséder sur la question de la mauvaise gestion, ce sont les contrôles ; c’est dans le système où sont mis les recteurs qui est problématique, bien plus que la mauvaise gestion.

A-MD : On finit surr un consensus ici. Pour terminer Sherbrooke et le sommet de Montréal.
Soyons optimistes !


*** Rencontre diffusée sur le web http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/587/fr/
- http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 1732_3.asx
Court extrait du plaidoyer de Luce Samoisette, Rectrice de l’Université de Sherbrooke et  présidente du CA de la Conférence des recteurs et des principaux de l’Université du Québec : L’écart est là et il s’agrandit ! Les conséquences du sous financement sont évidentes : groupes plus nombreux, postes de professeurs non comblés, plus d’enseignants à statut précaire, soutien réduit à l’encadrement étudiant, collections des bibliothèques dégarnies, équipements de recherche manquants, report des travaux d’entretien pourtant nécessaires.
- Les notes de l'allocution de monsieur le Ministre Duchesne mises en ligne par le MESRST ‏ www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/adminis … chesne.pdf
_______________________________________________________________________________________

M. Jacques l'Écuyer | Consultant auprès d'organismes internationaux en matière de gestion et d'assurance qualité des systèmes et des institutions d’enseignement supérieur http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

Notes biographiques http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet-sur … s-lecuyer/

@ 27 min. "Nous allons parler de la gouvernance, les instances et autres instances qui dirigent une université. Il s'agit du Conseil d'administration qui est l'instance suprême de l'Université - ça c'est clair. (responsable du bon fonctionnement de l’Université et qui doit assuré …) organe d’orientation et de contrôle ; en 2e, le sénat ou son équivalent, c.a.d. la commission des études ou comme l’assemblée universitaire à Montréal ou le conseil universitaire à Laval. En général, le sénat ou l'équivalent est responsable des questions académiques. Il est responsable mais il agit sous la supervision du conseil d'administration. C'est très fréquent que les décisions ou les consensus qui se dégagent au niveau du sénat aient des répercussions financières et en conséquence, le C.A. doit : soit accepter ou soit refuser certaines des conclusions. Enfin, vous avez le recteur et son équipe de direction qui eux sont responsables de la mise en œuvre orientations et des décisions du C.A. ; donc, les trois instances principales. Je n'ai pas l'intention de parler beaucoup du Sénat; j'ai décidé de faire porter plus l'attention sur le C.A. qui est l'instance suprême. Je dis bien qui est l'instance suprême ! Qu'est-ce qu'on veut dire par là : c'est l'instance qui est responsable du bon fonctionnement de l'Université; qui doit assurer la bonne marche de l'Université; doit veiller au respect de sa mission; doit établir les orientations; doit évaluer et contrôler la gestion administrative et financière de l'Université. C'est donc un organe d'orientation et de contrôle ; on peut résumer de cette façon le rôle du conseil d'administration.

Je vais aller plus en détails dans cette veine-là avec le prochain transparent. Quelles sont les responsabilités du C.A. ? Je vous donne ici ce que sont les tendances à travers le monde. Ce n'est pas nécessairement, en chacun des détails, la situation ici mais ce sont les grandes tendances qu'on peut observer dans le monde et c'est sur ces questions qu'actuellement je travaille en Afrique, différents pays africains - j'ai travaillé aussi en Amérique latine sur des questions similaires. Quand on essaie de passer en revue, en détails, les principales responsabilités des conseils d'administration, on arrive aux résultats suivants :
- d’abord s’assurer du respect de la mission et des valeurs de l’institution (c'est fondamental, c.a.d. qu'un CA ne doit pas laisser l'Université s'éloigner de ses rôles ou de ses fonctions les plus importantes);
- 2e chose et cela est très important : adopter le plan stratégique de l’institution (je dis bien adopter; ça ne veut pas dire que c'est au conseil de tout élaborer le plan stratégique. Le Conseil travaille avec le rectorat, va travailler avec le Sénat ou l'Assemblée mais c'est à lui qu'il revient en dernière analyse d'adopter le plan stratégique);
- autre responsabilité très importante:  adopter le budget annuel, le plan d'investissement, les états financiers et le rapport annuel de l'institution.
Pour préparer cette conférence, j'ai voulu regarder sur les sites Web des universités et je dois vous dire que j'ai été  étonné de voir que dans plusieurs cas, j'ai été incapable de trouver les rapports annuels. Les rapports annuels sont des choses qui appartiennent au public; comment se fait-il que ça ne soit pas sur tous les sites de chacune des Universités ; ça m'a étonné ! Passe encore pour le plan stratégique, qui n'y est pas non plus pour toutes les universités, qui a mon avis devrait y être mais malheureusement ce n'est pas le cas. Je pense que là-dessus une plus grande transparence serait très utile et permettrait peut-être d'éviter de tomber dans des pièges ou des jugements trop rapides.
- veiller à la mise en place d’un système de contrôle incluant la vérification financière et administrative et l'évaluation des risques (je vais y revenir)
- Adopter les règles de gouvernance de l'Université
- Approuver la création, les modifications ou la suppression des structures de l’institution ; cela relève directement du C.A.
- Nommer le recteur ou proposer sa nomination s'il est nommé par une autre instance (habituellement le gouvernement) c'est à peu près la même situation partout - soit que le conseil d'administration nomme ou soit qu'il propose au gouvernement (par exemple, dans les états africains c'est le gouvernement qui va nommer mais la proposition vient du C.A.). C'est intéressant de noter en passant que même dans le système français - on me dit il est plus centralisé ; ce n'est plus le cas - le système français a évolué considérablement et justement, un des problèmes des pays africains c'est de faire évoluer leur système dans le même sens.
- Déterminer avec le Recteur, les objectifs à atteindre dans le cadre de son mandat et évaluer les résultats obtenus. C'est une dimension importante et je ne suis pas certain que ce soit appliqué correctement partout. Ce qui est important de noter c'est que le Recteur rend compte au C.A. et normalement, dans le monde de plus en plus, c'est le conseil d'administration qui rend compte au Gouvernement de l'utilisation des fonds qui lui sont donnés. Je ne sais pas si cette situation prévaut ici !!! mais ça ne devrait pas être, que le seul recteur qui comparait devant les commissions parlementaires de l'éducation et de la culture ; me semble-t-il qu'il devrait, à tout le moins, être accompagné du président du Conseil d'administration.
- Veiller à ce que soit évaluer la performance de l’institution et s'assurer que les moyens d'amélioration nécessaires soient mis en place ; donc, évaluer la performance. Effectivement si son rôle est de s'assurer que l'Université fonctionne bien, alors il faut qu'il évalue lui-même ou encore qu'il se dote de moyens, d'indicateurs qui lui permettent d'évaluer la performance (je reviendrai sur cette question);
- Déterminer les procédures lui permettant de suivre et d'évaluer les performances du conseil d'administration lui-même; c'est sûr il y a de la formation à faire et des suivis à faire pour s'assurer que le conseil fonctionne correctement.
- Adopter le code d’éthique et de déontologie applicable aux membres du conseil mais aussi à l'ensemble du personnel de l'institution;
- Approuver la nomination et la promotion des professeurs ; je ne sais pas si ça se fait partout, je sais qu'il y a des universités qui le font;
- Définir le mandat confié à la direction de l'institution lors des négociations collectives ; ça va de soit !
- Fixer les droits d'inscription et autres frais de scolarité, dans les limites déterminées par les règles gouvernementales
- Autoriser l'acceptation des dons et legs en faveur de l'institution; et
- Veiller au respect des obligations légales de l'institution.

Ce sont les principales responsabilités; celles qu'on retrouve généralement lorsqu'on examine ou lorsqu'on veut mettre en place un conseil d'administration.
Quelle devrait être la composition des conseils d'administration pour qu'il s'acquitte bien de ses responsabilités ? (renvoi au document pdf) les spécialistes (comme l'Institut de la gouvernance, monsieur Nadeau ici présent) s'entendent pour dire, qu'idéalement, pour des raisons d'efficacité, un CA devrait être constitué d'une quinzaine de membres avec une majorité de membres indépendants du milieu institutionnel. ... des membres qui doivent agir dans l'intérêt de l'ensemble de l'institution; ils ne devraient pas détenir de mandat de groupes d'intérêts particuliers.
La tendance en Europe est de décroître le nombre de membres des CA, autour de 10 ou 11 actuellement et même moins dans certains groupes, toujours avec une majorité de membres indépendants.
Quand la commission, dont j'étais le président, a fait l'évaluation des cégeps, nous avons à chaque fois rencontré les conseils d'administration et nous avons pu nous rendre compte que dans certains cas, l'Institution ne fonctionnait pas bien parce que le CA ne fonctionnait pas bien. C'est une tendance assez forte !

Qu'est-ce qui est la situation au Québec lorsqu'on regarde la composition des conseils d'administration. Je dois m'excuser auprès de madame la rectrice parce qu'en feuilletant les CA, soit dit en passant, ils ne sont pas tous là, et aussi curieux que cela puisse paraître, il y a des universités qui, dans leur site Web, ne mentionne pas l'existence d'un conseil d'administration et encore moins sont membership – peut-être que cela traduit, un peu, ce qu’on pense du conseil d'administration, dans ces universités !!! Je vous laisse le soin d'aller vérifier.
Vous avez la composition, membres internes, membres externes (renvoi au document pdf)
Universités de Montréal, McGill, Concordia et Bishop ...  La loi de l'Université du Québec ne donne pas cette latitude ; vous retrouvez 9 membres de l’interne et 7 de l’externe – une chose qui éventuellement il y aurait lieu de corriger ! Quand à l'Université Laval c'est presque moitié, moitié 12 sur 25 sont de l'extérieur.  ... Des commentaires, d'abord la taille ... il pourrait y avoir intérêt à diminuer la taille du CA, le nombre de membres. Dans plusieurs universités, le CA comporte des membre de l’équipe de direction, c'est le cas dans toutes les constituantes de l'UQ; ***ce n'est pas sein*** dans le sens où le CA doit avoir un certain recul, il évalue la performance de l'Université - si les évalués font partis du CA, ce n'est pas logique. Il faut se demander si la présence du vice-recteur est compatible avec les responsabilités de contrôle et d'évaluation. Sans oublier que cela peut diluer l’autorité du recteur.  Parce que le CA avec le recteur ; c'est à lui qu'il confie la responsabilité de mettre en oeuvre les politiques et les orientations du plan stratégique. Il n'y a pas de raison que le conseil contienne des membres de l'équipe de direction autre que le recteur.

Est-ce que les conseils d'administration s’acquittent bien de leurs responsabilités ? je vous dirais, je ne sais pas. (renvoi au document Pdf) Pour donner une réponse claire il faudrait procéder à un examen approfondi ... Si vous regarder les critères des agences américaines ... (ré-accréditation aux 10 ans) 

Je me suis posé des questions, à partir des responsabilités, je me suis posé la question : est-ce que les conseils d’administration s’acquitte bien de ses responsabilités. Ce n’est pas facile, on ne peut pas faire ça uniquement sur la base des informations sommaires qui sont données dans les rapports ou même les chiffres qui apparaissent dans les documents des universités. Il faut aller plus loin mais ça tant et aussi longtemps qu’on n’aura pas procédé à des examens approfondis, soit une évaluation institutionnelle, comme on l’a fait pour les Cégeps; on n’est pas capable de dire si les conseils d’administration s’acquittent correctement de l’ensemble des responsabilités. Cependant, on peut se poser des questions et je vais vous en poser quelques-unes. D’abord, la planification stratégique, c’est une des responsabilités les plus importantes du conseil d’administration, que d'adopter le plan stratégique. Toutes les institutions ont-elles un plan stratégique ? (voir le document pdf) Est-ce que les universités ont un plan stratégie (non pas d’orientation) Est-ce que ces plans sont discutés avec le Ministère pour s'assurer qu'il correspond aux priorités de la Société et du Ministère ? Normalement cela devrait être fait mais si je lis bien le cahier d'orientation pour cette session ça ne se fait pas !!! Cela veut dire que les Universités peuvent adopter le plan stratégique qu'elles veulent et elles n'ont pas à en discuter avec le Ministère pour s'assurer que ça se fait dans l'ordre (je reviendrai sur ce). ...
Au terme de leur période de validité, est-ce que le bilan du plan stratégique est fait ? Ce sont des questions fondamentales et sur cela, je peux vous dire que, pour avoir fait l'évaluation de plusieurs universités dans plusieurs pays, c'est une question que l'on pose habituellement .... Avez-vous fait le bilan, montrez-nous le rapport et qu'est-ce qui a été suivi ? Regardant les documents que j'ai eu à ma disposition, je reste sur ma faim ...
Les universités peuvent adopter le plan stratégique qu'elles veulent et elles n'ont pas
La vérification: le vérificateur interne doit tenir son mandat du CA qui doit s’assurer que soit mis en place un système de contrôle; incluant la vérification financière et administrative. C'est clair que quand on parle des problèmes qui se sont présentés au cours des dernières années, on peut s'interroger sur la fiabilité des systèmes de contrôle. Là-dessus, il y a des questions à poser, des questions à se poser (par les universités elles-même) mais aussi par le CA. Par exemple, les universités doivent avoir un vérificateur interne et normalement le vérificateur doit tenir son mandat du CA. D'autre part, une question est subsidiaire si vous voulez : est-ce que les CA ont toujours les personnes qu'il faut pour vraiment procéder à cette tâche d'un comité de vérification ??? J'ai pu voir que ce n'était pas aussi serré que ça devrait l'être !

L’évaluation des performances – évaluer et optimiser - est-ce que ça se fait ? (pdf) Par exemple quand j'ai été à l'Université du Québec, nous avions fait un travail pour évaluer le nombre moyen de cours enseigné par les professeurs. En théorie, les universités vont vous dire, c'est 4 cours par année. En pratique, si vous comptez les décharges pour toutes sortes de choses, les journées sabbatiques ça diminue pas mal et parfois ça diminue pas mal trop !!!  Ce sont des questions, que peut-être le CA devrait de temps à autre poser ou essayer d'obtenir !

Est-ce que périodiquement le CA s’assure de l’efficience des équipes de direction ? (recteurs, vice-recteurs etc.) J'ai été étonné de constater qu'il y a autant de vice-recteurs et vice-recteurs associés ou adjoints. J'ai été franchement estomaqué de voir le nombre de ces personnes ; est-ce qu'elles sont vraiment nécessaires ? Je ne le sais pas. Peut-être que c'est une question que je ne devrais pas poser mais il me semble qu'elle se pose malgré tout !!!! Est-ce que les instances de direction - sénat, commission des études et les nombreux comités qui en sont rattachés s'acquittent avec efficience de leur mandat ?  Quand je regarde la taille du sénat de McGill et de l'Assemblée universitaire de l'UdeM, on peut se poser des questions. C'est plus de 100 personnes ; cent personnes c'est une grande messe ; on discute et on ne décide pas grand-chose !!! Les autres universités sont beaucoup plus raisonnables là-dessus. Je pense que ce sont des questions qu'il faut poser !!! Il y avait d'ailleurs eu dans le contrat de performance qui avait été signé vers l'an 2000, il y avait une clause qui visait - un objectif du contrat était de réduire la dimension de l’appareil administratif. Est-ce qu'il y a eut des suites ???  Je sais qu'il y a eut des suites sur certains des points mais je ne suis pas sûr que ce point ait été discuté !!!

L’évaluation du recteur – j'ai fait parti de plusieurs conseils d'administration et jamais je n’ai été saisi d’un document d'évaluation du Recteur. Quand vous êtes membre interne, ça peut être délicat. Si vous êtes professeur mais je n'ai pas toujours été membre interne. Est-ce qu’on s’interroge sur le mandat ? est-ce que ça ce fait que d'évaluer 54min20 *** p-ê objectifs pas assez précis; sont-ils mesurables
Le CA travaille dans l’intérêt de l’établissement – parfois conflit avec l’intérêt général du Réseau
Est-ce que le Ministère peut – Fielden banque mondiale relevé du rôle de l’État – enseignement supérieur – établir
Évaluer la qualité – doit confier à quelqu’un d’autre – un organisme indépendant
Les audits financiers ; appuyer
La gouvernance dans l’enseignement supérieur | Jacques L'Écuyer http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf



Mme Hélène P. Tremblay | Ancienne présidente du Conseil de la science et de la technologie et sous-ministre adjointe à l’enseignement supérieur http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

Re : le financement des Universités
232 à 286 000 étudiants – croissance 23%
217 collégiaux – budget 44 % aug. Pas augmentation significative de l’effectif étudiant

_______________________________________________________________________________________
25 janvier 2013. Sommet sur l’enseignement supérieur du Gouvernement du Québec - Résolution du Conseil syndical http://sgpum.com/sommet-sur-lenseigneme … -syndical/ 11 propositions du SGPUM sur la gouvernance et le financement des universités.

23 janvier 2013. Pour une «Charte nationale de l’université québécoise» http://www.ledevoir.com/societe/educati … quebecoise Cette proposition fait son chemin, le ministre Pierre Duchesne s’y intéresse
- Léo Bureau-Blouin ‏@leobblouin sur Twitter : Une Charte des universités pour garantir la liberté académique. Belle initiative de la @FQPPU https://twitter.com/leobblouin/status/2 … 4814303234 voir les quelques commentaires qui ont suivi cette contribution.

18 janvier 2013. Les réactions en lien avec la présentation de M. Jacques l'Écuyer ...
La triple vérification de l'information financière dans le réseau de l'Université du Québec http://sommet.uquebec.ca/saviez_vous_qu … &id=62
... suite http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2726#p2726

17 janvier 2013. Les profs manifestent contre les coupes http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherb … coupes.php
- Du nouveau au Sommet de l'éducation : la TaCEQ interpelle les employeurs http://www.newswire.ca/fr/story/1100723 … employeurs suggestion de créer le Fonds des services de santé et d'éducation postsecondaire (FSSEP) : une mesure de financement stable et globale | @conseilpatronat s'adresse à : @JacquesLesToons @taceq @duchp Les employeurs contribuent déjà largement via impôts et taxes sur masse salariale https://twitter.com/conseilpatronat/sta … 1810689024
- Universités québécoises : L'urgence de réinvestir http://www.newswire.ca/fr/story/1100903 … reinvestir
- Universités québécoises | Une erreur de 550 M$ http://www.journaldequebec.com/2013/01/ … r-de-550-m
- Universités : d'autres compressions pour la prochaine année http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -annee.php
- Universités : des transferts de fonds inquiétants http://www.ledevoir.com/societe/educati … nquietants "Les fonds destinés aux projets immobiliers grèvent les budgets de fonctionnement".
- Duchesne ouvert à revoir le mode de financement des universités http://www.lapresse.ca/la-tribune/actua … rsites.php
- Universités : d'autres compressions pour la prochaine année http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … marois.php
- Rencontre sur le financement des universités: un scénario écrit d'avance http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … avance.php
- L'ASSÉ peut faire partie de la solution, dit Pauline Marois http://www.ledevoir.com/politique/quebe … ine-marois
- La première génération http://www.ledevoir.com/politique/quebe … generation

16 janvier 2013. Le financement des établissements du réseau de l’Université du Québec : comment s'y retrouver http://sommet.uquebec.ca/files/File/fin … _2013c.pdf
- Budget des universités | Pas un sou de plus http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … ou-de-plus
- La FEUQ réclame une meilleure évaluation de la gestion des universités http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … feuq.shtml
- Sous-financement des universités: la FEUQ voudrait que le vérificateur général dresse le portrait http://www.ledevoir.com/societe/education/368488/feuq
- Financement universitaire: les hostilités se poursuivent http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … uivent.php
- La CSN traite de gouvernance et financement des universités http://www.lavantage.qc.ca/sommet-sur-l … niversites
- Sommet sur l'enseignement supérieur à Sherbrooke - La CSQ soutient que les conditions pour un débat éclairé ne sont pas réunies http://www.newswire.ca/fr/story/1099985 … as-reunies

15 janvier 2013. Universités | Budgets - Le hic, les immobilisations http://www.journaldequebec.com/2013/01/ … ilisations
- Les recteurs estiment le sous-financement des universités à plus de 800 M$ http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … -800-m.php
- Le sous-financement des universités atteindrait 850 millions http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … llions.php
- Duchesne ouvert à débattre du sous-financement des universités http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … esne.shtml
- Sous-financement des universités: le ministre Duchesne ouvert au débat http://www.ledevoir.com/societe/educati … t-au-debat
- Le ministre Duchesne refuse de se distancier des accusations de la FEUQ http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c6162.html

14 janvier 2013. MESRST ‏@MESRST sur Twitter https://twitter.com/MESRST/status/290866756245913600 En vue de la 3e rencontre pré #Sommet2013, le min. @duchp vous invite à répondre à une question: "Quelles devraient être nos priorités en matière d'allocation des ressources financières aux établissements et au sein de ceux-ci ?" https://www.facebook.com/sommet.gouv.qc.ca 
- Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ) | Sommet sur l'enseignement supérieur à Sherbrooke - Le mode de financement et la reddition de comptes remis en cause par les employés des universités québécoises http://www.newswire.ca/fr/story/1098365 … rsites-que

8 janvier 2013. Financement de l’enseignement supérieur - Les cégeps crient à l’injustice http://www.ledevoir.com/societe/educati … -injustice

4 janvier 2013. Lettre d’opinion - Universités : gérer dans l’incertitude http://www.crepuq.qc.ca/spip.php?articl … mp;lang=fr

17 décembre 2012. Coupures budgétaires à l’Université de Montréal : d’autres choix sont possibles http://sgpum.com/coupures-budgetaires-a … possibles/

12 avril 2012. Frais de gestion des universités québécoises : des chiffres et leur signification http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ites.shtml Extrait : Les étudiants du Québec qui s'élèvent contre les politiques gouvernementales en matière de droits de scolarité ont présenté un nouvel argumentaire (Financement des universités : les solutions de la FEUQ et de la FECQ http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … deux.shtml) mercredi pour justifier leur demande de gel.

26 Mars 2012. McGill’s Institute of Islamic Studies receives $1.25 M gift from State of Qatar http://www.mcgill.ca/newsroom/channels/ … tar-215711

1er mars 2010. McGill augmente le prix de son MBA de 1600% http://montrealcampus.ca/2010/03/etudes … -vitesses/ Extrait : L’université la plus réputée de la métropole privatise son programme MBA malgré le désaccord du ministère de l’Éducation. Un précédent qui risque de faire boule de neige dans les autres universités québécoises.

18 octobre 2004. Financement des universités: le non-dit | Frédéric Lacroix, Patrick Sabourin http://www.action-nationale.qc.ca/index … p;Itemid=0

http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2719#p2719

Hors ligne

 

#15 18-01-2013 12:18:29

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

18 janvier 2013. 2e journée de la 3e rencontre préparatoire au sommet
Vous pouvez suivre sur le web http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/588/fr/

Ils ont pris la parole ....
*** M. John R. Porter, président du conseil d’administration de l’Université Laval
http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
@ 3 min. Remerciement au Ministre d’avoir donné l’opportunité aux présidents et présidentes de conseil d’administration de mieux faire connaître le rôle que nous assumons, hélas trop souvent dans l’ombre, au sein de nos différentes universités. C’est un fait que ce que nous assumons, au fil des années est relativement peu connu dans le grand public et parfois même très peu connu sur les campus universitaires. Ce matin, je suis ici, au nom de quelques 350, 375 personnes, hommes et femmes, qui acceptent de siéger aux conseils d’administration de nos universités québécoises. La moitié provient de la communauté universitaire, l’autre moitié sont des membres externes. Mais j’insiste sur un mot, tous ces gens-là sont des bénévoles et qui mettent leurs compétences et leurs talents au service de l’université. Et ils le font tout en étant responsables puisqu’ils ont à respecter toute une série de devoirs d’administrateurs qui découlent du code civil du Québec et également qui découlent de toutes sortes de contraintes et d’exigences. Je tiens à rassurer monsieur l'Écuyer qui hier soir qui a commenté certaines de nos pratiques. J’ai noté, même avec un certain étonnement, certaines de ces interrogations, alors qu’en fait certaines des pratiques qu’il disait souhaiter sont déjà bel et bien courantes au sein de nos organisations. Il reste bien sûr qu’on peut toujours mieux faire mais il y a déjà beaucoup qui se fait. Document avec le thème : L’Université face à la société : autonome mais redevable. … Depuis 1990, les attentes à l’égard des conseils d’administration des universités ont beaucoup évoluées et ce, malgré la persistance de certains mythes. Le mythe le plus populaire : le conseil d’administration serait une instance noyautée par les membres externes à l’esprit corporatiste issus du milieu des affaires et partant, insensibles à la réalité et aux valeurs universitaires.
Profil qui répond à des besoins particuliers de l’organisation et du conseil d’administration en particulier. Aide à la structure universitaire mais aussi aide à construire des ponts avec la communauté.  Gérer le changement, les mutations, l’instabilité des budgets, les responsabilités, les services accrus. Il faut aussi, disons le, gérer l’insécurité, accompagner efficacement les gestionnaires d’établissements, il faut prévoir, il faut avoir de la vision, il faut avoir l’image de la société pour mieux la servir. D’où une actualisation régulière des statuts, des règlements et des politiques. En préparant mon allocution, j’ai dressé une liste incroyable des gestes qui ont été posés dans le réseau des universités du Québec ainsi que dans les universités à chartes ces dernières années sur le plan de la gouvernance; pour actualiser les règlements, les pratiques, pour être vraiment à la fine pointe des besoins des organisations que nous voulons servir. C’est un critère qui est fondamental, incidemment, un conseil d’administration n’est pas seulement  une réunion de temps en temps, c’est également une réalité qui nous amène à nous investir dans plusieurs dossiers, plusieurs comités : comités exécutif, vérification, audit, ressources humaines, gouvernance éthique et autres comités au besoin. Pour les présidents ça va plus loin, toute l’interface avec le dirigeant de l’organisation. Pour vous rassurez, ne serais-ce que sur la gestion financière, tout le travail de vérification ou d’audit qui se fait dans les universités – c’est partout le cas – et je puis vous dire que pour l’Université Laval, c’est un dossier qui monopolise beaucoup d’expertises. Gestion des risques et des opportunités – une grande responsabilité des conseils d’administration.  Une place grandissante dans nos travaux; pas seulement des risques financiers, mais aussi des risques environnementaux, éthiques voire médiatiques. Il faut prévoir les risques, il faut être prêts – une perception assez erronée de la gouvernance. La gouvernance, ce n’est pas avoir peur de tout et avoir peur de bouger; il serait irresponsable de se montrer prudent à l’excès sous prétexte de vouloir adopter une attitude responsable. C’est la meilleure façon de perdre les opportunités et bloquer des virages essentiels. Il y a le risque de faire, il y a le risque de ne rien faire. Le risque d’essayer, de prévoir ou le risque de laisser venir et dans ce contexte, le conseil d’administration peut se révéler un partenaire essentiel du dirigeant de l’organisme. Il y a quelques mois j’organisais une séance complète – en dehors des réunions régulières – sur la gestion de risques, pour tous les membres du C.A. à l’Université Laval. On a invité les membres du conseil universitaire, on a invité d’autres membres de la communauté : des directeurs de services etc. pour qu’ils puissent prendre la mesure de l’importance de cette dimension dans leurs activités quotidiennes ; ça c’est de la gouvernance. Pour l’université « free for all » on repassera ! Souhaite davantage de rétroaction entre l’Université et le Ministère. Des règles simplifiées sont souhaitées qui auront un effet mobilisateur. …
19 janvier 2013. Mauvaise gestion des universités - Des accusations faciles et douteuses http://www.ledevoir.com/societe/educati … -douteuses Laval Boulianne, Mary-Ann Bell, Stuart Cobbett, John R. Porter, Robert A. Gordon, Norman Hébert Jr., Louise Sicuro, Françoise Roy, Lisette Blouin-Monfils, Vincent Tanguay, Louise Roy, Francine Martel-Vaillancourt, Michèle Thibodeau-DeGuire, Lynda Durand, Hélène Desmarais, Denis Pinet, Michèle Laroche, Dominique Nadeau ont signé le texte.

Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CRÉPUQ) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Mme Luce Samoisette, présidente du conseil d’administration de la CREPUQ et rectrice de l’Université de Sherbrooke
@ 17 min. La politique québécoise adoptée en février 2000 édictait des objectifs clairs pour le réseau universitaire dont, notamment, recruter un corps professoral de haute qualité et accroître le nombre d'étudiants (présentation sur acétates) Des résultats ... 30,8% de plus d'étudiants ... Reconnaissance des finances publiques mais il est devenu urgent pour stopper la tendance ...
@ 27min.49 Les chefs d'établissements universitaires proposent la création d'un conseil des affaires universitaires du Québec qui serait un lieu indépendant d'études, d'analyses et de conseils. Évidemment, cet organisme ne saurait être décisionnel. Le gouvernement ne doit - ni déléguer sa responsabilité envers le développement du réseau universitaire, un groupe restreint d'experts, si compétent soit-il, - ni enlever au conseil d'administration des universités leurs responsabilités.


Conseil du patronat du Québec http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
*** M. Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat du Québec
@ 29min.40 Pour le point de vue des employeurs dans la société et aussi payeurs de taxes. Les discussions que nous avons autour de la table ici, dans cette salle, doivent tenir compte aussi des payeurs de taxes. Quand nous avons regardé la proposition ou le mémoire que nous avons présenté ; être parmi les meilleurs.... En matière de gouvernance, on a parlé beaucoup des conseils d'administration et curieusement on n'a pas parlé beaucoup d'autres éléments. Je considère que dans ce système, le rôle du ministère, en matière de gouvernance, a en soi une très grande importance. On a vu quelles étaient les principales responsabilités mais la question de la cohérence et de la coordination, ça revient principalement; à la fin c'est le Ministre qui est imputable des sommes du public qui sont investies. On ne peut pas penser, que tout à coup, là, ça doit être désincarné du Ministère. Il a un rôle à jouer, le Ministère et ce rôle est très important. Et ça aussi c'est une question que l'on doit se poser : comment le Ministère peut-il jouer un meilleur rôle dans ce système de gouvernance ? On parle de gouvernance, on parle mais à la fin ce sont des questions d'informations. Ce n'est pas d'obtenir de multiples rapports qui est important, c'est d'avoir de bonnes informations. Les bonnes informations ça n'a pas besoin d'être sur cinq cents pages ou 350 indicateurs. N'importe quelle grande organisation va vous dire que ça prend un certain nombre d'indicateurs qui peut figurer sur un tableau de bord, de quatre à huit pages au maximum, vous êtes capables d'en faire le tour et de suivre ça de façon régulière. ça c'est un outil important, en passant, pour les membres d'un conseil d'administration, pour les gens de la direction mais aussi pour les gens qui sont responsables - de façon nationale - pour faire le suivi et la reddition de comptes. Au delà des informations, c'est plutôt l'analyse et les communications. Moi je suis surpris, comme personne à l'extérieur, qu'en 2013, on n'est pas en 1913, on est en 2013, qu'on se pose la question encore aujourd'hui - est-ce qu'on est assez financé, qu'on est sous financé ? J'ai regardé le rapport du Ministère - on pose des questions, on fait part mais les contextes ne sont pas nécessairement là, les gens s'obstinent - je ne comprends pas qu'en 2013, on n'ait pas fait complètement l'analyse objective de la situation au niveau du financement. Que ce soit de fonctionnement et autres et qu'on soit encore dans la confrontation. Est-ce que c'est 850 millions, est-ce que c'est 900 millions, est-ce que c'est 400 millions qui manquent dans les budgets de fonctionnement ? Si ce n'est pas 800 millions, même si c'était 400 millions, on a un problème ! Il faut l'adresser et ce n'est pas vrai que du jour au lendemain, on va trouver 850 millions. On peut bien discuter sur est-ce qu'on est d'accord ou pas d'accord ? Moi je peux vous dire que, tenant compte de différentes hypothèses, on est quand même dans le trou ! (rire) ...
Une chose qui a été dite hier, sur les planifications stratégiques, un rôle important des conseils d'administration. En fait, ce qui m'a surpris le plus c'est que oui, il existait des orientations stratégiques mais de vrais plans stratégiques avec des indicateurs à long terme, c'est plus récent dans la communauté universitaire. On m'expliquait que c'est un peu difficile. Dans le fond, un plan stratégique ce sont des choix qu'on fait, ce sont des priorités; ça veut dire qu'il s'en trouve de moins prioritaires. Dans une communauté universitaire, quand vous avez 500, 1000, 1500 professeurs qui sont tous, en soi, des gens qui ont leurs propres orientations, leurs propres priorités, ça devient très difficile mais on ne peut pas s'en sortir, dans un monde moderne, sans faire des choix - pas plus compliqué ! Ça veut dire qu'il y en a qui seront pas contents. C'est ça la vie !

@ 38 min.20 Nouvel organisme de coordination : avant d’aller plus loin, moi ce que je pense – avant d’en discuter, il faut d’abord s’assurer que les mécanismes qui existent actuellement, les organisations qui existent, que ce soit les conseils ou le ministère, qu’ils fassent leur job de façon efficace et optimale ! Quand on se pose la question, si on doit aller plus loin ? on a une série de questions qu’on s’est posée. Ce ne sont pas des réponses, mais des questions. Mais, il faut d’abord passer par l’optimisation. Je pense que le plus important, ce sont les questions qui répondent à l’amélioration continue de la qualité du réseau. S’il y a, pour moi, un besoin particulier, c’est dans le domaine de l’évaluation. Je pense que c’est là un endroit où cela pourrait être particulièrement rentable d’avoir quelque chose de plus indépendant. C’est difficile de s’auto évaluer; ça prend une organisation mais en même temps, il ne faut pas enlever des universités, leurs conseils ou leurs directions et du Ministère, leur responsabilité en matière de coordination et de gestion. Donc, une organisation qui viserait davantage l’évaluation d’une façon indépendante, mais pas de duplication parce qu’il y en a; il y a des organismes d’accréditation, des organismes qui font de l’évaluation mais de s’assurer qu’il y ait de l’évaluation correcte dans tous les secteurs, sans en oublier ! Autre considération, vous allez m’excuser, mais vu de l’extérieur,  si les gens ont critiqué beaucoup les universités dans le débat, il y en a beaucoup aussi dans la population qui se pose des questions sur un autre élément de gouvernance, qui est la gouvernance des associations d’étudiants qui font parties de cette dynamique-là.  Je n’ai pas de conclusion et je ne veux pas faire d’analyse et je ne ferai pas le juge. Même si j’ai déjà été étudiant, même si j’ai déjà enseigné et même si mes enfants étudient – que je suis en train de constituer les revenus suffisants pour que mes petits-enfants puissent étudier. La question de la démocratie associative étudiante est extrêmement importante parce que la perception n’est pas bonne actuellement. Deuxièmement la question des moyens de pression, le gouvernement devra commencer à décider aussi, qu’est-ce qui – on parle de droit de grève ou de mesures de protestation – c’est quoi exactement, et comment l’encadrer. Dans le domaine du travail, il y a un droit de grève encadré, on ne peut pas le faire n’importe comment. Il faudrait peut-être se poser la question au niveau gouvernemental : qu’est-ce qu’on fait avec ça ?

@ la 40e min.40 Le contexte, c’est très important de comprendre le contexte. Regardez dans le tableau, la dette nette en pourcentage du PIB; ce n’est pas la dette brute après avoir fait le ménage ! Regardez combien elle a augmenté depuis 1988 à 2012. Quand on est rendu à presque 50% du PIB pour la dette nette, on ne peut pas aller plus loin ! La limite des capacités financières des payeurs de taxes et de l’État, elle est là. On ne peut pas aller plus loin que ça. À Trois-Rivières, j’entendais parler du Rapport Parent et de la gratuité mais regardez le contexte du rapport Parent en 1964. Elle était où la dette en 1964 ? Elle était en bas de 10% et aujourd’hui on est prêt de 50% du PIB. On n’est plus dans le même contexte. On a rêvé beaucoup et c’est très bien parce qu’on a amélioré tout le Québec mais en même temps, aujourd’hui on n’est pas dans le même contexte financier qu’en 1964. Il faut revenir sur terre par rapport à la capacité des citoyens de pouvoir financer tout ça. Poursuivre avec les acétates …

Les dons et legs sont inférieurs : il y a 4 raisons pour lesquelles la philanthropie au Québec pose problème.
Premièrement, une question de culture; le milieu francophone est un milieu qui a été habitué de façon plus importante, à demander à l’État d’intervenir plutôt que de le faire soi-même comme individu.
Deuxièmement, la richesse; elle est récente au Québec. Il n’y en a pas énormément; il y a de nouvelles familles de riches mais vous savez qu’en terme de cent mille dollars et plus au Québec, ça représente 4,1% des contribuables; ce qui est la moitié de ce qui existe dans la moyenne canadienne. Des gens qui gagnent plus de 100 000$; moins de richesse, moins de capacité de philanthropie.
Troisièmement, si on demande à l’État d’intervenir plus, ça crée plus de taxes hors la fiscalité au Québec est beaucoup plus importante qu’ailleurs; ce qui crée le réflexe général de dire : si le gouvernement vient me chercher des taxes; qu’il s’occupe de payer ou de financer les services publics.

Les autres ressources sont importantes parce que, en passant, les entreprises au Québec, si je prends l’item autre source, ça comprend le financement des recherches. Hors, juste pour être très clair, les entreprises au Québec financent davantage la recherche qu’en Ontario, dans les universités et davantage que la moyenne canadienne. C’est à peu près 11% au Québec, en Ontario 9 et quelques % et la moyenne canadienne est de 8 et quelques %. Les entreprises contribuent quand même de façon importante dans le financement des études. Nous croyons qu’en matière de financement, ce qui touche particulièrement, j’haïs cela parler des étudiants parce que je voudrais parler aussi parler des parents, ce n’est pas juste les étudiants c’est l’ensemble des gens qui doivent contribuer dans la formation des jeunes mais dans toutes les statistiques on parle des étudiants. L’indexation obligatoire, je pense qu’on ne peut pas y échapper. Maintenant ça ne répond pas aux besoins de sous financement. Et si on a à regarder des augmentations de droits de scolarité pour des jeunes, il faudra peut-être commencer à regarder des choses plus asymétriques – par exemple, le pourcentage de coût pour financer des études en sciences sociales, en lettres – dans le fond, si c’est au même prix qu’on charge en terme de droits de scolarité; dans le fond ces gens-là paient beaucoup plus, proportionnellement aux gens dans le domaine des sciences comme la médecine, la médecine vétérinaire etc. donc si on a des pistes à regarder pour changer les droits de scolarité, il faudra probablement regarder la question asymétrique de la même façon qu’il faudra regarder pour l’aide financière; de s’assurer qu’il y a une indexation; que l’aide financière soit compensée aussi en fonction et finalement, que le remboursement soit proportionnel aux revenus.
Pourquoi on ne rajouterait pas 1% au fardeau des employeurs ? parce que les employeurs au Québec pait déjà 45% plus cher que partout ailleurs au Canada en matière de taxes sur la masse salariale. Une limite à quelque part, 35% plus qu’en Ontario, 45% plus qu’ailleurs au Canada. Le mot fond de santé dans les taxes sur la masse salariale, oubliez ça ; c’est juste une taxation qui va au fond consolidé; ça ne va pas à la santé. Une grande partie de cela va à l’éducation. Le mot « fond de santé » au Québec, ça ne veut rien dire. C’est un fond qui va au fond général. Au plan fiscal, quand on regarde ça, au niveau des employeurs au Québec; les coûts fiscaux nets pour les entreprises sont supérieurs aussi et ça c’est net de toutes les subventions; les milliards reçus par le gouvernement c’est le net de ça. On ne peut pas demander aux payeurs de taxes, aux entreprises, aux employeurs ou à l’ensemble des employés de payer davantage dans un contexte ou déjà la fiscalité est beaucoup plus importante que partout ailleurs au Canada. Les pistes de solution, il y en a aussi du côté des employeurs, notamment des questions de maillage, d’offrir une rémunération aux gradués qui soit adéquate; subventionner la recherche et développer des fonds d’appariement. J’ai travaillé dans une organisation où on a fait ça ; on a incité nos employés à donner en faisant du pairage. À chaque fois qu’un employé donne un montant d’argent, l’employeur en rajoute un certain pourcentage ou le double. Ça incite ! À chaque fois qu’il donne de l’argent en philanthropie, ça veut dire que cet argent est doublé, donc il y a des pistes intéressantes du côté des employeurs.


Confédération des syndicats nationaux (CSN) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
*** Mme Denise Boucher, vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux
@ 48min05 Je suis contente d'avoir entendu Yves Thomas du Conseil du patronat dire qu'il n'était pas le monstre du capitalisme; alors la CSN n'est pas le monstre du gauchisme et du socialisme. Donc, on devrait probablement arriver à la fin de tout cela à un consensus, sans aucun doute. Alors le contexte, pour préserver la spécificité du modèle québécois universitaire, la liberté académique, autant que l'éthique; il faut maintenir cette qualité-là; assurer son accessibilité aux études. Il faut donc, y avoir une gestion en collégialité et un financement public adéquat. Ces deux éléments fondamentaux sont remis en cause et on a pu voir ça tout à l'heure mais pensons notamment aussi, je tiens à le dire, à l'ancien projet de loi 38 sur la question de la gouvernance des universités et aussi aux nombreux rapports qui ont fait, entre autres, la promotion de l'approche de l'utilisateur payeur pour les services publiques. D'ailleurs j'entendais Yves Thomas, tout à l'heure, il y avait un peu de cela dans son intervention. La gouvernance doit respecter les traditions et la diversité des universités, notamment son autonomie et sa liberté académique. C'est revenu constamment; je pense que là-dessus on peut convenir qu'il y a sans aucun doute un consensus mais du même coup c'est comment y arriver et comment pouvoir l'atteindre. ...
@ 52 min. À l’instar de plusieurs autres organismes, la CSN estime que le gouvernement doit renoncer à imposer les concepts de la nouvelle gestion publique dans la gouvernance des établissements universitaires ou imposer un modèle unique de gestion. Alors une université dont la mission principale est le transfert et le développement des savoirs ne peut être gérée comme une entreprise ou une société à but lucratif. L’université a un caractère pluriel et elle doit constamment maintenir un équilibre entre des fins diversifiées et souvent concurrentielles. Au fil des ans, elles ont développé des pratiques de gestion qui relèvent de leur histoire, de leurs règles et de leur culture particulière. Pour nous, une majorité d’administrateurs externes ne constituent pas la garantie d’une gestion dite indépendante.
@ 53min. La création d’une instance de coordination des universités pourrait être envisageable si les conditions suivantes sont respectées. L’objectif est de partager une vision commune du développement des universités et d’améliorer la coordination et la cohérence entre les établissements tout en respectant leur autonomie.
Cette nouvelle instance est créée dans l’esprit de l’ancien conseil des universités. Il ne s’agit pas d’un organisme d’assurance-qualité. La collégialité est au cœur de son fonctionnement. La composition de cette instance est représentative de la communauté universitaire, incluant tous les personnels et les étudiants.
@ 53min45 Au fil des ans, le mode de financement des universités et la proportion des sources de financement ont évolué. Voir le tableau.
La diversification des sources de financement s’est donc soldée davantage par un retrait  de la participation de l’État et une politique de substitution des fonds publics par des fonds privés et individuels. Ce qui n’a pas conduit à une consolidation du financement des universités.
J’ajoute ici que quand on parle d’enseignement supérieur, c’est vrai que le débat se fait peut-être aujourd’hui sur la question des universités, mais il ne faudrait pas aussi oublier la question des collèges, qui eux aussi subissent des compressions importantes et qui sont souvent très mal menés à chaque dépôt de budget. Je réitère que l’enseignement supérieur au Québec, est un amalgame des collèges et aussi des universités.
@ 54min45 Cinq principaux impacts du mode de financement actuel qui fragilise d’ailleurs le volet de l’enseignement de la mission universitaire. Un des premiers impacts : ça vient attaquer la valorisation des activités de recherche; pas attaquer mais ça valorise les activités de recherche au détriment de l’enseignement au premier cycle. Ça porte atteinte aussi au principe de l’accessibilité – d’ailleurs ça été un thème, celui de Trois-Rivières – ça a des impacts négatifs sur les droits de scolarité et l’augmentation de l’endettement des étudiants et des étudiantes et l’accessibilité et aussi sur la poursuite et la durée des études. Ça porte atteinte aussi à l’autonomie et à la liberté académique. La possibilité pour les organismes subventionnaires d’influencer les choix de recherche et les cursus.

Tout à l’heure, Yves Thomas parlait de la contribution des entreprises à la recherche, qui augmentait. D’ailleurs cela nous inquiète énormément; est-ce qu’ils ne sont pas aussi à vouloir influencer les volets de recherche quand ils financent ? C’est une inquiétude que nous avons et d’ailleurs ce qui nous inquiète énormément.

Ça contribue aussi à la concurrence pernicieuse entre les établissements, donc il y a une course à la clientèle. Il y a une concurrence aussi pour obtenir des donations et des fonds privés et c’est pas là où il y a le plus – on n’a pas cette culture particulièrement chez les francophones et c’est une concurrence dans la recherche. Enfin, ça crée une incertitude sur …


Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
*** Mme Martine Desjardins, présidente Fédération étudiante universitaire du Québec
@60min.30 À la première rencontre on avait convenu qu’il existait une qualité des universités; à la deuxième que l’Université était au cœur de sa mission; maintenant on traite de sa gouvernance et de son financement.
Vous allez voir, ici on est en mode solution. On va étayer un peu plus notre projet de la Commission d’évaluation des universités du Québec; peut-être répondre à certains questionnements qui ont été déposés dans les premières présentations. On va revoir les mécanismes en place et voir un peu quelle est la place de cette nouvelle Commission dans notre Réseau. Est-ce que c’est vraiment une structure supplémentaire et est-ce qu’on en a besoin ? Par la suite nous allons voir le financement universitaire non pas pour faire le débat qu’on a tant vu c’est temps-ci, mais plutôt pour voir qu’il existe présentement des problématiques auxquelles on doit s’attaquer. Parler également de la contribution étudiante et du financement et aussi de la place du financement de la recherche.
@61min.53 Au niveau de la gouvernance universitaire, il faut comprendre que la FEUQ propose une commission d’évaluation des Universités du Québec qui auraient plusieurs objectifs.
Page 4 du document en soutien à la présentation ...
On en a beaucoup parlé hier, de la part des experts, il y a énormément de questions qui ont été posées. Il faut établir des objectifs, des objectifs qui sont coordonnés à travers le réseau.
Et ça se distribue aussi selon les régions du Québec, on le sait et on le répète encore. La région d’Abitibi-Témiscamingue ce n’est pas du tout la même réalité que l’Université de Montréal.
La FEUQ croit qu’il faut arrêter d’avoir une vision à court terme du réseau universitaire et surtout de l’éducation supérieure au Québec. Et proposer des objectifs pour les dix, voire les quinze prochaines années.
***Ça été répété à maintes reprises, il y a une problématique au niveau des mesures permettant d’assurer la coordination et la collaboration entre les universités.***
P. 5 - Donc, nous l’avons répété lors de la première rencontre mais nous allons vous démontrer encore une fois ici, quelle est la différence entre ce qui est fait ici actuellement, sous la conférence des recteurs, et pourquoi ce n’est pas une conférence supplémentaire.
On fait seulement retirer certains éléments, notamment la commission d’évaluation des projets de programmes et la commission de vérification d’évaluation de programmes et on le met au sein de la CEUQ. Les différences entre les deux éléments, la Commission des affaires académiques au sein de la CREPUQ nomme les membres des comités d’évaluation. Au niveau de la CEUQ, on aimerait que ça soit 2/3 des intervenants de la communauté universitaire qui sont recommandés par les organismes; donc, à la fois chargé de cours, professeur qui recommande au Ministre qui nomme par la suite, les intervenants au sein de la Commission d’évaluation. Un autre élément, un processus de reddition transparent au sein de la CEUQ, au sein des délibérations qu’il y a dans les deux commissions. Les délibérations sont confidentielles et réservées aux membres. Donc, le processus de transparence aiderait peut-être à rendre l’information, non seulement pour la communauté universitaire mais aussi pour le public, de façon plus facile. Et donc, on voit que c’est simplement de prendre les deux Commissions et de les amener au sein de la CEUQ tout simplement.
P 6 - Les mécanismes en place sont quand même assez nombreux au niveau des processus de reddition de comptes, notamment
- les audiences de la loi 95; des audiences qui ont lieu aux 3 ans. Souvent on a un manque de préparation de la part de nos élus; on note aussi une difficulté d’avoir toutes les données et les dossiers qui sont montés par toutes les Universités, à temps et donc on a un problème quand à la reddition de compte; problème au niveau de la transparence. Et aux 3 ans, nous jugeons que c’est beaucoup trop peu et donc on devrait avoir un processus rigoureux, suivi régulièrement, annuel évidemment.
- le Conseil supérieur de l’éducation ; à ce niveau on fait la vérification de l’ensemble du réseau. Est-ce qu’on pourrait demander au Conseil supérieur de l’éducation de se pencher exclusivement sur le réseau de l’éducation supérieure ? La réponse est non. Donc il ne pourrait pas faire ce suivi de coordination et de cohésion du réseau. C’est la raison pour laquelle on demande d’avoir une Commission indépendante, puisque le Conseil supérieur de l’éducation ne peut pas se substituer et laisser tomber cette révision qu’il fait de la maternelle jusqu’à l’université.
– au niveau des Conseils d’administration, nous l’avons dit plus tôt, ce sont des instances locales. Elles font un bon travail; est-ce qu’il y a des éléments à améliorer ? Certes, nous croyons d’ailleurs que la composition devrait être revue pour inclure davantage, au niveau de la communauté universitaire, sur tous les ordres, à la fois des étudiants, des employés de soutien, des chargés de cours. Nous sommes d’accord, souvent dans plusieurs conseils d’administration, ils sont absents des conseils d’administration et c’est inacceptable.
- Et nous croyons aussi que le Vérificateur Général du Québec devrait avoir dans ses mandats, la possibilité d’aller vérifier, au sein des universités, les différents éléments des processus de reddition de comptes. Nous ne comprenons pas, et nous nous expliquons mal pourquoi est-ce que son mandat a été élargi à un grand ensemble des organismes publics et que les universités restent toujours à l’extérieur des mandats du Vérificateur Général. Est-ce que ça veut dire qu’il y irait tout le temps; je ne crois pas mais du moins qu’il ait la possibilité, lui-même, d’aller se pencher sur les Universités. Ce serait une bonne chose.

@67min.05 P.7 - La position de la CÉUQ dans le système. Vous voyez que la CÉUQ réfère au Ministère de l’éducation; vous voyez la Commission de la culture et de l’éducation qui réfèrent à l’Assemblée nationale; qui réfère au Conseil supérieur de l’éducation; aux établissements universitaires, au Vérificateur Général.   
Tout ce beau monde est déjà en lien et le Vérificateur général sur mandat du Ministère de l’éducation va parfois au niveau des établissements universitaires – dans le cas de l’ilot voyageur et l’année dernière au niveau de l’Université Concordia lorsqu’elle a eut une pénalité suite à plusieurs problématiques liées à des bonis.
Au niveau de la CÉUQ, ce qu’on dit c’est mettons-la pour faire un lien avec le Réseau universitaire, elle réfère toujours au niveau du Ministère de l’éducation pour redonner des objectifs aux établissements mais du moins elle aurait une certaine autonomie pour conseiller finalement sur les objectifs à atteindre. Elle pourrait aussi être en lien directement avec le Vérificateur général et mandater le Vérificateur lorsqu’on constate qu’il y a effectivement des éléments qui devraient être approfondis au sein des différents établissements universitaires. Évidemment on conserverait la Commission de la culture et de l’éducation. D’ailleurs le Conseil supérieur de l’éducation avait remis plusieurs recommandations pour améliorer ce processus de consultation. Le dépôt de ce document-là avait été fait en février dernier. On vous invite d’ailleurs à aller consulter les recommandations avec lesquelles nous sommes en accord. Cela recommandait notamment de mieux informer les élus sur le processus de reddition de comptes. Nous croyons qu’effectivement c’est un des éléments à faire.
@68min.43 Au niveau du financement des universités; lorsqu’on commence à calculer la subvention totale donnée aux Universités; ça commence effectivement à être très complexe. Nous l’avons vu hier, il n’y a rien de simple.
P. 9 - D’abord chaque étudiant est représenté par une valeur – une valeur d’effectif étudiant en équivalence au temps plein pour chaque secteur de cours (voir acétate – calculer la subvention totale -) financement unitaire. On constate plusieurs problématiques au niveau de la grille du financement notamment lorsqu’on a fait l’évaluation de la grille – et c’est d’ailleurs un des éléments qui avait été constaté par le comité MEC / CRÉPUQ à l’époque – on a considéré les programmes et non pas les activités de programmes. Et donc, vous avez des programmes de génie à l’intérieur duquel vous retrouvez des activités par exemple, de communication ou d’éthique, qui pourraient relever de d’autres programmes qui ne sont pas comptabilisés comme des activités. Et donc, vous me voyez venir, ça crée des problématiques au niveau de l’attribution des fonds; donc, et aussi de l’évaluation des besoins réels. L’évaluation de base est également erronée; ce n’est pas seulement nous qui le disons, c’était aussi une constatation et d’ailleurs elle a été révisée cette pondération en date de 2006 et 2007 mais c’est avant plusieurs réinvestissements, réaménagements des disciplines et d’ailleurs on l’a su; les universités ont quand même explosées au cours des dernières années. Il faudrait revoir ces différents éléments; plusieurs créations de programme et plusieurs créations d’activités. … voir le document de présentation en ligne. Le fait que le financement est attribué à un étudiant pondéré ça crée de la compétition entre universités.
@71min.45 P. 11 - La contribution étudiante, on l’a vu hier, elle est répartie au niveau des fonds de fonctionnement, dans l’aide financière aux études, 25% des droits de scolarité sont pris dans les droits de scolarité et sont remis dans l’aide financière aux études, pour financer le programme, aussi dans les fonds terrains et bâtiments. Il y a aussi des frais obligatoires, nous l’avons vu hier dans les calculs, qui comptent pour une grande proportion de la facture étudiante – c’est 20% dans certains cas et même plus. La règle a été renouvelée en 2012, nous espérons qu’elle sera renouvelée à nouveau puisque nous avons vu en fait que depuis 2008, elle a très bien servi le rôle pour laquelle elle a été créée donc nous encourageons à la poursuivre. ***Nous nous opposons également à l’indexation.*** Bien que, l’indexation pourrait rapporter à 5 ans, à 3%, 127 millions de dollars soit 0,42% du budget total des Universités, cela a un impact majeur pour les étudiants. Les étudiants qui subissent une augmentation, une indexation de la facture de 4% à chaque année - puisque 20% de leur facture sont des frais administratifs, un gel des droits de scolarité c’est à la fois pragmatique et consensuel, selon nous. Non seulement ça respecte la situation globale des finances publiques mais aussi la situation socio-économique des étudiants et des étudiantes dont le Québec a grand besoin pour justement, servir par la suite la société, suite à leur expertise.
PP. 12, 13 et 14 - Aussi mettre un point sur le financement de la recherche. Il fait parti et nombreux sont ceux qui contribuent justement au financement de la recherche au sein même du fonctionnement; au niveau des frais indirects de recherche, des enveloppes de transition de base et celles liées aux nouveaux espaces de recherche; enveloppe de soutien à la recherche et bourses d’études. 422,8 millions. Il y a d’ailleurs aussi plusieurs éléments au niveau du fond de fonctionnement qui sont spécifiques à la recherche – et lorsqu’on dit que la recherche ne fait pas partie du fond de fonctionnement, il faudrait revoir ces différents éléments-là et malheureusement on n’est pas en mesure de vous dire combien pour chaque université est attribué dans ces fonds-là puisque je vous l’ai dit c’est individuel à chaque université. Ce sont des instances locales qui le déterminent et donc ce serait à voir et à considérer lorsqu’on se compare et qu’on émet les fonds de recherche ; ils font partis et on devrait les considérer comme tels. Le palier fédéral et le palier provincial; parce qu’on le sait et pour se comparer avec l’international ; dans certains cas, aucune subvention n’est donnée pour faire de la recherche. J’ai moi-même été étudiante doctorale en France en éducation où aucune subvention n’était attribuée et c’était de la poche même du chercheur qu’on pouvait faire de la recherche là-bas et donc – quand on dit que la recherche est importante au sein de l’Université – elle l’est ; elle doit continuer à être subventionnée, elle doit continuer à être financée parce qu’on ne veut pas que ce soit pris à même les fonds de fonctionnement des universités pour payer la recherche. Parce que là ça amènerait des dépenses encore plus substantielles.
@75min.10 P. 15. Donc 3 conclusions : la nécessité de créer une commission d’évaluation des Universités du Québec; de créer un chantier pour la révision de la grille de financement et geler les droits de scolarité.  Ce n’est pas parce que c’est difficile que c’est une raison suffisante pour ne pas le faire. Relevons les manches et mettons-nous au travail. Nous croyons qu’il est grand temps qu’on relève les défis auxquels s’attend la société québécoise et donnons-nous les moyens, justement, d’avoir ces Universités de qualité. Donnons-nous les moyens d’avoir un système de coordination et de cohésion du Réseau québécois. Il est grand temps que ça se fasse.


Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
*** M. Paul-Émile Auger, secrétaire général de la Table de concertation étudiante du Québec
@76min.20 Merci à ceux et celles qui ont mis la table avant moi. À Monsieur Dorval, qui nous a entrenu entre autres de responsabilités, de contributions des entreprises. Madame Boucher de la CSN qui nous a parlé entre autres des conséquences de la contribution des entreprises; qui nous a parlés des réalités, de l’influence, de la philanthropie dans les universités. Pour nous cela met la table à la contribution qu’on nous a demandés, au Ministère, qui se veut une bouffée d’air frais dans une situation peut-être crampée. On veut dégager dans le fond suffisamment d’espaces afin de permettre, un réel débat sur le financement universitaire, un débat de fond de se réaliser. On veut que ce soit dans les meilleures conditions possibles c’est pourquoi nous proposons une mesure qui est adaptable, qui est ajustable, qui est très raisonnable en fait; un plan de travail qu’on peut adapter afin de dégager des sommes substantielles pour les universités, pour les grands projets.
@77min.57 Donc, la question exactement, comment est-il possible de diversifier les sources de financement? Dans un contexte où les finances publiques se trouvent finalement dans un cadre budgétaire restrictif dans lequel on ne peut pas prévoir une augmentation substantielle des revenus de l’État. On comprend qu’on doit respecter le cadre budgétaire du gouvernement – ce cadre financier-là, il ne va pas s’ouvrir du jour au lendemain.
@78min.29 On voudrait amener une nouvelle variable dans ce débat-là. Donc au-delà des conditions hypothétiques – une contribution étudiante majorée fortement ; au-delà d’une apparition de somme inespérée, on voudrait introduire dans le fond, la variable de la contribution des entreprises, de nos employeurs qui bénéficient grandement de notre système d’éducation post-secondaire extrêmement compétitif; qui est extrêmement innovateur; qui est extrêmement performant; qui est une belle réussite du Québec, je crois. Je pense que plusieurs personnes l’ont dit dans les dernières rencontres, c’est une réussite actuellement au Québec. Je ne pense pas qu’on peut parler de catastrophe actuellement. Il y a des ajustements, certes à faire mais toutefois notre système livre la marchandise et pour les employeurs, il le fait de manière extrêmement efficace.
@79min.23 Notre mesure qui est le fond des services de santé et d’éducation post-secondaire. Le fond de services de santé existe déjà; c’est un fond, donc une taxe sur la masse salariale qui existe afin de contribuer au régime de santé actuel. Nous proposons de le bonifier, de rajouter éducation post-secondaire afin que ce fond des services sur la masse salariale contribue également au financement de l’éducation. Donc, c’est une extension de la mesure dans un contexte, justement, où on propose aux entreprises d’investir dans l’éducation également. Dans un contexte global où les compétences, l’innovation jouent un rôle vraiment important. On pense que c’est un choix stratégique que d’investir dans l’éducation; c’est un choix de société et tous les acteurs qui en bénéficient peuvent le faire. Ce n’est pas qu’aux étudiants à participer, mais nos employeurs peuvent le faire également, nous le croyons.
Donc, le principe de la contribution. Toutes les entreprises, au Québec, par le contexte économique, soit par l’emploi direct de diplômés bénéficient directement et indirectement là du réseau d’éducation post-secondaire. Toutefois, actuellement, le type de contribution que nous voyons – soit par la forme de dons, qui sont extrêmement limités, soit par la forme de contributions et de partenariats spécifiques, avec restriction, se réalise de plus en plus dans nos universités.  Toutefois, cette forme de philanthropie amène plusieurs problèmes. Évidemment ces sommes sont liées à des conditions, à des domaines  d’étude particuliers. Il procède à une sorte de distorsion universitaire parce que chaque domaine jugé plus rentable à court terme ou jugé plus rapide à livrer la marchandise finalement, sont bénéficiés au regard de d’autres. également la philanthropie comporte des coûts cachés – beaucoup de ces investissements sont faits déductibles d’impôt; beaucoup de ces investissements sont faits selon des sommes qui ont été attribuées par des subventions d’état  et beaucoup de ces ententes comportent également des coûts qui sont assumés par le fond de fonctionnement des universités. Beaucoup de coûts de ces recherches sont contribués par les universités mêmes. Ce ne sont pas que des dons; c’est un gonflement artificiel dans certains cas. Nous ne voulons pas dire que ces mesures sont mauvaises; elles ne sont pas mauvaises, toutefois, il faut rester prudents et nous ne pensons pas que c’est la méthode à privilégier.
@82min.28  Nous préférons donc que les entreprises contribuent d’une autre manière. Ce que ces entreprises peuvent contribuer -  nous ne disons pas que notre mesure est sans conséquence – toutefois nous pensons que dans le contexte économique du Québec, une taxe minime sur la masse salariale est une mesure réaliste. Le Québec est un environnement fiscal avantageux; nous présentons des coûts de main-d’œuvre de 17% moins élevés que dans le reste des provinces. Nous pensons que c’est un avantage et qu’à ce titre, les entrepreneurs peuvent investir dans le réseau de l’éducation post-secondaire. Exactement, qu’ils tireront des bénéfices à terme, de cet investissement. Une contribution flexible; on propose une variation de quelques dixième de pourcentage de cette taxe; de .1 à .4% (voir les tableaux) quelques sous de l’heure pour des employés moyens. On parle d’une mesure qui a un impact limité donc, sur la capacité des entreprises. Également une mesure qu’on peut adapter selon les besoins, selon les sommes que nous désirons dégager. Nous soulignons que nous n’ajoutons pas de bureaucratie par cette mesure donc les coûts d’implantation et de gestion sont déjà existants; il y a une structure actuellement. Pourquoi une mesure sur la masse salariale ? évidemment il y a plusieurs inconvénients, toutefois il y a aussi des avantages. Entre autre, nos universités ont besoin de sources de financement stables et prévisibles et nous pensons que la masse salariale amène cette stabilité. …


Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
*** M. Max Roy, président de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université
*** M. Pierre Hébert, professeur à l'Université de Sherbrooke et ancien vice-président de la FQPPU
@90min.58 la Fédération est très préoccupée par les questions de gouvernance et de financement universitaire depuis très longtemps. Elle a été active depuis sa fondation en 1991, dans la défense de l’université publique et de sa gestion collégiale. En 2006 elle a créé un comité spécial pour collecter et analyser toutes les données sur le financement universitaire. Aujourd’hui nous nous appuyons notamment sur ce deuxième rapport du comité que nous rendons publique et qui porte sur le fond des immobilisations. Des documents d’accompagnement à notre avis, vous seront remis à la pause.

D’abord sur le financement universitaire; sur les questions de direction et d’orientation des établissements universitaires traitées sous le thème imposé de la gouvernance. Enfin, nous avons déjà annoncé le projet d’un conseil des universités que nous préciserons ici-même et nous avancerons par ailleurs l’idée d’une grande charte de l’Université québécoise. Ce sera le sujet de la troisième partie assurée par mon collègue de l’Université de Sherbrooke, Pierre Hébert.

@92min.52 Le système universitaire québécois est-il en crise ?  (acétate)  Le temps est venu de sa refondation.

@101min.10 Monsieur Pierre Hébert une question : Qu’est-ce que les évènements du printemps dernier nous ont appris au juste ? Et pour  y répondre, le recours à un ouvrage paru en 1999. L’État québécois et les universités de Beaulieu et Bertrand. Les auteurs estimaient, il y a de cela déjà 14 ans, que les rapports entre l’État et l’Université se déclinaient en cinq thèmes qe je ne vais pas énumérer mais surtout qu’ils nous manquaient des principes précis sur ce qu’est l’université  préalables, logiques, incontournables pour gouverner ces rapports avec l’État ou avec toutes autres formes de pouvoir. C’est ce que nous préconisons aujourd’hui – une charte nationale de l’Université Québécoise – qui réponde à cette exigence, à ce préalable logique. L’idée, sans être particulièrement répandue, n’est pas nécessairement nouvelle. Un premier exemple la magna charta universitatum de Bologne en 1988 qui affirme des principes constitutifs de l’Université ; son indépendance, l’indissociabilité de la recherche et de l’enseignement. Un second exemple, l’Université de Genève, une charte d’éthique et de déontologie qui se fonde sur quatre principes : la recherche de la vérité; la liberté de l’enseignement et de la recherche; la responsabilité envers la communauté universitaire, la responsabilité de l’environnement et le respect de la personne. Cela vous semblera peut-être un peu schnu mais chacun de ces aspects se décline évidemment en dix ou quinze sous-thèmes. Pour terminer donc, revenir à la question de départ. Qu’est-ce que les évènements du printemps dernier nous ont appris au juste ? Et ce qui ressort avec le recul, que nous avons aujourd’hui, c’est un déficit de sens ! Par delà les droits de scolarité, nous avons été confronté à la question :  Quelle sorte d’université voulons-nous nous donner et préserver ? L’important aujourd’hui n’est pas de débattre d’un contenu mais d’un principe, d’un projet même et le moment est venu de nous assurer la propriété collective de nos universités. Et ce faisant, nous redeviendrons les sujets de notre histoire au lieu de la subir. La première étape à cette fin est un accord collectif enchassé dans une grande charte claire, vigoureuse qui donne à la gouvernance, un gouvernail. Le gouvernement du Québec, ce faisant, poserait un geste décisif , historique pour la préservation de l’Université québécoise. Et nous le convions à s’engager dans cette voie avec des professeurs, des administrateurs, les étudiants et les autres membres de son personnel. Autrement dit, les questions de financement, de gouvernance, s’inscriront dans ce qui distingue, le plus hautement, l’agir humain c’est-à-dire dans l’enracinement des valeurs qui auront fait l’objet d’une décision consensuelle – une grande charte de l’Université québécoise – c’est tout simplement cette affirmation d’un sens collectif que nous donnerons à l’université, à son rôle et à celui de l’État et aux décisions que nous prendrons.
@104min.32 la conclusion avec monsieur Roy. La conclusion tient en trois éléments : la formule de financement doit absolument être revue car elle est inadéquate et elle entraîne de nombreux problèmes et la possibilité de planification à long terme, des transferts de fonds, un manque de ressources professorales et matérielles et la baisse de la qualité.
Les modes de gouvernance des universités ont entraîné maintes discussions discutables et contestées ainsi que des dérives coûteuses et la communauté universitaire et académique en particulier doit avoir une plus grande part d’influence et de responsabilité dans les orientations des universités. De notre point de vue une gestion manageuriale doit faire place à une conception collégiale de l’institution. Enfin, l’adoption de principes éthiques et de valeurs communes ainsi que d’une vision d’ensemble et une coordination du réseau universitaire s’imposent à l’évidence et cela pourrait être assuré dans le cadre d’une charte de l’Université et celui d’un conseil de l’université, dont le mandat reste à convenir, à définir entre nous, c’est-à-dire collectivement.
@105min.45
_______________________________________________________________________________

Les ateliers suivent :

*** Atelier 1 - Peut-on revoir la gouvernance des établissements universitaires à la lumière des meilleures pratiques, notamment quant à leur reddition de comptes, à la transparence et à la place relative des représentants du milieu et de la communauté universitaire à l’intérieur de leurs structures?

*** Atelier 2 - Considérant la situation financière actuelle des universités et de l’État québécois, quelles doivent être les priorités en matière d’allocation des ressources?

*** Atelier 3 - Quelles améliorations peuvent être apportées au mode de financement actuel afin de favoriser l’utilisation optimale des ressources tout en permettant aux universités de remplir leur mission d’enseignement, de recherche et de service à la clientèle?
_______________________________________________________________________________

18 janvier 2013. Les réactions en lien avec la présentation de M. Jacques l'Écuyer ...
La triple vérification de l'information financière dans le réseau de l'Université du Québec http://sommet.uquebec.ca/saviez_vous_qu … &id=62
- Financement universitaire: les visions divergentes s'affrontent à Sherbrooke http://www.ledevoir.com/politique/quebe … sherbrooke La CREPUQ veut un réinvestissement immédiat, la FEUQ s'inquiète d'un «chèque en blanc»
- Selon Pierre Fortin, la CRÉPUQ aurait estimé au triple de sa valeur réelle le sous-financement.
- Consensus sur la nécessité de réinvestir dans les universités et sur la création d’un nouvel organisme http://www.universites-avenir.ca/consen … ganisme-2/
- Cracher dans la soupe http://www.lapresse.ca/debats/chronique … -soupe.php Extrait: les associations étudiantes, avec leurs alliés, qui, à la surprise générale, ont remis en question le consensus sur l'existence d'un sous-financement des universités québécoises quand on les compare au reste du Canada.
-  L'Association des étudiants de Polytechnique présente @MESRST son mémoire sur le financement du génie http://aep.polymtl.ca/wp-content/upload … %A9nie.pdf
- Universités : des compressions supérieures à 250 millions en deux ans http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ux-ans.php
- Universités: Duchesne prêt à revoir le mode de financement http://www.ledevoir.com/societe/educati … inancement
- Manifestants poivrés à la rencontre sur le sommet de l'éducation http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherb … cation.php
- vidéo publiée par William Levasseur sur youtube https://www.youtube.com/watch?feature=p … MbRMubFhdA

Le ministre, monsieur Pierre Duchesne de dire à la fin de la journée "Nous avons tous des devoirs à faire, incluant mon propre ministère."

19 janvier 2013. Universités - La masse salariale de la direction a augmenté de 150 % en 10 ans http://www.ledevoir.com/societe/educati … -en-10-ans
- Recteurs ! Vos papiers http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … apiers.php
- Universités - À corriger! http://www.ledevoir.com/societe/educati … a-corriger
- Éducation supérieure | Le ministre Duchesne promet un vent de changement http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 83702.html
- William Levasseur | Rencontre sur l'enseignement : la question de l'argent semble toujours insurmontable http://www.estrieplus.com/contenu-04040 … 23844.html

21 janvier 2013. Les délégué-es de l’ASSÉ présents ont publié leur rapport de ces journées de la 3e rencontre sur leur page Facebook https://www.facebook.com/note.php?note_ … 8304610318

Hors ligne

 

#16 21-01-2013 15:44:59

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Monsieur Marc-André Legault président du conseil national de la Fédération universitaire du Québec. Mon commentaire est en réponse aux affirmations du représentant du Conseil du patronat du Québec concernant la contribution étudiante. Il justifie, avec l’endettement de l’état que les étudiants devraient plus contribuer. Cela amène à l’externalisation de la dette de l’État sur les étudiants. Sachant que 25% des étudiants ont une dette supérieure à 20 000$ et qu’on veut aussi éviter un modèle américain dans lequel l’endettement est devenu un des plus gros enjeux nationaux. Il faut aussi tenir compte de l’affirmation que le conseil du patronat a fait concernant qu’une hausse graduelle n’aurait pas d’effet sur l’accessibilité aux études. En fait, une étude qui avait été publiée dans le rapport du comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études démontrait clairement que, la hausse de 1625$ sur 5 ans qui avait été proposé par le gouvernement libéral allait diminuer l’accessibilité aux études en réduisant le nombre de 7000 étudiants sur les bancs d’école des universités. La corrélation existe. L’indexation qui est proposée ; dans le fond c’est indexer l’endettement des étudiants. On sait déjà qu’avec les frais institutionnels obligatoires, la facture étudiante est déjà indexée de 4%. Pour répondre au Conseil du patronat concernant l’endettement de notre province, le gel amènerait une meilleure accessibilité aux études ; ce qui ferait qu’il y aurait plus d’étudiants sur les bancs d’école, plus d’étudiants qui vont diplômer. Et sachant qu’en moyenne, un étudiant qui a un diplôme d’université a un plus grand revenu moyen et bien, ils seront amenés à contribuer plus via l’impôt aux finances de l’État. Ce qui va amener à régler le problème de l’endettement. Sachant aussi qu’un dollar qui est investi dans les études post-secondaires va en rapporter huit à l’État. De plus en freinant l’endettement, on évite le fait que, selon notre étude sur 12 000 étudiants, notre enquête sur les conditions de vie des étudiants, l’endettement va retarder la création d’une entreprise, pour 43% d’entre eux. Donc l’endettement étudiant va nuire à l’entreprenariat. Pour revenir sur l’affirmation que l’on devrait différencier les droits de scolarité par rapport aux programmes; par exemple des programmes de médecine, génie coûtent chers ; les étudiants devraient plus contribuer parce que le programme coute plus cher. En fait, cela va juste créer une ségrégation qui discrimine par la capacité de payer des étudiants, à être dans ces programmes-là. Ça on l’a vu en Ontario, depuis qu’ils ont fait cette différenciation, il y avait 30% de moins d’étudiants provenant des régions à faibles revenus. En fait, les étudiants qui vont être dans les programmes de médecine et de génie vont avoir de plus grands revenus et vont, encore une fois, contribuer via l’impôt au coût supplémentaire de ces programmes.

@140min. Sylvie Beauchamp, présidente de l’Université du Québec. Je voudrais tout simplement expliquer certains éléments concernant la vérification externe qui se fait à l’UduQc et le rôle du Vérificateur Général. Comme l’Université du Québec est dans le périmètre comptable. Le Vérificateur général peut à tout moment venir s’occuper de faire la vérification externe de l’établissement concerné et c’est le cas pour l’UQÀM. Ça fait deux ans que le vérificateur général fait les états financiers de l’UQÀM. Pour vous dire comment ça fonctionne : l’UQÀM est une part importante des états financiers de l’Université du Québec. Comme présidente du réseau je dois faire un état consolidé de l’ensemble des états financiers des établissements. Pour présenter ces états financiers consolidés au gouvernement il faut qu’ils soient vérifiés aussi; alors mon vérificateur externe (firme privée) vérifie le Vérificateur général parce que c’est une part substancielle du consolidé. C’est doublement vérifié. Ensuite, je reçois une lettre du Vérificateur général qui me dit que : comme l’Université du Québec est dans le périmètre comptable, il va vérifier mon vérificateur externe. Alors le vérificateur externe est très présent à l’Université du Québec. En ce qui concerne les autres universités, pour toute la portion de subventions publiques; le Vérificateur général peut n’importe quand aller voir de quelle façon l’argent de la subvention est dépensée. Alors, ce pouvoir là existe et on n’a pas besoin de le réinventer et il est pleinement exercé dans le réseau de l’Université du Québec; à l’UQÀM, dans les états consolidés et une troisième vérif auprès du Vérificateur général. Je voudrais répéter ce qu’on a déjà dit dans la rencontre thématique sur l’accessibilité, la gratuité n’a pas seulement qu’un coût financier pour l’État. Il y a un coût pour les étudiants – ce qu’on observe ailleurs, notamment l’exemple de la Finlande ou de la Norvège qui vit des revenus du pétrole et qui en plus, a 625 milliards qui est générés par le pétrole. Dans les autres pays, ce qui arrive en gratuité ça se traduit soit par un contingentement très serré, soit par une baisse de qualité. Je comprends que c’est un idéal qui est inspirant mais il a des conséquences pratiques, qu’il ne faut pas négliger et dont il faudrait tenir compte.

@143min02 François Vincent, Fédération canadienne de l’entreprise indépendante. J’ai trois points à traiter sur les présentations qui ont été faites. D’abord sur la proposition de la Table de concertation étudiante du Québec - le fond des services de santé et d’éducation post-secondaire. Je pense que c’est important de faire très attention à des propositions d’augmentation de taxes lorsque les entreprises au Québec sont doublement taxées. Les PME sont doublement taxées par rapport à la moyenne canadienne et au Canada, on contribue 50%  des taxes sur la masse salariale. C’est facile de dire : retaxons, retaxons, sur le fond de musique de repeuplons de RBO mais c’est important de regarder les impacts que cela entraineraient. Chez nos membres c’est la première préoccupation. 80% de nos membres nous disent qu’ils sont surtaxés; que le fardeau fiscal global les étouffe. En 2010, on a signé 10 000 alertes action; 10 000 pétitions des pme et des chefs d’entreprises; ça démontre qu’il y a une très grandes préoccupation.  Dans notre sondage pré-budgétaire, 94% nous disait qu’une diminution des taxes sur la masse salariale serait utile pour la croissance de leur entreprise. Qu’est-ce qu’ils feraient si on baissait les taxes sur la masse salariale ? 50% augmenterait les salaires; 54% investirait dans la machinerie; 53% créerait de nouveaux emplois. Les taxes sur la masse salariale, quand on les augmente, ça freine la croissance économique mais ça freine aussi la création d’emplois et les futurs emplois des étudiants. Donc, il faut faire attention avec l’impact économique d’une proposition d’augmentation. Lorsqu’on dit que les entreprises en bénéficient grandement ; le même argument sert aussi pour les étudiants. Le représentant de la FEUQ vient dire qu’il va y avoir de plus grand salaire; s’il aura de plus grand salaire c’est parce qu’il en bénéficie – de cet investissement privé. Je trouve spécial qu’on dise, les entreprises en bénéfient donc augmentons leur contribution; surtout quand ce sont déjà les entreprises au Québec qui sont les plus taxées à travers le Canada. Quand on regarde la contribution étudiante qui a un net rattrapage à faire avec la moyenne canadienne, on dit non – il ne faut pas toucher à ça – on pelte dans la cour du voisin. Je tiens à rappeler que le comité consultatif de l’accessibilité financière aux études – pour citer la même étude que la représentante de la FEUQ a citée – elle dit qu’il n’y avait pas d’étude qui démontrait qu’une augmentation des droits de scolarité avait un impact significatif avec la fréquentation universitaire. Je pense que le taux de fréquentation et les différents systèmes démontrent qu’il n’y a pas de système parfait. Je pense qu’ici, il faut faire attention avec ce qui est proposé ; avec l’impact sur l’économie. Et aussi l’impact que si on diminue la croissance économique, on diminue les revenus de l’État et on diminue d’une certaine façon les revenus des universités. 146min. Deux éléments : est-ce qu’on pourrait penser en dehors de la boîte ? Beaucoup d’entreprises, pour croître se spécialise sur leur core business ; est-ce que ça ne pourrait pas être un élément à regarder ? Certains éléments pourraient être sous-traités dans les universités, ceux qui ne rejoignent pas leur mission fondamentale – qui pourrait faire économiser des coûts. Aussi, stimuler la création d’entreprises et l’entrepreunariat. 3e élément, sur la coordination; il faut faire attention pour ne pas recréer une nouvelle structure. Nos membres sont allergiques à la bureaucratie. Aussi le Ministère a un rôle à jouer et il est imputable. Il ne faut pas recréer un organisme qui joue le rôle du Ministère. Je pense que le Ministère fait un très bon travail et s’il y a un organisme qu’il faudrait créer, nous on croit que les administrateurs externes pourraient avoir un regard éclairant pour permettre aux Universités de pousser plus loin et de s’améliorer. 

@147min.10 Michel Nadeau,(*) directeur général de l’Institut sur la gouvernance
Je ne parlerai pas de gouvernance, on en parlera cet après-midi en atelier; mais je constate qu’il y a quand même deux visions, que l’on voit ce matin.
D’un côté il y a encore des gens qui veulent maintenir une évaluation de l’Université exclusivement et principalement contrôlée par les pairs – fermée ; et une autre approche qui est beaucoup plus équilibrée à mon humble avis, entre les pairs, les proches membres de la communauté universitaire mais aussi les gens qui la financent à 75, 80% l’ensemble du public. Je pense qu’il faudra un moment donné choisir, mais heureusement, je crois que la tendance est bonne vers la deuxième approche.

Ce matin, j’ai une double question à poser à l’ensemble : on a vu hier que la clientèle des Cégeps s’est stabilisée; que 30% de la clientèle universitaire venait souvent de la formation continue, de gens à temps partiel; est-ce que, compte tenu que l’avenir – les Cégeps et le facteur démographique au Québec le montre bien, qu’une partie de la population pourrait être une clientèle à temps partiel : les adultes – est-ce que les besoins, en terme d’encadrement professoral sont exactement les mêmes pour quelqu’un qui vient passer trois heures mercredi soir par rapport à un étudiant à temps plein ? Dans ce contexte-là, il me semble que c’est une variable lorsqu’on voit l’avenir. Comment ce facteur-là va jouer ?
@148min58 Deuxièmement, beaucoup d’Universités américaines et beaucoup d’ordres professionnels utilisent maintenant l’enseignement à distance ou une combinaison d’enseignement dans des lieux physiques et l’enseignement à distance. C’est là aussi une grande variable importante. C’est à mon avis, une voie incontournable ; la diffusion de la connaissance par internet. Comment cette variable internet, les cours à distance, comment ça va jouer sur le financement des Universités, en terme de besoins, de structure et de personnel d’encadrement ?

@149min.38 - Jean-François Tusot, Conseil interprofessionnel du Québec. Évidemment, je ne souhaiterais pas faire valoir ici des éléments de consensus qui n’existent pas sauf, peut-être un qui passe relativement sous silence. Je crois que nous aimons tous le Ministère de l’enseignement supérieur dans le sens suivant. C’est qu’il s’agit d’une créature récente du fonctionnement de notre gouvernement; c’est apparu dans les années 90; c’est malheureusement disparu dans les années 2000 et ça été recréé. Et je pense que si on peut s’entendre pour dire qu’un point de consensus est à l’effet que nous souhaitons que dorénavant le Ministère de l’enseignement supérieur soit considéré comme une dimension incontournable du Gouvernement du Québec; peut importe les changements de gouvernement pour l’avenir. On aura déjà une bonne base. 2e élément; ça été évoqué d’ailleurs au fil des représentations, ce ministère qui est jeune dans sa manière de fonctionner, dans ses réflexes; je pense qu’il a intérêt à mieux définir son rôle, son mandat et notamment en matière de coordination de l’enseignement supérieur et ça inclus, l’enseignement et la recherche universitaires. Je pense qu’il y a un travail de réflexion à faire de ce côté et je pense que ça rassemble un peu des éléments que nous avons entendus ce matin.

@151min17 - Madame Parcheval pour l’Association pour une solidarité syndicale étudiante ASSÉ. Je dois parler de gouvernance et revenir sur la présentation du Conseil du patronat qui évoquait les problèmes internes de gouvernance étudiante et qu’il s’agirait de revoir. Ma question serait : de quel type de gouvernance devrait alors s’inspirer la démocratie étudiante ? Est-ce qu’elle doit s’inspirer de la gouvernance universitaire telle qu’elle a été exprimée : à savoir une gouvernance avec une majorité de membres externes et qui aurait une faculté de leadership ? Il me semble au contraire que ça doit être l’inverse. Que c’est la gouvernance universitaire qui devrait s’inspirer de la démocratie étudiante, telle qu’elle a pu être exercée et encore exercée; à savoir une démocratie où l’ensemble des membres peuvent exprimer leur position et où ces positions sont reprises par la suite.

@151min01 - Animateur : il faut que vous souligniez des consensus, je rappelle des mots du Ministre qui nous indique qu’on souhaite en dégager le plus possible. Donc toutes les contributions qui vont dans ce sens, sont évidemment les bienvenus.

@152min.17 - Guy Breton, recteur à l’Université de Montréal. Je ne croyais pas qu’on avait à l’agenda de rediscuter du douloureux sujet des frais de scolarité mais monsieur le vice-président de la FEUQ me donne l’occasion d’aborder le sujet. Monsieur le vice-président affirme, la différenciation ce n’est pas bon. Je pense qu’il y a quelques mises au point qu’il faut faire. Primo : le Québec est la seule juridiction en Amérique du Nord où il n’y a pas de différenciation des frais de scolarité. Aucune autre juridiction, ni canadienne, ni américaine ne fait une différenciation des frais de scolarité. Au Québec, on est les seuls à avoir le pas. Il y en a soixante autres, ils vivent avec le démon, et le démon c’est dangereux. Vous avez pris un exemple qui est l’Ontario; où vous dites qu’en Ontario, ça eut des effets pervers et ce que je comprends ; si je comprends bien ce que vous dites, la motivation de votre position qui est de dire : on ne touche pas à ça ; c’est que ça permettrait une accessibilité inégale des classes sociales. Je comprends que c’est votre moteur. En Ontario c’est peut-être ça mais je vais vous dire, ce qui se passe chez nous. (153min32) Chez nous, à l’Université de Montréal, c’est la plus grande faculté au Canada, en terme de nombre d’étudiants. On a près de 300 étudiants. Quand on regarde d’où ils viennent, de quelle classe sociale, le premier vingt percentiles, les plus fortunés représentent 50% des étudiants de la faculté de médecine. La moitié de la classe viennent des classes sociales fortunées. À l’autre bout du spectre, ceux que vous voulez et que je veux qu’on avantage, les moins fortunés, le 20% qui représente les moins fortunés, il représente combien, vous pensez ? 4%, il y a dix fois plus d’élèves fortunés que de non fortunés. Si votre objectif, c’est de faire qu’il y ait accessibilité égale aux classes sociales, l’outil que nous avons actuellement, n’est pas bon. Il y a un autre effet à ça. Notre faculté, la plus grande au Canada, elle doit composer avec des revenus, toutes sources, qui sont la moitié des autres facultés du Canada. J’exclus les facultés du Québec. Ça veut dire que pour former des médecins, les facultés de médecine du Québec ont la moitié des ressources. Vous allez devoir me convaincre que l’on peut longtemps soutenir, avec la moitié des ressources. La moitié de la capacité d’engager des professeurs, du personnel de soutien, qu’on va être capable de délivrer les mêmes standards ? Nous sommes soumis, comme bien des universités, à des visites d’agrément; qui font qu’on a des organismes nationaux, internationaux qui viennent nous évaluer. Et lorsqu’ils nous comparent aux autres, ils disent : comment vous faites pour arriver avec aussi peu de ressources ? Je pense que, si l’objectif c’est d’avoir de la qualité et de rendre accessible, également, à toutes les classes sociales du Québec, la formation dans toutes les disciplines, je pense qu’il va falloir accepter de regarder autre chose que ce qu’on a sur la table.

@155min.28 - Animateur : évidemment la thématique de la journée est sur le financement des universités mais, plus on avance dans ce processus, puis on a parlé de qualité, on a parlé de frais de scolarité, tout ça est interrelié. Je demanderais simplement aux intervenants qui souhaitent aborder la question des frais de scolarité, de ne pas oublier de faire le lien avec le financement des universités, qui est la thématique de la journée.

@156min.02 - Denis Sylvain (*) président pour la Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente. J’aurai deux commentaires. Le premier, suite aux propos de monsieur Nadeau, je voudrais quand même faire un bout de chemin sur la question de l’enseignement à distance. J’ai participé à de nombreux colloques nationaux et internationaux sur l’enseignement à distance et tout nous prédestine, dans les quinze prochaines années, vers le bimodal. Donc, il y aura un incidence important, majeur sur l’utilisation des enseignants, utilisation aussi des locaux et je souhaiterais, si l’exercice que nous faisons est pour le futur, qu’on puisse avoir en tête cet élément-la et qu’on puisse aussi pouvoir identifier des pistes. Mon deuxième commentaire est à l’effet que j’ai entendu ce matin, beaucoup d’intervenants, demander une révision de la formule de financement.  Or, plusieurs d’entre vous ici savez très bien que la clientèle additionnelle qui est ciblée comme concurrence dans la formule de financement c’est beaucoup les étudiants adultes, les travailleurs et travailleuses qui fréquentent l’Université à temps partiel. C’est la base de ce financement-là qui a conduit les universités à ouvrir leurs portes aux adultes, à créer des programmes pour eux. Alors si l’on doit revoir la question de la formule de financement, j’inviterais tous les participants et les partenaires à avoir cette préoccupation qu’il ne faudrait pas arriver avec une discrimination basée sur le statut d’étudiant et de garder aussi à l’esprit que ce financement, dans la base de la formule fait en sorte que tout étudiant admis à l’Université, que ce soit en médecine ou en sciences sociales, ou dans un programme de certificat, a la même valeur, c-a-d que c’est considéré comme un étudiant universitaire, donc très important.

@158min09 - Michel Patry HEC. Je voudrais partager une grande satisfaction et une inquiétude à peine moins grande. Ma satisfaction, qui je crois va être partagée par beaucoup de gens et je présume par le Ministre, qui nous invite au début de chacune de ces rencontres, à dégager des consensus, et nous avons dégagé des consensus sur l’accessibilité, nous avons dégagé des consensus sur plusieurs choses et ce matin, par exemple, sur la règlementation ou la reddition de compte. En écoutant madame Desjardins, en regardant ce que la CRÉPUQ a proposé, la création d’un organisme qui viendrait, de façon consultative, faire des recommandations au gouvernement semble se dégager. Mais de façon importante, aujourd’hui, je n’ai entendu aucune intervention ce matin qui remettait en doute la nécessité d’un réinvestissement. Alors que peut-être on est en train de dégager un consensus important sur l’importance et l’urgence de ré-investir dans l’enseignement supérieur. Est-ce que c’est 850 millions par année, 4000$ par étudiant, est-ce que c’est 300 millions ? Si c’est 127 millions, on peut en débattre, en discuter, ce sont des questions complexes mais si aujourd’hui on parvenait à convenir de la nécessité pour le Québec de faire un ré-investissement important et urgent, je pense, monsieur le Ministre qu’on aura fait un progrès important.
Mon inquiétude, parce que je suis un économiste, donc un petit coté septique toujours dans mon analyse. Mon inquiétude qu’on pourrait convenir qu’il faille étudier la chose, en débattre, en discuter, ouvrir un chantier de discussions qui va prendre des années mais qu’il n’y a pas ni ressource, ni moyen, ni financement additionnel qui viennent. Auquel cas la situation va continuer de se détériorer et elle se détériore année après année. Et les gens qui vont nous suivre auront une tâche encore plus ardue. Et pour terminer, et peut-être pour vous encourager, monsieur le Ministre, ce matin dans le Globe and mail on reprenait un article qui a paru dans le N-Y Times, alors quand vous irez voir monsieur Marceau, votre collègue, pour convaincre; on indiquait que le gouvernement chinois a déclaré son intention d’investir 250 milliards de dollars par année pour augmenter de façon importante la production de scientifiques et d’universitaires afin que la Chine prenne la place qu’elle pense devoir prendre à l’échelle internationale. On est plus petit que la Chine, l’effort va être pas mal plus modeste mais il faut voir que les québécois, les ingénieurs québécois, les gens de la culture au Québec, les gens de gestion, les gens de la santé sont en concurrence avec des gens formés partout au Canada, partout à travers le monde.  Le Québec veut être fort, le Québec doit viser à être un des meilleurs au monde et les autres investissent de façon importante.  J’espère qu’on aura au moins dégagé ce consensus aujourd’hui.

@161min35 - Paul-Émile Auger, secrétaire général de la Table de concertation étudiante du Québec.  Donc effectivement, la table de concertation étudiante du Québec a proposé une mesure pour faire participer les entreprises au financement de l’éducation. C’est certain que cette mesure-là n’est pas idéale, n’est pas parfaite. On est les premiers à le reconnaître.  Par contre, au moins, c’est une base de discussion, puis à la table, elle est modifiable. On incite les gens, au lieu de s’opposer, à essayer de trouver un dialogue constructif sur les principes qui soutendent à cette proposition. On pense que les entreprises doivent contribuer et également préserver l’autonomie et l’indépendance des universités. On parle souvent de responsabilités. Les étudiants actuellement s’acquittent de leurs responsabilités. À chaque année, la facture des étudiants augmentent. À chaque année, la facture des étudiants augmentent de manière supérieure à l’inflation. Les étudiants s’acquitent de ces droits et vont certainement continuer de s’acquitter de ces droits, pour des années à venir, également. Alors pourquoi pas les bénéficiaires directs et indirects de l’éducation et le faire d’une manière générale, de contribuer au fond général et non pas seulement des intérêts directs. Aussi, on nous présente souvent le modèle québécois comme un désavantage ; comme un modèle bureaucratique; presque communiste, je ne sais pas trop, avec une lourdeur bureaucratique excessive, avec des taxes excessives. Ce modèle-là a également des avantages, ces avantages-là sont également dans le champ économique. On est parti par exemple, du fond de santé pour notre mesure. Et bien, je pense que le système de santé au Québec soulage les entreprises de devoir payer de lourdes assurances de santé qui coûtent extrêmement chères aux employeurs américains. Je ne sais pas si vous vous souvenez, il y a quelques années, durant la crise financière, à Détroit, je pense qu’on a découvert que beaucoup d’employeurs avaient là des sommes extrêmement lourdes à payer et, ça les a amenés parfois même à la banqueroute. Alors le modèle social québécois est également avantageux. On pense que c’est également avantageux d’avoir un système public d’éducation financé par le public; avec une dimension d’universalité; des frais de scolarité fixés, non pas par domaine mais avec un taux global. C’est un avantage pour tous. Puis on se met pas à sélectionner des programmes pour leur intérêt immédiat mais bien dans l’intérêt général. Également, je voudrais souligner que le projet de FSEP –fond santé/éducation. Suite au modèle existant déjà, il est également déductible d’impôt au fédéral – c’est déjà un avantage – c’est un modèle qui est ajustable, qui présente une contribution minime, puis qui permet de répondre à des besoins réels des universités. Dans le contexte où le patronat même, nous propose d’investir fortement dans la formation continue, propose d’investir dans la main-d’œuvre, dans l’innovation et bien il faudrait qu’il contribue à la hauteur de leur ambition. Tous ceux qui ont des projets devraient également penser aux manières de contribuer en éducation et se baser sur des mesures concrètes, réelles, qu’on peut faire maintenant. Toutefois, on reconnait également qu’il y a un nécessaire dialogue qu’il doit y avoir sur le financement. Ce dialogue devra se poursuivre dans les prochaines années également au Québec afin de dégager de grandes tendances, un grand modèle avec davantage de cohésion. Parce qu’en ce moment, on est tout de même dans un contexte divisé, on sort du printemps québécois. On pense qu’il devrait au moins avoir des mesures de prise déjà et qu’on continue la réflexion pour plus tard.

Hors ligne

 

#17 30-01-2013 21:10:42

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Dernière mise à jour | L'après Sommet ...
12 au 16 mai 2014. La recherche : zones de convergence et de créativité http://www.acfas.ca/evenements/congres/82e-congres "Cette convergence prendra place à l’Université Concordia en mai 2014 pour le 82e Congrès de l’Acfas qui attestera encore la richesse des résultats de la recherche et de la recherche-création réalisées au Québec et dans la Francophonie!"

5 décembre 2013. Colloque : Quinze ans de recherche auprès des jeunes Bilan et perspectives | « La recherche, outil de choix pour bâtir une politique pour la jeunesse? » http://www.ucs.inrs.ca/evenements/collo … et-societe


Voyez la retranscription des interventions au micro : deuxième journée de la 4e rencontre préparatoire http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2744#p2744
Retour à première rencontre http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=2153
______________________________________________________________________________
La dernière rencontre préparatoire au Sommet sur l'enseignement supérieur s'est tenue les 31 janvier et 1er février à Rimouski. http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet/les … du-quebec/ + horaire de la rencontre http://ht.ly/hi8c2
* Rencontre thématique sur la contribution des établissements et de la recherche au développement de l'ensemble du Québec http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c9890.html

*** Programmes de bourses et de subventions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2742#p2742

19 février 2013. Françoise David, députée solidaire de Gouin, expose la façon dont Québec solidaire perçoit la mission de nos universités https://www.youtube.com/watch?feature=p … 64Z_4ZJdvE

2 février 2013. L'apogée d'une démarche historique? http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … orique.php

15h00 Rencontre avec le Ministre Duchesne et les médias http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/593/fr/ Convocation des médias par voie de communiqué http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c2444.html
- Recherche: le ministre Duchesne annonce la tenue d'assises nationales en avril http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-en-avril

1er février 2013. 2e journée; contributions sur la thématique de la journée | en webdiffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/592/fr/
• Table de concertation étudiante du Québec : M. Paul-Émile Auger, Secrétaire général | Recherche et diplomation aux cycles supérieurs http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
• Centrale des syndicats du Québec : M. Bernard Bérubé, Président de la Fédération du personnel professionnel des collèges | La contribution des établissements et de la recherche au développement du Québec : Pour une plus grande collaboration, reconnaissance et synergie http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
"Par rapport à la contribution des établissements, nous prônons une meilleure collaboration et une meilleure synergie entre les universités. Notamment, nous voulons maintenir le réseau des universités du Québec; maintenir aussi sa synergie et de ne pas l'atomiser ou en faire des universités de second ordre."
• Fédération des cégeps : M. Jean Beauchesne, Président-directeur général et Mme Marie-France Bélanger, Directrice générale du Cégep de Sherbrooke| La contribution des cégeps au développement du Québec : La recherche et l'enseignement http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
Marie-France Bélanger : la recherche existe depuis la fondation des cégeps, depuis 45 ans. La recherche en éducation a été le premier sujet de recherche. On y apprend qu'il y a 46 centres collégiaux de transfert des technologies dont 40 sont dédiés à la recherche et à l'innovation technologique (technologies marines, éoliennes, au niveau des mines, pour les CCTT (Centre collégiaux de transfert des technologies) à vocation technologique) et 6 à la recherche et l'innovation sociale (intégration socio-professionnelle des immigrants et le décrochage scolaire). On comte une vingtaine d'autres, en imagerie numérique au cégep de Matane ou encore sur l'intelligence territoriale qui est rattaché au cégep de l'Outaouais." "Les collèges aident à soutenir le développement des créneaux - un exemple qui vient de notre région *** le cégep de Sherbrooke est en train de développer un laboratoire où l'on utilisera des mannequins et simulateurs pour la formation en santé, et c'est basé sur une activité de recherche de nos chercheurs et c'est soutenu financièrement, et ça s'inscrit dans le créneau biotech-santé de la région de l'Estrie.*** Une autre contribution à l'avancement des connaissances scientifiques autour d'autres domaines ; par exemple les mathématiques, la philosophie, la littérature, la physique - un petit clin d'oeil, on a parlé hier de l'observatoire du Mont Mégantic, il y a des chercheurs de collèges qui participent aussi aux travaux qui ont permis d'en faire la première réserve mondiale de ciel étoilé. Ces recherches sont financées par les fonds québécois et canadiens."
Jean Beauchesne: "Nous souhaitons qu'il y ait des mesures structurantes pour aider les collèges en région, pour maintenir une offre de qualité. Nous sommes à mettre la dernière main à des propositions, qui nous espérons seront considérées dans le cadre du sommet et dans les actes du sommet; par exemple des mesures incitatives et financières pour aider : des bourses d'études, des contributions à la résidence des étudiants etc... Un système d'admission plus intégré - on en a trois actuellement - qui ferait en sorte de mieux répartir les étudiants en région."
• Université du Québec : M. Jean-Pierre Ouellet, Recteur de l’Université du Québec à Rimouski et M. Daniel Coderre, Directeur général de l’Institut national de la recherche scientifique | L’accessibilité, le développement scientifique et régional: une mission au service de toutes et tous, partout au Québec http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique1.pdf
- Mémoire : L’accessibilité, le développement scientifique et régional: une mission au service de toutes et tous, partout au Québec http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique2.pdf
"L'offre de formation à tous les cycles est arrimée à la fois aux besoins des milieux et à la nécessaire évolution des savoirs. Les établissements accomplissent leurs missions en réponse aux impératifs du développement du Québec et de ses collectivités. La recherche prend appui sur les besoins de développement scientifique du Québec et de ses régions. Des créneaux spécialisés ont émergé, couvrant tant les dimensions fondamentales qu'appliquées. L'offre de formation et les réalisations en recherche sont placées à l'enseigne de la collaboration, tant au niveau national qu'international. Elle repose sur un soucis constant d'excellence. L'accessibilité est au coeur du modèle de formation mis en oeuvre par les établissements. Pour ce faire, les établissements du réseau se sont dotés d'un large éventail de programme de premier cycle afin de répondre adéquatement aux besoins de formation des milieux qu'elles desservent dans l'ensemble du Québec..."
Daniel Coderre : Contribution des établissements en regard du développement scientifique du Québec et des défis qui s'y rapportent. "La recherche universitaire est une recherche internationale. Quelle que soit l'université, sa situation géographique, sa taille, les professeurs chercheurs et les étudiants des universités contribuent de façon significative au développement de la connaissance internationale; s'alimente aux développements scientifiques internationaux. Nous sommes tous de la même catégorie. Ce qui est important, c'est qu'ils ancrent leurs recherches de niveau international dans les régions où ils sont et il est alors important que le déploiement de la recherche au Québec se fasse sur tout le territoire du Québec. Il est important de noter que ce ne sont pas les universités, selon leur profil, qui reçoivent le financement pour la recherche; ce sont les chercheurs qui par la qualité et la pertinence de leurs demandes, mais aussi par leur productivité scientifique qui font qu'ils obtiennent ces résultats. À cet égard, les résultants sont éloquents pour les dix établissements de l'Université du Québec. *** Ils contribuent de façon marquée au développement de tous les secteurs de la recherche et de la création y compris dans le domaine de la santé, malgré l'absence de faculté de médecine et d'hôpital universitaire affilié. Malgré la jeune existence de nos universités, nous avons su nous tailler une place enviable sur l'échiquier canadien. À titre d'exemple l'INRS qui est une université unique au Canada, dédiée au cycle supérieur et à la recherche est première, en terme d'intensité de recherche, sur les quelques cent universités qui existent au Canada; financement donmc, par professeur. Ils publient presque deux fois plus, en moyenne, que tous leurs homologues québécois et ils obtiennent quatre fois plus de financement de recherche. *** Et fait intéressant, ils attirent près de 40% d'étudiants qui sont des étudiants étrangers au départ mais 50% d'entre eux restent au Québec par la suite et deviennent des acteurs significatifs du développement du Québec. Des créneaux importants de recherche se sont développés dans les établissements de l'Université du Québec, pour devenir au fil du temps, des pôles d'excellence. Les exemples sont multiples : science de la mer, énergie, eau, aluminium, ressources forestières et minérales, art, création, communication, développement urbain régional, cyberpsycologie, maladies infectieuses, nanotechnologie, laser ultra-rapide et bien d'autres. Signe de la culture de collaboration et d'arrimage au milieu utilisateur - c'est 60% de notre production scientifique qui est réalisée avec des partenaires - partenaires universitaires, hospitaliers, le milieu communautaire, municipal et d'entreprises. Étant arrivé plus récemment dans le monde universitaire québécois, nous avons du être innovants et se créer des niches nouvelles. C'est le cas des secteurs de l'écologie, des sciences de l'environnement où nous avons été pionniers mais aussi, plus récemment, de nouvelles disciplines telles que la pratique sage-femme, la chiropractie, la pôdiatrie par exemple. Quels sont les défis qui nous attendent ? Pour permettre à la recherche de jouer son rôle moteur de l'innovation et du développement du Québec, il importe de reconnaître l'impact de la recherche développée dans tous les secteurs et dans toutes les régions du Québec. Il faut également s'assurer, comme l'a dit monsieur Faubert, que la recherche universitaire, la recherche industrielle, la recherche collégiale et l'action des CCTT travaillent de concert et de façon plus cohérente...." "De plus, pour plusieurs secteurs de recherche, la présence d’infrastructure de haut niveau est essentielle au développement académique et à la formation de personnels hautement qualifiés. Il faut poursuivre le financement de ces infrastructures mais c’est particulièrement important pour les réseaux d’universités du Québec et pour certaines d’entre elles qui n’ont pas terminé leur plein déploiement de recherches et de formation au cycle supérieur. Ce qui est encore plus important, c’est qu’il faut s’assurer que le financement du fonctionnement et du maintien de ces infrastructures de très haut niveau soit au rendez-vous pour que l’on puisse continuer à être significatif sur l’échiquier international. Le désengagement actuel du gouvernement fédéral a eu des impacts majeurs sur la poursuite de l’utilisation de ces grandes infrastructures de recherche – ceci, combiné aux restrictions budgétaires qui nous sont imposées dans les universités – nous sommes extrêmement fragiles à cet égard. Ce qui est la clé du développement de la recherche au Québec, c’est l’augmentation importante du nombre de professeurs chercheurs de grande qualité. Il faut, de plus, créer un environnement qui soit porteur ; qui nous permette d’attirer les meilleurs mais aussi, de pouvoir les fidéliser chez nous. Pour une université comme la mienne, tout l’investissement se traduira prioritairement par l’augmentation de notre corps professoral ; ils sont la clé de voûte de notre développement."
• Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec : Mme Luce Samoisette, Présidente du Conseil d’administration de la CREPUQ et rectrice de l’Université de Sherbrooke | La contribution des universités à la société québécoise http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
"Le Québec a fait des pas de géant en terme de scolarisation universitaire. Nous sommes devenus chef de file mondial des technologies de l’information, du logiciel et de l’aérospatial. Nos secteurs traditionnels renaissent et se maintiennent grâce à une recherche perpétuelle de productivité rendue possible par le savoir de pointe. Nous étions une société insulaire, aujourd’hui notre culture rayonne avec vigueur. Le changement le plus fondamental survenu depuis vingt-cinq ans a été l’extraordinaire poussée de la scolarisation surtout au niveau universitaire. *** La question posée par le Ministre interpelle les établissements universitaires sous un angle très spécifique – celui de la capacité de se concerter afin de maximiser le potentiel des ressources mises à leur disposition et de les placer au service de la collectivité québécoise avec une insistance particulière sur les infrastructures servant à la recherche. *** Comment les Universités travaillent ensembles au bénéfice des collectivités.
Où en sommes-nous si on se compare à l’Ontario – en 2006 – taux de scolarisation au Québec 16,5% contre 20,5% en Ontario, sur les programmes conduisant à un grade. En 1961 le Québec avait 2,9% de sa population qui détenait un grade universitaire, contre 3,4% en Ontario. L’écart qui sépare le Québec de l’Ontario représente un rattrapage de quelques 264 000 diplômés. C’est quatre fois le nombre annuel de diplômés des universités québécoises. Le Québec n’a pas les moyens de se priver de la contribution de son développement qu’aurait pu fournir ces centaines de milliers de diplômés supplémentaires. Voyons comment ? Les établissements universitaires facilitent le recrutement, l’accueil et l’intégration des étudiants étrangers et des professionnels immigrants. … les universités québécoises constituent ainsi des milieux multiculturels riches. Les universités soutiennent le développement des régions, elles ont un effet structurant sur les régions périphériques, par la rétention des jeunes, l’attraction d’une population jeune et instruite et la dynamisation du tissu social, culturel et économique. Les universités répondent à la formation des milieux par une offre de formation sur demandes et selon les besoins ; exemple d’une formation médicale décentralisée ou de la formation continue en éducation sur tout le territoire du Québec. La valeur de la contribution au développement des régions de la métropole et de la capitale tient aux liens étroits qu’elles entretiennent avec la collectivité. La présence des universités, à elle seule, génère des effets économiques majeurs. Plus encore, les liens scientifiques assurent de nombreux transferts dans les milieux immédiats des résultats de recherche qui entraînent la création d’entreprises, de chaires de recherche sur des enjeux locaux, de centres de recherche sans compter la contribution de stagiaires et les applications pratiques d’innovation sociale et scientifique. Les universités multiplient les initiatives au bénéfice de leur communauté d’appartenance et contribuent à l’amélioration de la qualité de vie dans pratiquement tous les domaines de l’activité humaine. La société québécoise ne peut laisser diminuer ces contributions nécessaires à son développement. La recherche est essentielle à toutes sociétés développées. Tous les états modernes soutiennent la recherche. Au Québec, la recherche se fait dans les universités, ce qui n’est pas le cas dans plusieurs pays Voir au document de présentation les 3 mythes. 64min.
•  Comité de liaison intersyndical des syndicats et professeures et professeurs du réseau de l’Université du Québec : M. Gilles Imbeau, 2e vice-président au syndicat des professeures et professeurs de l’Université du Québec à Chicoutimi et conseiller au comité exécutif du CLIUQ
- Document - Dynamique délétère de la recherche-création universitaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique1.pdf
- Présentation - Dynamique délétère de la recherche-création universitaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique2.pdf
69min. Les organismes subventionnaires gouvernementaux dont les budgets stagnes dans un contexte où on voudrait avoir une croissance du corps professoral...
• Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec : Mme Carole Neill, présidente du Conseil provincial du secteur universitaire du SCFP-FTQ | L'université que nous voulons : impliquée dans sa communauté http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique1.pdf
- Mémoire : La contribution des établissements et de la recherche au développement de l’ensemble du Québec http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique2.pdf
"... 119min.45 29 mai 2012 l’article de Christian Rioux intitulée Suisse – quand le modèle américain tue l’université. http://www.ledevoir.com/societe/educati … universite Question des plus pertinentes; la voici. Et si, à la source de la colère des étudiants québécois, il n’y avait pas simplement l’augmentation sauvage des droits de scolarité mais aussi une conception de l’Université. Ici, je ne suis pas responsable du vocabulaire de l’auteur. L’article est en fait un résumé du livre de Livero Zuppiroli, la bulle universitaire : faut-il poursuivre le rêve américain ? (Libero Zuppiroli nous offre une satire de ce qu'est l'université des sciences et des techniques aujourd'hui. http://images.math.cnrs.fr/La-bulle-universitaire.html) Spécialiste en octoélectronique, ce chercheur de l’école de Lausanne ; institution parmi les mieux cotées dans les classements internationaux décrit de quelle manière des gestionnaires formées aux États-Unis ont sacrifié le modèle de l’Université Suisse en le transformant en université made in USA. Comment cela s’est-il passé ? D’abord on a soigné la visibilité de la l’École, on a engagé un directeur des communications. Le nombre d’articles dans la presse locale a été multiplié par 10. Évidemment cela n’avait aucun rapport avec la qualité de la recherche … 121min12 … voilà l’Université que nous ne voulons pas; pour plusieurs d’entre nous. Que l’on utilise le terme mal-financement, sous-financement, dé-financement, refinancement ou qu’on soit dans le trou; cela ne justifie pas que l’on sacrifie cette question fondamentale à l’impératif économique. Dans la mesure où nous aurons identifié l’université que nous voulons, nous devrions être en mesure de déterminer les réels besoins financiers des universités. Alors quelle université voulons-nous ? Pour y répondre, je vous rappelle les quatre types d’universités que monsieur Lessard nous a présenté lors de la première rencontre…. Une université comme service publique, qui sans renoncer aux exigences académiques, est partie prenante de la société; elle est une source de progrès social, culturel et économique. Enfin, la dernière dite entrepreneuriale elle est marquée par l'accélération de la mondialisation, l'émergence d'une économie fondée sur la connaissance, le retrait progressif de l'État du financement de l'enseignement supérieur; et autres caractéristiques. Selon monsieur Lessard, aucune université n'est l'incarnation d'un seul de ces modèles. Mais au fil des années, l'université de la transmission, de la recherche scientifique, du service à la société ont appris à cohabiter, non sans difficulté, sans tension et ont même appris à s'enrichir mutuellement. Pour notre part nous souscrivons au modèle d'Université comme service publique, inscrite dans la société, et partie prenante de son développement social, culturel et économique. Une université en constante recherche d’équilibre entre la vision académique et l’utilitaire… 125min.05 ... C’est ici que vous allez remarquer que la FTQ a sensiblement les mêmes priorités que la CSQ, nous en sommes agréablement surpris mais je vous l’affirme, nous ne nous sommes même pas concertées." Qu'en est-il de la formation continue des travailleurs et des travailleuses adultes. Le Québec assume un retard... 22,9% des québécois et québécoises, 25 ans à 64 ans déclarent avoir suivi de la formation liée à l’emploi. C’est la plus faible proportion parmi les provinces canadiennes. Malheureusement pour nous, on a plutôt tendance à considérer la formation continue comme un enjeu d’abord privé et personnel plutôt que collectif. *** Alors que la formation initiale est perçue comme un enjeu collectif, et une affaire de justice sociale, qu'en est-il de la formation continue. S'agit-il uniquement d'une responsabilité individuelle, celle du travailleur et travailleuse qui seul face à l'évolution de plus en plus rapide du marché du travail doit assurer sa propre employabilité en obtenant des qualifications supplémentaires et des mises à jour de sa formation initiale ? S'agit-il d'une responsabilité de l'employeur, dont les intérêts sont évidents mais néanmoins circonscrits ? ou s'agit-il plutôt d'une responsabilité collective, qui tout comme la formation initiale, constitue un déterminant majeur de notre développement économique, social et culturel ? Comme dans le cas de la formation initiale, bien sûr, les individus ont une part de responsabilité mais il nous semble que le Québec pourrait faire plus pour améliorer l'offre de formation continue, en faciliter l'accès et soutenir ceux et celles qui choisissent de relever ce défi personnel. *** Et pour ce faire, il serait important pour nous, premièrement d'établir un meilleur dialogue entre le Réseau universitaire et la Commission des partenaires du marché du travail. Et deuxièmement de confier au futur Conseil des universités, le mandat de mieux coordonner le développement du réseau universitaire, en ce qui a trait à l'offre de formation qualifiante et l'offre de formation continue. Et ce faisant, de proposer des solutions pour en améliorer l'accessibilité. Dans la perspective de l'Université impliquée dans sa communauté, nous souscrivons également et fortement à la création d'une unité dédiée aux services aux collectivités dans chacune des universités. L'UQÀM par la création de ce service - ça été la première - elle demeure encore aujourd'hui la seule université à reconnaître et à assumer pleinement une mission de services aux collectivités, et de quelle manière ? En offrant aux groupes sociaux, un service distinct leur procurant un accès simple et direct aux ressources universitaires. Quand un organisme frappe à la porte du service aux collectivités de l'UQÀM, sans argent, ce qui est très fréquent, il ne vient pas seulement demander un service ou une ressource, il ne vient pas demander l'aumône, il vient offrir son expertise ainsi que l'accès à des préoccupations, ou à un milieu et à des problématiques en émergence. Il y a là un véritable retour vers l’Université, un retour significatif. Pourquoi ? parce que des activités conduites dans le cadre de ce service permettent notamment, un arrimage entre l’enseignement universitaire et les connaissances d’expertises du milieu; une intégration plus rapide de ses connaissances dans le cursus universitaire; le développement de nouveaux cours, de nouvelles méthodes pédagogiques, de projets de recherches, d’accès à des subventions externes ainsi que la production de publications et de conférences scientifiques. C’est un apport scientifique que l’on doit reconnaitre adéquatement. En dernier lieu, nous tenons à préciser que l’Université ouverte aux aspirations de la société est partie prenante de son développement social, culturel et économique comporte aussi des obligations à l’égard des différents acteurs qui composent sa propre communauté. Le modèle académique, il faut bien le dire, a conduit à une collégialité plutôt réduite, centré sur les professeurs et les étudiants. Le modèle entrepreneurial axé sur une direction renforcée laisse peu de place aux autres acteurs de la communauté universitaire. En fait, la question est simple : Comment répondre aux aspirations de la société quand les Universités négligent en partie les aspirations et la contribution de son propre personnel; de la place occupée par les auxiliaires d’enseignement, de recherche, le personnel de recherche, les chargés de cours, le personnel de soutien. Assumer une volonté d’enracinement et d’inscription dans la société civile implique une reconnaissance de la contribution de tous les membres de la communauté; par leur inclusion aux instances décisionnelles. Et cela implique également de déterminer avec diligence les réels besoins financiers nécessaires au développement des universités pour assurer leur contribution au développement de la société québécoise. Nous l’avons déjà affirmé et nous le faisons à nouveau, la surcharge de travail du personnel de soutien générée par l’augmentation des effectifs étudiants, du personnel enseignant, du personnel de direction, du parc immobilier est non seulement réelle mais critique. Nous avons démontré à quel point cette situation a un impact sur la qualité de l’enseignement et le service aux étudiants. Finalement, convaincre la population québécoise d’investir dans notre plus grande richesse, le génie québécois, nos têtes, nos âmes est un projet ambitieux. Pour ce faire, le projet de charte nationale de l’Université québécoise doit voir le jour. Quelle université voulons-nous ? L’Université plurielle enracinée dans sa communauté mais dont les principes et les valeurs gouvernent notre agir et notre action à l’intérieur, tout comme à l’extérieur de la communauté universitaire. Finalement, nous en sommes rendus à nos trois constats – le premier : Quelle université voulons-nous ? La réponse à cette question doit se trouver dans une Charte nationale de l’université québécoise. 2e Nous proposons un chantier de travail pour améliorer l’offre et l’accessibilité à la formation continue. (mandat qui peut être confié au futur Conseil des Universités) 3e Nous invitons toutes les universités à créer une unité dédiée au service à la collectivité dans chacune des universités parce que cela constitue une recherche significative que l’on doit reconnaitre adéquatement. 133min.19
• Fédération des chambres de commerce du Québec : Mme Françoise Bertrand, Présidente-directrice générale | L'enseignement supérieur - Accessibilité - Qualité - Diversité http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique1.pdf
- L’enseignement supérieur et le développement des régions http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tique2.pdf
Ancienne doyenne de l’UQÀM. La recherche démontre la rentabilité des investissements dans les collèges et les universités. Le mouvement Desjardins a estimé à près de 12 milliards par année – c’est d’ailleurs ce que nous importons de pétrole par année – l’impact économique, dynamique des universités du Québec tout simplement parce que les universités rehaussent les compétences de la main-d’œuvre et que cela se traduit par davantage d’innovation et énormément de gains de productivité. À cela s’ajoute les activités de recherche qui contribuent à accélérer le développement économique. …
• Fédération étudiante collégiale du Québec : Mme Éliane Laberge, Présidente | Pour un réseau collégial fort et en santé http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf


31 janvier 2013. En webdiffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/591/fr/
• M. Jean-Pierre Ouellet, Recteur de l’Université du Québec à Rimouski  6700 étudiantes et étudiants – l’UQAR 40 000 diplômés
• M. Marc-Urbain Proulx, Professeur en économie régionale à l’UQAC, directeur du Centre de recherche sur le développement territorial et sous-ministre associé aux Régions au MAMROT | « Les établissements d’enseignement supérieur et le soutien à l’innovation dans leur milieu » http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
• Mme Geneviève Tanguay, PhD, Vice-rectrice à la recherche, à la création et à l'innovation, Université de Montréal | « La recherche universitaire québécoise » http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf
- son compte Twitter @TanguayGen https://twitter.com/TanguayGen
- Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants un groupe de recherche sous la direction de Richard Tremblay http://www.rsc-dje.ca/publications.html#Encyclopedie | Réseau stratégique de connaissances sur le développement des jeunes enfants http://www.rsc-dje.ca/a-propos-de-nous/ … ction.html | Encyclopédie http://www.enfant-encyclopedie.com/fr-ca/accueil.html
• M. Gilles Savard, Directeur de la recherche et de l'innovation à l'École Polytechnique de Montréal et membre de l'Association francophone pour le savoir
- Présentation conjointe http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf « Pistes pour une politique
de la recherche et de l’innovation axée sur le bien commun et l’innovation durable »
• M. Denis Faubert, Directeur principal de l’Institut de recherche d’Hydro-Québec et représentant de l’Association pour le développement de la recherche et de l'innovation du Québec
- thème intéressant : l'enrichissement sociétal
• M. Renaldo Battista, Directeur scientifique du Fonds de recherche du Québec – Santé http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf Évolution du fond de recherche du Québec. Le support à la formation ...

Période de questions …
104min.58
•  Michel Tremblay, Fédération des professionnels à la CSN. À la CSN avec l’enseignement et les services aux collectivités, on convient que la recherche création est au cœur de la mission universitaire et prend de plus en plus de place dans les collèges. Il y a un aspect que vous avez peu évoqué et particulièrement le premier conférencier monsieur Jean-Pierre Ouellet m’a déçu là-dessus compte tenu de son curriculum. On n’a pas beaucoup parlé de l’importance de la recherche en région et de l’importance pour le développement régional, qu’il y ait de la recherche autant économique, social et artistique. J’aimerais vous entendre là-dessus.

105min.50
•  Marc André Legault, président du conseil National des cycles supérieurs de la Fédération étudiante universitaire du Québec. Ma question s’adresse à tous les panelistes. Quelle place donneriez-vous à l’innovation sociale, malgré le fait que le concept est assez populaire, que dans les dernières stratégies québécoises de recherche et innovation, ils ont eu très peu de financement ?

106min.13
•  Marie-Pier Boisvert, v-p externe au REMDUS donc le regroupement des étudiants à la maîtrise et au doctorat de l’Université de Sherbrooke. Il y a des blagues qui circulent dans les universités concernant le fait que les professeurs et les étudiants passent plus de temps à remplir des demandes de subventions aux fonds de recherche qu’à faire de la recherche en tant que telle ? Est-ce que vous pensez que cette blague soit fondée ? Et si oui, qu’est-ce qu’on peut faire pour y remédier ?

Animateur : développement régional, innovation sociale, et temps passé à remplir de la paperasse plutôt qu’à faire de la recherche

107min06
M. Marc-Urbain Proulx. Monsieur le Ministre a parlé de l’importance des collèges et des universités dans le développement régional; je ne me voyais pas ce soir comme représentant ou du moins comme un démarcheur du rôle de la recherche dans le développement régional. Je pense que c’est assez évident au Québec, comment la recherche, soit dans les mines en Abitibi ou la Maritime à Rimouski, l’aluminium au Saguenay ou le bois. Je pense que c’est assez évident. On sait, mis à part les infrastructures de transport, les universités et les collèges, avec leurs centres autour, sont le meilleur outil de développement régional qu’on a jamais inventé au Québec dans les cinquante dernières années. Vue cette évidence j’ai proposé un modèle plus général qui s’applique à l’ensemble du Québec y compris les milieux ou régions périphériques. Nonobstant les pressions financières, tout le cheminement qu’on a fait avec les collèges et les universités pour soutenir l’innovation et le développement régional – au cours des 30, 40 dernières années – je pense qu’il y a encore un cheminement très important à faire, il y a une littérature importante sur le sujet et il s’agit de davantage s’impliquer dans des initiatives de développement régional. Avec les savoirs qui sont développés dans les collèges et les universités ou les savoirs qui appartiennent à d’autres universités mais qui passent par nos universités et collèges pour être assimilés et être transférés vers les milieux.

109min09 à la question de monsieur Legault sur l’innovation sociale, quelle place cela doit-il prendre dans la recherche ?
Mme Geneviève Tanguay, Ph.D : Je pense que l’innovation sociale prend une plus grande place que ce que vous pouvez voir dans une stratégie québécoise de rechercher et d’innovation parce qu’en fait nos chercheurs travaillent déjà avec les milieux. C’est sûr qu’on a besoin de plus d’organisation de transfert, on a besoin aussi de plus de fonds dédiés à l’innovation sociale pour aider nos chercheurs à le faire. Mais tant bien que mal, ils sont déjà très actifs dans les milieux. L’innovation sociale, aussi, vous avez entendu Pierre Fortin vous parler; moi je l’ai déjà entendu nous parler de ce qu’il pouvait amener notre société à être encore plus productive, plus rapidement. Est-ce que c’est le gadget de l’innovation technologique ou est-ce que c’est l’innovation sociale ? Encore là, c’est souvent l’innovation sociale et l’innovation organisationnelle qui peut accroître de beaucoup notre productivité de nos entreprises. Oui elle est importante – on l’a vu tantôt pour la violence chez les enfants; on l’a vu dans d’autres secteurs. Il faut continuer à soutenir l’innovation sociale. Il fallait partir de quelque part et je pense que nous sommes sur une bonne voie.

110min20
Animateur : Madame Boisvert demandait, est-ce une mauvaise blague, un préjugé, est-ce qu’il y a un fond de vrai ? Est-ce qu’on passe plus de temps à remplir la paperasse ?
M. Renaldo Battista. Je suis tout à fait d’accord. D’ailleurs au fond santé, depuis un certain nombre de mois, on est à revoir les façons de faire. Ce qu’on constate, c’est que dans les fonds subventionnaires, je pense, qu’à travers les années, on accumule les contraintes, on multiplie les programmes et il arrive un moment donné où l’on doit faire une pause et se reposer des questions sur comment on procède. En ce moment, au fond santé on est en train de compléter la tournée de tous les centres de recherches des milieux hospitaliers et des 18 réseaux de recherche, il y a 9 groupes de recherche et on discute avec les comités de direction de ces questions-là. Et je pense qu’il y a un consensus à l’effet que la complexité administrative mérite d’être allégée à ce moment-ci. Donner un exemple précis : les centres de recherche des réseaux sont financés pour des périodes de quatre ans et on se rend compte de plus en plus qu’il serait peut-être possible d’allonger la période de financement, avec peut-être avec un rapport d’évaluation de mi parcours. En d’autres termes, je pense que oui, il faut alléger la charge administrative pour laisser plus de temps aux étudiants et aux chercheurs, de faire de la recherche.

111min56
Animateur : cette réflexion-là à votre connaissance, elle se fait aussi auprès des autres fonds subventionaires ou seulement certains d’entre eux.
Réponse : elle se fait au niveau des autres fonds, elle se fait par exemple au niveau des IRSC donc les Instituts de recherche en santé du Canada sont en voie d’implanter une réforme majeure de tous les programmes de subventions.
112min24
M. Gilles Savard : On remarque ça aussi dans les chaires de recherches du Canada. Ils viennent de relaxer les rapports, on fait maintenant aux deux ans au lieu de chaque année. La FCA également, c’est une tendance et on souhaite qu’elle puisse se poursuivre.

112min44
• Luc Caron, v-p du Syndicat des professionnels de recherche de l’Université Laval. C’est plus un commentaire. Vous savez la recherche, ça fait 30 ans qu’on en fait à l’Hôtel Dieu et c’est un jeu qui se joue à l’International. Ce qui assure le succès des équipes, je l’ai vu souvent, c’est justement la composition des équipes. Une équipe de recherche c’est un chercheur, des étudiants, un professionnel de recherche qui travaille en arrière de ça et souvent, comme le disait madame Tanguay, dans l’ombre. Je voudrais souligner que, madame Tanguay, ce soir vous avez fait preuve d’une très grande innovation en mentionnant chacun des membres de cette équipe. Je vous remercie.

113m28
• Blandine Parchemal, pour l’association pour une solidarité syndicale étudiante On a beaucoup parlé de la recherche comme innovation. L’innovation étant conçue comme la production d’un bien de consommation avec comme finalité, la mise sur le marché. On a aussi parlé de la recherche comme fournissant de la m-o pour les entreprises ou bien comme garantissant la réputation internationale. Ma question : est-ce qu’ici, il n’y aurait pas un risque de mettre de côté une certaine forme de recherche, la recherche création pour de nouvelles idées, une nouvelle réflexion, une nouvelle conception du monde. La recherche s’effectue sur du long terme, une recherche autonome et libre qui n’est pas orientée vers des finalités précises.

114min24
• Vincent Bastien, v-p de la Fédération étudiante collégiale du Québec. Sachant qu’au Québec nous avons les centres collégiaux de transfert technologique, que le plus grand nombre de ces centres s’occupent surtout de recherches appliquées au niveau de technologie. Est-ce que nous devrions avoir une plus grande place au niveau des pratiques sociales donc, la science humaine, la recherche plus spécifique pour les enjeux sociaux et quels moyens devrions-nous utiliser pour inclure plus d’étudiants dans ces centres collégiaux de transfert technologique, comme milieu de stage et comme transfert de connaissances et de savoirs ?

115min15
• Martin Gravel représentant de la Table de concertation étudiante et v-p aux affaires externes. Ma question s’adresse à monsieur Batista. Étaient soulevés dans la présentation, les critères entourant la recherche intersectorielle, on pourrait aussi parler de trans sectorielle peut-être. C’est une problématique que plusieurs étudiants chercheurs vivent pour aller chercher le financement. Comment on peut réussir à tomber dans le bon fonds, le bon organisme subventionnaire si on veut parler du côté fédéral mais est-ce qu’il y a des solutions qui peuvent être apportées finalement  pour cette problématique-là disons à court terme ? Entendu que c’était nommé mais on n’a pas vraiment eu plus de jus par rapport à cette question.

116min.
Animateur : qui veut réagir soit au commentaire de monsieur Garon ou la question de madame Parchemal sur le risque de perdre une forme de recherche plus fondamentale.

• M. Denis Faubert : dans le mémoire de l’ADRIQ, on a bien parlé d’un financement équilibré pour l’ensemble du système d’innovation. Geneviève a bien fait le point, lorsqu’on génère des connaissances, on doit financer à peu près l’équivalent selon les besoins de ce secteur-là, dans une phase de développement de connaissances. Lorsque nos avantages compétitifs se développent dans certains secteurs, on doit concentrer nos efforts pour pouvoir mettre ces choses-là sur le marché et se développer un avantage compétitif à l’échelle du globe. Vous avez raison madame, c’est une question d’équilibre. D’une part, il faut développer les connaissances d’une façon équilibrée; lorsqu’arrive le temps de mettre quelque chose sur le marché, il faut vraiment se concentrer sur notre créneau d’excellence. On l’a bien fait au Québec en aérospatial par exemple,
Animateur : vous ne jugez pas qu’il y a un risque ?
Réponse : Non. Pas du tout, à condition que l’on puisse maintenir cet équilibre dans le financement. C’est la recommandation.

117min.32
• Madame Geneviève Tanguay : je veux ajouter que les fonds subventionnaires ; les organismes subventionnaires au fédéral sont aussi gouvernés par des chercheurs qui sont actifs et qui connaissent la différence entre la recherche libre et la recherche orientée ; qui veille finalement à s’assurer que on respecte de bons équilibres de ce côté-là. Le problème vient qu’un moment donné, il y a moins de fonds disponible, pour des recherches à très long terme et ça devient difficile à ce moment-là d’assurer une continuité de financement pour des recherches qui peuvent paraître plus ésotériques. Mais les recherches ésotériques d’aujourd’hui vont donner des choses demain. Il faut faire attention; donc, c’est très important de conserver un bon équilibre. Je pense que la communauté veille.

118min20
Animateur : monsieur Batista vous avez été interpellé par monsieur Gravel sur la recherche intersectorielle.
• Monsieur Batista : c’est certain que le discours est beaucoup plus avancé que la pratique. D’une certaine façon, je pense que la forme suit la fonction toujours, et non pas le contraire. Et dans ce contexte-ci, ce que ça veut dire, que ceux et celles qui sont intéressés par la recherche intersectorielle ; parfois ont beaucoup de difficultés à comprendre où envoyer une demande de subvention. Justement parce que les fonds subventionnaires ne fonctionnent pas encore de façon intersectorielle. Nous par exemple au Fond de recherche du Québec, depuis la création du Fond; il existe maintenant des comités intersectoriels où on examine ces problèmes-là. Justement comment mettre en place un comité de revues de pairs, de demande de subventions qui soit intersectoriel; ça n’existe pas, on est en voie de mettre ça en place en ce moment. Je dirais que ce même discours s’applique dans les universités où encore une fois, la volonté d’intersectorialité est beaucoup plus importante que ce que les structures peuvent accommoder justement. Je pense que c’est un problème qui se vit à différents niveaux.
120min
Animateur : il y avait la question de monsieur Bastien sur les pratiques sociales, les sciences humaines, plus particulièrement aussi à l’accessibilité à plus d’étudiants dans les centres collégiaux.

• Madame Tanguay : le gouvernement du Québec, au cours des dernières années a quand même investi dans de nouveaux centres collégiaux de transfert technologique, dans les sciences humaines et sociales justement. Je peux penser à ECOP qui est à Jonquière. Si ma mémoire est bonne ce sont six centres collégiaux en transfert technologique qui sont en innovation sociale donc c’est un début. Peut-être qu’il y en aura d’autres, c’est à souhaiter.

120min55
• Monsieur Savard dit préférer parler d’enjeux de recherche interdisciplinaires que de recherches interdisciplinaires. La recherche va rester très fondamentalement disciplinaire pour encore plusieurs années. Il y a quelques nouveaux types de recherches interdisciplinaires mais l’ensemble des chercheurs ne seront pas des chercheurs interdisciplinaires. Ce sera des chercheurs disciplinaires qui auront l’habileté de s’intégrer dans des projets de recherches interdisciplinaires.

122min
Ken de l’Université McGill. Je suis professeur et je fais partie de l’équipe de délégation de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université. J’aimerais que vous élaboriez un peu sur l’équilibre de la recherche fondamentale et appliquée ; comment peut-on s’assurer qu’on a la bonne balance, qu’on est à la bonne place ?

122min53
• Martine Desjardins : on vous a beaucoup entendu parler de la recherche fondamentale et on le sait, un des problèmes au niveau de la recherche est souvent de vulgariser cette recherche. Ma question est plutôt pratique. Étant donné qu’on a eu des coupures récentes au niveau du gouvernement fédéral, ne serait-ce que pour la recherche fondamentale, selon vous, comment peut-on ou doit-on démontrer l’importance de la recherche fondamentale. Ne serait-ce que dans des présentations pour montrer ce qu’est la recherche fondamentale. Comment vulgariser cette recherche ?



______________________________________________________________________________
* Mémoire présenté par la FEUQ | Recherche et établissements : apports au développement du Québec http://feuq.qc.ca/IMG/pdf/recherche_final_06.pdf
* Les Universités, notre avenir à tous CRÉPUQ http://www.universites-avenir.ca/wp-con … CREPUQ.pdf La contribution des établissements et de la recherche au développement de l’ensemble du Québec http://www.universites-avenir.ca/contri … uebecoise/ Extrait : Le Québec ne pourra se maintenir parmi les sociétés du savoir s’il laisse se détériorer la position relative de ses universités et s’il ne soutient pas adéquatement la recherche universitaire.
* CSQ ‏@CSQ_Centrale | Avis présenté à la rencontre préparatoire au #Sommet2013 pour plus de reconnaissance, de collaboration et de synergie http://www.csq.qc.net/fileadmin/CSQ/Ext … herche.pdf

L'actualité ...
1er février 2013. communiques.gouv.qc.ca | Des assises nationales de la recherche et de l'innovation en avril http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c2547.html
- Droits de scolarité : la FEUQ durcit le ton http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … le-ton.php
- Québec renie sa parole, déplorent les cégeps et la FECQ http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … a-fecq.php
- Indexation des droits de scolarité: la FEUQ pourrait faire campagne contre la réélection du PQ http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … -du-pq.php
- Recherche en santé - Duchesne et Hébert tentent de minimiser l’impact des coupes http://www.ledevoir.com/politique/quebe … des-coupes
- Sacrifier la recherche, c'est sacrifier l'avenir http://www.lapresse.ca/debats/chronique … avenir.php
- La FNEEQ-CSN menace de boycotter le Sommet sur l'éducation http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … cation.php
- La CSN ne boycottera pas le Sommet sur l'éducation http://www.csn.qc.ca/web/csn/nouvelle/- … =maximized
- Vraiment «participative»? http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/o … pative.php
- Voir.ca | Sommet, panda et randonnée urbaine http://voir.ca/julien-day/2013/02/01/so … e-urbaine/
Sur le fil de nouvelles Twitter
- La recherche sur les problématiques nationales http://sommet.uquebec.ca/saviez_vous_qu … &id=65 | Twitter https://twitter.com/ReseauUQ/status/297351329964257282
- Université du Québec Université du Québec ‏@ReseauUQ https://twitter.com/ReseauUQ/status/297411225363574786 La concentration du financement de la recherche universitaire dans les sciences médicales limite l’utilisation de mesures globales http://sommet.uquebec.ca/saviez_vous_qu … &id=70

31 janvier 2013. Lisa-Marie Gervais ‏, Journaliste au Devoir s'intéresse au monde de l'éducation et aux questions relatives à l'immigration et aux accommodements raisonnables. Sa contribution sur Twitter https://twitter.com/gervaislm/status/297113808265175041 "Ministre Duchesne dit comprendre les inquiétudes mais rappelle que 10 M sur 560 M, c'est moins de 2%."
- Dr Hébert: les coupes en recherche auront un impact sur la santé des Québécois http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … becois.php
- Les associations d'établissements dénoncent aussi les coupures dans le Fonds de recherche du Québec http://www.aqesss.qc.ca/1773/Salle_des_ … ticle=2318 Sur Twitter https://twitter.com/AQESSS/status/297025415673966592
- 10 millions $ en recherche : Pierre Reid est furieux http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … st-furieux
- CREPUQ | La recherche universitaire : essentielle pour le Québec http://www.crepuq.qc.ca/spip.php?articl … mp;lang=fr
- @AMUQmd L'association des médecins d'urgence du Québec | Mobilisation inédite contre les coupures dans la recherche en santé https://twitter.com/AMUQmd/status/297010813594660864
- La FEUQ et le CNCS placent les étudiants-chercheurs au cœur de leurs préoccupations http://www.newswire.ca/fr/story/1107515 … ccupations
- Réseau collégial du Québec | Rencontre pré-Sommet sur l’enseignement supérieur - La recherche prend sa place au cégep http://www.lescegeps.com/nouvelles/2013 … e_au_cegep
- Le Cégep Saint-Laurent en grève pendant le sommet http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … sommet.php
- Sommet de l’éducation : une ombre sur les préparatifs http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ratifs.php
- Rencontre pré-Sommet sur l’enseignement supérieur - La recherche prend sa place au cégep http://www.ledevoir.com/societe/educati … e-au-cegep

30 janvier 2013. Cri du coeur; des programmes de soins qui cesseront ... C'est ce qui est dit dans le reportage de tvanouvelles | http://tvanouvelles.ca/video/2130391687 … tions-18h/
- Droits de scolarité: quelle est la meilleure solution? http://www.lapresse.ca/debats/debat-du- … lution.php
- 985fm.ca | Les chercheurs en santé dénoncent les coupes de 10 M $ imposées par Québec http://www.985fm.ca/national/nouvelles/ … 05013.html
- Universités - Là où est l’argent http://www.ledevoir.com/societe/educati … t-l-argent
- Des coupures «inattendues» et décriées http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … t-decriees
- la-tribune | Des coupures aux conséquences désastreuses (vidéo) http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherb … -video.php
- lapresse.ca | Compressions en recherche: «De nombreux chercheurs ne se relèveront pas» http://www.lapresse.ca/sciences/medecin … nt-pas.php
- Mobilisation inédite contre les coupures dans la recherche en santé http://blogues.lapresse.ca/sciences/201 … -en-sante/
- Soutien à la recherche en santé : la FMSQ appuie la campagne « Je suis Michèle » http://www.fmsq.org/fr/nouvelle/-/conte … le/2335736
- Le Conseil du patronat du Québec participera à la rencontre thématique sur la contribution des établissements et de la recherche au développement de l'ensemble du Québec http://www.lescegeps.com/nouvelles/2013 … ontributio
- Vers la gratuité scolaire http://vimeo.com/58494487 Une vidéo qui interpelle le Ministre Duchesne.
- La page Facebook du mouvement en faveur de la recherche https://www.facebook.com/JeSuisMichele? … mp;fref=ts
- https://www.facebook.com/JeSuisMichele/ … 2481948541 Ildiko Foldes "Si on coupe dans les budgets de recherche, on n'aura plus d'étudiants au 3e cycle ... car les doctorats sont basés sur la recherche et l'expérimentation ... et puis comment va-t-on trouver les traitements et/ou médicaments pour guérir les maladies ? comment va-t-on nettoyer les dégâts environnementaux dont NOUS sommes la cause ? Quand allons-nous enfin se questionner sur ce qui est important, sur les priorités plutôt que de toujours faire de la gestion à courte vue ? Assez c'est assez !"

5 décembre 2012. Acfas http://www.acfas.ca/sites/default/files … s_pnri.pdf Pistes pour une politique de la recherche et de l'innovation axée sur le bien commun http://www.acfas.ca/publications/avis-m … ien-commun Ce mémoire présente la vision de l'Acfas pour l'établissement d'une Politique nationale de recherche et d'innovation conçue en vue d’améliorer la qualité de vie au sein de la société québécoise.

14 novembre 2012. 985fm.ca | Dr Réjean Hébert, ministre de la santé alors qu'il est interviewé par Paul Arcand http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=153532 Extrait @ 8min.33 Paul Arcand : Est-ce que c'est vrai que vous regardez, entre autres, la possibilité de réduire les montants alloués à la recherche scientifique ? Dr Hébert : Moi je n'ai pas entendu rien de ce côté là, au contraire j'ai entendu des orientations gouvernementales pour stimuler la recherche scientifique et, je serais très inquiet, comme scientifique dans mon autre vie, qu'on puisse avoir des orientations de ce type-là. Je n'ai pas entendu ce genre d'orientation.

27 octobre 2012. Selon le scientifique en chef - «C’est important d’avoir de la recherche qui ne soit pas dirigée» http://www.ledevoir.com/societe/educati … as-dirigee Plus de 1200 projets de recherche ont été financés en 2011-2012

4 juin 2012. L'avenir de la recherche universitaire | Max Roy, Jean-Louis Legault et Rémi Quirion http://www.radio-canada.ca/emissions/la … que=225128

30 mai 2012. La recherche s’unit à la médecine familiale http://www.journaldemontreal.com/2012/0 … -familiale

10 janvier 2012. Il faut encourager la recherche libre http://www.quebecscience.qc.ca/qs/Il-fa … rche-libre

17 septembre 2011. Les années lumière – L’entretien de Yanick Villedieu avec Rémi Quirion http://www.radio-canada.ca/emissions/le … que=174320

Hors ligne

 

#18 02-02-2013 13:33:34

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2739#p2739
La dernière rencontre préparatoire au Sommet sur l'enseignement supérieur s'est tenue les 31 janvier et 1er février à Rimouski.

#sommet2013 J'ai beaucoup appris ! Des félicitations à Monsieur Pierre Guillot-Hurtubise qui fut un excellent animateur.

Webdiffusion | http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/592/fr/ @ 165min.11
•  Geneviève Huot chantier de l’économie sociale – j’interviens entre autre parce qu’on est à travailler à la mise sur pied d’un nouvel organisme de liaison et transfert en innovation social, un OLTIS qui a été reconnu au printemps dernier, par le gouvernement du Québec et qui va porter sur les innovations sociales, en économie sociale, dans le but de travailler au développement des territoires. On y travaille notamment avec le service aux collectivités de l’UQÀM. Alors, on a parlé beaucoup dans cette rencontre de l’importance de la recherche et de l’importance de ce que j’appellerai le travail avec les collectivités. C’est de cela dont je veux parler particulièrement. Je voudrais souligner l’importance du travail partenarial pour essayer de capter, de transférer les innovations sociales et pour souligner aussi l’importance du transfert comme tel. En fait, le travail partenarial on en a parlé ; certains intervenants en ont parlé dont Carole Neil de la FTQ qui nous a dit que : quand il y a des organismes sociaux qui travaillent avec les universités, ils n’apportent pas nécessairement des fonds mais ils apportent leur expertise. On partage cette vision; nous avons travaillé en recherche partenariale pendant plus de dix ans avec des chercheurs universitaires et on a effectivement apporté cette expertise-là. En fait, de notre point de vue, les savoirs académiques et les savoirs pratiques ne doivent pas être hiérarchisés. Ce sont des savoirs qui sont égaux, qui se renforcent mutuellement et quand on a cette vision-là on peut considérer que le transfert peut se faire dans les deux directions. On est dans une dynamique où les savoirs se construisent mutuellement et où on n’a pas un savoir universitaire qui va pouvoir être transféré vers les milieux et ça s’arrête là. Il y a aussi un savoir faire des milieux qui peut remonter vers les universités. C’est ce qu’on appelle la co-construction aussi des connaissances. Selon nous, cette façon de travailler permet de capter les innovations sociales qui foisonnent au Québec. On ne doit pas considérer le Québec comme un milieu non innovateur, je pense que du point de vue de l’innovation sociale, on en a mais on n’a pas pour l’instant une façon de travailler qui permet de capter toutes ces innovations sociales. Si on pouvait travailler davantage au transfert ce serait un avantage pour la société québécoise. Mais pour y arriver, il y a certaines conditions à mettre en œuvre. On a besoin de dispositifs pour appuyer ce travail-là – oui l’exemple de l’aide aux collectivités de l’UQÀM est un exemple intéressant mais on peut avoir d’autres sortes de dispositifs comme les OLTIS organisme de liaison et transfert en innovation social; pour appuyer les chercheurs, pour appuyer les milieux qui veulent s’engager dans cette perspective-là mais on a besoin aussi d’un mécanisme d’évaluation des professeurs et chercheurs qui tient compte de cet aspect de leur travail. Si on a toujours des mécanismes qui font que nos chercheurs sont constamment en train de faire la course à l’article et la course à la subvention, on pénalise ceux qui veulent s’engager envers les collectivités et travailler dans ce sens. 168min25

•  Michel Tremblay, Fédération des professionnels à la CSN. Il y a un malentendu avec le journal La Presse, si la tendance se maintient, la CSN sera au Sommet dans les semaines qui viennent. Sur les présentations de ce matin, je reçois favorablement l’ensemble des contenus des présentations en lien avec le sujet du thème de la recherche, particulièrement quant à l’effet de levier de la recherche sur le développement régional, suite à mes préoccupations exprimées hier. Cependant, dans les présentations de la CREPUQ – la fédération des chambres de commerce en lien avec les sujets précédents qui sont l’accessibilité, la gouvernance, les droits de scolarité. Là c’est évident que nous avons des réserves et nous allons revenir là-dessus sur le sommet. Juste clarifier par rapport au mythe évoqué par la CREPUQ sur le fait qu’il n’y a pas de vase communiquant entre la recherche et l’enseignement ; je pense que la présentation de madame Tremblay, la dernière fois et celle d’hier de madame Tanguay indiquent qu’il y a effectivement des sommes qui sont dédiées de façon paramétrique à la recherche, dans le fond de fonctionnement. Nous ce qu’on dit c’est qu’il faut qu’il y ait un maintien et une augmentation des sommes dédiées à la recherche; en ce sens-là toute coupure est mal vue de la part de la CSN mais on pense qu’il faut qu’il y ait davantage de transparence pour qu’on sache très exactement quelles sommes sont dédiées à la recherche et pour chacune des universités. 170min.08

•  Christophe Guy, école polytechnique de Montréal. Je suis très content des discussions qu’on a eu ce matin parce que ce que je note tout d’abord, c’est que tout le monde a reconnu, tout le monde a mentionné que la recherche et la formation sont indissociables. Les caractéristiques et les missions propres de chacune de nos universités québécoises ont permis de se développer et de devenir une véritable société de savoir. Mais le soutien passé du gouvernement du Québec et le résultat que l’on a eu ; ces acquis là ne sont plus suffisants. La compétition avec les pays émergents et la mondialisation est une menace réelle pour le Québec. Le Québec ne peut donc se contenter de ces acquis. Le Québec doit devenir plus innovant, doit capitaliser encore plus sur une main-d’œuvre plus qualifiée et sur une recherche d’excellence. Le gouvernement qui planifie la politique nationale de la recherche et de l’innovation; je lui suggère dès maintenant d’annoncer que l’objectif de cette politique va être de mettre 3% du PIB du Québec pour la recherche, dans les universités, puisque le gouvernement du Québec a choisi historiquement que cette recherche est publique et faite dans nos universités québécoises. Et ça va permettre de former cette main-d’œuvre, du savoir de demain. Une main-d’œuvre qui sont nos jeunes étudiants, nos étudiants du Québec mais aussi nos étudiants étrangers que l’on attire au Québec ; et pour certains d’entre eux vont rester. À titre d’exemple, à l’école polytechnique, sur 7450 étudiants légèrement plus de 50% d’entre eux ne sont pas nés au Canada. Pour que cette main-d’œuvre, qui va soutenir le développement du Québec et particulièrement nos entreprises, il faut des investissements. On l’a mentionné, des investissements en infrastructure de recherche mais surtout aussi dans le maintient de l’infrastructure que l’on a déjà obtenue. Du financement pour nos équipes qui soutiennent les étudiants au cycle supérieur à travers des bourses; mais aussi, et surtout il faut plus de profs, des profs d’université et des professeurs chercheurs, des profs d’envergure et le personnel de soutien associé qui vont permettre, au Québec, de relever ce défi de la mondialisation. 173min.

•  Denis Sylvain, président pour la Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente. Premièrement je voudrais remercier les présentateurs – ça été extrêmement intéressant – cependant, vous comprendrez un peu mon malaise lorsque la chambre de commerce nous parle d’une différenciation basée sur le statut d’étudiant aussi clairement. Faire payer les étudiants à temps partiel différemment de l’étudiant à temps plein; ça veut dire que deux étudiants pour un même cours, dans la même classe, paieront deux fois peut-être le montant que l’autre paiera. Alors je pense que parler de ça c’est d’une part reconnaître qu’il y a une discrimination basée sur le statut. D’autre part il faut reconnaitre que ces étudiants et étudiantes – puisqu’il faut rappeler que sur les 75 000 personnes à temps partiel, majoritairement dans les programmes de certificat, sont des femmes. Et lorsque nous avons pu obtenir des renseignements sur le profil socio-économique de cette clientèle-la ; auprès de la faculté d’éducation permanente à l’Université de Montréal nous avons eu une surprise de voir que 49% gagnent moins de 30 000$ par année. Et de ce 49 % près de 20% gagnent moins de 20 000$. Ce n’est pas beaucoup gagné, parce qu’on pourrait penser que, ils travaillent donc ils ont les moyens; ce n’est pas si évident que cela. Il faut rappeler aussi que ces étudiants et ces étudiantes qui vont suivre ces cours, majoritairement le soir, contribuent aussi au développement de la société et au développement de l’entreprise puisque s’il retourne sur les bancs de l’école c’est pour être plus performant ou performante dans leur travail ou acquérir de nouvelles connaissances pour d’autres échelons. Je pense qu’il faut être très prudent lorsqu’on aborde cette question-là et il ne faudrait pas que l’on crée deux classes d’étudiants pour un même programme. 175min.20

Pierre Guillot-Hurtubise, animateur. Je vais faire une précision. C’est vrai que la présentation de la chambre de commerce comme plusieurs autres présentations ce matin d’ailleurs ont abordé la thématique de la journée mais aussi d’autres thématiques qui seront discutées au sommet mais j’apprécierais, si vous souhaitiez répondre, vous puissiez le faire mais on essaie de concentrer nos efforts sur la thématique de la journée qui est la contribution de l’enseignement post-secondaire et de la recherche au développement économique, social et culturel du Québec et particulièrement de celle des régions. 176min.

• Jean Michael Bérubé, étudiant en physique à l’Université Laval. Délégué pour l’association pour une solidarité syndicale étudiante. Il a été question, dans la présentation de monsieur Coderre et monsieur Ouellet de l’UQÀM et l’INRS que les professeurs chercheurs reçoivent leur financement selon leur productivité scientifique. Selon moi, je pense qu’il est important de se poser la question : qu’est-ce que la productivité scientifique ? Est-ce que c’est quelque chose qui est en lien avec la quantité, la quantité de publications que ces professeurs chercheurs font; est-ce que c’est la pertinence de ces publications ? Est-ce que c’est la qualité, l’équipe de recherche ? La productivité scientifique vient à ce moment-là dans un contexte où on peut venir faire intégrer un concept de marchandisation, de publications. Je ne sais pas si les chercheurs en recherches fondamentales vont produire autant de publications que des personnes dans la recherche appliquée ? Pourtant, ils seraient moins productifs selon ces critères-là mais tout aussi pertinent, et parfois plus. Je pense qu’il faudrait faire attention avec le terme de productivité scientifique. 177min.15

• Sophie d’Amour Vice rectrice à la recherche et création à l’Université Laval. J’aimerais soulever un enjeu important, celui de la mondialisation de la recherche et la place grandissante des grands réseaux internationaux de recherches. J’aimerais partager avec vous une réflexion. Hier, on nous expliquait que 1% de la connaissance était créé ici au Québec. Ça nous dit que 99% est créé ailleurs. Ça nous demande de supporter nos étudiants et nos chercheurs et leur donner l’occasion de s’inscrire dans ces grands réseaux internationaux si on veut aider pleinement le niveau socio économique du Québec et si on veut s’assurer que les formations au cycle supérieur, et aussi au cégep et à l’Université, dans les baccalauréats soient à la fine pointe des avancées technologiques et scientifiques, culturelles et sociales. C’est un enjeu important et je déplore les coupures parce qu’elles nous handicapent à cet égard. C’est souvent un des premiers éléments qu’on cherche à couper et j’espère qu’on va réaliser que c’est dangereux de le faire. 178min35

•  Marc André Legault, président du conseil National des cycles supérieurs de la Fédération étudiante universitaire du Québec. Moi je vais aborder cela plus au niveau des étudiants chercheurs qui sont de grands contributeurs à la recherche universitaire. Je trouve que c’est bien beau d’avoir une charte de l’étudiant chercheur mais je crois qu’il est temps d’agir. Il existe des moyens concrets afin d’améliorer la qualité de l’encadrement des étudiants chercheurs, l’accessibilité et la persévérance, au cycle supérieur. Les étudiants des cycles supérieurs travaillent en moyenne 25 heures par semaine durant leurs études; ce qui a un impact significatif sur la persévérance et la diplomation. Nous considérons que ces heures de travail, surtout à l’extérieur du campus universitaire est très problématique et devrait être une priorité au niveau de la lutte contre l’abandon. Cela peut se faire avec une meilleure couverture des bourses d’excellence, qui sont d’ailleurs fournies par les organismes subventionnaires ou même par des bourses à l’interne dans les universités pour les étudiants. Et ça dans le fond ça va enlever une pression financière sur les étudiants, qu’il faut le rappeler, à la maîtrise, ils vont finir en moyenne avec 16 000 $ de dette et au doctorat, 24 000$ de dette. De plus le fond recherche nature, technologie a une étude ; ils ont sondé les étudiants qui ont reçu du financement de leur part et 75% d’entre eux ont dit que c’est un facteur déterminant ou très déterminant pour la poursuite de leur projet de recherche – avoir eu ce financement. *** Concernant l’encadrement, nous croyons que l’Université devrait définir des politiques d’encadrement qui vont identifier clairement les responsabilités de la communauté universitaire; les moyens concrets pour assurer notamment le soutien scientifique, technique, financier, administratif, institutionnel et psychologique aux étudiants du cycle supérieur nécessaire à l’obtention d’une formation à la recherche de qualité.*** Je crois que c’est important aussi de rappeler que l’encadrement devrait être reconnu comme une tâche essentielle pour un professeur comme il l’est pour l’enseignement à la recherche. 181min10

• Robert Martin de la Fédération des associations étudiantes universitaires en éducation permanente. Quelques mots sur la question de la contribution des établissements. Tantôt madame Carole Neil de la FTQ est venue nous faire une présentation fort intéressante et bien sûr, comme vous le savez, à notre fédération nous représentons les travailleuses et les travailleurs qui œuvre au Québec dans l’industrie, dans le commerce et dans la fonction publique etc. il y a des propositions qui ont été amenées, qui pour nous sont très intéressantes et nous ne pouvons pas faire autrement que de les appuyer. Surtout celle du chantier de travail pour améliorer l’offre et l’accessibilité à la formation continue. Ce chantier-là serait fort intéressant parce qu’il permettrait d’aller un peu plus loin dans la question de l’éducation des adultes, dans les universités et aussi d’apporter différentes questions dont la reconnaissance des acquis qui est très importante pour ces personnes. Nous souhaitons qu’il soit fait en sorte que – quand on aura terminé nos travaux – tel chantier soit mis sur pied. 182min.36

• Martin Gravel représentant de la Table de concertation étudiante et v-p aux affaires externes. Je crois que madame Neil nous a tous inspirés aujourd’hui avec sa très belle présentation. Je vais reprendre dans ce sens-là. Que voulons-nous pour nos universités ? Également pour le réseau universitaire, les communautés universitaires sont plus larges que ça. Que voulons-nous de nos diplômés ? Que voulons-nous de nos futurs étudiants qui seront dans les réseaux ? Est-ce qu’on veut qu’ils approchent en éducation avec une perspective d’entrepreneur personnel. Qu’ils viennent par rapport à l’appât du gain. Est-ce qu’on veut qu’ils aient plus une perspective sociale; qu’ils poussent leur passion, leurs intérêts, leur future contribution à la société? Ce sont des questions que l’on doit se poser. On est d’accord avec la fédération des chambres de commerce du Québec; que l’enseignement supérieur est essentiel, est important cependant, on considère que l’éducation est un bien commun; ça va au-delà du bien économique, donc, peu importe le niveau d’appartenance de l’étudiant, peu importe le domaine; c’est un bien commun que l’on doit préserver collectivement et on doit continuer à le démocratiser. Donc, la différenciation des droits de scolarité pour nous envoi un message très contraire à cet objectif-là. Pour revenir sur le sujet, on peut aussi continuer à parler des dualités entre innovation à la recherche, la recherche fondamentale, la recherche appliquée. Cependant on doit continuer à réfléchir sur ce qui motive les étudiants à continuer à étudier au cycle supérieur. Oui on peut agir immédiatement, oui on a déjà des mesures qui sont mises en place par différentes associations – là-dessus, on n’a pas de problème avec la FEUQ – cependant on a une approche un peu plus positive en se demandant plutôt qu’est-ce qui pousse les étudiants à continuer d’étudier plutôt que de rester coller sur la statistique du décrochage. Essayer d’avoir une vue un peu plus d’ensemble et on voit que cette charte des étudiants chercheurs peut amener cette perspective-là. Pourquoi on demande au scientifique en chef de se pencher là-dessus ? par sa connaissance du réseau, autant au Québec, de la recherche qu’au niveau mondial. On pense également que c’est une personne qui avec son pouvoir de recommandation au ministre pourra nous aider là-dessus. Également, on veut que cette charte puisse cerner certains éléments qui ont été nommés; que ce soit la dignité, la propriété intellectuelle; sinon, quand on parle des droits d’auteurs ou intellectuel; les engagements entre les différents partis, on doit y réfléchir. Il y a plusieurs modèles qui existent actuellement; on en est conscient. Il y a des codes d’éthique pour les chercheurs, il y a des chartes qui existent pour chacun des établissements, pour chacun des acteurs mais il faut avoir quelque chose de plus harmonisé, de plus global ; une solution qui va être durable. 185min.28

• Luc Desautels, professeur de philosophie au Cégep régional de Lanaudière et je suis ici à titre d’invité du président de l’association pour la recherche au collégial. Je voudrais me réjouir que, dans un forum qui porte sur l’enseignement supérieur, la contribution au développement du Québec, par la recherche qui s’y mène, qu’il y ait été question de la recherche qui se mène dans les réseaux des collèges. J’aimerais féliciter ceux qui ont rappelé que oui, il se fait beaucoup de recherche dans nos centres collégiaux spécialisés en technologie ou en pratiques sociales novatrices mais qu’il y a 70 centres, dont certains qui ne bénéficient pas de la reconnaissance de l’État ni du financement particulier qui lui est accordé. J’aimerais rappeler aussi qu’il y a un bon nombre de chercheurs et de chercheuses de collèges qui travaillent dans leur propre discipline. Dans la recherche libre, qui en philosophie, qui en littérature, qui en langues secondes, peu importe, en sciences humaines etc. je regardais les statistiques pour l’année 2010, 2011; dans le réseau collégial, il y a ou il y avait 1369 détenteurs de doctorat et 6413 détenteurs et détentrices de maîtrise. Il y a donc dans chacune des régions du Québec, des foyers de connaissance qui peuvent être mis à contribution ou qui le sont déjà. J’oserais dire quand je regarde les chiffres – quelqu’un disait hier 100 millions pour le réseau collégial – recherches de toutes sources de financement, fédéral et provincial versus 2,8 milliards de toutes sources pour la recherche en général au Québec. Je dirais qu’avec peu nous faisons déjà beaucoup. Imaginez ce qu’on pourrait faire s’il y en avait plus. Dans l’association des collèges communautaires canadiens, dont plusieurs de nos établissements sont membres, dans leur campagne annuelle de représentation auprès des élus fédéraux 187min.57

Hors ligne

 

#19 04-02-2013 06:21:39

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Retranscription de l'interview donnée par le Ministre de l'Éducation, Monsieur Pierre Duchesne, dans le cadre du Sommet2013.

29 janvier 2013. @ Alain Laforest - Émission CAUCUS à MAtv http://matv.ca/montreal/mes-emissions/caucus-1/videos

@ 6min. Intervieweur : La pression a énormément montée à Sherbrooke. Avez-vous peur ?
Rép. : Moi je ne suis pas peureux mais j’essaie d’être bien préparé.

Intervieweur : Je ne parle pas pour vous, la peur pour le climat ?
Rép. : Le climat, je pense qu’on doit être responsable. La loi 78, on a dit les aspects qui limitaient la manifestation et qui créaient les tensions sur les campus; parce qu’on n’était pas capable ; les corps de polices n’étaient pas capables d’appliquer la loi 78. Les recteurs étaient obligés, à cause d’une judiciarisation, de même amener par moment les corps de polices sur le campus.

Intervieweur : les étudiants à Sherbrooke, monsieur Duchesne, ont essayé de rentrer, il y a eu les policiers ; ils ont utilisé le poivre de Cayenne, c’était le début de. Est-ce qu’on s’en va vers la même chose ou si vous allez réussir à calmer le jeu pour ne pas que l’ASSÉ se dirige vers ça. Parce qu’on sait que ce mouvement est le plus radical.
Rép. : Ils sont là encore. Puis ils seront là, moi, j’espère jusqu’à la fin ; j’espère qu’ils collaboreront, ils verront. Parce qu’après tout, ça veut dire qu’ils croient à la démarche. Ils croient que le dialogue est possible. Et même si on a des idéologies différentes; des gens là-dedans qui veulent changer tout l’ordre des choses et le système économique.

Intervieweur : L’idée c’est d’amener tout le monde sur une même voie. Est-ce que vous allez réussir ?
Rép. : Tout le monde ne sera pas; écoutez l’unanimité ça n’existe pas. Il y a des tensions importantes. Moi ce que je vous dis, on a ouvert, on a eu une démarche courageuse. On a dit, il n’y aura pas qu’un sommet, il va y avoir quatre rencontres préparatoires. Les gens vont avoir le temps de se rencontrer. Je crois aux rapports humains. C’est facile d’engueuler le voisin sur ton clavier, ces choses-là. Quand il est face à toi, tu dois composer avec ces réactions et la répartie vient tout de suite. Alors, pis ce n’est pas par des journalistes interposés, ce n’est pas par un communiqué, ce sont les gens autour de la table. Au Québec, on est habitué de faire ça autour de la table de cuisine et bien, des sommets il y en a eu au Québec et ça donné des résultats. Alors on fait tout pour avoir des résultats. 1. On désamorce la crise, on fait baisser la tension. Il y en a encore de la tension, bien sûr. Là il ne faut pas, parce qu’il y a un petit regroupement, et tout ça. On dirait qu’il y a des gens, surtout chez les adversaires politiques qui souhaitent que le feu reprenne. Moi je ne pense pas que les québécois veulent que le feu reprenne. Ils disent l’année passée ..

Intervieweur : Est-ce qu’il y a des groupes étudiants qui voudraient que le feu reprenne ? Est-ce qu’ils ont intérêt justement pour vous pousser vers la gratuité scolaire parce que ce n’est pas vers là où vous allez même si vous poursuivez les discussions. Vous êtes plus pour l’indexation. On a besoin d’argent là, monsieur Duchesne.
Rép. : la gratuité, on vit là dans un contexte qui est particulier au niveau économique alors moi ce que j’ai dit à ces gens-là, on ne fera pas comme l’autre gouvernement. On ne ferme pas toutes les portes, et tout. On dit : on va l’évaluer et on va voir combien ça coûte la gratuité ? La gratuité, c’est pas gratuit, la gratuité, ça coûte de l’argent. Et on va faire, comme ce qu’on a demandé aux autres partenaires, arrivez-nous avec des études fouillées et on discute de ça. Ça on va le faire. Nous c’est clair, le gouvernement a préjugé et Madame Marois l’a dit, vers une forme d’indexation. Pierre Fortier l’a dit, un économiste, assez bien respecté d’ailleurs au Québec, par tout le monde; il a dit : on peut indexer mais de différentes façons. Ça c’est intéressant parce qu’il y a plusieurs scénarios. Vous n’arrivez pas juste avec un et tout. Et ensuite, il va falloir donner l’occasion à tout le monde de s’exprimer. Je vous le rappelle, il reste une rencontre préparatoire et il y a le sommet et entre temps il y a des assemblées citoyennes. Moi, samedi je suis allé en Outaouais. Il y avait deux cent personnes qui étaient à l’Université.

Intervieweur : donc les jeunes veulent en parler. Le 1,7 milliard de dollars que vous promettez de réinvestir; pas cette année, pas l’an prochain parce qu’on est encore en coupure, mais à terme, pour faire en sorte que le diplôme qu’on a eut, vous et moi, à l’Université Laval, que les jeunes qui vont sortir de l’Université Laval, dans dix, quinze ans, que ce soit un diplôme qui soit reconnu internationalement. Avez-vous le moyen de le donner et où allez vous le prendre ?
Rép. : écoutez, parce que là il y a des gens qui sont inquiets dans le monde parce qu’effectivement on doit attaquer le déficit zéro. Notre gouvernement est responsable et il faut le faire pour 2014; il y a une loi qui le fait. Je n’irai pas trop longtemps là-dessus, je l’ai déjà dit, on a hérité de quelque chose de particulier des libéraux qui s’appelle les déficits. On n’est pas chanceux, d’habitude les héritages, c’est de l’argent; dans notre cas, c’étaient des dettes. Alors là il faut se comporter de façon raisonnable. Une période difficile de 18 mois, après on est dans le réinvestissement. Un chiffre a été avancé, c’est 1.7 milliards.

Intervieweur : Madame Marois a dit avant de partir pour Davos qu’elle n’était pas certaine pour le 1.7
Rép. : ce n’est pas qu’elle n’était pas certaine.

Intervieweur : elle a dit on va voir si on arrive à
Rép : ce qu’il faut comprendre c’est qu’au-delà des chiffres il y a une annonce réelle d’investissement. On va préciser ces choses-là. Parce qu’il n’y a pas juste l’argent. Pour vous donner un exemple : il y a des universités qui se développent sur plusieurs campus; ça suscite la critique de certains, l’admiration de d’autres. Peut-être qu’il faut trouver une façon de coordonner ça un petit peu mieux.

Intervieweur : une meilleure gestion
Rép : peut-être que la reddition de comptes il faut qu’elle soit plus claire. Je ne dis pas que c’est mal gérer, je dis que

Intervieweur : des comptes à rendre
Rép. : C’est le Vérificateur général du Québec qui l’avait dit en 2007, dans le dossier Ilot voyageur. Là, il y avait un problème. Il dit : les états financiers des Universités c’est compliqué ; alors on va simplifier ça. Moi de mon côté, au Ministère, on va faire des efforts. On demande à date beaucoup de rapports, des rapports volumineux et il n’y a pas beaucoup de suivis, semble-t-il. Alors, on va en demander moins de rapports et on va faire le suivi.  C’est ça aussi le sommet, chacun va faire un bout à l’effort; et les étudiants doivent faire leur effort aussi. Une forme de contribution plus stable. On ne se paiera pas une crise aux 10 ans.

Émission CAUCUS, du 29 janvier 2013. MAtv | contribution de @MAtv sur le fil de nouvelles Twitter https://twitter.com/MAtv/status/298256035192373248
______________________________________________________________________________
D'intérêt ...
@ 14min45 un directeur de cabinet, qu’est que ça fait? http://matv.ca/montreal/mes-emissions/caucus-1/videos Entrevue donnée par Éric Gamache @AlainLaforest de @MAtv | contribution sur Twitter https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 7108357120

Éric Gamache est directeur de cabinet du ministre François Gendron. Qu’est que ça fait un directeur de cabinet ?  … S’occupe de l’équipe de conseillers politiques – à établir la stratégie sur les enjeux – le ministre prend la décision. La politique, des enjeux de perception d’où un travail de communication à faire...

C'est nourri comment cette équipe de conseillers politiques ? Je présume qu'une "Génératrice d'idées et experte en information stratégique et prospective" ça tient une place importante @GenevieveDrolet - MESRST, Gouv.QC https://twitter.com/GenevieveDrolet

Journalistes près du dossier #Sommet2013 @PriscillaPL https://twitter.com/PriscillaPL

Les communications étant si importantes ... qui est à l'avant scène du côté des Universités
Valérie Reuillard Directrice des communications de l'Université du Québec https://twitter.com/VReuillard

Hors ligne

 

#20 07-02-2013 16:50:15

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

************* Prochain rendez-vous @ Montréal : Sommet des 25 et 26 février *************
Journées du Sommet http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2755#p2755
• • • Toutes les actualités http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2759#p2759 • • •

Sommet de l’enseignement supérieur http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet-sur … le-sommet/ Toutes les contributions http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet-sur … ributions/ Horaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … sommet.pdf
- Synthèse de la démarche préparatoire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … marche.pdf
- Cahier du participant http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … sommet.pdf
- Composition de la table de discussion http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tition.pdf
- Liste des invitations http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … vitees.pdf
- IRIS : Institut de recherche et d'informations socio-économiques | Point de fuite au sommet : Introduction http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/ … troduction
- Prenez connaissance des mémoires et rapports qui sont à la fin ...

Mise à jour | nouvel article
24 février 2013. Droits de scolarité - Toutes les crises ont une solution: il faut y mettre le temps ! http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … temps-.php
- Sommet sur l'enseignement supérieur | Le gouvernement a dénoué la crise http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 54812.html
- La FEUQ durci le ton http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 24706.html
- La FEUQ et l'aile jeunesse du PQ s'unissent http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … mmet.shtml
- Larocque Lapierre reçoit Martine Desjardins et Guy Breton http://tvanouvelles.ca/video/en-vedette … 6698481001 le ministre Pierre Duchesne (entrevue) http://tvanouvelles.ca/video/en-vedette … 5620395001
- Le gouvernement a dénoué la crise http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 54812.html
- Opposition au Sommet | L'ASSÉ promet de manifester http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 30817.html
- Endettement étudiant - La FEUQ et l'aile jeunesse du PQ s'unissent http://www.ledevoir.com/societe/educati … -unisseent
- 10 000 étudiants bâillonnés - Tribune libre - L'Hebdo Journal http://www.lhebdojournal.com/Opinion/Tr … illonnes/1
- Sommet sur l'enseignement supérieur - « Toutes les crises ont une solution : il faut y mettre le temps ! » - Daniel Boyer, secrétaire général de la FTQ http://www.newswire.ca/en/story/1119381 … -de-la-ftq
- La FEUQ et les jeunes du PQ s'unissent contre l'endettement étudiant http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … udiant.php
- Au Sommet : obligation de résultat au sujet des « vraies affaires » http://michelvenne.inm.qc.ca/
- Québec Solidaire | Quel impact d'une hausse des droits de scolarité pour les femmes? http://www.youtube.com/watch?feature=pl … QQvX88rTe0
- La FECQ au Sommet sur l'enseignement supérieur : les Cégeps ne doivent pas être mis de côté http://www.newswire.ca/fr/story/1119387 … is-de-cote
- Déclaration de la Base face au Sommet http://profscontrelahausse.org/communiq … au-sommet/
- Face au Sommet, la Base reprend la rue http://www.parentscontrelahausse.org/fa … nd-la-rue/ | Page Facebook de ce mouvement https://www.facebook.com/profscontrelahausse
- Manifestation au sommet https://www.facebook.com/events/213795755426041/

23 février 2013. @Fautpascroire "tout ce qu'on dit" l'émission du 23 février 2013 | Retour sur les séances préparatoires ... et interview mettant différents points de vue en évidence ... http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2758#p2758 transcription
- La CSQ présente ses demandes http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 24827.html
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Les sujets négligés http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-negliges
- Sommet: étudiants et syndicats se préparent http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … parent.php
- Sommet sur l'enseignement supérieur: ni entente ni déclaration commune http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ommune.php
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Les sujets négligés http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-negliges
- Trois joueurs, trois enjeux - Les recteurs http://www.ledevoir.com/societe/educati … niversites L’internationalisation de l’éducation divise les universités
- Le sommet de l'inquiétude www.lapresse.ca/debats/editoriaux/andre … ietude.php
- Le décrochage, l'enjeu caché du Sommet http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … sommet.php
- Le PLQ et la CAQ s'allient contre les primes aux premières générations http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … ations.php

22 février 2013. Sommet sur l'enseignement : les principaux thèmes dévoilés http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … ants.shtml
- Université: Duchesne veut plus d'étudiants de première génération http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … ration.php
- Sommet sur l'enseignement supérieur: l'AGÉUQTR ne sera pas représentée http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/u … sentee.php
- L'opposition veut annuler les coupes http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 25215.html
- Sommet sur l'éducation : des objectifs difficiles à concilier http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … -caq.shtml
- Les universités anglophones financées démesurément http://www.lapresse.ca/debats/votre-opi … rement.php
- Sommet sur l'enseignement supérieur: déjà des coûts de près de 200 000$ http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 39979.html
- Les ailes jeunesse des partis provinciaux sont écartées du Sommet sur l’enseignement supérieur http://coalitionavenirquebec.org/commun … superieur/
- Un échec souhaitable http://www.lapresse.ca/debats/votre-opi … itable.php Extrait : Il y a quelques mois, notre ministre de l'Enseignement supérieur invitait la population à garder la foi dans son sommet. Il a même avancé qu'un chapitre de l'histoire du Québec y serait écrit. À quelques jours de l'événement, son grand rêve s'estompe.
- Face au Sommet, la Base reprend la rue http://leglobe.ca/blog/2013/02/face-au- … nd-la-rue/ extrait : La Base proteste contre le Sommet. À l’initiative des Profs contre la hausse, plusieurs groupes ont signé une Déclaration de la Base contre le Sommet, pour dire que le Sommet passe à côté des véritables enjeux soulevés par le Printemps érable. De plus, les Profs contre la hausse organiseront le 25 février, à proximité du Sommet, un micro ouvert sur l’éducation.

21 février 2013. Québec met la table pour le Sommet sur l'enseignement supérieur | Marie-Andrée Chouinard http://www.ledevoir.com/societe/educati … -superieur Extrait : Québec compte entendre les participants au Sommet sur l'éducation sur un projet d'indexation des droits de scolarité et des frais afférents, en plus d'une bonification de l'aide financière incluant une révision du seuil de contribution parentale.
- ‏@Midiinfo Discussion autour du #sommet2013 avec Michel Labrecque, @MPepin_RC et le recteur de l'@UQAM, Robert Proulx http://tinyurl.com/a9sncoh Extrait : Michel Labrecque rapporte que : Le gouvernement veut tourner la page sur la crise sociale qui a déchiré le Québec; trouver une solution pour retrouver la paix sur les campus et à travers les propos que j’ai recueillis on comprend qu’il y a un second objectif qui est davantage électoral, politique : le gouvernement Marois veut faire des gains politiques avec ce sommet. De plusieurs sources : Madame Marois et son entourage tirent maintenant la conclusion que l’appui que le parti québécois a donné au mouvement étudiant n’a pas été rentable sur le plan politique. Ça aurait même fait une différence entre un gouvernement majoritaire et minoritaire, le 4 septembre dernier.
- Marois négocie en coulisses http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 32539.html
- L'AGE UQTR exclue du Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.radio-canada.ca/regions/maur … ieur.shtml
- Sommet sur l'enseignement supérieur: le réinvestissement sera conditionnel http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ionnel.php Extrait :  Le gouvernement Marois présente trois éléments de discussion au sujet des droits de scolarité : - l'évolution future des droits de scolarité, notamment l'indexation et les frais afférents; - une bonification de l'Aide financière aux études, notamment la révision du niveau du seuil de contribution parentale; - la possibilité de transformer le crédit d'impôt pour études afin qu'il soit plus accessible aux étudiants et à leurs familles qui ont des revenus trop faibles pour en profiter actuellement, et pour contribuer à réduire l'endettement des étudiants.
- Éducation : l'indexation plus rentable que le carré rouge? http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … egie.shtml tentative de compromis http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6602893
- Éducation : l'indexation plus rentable que le carré rouge? http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 35653.html
- Sommet de l'enseignement supérieur: les recteurs dénoncent un droit de parole limité http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … limite.php
- Bureau-Blouin prône l’encadrement du droit de grève des étudiants http://www.ledevoir.com/politique/quebe … -etudiants
- «C'est le Parti Québécois qui nous boycotte» Marie-Ève Bourgoing-Alarie http://www.lhebdojournal.com/Societe/Ed … mp;raquo/1
- 40 sec. jusqu’à 2min29 http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … &pos=0 Le gouvernement Marois garde le cap sur l’indexation des droits de scolarité. Le gouvernement ne laisse rien filtrer sur les discussions qui se déroulent en ce moment. Le gouvernement a de plus en plus recours à des arguments électoraux pour faire accepter l’indexation des droits de scolarité. Le PQ évoque que son appui au mouvement étudiant a été coûteux, c-a-d qu’il lui aurait fait perdre une majorité aux élections à l’automne dernier. « S’il y a des rencontres et des discussions qui se tiennent, bien sûr on prépare le Sommet, les discussions avec les partenaires restent entre les partenaires et le gouvernement » dit le Ministre Duchesne.
- Sommet de l'enseignement supérieur: les recteurs dénoncent un droit de parole limité http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … limite.php
   
20 février 2013. Interview de Martine Desjardins à 24 heures en 60 minutes : 29min.20 à 35min58 http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6601976 Quelle sera l'issue du Sommet sur l'éducation supérieure ? La route vers le Sommet conduira-t'elle au conflit ou aux concessions ?
- Le Sommet en cinq points http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 12514.html
- Enseignement supérieur au Québec : un débat de société http://www.radio-canada.ca/sujet/droits-scolarite
- Attention: psychodrame droit devant! http://www.lapresse.ca/debats/chronique … devant.php
- Selon le recteur de l'UQAM | Le Sommet sur l'enseignement supérieur n'est pas une bonne formule http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 10849.html
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Le droit de grève des étudiants sera abordé http://www.ledevoir.com/societe/educati … era-aborde
- Sommet: le droit de grève pourra être abordé http://journalmetro.com/dossiers/confli … re-aborde/
- Pour éviter des poursuites, les recteurs appuient le droit de grève des étudiants http://www.newswire.ca/fr/story/1117125 … -etudiants
- Sommet sur l'enseignement supérieur : les attentes de l'UQAM et de la CREPUQ http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … mmet.shtml

19 février 2013. Tommy Chouinard ‏@ChouinardT | Reprise: "Les gens qui souhaitent aborder la question (du droit de grève) pourront le faire" lors du #Sommet2013 ,dit Pauline Marois #assnat https://twitter.com/ChouinardT/status/3 … 8127851522
- La reconnaissance du droit de grève pourra être discutée au Sommet, dit Duchesne http://www.ledevoir.com/societe/educati … t-duchesne
- Sommet sur l'enseignement: le droit de grève pas à l'ordre du jour http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … u-jour.php Extrait: L'automne dernier, il laissait entendre que le gouvernement ferait des propositions au sujet de la « démocratie étudiante » - pour reprendre son expression - à l'occasion du Sommet des 25 et 26 février, à Montréal. Il y renonce aujourd'hui. « Ça ne fera pas partie des éléments qu'on va amener sur la table. On n'est pas là du tout », a indiqué l'attaché de presse de M. Duchesne, Joël Bouchard.
- Échange sur Twitter concernant le droit de grève https://twitter.com/MarcusRex73/status/ … 8643992577
- Sommet sur l'enseignement: la rectrice de McGill encore sceptique http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … ptique.php Extrait : Elle trouve que l'événement est mal organisé et menace même de ne pas signer le texte d'entente qui pourrait découler de la rencontre.
- La Fédération des Associations pour une Solidarité Syndicale Étudiante. Parce que la démocratie directe, ça se discute en congrès http://fasse1.tumblr.com/post/435038216 … ok-que-ses

18 février 2013. Une «conseillère stratégique» pour Pierre Duchesne http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … chesne.php Extrait : Marjolaine Perreault s'est jointe, lundi, à l'équipe entourant le ministre qui a hérité du dossier le plus délicat pour le gouvernement de Pauline Marois. Elle occupera le poste de «conseillère stratégique» auprès de M. Duchesne.
- L’art de se museler | L’ASSE devrait participer au Sommet pour faire valoir ses idées http://www.ledevoir.com/politique/quebe … se-museler
- 16 millions pour la paix avec les profs de cégep http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -cegep.php
- Sommet sur l'enseignement supérieur: suivez le guide! http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -guide.php
- Grève: les étudiants à la maîtrise et au doctorat de l'UL votent mercredi http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … rcredi.php

16 février 2013. Desjardins refuse de se laisser discréditer http://journalmetro.com/actualites/nati … screditer/
- Sommet sur l'enseignement supérieur - Éviter le précipice http://www.ledevoir.com/societe/educati … -precipice
- Le sommet de la FEUQ http://www.ledevoir.com/politique/quebe … de-la-feuq Que les recteurs se fassent une raison, c’est avec les étudiants que Duchesne doit s’entendre
- Sommet sur l'éducation supérieure - Les recteurs entendent renflouer leurs coffres http://www.ledevoir.com/societe/educati … rs-coffres
- Sur Twitter : l'ordre du jour du Sommet https://twitter.com/r_stonge/status/302 … 76/photo/1

15 février 2013. Sommet: Marois appelle au compromis http://journalmetro.com/dossiers/confli … compromis/
- Compressions possibles dans les universités québécoises, les employés préviennent que le citron est déjà bien pressé http://scfp.qc.ca/nouvelles/2524/Compre … ien-presse
- Sommet sur l’éducation: 350 personnes sont attendues http://journalmetro.com/dossiers/confli … attendues/
- Des «dommages sévères et prolongés» aux universités http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … rsites.php
- Pauline Marois veut allouer plus d'argent aux universités http://argent.canoe.ca/lca/affaires/que … rsite.html "À 10 jours du Sommet sur l'enseignement supérieur, la première ministre du Québec a voulu rassurer les milieux universitaires et académiques."
- Sur twitter, @PacoLebel : "Dites @leobblouin z'allez défendre le gel au #sommet2013 tel que vs aviez promis aux électeurs? Oui ou non?" https://twitter.com/PacoLebel/status/30 … 33/photo/1
- Duchesne déplore «la politique de la chaise vide» http://www.ledevoir.com/politique/quebe … haise-vide L’opposition blâme le gouvernement pour l’absence de l’ASSE au Sommet
- Les recteurs souhaitent parler des besoins des universités http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 95598.html
- leglobe.ca | Farouk Amine ‏@faroukamine1 étudiant en science politique: Mon billet sur la mascarade qu'est le #Sommet2013 - Il ne faut pas mordre la main qui te nourrit: http://leglobe.ca/blog/2013/02/sommet-2 … e-nourrit/
- Sommet sur l’éducation : les recteurs refuseront une solution qui ne renflouera pas leurs coffres http://www.ledevoir.com/societe/educati … rs-coffres
- Sommet: la CREPUQ souhaite parler des besoins des universités http://www.lapresse.ca/la-tribune/actua … rsites.php
- La mission des universités est en péril, affirment les recteurs http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ites.shtml
- 985fm.ca Bazzo et Dumont http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=164297 0min45 "Je vais défendre l'ASSÉ ... " "euh, pardon..."
- Manif de l'ASSÉ: des autobus pour les étudiants de l'UQTR www.lapresse.ca/le-nouvelliste/uqtr/201 … -luqtr.php Extrait : L'AGEUQTR déplore encore son absence au Sommet sur l'éducation supérieur. N'étant membre d'aucune fédération étudiante ...
- L’Assé joue à la révolution | Mathieu Bock-Côté http://blogues.journaldemontreal.com/bo … -montreal/
- Yann Charbonneau @LeBisonRavi Sociologie à l'UdeM. https://twitter.com/LeBisonRavi/status/ … 2799981568 Le #Sommet2013 est un exercice de relations publiques, plus précisément d'exclusion symbolique des revendicateurs étudiants. #ASSÉ
- Sommet sur l’enseignement supérieur http://www.radio-canada.ca/sujet/sommet-education
- Le lavage de la semaine | Joseph Facal et Gabriel Nadeau-Dubois ©Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger http://www.radio-canada.ca/emissions/me … que=274401
L'étudiant et l'ancien porte-parole de la CLASSE Gabriel Nadeau-Dubois met dans le tordeur, à contre coeur, le Sommet sur l'éducation supérieure. (http://www.radio-canada.ca/sujet/sommet-education) Selon lui, à deux semaines de la rencontre, on se rend compte qu'il n'y aura pas de réflexion de fond. Les étudiants et les professeurs espéraient une rencontre d'idées, et non un débat comptable. | Audio Vidéo – Médium Large : La tache de la semaine 2min18 Monsieur Legault aurait dit que : « le fait de miser sur les universités du Québec étaient du nivellement vers le bas »; cela faisait suite à sa déclaration de la semaine dernière « Qu’il fallait instaurer deux classes d’universités au Québec » http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 0906_1.asx Joseph Facal «  le gouvernement doit rapidement retrouver le gouvernail du bateau ; … un paquebot à la dérive sur l’océan : volte-face, hésitation et reculs … on coupe dans les fonds de recherche et on les réinvestit. L’investissement après les compressions … la tache : retrouver le gouvernail et penser un peu plus avant d’agir.
5min. Ce qu’on met dans le tordeur, c’est le sommet sur l’éducation dit GND. C’est un peu dommage et c’est à contre cœur qu’il faut mettre dans le tordeur. Parce que le Parti québécois avait promis une réflexion en profondeur sur l’avenir des universités. C’est un peu la promesse du PQ pour se sortir d’une crise sociale du printemps dernier en disant : on sait très bien que les étudiants et les étudiants en ont plus que pour les frais de scolarité ; ils questionnent aussi une certaine tendance que prennent nos institutions d’enseignement supérieur et on veut discuter de tout cela. Malheureusement, à deux semaines de l’évènement on se rend compte qu’on n’aura pas ces débats de fond qu’on attendait, que les milieux universitaires réclament d’ailleurs, depuis des années. On se rend compte … de quoi on va avoir le temps de discuter en un jour et demi. C’est très loin des états généraux que réclament les associations étudiantes, les professeurs, tous les employés, tout le milieu universitaire en fait. On a voulu que ça ait l’air d’une réflexion en profondeur mais on ne s’est pas vraiment donné les moyens de le faire. La dernière vraie réflexion date des années 60, elle date du rapport Parent. … on se rend compte que c’est un jeu partisan où tout le monde tire la couverte de son bord. On assiste malheureusement à un débat qui est souvent un débat comptable entre le rectorat et certaines associations étudiantes qui s’accusent réciproquement de ne pas savoir bien compter.
7min.12 Joseph Facal : je suis d’accord avec GND quand il dit qu’en une journée et demi, on ne peut évidemment pas faire le tour des questions complexes. Qui je passerais dans le tordeur ? Je trouve qu’en dépit des réserves qu’on peut avoir, l’ASSÉ a tort de décider de ne pas y aller; la chaise vide ça n’aide jamais. Cela dit, je me permets de penser que leur absence était en quelque sorte prévisible et écrite d’avance. Je la voyais venir. Il faut comprendre la nature de ce mouvement, qui bien au-delà des frais de scolarité, met en cause toute notre société, tout notre système. J’insiste, c’est un point de vue parfaitement légitime. Dans nos sociétés, c’est bon, ce n’est pas mauvais que des gens en conteste radicalement les fondements. À partir du moment où on est dans cette logique, je n’ai jamais cru, un instant, qu’ils étaient véritablement dans une optique de négociations et de compromis. Paradoxalement, en dépit de toutes réserves qu’on peut avoir sur le sommet; leur absence augmente le pourcentage de chance que le gouvernement sorte de là avec quelque chose qui tiendra la route ou en tout cas qui ne dérape pas. Après cette journée et demi de discussions, on va probablement créer des espèces de comités de suivis, des tables de travail où on va jaser jusqu’à la véritable échéance; comme tous les partis politiques ont en tête, les prochaines élections.
- Il manque au moins 800 professeurs dans les universités http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … rsites.php
- Il manquerait plus de 800 professeurs dans les universités http://www.ledevoir.com/societe/educati … niversites La Fédération des professeurs dévoile une étude sur les fonds de fonctionnement des établissements

14 février 2013. L'ASSE boycotte le Sommet sur l'enseignement http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … cott.shtml
- Michel G Auger : L’ASSÉ absente des discussions : quel impact pour le sommet ? http://tinyurl.com/a4mjjb6 "On s’attend à une reprise de la mobilisation sur les campus, à des manifestations, à de la colère. Si les participants au Sommet devaient en venir à un consensus, il sera faux"
- L'ASSÉ a raison : Pierre-Luc Brisson http://quebec.huffingtonpost.ca/pierre- … more280972
- L’ASSE choisit de boycotter le Sommet http://www.ledevoir.com/societe/education/370908/titre «Nous défendrons l’option de la gratuité scolaire et nous tenterons de bloquer l’indexation dans la rue»
- Enseignement supérieur au Québec : un débat de société | L'ASSE se prépare à l'affrontement http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … cott.shtml
- L'ASSÉ boycotte le Sommet sur l'enseignement supérieur  http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 84614.html
- L’analyse de Sébastien Bovet http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6594162
- Entrevue avec Pierre Duchesne, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6594168
- Michel G Auger : L’ASSÉ absente http://tinyurl.com/b8q4lab
3min38 à 11min35 : Entrevue avec Monsieur Pierre Duchesne : … Qu’est-ce qui a fait que ça n’a pas marché ? Rép. : Premièrement, on a rencontré toutes les associations dans le but de préparer le sommet. Je ne saisi pas très bien parce que l’ASSÉ qui s’appelait la CLASSE l’année dernière plaidait pour être présent aux négociations … ils décident de s’auto exclure; la chaise vide. Michel G Auger : au départ, tout était supposé être sur la table; il y eut les compressions et là la gratuité n’était plus une option, même si on pouvait en parler Rép. On peut continuer à utiliser la recette de l’été dernier qui nous a amené une crise sociale et beaucoup de tensions ou on peut décider d’avoir une autre approche et une autre stratégie, il me semble. Parce qu’il y a une ouverture dans la discussion, on met tout le monde ensemble … L’ensemble des partenaires. Q : Est-ce qu’au fond, ça ne fait pas votre affaire que l’ASSÉ ne soit pas là parce que vous pourrez parce que vous aurez des porte-parole étudiants qui sont plus prêts à discuter Rép. : Je n’irai pas dans la confrontation, je n’irai pas dans le jugement … MGA: Le sommet est mal parti, beaucoup de floue dans l’organisation …
- Le blogue d'Alec Castonguay | Boycottage du sommet: l’ASSÉ a tort, mais pas sur toute la ligne http://www2.lactualite.com/alec-castong … -la-ligne/

13 février 2013. Michelle Blanc @MichelleBlanc | Le Sommet sur l’enseignement supérieur et son absence de vision http://www.michelleblanc.com/2013/02/13 … de-vision/ | http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2715#p2715

12 février 2013. L’autre gratuité scolaire (un plan B pour sortir de l’impasse) http://www2.lactualite.com/alec-castong … -limpasse/
- Carnet du recteur | Pour en finir avec la « marchandisation du savoir » http://recteur.umontreal.ca/carnet-du-r … du-savoir/
- Les points de vue des différents acteurs : des points de vue divergents http://www.radio-canada.ca/sujet/Droits … oupe.shtml Les associations étudiant-es ASSÉ; FEUQ et FECQ ; la fédération québécoise des professeur-es d'université FQPPU ; la conférence des recteurs CREPUQ et les représentants du milieu des affaires CPQ; FCEI; FCCQ

11 février 2013. Parlera-t-on aussi d'éducation? http://www.lapresse.ca/debats/chronique … cation.php
- Foglia et Monsieur Parizeau https://twitter.com/Vadeboncoeur_Al/sta … 24/photo/1
- ASSÉ ‏@ASSEsolidarite https://twitter.com/ASSEsolidarite/stat … 7455507457 "L'AFESH-UQÀM sera en grève pour les 25 et 26 février prochain à l'occasion du #sommet2013 et de la manif du #26fev. #ggi #polqc"
- Éducation | Le gouvernement rencontre l'ASSÉ http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 82731.html
- La valse du gel http://www.lapresse.ca/debats/chronique … du-gel.php

10 février 2013. Geneviève Lajoie ‏@genelajoie Journaliste politique, Journal de Québec https://twitter.com/genelajoie/status/3 … 9491480577 "Le ministre Pierre Duchesne refuse de s'adresser aux journalistes ce matin au conseil national du PQ #assnat"

9 février 2013. Marois s’implique personnellement en vue du Sommet sur l'enseignement http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … rite.shtml
- Sébastien Bovet ‏@SebBovetSRC https://twitter.com/SebBovetSRC/status/ … 7971599362 "Pauline #Marois s'implique perso pour que le Sommet ens.sup. ne dérape pas. Détails @M_Biron TJ #RDI #RC et @julienlafille RJ 18H #assnat"

8 février 2013. Deux événements solidaires à ne pas rater en vue du sommet sur l’enseignement supérieur http://www.quebecsolidaire.net/deux-eve … superieur/
- Ne jamais sous-estimer l'adversaire... http://www.lapresse.ca/la-voix-de-lest/ … rsaire.php
- L'enseignement supérieur sous la loupe http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ions.shtml

Gouvernance et financement des universités ... (thème de la 3e rencontre http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2719#p2719)
#U9MTL inrs.ca | Les neuf universités montréalaises organisent, ensemble un forum @ Mtl, métropole universitaire http://www.inrs.ca/universite/forum-mon … versitaire 

8 février 2013. Pas question d'imposer des membres externes aux C. A. des universités http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … rsites.php
- Les universités seraient surfinancées, clame Marois http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 30109.html
- «Surfinancées», «sous-financées», «trop», «pas assez», euh… http://blogues.journaldemontreal.com/fa … assez-euh/
- Universités surfinancées? Marois brandit une étude secrète http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 43422.html
- Une autre année à se serrer la ceinture? http://www.ledevoir.com/politique/quebe … a-ceinture Le ministre Duchesne laisse entrevoir d’autres resserrements pour les universités

12 décembre 2012. Accessibilité à l'éducation : des questions et des faits http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … vues.shtml


De l'ombre au tableau ...
14 février 2013. L'ASSÉ boycotte le Sommet sur l'enseignement supérieur  http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 84614.html

8 février 2013. Le sens politique de Pierre Duchesne http://www.lapresse.ca/debats/chronique … chesne.php "Depuis le printemps érable, les relations entre l'État et le milieu de l'éducation supérieure sont complexes et délicates."

7 février 2013. Sommet sur l'enseignement supérieur - Le conseil central manifestera le 26 février pour l'éducation gratuite et accessible http://www.newswire.ca/fr/story/1111361 … accessible

4 février 2013. L'ASSÉ lance un ultimatum au ministre Duchesne http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 22358.html

2 février 2013. Page Facebook du mouvement étudiant | Mandats de grève en vue du Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.facebook.com/notes/mouvement … 8173266305

Mémoires ou rapports ...
21 février 2013. L'#AQESSS fait parvenir son mémoire au Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.aqesss.qc.ca/1773/Salle_des_ … ticle=2394

20 février 2013. CREPUQ | http://ow.ly/d/14tb

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) http://www.ftq.qc.ca/librairies/sfv/tel … chier=8406

14 février 2013. La fédération québécoise des professeur-es d'université FQPPU (http://www.fqppu.org/)| Rapport sur les fonds de fonctionnement des universités http://www.fqppu.org/assets/files/theme … ternet.pdf

13 février 2013. Entrevue avec GND et Martine Desjardins | 1er anniversaire du conflit étudiant  http://www.radio-canada.ca/emissions/24 … Doc=274070 "Les carrés rouges ne sont pas loin s'il y a hausse des frais de scolarité ; et pas d'ambiguïté, l'indexation est une hausse"

7 février 2013. Le Syndicat général des professeurs et professeures de l'Université de Montréal publie un mémoire http://sgpum.com/le-sgpum-publie-un-mem … du-quebec/

Février 2013. Le mémoire de la TÉLUQ au Sommet sur l'enseignement supérieur! http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … emoire.pdf

Janvier 2013. Être les meilleurs : la gouvernance et le financement des universités | Commentaires du Conseil du patronat du Québec http://www.cpq.qc.ca/assets/files/memoi … 170113.pdf

Les droits de scolarité [...] http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2752#p2752

Hors ligne

 

#21 10-02-2013 08:37:31

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

Dossier apparenté - le Sommet2013 des 25, 26 février http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2755#p2755
L'épineux sujet de la gratuité des études universitaires ...  pour tous sans oublier les étudiants à temps partiel et les personnes qui requièrent une formation continue (À lire : la transcription du débat d'idées survenu le 1er février @ Bazzo.tv | Gratuité scolaire : une question qui divise)

Dernière mise à jour |
7 mai 2013. Les droits de scolarité vont augmenter de 2,6% http://www.ledevoir.com/politique/quebe … ter-de-2-6

6 mai 2013. La hausse des frais de scolarité aurait été revue à la baisse par Québec http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/05 … 21595.html de 2,67 % au lieu de 3 % pourcentage correspondant à l'indice du revenu disponible des ménages.
- Hausse des droits de scolarité: Québec tranche à la baisse http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … baisse.php

25 mars 2013. Un plan d’action pour l’ASSE http://www.ledevoir.com/societe/educati … our-l-asse
- Sur Twitter Julie Hébert ‏@d_joue https://twitter.com/d_joue/status/316227228298006528 "Le @partiquebecois et @duchp écorchés par Michel Seymour lors d'une réflexion post-#Sommet2013. #GGI #Gratuité"
- https://twitter.com/ASSEsolidarite/stat … 7900828673 ASSÉ ‏@ASSEsolidarite "Pauline Marois: "ceux qui réclament la gratuité sont aussi contre le capitalisme et la société établie". Comme René Lévesque en 76? #polqc"

24 mars 2013. L'ASSÉ poursuit sa lutte pour la gratuité scolaire http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … olaire.php

23 mars 2013. Ce qu'il reste du printemps étudiant http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-etudiant Douze traces laissées par le conflit
- Manif en cours – Je suis allé voir ma psy http://leglobe.ca/2013/03/manif-en-cour … ir-ma-psy/
- Sur Twitter Simon Delorme ‏@SLDelorme101 https://twitter.com/SLDelorme101/status … 4687233025 "Le congrès de la #FAÉCUM se positionne pour le gel des droits de scolarité dans une perspective de gratuité. #sommet2013 #polqc #UdeM"

22 mars 2013. Journée d’action contre la hausse des frais de scolarité: un an après le 22 mars, la mobilisation continue http://www.asse-solidarite.qc.ca/actual … -continue/
- Radio-Canada http://www.radio-canada.ca/sujet/droits-scolarite
- Anniversaire du 22 mars : près de 200 personnes interpellées http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … aire.shtml  Vidéo -  Le compte rendu d'Émilie Dubreuil  http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6635579
- Manifestation contre l'indexation des droits de scolarité : deux arrestations http://www.radio-canada.ca/regions/Mont … ions.shtml
- 22 mars: les policiers interviennent rapidement lors d'une manifestation étudiante http://www.ledevoir.com/politique/quebe … -etudiante
- Intervention policière rapide à la manifestation du 22 http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … -du-22.php
- Un an après le 22 mars - Mémoire d’un printemps qui chauffe la couenne http://www.ledevoir.com/societe/educati … la-couenne

12 mars 2013. Mouvement étudiant : pas de printemps érable 2013 en vue http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ment.shtml
- Manifestation contre l'indexation des droits de scolarité : deux arrestations http://www.radio-canada.ca/regions/Mont … ions.shtml

10 mars 2013. Une discussion sur Twitter https://twitter.com/M_Desjardins/status … 7837721600 Josée Legault ‏@JoseeLegault dit "Ailleurs en Occident, on parle de «débats» de société. Ici, les grandes questions sont réduites à de vulgaires «chicanes» #larocquelapierre"

7 mars 2013. La colère n'est plus ce qu'elle était http://www.lapresse.ca/debats/chronique … -etait.php
- Frais de scolarité • Manifestation prévue ce soir, à Québec http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 83945.html
- Création d'une association étudiante liée aux carrés verts http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … -verts.php extrait : «La paix sociale n'est pas achetable avec une hausse "un peu moins pire"»

6 mars 2013. Léo Bureau-Blouin ‏@leobblouin https://twitter.com/belgiumonepoint/sta … 7800955904 "J'aurais bien aimé en débattre avec vous au #Sommet2013 ... #polQC" | Jérémie Bédard-Wien ‏@belgiumonepoint de répondre : "Débattre de quoi? 1.7% ou 3%?" | même discussion - élargie - https://twitter.com/finnertymike/status … 4337984513
- ASSÉ forecasts ‘climate of confrontation’ http://www.montrealgazette.com/news/ASS … story.html
- Tasha Kheiriddin: Could Quebec’s students bring down a second government? http://fullcomment.nationalpost.com/201 … overnment/
- Martine Desjardins condamne l'ASSÉ (entrevue 16h) http://tvanouvelles.ca/video/2207666377 … revue-16h/
- Camille Grenier ‏@CamGrenier https://twitter.com/CamGrenier/status/3 … 4099672064 "Après @M_Desjardins, ce serait bien que @GNadeauDubois dénonce à son tour l'ASSÉ pour son sabotage de la sympathie envers les étudiants #GGI"
- QUÉBEC • Un nouveau "printemps érable" ? http://www.courrierinternational.com/br … mps-erable
-  EmergencyBlog Urgentoblogue | Entrer en politique change radicalement votre vision des choses... https://twitter.com/EmergencyBlog/statu … 24/photo/1
- Manifestation qui tourne au vinaigre | Martine Desjardins condamne l'ASSÉ http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 80334.html
- Quelques milliers de manifestants contre la hausse des droits de scolarité http://www.radio-canada.ca/regions/Mont … oits.shtml
- C’est une nouvelle lutte qui commence http://www.ledevoir.com/societe/educati … i-commence
- 2000 manifestants contre l'indexation des droits de scolarité | Violences et arrestations http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 50129.html
- http://tvanouvelles.ca/video/2205888675 … lications/
- http://tvanouvelles.ca/video/2207259995 … tions-12h/
- http://tvanouvelles.ca/video/2206033653 … -entrevue/
- L’accès à l’université : le Québec est-il en retard? http://www.cirst.uqam.ca/Portals/0/docs … 13-01c.pdf publié sur Twitter par @DavidCarter52
- Contribution sur Twitter | L'histoire #philo "Au #sommet2013 la gratuité n’a même pas été discutée" | RC : Dessine-moi un dimanche @ 8 min 07 https://twitter.com/PDGProactivite/stat … 4007774208
- Students Continue To Protest Authoritarian Quebec Government http://www.youtube.com/watch?v=avUaZm-X … e=youtu.be

5 mars 2013. Des milliers de personnes dans les rues http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/region … 04840.html
- Plusieurs milliers de manifestants dans les rues http://tvanouvelles.ca/video/2205694207 … tions-22h/ déception de ne pouvoir discuter de la gratuité scolaire.
- Un millier de manifestants contre l'indexation des frais de scolarité http://tvanouvelles.ca/video/2205668675 … ons-20h30/
- http://tvanouvelles.ca/video/2205668674 … tions-20h/
- Manif de soir contre la hausse http://vimeo.com/61177765
- Mobilisation pour le retour de la CLASSE et une nouvelle grève http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -greve.php
- Des airs de printemps 2012... http://www.lapresse.ca/actualites/regio … s-2012.php

3 mars 2013. @ 3 min. 50 - 7 min. 55 | Émission : dessine-moi un dimanche - un des arguments avancés au Sommet sur l’importance de la hausse : la valeur du diplôme http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 0910_3.asx L'éducation pour la dignité de chacun; Le mot valeur pas simplement mathématique puisque la "Dignité est une valeur absolue".
- Émission : dessine-moi un dimanche | @ 8 min 07 – le printemps érable, des mois de mobilisation, de débats, de discussions – se questionner sur le sens ... http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 0910_3.asx le sens de l’histoire est la marge vers le progrès au lieu de la dégénérescence. Idée de progrès plus problématique (philosophie de l’histoire). Au sommet la gratuité n’a même pas été discutée …

25 février 2013. La CSN est en faveur de la gratuité scolaire à tous les ordres d'enseignement. https://www.facebook.com/photo.php?fbid … mp;theater

24 février 2013. Sommet sur l'enseignement : les opposants se mobilisent http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … mmet.shtml Martine Biron relate que la question des droits de scolarité reste entier. "Pour moi indexation égale gel" dit la PM
- Gratuité scolaire: l'ASSÉ persévère, malgré un appui mitigé http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … mitige.php

23 février 2013. Trois joueurs, trois enjeux - Les étudiants | L’impact du programme d’aide financière sur l’accessibilité ne fait pas l’unanimité http://www.ledevoir.com/societe/educati … -unanimite Extrait : Le Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études (CCAFE), qui a salué dans l’ensemble ces mesures, en a mesuré l’impact. Pour un étudiant qui gagne 7000 $ par année, qui vit hors du domicile familial et dont les deux parents gagnent 35 000 $ au total, le prêt (2440 $) demeure inchangé. Mais ses bourses, qui étaient de 2530 $, grimpent désormais à 4065 $. Cette hausse de plus de 1500 $ des bourses aurait largement permis de compenser la hausse des droits de scolarité des libéraux (254 $ annuellement), alléguaient plusieurs.
- La gratuité scolaire : le pour et le contre http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6592197  Jean-Martin Aussant (pour la gratuité) Pierre Fortin (contre la gratuité parce que ça rate la cible; le problème central est le fait qu’un tiers des étudiants commencent et ne finissent pas – classification au mérite; réduire le décrochage scolaire – ce serait grossièrement inéquitable. Les diplômés - 30% dans la population : chacun ne paierais rien tout en ayant 1 million de plus dans les poches + que ce qu’il paiera en impôt dans sa vie)

22 février 2013. Des frais de scolarité variables pour financer l'éducation? http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … leducation Extrait : une structure de frais de scolarité basés sur le principe de la modulation.

21 février 2013. La gratuité scolaire est là pour rester http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … rester.php
- Une large Coalition de groupes sociaux en faveur de la gratuité scolaire - du primaire à l'université ! http://www.newswire.ca/fr/story/1117889 … universite
- Point de fuite au sommet (4 de 5) : la recherche http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/ … /education

20 février 2013. Le recteur de l’UQAM réclame un débat de société sur les droits de scolarité http://journalmetro.com/dossiers/confli … scolarite/
- Sommet sur l’enseignement supérieur - La plus importante priorité économique http://www.ledevoir.com/politique/quebe … economique Claude Séguin - Ancien sous-ministre des Finances à Québec
- Pas de hausse de taxes pour financer les universités http://argent.canoe.ca/lca/affaires/que … sites.html Pauline Marois promet de ne pas augmenter les impôts et les taxes pour financer le réinvestissement de 826 millions $ promis aux universités d'ici 2019.

19 février 2013. lactualite.com | Universités : qui doit payer et comment ? http://www.lactualite.com/societe/unive … doit-payer
- Françoise David, députée de Gouin pour Québec solidaire questionne le ministre de l'éducation sur son refus d'envisager l'option de la gratuité scolaire. https://www.youtube.com/watch?feature=p … UA611cob3E
- Québec solidaire ‏@QuebecSolidaire | Le PQ défend les profits des banques, QS propose de les taxer pour financer la gratuité scolaire https://twitter.com/QuebecSolidaire/sta … 1075999744
- Françoise David ‏@FrancoiseDavid | «Taxe sur le capital des entreprises: Marceau ferme la porte» Quel manque de courage politique https://twitter.com/FrancoiseDavid/stat … 2104146944
- Taxe sur le capital des entreprises | Le ministre Marceau ferme la porte http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … e-la-porte
- IRIS : Jacques Parizeau, la taxe sur le capital et Francis Vailles http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/ … is-vailles
- IRIS : Point de fuite au sommet (2 de 5) : l’indexation http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/ … indexation
- Communiqué final http://www.lapresse.ca/le-quotidien/opi … -final.php Extrait : Les frais de scolarité gelés l'an prochain, seront indexés au coût de la vie durant les cinq années suivantes. Comme nous nous engageons à augmenter le salaire minimum de 25% durant ce délai (on fait payer les petites entreprises, et on dorlote le lobby de la pauvreté), cela implique que pour les étudiants qui travaillent, que les études supérieures coûteront, toutes proportions gardées, moins cher d'année en année. Nous reconnaissons la gratuité scolaire comme un objectif collectif.

18 février 2013. Une mesure régressive http://www.ledevoir.com/politique/quebe … regressive extrait : la gratuité universitaire est une politique qui aide les classes supérieures de revenus
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Pour la gratuité scolaire en cinq ans http://www.ledevoir.com/politique/quebe … n-cinq-ans Un gel immédiat des droits de scolarité est la seule option recevable

17 février 2013. Démocratisation de l’éducation = gratuité? http://blogues.journaldemontreal.com/ma … -gratuite/

16 février 2013. nytimes.com : The Education Revolution | In China, Betting It All on a Child in College http://www.nytimes.com/2013/02/17/busin … llege.html
- Sur Twitter : Ar[t]istocracie Qc ‏@ArtistocracieQc https://twitter.com/ArtistocracieQc/sta … 9740189697 "#sommet2013 Ayant maintenant terminé mon doctorat, je suis convaincu que le seul problème $ est le manque de bourses à ceux qui le méritent."
- Faut pas croire tout ce qu’on dit http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … &pos=0 La gratuité scolaire : de quoi on parle ? Jean Martin Aussant et monsieur Michel Potvin, directeur du département de science économique de l’Université de Montréal 
Jean Martin Aussant: Tout comme pour la santé et la sécurité publique, ce sont les impôts généraux qui paieraient pour les études, de la maternelle au doctorat. Donc si l’on considère que l’éducation est une priorité, au même sens que la santé et la sécurité publique, ça devrait être le même genre de couverture par les impôts généraux et non un paiement à l’acte. Gratuit avec des balises, par exemple les examens d’entrée, je verrais ça d’un bon œil. Il y a quand même des ressources rares allouées par personnes. Allocation des ressources
Michel Potvin pourquoi ce n’est pas une bonne idée la gratuité ? Je pense que le débat sur la gratuité est un peu osculté, on parle de la gratuité comme d’une finalité en soi. Moi j’ai l’impression que c’est un instrument parmi tant d’autres et qu’il faut essayer de voir qu’est-ce qu’on vise avec la gratuité. Parmi tant d’autres instruments de politiques sociales.
Intervieweur : Il n’est pas question d’université gratuite mais de frais afférents de 2000$
JMA : il faut rappeler que le but est de n’avoir aucune barrière financière pour un étudiant qui a la capacité d’être dans un programme. Il ne faut pas que l’argent l’empêche d’y aller.
Michel Potvin : Je pense que l’objectif qui est derrière c’est d’avoir une plus grande mobilité sociale et là il faut se demander – si c’est ce qu’on vise – quelle est le meilleur instrument pour atteindre la plus grande mobilité sociale. Ce que les études nous montrent est : que les barrières financières, à l’université, ont très peu de rôle à jouer dans l’accessibilité. Où il y a une contrainte qui joue à l’accessibilité, c’est au développement des enfants quand ils sont plus jeunes. Hors quand on veut regarder quelle genre de politique on veut pour maximiser la mobilité sociale, on peut justement favoriser les jeunes de milieux défavorisés, les amener à l’Université; il y a des politiques interventionnistes qui pourraient être mises en place beaucoup plus jeunes, si vous voulez. Pour des enfants d’âge primaire, même à la garderie et au secondaire. Monsieur Aussant disait on a des ressources rares, oui c’est vrai mais elles seraient mieux investies si vous voulez, avec les enfants plus jeunes
Intervieweur : est-ce que je comprends – vous dites que rendu à l’université, ça ne change pas grand-chose
On regardait une étude relativement récente au Canada et on essaie d’expliquer. Il y a un écart effectivement, à la participation universitaire, entre par exemple, les revenus familiaux plus élevés, moins élevés. Quand on creuse, on voit que cette corrélation n’est pas causale. C-à-d que quand on rentre d’autres facteurs, les résultats des élèves au secondaire, l’éducation des parents, on se rend compte que ces facteurs-là sont beaucoup plus importants, que le revenu des parents.
JMA : si on augmente le prix d’un service, il y a moins de demandes c’est normal – donc, les frais de scolarité jouent quand même sur l’accessibilité et la demande de programme.
MP : exactement. Quand on regarde la différence dans les taux de participation – entre différents quartiles de revenus – le plus faible quartile de revenus et le plus élevé : il y a une différence dans les taux. C’est à peu près 12 à 15% de la différence qui est expliqué par le revenu des parents. Je ne dis pas qu’il n’y a aucune contrainte financière mais si on prend de l’argent à investir socialement – on est beaucoup mieux de laisser les frais de scolarité et prendre, peut-être, une partie de cet argent et le réinvestir dans le système d’éducation primaire et secondaire.
Intervieweur : comment ça augmenterait l’accessibilité ? Ça serait un projet à long terme. En aidant les enfants de milieux défavorisés; avec l’aide aux études, les enfants en troubles d’apprentissage, si on favorise leur développement, ils vont avoir les connaissances nécessaires pour accéder.
Intervieweur : Il me semble qu’on a fait pas mal d’efforts dans ce sens depuis un vingtaine d’années, non ?
MP : probablement que ce n’est pas assez. Comme je vous dis, il y a des travaux qui indiquent que c’est vraiment là où on peut avoir un impact majeur sur le développement des enfants. Quand on regarde les résultats par exemple, au secondaire, c’est un facteur beaucoup plus important que le revenu des parents pour expliquer l’accessibilité à l’Université.
JMA : il y a un lien direct entre la diplomation intergénérationnelle ; c’est vrai que les familles dont les parents sont plus diplômés vont avoir des enfants plus diplômés aussi
À 7min55 Marcel Foucault, professeur d’économie politique à l’UdeM
Qu’est-ce que la gratuité européenne ? Vous avez dit les gratuités européennes.
La gratuité, si l’on entend zéro dollar ou zéro euro, ça n’existe dans aucun pays en Europe; même pas en Finlande. Il y a toujours de petits frais qui se cachent à l’intérieur des frais de documentation, des frais de bibliothèque etc. En général ça varie entre zéro et 200 euros donc 300$ canadiens par année. Les vrais frais de scolarité, pour comparer avec la situation au Québec; il y a des disparités très importantes entre les pays européens et curieusement le pays qui a les frais de scolarité les plus élevés en Europe, c’est la Slovanie, un pays dont on ne soupçonne pas  qu’elle a une politique d’éducation supérieure qui est très onéreuse ; environ 12 mille euros par année pour les frais d’inscription. Si on prend des pays comme la France, l’Allemagne et le Royaume Uni ; la France et l’Allemagne ont des systèmes très proches des étudiants qui arrivent à l’Université paient environ 200 à 300 euros en France et jusqu’à 1 000 euros en Allemagne. Les critères d’accessibilité sont aussi très différents; avec l’Université française, tout étudiant qui a un baccalauréat – le niveau cégep ici – accède à l’Université. Il n’y a pas de condition, pas de critère de sélection. En Allemagne il y a des critères de sélection selon les régions ; c’est l’équivalent de la cote R ici (le niveau de performance au Cégep, aussi au secondaire en partie). Dans ces deux systèmes, l’université se distingue de la France dans le mesure où elle n’a que des universités et des écoles appliquées. En France, il y a l’Université et il y a tout le réseau des grandes écoles qui est important parce que ça créé un système à deux vitesses dans lequel on a deux divisions voire même trois divisions d’écart. Les grandes écoles on les trouve dans les sciences de l’administration, les sciences politiques – même les sciences sociales (les hautes études pratiques en sciences sociales) – comme singularité les frais sont assez faibles : 250 euros par an.

14 février 2013. Un an après le printemps - Ce Sommet qui ressemble à une simple opération de relations publiques http://www.ledevoir.com/politique/quebe … -publiques En refusant la gratuité scolaire, le gouvernement Marois ferme volontairement les portes des universités à 27 000 personnes
- Mandats de grève en vue du Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.facebook.com/notes/mouvement … 8173266305
- Plaidoyer pour la gratuité http://www.leprogresvilleray.com/Societ … gratuite/1 L’accessibilité aux études supérieures est-elle affectée par les droits de scolarité? Le professeur de philosophie villerois Michel Seymour en a la certitude.
- Retrait de l'ASSÉ du Sommet sur l'éducation - « Le gouvernement n'a que lui-même à blâmer » - Françoise David http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c5720.html

13 février 2012. Droits de scolarité : un débat amorcé il y a un an http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … -1an.shtml
- La gratuité scolaire... le pour et le contre http://www.radio-canada.ca/emissions/te … 8#leplayer "Patrice Roy reçoit Jean-Martin Aussant, économiste et chef d'Option nationale, suivi de Pierre Fortin, professeur émérite au Département de sciences économiques à l'Université du Québec à Montréal. Ils nous parlent de gratuité scolaire."
- Julie la scientifique http://www.youtube.com/watch?v=eM5QiVYpirw Dans le cadre du Sommet sur l'enseignement supérieur, rappelons-nous que l'éducation est une valeur collective Sur Twitter Martine Desjardins ‏@M_Desjardins "En rappel puisque certains semblent l'oublier, la @FEUQ est contre l'indexation et sera au #sommet2013 Dites NON à l'indexation"
- Le sommet, le modèle américain | débat sur l’argent, très peu sur l’Université à quoi ça sert - GND| Manque de volonté politique - JPW http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 1732_2.asx Gabriel Nadeau-Dubois … Culture de la discussion … & Jean-Philippe Warren, professeur au département de sociologie … Des états généraux dans la rue … Choix politiques et sociaux …
- Union des consommateurs : pour la gratuité scolaire http://uniondesconsommateurs.ca/2013/po … -scolaire/

12 février 2013. L’autre gratuité scolaire (un plan B pour sortir de l’impasse) http://www2.lactualite.com/alec-castong … -limpasse/
- #midiinfo Gratuité des études universitaires: réaliste selon Jacques Parizeau. Êtes-vous d’accord? Répondez https://twitter.com/Midiinfo/status/301322709932060672
@ 2min14 http://tinyurl.com/b7rl7nr Extrait : Simon Tremblay-Pepin faire payer les gens en fonction de leurs moyens; ne pas appliquer une tarification par exemple pour les transports en commun. Michel Auger : dans votre cas aucune tarification et évidemment les frais universitaires sont une tarification. Rép. Dans certains cas, il peut y avoir tarification, si on parle de permis de chasse. On a réduit les impôts des entreprises et des particuliers et on les a remplacé par des hausses de tarifs, nous on dit qu’il faut faire le geste inverse.
@ 7min35 Pierre Fortin :  le milliard qu’on va ajouter, on ne pourra pas le mettre ailleurs. Inéquitable de demander la gratuité sans contrepartie. Le diplôme universitaire – 1 million de plus pour l’ensemble de sa vie active. Responsabilisation. Le taux marginal pour les plus riches à 60% je suis d’accord; les voisins sont à 40, 45% fuite de capitaux. La taxe sur le capital ce n’est pas une bonne idée parce que ce ne sont les riches actionnaires qui vont payer, c’est le consommateur. Les impôts des entreprises sont déjà 10% plus élevé par rapport aux revenus.
- Gratuité scolaire | «Sur le fond, Parizeau a raison», selon Bernard Landry http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … ard-landry
- Pierre Simard de l'ENAP « Enjeux d'un autre temps » http://www.lapresse.ca/debats/votre-opi … -temps.php MOOC (Massive open online course); des cours en ligne «massivement» ouverts. "Alors que le Québec n'en finit plus de débattre de gratuité, de gel ou d'indexation de ses droits de scolarité, les grandes universités du monde regardent vers l'avenir."
- Parizeau: une bellemèrisation qui remet le débat en perspective http://www.alainvadeboncoeur.com/2013/0 … re-un.html
- Simon Poirier ‏@simpoirier | Mon billet sur Parizeau et la gratuité scolaire http://canarddechaine.wordpress.com/201 … -scolaire/
- Jeunes du PQ ‏@CNJPQ "Endettement zéro" http://cnjpq.org/actualite/le_cnjpq_rei … ducation_0 Le CNJPQ réitère sa position en matière d'éducation.
- Cadeau empoisonné aux étudiants http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinio … diants.php
- Simon Durivage ‏@simondurivage https://twitter.com/simondurivage/statu … 0747506689 La Q. #clubexrdi: La gratuité universitaire est-elle réaliste? Les étudiants doivent-ils payer ne part de leurs études, quelle qu'elle soit?
- Le PQ et le financement de l'éducation supérieure http://www.radio-canada.ca/audio-video/ … 0710_4.asx [La déclaration de Monsieur Parizeau ...] "René Homier-Roy parle enfin du financement de l'éducation supérieure avec le leader parlementaire du gouvernement péquiste et président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard. Questionné sur la gratuité scolaire à l'université, il admet qu'elle est possible, mais pas dans le contexte économique actuel. Il ne faut pas investir dans les universités au détriment de l'éducation primaire et secondaire, ajoute-t-il."
- Universités - La gratuité est réaliste, dit Jacques Parizeau http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-parizeau "L’obsession du déficit zéro empêche de réfléchir, croit l’ancien premier ministre"
- @Vadeboncoeur_Al contribution sur Twitter https://twitter.com/Vadeboncoeur_Al/sta … 0500423681 "@ASSEsolidarite & Parizeau, même combat?"
- Madame David et Monsieur Parizeau https://twitter.com/Vadeboncoeur_Al/sta … 2448211970
- Droits de scolarité - Un débat sémantique qui brouille les cartes http://www.ledevoir.com/societe/educati … les-cartes "Pauline Marois et les étudiants n’ont pas la même définition du mot «gel», soulignent des observateurs"
- Novlangue et langue de bois: le langage travesti - nouveau billet de E.Cree http://laplusgrandegueule.wordpress.com … -travesti/
- Quand ça vaut trop cher pour ne pas être gratuit - Jean-Martin Aussant http://urbania.ca/blog/3748/quand-ca-va … re-gratuit

11 février 2013. La valse du gel http://www.lapresse.ca/debats/chronique … du-gel.php
- Bernard Landry favorable à l’indexation des droits de scolarité http://journalmetro.com/dossiers/confli … scolarite/
- Sur le blogue de Josée Legault: Contorsions sémantiques & virage tactique au gouv. / interv. de J.Parizeau | Le rhinocéros dans la pièce http://www2.lactualite.com/josee-legaul … -la-piece/
- L’indexation égale gel http://blogues.radio-canada.ca/politiqu … egale-gel/
- Droits de scolarité - Pauline Marois ne voit pas de contradiction entre gel et indexation http://www.ledevoir.com/politique/quebe … indexation Extrait : «Pour moi indexation égale gel, a-t-elle dit. Parce que indexation veut dire que, le coût de la vie augmentant d'une année à l'autre, si on gèle dans le sens de ne pas indexer, à ce moment-là on réduit les frais de scolarité.»
- L'ASSE nie qu'elle envisage le gel comme première étape vers la gratuité http://www.radio-canada.ca/nouvelles/ac … uite.shtml
- Pourquoi la gratuité est une mauvaise idée http://affaires.lapresse.ca/opinions/ch … e-idee.php
- Rectificatif : Pour l’ASSÉ, la gratuité ne passe pas par le gel http://www.asse-solidarite.qc.ca/actual … ar-le-gel/
- Sondage sur les droits de scolarité - Net appui des Québécois à l’indexation http://www.ledevoir.com/politique/quebe … indexation
- Conseil national du PQ - Les droits de scolarité éclipsent la souveraineté http://www.ledevoir.com/politique/quebe … uverainete
- À deux semaines du Sommet sur l’enseignement supérieur, Pauline Marois a mis la table en vue des discussions : «L’indexation, c’est un gel.» http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … r-position
- Droits de scolarité : la FEUQ en faveur du gel http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … ment.shtml
______________________________________________________________________________
11 février 2013. 14min25 Radio.canada | Michel Auger sur la Première Chaine : Les délégués du Parti québécois réunis en conseil national ; ils ont adopté une proposition « pour le moins pas clair » disons-le comme ça sur le gel des droits de scolarité. Une résolution qui prône le gel mais laisse ouverte, la porte à l’indexation. http://tinyurl.com/a2gk29x Clarification par Michel Pépin, analyste pour R-C à la colline parlementaire. 15min41 Vous parliez de la résolution; un moment donné il était assez drôle de voir. Il y eut un amendement présenté concernant les droits de scolarité ; ça ne faisait pas l’affaire des jeunes. 16min54 les droits de scolarité, ça a commencé tranquillement avec l’idée d’une résolution des jeunes qu’on n'avait pas vue. On savait qu’elle serait présentée dimanche. Puis on a appris qu’il y avait eu négociation vendredi soir entre les jeunes et le cabinet de monsieur Duchesne. Le Ministre de l’enseignement supérieur a participé aux discussions. Donc c’est une résolution édulcorée qui a été présentée dimanche – une résolution pas évidente à comprendre mais on comprend que ça laisse une certaine marge de manœuvre au gouvernement – ça évite d’être pris avec une résolution qui ne va pas du tout dans le sens du gouvernement. Vous avez vu la déclaration de madame Marois – c’est quand même quelque chose comme déclaration. 17min51 Beaucoup de gens dans l’équipe disaient ça ressemble à la langue de bois. Un moment donné elle dit que l’indexation c’est le gel au fond, on va en parler plus tard avec Martine Desjardins de la FEUQ mais je ne suis pas sûr que ça va les convaincre. 18min06 Probablement pas mais ça fait partie de l’argument qui est assez simple, le coût de la vie augmente alors si on s’en tient à un gel, un véritable gel, alors il y a diminution des droits de scolarité. C’est vraiment comme ça que ce fut pris par la première Ministre et Pierre Duchesne a réagi en disant qu’il y avait de la place pour lui. Même les jeunes disent : on a voulu laisser la porte ouverte au Gouvernement et c’est ce qu’ils ont fait dans le cadre de la négociation du vendredi soir, sur cette résolution.

*** 28min58 Madame Marois PM dit : pour moi, indexation égale gel. Parce que l’indexation veut dire que le coût de la vie augmentant d’une année à l’autre, si on gèle dans le sens de ne pas indexer, à ce moment-là on réduit les frais de scolarité. Il faut être clair là-dessus !

Michel Auger : Ce n’est pas clair pour tout le monde, mais c’est la déclaration de la PM madame Marois en fin de semaine. Pour moi, indexation = gel semble en laisser quelques-uns perplexes.

*** 29min47 réaction de Martine Desjardins | Gel et indexation est-ce que c’est la même chose pour vous ? demande Michel Auger. Rép.: Non, On n’a pas la même définition de gel et indexation et d’ailleurs il ne faut pas confondre non plus, un gel des droits de scolarité en disant : écoutez, ça s’en va vers la gratuité scolaire. En fait, les étudiants continuent de payer le même montant; c’est plutôt leur contribution au sein du montant global du financement des universités qui diminue. Vous payez toujours 2168$ de frais de scolarité plus vos frais afférents qui sont indexés eux, à chaque année. Donc il faut quand même voir l’ensemble de la facture étudiante avant d’affirmer de telles choses.

30min27 Michel Auger : Mais si on indexait les droits de scolarité mais que le gouvernement contrôlait ou réduisait les frais afférents, là ça ferait votre affaire !
Rép. : écoutez, il faudrait – j’ai entendu justement madame Marois demander de regarder cette proposition-là – qui va être regardée aussi chez nous parce que ce n’est pas si simple.  Les frais afférents augmentent entre 15 et 50$, parfois plus, selon les ententes entre les associations et l’administration. Le montant moyen qui est prélevé, selon les frais afférents c’est environ 40$. Selon l’indexation qui serait proposée par le gouvernement ça pourrait être pire que l’indexation pour certains étudiants, dépendant des universités. La proposition est loin d’être aussi simple qu’elle ne le paraît.

31min10 Michel Auger : On a le résultant d’un sondage publié dans le Devoir qui dit que les 2/3 des Québécois sont favorables à une indexation des droits de scolarité. Ça risque d’être plus difficile au Sommet de négocier avec un gouvernement qui a ce genre d’appui-là derrière lui.
Martine Desjardins : en fait, oui peut-être, mais c’est quand même intéressant de voir dans le sondage, que lorsqu’on questionne les 18, 24 ans, ils sont plutôt défavorables à l’indexation mais plutôt favorable à un gel, voire une certaine gratuité scolaire. On se rend compte que si le parti Québécois – dans un contexte électoral – il sera plus difficile d’aller les convaincre de suivre le PQ par la suite parce qu’ils sont vraiment contre l’indexation. On voit que lorsque le monde est plus âgé, on est plutôt favorable à la position du gouvernement. La question des droits de scolarité, c’est un élément qui devra être discuté au sommet. Il y a plusieurs autres éléments qu’on aimerait mettre sur la table.

32min08 Michel Auger : en même temps, madame Desjardins, quand est-ce qu’on peut dire qu’on a gagné sa bataille ? L’indexation ça va être quoi avec le coût de la vie actuellement, 1%, 2%, 3% maximum. Vous avez gagné plus que ça avec la renonciation à la hausse qui était prévue par le Gouvernement libéral et au fait qu’on a gardé la bonification des prêts et bourses. Un moment donné, vous avez gagné !
Martine Desjardins : effectivement on a gagné la bataille contre la hausse imposée par les libéraux; mais ceci étant dit, je mettrais un bémol ; il n’y a pas vraiment de bonification au programme de prêts et bourses; même qu’il y a plusieurs étudiants qui s’endettent davantage avec les modifications imposées par les libéraux. Donc on était contre les modifications qui avaient été apportées à l’exception de la contribution parentale et donc, tout cela tombe. L’année prochaine tout est à renégocier c’est d’ailleurs très clairement inscrit au Budget. Il y a plusieurs éléments qu’on va devoir discuter. La situation actuelle c’est de dire : on va proposer l’indexation pour les étudiants qui vont continuer de mettre de l’argent au sein des Universités sans savoir où va cet argent-là. Ce qu’on leur demande – et là l’indexation de 3%, vous dites que c’est peu ! ça rapporte 220 millions de dollars de plus aux Universités sur les prochains 7 ans et qu’est-ce qu’on va en faire de cet argent-là. On l’a vu au Sommet, il y a encore un surplus de 200 millions dans le fond de fonctionnement qui est transféré en fin d’année et qui devrait servir à l’enseignement et à la recherche. Ce n’est pas vrai que les étudiants vont continuer de payer pour du béton alors que nos objectifs c’est plutôt d’encourager la qualité des Universités; d’essayer d’avoir de meilleurs professeurs, de s’assurer justement d’avoir un enseignement de qualité. Il fait falloir faire les priorités, avant.

33min40 Michel Auger : Je comprends ça madame Desjardins. À la fin, vous aviez une hausse qui était prévue par le gouvernement libéral qui était de 85% sur 7 ans. Ça va peut-être être une hausse de 15% sur 7 ans. Vous l’avez gagné votre bataille, quelle est cette décision d’aller strictement pour le gel? Et de ne pas vouloir entendre d’autres options. | 34min05 Martine Desjardins : Parce qu’on a une perspective globale sur la situation. La question de la hausse des droits de scolarité, on était contre à la fois parce que c’est impensable – le 82% d’augmentation. On l’a d’ailleurs dit : c’est une victoire du mouvement étudiant et on en est très fier. Maintenant, on est dans un autre contexte; on est dans un contexte où le gouvernement est prêt justement à faire – on entend madame Marois dire : à certains moments, les universités sont sur-financées et on va dire aux étudiants, de l’autre côté, signez pour 220 millions de dollars qu’on va réinvestir. C’est un non sens et je pense qu’un moment donné, il faut voir la perspective globale et c’est justement là-dessus où l’on est. Mais on est prêt à travailler avec le gouvernement, on n’est pas fermé aux discussions sur les autres enjeux. On l’a toujours dit : on n’est pas mono-dossier. La question des droits de scolarité, il faut quand même la regarder dans une perspective d’ensemble. Donc, c’est la raison pour laquelle on est contre l’indexation qui est proposée parce qu’elle ne fait aucun sens, dans un contexte de financement global.

34min59 Michel Auger : Vous avez deux semaines avant le sommet sur l’éducation supérieure ; est-ce que vous allez avoir une plateforme commune avec les autres associations étudiantes, en particulier avec l’ASSÉ et la Fédération des étudiants collégiaux ? 35min12 Rép: C’est sûr qu’au niveau de la Fédération collégiale, il représente les étudiants des Cégeps et donc, ils vont avoir des propositions qui sont propres à leur fédération mais c’est sûr qu’on a effectivement des propositions qui sont communes mais on n’écrira pas un mémoire commun. Du côté de l’ASSÉ, je pense qu’il est clair maintenant qu’on n’a pas du tout les mêmes objectifs et donc, non on ne présentera pas d’élément commun avec l’ASSÉ, ça c’est certain. Mais on s’en va travailler avec d’autres acteurs parce qu’il n’y a pas que les acteurs étudiants; il y a les professeurs, les chargés de cours, professionnels de soutien également au Sommet. Et on travaille avec eux sur différents enjeux. On travaille aussi avec d’autres acteurs qui ne sont pas nécessairement dans la communauté universitaire. On croit fortement être capable d’atteindre un consensus au Sommet sur plusieurs enjeux. Sur la question des droits de scolarité, je vous avoue que ça va être un débat chaudement disputée j’ai l’impression.

35min58 Michel Auger : Si à la fin de ce sommet, c’est l’indexation, c’est la position du gouvernement, ou que le gouvernement maintient qu’est-ce que vous faites ? On recommence les moyens de pressions ; vous avez une mobilisation suffisante pour faire ça ?
Martine : Écoutez, moyens de pression, je sais que plusieurs entendent moyens de pression, grève ou encore manifestation. C’est souvent les derniers moyens qui sont utilisés pour mettre de la pression sur le Gouvernement. Quand il n’y a plus rien qui fonctionne; on n’en est pas là. Il reste tout de même que la question de l’hypothèse d’indexation est discutée. En fin de semaine on avait un congrès avec l’ensemble de nos associations membres et donc, il va y avoir un congrès spécial à la fin du sommet selon les différents éléments pour discuter avec eux de la suite des choses. Mais je vous avouerai qu’à la FEUQ, on a plusieurs moyens de pression et je veux dire, la grève c’est toujours le moyen ultime qu’on utilise, quand plus rien ne fonctionne sinon, qu’est-ce que vous faites après ?!? 36min50
______________________________________________________________________________
10 février 2013. Conseil national du PQ: une proposition édulcorée sur les droits de scolarité http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … larite.php
- Gel des droits de scolarité: les jeunes péquistes veulent y croire http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … croire.php
- Droits de scolarité: les jeunes péquistes diminuent leurs exigences http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … gences.php
- Droits de scolarité: les jeunes du PQ rentrent dans le rang http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … e-rang.php
- Droits de scolarité : les militants péquistes adoptent un compromis http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … tion.shtml
- Les militants péquistes veulent réduire l'endettement étudiant http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … tion.shtml
- Conseil national du PQ: les militants veulent réduire l'endettement étudiant http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 58161.html
- Sébastien Bovet @SebBovetSRC, Chef du bureau parlementaire de Radio-Canada à l'Assemblée nationale https://twitter.com/SebBovetSRC/status/ … 8719267841 "Le conseil national du #PQ adopte résolution proposant gel droits de scolarité. Pauline #Marois a voté pour. #assnat #sommet2013 #ggi"
- Mouvement Étudiant ‏@metudiant https://twitter.com/metudiant/status/300682855472840704 "En point de presse, Pauline Marois vient d'affirmer que l'indexation des frais de scolarité est essentiellement un gel. #ggi #sommet2013" | Jean Bouchard ‏@contracom "@metudiant Elle a aussi parlé de frais afférents. Quand on rapporte des nouvelles rapportons tout."
- Nicole Lamoureux ‏@lamoureuxnicole  Souverainiste membre du parti québécois. https://twitter.com/lamoureuxnicole/sta … 5824692224 Je partage le point de vue de la première ministre, l'indexation frais/scol équivaut à un gel.
- La FEUQ, «très ferme» en faveur du gel des droits de scolarité http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … larite.php
- La FEUQ dit être très ferme sur le gel http://journalmetro.com/dossiers/confli … ur-le-gel/
- Martine Desjardins ‏@M_Desjardins  https://twitter.com/M_Desjardins/status … 2594870272 L'indexation n'est pas un gel. Un gel c'est un maintien. Une indexation c'est une augmentation. #FEUQ #ggi #sommet2013 #assnat #PolQC | @Bernard_BigrasD répond à @M_Desjardins Faux. L'indexation c'est un gel s'il est égal à l'inflation. Votre option réduit la valeur des frais. | Ƥhĭlĭppe de Ɠrosboĭs ‏@metronomephil  https://twitter.com/metronomephil/statu … 6281868289 La prochaine fois qu'on gèle mon salaire, je m'attends à ce qu'il soit indexé au coût de la vie
- @ASSEsolidarite  https://twitter.com/ASSEsolidarite/stat … 4787343360  Le gel des frais de scolarité n'est pas une indexation. Pauline Marois devrait ouvrir un dictionnaire!
- Alexandre Brassard @4l3x_brassard Science politique & Économie #UL. https://twitter.com/4l3x_brassard/statu … 7518552065 La #CNJPQ joue à ''ni oui, ni non'' avec leurs propositions, le #PQ joue au jeu du contraire. Le #Sommet2013 promet. #polQc
- Nicole Lamoureux ‏@lamoureuxnicole https://twitter.com/lamoureuxnicole/sta … 2962379777 À deux semaines du #sommet2013 on ne connait toujours pas la position du #PLQ .. #h/82%.#PLUS #75%! Quelle est position ds aspirants?#assnat

9 février 2013. On discutera de la gratuité au Sommet, promet Marois http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … marois.php
- Gratuité scolaire | Pauline Marois : Les jeunes péquistes saluent l’ouverture http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … louverture
- Marois en appelle au sens du compromis http://journalmetro.com/dossiers/confli … compromis/
- Frais de scolarité et impuissance politique http://blogues.journaldemontreal.com/bo … politique/
- La gratuité scolaire - place au débat http://quebec.huffingtonpost.ca/elisabe … 50746.html
- Frais de scolarité: la FEUQ se réunit en congrès http://journalmetro.com/dossiers/confli … n-congres/

8 février 2013. Droits de scolarité: Pauline Marois est prête à débattre du gel http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … du-gel.php
- Droits de scolarité: Marois prête à débattre du gel avec les jeunes péquistes http://www.ledevoir.com/politique/quebe … -pequistes Le conseil national du Parti québécois se déroule ce week-end à Drummondville
- Moduler, ce n'est pas un péché http://www.lapresse.ca/debats/chronique … -peche.php
- Les jeunes péquistes lutteront en faveur d'un gel http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … un-gel.php
- L'incompréhension règne ... pourquoi écarter le sujet des droits de scolarité alors que c'est le noeud central ; l'abcès à stabiliser ? Une conversation sur Twitter https://twitter.com/lamoureuxnicole/sta … 4474625025

7 février 2013. Accès à l'université: plaidoyer pour la gratuité scolaire http://www.radio-canada.ca/emissions/24 … Doc=272744
- Enseignement supérieur: pas de consensus sans gel, dit la CSN http://www.lapresse.ca/actualites/dossi … la-csn.php
- L’ASSE et la FEUQ rejettent l’appel de Khadir http://www.ledevoir.com/societe/educati … -de-khadir Pierre Duchesne réitère que la gratuité n’est pas envisageable à court terme

6 février 2013. Duchesne tranche: la gratuité ne sera pas à l'ordre du jour du Sommet http://www.ledevoir.com/societe/educati … -du-sommet
- Québec invite les étudiants à discuter de gratuité, tout en l'écartant http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … uite.shtml
- Impasse entre le Ministre et l'ASSÉ | Le compte rendu de Catherine Gauthier http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6582270
- Droits de scolarité : l'espace demeure ouvert aux discussions http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c3771.html

1er février 2013. Bazzo.tv | Gratuité scolaire : une question qui divise http://video.telequebec.tv/video/14233/ … qui-divise
*** Simon Tremblay-Pépin, chercheur à l'IRIS « Dès que l’on met un tarif, on empêche des gens d’y avoir accès, la gratuité n’est pas la seule mesure … Les étudiants étrangers c’est 40% des frais de scolarité … l’aide au financement, est-ce qu’on la conserve; oui, il y a moyen de faire la gratuité, de se la payer avec davantage d’imposition par ex. les institutions financières »
*** Marc Simard, professeur d'histoire, Cégep Garneau «  Monsieur Lisée disait que la hausse imposée par Monsieur Charest était une injustice, je pense que c’est la gratuité qui serait une injustice : sociale (on demande à tout le monde de payer; établir la gratuité, c’est un pari, c’est loin d’être une certitude puisque ce sont les enfants des riches qui en majorité vont à l’Université) 2. Injustice générationnelle parce que les gens des années 60, 70 payaient plus.
*** Bazzo @ Jean-François Lisée : Qu’est-ce que vous en pensez comme projet collectif, comme idée de donner accès à un plus grand nombre de québécois à l’éducation, p-ê pas tout de suite mais d’une manière échelonnée dans le temps ?
Rép. : L’idée est noble et elle était dans le programme des libéraux en 1963, la gratuité jusqu’à l’université. Mais effectivement il faut la payer. Si on décide que c’est une bonne idée – il est vrai qu’il y a un retard sur les étudiants universitaires québécois aujourd’hui qui viennent de milieux défavorisés; au Québec, une proportion, moins qu’ailleurs pour des questions beaucoup culturelles et de transmission  de cette valeur. C’est vrai qu’il faut travailler ailleurs aussi, mais comme le dit le collègue : normalement, plus on augmente le tarif, moins on l’offre est présente ?! Cependant ce que j’aurais aimé entendre davantage : cette gratuité là comment on la paie et comment est-ce que, les gens qui parce qu’ils sont allés à l’université ont des revenus très supérieurs. Est-ce qu’ils ne peuvent pas contribuer à rebours à justement payer cette gratuité. L’important c’est l’accessibilité et ensuite –
*** Madame Bazzo : ce sont les impôts !
*** J-FLisée : oui les impôts post universitaires, ce genre de chose-là pour ceux qui sont passés par là. Des scénarios que j’aurais aimé voir. Le décrocheur du secondaire qui a parti sa business de camionnage et qui devient millionnaire paie autant que celui qui a été financé par les contribuables pour devenir médecin spécialiste. Je pense qu’il y a une distinction; quoi qu’il en soit, c’est sûr que dans le sommet actuel, nous n’avons pas maintenant les moyens de faire la gratuité. C’est ce que Pierre Duchesne dit ; il dit aussi, on peut en discuter et si des gens ont des pistes à plus long terme, pourquoi ne pas les envisager ?
*** Joseph Facal : la fréquentation universitaire est plus élevée dans des provinces où les droits de scolarité sont plus élevés. Donc le lien entre le niveau des droits et le taux de fréquentation est un lien complexe qui s’explique par plusieurs facteurs. 2ièmement regardez qui faisait la grève et qui ne la faisait pas ?  Ceux qui la faisait : littérature, sciences sociales, sciences humaines, art. Qui ne la faisait pas ? médecine, droit, HEC, polytechnique; autrement dit ceux dans les filières rentables, avec des débouchés assurés ne faisaient pas la grève. Pourquoi ? Ils savent que l’enseignement supérieur au Québec, est une fort bonne affaire; déjà très généreuse.
*** Simon Tremblay-Pépin : Je vais aller tout de suite sur la question de la fréquentation parce que, Monsieur Facal semble oublier, ça m’étonne. Le Québec dispose d’institutions universitaires qui sont des institutions post-secondaires, qui sont des cégeps. Ce qui fait que la fréquentation post-secondaire au Québec est largement supérieure à toutes les provinces canadiennes parce qu’on a un système qui est unique au Canada. Ils sont fréquentés parce qu’ils sont gratuits.
*** Joseph Facal : l’Université n’est pas un gros Cégep. C’est autre chose.
*** Bazzo : la gratuité ne mène t-elle pas, jusqu’à un certain point, à une certaine déresponsabilisation. C’est gratuit, on peut y aller, on peut décrocher, c’est un argument qui revient souvent.
*** Marc Simard : En tant que prof de Cégep et sans vouloir cracher dans la soupe, je pourrais dire que, ce n’est pas tous les étudiants de cégeps mais il y a un certain pourcentage qui parce qu’ils ne paient pas, ne prennent pas leurs études au sérieux, c’est malheureux. Et qui se traînent les pieds au Cégep pendant plusieurs années, ce qui coûte une fortune à la société.
*** Simon Tremblay-Pépin : Pourtant la moyenne des réalisations des diplômes au Cégep est plutôt dans la fonction de ce qui est proposé, c-à-d peut être un ou deux mois supérieurs à ce que les gens doivent faire en moyenne. Donc pour la plupart des gens, non ça ne pose pas de problème d’avoir de la gratuité; ils ne se disent pas, je vais passer ma vie au Cégep. …
*** Marc Simard : Il ne faut pas confondre, les gens en techniques et en sciences et les gens en sciences humaines, trois bassins différents. Les gens en technique sont en général très pressés, ils savent où ils s’en vont, ils savent ce qu’ils veulent. Les gens en sciences sont plus motivés; les gens en sciences humaines sont dans l’errance un peu.
*** Ces paroles ne font pas l’unanimité … Mme Bazzo, Monsieur Lisée (sciences humaines) vous voyez où ça mène !!
*** Joseph Facal : les probabilités d’errance augmentent dans certains domaines plus que dans d’autres.

30 avril 2012. Pourquoi je suis pour la hausse… http://leglobe.ca/2012/04/pourquoi-je-s … la-hausse/

22 mars 2012. Le Printemps québécois: Quand le peuple s'éveille... ( version du 22 mars 2013 ) http://vimeo.com/47205376

9 mars 2012. Prof contre la hausse | Droits de scolarité – Une hausse «sale et sexiste» http://profscontrelahausse.org/medias/p … t-sexiste/
_________________________________________________________________
Retour sur les
*** Règles budgétaires ... Financement de l'éducation ... http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2705#p2705
*** Ressources pour les étudiants... http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2704#p2704
*** Programmes de bourses et de subventions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2742#p2742
_________________________________________________________________
Les possibilités de cours gratuits en ligne ...
7 février 2013. La formation générale des adultes réseautée au sein de communautés de pratique virtuelles http://cdeacf.ca/actualite/2013/02/07/f … ommunautes extrait : une communauté de pratique regroupant 25 enseignants et conseillers pédagogiques concernant les élèves à besoins particuliers s’est mise en branle en janvier 2013.

15 janvier 2013. Cours en ligne « L’art d’apprendre en ligne » http://cdeacf.ca/actualite/2013/01/15/c … ndre-ligne En Ontario, les possibilités d’apprentissage en ligne sont devenues plus accessibles grâce à des programmes de littératie comme Le service de formation à distance pour adultes de l'Ontario https://www.sefad.ca/

12 novembre 2012. HEC Montréal | Mes cours (ZoneCours 2.0) https://zonecours2.hec.ca/index.jsp
- HEC Montréal lance de nouveaux cours gratuits en ligne http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -ligne.php

MITOPENCOURSEWARE Massachusetts Institute of technology http://ocw.mit.edu/courses/

15 juin 2012. L'avenir des grandes universités est-il sur Internet?  http://www.bulletins-electroniques.com/ … /70292.htm site d'enseignement en ligne créé par Harvard et MIT

Dossier apparenté http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2702#p2702 | 2e rencontre sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2712#p2712
_______________________________________________________________________________
Rapports ...
2 février 2012. Rapport du Comité sur l'accessibilité financière aux études de l'Université du Québec http://www.uquebec.ca/communications/ar … ewsid=9324 | La participation aux études universitaires dans un contexte de hausse des droits de scolarité - Université du Québec www.uquebec.ca/communications/documents … t_CAFE.pdf
- Autres publications par l'Université du Québec http://www.uquebec.ca/communications/publications.htm
Janvier 2012. La hausse des droits de scolarité et ses impacts sur le coût de programme de l’Aide financière aux études http://www.irec.net/upload/File/educati … 282%29.pdf document de l'Institut de recherche en économie contemporaine
- Décembre 2011. Rapport du comité sur l’accessibilité financière aux études de l’Université du Québec à la Commission de planification de l’Université du Québec http://www.uquebec.ca/communications/do … t_CAFE.pdf "La participation aux études universitaires dans un contexte de hausse des droits de scolarité"
- 14 novembre 2011. IRIS - Institut de recherche et d'informations socio-économiques | Le gel et la gratuité scolaire sont possibles et souhaitables par Simon Tremblay-Pepin

Hors ligne

 

#22 21-02-2013 18:59:33

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

*** Le Sommet 2013 de l'enseignement supérieur @ Montréal les 25, 26 février ***
http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2749#p2749
• • • Toutes les actualités http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2759#p2759 et la 2e journée http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2756#p2756 • • •

Sommet de l’enseignement supérieur http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet-sur … le-sommet/ Toutes les contributions http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet-sur … ributions/ Horaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … sommet.pdf
- Synthèse de la démarche préparatoire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … marche.pdf
- Cahier du participant http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … sommet.pdf
- Composition de la table de discussion http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … tition.pdf
- Liste des invitations http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … vitees.pdf

25 février 2013. http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … sommet.pdf
Les contributions sur Twitter https://twitter.com/search?q=%23sommet2013&src=hash

•  10 h Premier thème de discussion - Promouvoir la qualité de l’enseignement et la gouvernance des établissements
• • • Web diffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/612/fr/
- Résumé thématique 1 : http://fecq.org/http-fecq-org-Resume-thematique-1
*** 1ière rencontre préparatoire au Sommet, sur la qualité de l'enseignement supérieur | L'enseignement supérieur, pour tous ! : Québec, les 29 et 30 novembre 2012 http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2699#p2699
*** 3e rencontre préparatoire au Sommet, sur le thème de "La gouvernance et le financement des universités" : Sherbrooke, les 17 et 18 janvier 2013 http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2719#p2719

Luce Samoisette, rectrice de l'Université de Sherbrooke et présidente de la CREPUQ: Conférence des recteurs et principaux d'université du Québec. Elle déplore qu’il n’y ait pas de discussion formelle sur la démocratie étudiante et souhaite que le gouvernement clarifie la situation. « Les étudiants s'affrontent sur nos campus, il faut que cette situation-là cesse! »

Stéphane Godbout, dg du Cégep de Rosemont, représentant de la Fédération des cégeps. Il a commenté la proposition gouvernementale disant "Nous sommes envahis par la reddition de comptes !"

Guy Breton, recteur de l'Université de Montréal : La CREPUQ ne s'oppose pas à l'idée de fond du Conseil national des universités. Cet organisme ne doit pas être "bureaucratique, ni contraignant." "C'est pas juste un organisme pour gérer le trafic là! Le gouvernement doit continuer à assurer la coordination et à l'améliorer."

Au sujet de la gouvernance ...
23 février 2013. Sommet sur l’enseignement supérieur - Pour une gouvernance «efficace» http://www.ledevoir.com/societe/educati … e-efficace Pierre Duchesne veut une administration plus transparente des universités Extrait : Une reddition de comptes « plus ciblée » et « efficace », un suivi systématique, des conseils d’administration plus solides et capables de « challenger les recteurs »
- Trois joueurs, trois enjeux - Le gouvernement | Gouvernance des universités: naviguer entre autonomie et imputabilité http://www.ledevoir.com/societe/educati … putabilite


•  13 h 30 Deuxième thème de discussion - Renforcer la recherche ainsi que la collaboration entre les établissements et leurs milieux
• • • Webdiffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/619/fr/
- Résumé thématique 2 http://fecq.org/http-fecq-org-Resume-thematique-2 par la FECQ ‏@FECQ
***  4e et dernière rencontre préparatoire au Sommet sur l'enseignement supérieur : Rimouski, les 31 janvier et 1er février. * Rencontre thématique sur la contribution des établissements et de la recherche au développement de l'ensemble du Québec http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2739#p2739

Luce Samoisette : p. 8 Q de clarification 1,7 milliards - 340 millions en recherche ... est-ce qu'on est en train de faire du réinvestissement à la pièce. ?
Ministre Duchesne: Rehaussement à la base; les enveloppes liées à ce qui devait être affectées au collégial. ... selon certains objectifs.
M. Daniel Coderre, INRS : consensus sur la recherche et qu'il faille réinvestir dans le recherche universitaire.

•  16 h Troisième thème de discussion - Assurer l’évolution du financement des établissements universitaires en tenant compte de la capacité de payer des Québécoises et des Québécois
*** 3e rencontre préparatoire au Sommet, sur le thème de "La gouvernance et le financement des universités" : Sherbrooke, les 17 et 18 janvier 2013  http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/co … c6482.html suivez les discussions http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2719#p2719
- Les engagements financiers du Gouvernement pour les universités et les options proposées pour le financement des universités http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … cement.pdf
• • • Webdiffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/619/fr/

•  19 h 30 Quatrième thème de discussion - Convenir d’une stratégie visant l’accessibilité et la persévérance aux études
*** 2e rencontre préparatoire au Sommet, sur l'accessibilité et la participation aux études supérieures : Trois-Rivières, les 13 et 14 décembre http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2712#p2712
• • • Webdiffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/620/fr/

Au sujet de la persévérance ...
23 février 2013. Le décrochage, l'enjeu caché du Sommet http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … sommet.php
_________________________________________________________________
Le Ministre Monsieur Duchesne nous a dit qu'il trouvait intéressantes, les suggestions de Pierre Fortin ... les voici ...
Accessibilité et indexation : les enjeux (Pierre Fortin, sc économiques, ESG-UQAM) http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … atique.pdf

22 février 2013. Des frais de scolarité variables pour financer l'éducation? http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … leducation Extrait : une structure de frais de scolarité basés sur le principe de la modulation.
-  Duchesne prépare des réformes http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … s-reformes Québec veut rendre l’université plus accessible et modifier son mode de financement Extrait : Les scénarios évoqués par l’économiste Pierre Fortin seront sur la table, confirme le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne. Indexation de 3,5 % par année suivant le coût par étudiant; de 3 % selon la croissance du revenu des ménages; ou de 2 % selon l’inflation. «Ce sont des scénarios très intéressants», confirme M. Duchesne. Les frais afférents pourraient être réduits, a confié une source gouvernementale.
________________________________________________________________________________________
Mémoires ou rapports ...
UQO ‏@UQO | Santé, Culture, tourisme: les priorités en enseignement supérieur en #Outaouais http://www.tableeducationoutaouais.com/ … 2-2013.pdf  #Sommet2013 1#UQO

22 février 2013. Compressions : les recteurs finalisent une solution commune http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02 … 45306.html
- Positions de la direction de l'Université de Montréal au Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.umontreal.ca/sommet/document … 202013.pdf
- Université Montréal ‏@UMontreal | Prêt pour le Sommet - Carnet du recteur Guy Breton http://tinyurl.com/b46fgsb
- La contribution de l'UdeM http://www.umontreal.ca/sommet/

PLQ ‏@LiberalQuebec | Sommet sur l’enseignement supérieur: le Parti libéral du Québec présente son mémoire http://www.plq.org/post/sommet-sur-l-en … moire-1042 PDF http://plq.org/doc/Memoire_Education_PLQ_fr.pdf
CAQ | http://coalitionavenirquebec.org/wp-con … et2013.pdf

21 février 2013. L'#AQESSS fait parvenir son mémoire au Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.aqesss.qc.ca/1773/Salle_des_ … ticle=2394

20 février 2013. CREPUQ | http://ow.ly/d/14tb

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) http://www.ftq.qc.ca/librairies/sfv/tel … chier=8406

14 février 2013. La fédération québécoise des professeur-es d'université FQPPU (http://www.fqppu.org/)| Rapport sur les fonds de fonctionnement des universités http://www.fqppu.org/assets/files/theme … ternet.pdf
- Fédération des associations étudiantes FAEUQEP http://www.faeuqep.qc.ca/docs/FAEUQEP_S … -01-14.pdf Le financement et la gouvernance des universités : mémoire présenté par l'AGEEFEP Association générale des étudiants et étudiantes de la Faculté de l'éducation permanente de l'Université de Montréal

13 février 2013. Entrevue avec GND et Martine Desjardins | 1er anniversaire du conflit étudiant  http://www.radio-canada.ca/emissions/24 … Doc=274070 "Les carrés rouges ne sont pas loin s'il y a hausse des frais de scolarité ; et pas d'ambiguïté, l'indexation est une hausse"

7 février 2013. Le Syndicat général des professeurs et professeures de l'Université de Montréal publie un mémoire http://sgpum.com/le-sgpum-publie-un-mem … du-quebec/

Février 2013. Le mémoire de la TÉLUQ au Sommet sur l'enseignement supérieur! http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … emoire.pdf

Janvier 2013. Commentaires du Conseil du patronat du Québec | Être les meilleurs : la gouvernance et le financement des universités http://www.cpq.qc.ca/assets/files/memoi … 170113.pdf
- S'allier pour la prospérité http://www.cpq.qc.ca/assets/files/memoi … 310113.pdf

Hors ligne

 

#23 21-02-2013 19:08:05

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

MESRST : Le site du Sommet http://www.mesrst.gouv.qc.ca/sommet/ Rappel | Première journée du sommet http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2759#p2759 | Caricature http://www.lapresse.ca/photos/caricatur … s-2013.php

26 février 2013. Horaire http://www.mesrst.gouv.qc.ca/fileadmin/ … sommet.pdf
• • •  Webdiffusion http://webcasts.pqm.net/client/mesrst/event/621/fr/

• 9 h Ouverture de la seconde journée d’échanges et plénière
Les chantiers annoncés par Madame Marois, PM - webdiffusion : 33min. @ 45min.
1ier thème: qualité et gouvernance – 2 chantiers :
- Premier chantier : son mandat est de se pencher sur les principes de la vision qui doit sous tendre le contenu d’une loi cadre sur les universités et les règles de gouvernance qu’elle contiendra
Sous la présidence de Lise Bissonnette ; coprésident John Porter
Objectif : remettre un rapport le 30 août 2013
- Deuxième chantier devra définir le mandat du Conseil National des Universités et sa structure. Ce comité sera présidé par Claude Corbeau. Les conclusions de ce chantier devront être déposées au plus tard 28 juin 2013.
Il y a deux ajouts à la proposition de révision de la reddition de comptes qui a été présentée hier. D’abord nous pourrons aborder dans le cadre de cette démarche, la reddition de comptes portants sur certains éléments de nature pédagogique en plus de la question financière. De plus, suite aux demandes du milieu collégial, la révision touchera également la reddition de compte exigée des établissements collégiaux.

2e thème : recherche et collaboration entre les établissements et leurs milieux – on a convenu de l’importance des Cégeps pour le développement des régions. Nous annonçons un chantier sur l’offre de formation collégiale (partout au Québec, une complémentarité de l’offre de formation et fiabilité des programmes d’étude en région). Les résultats de ces démarches devraient permettre de consolider le modèle québécois de formation collégial. Ce chantier va être présidé par Guy Demers et des  recommandations sont attendues au printemps 2014
Offre de formation collégiale au Québec; définition des créneaux régionaux et optimisation de l’offre de formation

3e thème : financement des universités
Deux coprésidents : Hélène P. Tremblay et Pierre Roy. Nous attendons un rapport en décembre 2013; des consultations au cours de l’hiver 2014 et un rapport final déposé au Ministre de l’enseignement supérieur en juin 2014. La nouvelle politique serait mise en œuvre en 2014-15 et graduellement avec un plein effet en 2015-16

4e thème : l’accessibilité
En matière d’accessibilité, il y a eu plusieurs propositions qui ont été faites, qui sont substantielles. Nous proposons une indexation des droits de scolarité de l’ordre de 3% par année, selon la croissance du revenu des familles. En même temps que nous adopterons et mettrons en place des mesures qui vont permettre de bonifier le soutien aux étudiants. Je veux insister sur les aspects économiques de cette proposition. Ça s’ajoute à d’autres mesures pour favoriser l’accessibilité des personnes qui ont des besoins particuliers. Dont 5 millions pour renforcer le soutien au collégial pour les étudiants ayant des besoins particuliers ; le soutien des initiatives des universités qui vise à renforcer les services de soutien à ces étudiants; offre d’accompagnement personnalisé aux étudiants autochtones; mise en place de services à la diversité culturelle pour favoriser l’intégration des étudiants liés à l’immigration. De nombreuses autres bonifications ont été proposées : l’offre d’un meilleur soutien financier aux étudiants à temps partiel, aux étudiants ayant des responsabilités familiales. À ce sujet, toutes les propositions sont les bienvenues parce que nous allons mettre en place un chantier avec la collaboration des associations étudiantes puisque nous dégageons 25 millions pour bonifier l’aide financière aux études. Il sera disponible dès la première année, jusqu’en 2018, 2019. Le mandat du chantier est confié à Pier-André Bouchard-St-Amand, ancien président de la FEUQ qui va consulter les étudiants. Un rapport est attendu pour Juin 2013 avec une mise en œuvre des bonifications 2013-2014.


• 11 h 20 Synthèse finale par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Pierre Duchesne

Sur Twitter ...
- Michelle Blanc ‏@MichelleBlanc https://twitter.com/MichelleBlanc/statu … 4255429633 Financement des universités: le logiciel libre pour sortir de la crise http://flip.it/xQ8A5
- INM ‏@inm_nouvelles | @CSQ_Centrale Pas de projets concrets annoncés en logement étudiant, seulement un souhait formulé. À voir s'il sera entendu!
- L. ‏@llheb | Pauline Marois ne cesse de parler de dialogue... mais aucun dialogue au #sommet2013 ; que des monologues de 2 mins/participant! #polqc https://twitter.com/llheb/status/306465452425621504
- Midi Info https://twitter.com/Midiinfo/status/306454287993671680

Sur Facebook ...
- Gaétan Leduc | Les éditorialistes ce matin annoncent la fin du conflit étudiant et la paix sociale. j’aimerais en être tout aussi convaincu... https://www.facebook.com/gaetan.leduc.9 … 0075277167

Les actualités ...
Radio-canada | Pas de midi sans info http://www.radio-canada.ca/emissions/pa … /index.asp Sommet sur l’éducation supérieure http://tinyurl.com/bzsgay7
Michel Labrecque – *** Un crescendo ; on a commencé par les propositions plus consensuelles.  *** @ 4min05 | Intensité des débats : Martine Desjardins « On se serait attendu à ce que le gouvernement fasse ses devoirs, avant de proposer des solutions toutes faites basées sur des sondages où la population dit être en faveur de la proposition gouvernementale. Est-ce que j’ai besoin de vous rappeler que l’année dernière, la population était aussi en faveur de la hausse des droits de scolarité. Je tiens à rappeler au gouvernement qu’il a également aboli la hausse des droits de scolarité parce qu’il ne jugeait pas que c’était une proposition adéquate. Est-ce qu’aujourd’hui, on va dire, encore une fois, que les sondages vont mener les propositions gouvernementales. J’espère qu’on en est pas là !» La hausse de 70$, la PM Pauline Marois l’a défendue elle aussi avec passion; d’ailleurs c’est elle qui a piloté les débats depuis hier et elle a vraiment insisté sur le caractère rassembleur, fédérateur, comme un compromis juste dans l’état des choses économiques et l’état des finances publiques et de la pensée de la société québécoise sur cette question. « Je crois qu’il faut mettre cette question derrière nous; je suis convaincue de cela. On s’est trop déchiré, divisé; un consensus serait souhaitable et même l’unanimité mais attendre n’est pas la solution. Je suis persuadée de cela; qu’est-ce que ça va faire ?  ça va prolonger les débats qui vont continuer de nous diviser, qui vont continuer d’attirer l’attention aussi sur ce seul enjeu masquant tous les autres enjeux et tous les autres objectifs que nous voulons atteindre ensemble.»
*** @ 6min30 Michel C Auger s’adressant à Michel Pépin : on sent qu’il y a encore des tractations de dernière minute, pour que tout le monde qui est ici, non pas avec un consensus – je pense qu’on a tous compris que c’était impossible – mais au moins avec un espèce de sourire ?
*** Michel Pépin : Donc là, il y a des ouvertures qui se font et en fait elles se font davantage sur la place publique, qu’en coulisse apparemment. 6min48 | Martine Desjardins a évoqué le fait qu’elle souhaitait que ce qu’on appelle les frais afférents (depuis 94, on a voulu contourner justement un gel des droits de scolarité en imposant ses frais institutionnels qui varient selon les universités) ; alors ce qu’elle a demandé : que ce soit inclus, cette question des frais afférents, dans un chantier; le chantier de la formule de financement des universités. Le gouvernement a donné son accord ...
@ 40 min. 50 Madame Marois, la PM "En lançant nos travaux, je vous ai dit que nous avions l'obligation de réussite. Cette obligation elle serait mesurée selon notre capacité à aller de l'avant. Le résultat est là. Sur l'essentiel, je dis bien sur l'essentiel, nous avons réussi à mettre les affrontements derrière nous, nous avons réellement rétabli le dialogue. Ce qui veut dire que maintenant, on peut se concentrer sur le soutien aux étudiants, sur la qualité de la formation, de la recherche, sur l'excellence de notre enseignement supérieur. Vous l'avez vu, vous l'avez dit, je vous en remercie. Il y a des personnes de grande valeur qui ont accepté de diriger les chantiers de travail. Nous nous sommes entendus sur le dépôt d'une loi cadre qui va nous permettre ...
@ 51 min. 40 L'exercice en a-t-il valu la peine ? Hélène Mercier ... des commentaires ...
L’ASSÉ occupe les réseaux sociaux – le sommet de l’indexation – ensemble bloquons l’indexation. On n’a pas fait tout ça pour ça !

*** Madame Marois, PM vient de conclure le sommet :« il n’y a pas de perdant ici aujourd’hui. La crise sociale elle est derrière nous, nous allons de l’avant et c’est tout le Québec qui est gagnant » *** Michel C Auger en accueillant le Ministre Pierre Duchesne : est-ce que je me trompe où si j’ai un homme heureux devant moi ? http://tinyurl.com/aegjwlb  Rép. : Pierre Duchesne « on a annoncé l’échec de ce sommet-là, avant, je l’ai dit en blague … on a été capable de le faire, d’une façon correcte, en tout respect des traditions du Québec c.a.d. on se réunit autour d’une même table et on s’entend sur des choses.
@ 1 min. 51 | Michel C.Auger : outre le fait que le sommet a eut lieu, qu’il y a des gens qui ne se parlaient pas l’année passée, se sont parlés ensemble, dans la même pièce, ce qui n’est pas rien j’en conviens. Il reste que si personne n’a claqué la porte, il n’y a pas un consensus, il n’y a pas un communiqué final que tout le monde signe. Les associations étudiantes disent encore; ils ont l’air d’avaler l’indexation mais ils n’en sont pas heureux. Les recteurs disent encore, on a des problèmes de financement, nous ne sommes pas encore à l’égal du reste du Canada. Il y a beaucoup de choses qui sont remises aux chantiers …
*** Ministre Pierre Duchesne : oui mais rappelez-vous où on était il y a un an et vous pourriez peut-être prendre la journée, voir les journaux du 26, jour pour jour, je pense que vous auriez des images. Il y a un discours tout à fait différent. On pourrait reproduire le 2 décembre, un communiqué commun où tout le monde va signer et la moitié des gens sont partis. Il fallait aller au rythme où les gens étaient prêts à bouger. Il y a eu une telle division et une dévalorisation de chacun. Écoutez, il y a eu un conflit de génération, on a dit que les jeunes c’étaient ci, c’était ça, que les recteurs c’était ci, c’était ça, écoutez, ça ne se parlait plus. On a réussi … il y avait une volonté commune, on le voyait dans les rencontres préparatoires; ça ne perçait pas beaucoup au niveau du public mais il y avait une volonté commune... Parce que, qui avait avantage à maintenir cette tension-là dans le système. Et la population nous disait et elle l’a dit à tous les partenaires; les gens disaient entendez-vous, soyez raisonnables, c’est assez …
@ 3 min. 31 | Michel C. Auger : l’opinion publique est avec vous on le voit dans les sondages. L’opinion publique a l’air de dire, tant qu’on nous ramène la paix sociale, qu’on n’a pas un autre printemps avec du monde dans les rues, ça va aller. Une fois qu’on a réglé ce problème-là et je pense que le sommet l’a peut-être réglé; il reste qu’il y a encore des problèmes de financement dans les universités. Vous disiez tout à l’heure, les recteurs disent on n’est pas encore au niveau du reste du Canada dans le financement des universités; c’est bien beau faire un réinvestissement dans deux ans mais, il va encore manquer 250 millions.
*** Ministre Pierre Duchesne : Ça, écoutez là, ce n’est pas le sommet qui allait dénouer ça. Il y a deux ans, la même question se posait. Ça fait à peu près dix ans que ce problème de sous financement existe. …  Au-delà de l’argent, nos universités sont une institution … Il ne fallait pas que ce soit associé à un lieu de confrontation. Un moment donné ça allait atteindre l’image de l’Université québécoise.
@ 5 min. 23 | Michel C. Auger : le mot clé du printemps dernier c’était accessibilité; est-ce que vous pensez qu’avec la hausse, l’indexation maintenant de 3% que les changements que vous allez apporter à l’aide financière aux études; est-ce que vous croyez que l’accessibilité des institutions universitaires québécoise est assurée par ce qui s’est passé au Sommet.
*** Ministre Pierre Duchesne : écoutez, il n’y a jamais rien d’assuré; tout le monde va vous le dire mais on crée le maximum de conditions favorables. L’aide financière aux études, un fond de 25 millions; on a réduit le crédit d’impôt non remboursable de 20 à 8% pour libérer de l’argent et on a augmenté le seuil de contribution parentale jusqu’à 45 000$ ; ça va se faire en deux ans. Ça veut dire, pour monsieur et madame tout le monde qui nous écoutent – le revenu familial de 45 000$ quand vous êtes là-dessus, les étudiants ont accès à des bourses, ont accès à des prêts. On vient d’aider ceux qui ont le moins d’aisance financière.
@ 6 min. 17 | Michel C Auger : ce plancher là variait au cours des années; est-ce qu’il va y avoir une norme qui va devenir fixe, parce que là, c’est un peu compliqué ?
*** Ministre Pierre Duchesne : on ne baissera pas, on a investit des sommes pour ça. On peut encore en parler des droits de scolarité, je n’ai pas de problème, mais on a une série de réformes autour qui vont redéfinir l’université pour l’avenir. Quand on a un Conseil des universités, ce n’est pas une patente ça. Ça va servir à regarder le déploiement futur des universités; des programmes, moins de dédoublement … dans le financement on était par tête de pipe, ça amené des aspects à ce que certains appelaient la clientèle étudiante. On est pas dans un marché. La formule de financement; il y a des critères sociaux économiques. Ça va être très déterminant, la reddition de compte. Les états financiers, ils sont corrects sauf que personne ne comprend rien; il faut que ça soit plus clair.
@ 7 min. 54 | Michel C. Auger : une des choses que vous-mêmes avez apporté à ce sommet-là, à laquelle vous teniez beaucoup, c’était les étudiants de première génération. Or on voit dans les universités, ce sont des gens à temps partiel, c’est quand même assez compliqué à gérer : comment on va gérer ça ?
*** Ministre Pierre Duchesne : premièrement, un état, une nation va s’assurer qu’on va donner accès à une plus grande partie de la population à l’enseignement supérieur parce que c’est l’enrichissement collectif qui en profite. Non seulement le salaire mais la capacité d’affronter la vie et d’avoir une ouverture intellectuelle qui est notable. Il n’y a pas juste l’emploi qui est lié à ça.
@ 8 min. 49 | Michel C Auger : comment on gère ça quand c’est beaucoup les étudiants à temps partiel ?
*** Ministre Pierre Duchesne : l’encadrement; il faut prévoir le financement pour encadrer et être ouvert à la nouvelle réalité où il y a plus d’étudiants à temps partiel; il y a plus aussi de personnes d’un certain âge qui reviennent …
@ 9 min. 27 | Michel C Auger : en terminant, monsieur Duchesne, les coupures qui ont été imposées aux universités ; ça a pollué l’ensemble des réunions préparatoires; c’est resté en travers la gorge des recteurs. Est-ce que c’est quelque chose qui peut être revu plus rapidement ou si les finances publiques ne le permettent vraiment pas ? 
*** Ministre Pierre Duchesne : l’objectif doit être atteint, il faudra prévoir, on est là-dessus. Et ça toujours été notre approche, respectueuse. Trouver des façons d’une certaine souplesse dans les moyens mais il faut atteindre l’objectif. Avec ce sommet on a renoué avec la réussite, on a renoué enfin, on peut sourire lorsqu’on parle des universités, des cégeps; il était plus que temps.

@ 10min55 Monsieur Legeault : monsieur Duchesne est soulagé, vous, êtes-vous satisfait ? Je l’entendais parler de sourires, moi je n’ai pas vu beaucoup de sourires chez les recteurs. Je pense que ce qu’on a vu. Ce qu’on a eu droit pendant deux jours c’est un bricolage et finalement on s’est entendu sur une indexation qui n’aurait pas les problèmes des coupures du sous financement des universités. On a créé cinq comités, un gros bricolage. Quand on dit que les recteurs ne souriaient pas, parce qu’on sait que pour les deux prochaines années, ils subissent des compressions de 250 millions. On nous a parlé de coupures dans le personnel, coupures dans les laboratoires; c’est vraiment un manque de vision. Moi je suis convaincu qu’on aurait été capable de trouver d’autres endroits pour couper. On ne peut pas dire ; on fait un sommet sur l’enseignement supérieur, sur l’innovation, sur la recherche et commencer avec des coupures de 250 millions et faire croire aux gens qu’on va augmenter les budgets mais d’ici 2018. Comme si les finances publiques seraient mieux dans trois ans, dans cinq ans. … on a fait un peu plaisir aux associations étudiantes – une sortie de crise qui s’appelle une indexation qui finalement vient leur faire payer l’inflation mais qui ne montre aucune vision à long terme.
@ 12 min. 47 | Michel C Auger : ... votre vision à vous, ce que vous aviez mis sur la table : la modulation des frais de scolarité, les deux types d’universités; celles qui font de la recherche et celles qui n’en font pas. Ça été rejeté d’une façon presque unanime ; est-ce que vous ne vous sentiez pas un peu orphelin là-dedans ?
*** Monsieur Legeault : non. Vous poserez la question à monsieur Breton, le recteur de l’UdeMtl. MCA : j’ai dit à peu près unanime. Je pense que tous les représentants du monde des affaires étaient d’accord; tous les représentants des grandes universités étaient d’accord; c’est comme ça que ça fonction sur 59 états sur 60 en Amérique du nord. Les étudiants en science humaine finalement paient trop de frais de scolarité par rapport au reste du Canada …
@ 15 min. 20 | Michel C Auger : est-ce que ce sommet a été un exercice de relation publique pour que des groupes de pression sortent plus heureux et pour que les associations étudiantes sortent d’ici en ne retournant pas dans la rue ?
*** Monsieur Legeault : ça été effectivement un exercice de relation publique pour faire plaisir aux associations étudiantes. On leur a pas fait complètement plaisir; on a indexé les frais de scolarité mais ce qu’on a pas fait c’est de régler le problème du sous financement des universités et de régler aussi les coupures qu’on va avoir à subir pendant deux ans. Rappelons qu’on a un gouvernement minoritaire qui habituellement a une vie moyenne de 18 mois et là on dit : pendant deux ans, il n’y aura pas de réinvestissement; il va y avoir des coupures dans les universités mais croyez-nous, après la prochaine élection, nous on va investir. On ne dit pas où on va prendre l’argent, on dit ça va être les payeurs de taxes, ça ne sera pas les étudiants. C’est vraiment une sortie de crise sans vision. Finalement pour faire plaisir et payer la dette politique a entre autre la FEUQ qui a fait campagne pour le parti québécois contre, entre la coalition. Moi je l’ai vécu dans mon comté, il y a des gens de la FEUQ qui ont fait campagne contre moi, pour le parti québécois. Une chose qui est certaine, c'est qu'il n’y a rien de réglé dans les universités.

@ 16 min. 48 | Michel C Auger : vous venez de vous faire accoster par le chef de la coalition. *** Martine Desjardins : ce n’est pas juste sur Twitter, c’est aussi dans la vraie vie.
MCA : il y a quand même un peu de vrai; vous étiez un énorme joueur dans ce sommet parce qu’essentiellement l’opinion publique, ce qu’elle cherchait de ce sommet, c’est que vous ne retourniez pas dans la rue; qu’il y ait apparence de paix sociale et que ça se règle.
*** Martine Desjardins : je pense que la population voulait qu’on discute des universités, qu’on discute du financement universitaire, qu’on regarde enfin quels sont les besoins et objectifs des universités mais pas qu’on règle une crise. *** Je pense que tout le monde a compris que la crise s’est réglée lorsqu’il y a eu annulation des droits de scolarité. *** On l’avait déjà dit que c’était une victoire. Je pense que ce que les gens voulaient c’est qu’on sorte du sommet avec des propositions et c’est exactement avec cette attitude qu’on est venu autour de la table. On voulait faire des propositions constructives. Évidemment, je ne vous cacherai pas toute notre déception par rapport à l’idée de ne pas faire de chantier par exemple sur les droits de scolarité alors qu’on en fait 5 autres et qu’on ne prenne pas le temps d’avoir ce débat là. Pour nous, c’est une extrême déception. Il reste que d’autres éléments autour de la table, que les étudiants ne repartent pas les mains vides; c’est une consolation.
@ 18 min. 14 | Michel C Auger : Au-delà de votre extrême déception pour ce 3%; est-ce que vous n'avez pas gagné énormément de choses dans ce sommet-là ? Les frais afférents ont longtemps été une chaude bataille des fédérations étudiantes universitaires et au cégep dans une moindre mesure; vous avez un comité qui va s’occuper de ça, on va regarder l’aide financière aux études; vous avez quand même fait des avancées importantes. Est-ce qu’il était pas utopique que vous pensiez avoir le gel à ce moment-ci et que vos avancées ne compensent pas le fait que vous n’ayez pas le gel ?
*** Martine Desjardins : En fait, je pense qu’il faut constater qu’il y a eu des avancées comme vous mentionnez : le conseil des universités notamment qui va de l’avant, il reste tout de même que la question du gel des droits de scolarité, ce n’était pas une utopie c’est réaliste; ça respecte les finances publiques, la capacité de payer des étudiants. On n’a même pas fait encore les études  sur les conditions de vie des étudiants, du côté du gouvernement et on s’apprête à augmenter les droits de scolarité sans voir si ça va avoir un impact ou non. Et donc encore une fois nous on s’oppose à cette indexation mais il faut comprendre que d’autres aspects qui sont autour de la table, qui sont intéressantes, je ne vous le cacherai pas.

La discussion se poursuit http://tinyurl.com/a882z49  Michel CAuger : vous avez gagné le conseil des universités, pourquoi ne pas dire que vous avez gagné ?
*** Martine Desjardins : Parce qu’il y a quand même certains éléments qui restent; certaines problématiques : l’indexation. Madame Marois disait hier : écoutez, vous ne m’avez pas convaincu pour la question du gel ! On n’est pas plus convaincu des arguments de madame Marois sur la question de l’indexation à 3%. Et donc, ça on n’est pas convaincu, on va continuer de faire des démarches en ce sens-là. On va continuer de travailler pour comprendre les conditions de vie des étudiants et on va travailler sur les autres chantiers.
@ 1 min. 11 | Michel C Auger : vous aviez une hausse des frais de scolarité qui était tout près de 80% sur 7 ans, qui était celle de l’ancien gouvernement. Vous l’avez fait reculer; là vous avez une indexation de 3%; est-ce que vous ne pouvez pas convenir que vous avez gagné comme 75% de la bataille ?
*** Martine Desjardins : encore une fois, on a aussi tourné en fait les différents éléments et ce serait trop facile de comparer les deux, qui ne viennent pas en plus du même gouvernement.
MCA : ça vient de la même poche du contribuable par exemple.
MD : ça vient de la poche du gouvernement dans certaines parties. Il y a des étudiants aussi qui contribuent; il ne faut pas le nier et je l’ai rappelé : actuellement c’est le quart du revenu d’un étudiant qui passe dans les droits de scolarité. Quand on dit, on va augmenter et ça n’aura pas d’impact; oui ça aura un impact. On a aussi éludé toute la question du financement des universités; on repousse ça dans un chantier. J’ai demandé encore hier, où sont les plans stratégiques. On me dit qu’on les fait depuis dix, quinze ans; on ne les a jamais vus. On ne sait toujours pas quels sont les objectifs et là on s’apprête à remettre 1,7 milliards au sein des universités. C’est bien que l’on mette de l’argent dans l’éducation, on veut mettre de l’argent dans l’éducation mais on devrait se poser la question avant : qu’est-ce qu’on va en faire ? parce qu’avec le 3%, à long terme, c’est 220 millions de dollars que les étudiants vont investir dans les universités, en 7 ans et qu’est-ce qu’on va en faire ?
@ 2 min. 28 | Michel C Auger : est-ce que vous êtes satisfaite de la participation des fédérations étudiantes aux chantiers qui viennent à la suite de ce sommet-là ? Est-ce que vous êtes satisfaite de la place qu’on vous fait ?
*** Martine Desjardins : c’est sûr qu’on est content de voir que sur la grille de financement, ce n’est pas juste des experts qui vont y être mais aussi des acteurs. Évidemment, avec notre expertise, on va s’assurer d’être présents pour pouvoir aller débattre; pour pouvoir aller montrer un peu les différentes analyses qu’on a faites. Parce qu’on a fait des analyses dans ce sens-là et donc, on va pouvoir aller faire quelques contributions. Sur la question du conseil des universités, c’est notre proposition, donc on est content de voir que ça a du mordant et que ce n’est pas juste un organisme conseil. Le ministre a bien mentionné que c’était avec des propositions de recommander donc, là on est content. Mais pour l’aide financière aux études, on va y travailler très fort, mais je vous dis, il y a énormément de travail à faire dans le programme d’aide financière aux études; il est désuet. Et on a beau dire que c’est le meilleur programme en Amérique du Nord, ce n’est pas parce que c’est le meilleur, que ça veut dire qu’il est bon. Il va falloir continuer de travailler là-dessus. 7$ par jour pour manger et internet encore considéré comme un bien luxe ou encore pour les étudiants en région, de ne pas avoir une compensation qui leur permettrait, ne serait-ce que de se déplacer et se loger de façon convenable. C’est une aberration et quand vous dites : mais en région ça coûte moins cher. Prenez les logements en Abitibi Témiscaminque, avec le bas minier qu’il y a eu; les étudiants ont effectivement de la difficulté à se loger, à trouver un logement qui est abordable, donc il va falloir aussi compenser.

@ 4min. | Le recteur de l’université de Montréal, monsieur Guy Breton qui est aussi médecin.
Michel C Auger : Est-ce que vous êtes satisfait de ce qui s’est passé ici; est-ce que vous sortez d’ici avec le sourire ? Vous n’avez pas l’air de sourire !
*** Guy Breton : écoutez, comme citoyen, je suis content, parce que l’objectif qui était de tourner la page sur les évènements de l’année dernière; je pense que ça c’est réussi. Je pense que c’est une réussite sociale. On verra mais je pense qu’on peut être optimisme là-dessus et je pense que c’est important. Parce que pour être capable dans ce dossier-là comme dans d’autres, il faut que les gens soient capables de se parler respectueusement, calmement, objectivement, avec rigueur; ce qui n'était pas le cas. En tant que payeur de taxes; les contribuables, je pense qu’ils peuvent se poser des questions. Ils peuvent avoir des interrogations. Qui va payer quoi ? Les indexations ne sont pas très marquées; il y a des promesses qui sont faites. Je pense qu’il y a des questions de soulevées plus que des réponses.
@ 5 min. 07 | Michel C Auger : c’est surtout en tant que recteur que je veux vous entendre.
*** Guy Breton : j’y arrivais. Je suis inquiet parce que les deux prochaines années ça va être difficile. On a un niveau de compression qui est équivalent à ce qu’aurait été l’augmentation des frais de scolarité sur sept ans. En un an, on a autant de compression que le bénéfice qu’aurait été les frais de scolarité sous l’ancien gouvernement. Donc, ça nous fait mal et c’est un leurre de penser que chaque dollar qui est dépensé ça n’a pas d’impact. C’est faux. Les dollars que nous ne dépensons pas; ce sont des dollars qui ne sont pas disponibles pour les services aux étudiants.
@ 5 min. 43 | Michel C Auger : dans toutes ces compressions qui ont miné l’atmosphère des rencontres préparatoires et jusqu’à un certain point, du sommet lui-même; c’est vraiment encore le problème majeur ?
*** Guy Breton : c’est un problème définitivement. Ça serait jouer à l’autruche que de dire que ça ne fait pas mal. Ça fait mal; cela dit, on se réjouit de voir que le gouvernement semble s’engager à nous dire qu’en 2018, 19, on va avoir un réinvestissement significatif et ça nous donne une perspective qui est plus intéressante mais je vous ferai remarquer : j’avais dit hier ou ce matin – le fait qu’on ait des augmentations de 27% en 7 ans, ça va nous mettre, dans sept ans, là où sont les universités du reste du Canada actuellement. Ce que ça veut dire c’est que dans 7 ans, on va encore avoir la même discussion.
@ 6 min. 31 | Michel C Auger : vous avez dit, s’il y avait un médecin qui examinait les universités aujourd’hui, il dirait que les universités sont malades. Elles sont aussi malades aujourd’hui qu’elles ne l’étaient hier ?
*** Guy Breton : Ah oui et demain aussi; dans 7 ans peut-être pas mais actuellement elles sont malades. Moi, je n’ai pas de réinvestissement demain matin, j’ai une coupure de 125 millions à partager avec mes collègues. Donc, le médecin que je suis vous dit que le patient d’hier n’est pas moins malade aujourd’hui. Je souhaite qu’il puisse aller mieux mais je suis inquiet, il n’est pas très en forme.
@ 7 min. 03 | Michel C Auger : Le médecin recteur, qu’est qu'il pense du Conseil des universités ? Ce n’était pas votre idée ?
*** Guy Breton : Non, je regrette, madame Desjardins s’est appropriée l’idée – oui madame Desjardins qui a souvent tendance à faire des raccourcis et à s’approprier des choses – c’est une idée qui était aussi mise de l’avant par la CRÉPUQ. Nous croyons que d’avoir un organisme comme ça qui conseille le ministre; il faut que ce soit quelque chose qui soit conseil, qui ne soit pas contraignant et je pense que recommander ce n’est pas une contrainte. J’espère que monsieur le Ministre va garder son autorité. C’est lui qui est élu et c’est lui qui, en démocratie, doit faire les arbitrages ultimes. Un conseil qui devra aussi évaluer la qualité. C’est faut de penser qu’il y a un consensus mur à mur là-dessus. Il y a des syndicats de professeurs; il y a des syndicats qui ne veulent pas d’évaluation. Un conseil d’universités ça doit évaluer la qualité. Il faut être capable de se comparer avec les bonnes pratiques ailleurs; avec les bons systèmes et ce n’est pas juste de gérer le trafic pour ouvrir des points de services délocalisés.
@ 8 min. 02 | Michel C Auger : la modulation des frais de scolarité a été rejetée par le gouvernement 
*** Guy Breton : pour le moment
Michel C Auger : est-ce que ça vous apparaît être un problème ou est-ce que vous êtes prêt à continuer le combat ?
*** Guy Breton : définitivement, quand on est la seule juridiction sur 60 en Amérique du Nord qui n’en n’avons pas, il faut se poser des questions.
@ 8 min. 20 | Michel C Auger : mais on est les seuls à avoir des cégeps; est-ce qu’on est seul à avoir le pas, et qu’il faut abolir les cégeps ? Beaucoup de gens font ce raisonnement assez rapide aussi.
*** Guy Breton : il y a des limites à être tout seul à être bon, au Québec, je pense qu’il faut regarder ça. Ce que je dis : regardons ça avant de rejeter. J’aurais apprécié que le gouvernement, plutôt que de le rejeter, l’étudie. Si à la conclusion, on trouve que ce n’est pas bon. Une chose que je sais c’est que pour former des avocats, des médecins, des ingénieurs, des comptables actuellement, j’ai la moitié des revenus qu’ont les autres universités canadiennes. Vous ne me ferez pas croire qu’à terme, un moment donné, ça n’aura pas un impact sur la qualité de la formation.

@ 8 min. 58 | Michel C Auger : on se retourne maintenant vers Johanne Jean rectrice de l’Université du Québec en Abitibi Témiscamingue ; ne petite composante de l’UQ. En même temps, c’est important de vous parler parce que – monsieur Legault disait : il faut faire deux types d’universités, les grandes qui font de la recherche et les plus petites qui elles n’ont pas besoin de ça. Ça été rejeté et vous êtes soulagée de ça ?
*** Johanne Jean : Très soulagée parce que là-dessus, on se porte en faux. Moi je pense qu’à partir du moment où tu es une université, tu as une mission d’enseignement et de recherche et on le prouve bien. L’ensemble des constituantes de l’Université du Québec travaille à l’élaboration de cette mission et on réussi très bien dans plusieurs domaines; pas dans tous les domaines mais dans plusieurs domaines.
@ 9 min. 44 | Michel C Auger : Martine Desjardins disait que ça coûte très cher pour les étudiants de votre région pour se loger; en même temps est-ce que vous êtes la première à voir comment les étudiants peuvent vivre avec l’argent qu’ils ont. Est-ce qu’on a réglé le problème des régions plus éloignées ? des régions où il y a pas mal plus de problèmes de logement entre autre mais aussi de d’autres natures, avec ce qu’on a fait pour le financement des étudiants actuellement, l’aide financière aux études ?
*** Johanne Jean : non, je pense qu’il faut regarder. C’est un chantier sur lequel on a beaucoup de travail à faire; quand on parle d’aide financière aux études. C’est sûr qu’une problématique de logement, une problématique de déplacement mais je dirais, d’une part quand on parle de financement des universités, les universités en régions, on est dans des situations particulières. Notamment, j’en ai fait état au cours des deux dernières journées, notamment par le fait qu’on accueille beaucoup d’étudiants à temps partiel. Donc, évidemment quand on a un financement par étudiant et étudiante, l’équivalent à temps complet et qu’on accueille plusieurs étudiants à temps partiel – pour faire un étudiant à temps complet ça va me prendre trois, quatre, cinq étudiants à temps partiel et il faut que je leur offre des services comme si il était un étudiant. J’en ai quatre ou cinq.
@ 11 min. 01 | Michel C Auger : ça c’est votre principal problème que vous rapportez avec vous ? Qu’est-ce qui est la meilleure chose que vous rapportez de ce sommet ?
*** Johanne Jean : c’est sûr qu’au départ, comme plusieurs, on n’était pas certain de ce sommet-là. On n’arrive avec la mise sur pied de plusieurs chantiers sur lesquels on va pouvoir travailler et faire valoir ces éléments-là. Les différences qu’on peut constater avec l’ensemble des 18 institutions universitaires; faire valoir les particularités qu’on a pour les différents chantiers y compris l’aide financière aux études.

On rejoint maintenant Jérémie Bédard Wien le porte-parole de l’ASSÉ
@ 11 min. 53 | Michel C Auger : Qu’est-ce que vous retenez de ce sommet essentiellement ?
*** Jérémie Bédard Wien : nous avions adressé des critiques au gouvernement depuis plusieurs semaines; nous lui avons demandé de considérer toutes les options, de respecter ses engagements par rapport à ce sommet – que ce soit un lieu de débats et de réflexions sur l’avenir des universités et finalement ce que nous avons eu c’est une opération de relation publique qui a duré un jour et demi et qui a été même raccourci pour éviter que la manifestation ne les perturbe. C’est une grande déception pour les étudiants et les étudiantes québécois, québécoises. Il y en a 40 000 aujourd’hui en grève pour protester contre la situation d’austérité qui a été imposés par le gouvernement Marois, hier en fin de soirée. Nous serons nombreux et nombreuses à manifester aujourd’hui.
@ 13 min. 03 | Michel C Auger : l’augmentation des frais de scolarité c’est 3%, l’indexation c’est 70$ par année. Est-ce que vous considérez que c’est suffisant pour maintenir la mobilisation que vous avez et de continuer à faire des manifestations pour 70$ par année ?
*** Jérémie Bédard Wien : c’est 70$ par année qui sont accumulés ; alors on atteint la hausse libérale en 15 ans soit deux fois plus longtemps que la hausse libérale elle-même mais il s’agit évidemment du même principe, de la même logique qui se cache derrière cette affectation. La même logique de l’utilisateur payeur que nous dénonçons depuis des années avec des groupes communautaires et on va continuer à se mobiliser sur les campus. Sur les campus, la mobilisation va bien, 40 000 étudiants et étudiantes qui arriveront de tous les coins du Québec, c’est du jamais vu depuis très longtemps. La plus grande manifestation depuis l’élection du gouvernement péquiste et donc pour nous la mobilisation, et bien elle commence, elle se construit et nous nous attendons à ce que les autres associations étudiantes nationales entament des moyens un peu plus punchy que la participation au Sommet, à partir de maintenant. Maintenant qu’il est évident que cette indexation sera imposée aux étudiants et aux étudiantes dès septembre.
@ 14 min. 16 | Michel C Auger : on a vu les votes de grève qui n’ont pas bien tournés pour vous à Valleyfield, dans le vieux-Montréal et ailleurs, on ne sent pas que la mobilisation étudiante soit d’aucune façon, au niveau du printemps dernier.
*** Jérémie Bédard Wien : Vous savez le printemps érable, il s’est construit en deux ans de mobilisations intensives. De nombreuses journées de grève comme celles d’aujourd’hui qui ont rassemblé dix, vingt, trente, quarante mille personnes; c’est quelque chose qui va devoir être reconstruit et nous souhaitons aller dans cette direction-là évidemment. Les étudiants et les étudiantes seront dans les prochaines semaines en assemblée générale, pour décider de la meilleure marche à suivre pour contrer l’indexation des frais de scolarité et pour continuer de défendre une conception de l’Université libre, humaniste, gratuite que le Gouvernement a exclue d’emblée de ce Sommet sur l’enseignement supérieur. Ce n’est qu’un début.

@ 15 min. 12 | Hélène Merci reçoit les communications en rapport avec la question du jour : Est-ce que cet exercice a valu la peine ?

*** Jean Beauchamp pdg de la fédération des Cégeps
@ 16 min. 46 | Michel C Auger : le sommet sur l’enseignement supérieur ça inclut les cégeps mais on n’a pas beaucoup parlé des cégeps; est-ce que vous vous sentez comme les grands oubliés du sommet ?
*** Jean Beauchamp : en fait, c’est un peu comme un marathon c’est parti plutôt tranquillement pour les cégeps mais on est plutôt satisfait au fil d’arrivée parce qu’il y a plusieurs éléments qu’on réclamait depuis plusieurs années par exemple l’actualisation du régime d’études collégiales. Ce que ça veut dire concrètement c’est qu’on va avoir beaucoup plus de marge de manœuvre dans nos cégeps pour établir les programmes, les adapter aux besoins des régions, il y a des mesures pour soutenir les étudiants qui ont des handicaps, qui ont des problèmes particuliers; qui ont des besoins particuliers. On demandait ça depuis plusieurs années, c’est fait. On a des éléments aussi pour soutenir les collèges des régions parce que les universités vont vivre cela aussi; on va perdre 25 000 de nos étudiants dans les prochaines années. C’est connu, c’est arrivé, alors il y a des mesures pour soutenir les collèges plus éloignés, parce qu’on dit : plus l’institution est proche de l’étudiant, plus ça favorise la persévérance et la diplomation; donc on est à cette école-là et on salue toutes ces mesures. Finalement, bref, on a un bilan plutôt positif pour les collèges même si on n’a pas été sur la sellette.
Michel C Auger : vous sortez avec le sourire du sommet !
*** Jean Beauchamp : plutôt ! oui parce que effectivement ces mesures-là sont de nature à améliorer le fonctionnement de notre réseau.
@ 18 min. 13 Michel C Auger : une des choses qui va être discutée dans les chantiers d’après Sommet, l’aide financière aux étudiants. Est-ce que l’aide financière aux étudiants de cégep va être considérée à sa juste importance, à votre avis ?
*** Jean Beauchamp :  ça fait partie des questions qu’on va poser parce qu’évidemment il n’y a pas de droits de scolarité au cégep et on n’en veut pas; je pense que ça fait parti du modèle québécois mais il y a des frais afférents. Alors, par voie de conséquence, on ne voudrait pas qu’on nous impose le modèle réfléchit, planifié pour les universités. Parce que dans les universités, on va le mettre en corrélation avec les droits de scolarité donc, c’est une question qu’il nous reste à poser mais on pense qu’il y a moyen de trouver une voie de passage. On a des modèles d’indexation dans le réseau collégial, c’est encadré par la loi 32 et évidemment, on va avoir des demandes aussi sur la démocratie étudiante qui vont suivre.
@ 18 min. 59 Michel C Auger : ça n’a pas été abordé au sommet, *** la démocratie étudiante et c’est quelque chose qui est important pour les directions d’universités et aussi pour les directions de cégeps.***
*** Jean Beauchamp : Je pense qu’on a été plus dans le cœur de la tourmente, de la tempête, peut-être plus que le réseau universitaire parce que ils fonctionnent par faculté, eux. Nous c’était l’établissement au complet qui était sollicité alors nous, on ne souhaitait pas que ça se fasse dans le cadre du sommet donc c’est une autre source de satisfaction parce que, vous l’avez vu, il y a beaucoup de marrons au feu alors, on ne voulait pas en plus, ajouter cette question-là, qui va diviser peut-être. Nous on est prêt, on a réfléchi, on a aboutit à une réflexion qui nous donne des recommandations et on va les acheminer au Ministre dans les prochains jours.
@ 19 min. 39 Michel C Auger : est-ce que vous pensez que le Ministre va réellement regarder ça après un sommet comme celui-là et tous les chantiers devant lui. Est-ce qu’il va avoir le temps de s’occuper de la démocratie  étudiante ? ça risque de prendre un peu, le monde en arrière. 
*** Jean Beauchamp : Possiblement, nous, je n’étais pas là à l’époque, mais ce qu’on dit c’est qu’en 2005, on s’était dit : tout le monde de bonne volonté pour faire en sorte qu’on revoit la démocratie étudiante; ça ne s’est pas fait. On a mis ça sur le siège arrière ; là on a l’occasion qu’il nous faut.

@ 20 min. 10 | Michel C Auger : Philippe Antoine Saulnier a recueilli d’autres commentaires d’acteurs politiques. On va entendre le point de vue de Jean-Marc Fournier qui est déçu de la hausse de 70$, c’est trop. Il a repris une citation du gouvernement qui faisait un argument contre le gel des droits de scolarité en affirmant que 70% des québécois n’allaient pas à l’Université et allaient payer pour les étudiants.
*** Jean-Marc Fournier : « Madame Marois, vous n’avez pas invité à ce sommet ce contribuable qui n’accède pas aux études supérieures. Je vous encourage à la prudence, tantôt dans votre point de presse, à la suite du sommet, pour dire que vous avez atteint un consensus. Il me semble fort artificiel. Un consensus dans cette salle, où la très vaste majorité est exclue. Non pas qu’il faut demander aux étudiants de payer toujours plus mais il faut juste se dire, que lorsqu’on leur dit de payer un peu moins, il y a quelqu’un d’autre qui va payer à sa place.»

@ 21 min. 35 | Michel C Auger : Et la représentante de Québec Solidaire *** Françoise David a été applaudie après son intervention. Les rares applaudissements qu’on a entendus étaient spontanés parce qu’elle a remercié le mouvement des jeunes du printemps dernier, en affirmant que le printemps érable, ce n’était pas qu’une crise sociale qu’on ne voulait pas absolument revivre. « On dirait que la principale raison pour nous appeler aux compromis, à la bonne entente, aux consensus c’est pour dire qu’il ne faut plus jamais que ça se reproduise. J’aimerais ça qu’on soit capable de se dire : oui, bien sûr tout ça nous a interpellé, bouleversé, c’est venu changer nos habitudes, ça dérangé notre confort mais nous ne serions pas ici aujourd’hui en train de discuter comme nous le faisons s’il n’y avait pas eu cette extraordinaire mobilisation. Et je pense que pour ça, il faut dire merci à la jeunesse québécoise qui pour les gens de ma génération, ici autour de la table, quelque part, ce sont nos enfants.»

@ 22 min. 40 | Michel C Auger : on va aller vers le *** Professeur Godbout, de l’Université de Sherbrooke, qui parle de fiscalité et de financement des universités. Les universités, est-ce qu’elles gagnent aujourd’hui pour leur financement par rapport à ce qui était proposé par le parti libéral ? est-ce qu’elles perdent ? Quelle est l’ampleur de tout ça ?
*** Professeur Godbout : Les universités ne perdent rien. Elles ont dans le fond, le même plan pour le financement universitaire sous le parti québécois qu’elles avaient obtenu sous les libéraux, il y a deux ans de ça. Donc, le même plan, c’est vrai que l’automne dernier s’est rajouté des coupures pour les années 2012-13 et 2013-14. Ces coupures risquent d’être étalées et à terme, pour l’année 2018-19, elles vont recevoir 800 millions de plus qu’en 2012-13. C’est la même chose qui avait été promise sous les libéraux. Par contre, il y aura un risque parce que le financement ne proviendra pas de la même poche. Au lieu de venir de la hausse des droits de scolarité, il va provenir du financement direct du gouvernement et si les conditions économiques se détérioraient, le gouvernement pourrait être appelé à dire : je vous en donne un peu moins que je vous avais promis. Pour le moment, le plan est le même.
@ 23 min. 49 | Michel C Auger : Tout ça est quand même conditionnel à la santé des finances publiques et à la santé de l’économie en général ?
*** Professeur Godbout : et à des élections qui vont avoir lieues, parce que c’est un gouvernement minoritaire; en 2014-15 – on peut penser.
@ 24 min. | Michel C Auger : les étudiants, qu’est-ce qu’ils gagnent et qu’est-ce qu’ils perdent ?
*** Professeur Godbout : Les étudiants ont gagné beaucoup. Ils avaient une hausse de 1778$ sur 7 ans, qu’ils devaient absorber maintenant on parle d’une hausse moyenne de 3% par année. C’est en fonction de la croissance du revenu disponible des ménages. Si le revenu disponible des ménages croit moins, les hausses vont être plus modestes, si le revenu des ménages croit plus, les hausses vont être plus élevées. On vient de stabiliser en gros, le quantum de la contribution des étudiants dans le financement des universités malgré le scénario d’indexation à 3%. En 2018-19, les étudiants vont contribuer un peu moins qu’ils ne contribuent actuellement dans le total du financement universitaire. Ils vont passer de 14% à 13% du total de la facture.
@ 24 min. 46 | Michel C Auger : est-ce que l’aide financière aux études va aider là-dedans ?
*** Professeur Godbout : Donc, il y a une indexation. L’année passée, il y avait des hausses de droits de scolarité qui étaient beaucoup plus élevées mais on bonifiait l’aide financière aux études à même les droits de scolarité accrus, là on bonifie l’aide financière aux études mais en coupant dans le crédit d’impôt québécois pour droit de scolarité. Pour les droits de scolarité qui vont être payés après l’été 2013, le crédit va rapporter au parent ou à l’étudiant 8% alors qu’il rapportait 20% dans le passé.
Michel C Auger : c’est pour ça qu’on a dit que les parents n’avaient pas été considérés dans la suite des choses.
*** Professeur Godbout : les parents n’ont pas été considérés sur la suite des choses, en échange de ça, par contre on bonifie l’aide financière aux études et donc, les enfants issus de familles dont le revenu est en bas de 45 000$ vont être gagnant avec une aide financière plus grande.

@ 25 min. 35 | Michel C Auger : Avec Michel David, mon collègue du Devoir, on va essayer de se reculer de ce sommet pour penser à la dernière année qu’on vient de vivre. Le gouvernement, madame Marois, monsieur Duchesne ont beaucoup dit : il y a un an, on n’aurait pas pu avoir ce sommet-là. Il y a un an, si vous aviez vu les manchettes; la même date, il y a un an c’était impossible, donc on a rétablit la paix sociale, donc ça va pas si mal … est-ce que le gouvernement peu dire que c’est mission accomplie sur ce plan-là.
*** Michel David : sur ce plan-là oui, je pense qu’il est clair qu’on ne revivra pas, même avec la déception affichée par Madame Desjardins de la FEUQ, il est clair qu’on ne revivra pas le printemps dernier et il est clair aussi qu’on ne le revivra pas je pense, pour une bonne période et ça c’est l’autre aspect positif disons de la décision de l’indexation. Je serais extrêmement surpris qu’un prochain gouvernement, quel qu’il soit, revienne là-dessus. Il risque d’ouvrir la boîte de pandore et ça peut d’ailleurs poser un problème, disons poser un problème de rectification si certaines personnes; je pense par exemple à Monsieur Couillard, s’il devient chef du parti libéral. Un jour Monsieur Couillard avait dit, non l’indexation moi je trouve ça une bonne histoire, on ne peut pas revivre le printemps érable et là il s’est rendu compte que les militants libéraux étaient d’une autre opinion. Quand va venir le temps d’élaborer la plateforme électorale du parti libéral, pensez-vous que Monsieur Couillard va dire : moi je veux vous replonger dans la crise, votez pour moi ? Alors, je pense qu’on va y réfléchir à nouveau.
Michel C Auger : en même temps il y a des gens qui disent; je vous cite le début du communiqué du conseil du patronat : le gouvernement voulait la paix sociale alors il a l’a achetée. Il y a des gens pour dire : le gouvernement dépense beaucoup, il se sert de l’argent des contribuables pour acheter les étudiants. C’est comme ça qu’il voulait régler l’affaire et c’est comme ça que ça s’est passé.
*** Michel David : C’est vrai. Je pense qu’entre les deux – entre le désordre et une facture additionnelle sur son rapport d’impôt, d’une manière ou d’une autre, le contribuable préfère encore payer un peu plus. La dernière chose que les gens voulaient c’est de revivre le printemps dernier. J’écoutais Jérémie de l’ASSÉ et madame Desjardins. Je me suis souvenu – au mois de mai dernier, deux jours après, si ma mémoire est bonne, les incidents de Drummondville, tous ces gens-là, enfin le prédécesseur qui était Gabriel Nadeau Dubois, madame Desjardins et Léo Bureau Blouin avaient apposé leur propre signature sur une entente qui était infiniment plus coûteuse pour les étudiants et à l’époque ils trouvaient que c’était une bonne entente. Alors de les entendre aujourd’hui, je comprends qu’ils avaient été désavoués par leurs assemblées générales mais le fait est que le progrès est indéniable et réel pour les étudiants.
Michel C Auger : c’est juste difficile d’admettre qu’on a gagné.

24 heures en 60 minutes |  Vidéo -  Entrevue avec la présidente de la FEUQ Martine Desjardins et avec le recteur de l'Université de Montréal Guy Breton http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6608757
- Vidéo - Entrevue avec le ministre Pierre Duchesne http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6608758
- Vidéo - Un bilan et des manifestations http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6608694
- Vidéo - Le compte rendu de Martine Biron http://www.radio-canada.ca/widgets/medi … et/6608759
- Gérald Fillion : Est-ce bien 3 %? http://blogues.radio-canada.ca/geraldfi … ce-bien-3/ "Petite vérification des faits pour rendre les choses plus claires. Au Sommet sur l'Enseignement supérieur, le ministre Pierre Duchesne et la première ministre Pauline Marois"
- Droits de scolarité : Québec imposera l'indexation http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … tion.shtml
- Bilan du premier jour du Sommet http://www.radio-canada.ca/emissions/ce … que=276548 Trois points de vue : La chronique politique d'André Pratte; L'entrevue avec Éliane Laberge; L'entrevue avec Max Roy
- Québec propose des droits de scolarité indexés à 3 % | Martine Biron http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so … jour.shtml
- Affrontements entre policiers et manifestants à Montréal http://www.radio-canada.ca/regions/Mont … asse.shtml
- Le sommet des trois « C » http://blogues.radio-canada.ca/politiqu … s-trois-c/
- Université du Québec à Rimouski : grogne contre l'indexation http://www.radio-canada.ca/regions/est- … ogne.shtml

LeDevoir | 27 février 2013. Cinq chantiers pour autant de réformes http://www.ledevoir.com/societe/educati … e-reformes
- Fin du Sommet sur l’enseignement supérieur - Vers le printemps des réformes http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-reformes «La crise sociale est derrière nous», se félicite Pauline Marois
- L’appel de l’ASSE à manifester a été entendu http://www.ledevoir.com/societe/educati … te-entendu
- Les étudiants sont déçus, mais ne s’estiment pas grands perdants http://www.ledevoir.com/societe/educati … s-perdants
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Mission accomplie http://www.ledevoir.com/societe/educati … -accomplie
26 février 2013. Le Sommet sur l'enseignement supérieur en direct (3) http://www.ledevoir.com/societe/educati … -en-direct
- Étude française - Travailler plus de 16h par semaine nuirait aux études universitaires http://www.ledevoir.com/societe/educati … ersitaires
- Le Sommet sur l’enseignement supérieur - Désaccord persistant sur les droits de scolarité http://www.ledevoir.com/politique/quebe … -scolarite «Essayons de réfléchir au fait qu’il faut sortir de ce psychodrame», dit Pauline Marois
- Sommet sur l’enseignement supérieur - Droits de scolarité: la modulation est rejetée http://www.ledevoir.com/politique/quebe … st-rejetee
- Le moindre mal http://www.ledevoir.com/politique/quebe … oindre-mal
- Chantier sur l'accessibilité aux études: une manière concrète de discuter, selon Bouchard St-Amant http://www.ledevoir.com/societe/educati … d-st-amant
- Financement des universités: le logiciel libre pour sortir de la crise http://www.ledevoir.com/societe/educati … e-la-crise | Le logiciel libre à l'université : de la société de l'imprimé à la société numérique dans un contexte économique fortement contraint http://www.ledevoir.com/documents/pdf/l … _libre.pdf
- Le Sommet sur l'enseignement supérieur en direct – Jour 2 http://www.ledevoir.com/societe/educati … ect-jour-2
- Des centaines de manifestants en marge d’un sommet sous haute surveillance http://www.ledevoir.com/politique/quebe … rveillance
25 février 2013. Guy Rocher «outré» de l'absence des professeurs au Sommet sur l'enseignement supérieur http://www.ledevoir.com/societe/educati … -superieur
- La police disperse la manifestation en marge du Sommet http://www.ledevoir.com/societe/educati … seignement

LaPresse | «La crise sociale est derrière nous», affirme Pauline Marois http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … marois.php
- La manifestation tourne à la confrontation http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … tation.php
- Inflexible sur l'indexation, Québec plie sur les frais institutionnels obligatoires http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … toires.php
- Une manifestation pour la gratuité scolaire débutera à 14h http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -a-14h.php
- Droits de scolarité: vers une hausse de 70$ par année http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -annee.php
- Québec créera un conseil national des universités http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … rsites.php
- Indexation des droits de scolarité | L'opposition se déchaîne http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … opposition
- Michel Hébert | La défaite http://www.journaldemontreal.com/2013/02/26/la-defaite "Victoire étudiante" ... "Capacité de payer" ... "Jamais assez" ...
- Plus de 100 000 étudiants étrangers http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … -etrangers
- Indexer, mais encore? http://www.lapresse.ca/debats/chronique … encore.php
- Sondage CROP: non au droit de grève http://www.lapresse.ca/actualites/quebe … -greve.php

canoe.ca | Le Sommet sur l'enseignement supérieur a débuté http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/e … 72947.html
- Les policiers procèdent à une arrestation http://fr.canoe.ca/infos/societe/archiv … 71515.html

newswire.ca | Sommet sur l'enseignement supérieur - Difficile recherche d'un consensus http://www.newswire.ca/fr/story/1120723 … -consensus

journaldemontreal | Le droit de grève sur le plancher  http://www.journaldemontreal.com/2013/0 … e-plancher

Liens utiles :
L'Institut de la statistique du Québec - Revenu disponible des ménages et ses composantes, Québec, 2007-2011 http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econ … c-comp.htm

Hors ligne

 

#24 24-02-2013 08:57:38

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: L'éducation

"Faut pas croire tout ce qu'on dit" l'émission du 23 février 2013 | Retour sur les séances préparatoires ... et interview mettant différents points de vue en évidence ... 
Sur Twitter : ‏@Fautpascroire https://twitter.com/Fautpascroire/statu … 9249464321


Michel Lacombe (Intervieweur) : http://tinyurl.com/abqo3po le Sommet ce n’est pas la fin, c’est le début d’un effort.  Nous voici à la veille d’un Sommet sur l’enseignement supérieur qui ne sera pas un Sommet comme les autres. Qui n’aura pas de communiqué final, qui n’engagera ses participants à rien, du moins par écrit. C’est un Sommet particulier qui devait marquer une réconciliation, la fin de l’épisode de ce que certains ont appelé le printemps érable.

1min00 Le Ministre Pierre Duchesne : « Écoutez, le Sommet ce n’est pas la fin. C’est la fin d’un processus qu’on a mis en place mais ça va être le début d’un grand effort. La dernière fois qu’on a touchée à la formule de financement, ça fait douze ans. Alors il y a des choses intéressantes qui vont se décider; il y a de grandes réformes et il y a des choses qui vont définir l’Université pour les dix à quinze prochaines années.

1min25 les invités http://www.radio-canada.ca/emissions/fa … 2012-2013/
Intervieweur : est-ce qu’on peut parler d’un ton et d’une évolution du ton à travers de ces quatre rencontres.
Michel Labrecque : Si on refait le film de tout ça, il faut rappeler qu’au départ ça vient d’une promesse du Parti québécois en campagne électorale mais Madame Marois avait évoqué ça pendant le printemps, la tenue de ce fameux Sommet. Après son élection, on a décidé qu’il y aurait avant la tenue du Sommet, quatre rencontres préparatoires et à la première rencontre, donc, on se retrouve à Québec fin novembre. Le Ministre de l’enseignement supérieur pose très clairement le défi, il faut rétablir un dialogue entre des gens qui se sont entre déchirés pendant six mois et demande au mouvement étudiant – ça c’est important – d’entrer dans cette logique; d’accepter d’être confrontés à des points de vue différents et cette première rencontre établit un ton effectivement. Les gens se parlent, c’est très cordial. Comme le disait Léo Bureau Blouin : il n’y a pas de gaz lacrymogène, il n’y a pas de présence policière, tout le monde discute. Et ça va mener cette première rencontre à un consensus celui de former un organisme indépendant, qui relèvera quand même du gouvernement, pour mieux encadrer, selon ce qu’on veut, le développement des universités, leur gestion. Ça avait existé jusqu’au milieu des années 90, ça été abolit et depuis c’était les recteurs et les dirigeants d’établissements qui géraient ça. L’idée est de remettre ça entre les mains d’un organisme peut-être plus neutre et je vous promets une chose; ça ne sera pas réglé à la fin du Sommet.
Intervieweur : dès le premier sommet on s’est rendu compte de l’utilité des pré rencontres parce qu’on ne savait pas exactement où on allait.
Michel Labrecque : on ne savait pas exactement où on allait et là, replaçons-nous dans les évènements, on a l’impression que le dialogue est rétabli, qu’on est sur une route bien asphaltée qui est toute droite et là tout à coût, pofff ; une crevasse s’installe devant tout le monde à cause du budget hâtif qui a été présenté par le Ministre des finances. Le gouvernement impose des compressions immédiates aux universités. Ça va créer un malaise ; et là moi par hasard j’étais ce matin-là dans le bureau d’un directeur d’université – qui savait déjà parce qu’il avait rencontré la veille, la PM mais on pouvait sentir un malaise et ça va faire dévier le débat en quelque sorte parce qu’on va apprendre, entre temps, que les compressions vont être récurrentes et Monsieur Duchesne l’admettait hier, sur nos ondes, que ça avait nuit un petit peu au processus.
Intervieweur : arrêtez de parler d’argent, parlez d’autres choses
Michel Labrecque : on a parlé beaucoup de ça.
Intervieweur : la deuxième rencontre a été moins conviviale alors
ML : Trois-Rivières, mi-décembre. Le thème c’est l’accessibilité ; alors là on touche les questions déjà plus sensibles et c’est à cette seconde rencontre que le gouvernement va ouvrir son jeu sur l’indexation. L’économiste Pierre Fortin présente trois scénarios et surtout il présente ça comme un remède contre les crises sociales – un antidote contre les casseroles.  Selon son raisonnement, si les frais de scolarité augmentent, petit à petit chaque année, on n’aura pas besoin de procéder à des hausses massives et ça rend la chose moins compliquée mais évidemment il n’y aura pas de consensus là-dessus. Plusieurs sont même contre l’idée d’une contribution étudiante – les tenants de la gratuité ou ceux qui veulent tendre vers la gratuité mais le consensus que le gouvernement va en tirer est que tout scénario de hausse massive du type de celle de l’an dernier, c’est fini, c’est écarté des discussions.
Intervieweur : d’ailleurs c’est presque un consensus parmi tous les acteurs.
6min25
ML : maintenant, entre ceux qui sont à ce sommet, parce que je vous rappelle qu’hier, le parti libéral et la CAQ ont pris des positions très différentes. Le parti libéral s’en tient presque, en fait à sa position du printemps dernier.
Intervieweur : troisième sommet, gouvernance.
ML : la gouvernance à Sherbrooke et là ça va chauffer pas mal plus, parce que c’est là qu’on va voir les blessures du printemps dernier. Elles sont encore très vives et on va constater la méfiance entre Recteurs, étudiants, professeurs, syndiqués; que pour les uns les Universités sont réellement sous-financées, perdent du terrain par rapport à leurs consoeurs, notamment du reste du Canada. Mais que pour les autres c’est plus compliqué que ça : les universités québécoises sont peut-être trop éparpillées et ont des rêves de grandeur de concurrencer les plus grandes universités au monde et c’est là qu’on en est arrivé à l’idée que monsieur Duchesne évoquait dans votre entrevue, revoir la fameuse formule de financement ; ça va sans doute être discuté plus en profondeur pendant le Sommet. **** Là Michel, on s’est véritablement retrouvé en présence de visions opposées et moi c’est là que j’ai compris qu’on était dans un débat de groupes de pression. C’est important de le dire. Si vous vous promenez dans les universités comme moi – je l’ai fait pour réaliser d’autres reportages – il y a des professeurs, des dirigeants d’universités, des étudiants qui ont des visions quand même pas mal plus nuancées, pas mal plus pragmatiques sur ces enjeux et ce n’est peut-être pas un défaut de cette rencontre là; c’est peut-être normal mais c’est sûre que ça tinte le débat, ça crée des différences très prononcées entre les acteurs. ****
La 4e rencontre à Rimouski, début février; ça portait sur l’importance de la recherche, de la contribution des universités à la société. Là on peut trouver que ça avait permis de peut-être terminé ce que certains appellent la thérapie de groupe. Un consensus peut-être plus grand; tout le monde reconnaît l’importance de la qualité de la recherche; tout le monde s’est uni pour dénoncer les compressions imposées par Québec aux trois fonds de recherche.
Intervieweur : dans le sens du timing c’est douteux.
ML : peut-être mais quand on voit que le milieu universitaire s’unit ; ça fonctionne. Parce que le gouvernement Marois a répondu assez rapidement; on a réduit de moitié presque ces compressions-là.
Intervieweur : évidemment la négociation on la fait pas pendant le Sommet; elle s’est faite où la vraie négociation ?
ML : La négociation s’est faite en coulisse depuis les débuts; des téléphones, il y eut des rencontres privées, on le sait, entre certains acteurs privilégiés et le ministre de l’enseignement supérieur. Parfois, avec la première ministre aussi, un groupe. D’autres ont eu des rencontres avec le cabinet de madame Marois. Ça s’est fait à géométrie variable mais on a compris que le gouvernement cherche vraiment à trouver un consensus mais aussi, comme vous l’avez très bien dit dans votre introduction, le gouvernement cherche à diminuer les attentes. Mais on comprend que le gouvernement est coincé – on l’a dit cette semaine. Madame Marois dans des rencontres privées évoque le fait que son appui aux étudiants n’a pas été aussi rentable – madame Desjardins l’a confirmé publiquement d’ailleurs; ça été dit. En même temps le gouvernement se rend compte que l’opinion publique ne loge peut-être pas au même endroit que la majorité des acteurs qui sont à ce sommet. Il y a beaucoup de gens, de syndicats, de mouvements étudiants qui prônent soit le gel, soit la gratuité. Dans les sondages, on voit que c’est un portrait différent. Le gouvernement va devoir arbitrer tout ça, va devoir trouver une solution. Je pense que le rôle de madame Desjardins va être assez important. On va lui presser le citron un peu.
10min. Intervieweur : on regarde le déroulement, avez-vous l’impression d’être assise dans le siège du bon ? et les dirigeants d’université sont assis dans le siège du méchant ?
Martine Desjardins. Non, pas vraiment. … ça fait un meilleur film … ça dépend du réalisateur. Il y a effectivement des divergences de points de vue, sur la question des droits de scolarité c’en est un mais en même temps ce qu’on dit : c’est que plusieurs consensus sont possibles notamment l’aide financière aux études. Je pense que c’est quelque chose, même avec les dirigeants sur lequel on s’entend.
Intervieweur : pour vous est-ce que c’est possible que mardi soir on ne parle plus d’argent ? et qu’on parle du rôle de l’Université !
MD : ça pourrait mais en même temps, en une journée et demi avec tout ce qu’on a sur la table.
Intervieweur : ça fait un an là qu’on en parle !
MD : C’est sûre mais on en parle pas ; dans les coulisses, les négociations, les discussions. Ce n’est pas par rapport à l’avenir des universités; c’est toujours une question d’argent. C’est toujours une question de ce qui est sur la table et donc, si on voudrait avoir une discussion sur l’avenir des universités, sur les objectifs, je pense qu’il faudrait se donner du temps; faudrait aussi se donner une plateforme pour pouvoir le faire et pas juste avoir des discussions entre groupes de pression. Ça inquiète beaucoup d’autres personnes.
Intervieweur : je vais vous poser la même question mais autrement, d’un autre angle. Est-ce qu’on va avoir le temps de parler d’autre chose que d’argent ?
16min.
MD : Nous allons en parler; maintenant est-ce que ça va être repris, est-ce que ça va amener les discussions ailleurs; je l’espère mais je pense qu’effectivement c’est le nerf de la guerre, l’argent. On l’a vu l’année dernière avec les coupures. Si on n’avait pas eu ces coupures, je pense qu’on aurait eu une ouverture sur d’autres sujets et malheureusement, encore une fois, on est pris dans un système où on dit : on va donner de l’argent – et même le document dit : on donne de l’argent et on va les associer avec des objectifs. Ce n’est pas supposé être l’inverse dans le monde universitaire ? C'est-à-dire on se fixe des objectifs et ensuite on trouve des moyens de les financer ! Malheureusement, encore une fois, même le planning, le plan, la structure en fait du sommet nous amène à discuter d’argent en fonction d’objectifs qu’on va fixer après. Donc, on est un peu coincé dans ces éléments. En même temps, je pense qu’il faut faire un appel à tous les acteurs autour de la table en disant : on n’est pas obligé non plus de prendre cette structure-là pour avoir des discussions; on peut sortir de la structure. Je ne pense pas qu’on va se faire réprimander pour autant.
Intervieweur : de toute façon il va y avoir plusieurs chantiers par après. On nous le promet.
13 min. Christophe Guy, directeur général de l'École Polytechnique. Est-ce que les recteurs et directeurs sont assis dans le siège du méchant ?  Rép. Oui en partie, on nous a singularisé pour diverses raisons. Je pense que où il y a convergence c’est l’intérêt entre les professeurs, les acteurs et qu’à la sortie du sommet on ait les bases qui soient fortes et qui permettent de participer au développement du Québec. Q. qu’est-ce qui changerait l’atmosphère à ce point ? Rép. : il y a plusieurs façons. La façon serait d’avoir une déclaration du gouvernement qui va s’engager – le financement, va confirmer les éléments de réinvestissements qui ont déjà été identifiés. 2e la volonté dans les chantiers qui vont continuer de traiter les dossiers de façon à arriver à quelque chose de structurant pour les universités; pourquoi pas une politique nationale des Universités. Q. vous êtes d’accord pour un conseil des universités. Rép. : oui nous sommes d’accord et nous allons y participer ; pour la qualité et la pertinence des programmes Q. on s’en va vers l’indexation … au coût de la vie; au coût réel d’augmentation 3,5 et 3% Rép. : sur l’augmentation de l’argent disponible dans les ménages Q. et que ça sera compensé par un contrôle des frais afférents, donc ce sont les institutions qui vont payer. Rép. : écoutez c’est à voir; si c’est pour donner d’une main et reprendre de l’autre; ça ne marche pas. J’attends de voir comment ça va se traduire dans les faits. Nous répétons que nous sommes sous financés et que nous avons besoin de plus d’argent.
17 min. Martine Desjardins vous réagissez, est-ce que c’est le scénario que vous voyez aussi ? Rép. : je ne suis pas convaincu que le scénario est arrêté; c’est quelque chose qui est dans l’air mais on a toujours pas de confirmation. Il faut arrêter d’avoir des choses complexes. Le gel des droits de scolarité c’est simple. La facture des étudiants est sensée être indexée avec les frais afférents.
18min.18 Jean Beauchesne, président -directeur-général de la Fédération des Cegeps. Le réseau collégial a parlé activement de d’autres questions que la question financière; il n’y a pas de frais de scolarité au Cégep. On a beaucoup parlé de qualité, d’accessibilité. Q. j’ai posé la question au Ministre Duchesne au début des mini-sommets; qu’est-ce que font les Cégeps ? Dans le fond, le problème c’est l’Université. Les Cégeps tout ce qu’ils peuvent faire c’est participer à la discussion au nom de ceux qui préparent la clientèle universitaire et peut-être que ça va coûter de l’argent au bout du compte. Est-ce que vous vous sentez pas comme un corps étranger ? Rép. : on n’a pas cette perception. On ne fait pas que la préparation des étudiants, nous avons des enjeux qui nous sont propres. Q. : On en discute pas. Rép. : en fait nous avons présenté nos enjeux, ils ont été retenus dans les axes des ateliers du sommet. On les a revu en parti dans le cahier préparatoire et on est très confiants que le gouvernement va nous écouter dans la suite des choses pour les actes du sommet. Q. Vous demandez quoi ? Rép. Un exemple très précis. On dit souvent et les chercheurs le confirment que plus l’institution est proche de l’étudiant, plus ça favorise la persévérance et la diplomation. Si c’est le cas, voilà au Québec, un réseau qui est déployé historiquement, de façon coordonnée, intelligente et je dirais très ordonnée parce qu’on a remplacé les instituts techniques, on a remplacé les collèges classiques. Ce n’est pas par hasard que les Cégeps sont dans toutes les régions; ce qu’on demande, c’est qu’avec la baisse démographique, entre autre, de faire en sorte de soutenir ces collèges en région. Q. Vous pensez sortir de là avec plus d’argent ? Rép. : pas nécessairement, ce sont des mesures de soutien, oui dans certains cas alors que dans d’autres il s’agit de favoriser des mesures de soutien et une ouverture au régime d’études collégiales. Parce que contrairement aux universités, toutes les compétences des programmes sont décidées par le gouvernement et c’était normal au début, parce que les instituts techniques n’avaient pas les mêmes qualités que nous. Maintenant on dit, décentralisez une partie des compétences de programmes; favorisez davantage la fluidité des parcours cégep / université; faites en sorte qu’il y ait plus de deck … la diplomation n’est pas un objectif en soi, c’est une résultante.
22min15 Robert Gagné, directeur du Centre sur la productivité et la prospérité (HEC Montréal). Vous ne serez pas au sommet, vous regardez aller ça, qu’est-ce qui vous frappe ? Rép. : J’ai l’impression que la montagne va accoucher d’une souris. J’ai été directeur de département au HEC pendant quelques années; j’ai fait du recrutement et je peux vous dire que, malgré tout ce qu’on dit, ce qu’on entend sur les universités et leur financement; le sous-financement des universités au Québec est réel et ça on le voit quand on recrute des profs. Q. comment ça qu’on s’entend pas là-dessus ? Rép. L’université est bonne parce qu’elle a de bons profs. Un professeur d’université c’est deux choses : un enseignant et un chercheur. C’est la définition d’un prof d’université. Alors, nous on veut avoir les meilleurs. Pourquoi – parce qu’on veut avoir de bons programmes d’enseignement et de bons programmes de recherche. Et on n’a pas les moyens de recruter les meilleurs. Q. : on n’aura jamais les moyens de l’Université Harvard. Rép. : on n’aura jamais les moyens, ce n’est pas de cela que je vous parle. Ma concurrence, quand j’étais directeur de département, ce n’était pas Harvard, Yale ; c’était des universités en Europe, en Espagne, en Italie. En plus, au Québec, on est très chatouilleux pour les questions de langues. Une institution comme les HEC, vous devez ajouter une contrainte dans le système, vous devez engager quelqu’un qui va parler français. Donc vous recrutez dans un pool qui est encore plus petit, vous n’avez pas les moyens. Ce n’est pas juste la paie ce sont les conditions que vous allez lui donner au niveau de l’enseignement, au niveau de la recherche… on n’est pas compétitif. 24min30 Q. À ce qu’on sait, est-ce qu’on va aborder cette question de façon utile la concurrence internationale ? Rép. J’en ai aucune idée, je ne suis pas invité au Sommet, je ne suis pas impliqué là-dedans. Je pense qu’on va bricoler une indexation et comme on l’a dit tantôt, on va probablement aller chercher de l’argent ailleurs. 24min50 Une indexation c’est de la foutaise. Ça marche si vous partez du bon point; là on ne part pas du bon point. Si vous partez d’un niveau de frais de scolarité raisonnable, et que vous indexez; les indexer, là ce que ça fait, c’est que ça vous protège contre l’inflation. Q. On avait fait une grosse correction, il y a quelques années quand même. Rép. : On les a augmenté de 100$ par année pendant cinq ans; avant, cela faisait vingt ans ou à peu près qu’ils étaient gelés. L’augmentation qui a été proposée par le gouvernement, l’an passé, pour lesquels les étudiants sont allés dans la rue et ont garochés des roches dans les fenêtres, cette augmentation-là ce qu’elle faisait à terme c’est qu’elle ramenait les frais de scolarité – compte tenu de l’inflation – au niveau de 1968. Si en 68, on les avait indexés à la Pierre Fortin, aujourd’hui, on ne serait pas ici pour en parler. L’indexation, ils ont beau tenter de faire avaler la pilule avec ça mais ça ne règle absolument rien. Q. : pourquoi pas, du point de vue du financement des institutions ? Rép. Du point de vue du financement des universités. 26min00
Marie Blais, ex-vice-présidente de la FNEEQ (Fédération nationale des enseignants et enseignantes du Québec)
Q. : qu’est-ce que vous pensez qu’on pourrait régler mardi ?
Rép. : J’espère qu’après le sommet on va pouvoir continuer et poursuivre notre réflexion sur le rôle et la mission des universités.
Q. : parce que vous étiez contente cette semaine que le ministre Duchesne semble dire qu’on va poursuivre des chantiers après.
Rép. : j’espère qu’on va aller vers ça, mais il y a un nœud. La position que monsieur Gagné expose était celle des recteurs, du gouvernement libéral et du milieu des affaires.
Robert Gagné : moi je suis directeur de département.
MB : Je le sais mais les recteurs avaient exactement le même point de vue. La hausse des frais de scolarité l’année passée était pour être concurrentiel sur le plan international. C’était une vision et les étudiants en avaient une autre; celle de l’accessibilité. Ils disaient que cette hausse allait frapper plus particulièrement les étudiants de la première génération. Je vous rappelle que dans les universités du Québec, à l’UQÀM, 75% des étudiants sont des femmes qui travaillent et elles sont de première génération. Alors je suis contente de voir ça dans les documents préparatoires mais il y a deux visions qui s’affrontent et ça va continuer de s’affronter, je le crois. 27min45 Ce qui m’inquiète dans les documents du sommet c’est qu’on donne une place très grande, peut-être que je me trompe parce que je ne suis pas au Sommet, à la recherche dans les universités, parce que moi je suis chargée de cours et les chargés de cours donnent plus de 50% des cours dans les différents programmes.
Intervieweur : J’allais faire une blague mais je vais m’abstenir parce que les professeurs sont très chatouilleux.
MB : exact mais les chargés de cours sont particulièrement furieux ces temps-ci, parce que pour eux on remet en cause la qualité de l’enseignement; parce qu’ils sont présents ; ça remet beaucoup en cause, ça les chatouille beaucoup aussi. Donc, ce que je veux juste dire c’est que la place de l’enseignement dans les universités, je pense qu’il va falloir s’y pencher aussi. Ça j’espère que ça va être posé au sommet et après.
Intervieweur : La place de l’enseignement, pour vous autres, ça se pose dans les termes suivants … enseignement ou recherche et une autre heure de cours que les professeurs doivent enseigner.
28min38 MB : ce n’est pas juste ça, c’est la place. Actuellement, même pour les professeurs, il y a une pression à la recherche les contrats, les subventions, ça donne des pressions à nos collègues professeurs. Mais par ailleurs les chargés de cours, qui font aussi de la recherche c’est bien connu, on n’en parle pas. On n’en parle pas de leur contribution mais ceci dit c’est de poser … là monsieur Parizeau le posait très concrètement. Ce matin dans le devoir dans les éléments oubliés, on posait toute la question de l’équilibre enseignement et recherche et j’espère que ça va être posé au Sommet. Mais peut-être après.
29min12
Intervieweur : si on va subventionner les universités, actuellement c’est tant par étudiant. Le fait d’aller vers un … qui viserait à favoriser les étudiants de première génération universitaire, ça serait encore par tête de pipe, ça ne changerait pas grand-chose.
Christophe Guy : De toute façon, il faut que vous compreniez que le financement que l’on reçoit, il est oui par tête de pipe; mais les têtes de pipe ne sont pas toutes équivalentes. Selon la discipline, les universités reçoivent plus d’argent pour les disciplines qui sont plus lourdes et moins d’argent pour les autres. Avant de regarder, de jouer sur tel ou tel paramètre, il faut d’abord regarder la somme totale que l’on peut mettre dans les universités au Québec. Nous, nous défendons le fait que nous n’avons pas assez d’argent pour faire notre triple mission : enseignement, recherche et services à la collectivité. Et pour faire ça, il nous faut plus de moyens et ces moyens-là c’est le gouvernement à décider quelle sera la part de l’étudiant et entre les impôts. Donc nous voulons plus de moyens pour faire cette mission qui est très importante; qui est la clé du succès du Québec, de son développement, de sa capacité à faire face à la mondialisation.
Intervieweur : je vous entends monsieur Gagné, là-dessus, sur favoriser les étudiants de première génération ça n’enlève pas le défaut fondamental du financement pas tête de pipe.
R.Gagné : En fait, cette idée des étudiants de première génération, c’est jolie mais en pratique ça n’a aucun impact parce que il n’y a pas de coût supplémentaire lié à ces étudiants-là dans les universités. Et ça ne coûte pas plus cher de former un étudiant de première génération. Quand on parle de financement, on parle de coût de formation
Intervieweur : Vous voulez dire que ça devrait aller aux prêts et bourses et non au financement des universités
R.Gagné : Encore, aux prêts et bourses, si c’est un étudiant de première génération dont les parents sont millionnaires; pourquoi on l’aiderait ? C’est complètement aberrant. Par ailleurs, si c’est un étudiant de première génération qui vient d’un milieu pauvre, on l’aide. À la limite je pense que si un étudiant, qu’il soit de première génération ou pas et qu’il vient d’un milieu pauvre, il ne devrait pas payer pour aller à l’université et s’il vient d’un milieu aisé, il devrait payer pour aller à l’université. C’est comme ça que ça fonctionne à Harvard.
Intervieweur : Harvard oui mais c’est privé ! il ne donne pas de subvention
R.Gagné : c’est encore pire ce que vous me dites
Intervieweur : vous savez très bien qu’on ne fonctionne pas comme ça ici, on n’a pas de fondation. Il y a McGill qui en a une.
R.Gagné : Harvard est privé et ils sont capables de faire ça. Nous on est public et on n’est pas capable de le faire. C’est quand même assez extraordinaire. Ils ont des mesures plus progressistes que les nôtres. Allez voir sur leur site : aide financière ; moi je parle de quelque chose de concret.  32min55 Nous on confond accessibilité avec gratuité, c’est d’une aberrance totale.
Intervieweur : on n’a pas cette tradition
32min58 Martine Desjardins : la révision de la grille de financement ça été aussi une proposition de la FEUQ dans le cadre du 3e thème et l’idée c’était justement de sortir, parce qu’effectivement les étudiants ne sont pas équivalents – temps partiel, temps plein, et ça a quand même une incidence sur les universités en région dont on parle peu mais qui ont une importance cruciale pour le développement du Québec. Et ce qu’on disait : sortons en fait de la thématique par tête d’étudiant et finançons en fonction des activités. Ça aiderait notamment une école comme polytechnique d’avoir un financement qui est adéquat en fonction des activités qu’elle tient. Une université comme Rimouski pourrait avoir aussi un financement adéquat selon les pôles d’excellence et puis les activités qu’elle tient.
Intervieweur : on va avoir un bateau comme le commandant Custeau
Martine : à ce moment-là on s’assure que ce n’est pas parce qu’on a peu d’étudiants qu’on n’est pas capable de mettre en place des activités, des programmes qui vont desservir la collectivité. Parce que les services à la collectivité sont importants. 33min55 Ceci étant dit, sur les étudiants de première génération, je suis désolée mais on constate qu’ils vont utiliser à 85% l’aide financière aux études. Pourquoi ? parce qu’ils viennent de familles à plus faibles revenus et on sait
R.Gagné : ça ne coûte pas plus cher former un étudiant de première génération qu’un autre étudiant. … pour l’intelligence des gens.
M.Desjardins : Monsieur Gagné, ils coûtent plus cher à la société effectivement parce qu’on doit investir dans l’aide financière aux études pour les soutenir. Au niveau des étudiants dans une activité, c’est une chose. Effectivement il faut revenir sur la question de la qualité. Sur l’aide financière aux études ce sont des étudiants qui vont mettre beaucoup de pression sur l’aide financière; il va falloir trouver des façons d’aller chercher un financement pour l’aide financière aux études de façon adéquate. En terme académique, bien sûr que non mais en terme d’aide financière aux études, oui et ça – ça coûte cher à la société
Intervieweur : en terme d’aide aux étudiants, ça va coûter plus cher mais pas en terme académique c’est clair.
R. Gagné : c’est le régime socio-économique dont il faut tenir compte. Je vous l’ai dit tantôt. Un étudiant de première génération ça ne coûte pas plus cher. Moi ce que je dis c’est, si vous êtes pauvre, on vous aide jusqu’à concurrence de 100% à la limite – on pourra en discuter et si vous n’êtes pas pauvre – que vous soyez de première ou autre génération, vous payer – ça fini là – ce n’est pas compliqué ça.
Intervieweur : Quand on parle de première génération, on présume que ce sont des gens qui ont moins de moyens.
R.Gagné : quand ils sont rendus à l’université et qu’on a établit leurs conditions d’admission, il ne coûte pas plus cher, une fois qu’ils sont assis dans la classe et qu’ils écoutent le prof.
Intervieweur : on s’entend là-dessus.
J. Beauchesne : on peut sortir du financement et parler de qualité
36min30 Ça me ferait plaisir de revenir à notre mission première mais nos missions qui sont aussi importantes, comme la recherche et en passant, les deux enseignantes de Harvard ont fait un clin d’œil au réseau collégial en disant que ça leur avait permis de mieux s’intégrer à l’Université en passant par le Cégep.
Je parlais de recherche disant qu’il y a peu de vos auditeurs qui sont au courant qu’il y a 46 centres de recherches dans le réseau collégial et il se fait de la recherche appliquée. On fait aussi de la recherche fondamentale et on a beaucoup de demandes dans le cadre
Intervieweur : est-ce que c’est toujours en lien avec l’Université quand vous faites ça?
J. Beauchesne : en fait, ce n’est pas toujours en lien avec l’Université mais on n’a beaucoup de partenariats avec les universités. Chacun des cégeps qui ont ces centres de recherche-là a des échanges avec la plupart des universités.
37min40 Intervieweur : est-ce qu’on va parler de ça pour vrai lundi et mardi ?
J. Beauchesne : nous on pense et ça peu été rapporté par les médias mais le gouvernement a fait, quand même, le choix de discuter de ces questions-là, de la recherche, de la qualité, de l’accessibilité par exemple, on a une bonne nouvelle : les étudiants qui avaient des handicaps mentaux, dislexie etc , troubles envahissants de la personnalité, ils arrivent à pleines portes dans nos cégeps maintenant alors ça c’est une bonne nouvelle. Ça veut dire qu’ils ont réussi leur secondaire mais il faut les soutenir. Ça fait une variété d’étudiants et ça ce sont des sujets sur lesquels on a fait valoir nos points et on est confiant que le gouvernement est à l’écoute de ces demandes-là mais les médias n’en ont malheureusement pas parlé.
Intervieweur : allez-vous avoir un chantier là-dessus ?
J. Beauchesne : c'est-à-dire qu’il peut y avoir des mesures à court terme. Ce n’est pas nécessairement toujours en terme de chantier. Le ministre veut faire un peu des deux et c’est correct. Nous on pense qu’il y a de la place à ces réponses
38min37 Christophe Guy : je veux revenir sur la recherche. Madame Blais en a parlé en laissant sous-entendre que les Universités ont délaissé l’enseignement pour faire trop de recherche.
Intervieweur : elle n’est pas seule à dire ça. C’est 9 heures par semaine pour le professorat
Christophe Guy : écoutez, ce n’est pas vrai. À la polytechnique, nos professeurs enseignent beaucoup plus que ça. N’oubliez pas que la recherche est importante au Québec. Le Québec a décidé comme d’autres pays ou d’autres états que la recherche publique serait faite dans les universités. Et effectivement, depuis tout le temps, ce sont les universités québécoises qui ont été en charge de la recherche publique avec beaucoup de succès. Deuxièmement dans les universités du Québec, la recherche se fait dans un contexte de formation. Nous faisons de la recherche avec des étudiants à la maîtrise, au doctorat et souvent nos étudiants de Bac travaillent dans les groupes de recherches pour des emplois d’été, pour des projets.
Intervieweur : un peu comme en médecine finalement
Christophe Guy : un peu comme en médecine. Ce sont des stages, même des projets dans nos laboratoires de recherche et souvent rémunérés. Ça c’est une caractéristique particulière du Québec qui est épaulée notamment par les fonds subventionnaires et qui fait en sorte qu’aujourd’hui, les professeurs d’Universités sont reconnus; ont de bons succès en recherche. Mais nous contribuons véritablement à la capacité de recherche et d’innovation du Québec. Le ministre a annoncé qu’il y aurait en avril des assises sur la recherche et l’innovation en prévision de la future politique nationale de la recherche et de l’innovation. On attend bien sûr d’être en mesure d’avancer nos idées à cette occasion-là. Pour cette raison je ne pense pas qu’on va en discuter beaucoup lundi et mardi mais sachez que c’est un élément très important de la contribution
Intervieweur : vous semblez être rassuré, les directions d’institutions, par cette promesse d’une politique de la recherche et de réinvestissement, peut-être pas cette année mais bientôt. Vous semblez avoir été rassurés là-dessus.
Christophe Guy : écoutez, le gouvernement a décidé de remettre un peu d’argent dans les fonds subventionnaires. Je vous rappelle que les fonds subventionnaires servent notamment et principalement à des bourses d’étudiants. Nous en sommes contents mais nous allons voir les participants actifs aussi aux assises sur la recherche.
Intervieweur : la préoccupation fondamentale dans tout ça c’est que malgré le gel des frais de scolarité qu’on a eut pendant longtemps, il y a encore un taux de diplomation universitaire inférieur au Québec par rapport aux autres pays, aux autres provinces canadiennes; est-ce qu’il y a quelque chose qu’on va faire – lundi et mardi – pour amorcer un virage vers – moins que le taux de diplomation en Ontario disons.
41min35 Marie Blais : Écoutez, je voudrais revenir – je ne suis pas contre la recherche du tout – mais ça fait des pressions sur les profs et c’était dans ce cadre-là. Ceci dit je pense qu’il faut poser la question de la réussite de nos étudiants
Intervieweur : Parce que la préoccupation fondamentale, elle est là
Marie Blais : elle est là et ça veut dire – entre autres – que les acteurs qui oeuvrent en enseignement se parle. Il y a des expériences actuellement, à Chicoutimi, où on se préoccupe des étudiants qui ont plus de difficulté, parce que quelque fois dans nos cours, on a des étudiants qui ont un peu plus de difficulté. Il faut pouvoir les aider. Il y a des programmes de soutien qui vont permettre à ces étudiants-là – dès la première session, première année – de passer au travers et d’aller plus loin. Alors j’espère qu’on va parler aussi de l’encadrement des acteurs, les professionnels, les chargés de cours, les profs. Il y a une expérience à Chicoutimi, je pense que ça s’appelle un carrefour pour la réussite et ça je pense que ça ne coûte pas cher et ça soutient nos étudiants de première génération. Il faut se rappeler que c’est l’avenir du Québec. Et souvent dans les régions, oui il y a beaucoup de monde de première génération et au printemps dernier on les a beaucoup oubliés. Je suis très contente que ce soit de retour cette question et c’est majeur pour le Québec.

Christophe Guy : Le taux de scolarisation dont vous parlez c’est bien sûr basé sur l’accès mais aussi s’assurer que le diplôme une fois qu’il rentre à l’université. Donc les exemples de soutien dont vous parlez sont importants.

Intervieweur : ce qu’on dit c’est que financer les universités par tête de pipe ça encourage les universités à faire beaucoup d’admissions quitte à ce que les gens disparaissent au bout d’un an ou deux ans et que ça fausse le jeu de la mission des universités.
Christophe Guy : Non. Ils sont financés tant qu’ils sont là et on a même un financement lorsqu’ils diplôment. Ce n’est pas l’argent
Intervieweur : ça reste que ce n’est pas bon pour le taux de diplomation.
Christophe Guy : ce n’est pas bon pour les universités parce qu’ils ne seront plus là pour apporter de l’argent et on a un financement qui est associé avec les diplômes qui sont émis.
43min45 R. Gagné : Les universités sont très fiers et elles ont à cœur leur taux de diplomation. Elles sont financées juste quand ils sont là; on est financé aux crédits. Un cours d’un crédit et demi ça ne donne pas la même chose qu’un cours de trois crédits. Quand l’étudiant n’est plus là, on a plus le financement; un des problèmes qu’on a au Québec et qui est assez unique, au service de financement, c’est qu’il n’y a pas de plafond, alors on est financé au crédit mais pas de plafond. Personne nous dit par exemple : l’histoire de l’art dans telle université, on va financer tant du crédit jusqu’à concurrence de x crédits, après cela c’est fini. C’est le bar ouvert à ce niveau.
Jean Beauchesne : Il ne faudrait pas oublier le décrochage au secondaire dans l’équation. Il faut s’attaquer à ça et je pense que le gouvernement le fait; il faut continuer. C’est cela qui va faire en sorte que le passage au collégial et à l’université après va accroître et on va garder plus nos jeunes sur les bancs d’école.
Marie Blais : alors ça veut dire que quand on réfléchit à la formule de financement, quand on parle de course aux étudiants québécois et étudiants étrangers, oui il faut avoir ces préoccupations. Quand on va avoir un chantier sur ces questions-là, ça va être au cœur des discussions.
45min20 Martine Desjardins : en fait, on parle beaucoup des étudiants de premier cycle mais aussi il ne faut pas oublier les étudia