Proactivité

Bienvenue sur l'Auxiliaire virtuel. Le Forum, un instrument de communication qui se veut une source d'enrichissement !

Vous n'êtes pas identifié.

#1 25-04-2008 12:43:51

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Sagesse des hommes: égalité, solidarité ... progrès pour l'humanité

Dernière mise à jour |
19 juin 2014. Les Québécois sont conviés à un grand forum sur l’intimidation | Les pistes d’action serviront à élaborer le plan gouvernemental attendu pour 2015 http://www.ledevoir.com/politique/quebe … timidation

9 juin 2014. Laissés sans surveillance sur internet | Vos enfants victimes de cyberintimidation? http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 44958.html


SPVM | http://www.spvm.qc.ca/fr/jeunesse/ado-C … dation.asp "La cyberintimidation, pas aussi rare qu'on voudrait le croire." Que faire si vous recevez des menaces par courriel ?
- Jeunesse j'écoute https://jeunessejecoute.ca/Teens/InfoBo … lying.aspx
- TelJeunes http://teljeunes.com/informe-toi/intern … timidation
- Educaloi http://www.educaloi.qc.ca/jeunesse/caps … timidation
- Non à la cyberintimidation - Information sur la cyberintimidation http://www.pensezcybersecurite.gc.ca/cn … x-fra.aspx
- Gendarmerie Royale du Canada http://www.rcmp-grc.gc.ca/cycp-cpcj/bul … ex-fra.htm


Appel à l'imagination à l'Ère du libre et des nouvelles technologies▸ http://newsletters.clearsignals.org/zoo … Map_lg.jpg
Charte pour l'innovation, la créativité et l'accès au savoir▸ http://fcforum.net/ @fcforum_net

La Chaire Nycole Turmel sur les espaces publics et les innovations politiques stimule la recherche et la concertation de chercheur-es intéressé-es par la transformation des espaces publics et l’émergence des innovations politiques dans les Amériques; et ceci, en vue de susciter des interventions, fondées sur une recherche rigoureuse, dans le débat public. ▸ http://www.turmel.uqam.ca/

Plan d'action stratégique 2013-2017 en matière de violence conjugale et intrafamiliale – SPVM http://www.spvm.qc.ca/upload/documentat … 3-2017.pdf

"Face à l'obstacle, l'homme moyen abandonne ce qu'il a entrepris. Un grand esprit ne se lasse pas et termine ce qu'il a commencé, même si mille fois des obstacles se dressent devant lui, jusqu'à ce qu'il ait remporté le succès." Sagesse hindoue | Tendre la main fera une différence ! #solidarité #bénévolat

17 février 2014. Ottawa veut connaître votre point de vue | Consultations en ligne sur la prostitution  http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/nation … 50436.html La consultation en ligne prendra fin le 17 mars.
- Ministère de la justice du Canada http://www.justice.gc.ca/fra/cons/cours … index.html

*** 8 septembre 2013. Histoire d'égalité | Les petits poucets de l'égalité : un programme testé à Toulouse http://www.franceinfo.fr/societe/histoi … 2013-09-08
- Échange avec Nicole Daigle et Hélène Richard sur Twitter https://twitter.com/nicodaigle/status/3 … 9193710592

*** 20 août 2013. Un meilleur aménagement des villes comme moyen de réduire la violence faite aux femmes http://cdeacf.ca/actualite/2013/08/20/m … -faite-aux extrait :  ... Concevoir des villes en pensant à la dignité des habitants les plus pauvres et les plus vulnérables.


24 avril 2014. La violence à l’école : 80 % des membres du personnel scolaire ne seraient pas formés pour y faire face http://www.relationsmedias.ulaval.ca/co … -3395.html
- La violence à l'école fait des ravages dès le primaire http://www.lapresse.ca/le-soleil/actual … imaire.php

17 avril 2014. Les séquelles de l’intimidation sont encore présentes, 40 ans plus tard http://www.lactualite.com/sante-et-scie … plus-tard/

8 avril 2014. Femmes dans les conseils d'administration : les quotas sont envisagés http://cdeacf.ca/actualite/2014/04/08/f … -envisages

8 mars 2014. Naître et survivre http://www.lapresse.ca/debats/editoriau … rvivre.php
- 8 mars: il faut renforcer l'égalité hommes-femmes http://www.lapresse.ca/actualites/natio … femmes.php

3 mars 2014. Intimidation: quand le Québec de demain se fait violence...  http://quebec.huffingtonpost.ca/olivier … 80841.html
- Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011 - Le visage des jeunes d'aujourd'hui: leur santé mentale et leur adaptation sociale. http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques … aire2.html | PDF http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques … daire2.pdf

24 janvier 2014. Victoire en Cour supérieure pour le maintien de l’équité salariale au Québec http://www.scfp.qc.ca/nouvelles/2749/Vi … ?langue=fr Jugement http://www.scfp.qc.ca/librairies/sfv/te … hier=20210
- Benoît Dutrisac | Plusieurs femmes en faveur de la laïcité seraient victimes d'intimidation. Discussion avec Djemila Benhabib http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=208142 Non à l'intimidation - échanges sur Twitter https://twitter.com/Dutrizac/status/426775284822851587

29 décembre 2013. Pédophilie - de quoi s'indigner ...
Jocelyne Robert sur Twitter | https://twitter.com/JocelyneRobert/stat … 3183492096 Comment se fait-il que les médias parlent si peu de ce jugement qui légitime la #pédophilie !?!? http://metatv.org/la-justice-italienne- … pedophilie
Anne Marie Thouin ‏@amthouin | https://twitter.com/amthouin/status/417408114019663872
14 décembre 2013. Violenza sessuale sui minori | Sessantenne con undicenne? Condannato http://www.goleminformazione.it/comment … zione.html Utiliser le traducteur en ligne http://translate.google.ca/

6 novembre 2013. L'Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) organise les Journées québécoises de solidarité http://cdeacf.ca/evenement/2013/11/06/j … 13-faut-se

Du 6 au 16 novembre se tiennent les Journées québécoises de solidarité http://www.ledevoir.com/cahiers-speciau … solidarite

2 novembre 2013. Journées québécoises - «Faut se parler!» http://www.ledevoir.com/societe/actuali … -se-parler

22 juin 2013. Sexe, drogue et... tuyaux financiers à New York http://affaires.lapresse.ca/economie/in … w-york.php
- 8 juin 2013. Le Grand Prix favoriserait le tourisme sexuel http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/06 … 03611.html
- 6 juin 2013. Le Grand Prix favoriserait le tourisme sexuel http://www.radio-canada.ca/regions/Mont … xuel.shtml
- Pimp mon char, la F1 abuse de la jeunesse Québecoise http://www.alpabem.qc.ca/blogue/categor … coise.html
- 31 mars 2012. Financiers and Sex Trafficking http://www.nytimes.com/2012/04/01/opini … cking.html
- Pendant le Grand Prix du Canada de Formule 1 l'industrie du sexe prolifère http://cjf.qc.ca/fr/relations/article.php?ida=1017

12 juin 2013. Femmes et communications | Qui est la femme de 2013? http://www2.infopresse.com/content/conf … mes-1.aspx
Les contributions sur Twitter https://twitter.com/search?q=%23ipconf&src=hash

19 avril 2013. Femmes sur les conseils: Québec établit des cibles http://affaires.lapresse.ca/economie/qu … cibles.php

16 mars 2013. Droit des femmes : un texte historique signé par les pays musulmans à l'ONU http://fr.news-republic.com/Web/Article … id=7544097 Sur Twitter https://twitter.com/FederationGAMS/stat … 4877847553

12 mars 2013. Excellent ! #40ansconseils du Statut de la femme http://vimeo.com/61285397 

*** Mars 2013. Jackson Katz: Violence faite aux femmes - C'est un problème d'homme. http://www.ted.com/talks/lang/fr/jackso … issue.html Extrait : La violence domestique et les abus sexuels sont souvent appelés "problèmes de femmes". Mais dans cette conférence courageuse et pleine de franc-parler, Jackson Katz montre que ce sont des sujets intrinsèquement masculin -- et montre comment les comportements violents sont liés aux définitions de la masculinité.

14 février 2013. Le Conseil des Montréalaises solidaire avec toutes les femmes contre les violences http://www.newswire.ca/en/story/1114397 … -violences

***** 22 mai 2012. Dr Pierre Mayer remarquable ! @NouveauCHUM fait l'annonce que ce pneumologue du CHUM fait don de ses droits d’auteur à la Fondation!▸ http://www.chumtl.qc.ca/accueil/misc/ch … 26.fr.html | Surprise !!! le lien n'est plus valide et dans le rapport annuel (aucune mention): Bulletin Le donataire – Spécial campagne et notre rapport d’activité 2011-2012 http://fondationduchum.com/wp-content/u … L5_NO5.pdf | Fondation du CHUM http://fondationduchum.com/2012/11/rapp … n-du-chum/

27 décembre 2012. Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ? http://sisyphe.org/spip.php?article4342

2 et 3 novembre 2012. L'événement « À l'école des communs » ▸ http://www.communautique.qc.ca/nouvelle … -2012.html

27 septembre 2012. LibraryBox : BIBLIOBOX dans la bibliothèque  FR▸ http://kotkot.blogspirit.com/archive/20 … heque.html projets autour de la création numérique ...

6 août 2012. Canal développement numérique territorial FR | Et si les pouvoirs publics s’unissaient autour d’un grand programme commun de services publics très haut débit ? http://numericuss.com/2012/08/06/et-si- … aut-debit/

20 juillet 2012. Le monde de l'édition | LibraryBox, boîte à merveille des bibliothèques, inspirée de la PirateBox▸ http://www.actualitte.com/actualite/mon … -35509.htm

11 juillet 2012. L'altruisme serait lié à la quantité de matière grise ▸ http://www.lapresse.ca/vivre/sante/2012 … -grise.php  "pas uniquement dicté par la biologie"

25 juin 2012. Le web sémantique : un projet pour amener le web à son plein potentiel▸ http://blog.mysciencework.com/2012/06/2 … entie.html

1er mai 2012. On a découvert la molécule de la morale▸ http://www.slate.fr/lien/54191/mal-bien … decouverte Pourquoi certains d'entre nous font attention aux autres et d'autres sont insensibles et cruels? Pourquoi certains d'entre nous sont généreux et d'autres avides?

Juin 2004. Préoccupations, appropriation et efficacité des membres et des animateurs des communautés de pratique virtuelles : la dimension individuelle. Gestion du changement : projet modes de travail et de collaboration à l’ère d’Internet ▸ http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/docum … Bareil.pdf

Juin 2004. Mieux comprendre le succès des communautés de pratique virtuelles par l’investigation des aspects technologiques. Projet Modes de travail et de collaboration à l’ère d’Internet▸ http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/docum … VLDube.pdf

Juillet 2004. Les facteurs organisationnels de succès des communautés de pratique virtuelles. Projet Modes de travail et de collaboration à l'ère d'Internet▸ http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/docum … emblay.pdf

Pour l’étude, la création, la mise en place et le suivi des communautés de pratiques : la méthode du CEFRIO▸  http://www.taemana.com/accueil/nos-inte … s/les-cops autres thèmes : L’accompagnement à l’innovation et au changement au sein des organisations; les simulations et les serious games; l’entreprise apprenante et les médias sociaux d’entreprises (RSE)

Une belle occasion nous est offerte de recréer des espaces qui nous ressemblent▸ http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=2064

La notion de résilience est bien illustrée ... Apprendre à se voir et à exister différemment pour continuer à vivre autrement...▸ http://www.youtube.com/watch?v=a35fBZ_boCw c'est le défi de cet homme Dallas Wiens greffé du visage - édifiant !!! touchant !!!▸ http://www.parismatch.com/Actu-Match/Sa … te-288867/ cet homme a été chercher sa motivation dans le désir de pouvoir embrasser sa fille Scarlett (cela se passe en 2008)

Sagesse des hommes via la musique...▸ http://www.youtube.com/watch?v=_jORcoNn … ature=plcp
Valleys ~ John Sokoloff▸ http://www.dailymotion.com/video/xntqqa … loff_music et▸ http://www.dailymotion.com/video/xo2ivc … rel-page-1

Technologies de l'information et des Communications | Une clé de cryptage palpitante▸ http://www.bulletins-electroniques.com/ … /70689.htm "Une équipe du département de génie électrique de l'Université Nationale Chung Hsing vient de démontrer que les battements cardiaques d'une personne pouvaient être utilisés pour le cryptage et le décryptage de données. Nos battements de coeur suivent un modèle irrégulier qui ne se répète jamais tout à fait et qui est unique à chacun d'entre nous. L'équipe de recherche a donc développé un algorithme, basé sur la théorie du chaos, permettant de générer des clés de cryptage au caractère aléatoire de très grande qualité à partir d'un électrocardiogramme."

http://proactivite.org/forum/viewtopic.php?id=267

Hors ligne

 

#2 23-09-2012 12:07:25

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: Sagesse des hommes: égalité, solidarité ... progrès pour l'humanité

21 septembre 2012. Innovation et valorisation de la recherche | TechShop : là où les outils de la révolution industrielle sont mis entre les mains de Monsieur tout le monde ▸ http://www.bulletins-electroniques.com/ … /71017.htm Un lieu de collaboration et d'échange et les différences avec un fablab

Vers des modes de formation hybrides et collaboratifs ▸ http://www.educavox.fr/Vers-des-modes-de-formation
21 juillet 2012. Le Blended Learning " l’apprentissage mixte " ▸ http://www.educavox.fr/innovation/pedag … learning-l
10 juin 2012. Baladodiffusion, réalité augmentée, etc. : la mort des salles de classe ? http://www.educavox.fr/innovation/dispo … -augmentee
10 mai 2012. Ingénierie tutorale : de quoi parle-t-on et pourquoi (...) ▸ http://www.educavox.fr/formation/analys … quoi-parle
12 avril 2012. Ingénierie tutorale ▸ http://www.educavox.fr/formation/analys … e-tutorale
17 mars 2012. Des applications pédagogiques du blogue ▸ http://www.educavox.fr/innovation/techn … ogiques-du
10 mars 2012. Pédagogie ouverte : autoformation et collaboration ▸ http://www.educavox.fr/formation/analys … rmation-et
27 février 2012. Des dispositifs hybrides : nouvelle perspective pour la (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/outils … s-nouvelle
24 février 2012. Travail collaboratif à distance et formation par (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/outils … istance-et
Entre "présence" et "distance", les conditions d’un (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/usages … stance-les
4 janvier 2012. J’enseigne moins, ils apprennent mieux …▸ http://www.educavox.fr/formation/analys … apprennent
15 décembre 2011. Apprentissages collaboratifs : l’utilisation de Twitter (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/confer … boratifs-l
4 décembre 2011. Serious game Lyon 2011▸ http://www.educavox.fr/actualite/debats … -Lyon-2011
3 décembre 2011. Quelle place pour l’enseignant dans une formation (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/analys … enseignant
16 octobre 2011. Le socialbookmarking pour partager ses ressources Web (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/confer … r-partager
7 octobre 2011. Les réseaux sociaux au CDI▸ http://www.educavox.fr/formation/portai … aux-au-CDI
16 septembre 2011. Apprentissage de l’anglais sur mobile et/ou PC : (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/usages … s-sur,1273
12 juin 2011. Enseigner en monde virtuel ou par dispositif vidéo (...)▸ http://www.educavox.fr/formation/usages … uel-ou-par
6 mai 2011. Formation hybride dans le secondaire - Réflexions▸ http://www.educavox.fr/formation/analys … de-dans-le
9 avril 2011. L’Orme 2011 : la voie de l’e-collaboration▸ http://www.educavox.fr/formation/confer … oie-de-l-e

Hors ligne

 

#3 24-09-2012 18:51:20

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: Sagesse des hommes: égalité, solidarité ... progrès pour l'humanité

21 septembre 2012. FR | Le financement participatif peut-il bâtir des villes ? http://internetactu.blog.lemonde.fr/201 … es-villes/

Hors ligne

 

#4 07-10-2012 08:54:29

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: Sagesse des hommes: égalité, solidarité ... progrès pour l'humanité

Dernière mise à jour |

3 juin 2014. Le revenu de base : une utopie de plus en plus réaliste http://reseauinternational.net/revenu-b … -realiste/

7 mai 2014. Plaidoyer pour un «Revenu social universel garanti» http://www.lapresse.ca/actualites/natio … aranti.php système de protection sociale - égalité et liberté.

1er février 2014. La solidarité qui appauvrit http://plus.lapresse.ca/screens/49e7-d3 … IW0Lz.html pour que toutes les personnes sans-emploi puissent subvenir à leurs besoins de base.
____________________________________________________________________________
Décider d'un revenu de base inconditionnel: ne serait-ce pas démontrer la sagesse des hommes ? ... l'évolution du monde !  "Il est changement de paradigme. Il éclaire d’un jour nouveau tous les domaines de la vie, il fait évoluer sa propre manière de voir les choses, il ouvre des perspectives à toutes les fonctions personnelles ou sociales. Il n’est pas solution à tous les problèmes, mais il rend possible beaucoup plus de solutions." - le-revenu-de-base.blogspot.com

IRIS | Revenu minimum garanti : trois études de cas http://www.iris-recherche.qc.ca/wp-cont … um_WEB.pdf Extrait : La formule du revenu minimum garanti dépasse la simple aide aux plus démunis. Le principe même de garantir un revenu décent à l’ensemble de la population appelle une réflexion profonde sur notre système économique et social.
_______________________________________________________________________________
11 juin 2013. Bernard Friot embrouille un débat télévisé sur le revenu universel http://revenudebase.info/2013/06/11/ber … u-de-base/ « Le salaire à vie n’a rien à voir avec le revenu de base » « Ce qui est passionnant dans le débat sur le revenu universel, c’est cette volonté de dissocier vraiment l’emploi du travail, de ne pas superposer le fait que l’emploi et le travail sont la même chose. C’est décisif pour l’émancipation, c’est décisif pour la dignité humaine. »

La Suisse |
14 octobre 2013. Les questions soulevées par l'initiative pour un revenu de base inconditionnel http://www.rts.ch/info/suisse/5267316-l … onnel.html
4 octobre 2013. L'initiative pour un revenu de base inconditionnel déposée à Berne http://www.rts.ch/info/suisse/5265891-l … berne.html
2 octobre 2013. Audio | Débat ouvert sur l'idée d'une allocation - concept et origine : le droit au revenu http://www.rts.ch/espace-2/programmes/b … ml#5220538 | http://www.rts.ch/espace-2/programmes/b … ayer/popup
31 juillet 2013. L'initiative pour un revenu de base aurait abouti http://www.rts.ch/info/suisse/5106148-l … bouti.html
21 mai 2013. Les Suisses voteront probablement sur un revenu de base pour tous | L’allocation universelle, le revenu de base n’existe nulle part …  http://www.rts.ch/info/suisse/4919399-l … -tous.html  il existe cependant depuis trois décennies, un endroit dans le monde, en Alaska, où il y a une rente liée à l’exploitation du pétrole qui est distribuée de façon tout à fait inconditionnel, à l’ensemble des citoyens. Une mesure qui permet aux "Alaskains" d’habiter l’état le plus égalitaire de l’ensemble des états des États-Unis.

20 avril 2013. Niveau record dans la collecte de signatures appuyant l'initiative populaire pour un revenu de base inconditionnel. http://www.youtube.com/watch?v=ekmedK_h … mp;index=2

9 janvier 2013. Citoyen ou salarié à vie ? Analyse critique du « salaire à vie » de Bernard Friot http://revenudebase.info/2013/01/revenu … vie-friot/

23 novembre 2012. "Plutôt que l'angoisse du chômage, un revenu universel garanti" http://www.youtube.com/watch?v=laS1EAGfscY "Le revenu universel garanti - Nous tissons le vie sociale par notre travail  ..."

"Québec solidaire :le seul parti qui propose le salaire minimum de base pour tous!! 12000$ /an par personne pour la lutte contre la pauvreté." https://twitter.com/MarilynBastien/stat … 6783975425

Réf.: Youtube http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm … e=youtu.be
Si ce sujet vous intéresse, échangeons sur Twitter▸ https://twitter.com/PDGProactivite
Retranscription | vous pouvez donner ce lien ▸ http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2621#p2621 pour que d'autres le découvre !

Professeur Peter Ulrich de l’Institut d’éthique économique, Université de St-Gall
"Pour l’intégration sociale de tous – le revenu de base"
Autrement nous devons parier sur la croissance économique à n’importe quel prix ! Nous persistons dans une approche quantitative des problèmes et nous perdons toute chance de développer de nouveaux modèles d’organisation sociale de qualité supérieure.

Ce qu’en pense Klaus Wellershof le gestionnaire en chef d’une des plus grandes banques du monde : l’UBS.
« Soutenir les populations sans poser de condition, à la longue, c’est un principe, qui je pense, devra s’imposer ! Mais il lui faudra tout d’abord affronter les nombreux droits et privilèges dont nous bénéficions aujourd’hui »

Mais de quel droit peut-il bien s’agir ? du droit de préserver les places de travail, peut-être ! Tous les politiciens le réclament ! Mais pensent-ils vraiment au travail ??? plutôt aux recettes fiscales !!! ou bien s’agit-il de limiter le nombre de ceux qui vivent de l’aide sociale et qui pèsent sur les budgets de l’État ?

Professeur Peter Ulrich : ce n’est pas la politique de l’État méchante qui est responsable de l’explosion des coûts, c’est la rançon du succès !

Le succès en question est celui de la rationalisation ; une rationalisation qui arrive jusqu’à nos portes (le camion de cueillette des ordures par exemple). Et comment va continuer l’histoire de ce succès ? C’est justement le sens de cette question !  Elle se pose si on réfléchit au revenu de base.
Il existe différent modèle de revenu de base; touts ces modèles se rejoignent dans la définition de Netzwerk Grundeinkommen, le réseau allemand pour le revenu de base : « un revenu de base est un revenu accordé sans condition à tous les membres d’une communauté politique .» Elle comprend 4 critères :
-    Garantir l’existence et permettre la participation sociale.
-    Constituer un droit individuel.
-    Être versé sans avoir besoin de prouver un dénuement quelconque
-    Ne pas impliquer l’obligation de travailler.

Mais gardons les pieds sur terre… le revenu de base ne signifie pas davantage d’argent pour chacun; il ne vient pas d’en haut, il ne s’ajoute pas; il se développe à l’intérieur du revenu existant
« la logique » le revenu de travail … revenu de base; le revenu de travail diminue mais le revenu total ne change pas. Ce qui change, c’est sa composition. Le revenu de base est un autre genre de revenu. Ce n’est pas un salaire minimum, ce n’est pas le paiement de quelque chose ; ce n’est pas un revenu lié au travail. Chacun touche le revenu de base quoi qu’il lui arrive.

Dr Sascha Liebermann sociologue à Francfort
Contrairement au communisme qui étouffe la personne et au libéralisme de marché qui cherche à l’isoler. Le revenu de base est la sécurité à une liberté maximale; pour que l’individu puisse devenir maître de ses choix. Le montant de cette garantie doit suffire pour réellement pouvoir refuser une activité rémunérée. La possibilité de refuser est une condition essentielle pour pouvoir négocier librement et à égalité !

Tous ceux qui sont à l’heure actuelle tributaire de l’aide sociale, ne le seraient plus avec le revenu de base car il remplacerait les prestations sociales de l’État, jusqu’à hauteur de son montant. Ce n’est que dans le cas où des prestations sociales, plus élevées que le revenu de base, seraient nécessaires, que la différence serait conservée. Seuls ceux qui ont aujourd’hui, moins que le revenu de base, auraient davantage d’argent en poche. Il s’agit d’abord des enfants et des jeunes; autrement dit des familles ou alors des personnes ayant une retraite insuffisante. Il s’agit des travailleurs pauvres ou des indépendants qui s’appauvrissent en travaillant.

Le revenu de base éradique la pauvreté et il stabilise les classes moyennes en les rassurant. Il supprime la peur des vieux jours. Ce n’est pas de l’argent que les uns donnent aux autres, en leur faisant mauvaise conscience.  Ce n’est pas une aide octroyée quand on est dans le besoin; et dont on se sent redevable, mais une perspective; et pour tous.

Le revenu de base ne part pas du principe que l’homme est bon. Il ne règle pas non plus, tous les problèmes ; ce n’est pas une question d’argent mais il donne à chacun, la possibilité de trouver par soi-même, davantage de solutions.

-Margit Appel de l’Académie sociale catholique, Vienne.
En Autriche, en Suisse et en Allemagne le revenu de base est un enjeu que l’on discute sérieusement.
-Gabriele Fischer, rédactrice en chef de « brand eins » Hambourg : Je crois que cela vient du fait que c’est le moment idéal
-Justus Wittich, économiste Francfort : On rend la dignité humaine
-Margit Appel de l’Académie sociale catholique, Vienne. Et il n’est pas lié au bien-être social de la société.
-Wolf Lotter, journaliste économique Hambourg : Il aurait un effet sur l’escalade des tensions sociales que nous connaissons aujourd’hui
-Michaela Schmoczer, Association pour le ralentissement du temps : Nombreux sont ceux qui ont un emploi et qui n’en veulent pas vraiment; on dit de ceux-là « ces gens nous prennent nos emplois » parce qu’en même temps d’autres sont exclus alors qu’ils veulent travailler. Le jour où ce sera la décision de l’intéressé qui compte, les choses vont bouger.
-Bettina Dieterle, comédienne, Bâle : Le plus intéressant dans ce système, c’est que je ne pourrai plus dire à la fin de ma vie que je n’ai pas pu faire ce que je voulais.
-Prof Götz Werner, Institut pour l’entreprenariat, Université de Karisruhe : S’il étudie uniquement parce que ces parents le lui demande, dans quelle société voulons-nous vivre ? Si vous ne vous posez pas ce genre de question, vous pouvez tout de suite éteindre votre ordinateur.
-Justus Wittich, économiste Francfort : Il y aurait une floraison d’initiatives
-un homme au bord du lac (non identifié) : Pour ma part je suis septique, je suis très septique parce que je pense que si ce revenu est mis à disposition, la motivation pour le travail et la performance vont baisser.  Elles seront nulles.
-Martin Hafen, Haute École pour le travail social, Lucerne : L’emploi rémunéré rend malade, parce que le temps permettant d’accomplir le travail est de plus en plus court. Ce qui peut être démontré très simplement ou de manière empirique.
-Wolf Lotter, journaliste économique Hambourg : Au fond le revenu de base pose le fondement d’une société plus libre. C’est le plus important; il nous libère de la dépendance salariale et crée plus d’autonomie.
-un homme au bord du lac : La question va se poser tôt ou tard. Comment est-ce qu’on finance tout ça ? l’argent doit bien venir de quelque part !
-Justus Wittich, économiste Francfort : Je peux effectuer les calculs économiques nécessaires et je vous dis « ça marche »
-Wolf Lotter, journaliste économique Hambourg : Le grand défi du revenu de base c’est que chacun doit réapprendre à vivre ; c’est ça l’essentiel. Et là nous sommes tous au défi, pas pour le financement, le financement est acquis, la difficulté c’est la liberté !

Des visions d’horreur, les débuts du 21e siècle n’en manque pas, les journaux en sont pleins et nous aussi. Le revenu de base n’est pas un thème abstrait qui nous renvoie au téléspectateur. C’est une question qui touche chacun; parce qu’avec ce revenu, chacun peut refuser de faire ce qu’il ne peut pas assumer et ne faire que ce qu’il peut vraiment « la vision de base est la première vision positive du 21e siècle ». Tout le monde resterait à la maison, personne n’irait plus travailler, tout s’arrêterait comme si c’était la grève ... et les cadres arrêtés comme les autres … et le sens des responsabilités permanentes hors de vue ! Plus personne ne râle, plus personne ne bûche, les universités sont désertées.
Le revenu de base saperait-il toute motivation pour une qualification plus élevée ! pour entreprendre une formation supérieure ! Sans contrainte, personne ne développerait plus son capital humain alors qu’aujourd’hui, déjà on manque de personnel qualifié. Que va devenir notre économie ?

11m30 -Roland Blaschke, Réseau revenu de base
Ce qui me révolte le plus c’est le fait, qu’au fond, personne ne se demande plus à quoi l’économie est sensée servir ? C’est un domaine de la vie en société qui est sensé assurer notre existence; produire et mettre à notre disposition des biens qui nous sont utiles. Mais cette façon de voir a complètement disparu ! Aujourd’hui l’économie fonctionne en circuits fermés; qui poursuivent d’autres objectifs, qui n’ont pratiquement rien à voir avec la vie humaine ; qui peut même détruire la vie humaine.
-un homme au bord du lac : Malgré tout, j’en suis convaincu, nous avons besoin d’un système qui récompense la performance, qui rémunère le travail bien fait mais avec un système fondé sur le principe de l’arrosoir. Tout le monde recevrait la même paie ou salaire de base. Au final c’est toute la société du travail qui imploserait.

Pour l’année 2001. Les prestations payées en Allemagne en heures de travail: 56 milliards d'heures et les prestations non payées: 96 milliards d’heures de travail à la maison pour les enfants ou encore dans le cadre d’une activité bénévole. Un revenu de base, n’empêcherait pas la rémunération du travail. La question qui risque de se poser, c’est plutôt de savoir, dans les entreprises, comment diriger des collaborateurs qui ne se laissent plus facilement discipliner par le besoin d’argent. Idem, en politique, comment gouverner des citoyens devenus plus indépendants grâce à leur revenu de base. Et comment on se gouverne soit même ? Est-ce que vraiment tout le monde serait en train de bronzer ? avec une montagne d’ordures dans les rues ! les parcs laissés aux bons soins des retraités !

Le revenu de base est-il suffisant pour corrompre la société du travail, pour saper l’esprit d’indépendance, le plaisir de la réussite ? Est-ce que ce n’est pas l’ennui, si tout le monde a déjà un revenu ? C’est bon pour les 68 ans et autres hippies qui prétendent que l’homme est bon par nature. Mais l’homme est aussi un animal qui, plutôt qu’un revenu de base, préférerait un terrain de chasse. Attendons de voir ce que les nouveaux marchés vont nous rapporter… dehors devant la porte. C’est comme ça pour beaucoup de nos semblables qui ne peuvent pas passer à table.

14m50 Le revenu de base rendrait-il les hommes plus proches ? ou bien creuserait-il davantage le fossé de la société à deux vitesses ?
Pour les uns, les emplois lucratifs, une formation à prix d’or, la gestion sans entrave du capital tandis que les autres s’arrangeraient avec le revenu de base peuplant leurs temps libres de rêves et de hobbies tout en gagnant un petit supplément … Ils ne seraient plus en travers du chemin pour les choses importantes. On peut aussi dénaturer le principe du revenu de base ; par exemple, en fixant un revenu de base tout juste insuffisant pour vivre ! tout en éliminant l’ensemble des prestations sociales. Dans ce cas, tout le monde est obligé de travailler sans convocation personnelle et à des salaires comme en Chine; sans que le fait d’avoir un revenu de base ne permette de les refuser.  Enfin, et si on complique les paiements à l’infini, en instituant des régimes particuliers, des calculs de compensation et des conditions à vérifier; l'on reviendra à peu près à la situation actuelle !

On peut dénaturer le revenu de base ; en fixant un montant trop bas !

Qui ne veut pas travailler, ne doit pas manger dit l’apôtre Paul en pensant à ceux qui n’apportaient rien à la communauté. S’ils sentent leur délivrance si proche qu’ils peuvent arrêter de travailler, alors, ils peuvent aussi arrêter de manger ! Cet homme avait le sens de l’humour, d’autres en manquent cruellement.

Dans cette maison de redressement, on suspend les pensionnaires dans un panier au dessus de la table ; mais ils ne reçoivent rien parce qu’ils n’ont pas assez travaillés.
Privation de nourriture; toutes les règles deviennent abominables lorsque le bon sens les a quitté.

16m50 -Katja Kipping membre du parlement allemand : Dans le débat sur le revenu de base, il s’agit de rompre avec ce vieux schéma de pensée ; avec cette idéologie par exemple – seul celui qui a ou qui cherche un emploi, a le droit de manger. Il faut en finir avec cette idée fausse selon laquelle seul le travail rémunéré constitue une contribution méritoire à la société. En réalité, c’est souvent exactement l’inverse.

Qui ne veut pas travailler, ne doit pas manger ! Cette maxime, nous l’avons intériorisée.
L’artiste Joseph Burst en a écrit une nouvelle version… car nous avons assez à manger et des biens en suffisance; la question qui se pose c’est celle du travail. Celui qui ne veut pas penser, sera congédié !

17m30 -Götz Werner, entrepreneur : Le travail, pour obtenir les matières premières, et le travail de production, sont en train de disparaître, Dieu merci ! Le sens de l’économie c’est de libérer l’homme du travail.
Ce n’est pas écrit dans le journal, se libérer … mais pour aller où ? ce n’est pas écrit non plus dans les directives des chefs d’entreprises. Licencier des collaborateurs n’est facile pour personne mais c’est pourtant comme cela que ça se passe. Mais si on reconnaissait cet état de fait, en le considérant même comme un devoir, un autre sens apparaîtrait.

18m10 –Freihelt statt Freihelt « Se libérer du travail veut dire aussi se libérer pour le travail » « de la liberté, pas du temps libre » Pensez qu’au-delà de la grille, il n’y aurait que vacances et loisirs, c’est le point de vue de la dépendance !  Il ne reste alors qu’un espoir de nouvelles places de travail !
De quelles natures sont donc les places de travail dans lesquelles on investit aujourd’hui ?

18m30 -Götz Werner, entrepreneur : Tous les investissements dans de nouveaux postes de travail sont en même temps des mesures de rationalisation. On y développe des méthodes pour économiser des emplois. Jamais un patron ne vous dira : comment puis-je faire pour créer plus de travail ?
La tâche de l’économie c’est de satisfaire des besoins, efficacement, comme chacun le fait aussi. Elle n’a donc pas pour tâche de créer du travail ! Et en face de cette réalité, on observe que chaque être humain porte en lui ses propres objectifs et son travail et qu’il les abandonne parce qu’il ne peut les convertir en argent. Le problème de société que nous avons aujourd’hui, c’est que beaucoup de gens, qui ont une place dans le travail, n’ont en réalité qu’une place de revenus !
N’avoir qu’une place de revenus veut dire n’avoir qu’un travail uniquement pour épuiser son revenu ! un travail qui n’a pas de sens ! Pour la société, ce manque de sens pose problème parce qu’il fait émerger beaucoup de frustrations et de pathologies chroniques -Götz Werner

En Allemagne 12% des salariés, se sentent tout à fait à leur place, un peu plus d’un sur dix !
Travail moyen 54% sont plus ou moins insatisfaits mais apprécient néanmoins ses bons côtés.
Mauvais travail 34% sont clairement mécontents de leur travail.
Ce qu’on appelle un conflit du travail est en fait, un conflit du revenu ! et dans les conditions du travail, on se bat contre la privation du travail. Car mon travail, c’est moi !

20m20 Mais il ne peut y avoir un droit à un travail qui m’oblige. Il n’existe pas de droit à être obligé de faire quelque chose comme il n’y a pas non plus de droit à acheter.
Le droit au travail ne peut signifier que le droit d’exercer une activité choisie, que personne ne peut octroyer ou enlever. Un tel droit au travail suppose un droit au revenu.

20m45 –Florian Lück : C’est un comble; il y a du travail et il y a une agence de l’emploi mais pas d’agence du revenu. Ce jeune homme veut dire qu’il a beaucoup de travail mais pas pour autant un revenu !
Quel effet pourrait avoir un droit au revenu sur la société !

21m00 -Prof Dr U. Maeder sociologue suisse, doyen de l’Université de Bâle : Face à l’orientation unilatérale et bornée de la société sur le travail rémunéré, il faut mettre l’accent sur la question du SENS. Qu’est-ce qui importe vraiment dans la vie ? Le revenu de base fournirait un appui fort aux gens qui auraient plus de sécurité. Cela provoquerait de l’onde de créativité, de satisfaction. Les gens auraient moins besoin d’avancer en jouant des coudes; ils seraient qu’aujourd’hui contraints de trouver des avantages pour eux-mêmes au détriment des autres. En créant des rapports de concurrence extrême, le système actuel casse les mécanismes de solidarité

Qu’en pense, quelqu’un qui rentre du boulot (chef de travaux à Zurich) et entend parler pour la première fois du revenu de base ? ça veut dire que tout le monde aurait le même salaire ? Non,  chacun gagnerait ce qu’il gagne,  tous recevraient un salaire fixe qui est le revenu de base.  Mais seulement si, ils travaillent ? Non, quoi qu’ils fassent ! Mais alors, on aura sûrement un problème de motivation au travail. Si je dispose de toute manière d’un salaire de base garantit pourquoi irais-je encore travailler ? Mais pour vous, ce serait comment ? J’irais volontiers travailler, rester à la maison n’est pas une solution. J’aime mon travail, je le fais volontiers mais il y a sûrement des types qui n’iraient plus travailler.
Si vous aviez un revenu de base, est-ce que VOUS iriez encore travailler ?
Spontanément environ 60% répondent OUI ; 30% répondent OUI MAIS plus à plein temps ou encore je ferais autre chose;  10% répondent ouvertement, d’abord dormir et ensuite on verra, voyager, s’occuper des autres, reprendre des études.
Si on instaurait un revenu de base, pensez-vous que les AUTRES continueraient de travailler ?
80% répondent NON probablement que la majorité ne serait plus motivée pour aller travailler ! C’est quoi, un travail pour lequel il faut se faire motiver !!! sans doute pas le travail que l’on fait pour soi-même ! pour celui-là on se motive tout seul.
23m40. Quelle est la motivation pour le travail ?
Là ce sont des enfants qui travaillent. Tout à fait normal à une certaine époque et nous on continuait à acheter. La marchandise venait d’Extrême orient, une grande partie de ce qu’on appelle les sales boulots. Encore, chez nous, on aime bien avoir des gens qui viennent d’ailleurs ; de temps à autre, il peut se faire qu’il manque quelque chose, des papiers, des contrats, et la sécurité minimale, et les congés maladies. Les sales boulots ne sont pas sales en soi mais plutôt à cause de la saleté que l’on s’en fait. Leurs faibles rémunérations et les mauvaises conditions de travail ; il s’agit souvent de nettoyer la saleté des autres; au bout du compte, qui salit ce travail ? Avec un revenu de base, on peut refuser mais à ce moment-là qui fera le sale boulot ? Il y a 3 possibilités :
1.    Payer plus et offrir de meilleurs conditions de travail
2.    Automatiser et rationaliser
3.    Le faire soi-même
Une élève d’école d’art dramatique dans une école de Berne. « Je m’imagine une caissière de supermarché; elle ne prend certainement pas plaisir à son travail. Si elle avait un revenu de base, est-ce qu’elle irait encore travailler ?
Réponse d’une caissière OUI personnellement je n’arrêterais pas de travailler parce que je ne peux pas imaginer que je reste à la maison sans rien faire. 1000 euros un chiffre comme ça. Ça ne me suffirait pas ; cela devrait suffire pour le minimum vital et une intégration dans la société. La plupart des gens voudront gagner plus, comme aujourd’hui. Revenant à la caisse… pas vraiment un métier de rêve ! évidemment, on pense travail à la caisse mais on a affaire à un tas de gens et je me trouve très bien ici.
26m00 - Si votre revenu était assuré, quel travail feriez-vous ? La même chose, mais mieux ! Je ne supporterais pas de ne pas travailler. Je m’ennuierais trop !

Une collégienne. Certaines choses pourraient changer ; je pourrais voyager et voir des choses qu’aujourd’hui je ne peux pas voir car je dois apprendre un métier.  Le stress pour trouver du travail est lourd pour tous; on est là ; il n’y a presque plus de places. Si on avait le revenu de base ce ne serait pas si stressant!

28m35 -Angelika Ticcher travaille à la formation des professeurs à Berlin
Ici on ne conditionne pas les élèves pour qu’ils trouvent la place qui leur convient dans la vie professionnelle. Une place qui n’existe plus pour tous depuis belle lurette ; je veux dire cette situation mensongère dans laquelle nous nous trouvons.
27m05 -Philip Kovce lycéen à Berlin.
Oui cette idée intéresse particulièrement les jeunes parce qu’en fait, on constate aujourd’hui dans les écoles, que beaucoup de jeunes ont peur de l’avenir. C’est en fait notoire qu’il se prépare pour un métier et qu’ils choisissent le moindre mal, de peur de se retrouver devant rien, plus tard. Dans le revenu de base, je vois une possibilité à une chance de pouvoir entreprendre ce que l’on veut vraiment et de le faire bien.
-Amaël agriculteur
En même temps, j’y vois une crise, une crise de sens
-Roland
Cela donne du temps et de l’espace pour réfléchir

Quelle serait l’influence du revenu de base sur le travail lui-même ?
-Roland
On répartirait le travail sur un plus grand nombre de personnes et comme ça, il redeviendrait satisfaisant !

Qui parlait de crise de sens !
-Amaël agriculteur
Oui, je crois que nous vivons en partie dans une grande illusion.  Nous vivons au dépens de la nature, au dépens de la génération future, au dépens de nos partenaires. Nous ne voulons pas savoir que d’autres bossent pour nous. Cette dépendance mutuelle, cette fraternité de fait, si je ne la reconnais pas clairement, j’en suis redevable envers mes semblables.

Voilà pour la fraternité, qu’en est-il pour l’égalité dans une démocratie ?
28m30. -Katja Kipping membre du parlement allemand.
Pour moi, le revenu de base joue un rôle de démocratisation, à des niveaux multiples. Si les gens ont une sécurité matérielle, ils sont plus difficiles à corrompre. Cela permet le développement d’une société démocratique qui profitera aux riches comme aux pauvres.

Qu’en est-il de l’art ?
-Tony Rizzi; danseur et chorégraphe
Même quand je ne crée pas physiquement une œuvre, je continue néanmoins à travailler. C’est là la grande difficulté pour un artiste. Pour créer une nouvelle œuvre, vous n’êtes pas payé pour le temps que vous mettez à vous inspirer de la vie. Il y a le temps réel passé au studio à faire une pièce mais comment tu te finances pour être en situation d’inspiration. La vie c’est une forme d’art !

Et pour une future maman
-Dominique
Ce serait génial, je pourrais m’investir dans l’éducation de mon enfant sans avoir mauvaise conscience et je pourrais organiser mon travail comme bon me semble.

Et lorsque l’enfant atteint l’âge adulte, il peut quitter plus vite le foyer des parents mais peut-on devenir adulte quand on sait que son revenu est assuré quoi qu’on fasse ?
-Amaël agriculteur
Je n’aurais pas eu besoin d’autant de temps pour faire ma rebélion ; j’aurais admis bien plus vite mon intégration dans la vie économique et dans la société car le prix existentiel à payer n’aurait pas été aussi élevé. J’aurais eu moins de crainte de devoir renoncer à l’essentiel
-Renate agricultrice
Le revenu de base change tout dans un tas de domaines et il pourrait déclencher plein de choses.

-Götz Werner
Nous devons de plus en plus nous sentir responsable de tout ce qui se passe sur notre planète. Nous ne pouvons pas nous isoler dans le monde actuel tant il se rétrécit. Il est décisif que les hommes puissent tout d’abord faire la démarche intellectuelle de la séparation entre travail et revenu.
Réaliser intérieurement cette séparation; se dire j’ai un revenu pour pouvoir travailler et non pas je travaille pour avoir un revenu.
Personnellement je considère le revenu de base, comme une sorte de point d’appui d’Archimède à la suite duquel se poseront des quantités de questions. Mais on n’arrivera pas à grand-chose si on s’attaque à trop de problèmes à la fois. On ne progressera que si l’on table sur la force de l’individu. Tout en dépendra !

33m10. Si votre revenu était assuré, quel travail feriez-vous ?
Thomas Paine. Théoricien des droits de l’homme et l’un des pères fondateurs des États-Unis d’Amérique. Son ouvrage « common sense » le sens commun a été l’un des déclencheurs de la révolution américaine. Ces idées ont largement influencées la première constitution démocratique du monde.
Wolfgang Roehrig. Archives du revenu de base, Musée d’histoires Berlin. En vérité, nous considérons que tous les êtres humains ont été créés égaux et qu’ils ont tous été dotés de certains droits inaliénables comme la vie, l’amour, la liberté et l’aspiration au bonheur,
« Rights of Man » 1791 / 1792 Les droits de l’homme. Monstrueux à l’époque mais aujourd’hui encore, les mêmes droits pour tous, parce que nous sommes tous des êtres humains. Complètement idiot ! pour avoir des droits, il faut être propriétaire. Et que pourrait avoir à devenir les autres, à part d’être arrogants ! Les droits de l’homme, mais cela abolirait l’esclavage et qui fera le service et tous les sales boulots qu’on ne veut ni même payer, ni reconnaître. Ces mêmes peurs surgissent encore aujourd’hui alors qu’il est question du revenu de base. L’économie serait anéantie, la société tomberait dans le cahot. Mais ce fut bien pire encore lorsque la terre devint ronde. L’Église se raccrocha longtemps à la galette ; celle-ci était entourée des eaux du cahot et celui qui s’approchait trop près du bord tombait dans le néant. Cette galette était sous la voute d’un firmament fixe ou les astres décrivaient leur orbite. Au-delà des sphères abritaient les puissances qui inspiraient aux hommes la peur ou l’espoir. C’est exactement la façon de considérer aujourd’hui l’argent et l’économie. Toute une conception du monde, de l’ordre social. De la sécurité découlait autrefois de la présentation de la galette. Et chaque époque imagine à nouveau que la terre est plate et que quelqu’un trône au-dessus. D’ailleurs comment est-ce que ça pourrait marcher que la terre soit ronde. Lorsqu’enfin elle fut ronde, elle continua de trôner au centre de l’Univers et ne tourna pas autour d’elle-même.  Ce qui alourdi la tâche de déterminer la trajectoire des planètes extrêmement ardue. Autrement dit, tout dépend de l’endroit où l’on se place. Il en va de même avec le revenu de base.

La difficulté vient de ce que j’ignore et dans quel sens je vais évoluer. J’arrive très vite à la limite de la compréhension si je prends comme point de départ la société actuelle et que je la considère comme un système immuable, reposant sur les idéologies bien ficelées qui me sont familières.  Tout devient beaucoup plus simple si ma démarche part de l’être humain et du devenir. Chaque système est en soi cohérent et ne peut pas basculer de lui-même dans un nouveau système. Seul l’homme en est capable. Voler a été pendant des millénaires pour l’homme une utopie et ce n’est pas la faute d’avoir essayer. Aujourd’hui cela va de soi. Un autre exemple, le droit de vote. Une société peut-elle fonctionner si chacun y met son grain de sel. Comment le simple citoyen  avec son horizon limité et ses intérêts plutôt personnels pourrait il décider de ce qui est bon pour l’État dans son ensemble.  Et ensuite on a découvert que parmi les citoyens, il n’y avait pas seulement des hommes mais aussi des femmes. Vous vous imaginez ! Les femmes sont bien trop sensibles. Il faut les protéger de mettre tout sans dessus dessous avec leurs décisions ! Et qui fera le ménage ? ce sont les mêmes arguments qui surgissent aujourd’hui contre le revenu de base !
Droit de vote pour les femmes NON Sa mère fait de la politique !
En Suisse, le droit de vote des femmes fut introduit en 1971. On était allé sur la lune trois ans auparavant. Peu de temps avant ce bouleversement, personne ne savait que cela pouvait marcher de s’opposer ainsi au pouvoir établit mais ce qui n’aurait pas du fonctionner, fonctionne aujourd’hui très bien !

Le citoyen n’est plus dirigé par l’État. Désormais c’est le contraire. Chaque individu est politiquement souverain, et il donne un mandat à l’État lors d’élection libre et de votation populaire. Le travail n’est plus seulement dicté par le marché du travail et l’homme seulement soumis à l’économie. C’est le contraire, chaque individu est économiquement souverain et il s’engage librement pour un travail. Avec le revenu de base qui est un droit pour chacun.

Thomas  Morus était le chancelier du Roi d’Angleterre Henri VIII. En 1535, on lui coupa la tête parce qu’il refusa de prêter main forte au règne de l’injustice. En 1935 l’Église catholique le canonisa. En l’an 2000 le Pape Jean Paul II le déclara Patron protecteur de tous les gouvernants et de tous les politiciens.  Thomas Moore est l’auteur de UTOPIA, le compte-rendu d’un voyage imaginaire sur une ile d’une meilleure gouvernance. D’autres hommes de lettres s’en inspirèrent. Depuis la parution de ce livre, on parle d’utopie, qui veut dire le non lieu. Le lieu que l’on a pas encore trouvé ici maintenant sur terre, à part dans mon imagination. L’idée d’un revenu de base se trouve déjà dans les utopies sociales de la renaissance. L’utopie est le lieu à partir duquel on peut dire tous pareil. Chaque époque réalise ce que la précédente n’avait pas que pensé !
Les lumières, je dis tout haut ce que je vois ; ce que je pense pourrait être la vérité et je rends mon savoir accessible à tous. Chaque époque a ses nouvelles lumières.

De quoi s’agit-il ?
40m00. Daniele Ganser, historien et chercheur pour la paix Université de Bâle. Il sera important d’avoir la capacité de penser et d’examiner comment de manière autonome, car dans les phases de bouleversement, les modèles de penser hérités des parents, des maîtres, des pasteurs ou des docteurs en tout genre s’avèrent subitement faux ou limités. Il faut alors, rapidement élaborer un nouveau modèle de pensée et le consolider.

Lorsque l’on veut gravir le servin, il faut penser à se lever tôt le matin, car il faut être au sommet à midi pour ne pas descendre dans la nuit et le froid – chaque suisse le sait. En ce qui concerne la consommation de pétrole, nous sommes arrivés au sommet sans se soucier de savoir comment nous allions en redescendre. Le pic – la plus grande capacité d’exploitation de pétrole possible sera bientôt atteint. Ensuite la descente sera raide. Sur le plan du travail rémunéré, le plein emploi est également une phase provisoire – un sommet-  pour un travail rémunéré, le sommet a déjà dépassé son pic.

41m30 En 1995 Jeremy Rifkin le futurologue prophétisait déjà la fin du plein emploi. Il a écrit la Fin du travail
On peut envisager que seuls 5% de la population adulte suffiront à faire fonctionner les industries traditionnelles. Les usines, les bureaux et les exploitations agricoles, sans travailleurs ou presque, seront la norme dans le monde entier.
Les politiques de Rifkin sont controversées mais elles ne sont pas sans fondements. En 1982, la production d’acier aux USA se chiffrait à 75 millions de tonnes et occupait 300 000 travailleurs. En 2002, 100 millions de tonnes furent produites avec seulement un quart des effectifs 74 000 travailleurs. En même temps sont apparues de nouvelles places de travail, quelques centaines dans le consulting les technologies hautement spécialisées. Ce n’est pas le privilège de la production industrielle classique; le même processus s’observe dans bien des domaines appartenant au secteur des services. La banque online en est un exemple extrême qui illustre néanmoins toute une évolution. Pour le même nombre de clients, elle n’a besoin que du dixième de l’effectif d’une banque conventionnelle.  Ce développement ne se limite pas aux pays industrialisés, il se manifeste dans le monde entier.  Partout les effectifs diminuent alors que la productivité augmente.  Là où le travail ne devient pas culture du travail, tout devient monoculture.  Ce qui vit est la limite de la rationalisation.
43m00 La matière première du 21e siècle est la créativité. Adrienne Goehler, chargée de la culture pour le land de Berlin. À l’avenir, les places de travail ressembleront à celles des artistes et des publicistes, non sous forme d’entreprise. Alternativement,  beaucoup puis peu d’argent. Beaucoup puis peu de travail. Seul puis en équipe. La plupart du temps à durée déterminée et à la maison.

Daniel Ganser, historien et chercheur pour la paix Université de Bâle
43m40. Les temps nouveaux exigeront qu’on ne se laisse plus mener par la haine et la peur. Et qu’on réalise ses visions les plus hautes et de la meilleure manière possible.

Il y a 100 ans quelqu’un qui travaillait dans l’agriculture produisait assez pour trois autres personnes ; aujourd’hui un agriculteur produit assez pour 120 personnes. Pourquoi ?
Aujourd’hui un seul ouvrier fait tourner 100 fois plus qu’il y a 100 ans. C’était le but des générations qui les ont précédées.
Quel est le but aujourd’hui ?
Que tout continue dans le même sens,  et que la marche en avant soit un retour en arrière pour toujours plus d’humains. Un retour à la peur de nos ancêtres pour la survie, comme si nous n’avions pas besoin  de nouvelles idées.  Aujourd’hui l’innovation technique semble aller de soi ! Il en va cependant tout autrement de l’innovation sociale ! Faut-il pour cela que la barque fasse naufrage?
Lorsque l’esprit ne progresse pas, le corps régresse.  Les changements sociaux nécessitent d’autres forces que celle qui entraîne les machines. Dans le sillage du progrès, le social tangue, qu’en est-il de l’État social.

45m40. Faust 1. Pour reconnaître et décrire quelque chose de vivant, il faut d’abord en extraire l’esprit ! On a alors les morceaux en mains. Hélas, il manque encore les liens spirituels.
Je ne vous comprends pas très bien. Tous ces propos me rendent bête comme si ça moulinait dans ma tête.  Et c’est ce qui se passe lorsque tout devient plus simple grâce à encore plus de formulaire et encore moins de collaborateurs.
Si le contrôle et la méfiance étaient les moteurs qui faisaient avancer une société, alors l’Allemagne de l’Ouest aurait absorbée l’Allemagne de l’Est.

46m40. Bodo von Plato. Bureau de recherche Kulturimouls.
Que se passe t’il avec la justice ? et pourquoi chaque doigt de maman a-t’il une longueur différente. Une performance a-t-elle vraiment besoin d’une contre performance ?
Le mal entendu commence lorsqu’on croit aller au travail pour soi-même pace qu’on en retire un revenu. Pourtant tout le monde a un revenu car tout le monde en a besoin. Chacun est redevable des prestations des autres. si le revenu était seulement lié au travail, il faudrait donner les plus haut revenus aux machines. En fait, les hommes qui cèdent leur travail aux machines ont tout de même besoin d’un revenu.  Bien entendu, le revenu de base ne supprime pas le travail rémunéré. Il ne lui enlève que son monopole et il donne plus de marge de manœuvre pour les choses sérieuses.  Et le sens ne se trouve pas seulement dans la fonction.

Il y a bientôt 50 ans en Suisse 1964, une machine à laver coûtait 3550 francs. C’était beaucoup d’argent. 2008, 50 ans après la même machine coûte 3 195 francs. Le prix est resté quasiment le même,  mais un franc valait alors 3 fois plus que maintenant.  C'est-à-dire que la machine coûte aujourd’hui le tiers de ce qu’elle coûtait il y a 50 ans. Une coupe de cheveux coûtait environ 3 francs 50 en 1958; aujourd’hui 2008, environ 40 francs.  Autrement dit, là où l’on a pu optimiser les méthodes et utiliser les technologies, là où le travail humain a diminué. Les coûts ont baissé – par contre, là où ce n’était pas possible, par exemple chez le coiffeur les coûts ont augmenté. Le travail humain coûte cher parce que les hommes ont besoin d’un revenu et qu’il paie un impôt sur ces revenus.  Si nous considérons son pouvoir d’achat, le coiffeur ne gagne pas plus aujourd’hui qu’autrefois. C’est en comparant ces évolutions de prix qu’on peut voir le genre de travail qui peut être rationnalisé et celui qui ne peut pas. On comprend ce que veut dire pour nous la rationalisation.  Si le prix de la machine à laver avait suivi celui de la coupe , elle coûterait aujourd’hui 40 000 francs.

49m45 Bodo von Plato. Bureau de recherche Kulturimouls. Si je ne connais pas toutes les charges dont la machine à laver m’a libéré, à part qu’elle lave mon linge je ne peux pas savoir non plus si le revenu de base a le caractère d’une impulsion culturelle.

Il y a 212 ans, dans son ouvrage « agrerian justice »  Thomas Paine réclamait déjà un revenu de base. Il argumentait ainsi « tous les hommes naissent égaux et la terre nourrit tout le monde » Lorsqu’un être humain vient au monde, il a droit à un morceau de terre pour se nourrir mais lorsque la terre est déjà entièrement partagée entre quelques-uns qui pensent qu’elle leur appartient, il faut créer une compensation.  Cette compensation est un revenu de base pour ceux qui n’ont pas de terre et ne peuvent ainsi subvenir eux-mêmes à leur besoin.

Mais depuis, le vent à tourner. Même celui qui possède la terre ne peut plus subvenir à ses propres besoins. Cela va mieux pour tout le monde si je ne dois pas construire moi-même mon propre tracteur et si mon champ ne sert pas seulement à mon propre besoin car le fruit de mon travail est toujours pour les autres. l’autosuffisance signifie que je fais pousser mes propres légumes et que je vis de ce que je peux produire. Ce qui dans nos pays ressemble à une production vivrière n’en est pas une à proprement parler; mais plutôt un terrain d’expérience. Notre vie dépend de ce que les autres produisent. Tout mon travail est accompli pour les autres et tout ce dont j’ai besoin a été produit par d’autres. C’est avec de l’argent que cette interaction fonctionne. La valeur produite par le travail se concrétise lorsque le fromage est payé par l’acheteur.

Je crois que ce que je fais est pour moi parce que je suis payé pour le faire. La mentalité de l’économie de subsistance est maintenue dans le salaire. 

53m00. Une légende suffit sur la différence entre le ciel et l’enfer. en enfer, il y a un bon repas et une longue cuillère. Chacun en prend une.
Au ciel tout est exactement pareil; il y a un bon repas …

Dans l’économie de marché, le résultat de mon travail est que d’autres s’engraissent.
Je ne reçois quelque chose que grâce à l’initiative des autres. mais je ne peux pas acheter l’initiative, je ne peux que la rendre possible.

54m15. Hans Stallkamp. Agriculteur et élu local de la CDU.
Avec ce changement de paradigme c’est une honte que de faire mordre la poussière à celui qui travaille pour moi, s’il ne peut vivre de son travail.

Klaus Wellershof. Directeur économique de l’UBS
Pour moi le signe des temps nouveaux, c’est l’individualisation absolue de la société. Les hommes ont des buts personnels, des représentations personnelles et ils recherchent les moyens de les réaliser. L’argent joue un jeu énorme dans une société caractérisée par la division du travail. Autrement dit, l’argent comme moyen d’être libre c’est à cela qu’on en revient toujours.
Mais beaucoup de gens ne parviennent ni à éviter l’esclavage de l’argent, ni à poursuivre leur réelle aspiration à la liberté. C’est le côté tragique et aussi ironique de la situation présente.
Devenir l’esclave de l’argent ; qu’est-ce que cela veut dire. C’est mesurer chaque action à l’aune de l’argent comme si l’argent était la valeur en soit et qu’il fallait toujours en avoir plus. Prendre toujours de pouvoir sur l’argent des autres et sur leur espace vital. Les esclaves de l’argent réduisent les autres à l’esclavage par la valeur qu’ils donnent à l’argent. Avec le revenu de base inconditionnel, une partie de la totalité de l’argent servirait, par décision démocratique, à donner à chacun les moyens de sa liberté. L’homme serait roi et l’argent à son service.  Est-ce que cela créerait aussi de meilleures conditions pour la situation globale.

56m00. Jakob von Uexküll fondateur du prix Nobel alternatif.
Absolument, cela créerait la possibilité de faire ce qui est nécessaire dans le monde. Les gérants de fortunes disent que le grand problème c’est qu’il y a des masses d’argent, trop d’argent. En même temps, il y a, presque partout, des surcapacités de production et nous avons un chômage qui ne fait que croître. Alors qu’il y a partout des travaux non exécutés ; il y a donc beaucoup de choses que l’on peut et que l’on doit changer d’urgence si l’on ne veut pas sombrer dans une catastrophe globale.

L’agriculture mondiale suffit à nourrir 12 milliards d’êtres humains. Il y a sur terre 6,6 milliards d’êtres humains. Chaque heure, 1000 êtres humains meurent de la faim ou de ses conséquences.

56m45. Peter Brabeck, patron de Nestlé
L’eau est un aliment et l’eau comme tous les autres aliments, devrait avoir une valeur marchande.

Jean Ziegler, Conseil des droits de l’homme; rapporteur le droit spécial pour l’alimentation.
Un enfant qui meure de faim aujourd’hui est un enfant assassiné.

L’argent ne va pas là où l’on en a besoin. Il se barricade loin des réalités sociales et s’auto reproduit. Devant la porte c’est la pénurie. Les grosses sommes nouent entre elles des rapports incestueux ; ce qui sort de là n’a plus rien à voir avec l’amélioration des conditions de vie pour tous. En réalité, nous avons affaire à un système débridé qui est en train d’imploser ! de quoi sera fait l’avenir ? les paris sont ouverts.

57m45. Renate … un projet à Sao Paulo
La réalité nous montre toujours plus clairement que le revenu doit être séparé du travail !
À mon avis, le revenu de base apporterait aussi une solution pour les chômeurs; car il y a une quantité incroyable de travail mais il n’y a pas d’argent pour le payer.
Le revenu de base serait une façon d’introduire l’argent là où il répond au besoin de libérer les hommes pour qu’ils puissent faire ce pourquoi ils sont doués.

Découplé, travail et revenu
La logique : le revenu de base le fait jusqu’à la hauteur de son montant. Comment organiser cela dans une société ?
La création de valeurs dans une économie nationale. En 1991 plus celle-ci est productive, plus le cercle grandit
On entend la somme de tous les biens et services produits et vendus dans le pays pendant une année.
Cette création de valeur se compose d’une partie publique (état) et d’une partie privée; la moitié environ de la valeur créée va à l’État par le canal des impôts et autres prélèvements obligatoires. De cette manière, nous payons nos écoles, notre police, nos prestations sociales ainsi que tous les services assurés par l’État. Ce sont des prestations qui ne sont pas à la charge de l’individu mais que nous voulons financer en commun.  Des prestations qui font l’objet de mandats démocratiques.  En Suisse, pour l’année 2005, cette quote part de l’état représentait 36% ; en Suède 56%; en Autriche 50% la moitié de la valeur créée dans le pays.
En Allemagne 47%; qu’en serait-il avec le revenu de base.
Pour tous les salaires versés par l’État, le revenu de base ne signifierait qu’une autre manière de verser de l’argent car l’État obtient déjà l’argent par l’intermédiaire des impôts. Aujourd’hui aussi, c’est avec l’argent des impôts que l’état paie ses employés, les fonctionnaires et les ayants droits des prestations de transfert. Pour tous ces revenus, le paiement des revenus de base ne demanderait qu’un changement dans la comptabilité. Pour les revenus privés l’argent pour le revenu de base n’est pas encore dans les caisses de l’État. Il faut d’abord qu’il arrive à l’État par voie fiscale avant d’être distribué sous forme de revenus de base.  La quote part de l’état augmente alors sensiblement. Cela signifie t’il encore plus d’état ? Non, cela signifie moins d’État moins d’inquisition, moins de mise sous tutelle, moins d’administration. L’État ne joue qu’un rôle d’intermédiaire. Le fiduciaire est le garant du droit du revenu de base.
Mais les impôts vont augmenter; de quel impôt pourrait-il s’agir ? à priori, il semble plus simple de prendre l’argent chez ceux qui gagnent le plus.  C’était déjà l’idée de 1h01. Milton Friedman économiste 1912 N-Y – 2006 San Francisco

Financer une sorte de revenu de base par l’impôt sur le revenu.  Les ménages nécessiteux auraient reçu un impôt négatif sur le revenu. Après avoir été développé dans les années 60 et presque introduit aux États-Unis, son modèle domina les débats sur le financement d’un revenu de base jusque dans les années 90. Pour Milton Friedman l’État social devait être svelte et libéral. 50 ans plus tard, on ferait donc reposer le revenu de base sur un avoir qui ne va qu’en diminuant; celui du travail rémunéré.  C’est ce qui arrive aujourd’hui à l’État social. Toujours plus de chômeurs et toujours moins de masse salariale à imposer.
L’augmentation de l’impôt sur le revenu augmente les charges sur le travail rémunéré ; le chat se mord la queue !
1h02 Le non sens de l'impôt sur le revenu, c'est qu'il frappe le travail et sape ainsi sa propre base.
De quel impôt pourrait-il donc s'agir aujourd'hui ? Examinons la chose concrètement dans cette entreprise. Une cafétéria à Bâle avec plus de 1 000 clients par jour; 40 collaborateurs, 3,5 millions de francs de chiffre d'affaires annuel. Qu'en est-il des impôts ?

Daniel Häni | Entreprise Mitte à Bâle : Dans une entreprise, les impôts sont toujours des coûts que la vente doit couvrir, sans quoi, il n'y aurait bientôt plus d'entreprises. En principe, il existe trois types d'impôt : la TVA qui est payée directement par le consommateur, les charges salariales et l'impôt sur le revenu.

La TVA figure sur chaque quittance 7,60%, elle est visible, elle ne représente pas de frais pour l'entreprise et n'apparaît pas dans son bilan. Qu'en est-il des charges salariales ?

Daniel Häni | Entreprise Mitte à Bâle : Là, je dois faire comme si l'employé et le patron paient chacun leur part puisque c'est la loi et je ne peux pas l'éviter. Je dois faire figurer la part de l'employé sur sa fiche de paie ainsi que dans la comptabilité. Mais c'est l'entreprise qui verse les deux parts au fisc et cette somme vient évidemment des clients. Avec leur salaire, les employés reçoivent l'argent pour payer leurs propres impôts; charge à eux de le verser au fisc. Bien entendu ces impôts sur le revenu du personnel sont également intégrer dans les prix de vente.

Qu'est-ce que paie alors, moi pour le café au lait dans cet établissement ? Il coûte 5 francs 20. 1/4 de ce prix aide à couvrir les frais d'infrastructure (le bâtiment, l'énergie, le mobilier, la vaisselle), un autre quart sert à payer les marchandises, (le lait, le café et pour celui qui veut, encore un peu de sucre); la plus grande partie du prix sert à payer les salaires (le service, mais aussi le nettoyage et la gestion); ensuite se rajoute la TVA seulement 7,6% en Suisse. C'est un impôt qui est payé seulement au moment où le client achète et que tout le travail de création de valeur est récompensé. Mais si le plateau échappe au serveur c'en est fini de la création de valeur même si ... des pâturages jusqu'ici le café au lait a demandé bien du travail. Un café au lait renversé n'est pas un café au lait et la TVA ne sera pas payée non plus. La TVA se situe à la fin de la création de valeur et figure, bien en évidence, sur la quittance. Mais il y a aussi des impôts invisibles incluent dans le prix qui ont été prélevés durant le processus de création de valeur. Dans les salaires, ce sont les impôts sur le revenu, les charges salariales et les charges sociales. Dans le coût des marchandises, il y a également des impôts, car il y a là aussi des salaires. Notamment ceux qui ont été payés par les producteurs de lait, de sucre, de café et qui ont été intégrés dans les prix. Il en va de même dans les frais d'infrastructure; c'est toujours le consommateur qui paie, car c'est avec l'argent qu'il dépense que tout le reste devra être payé, y compris l'impôt.

1h05,45 Je m'explique. Si tous les impôts seraient réunis en une somme invisible, comme la TVA prélevée après la création de valeur, alors le fisc ne grignoterait pas la valeur des pommes vertes mais attendrait qu'elles soient mûres. Chacun pourrait alors voir à hauteur de combien il contribue aux finances et à la bonne marche de l'État.
La démocratie se réaliserait à la caisse ! À la caisse, tous les citoyens sont égaux !

Et le travail au noir ! Il n'y aurait plus de travail au noir, si l'impôt se réduisait à la TVA, car il n'y aurait plus d'impôt prélevé sur le travail. En revanche, les ventes au noir seraient une grande tentation ! Payer une coupe de cheveux, seulement 20 francs versés en sous-mains, cela ferait une très grande différence. Là où la vente se fait sans quittance, on pourrait échapper à la TVA. Mais s'il n'y avait plus que ce type d'impôt, les inspecteurs fiscaux seraient certainement très efficaces pour traquer les tricheries. En revanche, on n'aurait moins besoin de conseillers fiscaux. Une grande partie du travail bureaucratique diminuerait, tant dans les administrations publiques que privées.

Prof. Georg Vobruba, Université de Liepzig : Dans un monde sans frontière, l'État a une chance de percevoir des impôts de manière durable que si, il trouve un type d'impôt qui ne peut pas lui échapper.

Cet impôt qui ne peut pas lui échapper, c'est l'impôt sur la valeur ajoutée. Elle est payée là, où le consommateur dépense son argent. C'est pourquoi, on peut aussi l'appeler impôt sur la consommation. Cet impôt n'est pas payé par celui qui apporte le café au lait mais par celui qui le consomme.

L'impôt sur le revenu, en revanche, fait comme si mon revenu était le produit de mon travail; parce que c'est ce que je ramène à la maison. L'impôt sur le revenu est l'impôt de l'économie de subsistance mais il pose problème dans une économie de marché. Plus de retraités, plus de chômeurs; aucun problème avec les finances publiques avec l'impôt sur la consommation; car on consomme toujours et on produit en suffisance. Hors, c'est là qu'apparaît le prochain problème posé par l'impôt sur le revenu car il n'y a pas d'impôt sur le travail de la machine.

1h08,30 Si deux produits de même prix demandent plus ou moins de travail humain, l'impôt sur le revenu n'est pas le même, dans un cas il y a beaucoup d'impôts à payer (être humain, machine) et dans l'autre, il y en a peu. Dans un cas, il y a beaucoup d'impôts à payer sur le travail et dans l'autre il y en a peu. Comme les machines ne touchent pas de salaire, leur travail est largement exempté d'impôt, comme s'il s'agissait de travail au noir. À gauche c'est l'exemple du coiffeur et à droite, l'exemple de la machine à laver. Comme les impôts sont prélevés sur le travail humain, il y en a beaucoup dans le premier cas et peu dans le second. Par contre, si l'on considère la création de valeurs de chaque produit - sans les impôts - et que l'on impose chaque produit au même taux de TVA jusqu'à obtenir le même revenu total d'impôts ; le premier produit coûtera moins qu'avant et l'autre davantage. Le travail humain et le travail de la machine seraient imposés de la même manière car l'impôt ne serait perçu que sur le résultat de la création de valeur. La machine ne déchargerait plus seulement l'être humain de son travail mais également d'une partie de l'impôt. Enfin, si le prix de la coupe de cheveux ne diminuait pas, les recettes fiscales augmenteraient considérablement.

L'impôt sur la consommation serait prélevé sur toutes les importations destinées à la vente; la production du pays serait imposée de la même manière. Cet impôt frappe tout ce qui est vendu dans le pays car il profite à ceux qui vivent dans le pays. Inversement, l'impôt sur la consommation n'est pas un bien d'exportation. Le produit qui franchi la frontière n'apporte pas sa charge fiscale avec lui. Chaque état reste le souverain en ce qui concerne l'ampleur et le financement de son budget. L'impôt sur la consommation est le seul impôt équitable à l'heure de la globalisation. C'est un impôt équitable pour un commerce équitable.

1h10,45 C'est ici que fut inventé l'impôt sur la vente. Voici les terrasses de Brûle sur les berges de ...  Le conte Heinrich Von Brühl (wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Heinrich_von_Br%C3%BChl) a eut l'idée d'un prélèvement sur chaque vente dans le pays. Deux siècles plus tard, on introduisit en République fédérale d'Allemagne, une taxe semblable mais calculée autrement. La taxe sur la valeur ajoutée; elle donne plus d'espace à la division du travail et reste neutre quant à la concurrence.

En Allemagne, avec un taux de 19%, elle fourni la plus grande part des recettes fiscales; en Suède son taux est de 25%. La TVA est une exigence pour l'entrée dans l'Union européenne, c'est l'impôt de l'avenir, c'est l'impôt de l'économie de marché. 

1h11.40 Le Dr Benediktus Hardorp, contrôleur économique, Mannheim, est une personnalité qui oeuvra à l'introduction de la TVA en Allemagne. Il l'appelle "Impôt sur les dépenses" ou impôt sur la consommation et il pense que ce devrait être le seul et unique impôt. "J'ai constaté que l'impôt sur le revenu agit constamment comme un frein alors que l'impôt sur la consommation soutient le développement de toutes les prestations." "L'impôt sur les dépenses permet à chacun de se poser clairement la question de la direction qu'il désire prendre dans sa vie."

Prof Götz Werner : La TVA comme impôt unique, ce serait la méthode la plus simple; elle dispense de toutes les déclarations d'impôts. Et si la TVA reste le seul impôt, qu'en sera-t-il du plancher de taxation ? Car le plancher de taxation est la composante sociale du calcul de l'impôt.

Avec la TVA le taux d'imposition est le même pour les pauvres et les riches. Qu'allons-nous faire de la composante sociale ?

Prof Götz Werner : Alors, on fait comme ça ; on restitue la TVA aux gens pour un montant correspondant à leurs besoins de base.

Cette restitution, c'est le revenu de base. La boucle est bouclée; ainsi nous en sommes revenus au revenu de base. Non pas, à partir de la question du financement, mais en nous demandant comment faire de la TVA, un impôt social ? 

"Le revenu de base, c'est la restitution de la TVA, pour les besoins de base, en tant que plancher de taxation" En tant que plancher de taxation, le revenu de base paraît dès lors comme une suite logique de la TVA; en même temps, son inconditionnalité devient une évidence.

1h13,20 Nous faisons un rapide calcul. Admettons que le revenu de base soit fixé à 1000 euros; une somme due à chacun au titre de plancher de taxation et versée indépendamment des revenus. Celui qui ne gagne rien de plus, dispose de 1000 euros; les autres ont en plus leurs revenus privés. Celui qui reçoit un salaire de 500 euros aurait alors un revenu total de 1500 euros. 1h13,50 ...

http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm … e=youtu.be (vidéo mise en ligne 21 avril 2011.)

Mise en ligne le 13 novembre 2009. Revenu de base http://www.youtube.com/watch?feature=pl … ppBZPY2A0Y

29 octobre 2009. Le revenu de base inconditionnel http://le-revenu-de-base.blogspot.ca/20 … ionne.html

30 septembre 2008. Réseau suisse pour un revenu de base http://bien-ch.ch/fr/node/6

http://proactivite.org/forum/viewtopic. … 2621#p2621

Hors ligne

 

#5 14-10-2012 09:52:13

admin
Administrateur
Date d'inscription: 04-05-2006
Messages: 1126

Re: Sagesse des hommes: égalité, solidarité ... progrès pour l'humanité

27 octobre 2012. https://twitter.com/nanotousch/status/2 … 0026252289 Grégoire Tirot souhaite un “revenu d’autonomie pour la jeunesse”. | conférencier à l'occasion du colloque #CNRJ21012 à l'Assemblee Nationale.
- Qui est Grégoire Tirot http://archives-lepost.huffingtonpost.f … ciper.html
- 2012: propositions pour la jeunesse http://www.injep.fr/2012-Propositions-pour-la-jeunesse

Cercle national de réflexion sur la jeunesse http://www.cnrj.org/
- Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_Nat … a_Jeunesse

2 février 2011. Les jeunes sont-ils victimes de l'égoïsme des seniors ? http://www.lemonde.fr/idees/article/201 … _3232.html

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB