Proactivité

Bienvenue sur l'Auxiliaire virtuel. Le Forum, un instrument de communication qui se veut une source d'enrichissement !

Vous n'êtes pas identifié.

#1 25-07-2006 12:35:29

Robert
Nouveau membre
Date d'inscription: 25-07-2006
Messages: 1

Vivre avec un pace maker et un défibrilateur

Je suis un "pair" dans le programme A.C.T.I.F.S. en santé du coeur. Je viens partager une expérience qui m'a valu beaucoup de satisfaction, du fait que mon histoire a contribué à faire sortir une personne, de son isolement.

À l'occasion de rencontres au département de psychosomatique de l'HSCM, à l'étape ou les conjoint-es rejoignent le groupe formé depuis 6 semaines, Nicole Goulet qui est collaboratrice et partenaire de cette activité me demande de rencontrer un conjoint qui se terre chez lui, déprimé qu'il est, depuis un infarctus et d'autres complications qui n'en finissent plus.

Bref, Monsieur accepte de venir me rencontrer seul à seul du fait que j'ai moi-même affronté des problèmes similaires et nous nous retrouvons à partager nos expériences - le temps que se déroule la réunion de groupe, dans une autre salle.

Claude m'a raconté en toute confiance, tous les événements depuis qu'il a été subitement atterré par un infarctus. Par la suite, on lui fait 3 cardioversions sous anesthesie et on lui a implanté un pace-maker.

Cinq mois se sont écoulés depuis, mais il a souvent des problèmes, cherchant sa respiration, il doit se rendre à l'urgence à maintes reprises.

À chaque fois, on pense le rassurer, on lui dit que tout est sous contrôle et que son état reste stable grâce à l’implantation du pace maker. Lui, n’a pas ce sentiment puisqu’il cherche toujours son souffle.

Il doit se peser tous les jours et ajuster sa prise de médicaments pour diminuer l’enflure de ses jambes. Malgré cela, ses pieds sont toujours très enflés. Ce signe extérieur lui rappèle l'état précaire dans lequel il se trouve.

Il en a assez de se rendre à l'urgence si souvent; c’est un stress à chaque fois. Il a souvenance de son père à l'urgence, qui a subit de multiples cardioversions devant ses yeux. Il voit le corps de son père se soulever du lit, c'est brutal pense t’il.

L’histoire se répète et à la question qu'il pose au médecin : pourquoi devoir répéter cette cardioversion, il n'a pour seule réponse : il le faut.

Pas plus d'écoute au cabinet du médecin qu'il me dit, il m'accorde 10 minutes ou moins de son temps et il n'y a pas d'échange. Une prescription s'en suit et on me donne un prochain rendez-vous.

Personnellement, je lui dis que je prépare une liste de questions et, je coure ainsi la chance que le médecin réponde à quelques-unes d'entre elles.

Sur ce dernier point, nous nous entendons Claude et moi, pour dire que le manque d'information, de réponses à nos questions et ce sentiment de ne pas être écouté sont de réelles sources d'angoisse.

Pour éviter la salle d'urgence, il me dit qu'il a expérimenté un moyen de se sentir mieux quand il manque de souffle. Alors en position assise, il avance son corps et après quelques secondes, le temps de se centrer, il reprend son souffle. Ça peut suffire en certaines circonstances.

Après l’avoir écouté, il a demandé à entendre mon histoire.
9 sept. 99 - On m'a implanté un pace maker et au début c'était difficile d'accepter, le fait de ne pas pouvoir contrôler ce qui se passe. Cela me gardait en stress perpétuel, jusqu’au moment où j’ai considéré ce petit bidule perfectionné, comme un ami.

Je pouvais vivre en confiance sachant que mon rythme cardiaque était corrigé au besoin, le pace prenait automatiquement la relève quand les battements de mon cœur se faisaient irréguliers; donc, je pouvais enfin vivre normalement.

En 2002 j’ai vécu une arythmie sévère que mon pace maker n’a pas pu contrôler. Transporté à l ‘urgence pour la xième fois, on a rétabli le rythme et implanté une autre soupape, un autre produit de la science qui évolue : un défibrillateur.

Le stress et l’anxiété étaient responsables d’une perte de poids qui m'inquiétait passablement : 35 lbs en quelque mois. Est-ce que ça cachait autre chose que je me suis dit.

Aujourd’hui je réalise que la panique s’était emparé de moi. Je dormais à peine 2 heures par jour. J’ai réussi avec de l’aide à pouvoir me concentrer, à savoir bien respirer, à voir les belles choses qui m’entourent.

Nicole Goulet la fondatrice d'A.C.T.I.T.S. est une des personnes qui était sur ma route et qui m'a aidé. Je l'ai rencontrée après son téléphone où elle m'offrait de participer aux différents programmes disponibles dans l'hôpital. J'ai suivi d'autres séances d'informations, les exercices respiratoires et les activités complémentaires qu'elle mettait en place et à la disposition d'autres groupes de personnes, hors institution.

J'apprécie mieux la vie, même davantage qu'avant toute cette aventure. J'ai modifié mon parcours en participant et en faisant d'autres choix parmi ceux qui m'ont été offerts. Je me porte mieux.

CONCLUSION et la morale de nos histoires de cas :

Il était ressorti de nos discussions, qu'il ne se sentait pas à l'aise de venir dans un groupe organisé dans l'hôpital alors que lui, avait été pris en charge dans un autre centre où on n'offrait pas, un tel soutien - la notion de ne pas avoir droit à ces services lui avait frôlé l'esprit - il se sentait à part, non considéré, pas chanceux.

D'un état passablement stressé au départ, on s'est quitté deux heures plus tard, tout sourire et Claude portait en lui, un nouvel espoir : le corps a besoin de temps pour reprendre son équilibre et l'implication personnelle est primordiale. J'en étais la preuve vivante.

Sa femme qui vivait à son tour des problèmes reliés à sa condition cardiaque, puisqu'elle venait à des séances de groupe pour chercher de l'aide, s'est trouvée soulagée.

Lui s'est dit content d'avoir trouvé écho à sa détresse et a remercié sa femme de lui avoir forcé la main, d'avoir insisté.

Une rencontre satisfaisante de part et d'autre.

Prier, se confier, se prendre en main, nous aident à être plus serein et à accepter nos limites sans perdre de vue que nous pouvons améliorer notre état.

Dernière modification par Robert (25-07-2006 13:17:33)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB