Proactivité

Bienvenue sur l'Auxiliaire virtuel. Le Forum, un instrument de communication qui se veut une source d'enrichissement !

Vous n'êtes pas identifié.

#1 02-12-2006 08:42:13

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Le donneur doit avoir une parenté « émotive » avec le receveur.

Dernière mise à jour
Un père a sauvé sa fille qui souffrait d’une maladie rénale en lui faisant don d’un de ses reins. Pourtant, les médecins les avaient jugés incompatibles. https://www.facebook.com/124140938458/p … mp;theater - Journal Métro http://www.metronews.fr/info/la-belle-h … SwJeCAOCU/

Appel à témoignage : lettre ouverte aux proches confrontés à la question du don d'organes http://ethictransplantation.blogspot.ca … es-la.html

Le donneur doit avoir une parenté « émotive » avec le receveur. | C'est ce qu'a déclaré la Dre Héloise Cardinal MD de Hôpital Notre-Dame, ajoutant que : "Pour les personnes en attente d’une greffe rénale, la meilleure façon de diminuer le temps d’attente est de recevoir le rein d’un donneur vivant. Il est important de savoir que le donneur doit avoir un groupe sanguin compatible avec le vôtre, mais ne doit pas nécessairement être de votre famille. Des conjoint-es, ami-es peuvent constituer d’excellents donneurs pour autant que certaines valeurs que nous recherchons soient compatibles. Nous insistons, le donneur doit avoir une parenté « émotive » avec le receveur."

Alors que vous êtes candidat-e à la transplantation rénale, est-ce que vous avez un jour espérez qu'un proche vous fasse cadeau d'un rein ?

La greffe rénale : pourquoi est ce qu’on attend si longtemps?
Héloise Cardinal, MD.
Je constate que plusieurs d’entre vous se posent des questions similaires, et j’ai donc choisi de traiter le sujet en plusieurs petites discussions, plutôt que d’y aller d’un long article.
Une des questions qui m’est posée le plus souvent : Comment ça se fait que j’attends depuis si longtemps?

Tout d’abord, les statistiques. Au Québec, le temps d’attente moyen avant la transplantation rénale est de 3 ans pour les patients ayant un groupe sanguin de type O et de 2 ans pour les autres. En réalité, le temps d’attente est probablement plus long, puisque les chiffres mentionnés plus haut sont calculés pour les patients transplantés. Ils ne tiennent pas compte de l’attente des patients qui ne le sont toujours pas après de longues années, et qui développent parfois trop de complications pour bénéficier d’une greffe par la suite.

Ce temps d’attente est bien long. Cependant, il demeure plus court que celui d’autres régions du Canada ou des États-Unis, où l’attente moyenne est souvent de 5 ans. La bonne performance du Québec en ce domaine est due, en partie, aux efforts de l’organisme Québec-Transplant en ce qui a trait à l’identification des donneurs cadavériques potentiels. Cet organisme a réussi à augmenter de façon significative les dons cadavériques au cours des dernières années. Les taux québécois de dons cadavériques sont maintenant parmi les plus élevés au Canada.

Malgré cela, le temps d’attente des receveurs potentiels s’est allongé depuis 10 ans. Ceci est principalement dû au
débalancement entre le nombre de patients dont la candidature est acceptée (receveurs potentiels) et le nombre d’organes disponibles. Lors des débuts de la transplantation rénale, cette chirurgie était réservée à un tout petit nombre de patients. Seuls les patients jeunes, ne souffrant pas de diabète et étant jugés en parfaite santé, mis à part leur insuffisance rénale, étaient acceptés sur la liste de greffe. Avec le temps et l’expérience, l’accessibilité à la liste de greffe a augmenté, puisqu’on réalise que la majorité des patients bénéficient d’une transplantation, sauf lorsqu’ils ont
des pathologies associées, trop sévères. Il y a donc plus de ‘compétition’ pour une ressource rare, ce qui mène à un
prolongement du temps d’attente.

Pour l’instant, la meilleure façon de diminuer le temps d’attente est de recevoir le rein d’un donneur vivant. Il est important de savoir que le donneur doit avoir un groupe sanguin compatible avec le vôtre, mais ne doit pas nécessairement être de votre famille. Des conjoints(es), amis(es), peuvent constituer d’excellents donneurs. Cependant, le donneur doit avoir une parenté ‘émotive’ avec vous, puisque la vente d’organe est illégale au Canada. Les risques de complications pour le donneur sont faibles. L’hôpital Notre-Dame produira bientôt un fascicule
d’informations très complet pour les donneurs potentiels, et nous le rendrons accessible pour vous.

p. 5 de la revue AGIR; octobre 2005 : http://www.agir.qc.ca/images/bulletin/octobre2005.pdf

2014. Les dons et greffes d'organes et de tissus au Québec - Plan d'action : http://publications.msss.gouv.qc.ca/acr … 903-01.pdf

CHUmagazine p. 4 ... Body mapping : Se réapproprier son corps après une greffe http://www.chumontreal.qc.ca/sites/defa … l_2010.pdf

http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=75

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB